Journal partenariat ecoeurant

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
39
30
nov.
2015

Envie de vomir

C'est déjà difficile d'enseigner l'informatique de façon neutre, mais avec ce genre de contrat, ça va être encore plus difficile…

«… un partenariat renforçant l'accompagnement …» ça veut dire qu'il y avait déjà une action en ce sens.

  • Ce n'est pas demain la veille qu'on aura de l'informatique libre par l'éducation nationale,
  • Je croyais que l'enseignement se devait d'être laïque (et oui, pas seulement du point de vue de la religion).
  • # Contenu du lien:

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Extrait de la page : http://www.education.gouv.fr/cid96030/numerique-a-l-ecole-partenariat-entre-le-ministere-de-l-education-nationale-et-microsoft.html

    Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Alain Crozier, président de Microsoft France ont signé un partenariat renforçant l'accompagnement proposé par Microsoft dans le cadre du Plan Numérique à l’École en cours de déploiement.

    Engagement fort du président de la République, le plan numérique était au cœur des discussions entre le président de la République, François Hollande et Satya Nadella, le CEO de Microsoft, lors de sa visite à Paris le 9 novembre.

    Le partenariat d'une durée de 18 mois réunit Microsoft et le ministère sur 5 axes clés :

    L'engagement dans une démarche visant à l'adhésion à une "Charte de confiance" en cours de rédaction sous l'égide des services de l'État, permettant d'assurer la protection de la vie privée et des données personnelles des élèves et des enseignants. Une telle charte s'appliquera à l'ensemble des éditeurs
    L'accompagnement et la formation des acteurs du Plan Numérique à l'École utilisant les technologies Microsoft, des cadres aux enseignants
    La mise à disposition de solutions pour une utilisation pertinente, facile et optimale des équipements mobiles. Ce plan passe notamment par la mise à disposition de l'écosystème Cloud de Microsoft pour tous les établissements scolaires du Plan Numérique à l'École qui le souhaiteraient
    Une expérimentation pour l'apprentissage du code à l'école. Microsoft s'engage à accompagner la formation des enseignants pour les préparer à l'animation de cours spécifiques sur l'apprentissage du code, à mettre à leur disposition une plateforme de "jeux sérieux" et un réseau social interne sécurisé et privé

    Une aide de Microsoft aux acteurs français de l'e-Éducation. Ce plan d'aide se traduira par un support financier, technique, opérationnel et commercial aux différents acteurs français de l'e-Éducation, incluant des constructeurs français de terminaux mobiles, les éditeurs d'applications éducatives et les éditeurs de ressources numériques et de manuels scolaires.

    L'accord : http://cache.media.education.gouv.fr/file/Partenaires/17/7/convention_signee_506177.pdf

    • [^] # Re: Contenu du lien:

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Le problème, c'est aussi la formation des enseignants et des cadres de l'éducation nationale. La majorité ne comprennent pas grand chose à l'informatique : pour eux, Microsoft, ça leur semble normal, c'est aussi ce qu'ils ont à la maison. Ils ne comprennent pas les enjeux et ne connaissent pas les alternatives. La solution, c'est peut-être plus (encore plus, car certaines associations le font très bien) de lobbying du logiciel libre dans le monde de l'éducation, et sans doute aussi des entreprises (SSII) qui essaient d'investir cette niche avec du libre.

  • # Caricature

    Posté par (page perso) . Évalué à -10. Dernière modification le 01/12/15 à 00:04.

    Envie de vomir

    Lire ce genre de mots, ça ne me donne pas envie de croire qu'il y a une réflexion derrière, et d'imaginer que ce soit intéressant (et je parie que tu es tout aussi "neutre" qu'eux quand tu parles informatique, juste dans l'autre sens… Et que ça ferait "envie de vomir" tout autant la partie "adverse")
    Ca fait très Hôpital qui se fout de la Charité.

