Journal mmme : MiniMalist Markdown Editor

14
11
juin
2013

Bonjour à tous les linuxfriens qui n'auraient pas suivi dans sa totalité le troll a plus de 200 messages qui a suivi le message du 15° anniversaire de la création du site par Fabien Penso (gloire à lui).

L'objet d'un troll est certes avant tout de s'amuser, mais sur un site de qualité comme celui-ci, il arrive fréquemment qu'il finisse par en plus être instructif. Pour ma part, un sous-troll de 25 messages qui m'a particulièrement occupé était l'inexistence d'un équivalent sous Linux des logiciels Ommwriter et ByWord qui, sur mac, facilitent la tâche des gens qui écrivent régulièrement. Alors pour rappel, la différence entre une époque où on écrit et une époque où on n'écrit pas ou peu, historiquement c'est ce qui permet de distinguer la préhistoire des temps historiques, donc ce n'est pas aussi anecdotique que ça en a l'air : pour moi c'est aussi important que de faciliter la vie des gens qui veulent écrire… des programmes. Et là il y a 42 éditeurs, 10 IDEs et une myriades d'outils annexe pour aider les gens. Pourquoi n'y en aurait-il pas pour aider les gens qui écrivent tout court ?

Cet éditeur si utile, je l'avais nommé dans ma tête MiniMalist Markdown Editor d'où le titre du journal. L'idée était que s'il prenait à quelqu'un l'envie de faire un fork qui aurait l'intuitivité de vim mais un peu plus puissant qu' emacs, grand bien lui fasse, mais qu'on verrait facilement qu'il s'agirait de deux projets distincts. Plus important encore, ça me dissuaderait moi-même de rajouter trop de fonctionnalités hors sujet. Reste une question : cet éditeur si utile, faudrait-il le coder moi-même où suffirait-il de découvrir qu'on m'avait caché son existence jusqu'ici ?

C'est là qu'intervient la méthode trollesque de recherche de la vérité : quand de guerre las d'avoir cherché et pas trouvé une solution, on assène avec aplomb qu'elle n'existe tout simplement pas, ce qui suffit à démontrer l'immaturité de GNU/Linux—dans le secret espoir qu'un contradicteur démontre que ça existe, que c'est bien foutu, et que lui se dise tout aussi secrètement que ça mériterait que ça soit amélioré et davantage connu si c'est si bien foutu (y'a pas de raison de garder un tel trésor pour soi non ?).

Et ça n'a pas raté grace à gnumdk d'abord, puis surtout à Michel Barret au bout de 8h30 de discussion qui m'en a asséné pleins d'un coup pour me clouer le bec. Qu'ils en soient remerciés. En retour, voici mon évaluation perso desdits logiciels (pour contribuer à ce qu'ils soient meilleurs ou plus connus, cf supra) :

  • Trelby : premier candidat qu'on m'a cité, évaluation déjà donnée rapidement dans ma réponse à gnumdk. L'auteur de Trelby s'est visiblement donné beaucoup de peine, mais pour moi il a complètement sa cible (en tous ma cible). Regardez la liste des fonctionnalités qui sont sur le site, il y en a largement 80% qui sont plus néfastes qu'utiles. Je ne suis pas un nazi du design ergonomique partout et en tous lieux ; mais pour rappel les principaux dangers qui paralysent l'écrivain ne sont pas le fait qu'il manque une possibilité de configurer les touches entrée et tabulation, ni l'absence du format d'export .fontain (????) mais l'angoisse de la page blanche, ne pas savoir sur quel sujet écrire, la peur de n'avoir rien d'intéressant à raconter, la procrastination, l'impossibilité à se concentrer suffisamment longtemps. Pour faire un peu dans la provoc', même le correcteur orthographique est pour moi de trop : être constamment notifié de la médiocrité de son orthographe distrait de l'objectif principal qui est, au départ du moins, de sortir ce putain de premier jet de l'oeuvre à venir (Anne Lamott : Perfectionism is the voice of the oppressor, the enemy of the people. It will keep you cramped and insane your whole life, and it is the main obstacle between you and a shitty first draft)
  • focuswriter : nom prometteur, mais le logiciel n'est pas dans ma debian (pas à jour certes) donc je zappe. Oui c'est injuste mais ne comptez pas sur moi pour mettre à jour mon système juste pour tester un soft aussi simple
  • pyroom : pas mal du tout. Très semblable au premier abord à Ommwriter, l'ambiance en moins : dans Ommwriter il y a une ambiance sons (comme si on était sur une machine à écrire par exemple)-musique-couleur. La page d'aide précise "PyRoom vous permet de vous abstraire des options de formatage et des bouton". Là aussi c'est semblable à Ommwriter dans le fait qu'on ne peut pas faire de formatage du tout ; à l'utilisation, je préfère le principe de ByWord où on fait le formatage grâce à la syntaxe markdown bien connue des lecteurs de ce site. Ah, au passage, je me fous de savoir qui de Ommwriter ou de pyroom a copié l'autre, pour moi il est naturel et non pas honteux de copier.
  • catlooking : pas dans ma debian non plus. ubuntu only ? Donc je zappe. J'ai choisi debian pour ne pas avoir à m'emmerder avec des logiciels non paquagés ; debian et non pas ubuntu parce que je n'avais pas envie de m'emmerder avec les mises à jour du système. Donc si ça vous semble absurde, rappelez vous que ce sont deux sources majeures de procrastination en moins.
  • textroom : pas dans ma debian non plus bien qu'il soit censé supporter "debian, fedora, and numerous linux distributions". A voir la liste des fonctionnalités bizarre et dont on peut prédire qu'elle va se rallonger de version en version, je pense que je ne perd pas grand chose à ne pas avoir à le tester.
  • jdarkroom : bon j'allais faire le pénible parce qu'il n'est pas apt-getable, que c'est du java, et qu'il faut se taper à chaque fois la commande imbittable pour l'essentiel de l'humanité : java -jar truc.jar. Mais je me suis mis à rédiger un compte-rendu pour vous, donc je fais l'effort et je note que le type a compris le principe. C'est très semblable à pyroom. L'un est en java et l'autre en python, mais là j'ai envie de dire : WTF? Who cares ? Si c'est important pour vous, c'est vous qui voyez.
  • uberwrite : alors là j'allais abandonner parce que ni apt-cache ni google ne connaissaient ce logiciel. Et là j'ai l'intuition qu'il s'agit d'une faute d'orthographe. Hélas il n'est toujours pas dans apt-cache. Mais cette fois google connait http://uberwriter.wolfvollprecht.de/

