Journal Mozilla location services: quand il faut choisir entre liberté et vie privée

27
30
oct.
2014

Récemment, Mozilla travaille sur les location services, un service geolocalisation à partir du wifi ou du réseau cellulaire, qui a vocation a être intégré dans Firefox/Firefox OS. C’est un service très utile, à un détail près: il est propriétaire.

Les principaux écosystèmes mobiles ont un service de geolocalisation à partir du wifi: c’est très rapide, et pratique quand on a pas de GPS sur sa tablette. C’est aujourd’hui une fonctionnalité incontournable pour un smartphone. Le principe est simple: on envoie (...)

Forum général.cherche-matériel Qu'est-ce que vous utilisez comme GPS (pour la navigation) ?

Posté par . Licence CC by-sa
4
7
sept.
2014

Bonjour,

Je suis à la recherche d'un assistant de navigation personnel, pour la voiture.

Idéalement, une machine qui marche bien, dont toutes les mises à jour sont gratuites (cartes et firmware).

Et s'il est possible de mettre sous GNU/Linux, si en plus en plus ça tourne avec du logiciel libre c'est encore plus cool.

Les Garmins c'est bien ? Une application smartphone peut être ?

Bien à vous :)

GeoBases version 5, services et visualisation pour données (géographiques)

Posté par . Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
32
15
mar.
2013
Technologie

GeoBases version 5 vient d’être publié! Il y a six semaines ce projet passait open-source. Depuis, grâce à de nombreux retours, nous avons pu améliorer, documenter, corriger de nombreuses fonctionnalités.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce projet, son but est de fournir des services et des possibilités de visualisation pour des données géographiques (ou non). Le projet contient déjà des sources de données (issues, par exemple, de GeoNames, optd ou encore de l'OpenData). Il est très simple d’ajouter ses propres sources de données pour pouvoir jouer avec.

Parmi les services disponibles :

  • exécuter de simples recherches (trouver cette donnée, trouver toutes les entrées qui ont cette propriété)
  • exécuter des recherches approximatives basées sur une notion de distance entre chaîne de caractères (trouver les données dont le nom ressemble à cela)
  • exécuter des recherches phonétiques (trouver des données qui se prononce comme cela)
  • exécuter des recherches géographiques (trouver les données proches de ce point)
  • afficher les résultats sur une carte, ou bien les exporter en CSV, ou encore utiliser une API Python pour les manipuler directement

Le projet est principalement un package Python, il y a également une interface en ligne de commande assez complète (qui peut s'utiliser un peu comme grep).

GeoBases, services et visualisation pour données géographiques

Posté par Alex . Édité par Nÿco, Xavier Claude et baud123. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
21
28
jan.
2013
Python

GeoBases est un projet dont le but est de fournir des services et des possibilités de visualisation pour des données géographiques. En réalité cela fonctionne également avec des données non-géographiques, mais cela limite les possibilités de cartographie.

Le projet contient déjà des sources de données issues d'autres projets (comme GeoNames ou optd), ou encore de l'OpenData. Par défaut une source de données d’aéroports est utilisée. Il est très simple d’ajouter ses propres sources de données pour pouvoir jouer avec.

Parmi les services disponibles :

  • exécuter de simples recherches (trouver cette donnée, trouver toutes les entrées qui ont cette propriété)
  • exécuter des recherches approximatives basées sur une notion de distance entre chaîne de caractères (trouver les données dont le nom ressemble à cela)
  • exécuter des recherches géographiques (trouver les données proches de ce point)
  • afficher les résultats sur une carte, ou bien les exporter en CSV, ou encore utiliser une API Python pour les manipuler directement

Géolocalisation de photos

26
17
jan.
2013
Graphisme/photo

Il apparaît qu'un certain nombre de lecteurs du site sont aussi des photographes amateurs. Sévissant essentiellement en milieu naturel (montagne pour l'essentiel), j'aime que mes photos soient géolocalisées, c'est-à-dire contiennent latitude et longitude dans les données exif. Ceci me permet de voir leur position sur une carte dans mes albums sous Piwigo.

Pour géolocaliser ses photos, il y a 3 solutions :

  1. disposer d'un APN (appareil photo numérique) avec GPS intégré. Ce n'est pas mon cas.
  2. prendre une trace de sa randonnée avec un GPS et la rapprocher de ses photos en utilisant l'horodatage. C'est ce que j'utilise le plus fréquemment.
  3. faire appel à sa mémoire et à une cartographie en ligne pour copier les coordonnées. Quand on a oublié le GPS, qu'on n'a plus de pile ou tout simplement pour les photos d'intérieur.

La seconde de ces solutions est détaillée dans la suite de la dépêche.

NdM : merci à Vincent Gay pour son journal.

Sortie de PostGIS 2.0

29
5
avr.
2012
Base de données

On l’attendait impatiemment depuis un moment, c’est fait, la nouvelle version majeure de PostGIS est sortie !

PostGIS est la cartouche spatiale de PostgreSQL, la base de donnée Opensource relationnelle la plus avancée. PostgreSQL/PostGIS est souvent la pierre angulaire des systèmes d'information géographique. Elle comporte de nouveaux types de données (points, lignes, polygones…), un mécanisme d'indexation spatial, et un grand nombre de fonctions pour travailler avec ces données.