    Sérieux, vous voudriez décrédibiliser le libre en faisant croire qu'il y a rien d’intéressant qui sort des écrits des libristes que vous feriez exactement cette caricature.

    • [^] # Re: Caricature

      Posté par . Évalué à 10.

      Zenitram, il me semble que l'idée de "décrédibiliser le libre" ne veut pas dire grand chose au pied de la lettre, mais bon, je pense comprendre ce que tu veux dire.

      Ceci étant, venant de passer deux ans dans une inspection académique, vivant avec une enseignante depuis plus de 20 ans et ayant passé de nombreuses années à essayer d'aider des établissements du primaire et du secondaire sur le plan informatique, je n'ai qu'une chose à dire à la lecture de cette annonce sur le site du ministère :

      Ça me donne envie de vomir.

      Tu vas peut-être trouver ce message très "provoc", mais je rejoins carrément err404 sur ce coup. Il y a de quoi pleurer après avoir gerbé.

      • [^] # Re: Caricature

        Posté par . Évalué à 10.

        Le problème n'est pas l'implication de Microsoft dans l'éducation, mais il est le seul. Toute une génération d'enfants ne connaîtront que ses produits et n'auront qu'une vision minimaliste de l'informatique ("les ordinateurs c'est Windows et le design Apple…"). Il serait préférable de donner aux enfants une vision globale de ce qui existe, histoire de ne pas encore avoir une génération qui ne connaît des bases de données qu'Access, du traitement de texte Word, des écran les "bureaux fenêtrés"…
        D'un autre côté vu le peu de moyen donné aux écoles (formation des professeurs inexistantes, niveau de compétence proche de Mme Michu), matériel obsolète, c'est mal parti !

        • [^] # Re: Caricature

          Posté par . Évalué à 10.

          Donc si on leur montre comment utiliser AIX et Lotus ça te convient ? :-)

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Caricature

            Posté par . Évalué à 10.

            non, un Raspberry Pi peut suffire. Ça coute pas cher et tu vois "autre chose".

          • [^] # Re: Caricature

            Posté par . Évalué à 6.

            Principe 9 de la déclaration des droits de l'enfant de 1959:
            L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation.

            Ca va pas le faire.

            • [^] # Re: Caricature

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation.

              Il y a un « et » donc il ne faut protéger que si ces 3 facteurs sont en jeux.
              Je ne pense pas que Microsoft soit cruel avec les enfants.

              note : c'est de l'humour. Mais il faut deviner laquelle des 2 phrases est concernée.
              note-bis : le « ou » inclusif est possible.

              • [^] # Re: Caricature

                Posté par . Évalué à 0.

                Oui; de l'intérêt de ne plus rédiger les textes de lois dans un langage où une phrase peut donner lieu à différentes interprétations.

                On pourrait aussi développer (au sens matheux du terme) la phrase ainsi:

                    "L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation."    
                    => "L’enfant doit être protégé contre (toute forme de négligence, de cruauté **et** d’exploitation)."
                    => "L’enfant doit être protégé contre (toute forme de négligence) **et** contre (toute forme de cruauté) *et* contre (toute forme d’exploitation)."
                    => "L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence **et** l’enfant doit être protégé contre toute forme de cruauté **et** l’enfant doit être protégé contre toute forme d’exploitation."
                

                Je vous l'accorde, à l'arrivée, le style est un brin lourdingue.

                <utopie_rêveuse>
                Réécrivons donc la Loi en Code, du pur et dur, compilable ou interprétable (mais l'interprétation sera univoque!), et indiscutable.

                Au boulot (il y en a), amis codeurs et hommes de lois (on va rire, à mélanger ces mondes!). Comme je dis souvent "nul n'est censé ignorer la loi" (certes), mais nul n'est capable de la connaître (tout du moins, je mets au défi quiconque de la connaître entièrement). Je pense qu'on en est au stade où seul un ordinateur est capable d'intégrer toute la Loi (et encore, que la française!), encore faut-il lui parler dans ça langue, ça ferait un (gros) tas de code.