Là je lis la description et je me dis que, n'en déplaise à Jean-Luc Mélenchon, moi j'ai envie d'être allemand ! (Oui, ça fait une seule personne pour l'instant, mais mathématiquement ça suffit pour démentir la généralité stupide qu'il vient de sortir). Le type (pas Mélenchon, Wolf Vollprecht, l'étudiant de 21 ans auteur de uberwriter) semble avoir devancé tous mes désirs : éditeur clutter-free, full-screen, sans possibilités de configuration idiotes, et markdown évidemment ! Je vous laisse lire le site web pour plus de détails.

Et là sniff, je vois qu'il n'est disponible que dans le ubuntu software center. Splendeur et misère du monde linuxien :'(

Alors pitié, dites moi que ce soft marche bien, paquagez le moi dans vos distros favorites, faites en la pub autour de vous puisqu'il le mérite, et alors je pourrais rajouter dans mon .bashrc

alias mmme=uberwriter

  • # Ma solution

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 11/06/13 à 13:11.

    Ma solution c'est d'utiliser un éditeur comme Kate, Gedit, Notepad++ ou encore nano et un wrapper en bash pour le script Perl original de Markdown.

    Pour l'instant il est simple mais je sais que je pourrai ajouter des fonctionnalités au fur et à mesure des besoins.

    #!/bin/bash
    
    if [ -f $1.markdown ];
     then 
      start_time=$(date +%s)
      echo "<!DOCTYPE HTML PUBLIC \"-//W3C//DTD HTML 4.0//EN\">" > $1.html
      echo "<html><head>" >> $1.html
      echo "<style type=text/css>" >> $1.html
      echo "@font-face {font-family:lucida_sans;    src: local("Lucida Sans Unicode");}" >> $1.html
      echo "@font-face {font-family:lucida_console; src: local("Lucida Console");}" >> $1.html
      echo "body {font-family:lucida_sans;}" >> $1.html
      echo "#contact,#horodatage {font-family:lucida_console;text-align:right}" >> $1.html
      echo "</style>" >> $1.html
      echo "<meta charset=\"utf-8\" />" >> $1.html
      echo "<title>$1</title>" >> $1.html
      echo "</head><body>" >> $1.html
      /cygdrive/z/Scripts/Markdown.pl $1.markdown >> $1.html
      echo "<div id=contact><a href=mailto:stephaneXXXXX@XXXXX>stephane.0@0000</a></div>" >> $1.html
      echo "<div id=horodatage>Dernière mise à jour : $(date '+%d/%m/%y - %H:%M (%Z)')</div>" >> $1.html
    
      echo "</body></html>" >> $1.html
      end_time=$(date +%s)
      generation_duration=$(( $end_time - $start_time))
      echo "<!-- Document généré en $generation_duration seconde //-->" >> $1.html
     else
      echo "$1.markdown doesn't exist. Exiting.";
    fi;
    
    

    (Oui je sais, imposer une police via CSS c'est pas forcément sympa, mais bon, je testais)

    Tu peux bien sûr utiliser l'éditeur de ton choix (un plus minimal, fullscreen, fait pour pas distraire), sans support markdown intégré, le wrapper te permet d'avoir certaines libertés.