PostGIS 2.0, qui vient donc de voir le jour, arrive après un peu plus de 2 ans de développement. Les améliorations sont nombreuses, tant en terme de fonctionnalités, que de changements dans le code interne de PostGIS. Cette version utilise également les bibliothèques GEOS 3.3.3 et GDAL 1.9.0, qui sont sorties récemment.

Parmi les grandes nouvelles fonctionnalités, on trouve la gestion des raster (données image) dans la base de données, ainsi que la gestion d’un modèle topologique respectant le standard SQL/MM.

Tous les membres de l'équipe de développement de PostGIS tiennent à remercier leurs parents d'avoir rendu cette sortie possible.

Logo PostGIS

NdM: PostGIS 2.0 nécessite PostgreSQL 8.4 ou supérieur.

Journal La RATP paranoland à deux pas de chez vous

15
8
mar.
2012

Mon jour, Nal !

Si je prends ma plume ce jour, c'est pour dénoncer (grave).

Pas plus tard qu'il y a peu de temps, je voyageais tranquillement en transports en commun. D'abord le train de banlieue, pour aller vers Paris, ensuite sur Paris.

Comme ça m'arrive assez régulièrement, je dispose d'une carte « on vous espionne » navigo.

La RATP n'ayant rien à carrer de la vie privée et récoltant allègrement les Big Brothers Awards, j'évite autant que possible de m'en servir. (...)

Journey2web 0.4 : publier ses randos et ses voyages en images

42
5
sept.
2011
Internet

Petite mise en situation : vous faites un voyage, une rando, une itinérance quelconque sur plusieurs jours, vous avez un GPS et un appareil photo avec vous, et une fois rentré, vous vous retrouvez avec des traces GPS et des photos sur les bras. Et l'envie de publier au monde entier (à minima vos amis) votre prouesse... que faire ?

Ça m'est arrivé cet été, j'ai donc eu envie de pouvoir présenter tout ça sous forme d'une page web avec une jolie carte OpenStreetMap sur laquelle est affiché l'itinéraire, et où l'on retrouve les photos placées à l'endroit où elles ont été prises.

Ce qui donne ça :

Puis, suite au journal, le script a été testé en environnement hostile (c-à-d différent du mien) par Benoît pour sa croisière. Plusieurs bugs furent ainsi traqués et persécutés, pour aboutir à une version 0.4 qui fonctionne mieux et plus simplement (changelog). Ce logiciel est publié sous licence libre GPL3+

Journal Journey2web : un script pour publier ses randos / voyages / promenades du chien

34
24
août
2011

Petite mise en situation : vous faites un voyage, une rando, une itinérance quelconque sur plusieurs jours, vous avez un GPS et un appareil photo avec vous, et une fois rentré, vous vous retrouvez avec des traces GPS et des photos sur les bras. Et l'envie de publier au monde entier (à minima vos amis) votre prouesse... que faire ?

Ça m'est arrivé cet été, j'ai donc eu envie de pouvoir présenter tout ça sous forme d'une page web avec (...)

Votre smartphone est-t-il un mouchard en puissance ?

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
26
13
oct.
2009
Mobile
Harald Welte a publié ce matin sur son blog un rapport sur le déploiement d'OpenBSC lors de Hacking-at-random 2009. Pour rappeler les faits, OpenBSC est un logiciel sous GPL permettant d'utiliser une station GSM Siemens BS11 microBTS, et donc de simuler un véritable réseau GSM (2G pour le moment). Le but est d'avoir un outil pour pouvoir tester la sécurité et le fonctionnement des protocoles de téléphonie mobile.

L'utilisation des fréquences étant soumise à autorisation, une demande a été formulée et accordée afin de valider le système avec une charge suffisante et un jeu de terminaux mobiles diversifié. Une expérimentation similaire pour le système OpenBTS (similaire à OpenBSC, mais basé sur GnuRadio et USRP) avait été réalisée lors des festivals Burning Man 2008 et 2009 au Nevada.

Le rapport d'Harald est relativement précis sur le système mis en place et les conditions de tests, mais le point le plus important est la fin du rapport, où il explique qu'ils ont cherché à vérifier si certains smartphones implémentent RRLP, Radio Resource LCS (Location) Protocol. Le protocole permet à un opérateur de demander la localisation d'un terminal sans authentification aucune, ce dernier utilisant les signaux GPS pour connaître sa position (s'il y a un récepteur, bien sûr). Sur le marché, les téléphones équipés d'un récepteur GPS sont assez nombreux, notamment la gamme basé sur Android de HTC, l'iPhone et les téléphones Nokia N95 ou équivalents. Le rapport ne précise pas beaucoup plus d'informations à ce sujet, car la fonctionnalité n'a été testée que le dernier jour, mais il semble qu'un certain nombre de ces appareils suivent à la lettre les spécifications, permettant une localisation GPS sans que cela soit signalé à l'utilisateur.

On se souvient du scandale du Palm pré découvert par Joey Hess, Palm ayant ajouté un logiciel dans webOS envoyant via internet les coordonnées GPS ainsi que le temps d'utilisation de chaque application sur le téléphone.

Encore plus récemment, c'est l'iPhone qui a fait parler de lui suite à la découverte d'une application récoltant les numéros de téléphones des utilisateurs afin d'alimenter une base de client. La boite à l'origine de MogoRoad, le logiciel en question, a dû retirer son logiciel de l'AppStore, mais il semble que d'autres applications du même tonneau existent encore.

Cette nouvelle découverte jette une fois de plus le discrédit sur le respect de la vie privé par le monde de la téléphonie mobile.