                Et il va falloir sacrément déboguer! J'ose pas imaginer les séances de tests…

                Et à la clé, on aura peut-être un système de loi parfait et équivoque </utopie_rêveuse>, mais ça aura un petit parfum orwellien…

                Bon, foin de troll, bon dimanche Libre à tous.

        • [^] # Re: Caricature

          Posté par . Évalué à 10.

          Le problème n'est pas l'implication de Microsoft dans l'éducation, mais il est le seul.

          Non, l'intrusion de plus en plus fréquente des entreprises privées dans l'éducation nationale (en manque récurrent de moyens), c'est le vrai problème. Ce n'est pas ainsi que l'on forme des citoyens. C'est comme ça qu'on fabrique des consommateurs.

          Après quelques années de ce régime, le green washing, etc.. est encore plus facile à faire passer, et on peut enchaîner COP sur COP sponsorisées par les pollueurs sans que ça ne gêne personne.

        • [^] # Re: Caricature

          Posté par . Évalué à 8.

          préférable de donner aux enfants une vision globale

          Une vision tout court. Parce que la tête enfouie dans un porte feuille de brevets on ne doit pas voir grand chose :-s

          kentoc'h mervel eget bezan saotred

      • [^] # Re: Caricature

        Posté par . Évalué à 10.

        Ouais après rien de nouveau sous le soleil… il faut que nous (les libristes) on se sorte les doigts du cul pour montrer qu'une alternative à Microsoft existe. Ca fait 230 ans qu'il y en a qui le font, et ça fait 230 ans que Microsoft force la porte des écoles et universités.

        Après, mon avis perso, c'est de croire que si un enfant découvre Microsoft à l'école, alors il ne saura jamais rien faire d'autre que d'utiliser Microsoft. C'est une vaste fumisterie de marketeux, et je laisse à Microsoft le soin de s'en rendre compte.

        • [^] # Re: Caricature

          Posté par . Évalué à 6.

          Mais heu… question beta, sur le marché, il y a quoi comme éditeur/société de services aux établissements (publics et/ou privés) qui tienne la route* avec une offre face à celles de Microsoft (et des éditeurs/petites sociétés de service locales qui relaient) ?

          Tant pour l'équipement des écoles que pour le SI (primaire & secondaire).

          • : d'envergure au moins régionale, voire nationale.
          • [^] # Re: Caricature

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            question beta, sur le marché, il y a quoi comme éditeur/société de services aux établissements (publics et/ou privés) qui tienne la route* avec une offre face à celles de Microsoft (et des éditeurs/petites sociétés de service locales qui relaient) ?

            La question, n'est à mon sens pas bêta du tout.

            pour répondre avec ce que je connais un peu de l'intérieur, en matière de serveur de fichier / contrôleur de domaine pour un établissement du secondaire il existe des alternatives plus ou moins libres. Je ne veux pas les mettre en concurrence ici, ce n'est pas le propos, je laisse juste un lien vers celle que j'utilise : http://wwdeb.crdp.ac-caen.fr/mediase3/

            C'est un vrai projet libre, communautaire, créé et développé par deux gus dans un garage quelques profs dans leur bahut. Le résultat est pas mal du tout, utilisable, pas plus buggé qu'autre chose, avec des fonctionnalités adaptées aux besoins des établissements. Normal : le besoin est bien connu puisque le développement est fait par les premiers concernés.

            Ce n'est pas non plus le monde des bisounours, les développeurs sont peu nombreux, sont profs et pas informaticiens, ont un vrai métier (sisi) avec de vrais élèves, de vrais cours, etc. donc les correctifs, les évolutions se font quand elles sont prêtes.

            Pour ce qui est de l'envergure : elle me semble être nationale, mais ce n'est peut-être pas ce genre d'envergure que tu évoquais dans ton message.