    • [^] # Re: Ma solution

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Si tu veux pouvoir exporter à d'autres formats que html (latex, beamer, docbook, , présentation html, etc…), et disposer d'un système de templates déjà fait, il y a pandoc, en plus d'un certain nombre d'extension assez utiles. Seul inconvénient, le programme est écrit en haskell donc il faut avoir ghc d'installé.

      • [^] # Re: Ma solution

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est pas KISS du tout pour ce que j'ai à faire ni pour ce que l'auteur du journal recherche mais merci quand même d'avoir cité ce programme, c'est effectivement un must pour réaliser et gérer une documentation solide, conséquente avec une possibilité de rendu au top grâce à LaTex.

        • [^] # Re: Ma solution

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Pandoc n'est pas un très gros programme, et la plupart du code c'est pour les différents formats supportées, c'est très modulaire, et ça pourrait servir de référence pour un éditeur markdown.

          Bon, je sais que le mot haskell fait peur, mais dans ton commentaire il y un script shell, et le mot perl, de quoi effrayer plus d'un âme sensible, et Mme Michu n'a probablement rien compris à nos commentaires ;)

          • [^] # Re: Ma solution

            Posté par . Évalué à 0.

            Mais, j'ai rien dit sur Haskell ! :)

          • [^] # Re: Ma solution

            Posté par . Évalué à 2.

            …et Mme Michu n'a probablement rien compris à nos commentaires ;)

            Et madame Michu on s'en bat les roustons, elle n'est pas la cible, encore que, aurait-elle seulement réussi à comprendre le MarkDown?

            • [^] # Eul' Markdown cheu bion

              Posté par (page perso) . Évalué à 9.

              Et madame Michu […] aurait-elle seulement réussi à comprendre le MarkDown?

              Ben justement, il se trouve que je l'ai là à coté de moi, et elle semble dire (elle parle tout doucement en patois bas-breton) qu'elle comprend plutôt bien un texte écrit comme ça :

              * La dernière histoire
              
              ** chapitre premier
              Le dernier homme sur la terre se tenait assis dans une pièce *vide*.
              
              ** chapitre second
              Il y eut un coup à la porte.
              
              

              En tout cas mieux que (au hasard)

              <h1>Titre de l'histoire</h1>
              
              <h2>chapitre premier</h2>
              <p>Le dernier homme sur la terre se tenait assis dans une pièce <strong>vide</strong>.</p>
              
              <h2>chapitre second</h2>
              <p>Il y eut un coup à la porte.</p>
              
              

              Ce qui est assez pratique pour échanger des documents et inviter à la contribution ; j'exporte le fichier en html (M-x org-export-as-html-and-open) puis je copie-colle le tout dans un mail HTML, puis j'attache le fichier markdown. Eh ben le croiras-tu, voilà mes statistiques validée par le Bulshit Institute itself :

              • 10 % Comprennent tout de suite, éditent le fichier markdown (.txt) et me le renvoient.
              • 20 % répondent avec leurs annotations en top-post du mail, ils n'ont pas compris. Pas grave. (quoique.docx).
              • 70 % Le reste m'appelle pour demander "je fais quoi avec ce truc attaché ?" Je leur dis juste "vous l'ouvrez ("- Avec quoi ?" "- Ce que vous voulez, tiens, notepad"), vous l'éditez, vous me le renvoyez" et ça marche.
              • [^] # Re: Eul' Markdown cheu bion

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                • La dernière histoire

                ** chapitre premier
                Le dernier homme sur la terre se tenait assis dans une pièce vide.

                ** chapitre second
                Il y eut un coup à la porte.

                On attend la suite avec impatience

              • [^] # Re: Eul' Markdown cheu bion

                Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 12/06/13 à 01:43.

                10 % Comprennent tout de suite, éditent le fichier markdown (.txt) et me le renvoient.
                20 % répondent avec leurs annotations en top-post du mail, ils n'ont pas compris. Pas grave. (quoique.docx).
                70 % Le reste m'appelle pour demander "je fais quoi avec ce truc attaché ?" Je leur dis juste "vous l'ouvrez ("- Avec quoi ?" "- Ce que vous voulez, tiens, notepad"), vous l'éditez, vous me le renvoyez" et ça marche.

                Ça c'est parce que t'es pas tombé sur le 1% de lourd qui va t'avoir remplacé les "**" par des "++" (parce que c'est plus joli), ajouter des sauts de ligne (parce qu'il faut sauter des lignes mon petit !) et collé le tout dans un .docx (euh…, bah… pourquoi pas garçon ?) Et qui va s'énerver parce qu'en plus il a tout fait à la main…

                Bon je plaisante, je suis d'accord avec toi. C'est pas dur d'expliquer le concept et le mec risque de se retrouver isolé à faire sa tête de con à pas faire comme on lui dit si tous les autres s'y mettent…

  • # En gros...

    Posté par . Évalué à 10.

    Tu nous dis que tu as lancé un troll en commentaire pour que quelqu'un te trouve ton logiciel et tu écris un journal pour que quelqu'un te le package!

    Bonne stratégie si ça marche…

    • [^] # Re: En gros...

      Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 20/06/13 à 15:10.

      Hello !

      Brillante mise à nue de ma stratégie

      Hélas pour l'instant, ça n'a marché qu'à moitié.
      J'ai donc contacté l'auteur de uberwriter pour lui demander si il y avait par hasard un moyen d'utiliser son logiciel.
      Il m'a bien précisé que c'était moins le désir que j'aurais trouvé légitime de monétiser un petit peu son travail qui fait que uberwriter était disponible sur ubuntu seulement, que le fait qu'il se trouve qu'il est sur une ubuntu, et que le déploiement d'une application tierce est… disons pour rester poli, plus pénible qu'il ne pourrait l'être.
      Et j'ai eu le plaisir d'être redirigé vers https://github.com/jonalmeida/UberWriter pour des packages debian.

      Hélas j'ai un problème avec ma debian en ce moment et ne peut confirmer que ça marche.

  • # Le commentaire inutile mais qui va bien

    Posté par . Évalué à 0.

    Merci pour ton journal, ça a l'air très intéressant et je vais même peut-être regarder de quoi tu parles !

  • # Le commentaire inutile mais qui va moyen plaire

    Posté par . Évalué à 1.

    "démentir la généralité stupide qu'il vient de sortir"

    En parlant de stupidité, interpréter la déclaration d'un politique qui parle de choix de société et des choix politiques (justement) en europe comme un genre de vérité à prendre au premier degré, on est censés qualifier ça comment ?

    Ça serait sympa, un peu de recul…

    • [^] # La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

      Posté par . Évalué à 10.

      Hello,

      alors déjà je dois avouer que je tape sur Mélenchon mais que ce qui m'avait énervé il y a quelque temps, c'est surtout un article du grand penseur qu'est Emmanuel Todd où après des remarques cinglantes et pertinentes que j'avais apprécié, il passait une moitié de son article à taper sur l'Allemagne d'une façon que j'ai trouvé limite haineuse.

      J'entends bien ton argument : Mélenchon a dit A mais en fait il fallait comprendre B, c'est les médias qui bla bla bla. Non. La ficelle a trop servi. Ce type est intelligent, il a fait des études de philosphie, il sait ce qui en restera dans les médias quand il fait ce genre de déclarations à la radio.

      Ma première pensée ça a été de la compassion pour les militants qui lui sont proches dont certains pourraient être un peu génés. En effet, ils ont déjà fort à faire pour convaincre en tête à tête des citoyens que cette fois les choses pourraient s'arrangeaient si on faisait confiance à "l'humain d'abord". Convaincre les gens rendus méfiants par trop de promesses de lendemain qui chantent, c'est un travail admirable et difficile (même si je suis pas souvent d'accord avec eux je le reconnais), alors si en plus il faut commencer par devoir déminer le terrain en se justifiant de la dernière sortie médiatique de sa tête d'affiche, c'est très agaçant.

      Ensuite j'ai analysé pourquoi ça m'a agacé moi. J'ai un rapport plus étroit avec l'Allemagne que la moyenne : une partie de ma famille y vit, j'y ai fait des études pendant 3 ans. Dans mon adolescence j'ai été marqué par un magazine qui publiait un florilège de la propagande française pendant la première guerre mondiale.

      Il y avait des traits d'esprits intemporels tels que : Les français mangent du pain blanc, les allemands mangent du KK
      Moins anecdotique, il y avait une caricature qui affirmait : Dans les tranchés, les cadavres de nos glorieux soldats sentent moins mauvais que ceux des allemands
      Outre l'aspect scientifiquement douteux de l'affirmation, je trouvais ça terrible qu'une république qui avait affirmé à la face du monde que tous les hommes naissent libres et égaux se soit enfouie dans la fange jusqu'à affirmer que même dans la mort ils étaient inégaux. J'avais trouvé ça incroyable et révoltant qu'une telle bêtise ait permis ce massacre humain sans précédent.

      Et voilà donc qu'Emmanuel Todd et Jean-Luc Mélenchon fêtent par une saillie d'un tel niveau intellectuel le quasi-centenaire du point de départ ce grand suicide collectif.

      Alors oui ça m'a donné l'envie de nuire à la bêtise. De taper fort pour que la prochaine fois qu'ils veulent dire B, ils disent B et non pas A.