            • [^] # Re: Caricature

              Posté par . Évalué à 3.

              Pas mal du tout.

              L'envergure de déploiement, c'est déjà un excellent point, mais effectivement, je parlais davantage d'envergure business (tant pour la durée dans le temps que pour la stabilité économique de la solution).

              Je m'explique. Le commentaire de LapiGNU (#comment-1633005) parle aussi de l'aspect "clé en main".

              Les profs qui développent cette solution font un excellent boulot. Ils sont l'équivalent des innovateurs ou des early adopters (https://en.wikipedia.org/wiki/Early_adopter).

              Dans tous les cas, innovateurs et early adopters ont beaux avoir une énergie certaine, ils ne sont pas assez nombreux ni longs pour gérer le déploiement massif, ni la maintenance d'une technologie ou d'outils - dont ils se servent, au départ, pour des buts pédagogiques précis, ici.

              Pour la masse d'autres utilisateurs, qui, sans que ce soit péjoratif, suivent ce qui a été recommandé par leurs pairs ou leur hiérarchie (et pour qui, quoiqu'il arrive, que ce soit Pierre, Paul ou Jacques, ça ne fera ni chaud ni froid), pour cette masse, il faut des solutions clés en main d'accompagnement, de fourniture, d'installation, de formation et de maintenance.

              Et pour que ça tienne la route sur le long terme, crédible, il faut des acteurs professionnels qui complètent dessinent et proposent ces solutions, en collaborant avec les personnels pédagogiques d'un côté (parce que ce sont eux les utilisateurs premiers intéressés), et avec d'autres éditeurs/formateurs/installateurs/supports d'un autre côté.

              En plus, au delà des services fondamentaux (comme les annuaires dans ce cas), avec l'évolution du mode (desktops + serveurs) vers (projecteurs + tablettes + services SAAS) (que ce soit pour l'administratif scolaire ou les outils pédagogiques), il y a un boulevard monumental qui s'ouvre pour proposer des solutions différentes.

              • [^] # Re: Caricature

                Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 01/12/15 à 13:21.

                Pour la masse d'autres utilisateurs (…) il faut des solutions clés en main d'accompagnement, de fourniture, d'installation, de formation et de maintenance.

                C’est le cas dans mon académie : un collège peut demander à l’assistance du rectorat de lui installer un sambaedu, une partie de la formation est faite pour ce type de serveur et ces serveurs sont une des préconisations officielles pour les collèges.

                Ces trois points constituent déjà en eux même un soutien institutionnel plus ou moins direct au projet. Évidemment, on peut toujours envisager et réclamer plus, mais c'est déjà ça.

            • [^] # Re: Caricature

              Posté par . Évalué à 2.

              Et en nombre d'utilisateurs, vous en avez combien ?
              L'éducation nationale, c'est 800000 enseignants et 12 millions d'élèves. Il faut combien de machines physiques pour un cloud avec autant d'utilisateurs ? (en comptant les backups, le load-balancing, etc.)

              • [^] # Re: Caricature

                Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 01/12/15 à 21:29.

                je pense qu'il y a une confusion dans ton interprétation : SambaEdu est un serveur de fichier - contrôleur de domaine destiné aux réseaux internes des établissements. Cela n'a rien d'un claoude.

                Chez moi ça tourne sur un petit serveur pour 800 utilisateurs (élèves + profs) et une petite centaine de clients W7.

                Pour ce qui ressemble plus à un cloud, les ENT ne sont pas encore généralisés partout, mais quand ils le sont, c'est à l'échelle des collectivités qui financent. L'Alsace est un des plus gros consommateurs avec 216 établissements, 130 000 élèves, les profs et assimilés et les parents. Les chiffres que j'ai en tête c'est 2 millions de connexions par mois et 150 000 visiteurs uniques. Là par contre, c'est du propriétaire et à ma connaissance sur plateforme microsoft. Je n'ai pas de détail précis sur l'architecture et je sais pas si l'éditeur a communiqué publiquement là-dessus.

                Un petit îlot de libre quand même avec moodle.

                Pour les outils plus administratifs (gestion des élèves et des personnels, etc.) je les connais mal mais au moins certains sont dupliqués au niveau académique. On ne doit donc pas avoir vraiment à faire à « 800000 enseignants et 12 millions d'élèves »

          • [^] # Re: Caricature

            Posté par . Évalué à 0.

            Très bonne question … je n'en sais rien, mais ce qui est sûr c'est que les moyens de lobbying entre le privé et les libristes ne sont pas du tout les mêmes… En outre, les moyens de Microsoft sont assez énormes… ils peuvent brader leur produits (en apparence)

        • [^] # Re: Caricature

          Posté par . Évalué à 9.

          et je laisse à Microsoft le soin de s'en rendre compte.

          Ils en sont parfaitement conscient, c'est un principe vieux comme le commerce rendre les gens dépendant de tes produits, les dealers de drogues dures à forte dépendances commencent souvent par donner des échantillons gratuits.
          La caricature est un peut forte certes mais loin d'être fausse.

          kentoc'h mervel eget bezan saotred

      • [^] # Re: Caricature

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Oui, je te comprend, j'ai bossé pour une structure d'aide aux EPLE, j'ai vu des profs pousser le libre et ce genre de chose ne fait vraiment pas plaisir.

        Mais bon, je faisais ce taf il y'a 10 ans et Linux a vraiment pris sa place coté serveur, que ce soit dans les collèges/lycées, dans les universités ou encore les ministères… Windows a pour lui Active Directory. D'ailleurs, Microsoft serait inexistant coté serveur sans cette techno et son intégration avec l'environnement client Windows…

    • [^] # Re: Caricature

      Posté par . Évalué à 10.

      Ca fait très Hôpital qui se fout de la Charité.

      Bon, je n'en peux plus. À chacune de tes interventions, tu conchies tout ce qui peut avoir un avis, surtout quand il est différent du tien. Le TINA, c'est ta façon de vivre. Mais figure toi que dans ce monde, les gens ont tous des idées différentes. Et c'est bien heureux que nous puissions les discuter, les tester et choisir en toute conscience, sinon ça fait longtemps qu'on serait mort à cause d'une idée stupide (qui viendrait peut-être de toi).

      Tu défends souvent l'idée qu'une discussion apaisée permettrait de trouver la meilleure solution. Mais figure toi que ce monde là n'existe pas. Rien n'a jamais été obtenu par qui que ce soit par une discussion apaisée. Avant, on faisait la guerre pour un oui ou pour un non. Aujourd'hui, c'est un peu moins violent physiquement mais le combat n'en est pas moins âpre. Il faudra un jour te faire à l'idée qu'il existe des intérêts divergents dans ce bas monde et que chaque groupe défend ses intérêts. Le fait de nier le droit à quiconque de défendre ses intérêts me paraît hautement suspect. Et pour le coup, c'est bien toi l'hôpital qui se fout de la charité parce que toi, tu ne te prives jamais de défendre tes intérêts.

      • [^] # Re: Caricature

        Posté par . Évalué à 10.

        Tu défends souvent l'idée qu'une discussion apaisée permettrait de trouver la meilleure solution

        Ben déjà, pour avoir une discussion apaisée, il faudrait qu'elle se déroule sans Zenitram ;-)

    • [^] # Re: Caricature

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Marrant, ton commentaire peut s'adapter à tout, en fait.

      Bref, avec Zenitram, la colère, le sens de la révolte, il faut l'étouffer, il ne faut plus que décrire calmement et dans la pacification tout ce qui est en train de nous dégoûter.

  • # fake, It is a trape!

    Posté par . Évalué à -6.

    Et oui !
    Les meilleurs pédagogues sont dans l'éducation nationale, dans les écoles de musique ou au bord des terrains de sports !