      Pour te montrer ce que c'est que dire très explicitement B et pas A, je te conseille de lire le livre de Guillaume Duval d'Alternatives Économiques dans son bouquin Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes

      Pour résumer rapidement, Guillaume Duval montre
      1) qu'il est juste absurde de dire qu'on va suivre le "modèle X", qu'il ne s'agit pas de recettes de cuisine qu'on puisse copier-coller et plaquer sur la réalité française, mais de différences structurelles qui s'enracinent dans l'histoire.
      2) que oui il y a bien des choses admirables dans le système allemand dont on fera bien de s'inspirer et qui ont permis à l'industrie allemande de tenir le choc quand l'euro est passé de 0.8$ à 1.5$ alors que l'industrie française soumise au mêmes contraintes plongeait.
      3) mais que ce ne sont pas les réformes anti-prolos de Schröder qui sont responsables de ce succès. Là Duval attaque au bazooka les penseurs économiques français ignares qui se répêtent les uns les autres sans rien comprendre de ce qui s'est joué.

      • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

        Posté par . Évalué à 6.

        Vite fait :

        Je pense que tu t'enflammes super rapidement et qu'il est hors de question de parler de détester tous les allemands, en vrai.
        Et je pense que ce raconte Duval n'est pas incompatible avec ce qu'avancent Mélenchon (pour le FdG) ou Todd, à savoir que les réformes Hartz IV sont une boucherie pour les allemands les plus pauvres et aussi que la réussite allemande en Europe doit beaucoup à la façon dont l’Allemagne a imposé sa politique, en fonction de ses spécificités.

        Par ailleurs, coup de tonnerre, il y a plein de trucs qui fonctionnent très bien en Allemagne et dont pourrait s'inspirer, ça alors…

        J'entends bien ton argument : Mélenchon a dit A mais en fait il fallait comprendre B, c'est les médias qui bla bla bla.

        Les médias rien du tout. Les formules qui claquent font passer la parole du FdG dans les médias.
        Pour l'interprétation de A ou de B, c'est à toi de faire le boulot (et là c'était pas sorcier, si on sort un peu de la parano "haine anti-allemands").

        • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

          Posté par . Évalué à 2.

          Et je pense que ce raconte Duval n'est pas incompatible avec ce qu'avancent Mélenchon (pour le FdG) ou Todd

          Je dis que c'était incompatible, je dis que Duval ouvre des perspectives en faisant très précisément la part des choses ce qui est important car mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde (cf je sais plus qui) tandis que Todd du haut de ses compétences supposées d'historien ou d'anthropologue est prompt à parler de "les allemands" et que Mélenchon sort des "formules qui claquent", comme si on avait besoin de flatter les passions xénophobes en ces temps de crise. Oui, pardon mais il ne serait pas permis de dire que "personne ne veut devenir algérien" ou "personne ne veut devenir sénégalais".

          En plus il est risiblement facile de retourner la formule qui claque. Y a t'il tant de gens que ça qui veulent devenir français en ce moment ? Pour quelles raisons ? Parce que les administrations qui les prennent en charge dans les préfectures sont accueillantes ? Grace à l'équipe de football nationale ? Grace à la qualité de son personnel politique ?

          • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

            Posté par . Évalué à 2.

            Tu compares des choses non-comparables. Mélenchon a quelques minutes à chaque fois pour faire passer un maximum d'idées, après avoir répondu aux sempiternelles questions «Est-ce que vous regrettez … ?» face à des journalistes hargneux la plupart du temps. À côté, Duval écrit un bouquin où il peut exposer ses idées tranquillement.

            Si tu veux l'équivalent chez Mélenchon, tu peux aller lire sur son blog, il a fait une compilation sur l'Allemagne de textes issus de son blog : http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/contributions-sur-lallemagne/

            • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

              Posté par . Évalué à 3.

              Tu as raison de dire qu'il faut comparer des choses comparables, tort si tu sous-entend que la façon dont un auteur résume lui-même sa pensée n'a aucune importance. Quand on sort une phrase choc, c'est ça qui reste, soit qu'on l'approuve ("ouah ce qu'il lui a mis à Merkel") soit qu'on déteste ("c'est quoi cette sortie aussi fausse qu'insultante ?"). Donc pour comparer faudrait trouver un passage radio ou télé de quelques minutes de Guilaume Duval pour voir qui est le plus efficace pour renvoyer les copéistes dans leurs 22 mètres et faire vaciller le cours actuel d'Hollande (à savoir que s'il peut balayer le reproche d'un revers de la main en critiquant la forme, il ne se privera pas de le faire).

              Mon investigation s'arrêtera là car je ne regarde jamais l'étrange lucarne, ne saurait donc pas où chercher.

              • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                Posté par . Évalué à 4.