    Et on les retrouve aussi dans les " Lugs " présents un peu partouts ! pas chez Microsoft.

    C'est gentil de faire des chèques en bois à microsoft (qui a des bon cigares cubains) et il faut dire qu'en ce moment à Paris ca craint un peu alors on aimerait bien que les jeunes la ramène là où il faut.
    Je pense que microsoft n'a absolument rien à mettre sur la table afin de proposer mieux que des solutions dimentionnées localement parfois par les enseignants eux meme qui se débrouillent parfois pour mettre en place des solutions logicielles adaptées à leurs besoins.
    Je pense à ma prof de science qui réussissait à trouver des contenus animés qu'elle avait demandé à un collègue de copier pour diffuser dans la salle informatique, c'était il y a 15ans et son choix était pédagogique et non pas technocrate)

    Que propose microsoft concrètement ? Un tableau numérique sans contenu et sans formations des utilisateurs ? Une plate forme de formation stigmatisée? Libre à quiconque (enseignants et étudiants) de s'échapper de cette "prison logicielle" en utilisant ses propres outils et partenaires. Les solutions libres ne cessent de fleurir microsoft n'a qu'à s'accrocher à son stylo.

    • [^] # Re: fake, It is a trape!

      Posté par . Évalué à 10.

      Les meilleurs pédagogues sont dans l'éducation nationale, dans les écoles de musique ou au bord des terrains de sports !

      C'est tout à fait exact. Mais les prescripteurs se trouvent dans les bureaux des Inspections Académiques et des Rectorats, et sont invités tous les ans dans les locaux de Microsoft après s'être retrouvés à Educatice-Eduscol, cette incroyable vitrine de tout ce qu'il est possible d'inventer de très onéreux pour dépenser l'argent public dans des solutions aussi privatrices que possible.

      Je pense que microsoft n'a absolument rien à mettre sur la table afin de proposer mieux que des solutions dimentionnées localement parfois par les enseignants eux meme qui se débrouillent parfois pour mettre en place des solutions logicielles adaptées à leurs besoins.

      Juste treize millions d'euros … http://www.rfi.fr/emission/20151109-satya-nadella-microsoft-elysee par exemple.

      En outre, Microsoft ne propose pas forcément "mieux", mais toujours "clé en main", ce qui fait une très grosse différence. Les enseignants dont tu parles, qui arrivent à mettre en place localement des solutions, ne sont que marginaux.

      • [^] # Re: fake, It is a trape!

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        En outre, Microsoft ne propose pas forcément "mieux", mais toujours "clé en main"

        Et ça fait une très très très grosse différence pour un daicideur.

  • # Ouai...

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne sais pas d'où vient cette manie de nous dirigeants de croire que lâcher de la thune c'est agir.

    On fait de gros chèques à de grosses entreprises le projet accouche d'une sourie à 3 pattes et rien à faire on s'y remet sans se poser la moindre question.

    Je présume qu'ils se disent qu'ils injectent de l'argent dans l'économie, mais il y a suffisamment de choses à faire pour se lancer dans des choses plus concrète que des grands plans marketing.

    Ce qui me dégoûte ce n'est pas le côté libre ou non, c'est la débilité de la gestion. On étudie pas les besoins pour tenter de les combler, on se laisse étourdir par des discours marketeux. Ce n'est pas comme ça qu'on avance.

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Ouai...

      Posté par . Évalué à 10.

      Michel, en l’occurrence c'est Microsoft qui fait un chèque de 13 millions d'euros, là. C'est cadeau.

      C'est l'Education Nationale qui accueille à bras ouverts les fonds privés américains. Ça vient juste après l'accord avec Cisco pour garantir à nos établissements scolaires un réseau de "classe américaine" pendant que, sur le terrain, les petites chevilles ouvrières continuent à discuter cyclimse pendant la pause café.

      • [^] # Re: Ouai...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Bonjour,

        de souvenir, les 13 millions sont une estimation du prix des licences logiciels offertes, donc en réalité cela ne coûte rien à Microsoft.

    • [^] # Re: Ouai...

      Posté par . Évalué à 10.

      Ce qu'on ne voit pas (ou fait semblant de ne pas voir), ce sont tous les services externalisés et confiés à divers organismes privés.
      Prenons l'urbanisme ou le logement: dans les ministères, il n'existe plus (à part les survivants de la saignée de l'emploi publique) de gens capables et en nombre suffisant pour réaliser des études. Ces études sont commandées à des bureaux d'études privés qui facturent de façon plus ou moins honnête et le mieux possible au vu du cahier des charges. L'étude est commandé par des gens qui n'ont pas les connaissances suffisantes avec un budget insuffisant. Résultat: l'étude n'est pas terrible et elle n'est pas évaluée comme elle le devrait.
      Finalement, on n'a pas fait d'économie mais on a mal fait le boulot. Et les politiques peuvent assurer qu'il font très attention au budget de l'état. Les exemples ne manquent pas.

      • [^] # Re: Ouai...

        Posté par . Évalué à -1.

        A contrario, les exemples ne manquent pas non plus d'organismes publics qui ne savent pas bien gérer des dossiers dont dépendent des initiatives du secteur privé ou associatif.

        À leur décharge, cela vient parfois du législateur qui … bref. Mais pas toujours.

        Bref. On peut voir le verre à moitié vide, ou le verre à moitié plein. Les partenariats publics/privés, comme tous les partenariats, pré-supposent une bienveillance des acteurs. Sans quoi, de toutes façons, rien ne se fait. Ça n'empêche pas les abus, les problèmes, les incompréhensions, etc. qu'il faut éviter ou régler autant que possible.

        Le secteur public n'est pas la solution à tout. Le secteur privé non plus.

        Concernant le sujet de ce journal, la question constructive, c'est plutôt : quels sont les acteurs associatifs ET professionnels (parce que sans le soutien d'une activité économique rentable, ce n'est même pas la peine d'envisager la chose) qui existent déjà, qui fournissent les écoles, qui pourraient se regrouper pour offrir une offre cohérente, nationale, et relativement pérenne qui pourrait être une alternative à l'échelle de ce que propose Microsoft (en comm', en envergure, en offre) ?

  • # PartenariatS

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

  • # Ce n'est que le début.

    Posté par . Évalué à 0.

    Pas étonnant de la part de ce gouvernement qui négocie en secret l'union transatlantique (TAFTA), i.e. la soumission totale de la France au droit et règlements américains, ainsi que l'instauration de tribunaux de droits privés devant lesquels les multinationales pourront porter plainte contre les États. Demain, par exemple, Microsoft ou Monsanto pourront porter plainte contre la France pour concurrence déloyale ou exiger des dédommagements pour des manque-à-gagner virtuels.

    • [^] # Re: Ce n'est que le début.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Cela me fait penser à l'origine des deux guerres de l'opium, en Chine. Parce que les marchands ne pouvaient plus vendre leur produit (l'opium) en Chine.

  • # c'est qui ???

    Posté par . Évalué à -1.

    c'est qui l'étudiante à côté du gars de chez microsoft ?

    :p

    ils font comment ces gens pour être ministres à cet âge ? ça fait pas très crédible tout de même…

    • [^] # Re: c'est qui ???

      Posté par . Évalué à -4. Dernière modification le 01/12/15 à 17:15.

      C'est la personne qui a participé au projet et qui ne s'est pas opposée à être photografiée durant une réunion de travail.

  • # On va bientôt voter

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Vous allez donner votre pouvoir de décision dans quelques jours à nos futurs élu(e)s régionaux (ou ne pas voter, ce qui revient à faire un chèque en blanc). Choisissez bien : http://campagnes.candidats.fr/regionales2015/

  • # Déroulement : quelques articles de presse en parlent

    Posté par . Évalué à 1.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.