                Mélenchon a expliqué plein de fois sa stratégie médiatique, il n'y a aucune surprise. Il considère que les émissions dites politiques ne sont pas faites pour aider l'invité à exposer ses idées (enfin, ça dépend qui), mais à le casser et à le mettre en défaut, pour gonfler l'égo du journaliste qui interroge. Et il préfère largement les émissions de divertissement (genre ONPC avec Ruquier) où on lui laisse le temps d'exposer un raisonnement complet.

                Maintenant, s'il emploie des phrases-chocs, c'est fait exprès, il ne s'en plaint pas (et moi non plus). Il appelle ça des mots-obus, ça sert à transpercer le mur du silence. S'il ne les employait pas, personne ne saurait qui est Jean-Luc Mélenchon. Il a passé 20 ans de sa vie au PS à dire la même chose que ce qu'il dit là, il a écrit plein de bouquins très intelligents qu'aucun journaliste n'a lu. Il a décidé, le jour où il a créé le PG, de changer de stratégie et de jouer avec les règles qu'on lui impose : il gueule pour être entendu, il choque pour être invité. Et ça marche. Il se sert des médias, les médias se servent de lui. En attendant, les idées du FG infusent grâce à ça. Sans ça, le FG n'existerait même pas.

                Après, on peut le critiquer sur cette stratégie, on peut le critiquer sur ses idées. Mais il a le mérite d'expliquer ce qu'il fait et pourquoi il le fait.

                • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                  Posté par (page perso) . Évalué à -5.

                  Essayons en remplaçant Mélenchon par Le Pen :

                  Le Pen a expliqué plein de fois sa stratégie médiatique, il n'y a aucune surprise. Il considère que les émissions dites politiques ne sont pas faites pour aider l'invité à exposer ses idées (enfin, ça dépend qui), mais à le casser et à le mettre en défaut, pour gonfler l'égo du journaliste qui interroge. Et il préfère largement les émissions de divertissement (genre ONPC avec Ruquier) où on lui laisse le temps d'exposer un raisonnement complet.

                  Maintenant, s'il emploie des phrases-chocs, c'est fait exprès, il ne s'en plaint pas (et moi non plus). Il appelle ça des mots-obus, ça sert à transpercer le mur du silence. S'il ne les employait pas, personne ne saurait qui est Jean-Marie Le Pen. Il a passé 2 ans de sa vie à l'UFF à dire la même chose que ce qu'il dit là, il a écrit plein de bouquins très intelligents qu'aucun journaliste n'a lu. Il a décidé, le jour où il a créé le FN, de changer de stratégie et de jouer avec les règles qu'on lui impose : il gueule pour être entendu, il choque pour être invité. Et ça marche. Il se sert des médias, les médias se servent de lui. En attendant, les idées du FN infusent grâce à ça. Sans ça, le FN n'existerait même pas.

                  Après, on peut le critiquer sur cette stratégie, on peut le critiquer sur ses idées. Mais il a le mérite d'expliquer ce qu'il fait et pourquoi il le fait.

                  Ça marche !

                  Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

                • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                  Posté par . Évalué à -1.

                  Je vais essayer une dernière fois d’exposer les deux approches telles que je les ressens après je laisse la parole aux autres. Grosso-modo :

                  • D’un côté on a Jean-Luc Mélenchon qui dit… euh non qui veut faire passer le message : Hollande, Schröder était un salopard, tu fais ses louanges, ERGO tu es un salopard !
                  • De l’autre Guillaume Duval :

                  François je t’aime bien. Tu sembles tenir le raisonnement suivant :
                  1. sous Schröder, certaines réformes ont fait souffrir les prolos (vrai)
                  2. quelques années plus tard, l’économie allemande a subi un choc considérable (vrai : 3% du pib en moins en 2009, trois fois plus que chez nous)
                  3. malgré tout un an après elle a significativement mieux résisté que nous (il ne me parait pas utile de le nier)
                  4. nous aussi nous faisons face à des problèmes économiques considérables (certes)
                  5. ERGO c’est malheureux à dire mais c’était « courageux » de sa part et nous aussi il nous faut quelque part « en passer par là » pour nous en sortir.

                  Bon.

                  Je connais bien l’Allemagne, j’ai regardé la question en détail, laisse moi un peu de temps pour te convaincre QU’IL N’Y A PAS CE LIEN DE CAUSE À EFFET que tu imagines entre les souffrances des prolos (1) et les performances économiques quelques années plus tard (3).

                  Dans une vision doloriste du monde, la souffrance quand elle est volontaire va t'apporter la rédemption, c'est à dire que les pêchés passés seront pardonnés et l'âme sauvée. Mais l'économie n'est pas la morale et selon toute probabilité la souffrance des prolos ne permettra pas d'arriver aux mêmes résultats que tu espères. Dans ce cas, ne faudrait-il pas changer de stratégie ? Réfléchis-y.

                  • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Visiblement, tu n'as pas été lire le lien que j'avais indiqué sur les positions de Mélenchon sur l'Allemagne, parce qu'il y expose en long, en large et en travers sa position, en argumentant, en donnant des chiffres. François sait lire, mais il ne lit pas ça. Je rappelle aussi que le PS a refusé le débat public avec le Front de Gauche pendant toute la présidentielle, après je ne vois pas bien comment on peut reprocher à Mélenchon d'user de méthode non-conventionnelle quand toutes les autres méthodes ont été utilisées sans succès.

                    • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                      Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 12/06/13 à 10:51.

                      Bon j'insiste pas, à la réflexion, ça m'intéresse plus de démontrer que Duval a raison que de démontrer que Mélenchon a tort, en tout cas du point de vue du résultat politique obtenu.

                  • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je ne suis pas spécialiste mais dans tout ça l'implication entre les mesures et leur résistance n'a pas était démontré.

                    Leur capital s'appelle Berlin et ils ont bien résisté à la crise. Renommer Paris en Berlin devrait nous permettre de mieux résister à la crise.

                    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                    • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Je ne suis pas spécialiste mais dans tout ça l'implication entre les mesures et leur résistance n'a pas était démontré.

                      Voilà c'est exactement ça la thèse que défend le livre Made in Germany

                      Comme hélas les livres sont très peu lus de nos jours (et d'ailleurs notre cher gouvernement s'apprête à punir amazon pour avoir essayé d'inverser la tendance), j'ai trouvé pour vous sur rue89 cette interview de Guillaume Duval qui en fait un bon condensé :

                      http://www.rue89.com/2013/05/12/succes-allemands-na-rien-a-voir-leurs-efforts-242226

                      Mon passage favori c'est celui-ci :

                      Le premier [avantage des allemands face à la crise], c’est que les réformes Schröder n’ont pas fonctionné du tout ! Schröder était un admirateur de Blair et Clinton, il voulait rapprocher le marché du travail du marché anglo-saxon, il voulait que ce soit plus facile d’embaucher et de licencier, etc. Le fait est que le marché du travail n’a pas été du tout flexible dans la crise.

                      L’Allemagne a connu une récession de 5% en 2009, contre seulement 2,9% en France. Pourtant, nous avons perdu 350 000 emplois et eux, zéro. Ils ont joué à plein sur la flexibilité interne, le chômage partiel, sur les accords dans les entreprises, etc. Ils n’ont pas utilisé les possibilités offertes par les réformes Schröder pour licencier en cas de crise.

                      Cela a beaucoup aidé l’économie allemande, en maintenant la demande. Les gens n’avaient pas peur de se retrouver au chômage et donc ont continué à consommer. Et l’industrie allemande a pu redémarrer très vite quand les commandes sont revenues : la main-d’œuvre était là, prête à reprendre la production.

            • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

              Posté par . Évalué à 1.

              Mélenchon a quelques minutes à chaque fois pour faire passer un maximum d'idées[…]

              N'importe quoi. Sur 10 minutes d'interview il passe 6 à 7 minutes à gueuler contre les journalistes quoi qu'il arrive quelque soit le journaliste qu'il a en fasse de lui.

              C'est pas si loin de monsieur LePen qui allait sur les plateaux télé expliquer qu'il y a une omerta des médias ceux-ci ne voulant pas lui donner la parole.

              […]face à des journalistes hargneux la plupart du temps.

              C'est l'histoire de la poule ou l'œuf, mais je remarquerais simplement que d'un point de vu purement factuel. Les journalistes continuent à inviter Mélenchon alors que celui-ci choisi les journalistes qui peuvent s'approcher de lui.

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                Posté par . Évalué à 2.

                N'importe quoi. Sur 10 minutes d'interview il passe 6 à 7 minutes à gueuler contre les journalistes quoi qu'il arrive quelque soit le journaliste qu'il a en fasse de lui.

                Faut voir les questions des journalistes aussi. Je t'invite à lire et regarder ça pour te rendre compte de la différence de traitement. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Mélenchon ne demande pas à être reçu comme un prince (c'est pas le genre du bonhomme), il demande à être traité aussi bien que les autres et à être respecté.

                Les journalistes continuent à inviter Mélenchon alors que celui-ci choisi les journalistes qui peuvent s'approcher de lui.

                C'est ce que je disais plus hait : les médias se servent de Mélenchon (les émissions font généralement un meilleur score quand c'est Mélenchon qui est invité, il attire, qu'on l'apprécie ou pas) et Mélenchon se sert des médias (il peut se payer le luxe de choisir là où il veut aller, chez les moins hargneux comme Bourdin quand il n'est pas dans un mauvais jour). C'est un jeu auquel il joue avec les règles qu'on lui impose.

                De manière générale, il a déjà expliqué sa position sur les journalistes et notamment les conditions matérielles de la grande majorité des journalistes.

                • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Je t'invite à lire et regarder ça pour te rendre compte de la différence de traitement.

                  Bien sûr. L'exemple démontre tout. Un journaliste est complaisant avec Le Pen et pas avec Mélenchon donc les journalistes sont tous des grands méchants à la solde du capitalisme et du dictat européen contre Mélenchon et contre les français (Ah cette odeur de populisme il n'y a guère plus que lui pour nous en sortir d'aussi belle). On taira les interview de Lapix de Dimanche+ face à Le Pen où elle avait prévu une attaque en règle, qui même pour moi qui déteste le FN n'avait rien d'intéressant.

                  Maintenant compare ce qui est comparable et vérifie la différence de traitement entre Mélenchon et n'importe quel autre extrême. Mis à part des cas particulier tu verra qu'il n'y a pas tant de différences que ça.

                  Pourtant avec le père Le Pen, il est le seul à pleurnicher, d'autres ont probablement compris que cracher sur la meilleure tribune qu'ils ont n'est pas une bonne idée. Il faut aussi comprendre que sa façon de faire toute pourrie (je ne vois pas comment laisser à la tête de l'État un type aussi acariâtre) n'arrange en rien les choses et j'ai plutôt tendance à saluer ceux qui interview Mélenchon qui ne répliquent jamais. Ils en prennent pleins la gueule et restent courtois et ne répondent pas aux provocations de leur invité.

                  C'est un jeu auquel il joue avec les règles qu'on lui impose.

                  C'est bien ce que je dis. Il joue le jeu tout en passant son temps à vomir dessus (« je suis un "communiquant", mais j'insulte les communicants car ils sont à la solde du patronat »).

                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                  • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                    Posté par . Évalué à 5.

                    Maintenant compare ce qui est comparable et vérifie la différence de traitement entre Mélenchon et n'importe quel autre extrême.

                    L'extrême-gauche en France est représentée par des partis comme le NPA, Lutte Ouvrière ou le POI. Mélenchon n'est pas à l'extrême-gauche. Le classer à l'extrême-gauche alors qu'il a passé 20 ans au PS, que beaucoup au PS défendent les mêmes choses que lui actuellement (Marie-Noëlle Lienemann par exemple), c'est de la malhonnêteté intellectuelle. Mais c'est très pratique pour faire des amalgames entre «les extrêmes» comme tu le fais. En quoi Mélenchon est-il extrême ? Est-ce que tout ce qui n'est pas PS est à l'extrême-gauche ? En quoi le programme du Front de Gauche est tellement différent du programme de Mitterand en 1981 ? Et quand bien même il serait à l'extrême, c'est ce qui justifie qu'on le traite mal ?

                    Il ne se passe pas un jour sans qu'un journal ou une émission mette Mélenchon et Le Pen dans le même sac, ou le compare à Hitler ou au parti d'extrême-droite Aube Dorée en Grèce (ce qui n'est quand même pas d'un haut niveau journalistique). Il y a même un site dédié qui répertorie toutes ces comparaisons foireuses. Ce n'est pas un «exemple qui démontre tout» que je t'ai donné, c'est un exemple parmi tant d'autres.

                    je ne vois pas comment laisser à la tête de l'État un type aussi acariâtre

                    Il n'est pas acariâtre, il se défend contre des attaques et des injonctions à «regretter» ce qu'il a pu dire ou faire, et comme il ne le fait pas, ça déplaît aux journalistes. Tant pis pour eux.

                    « je suis un "communiquant", mais j'insulte les communicants car ils sont à la solde du patronat »

                    Mélenchon ne se revendique pas en tant que communiquant, il est un homme politique qui défend un programme, et il utilise tous les vecteurs à sa disposition pour faire connaître et expliquer son programme (quand on lui en laisse le temps). Et il ne vomit pas sur les journalistes, c'est un garçon bien élevé, il critique (est-ce permis ?) certains journalistes plus intéressés par leur égo que par leur invité.

                    • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Il ne se dit pas à « gauche de la gauche » ? Il ne se rapproche pas au niveau international de dirigeants considérés d'extrême gauche ? Il est dans quelle internationale déjà ?

                      Il n'est pas acariâtre, il se défend contre des attaques et des injonctions à «regretter» ce qu'il a pu dire ou faire, et comme il ne le fait pas, ça déplaît aux journalistes. Tant pis pour eux.

                      Il n'a pas une once de diplomatie.

                      Mélenchon ne se revendique pas en tant que communiquant, il est un homme politique qui défend un programme, et il utilise tous les vecteurs à sa disposition pour faire connaître et expliquer son programme (quand on lui en laisse le temps).

                      Il se dit contre le système le cris sur tout les toits mais en profite plus encore que bien d'autres.

                      Et il ne vomit pas sur les journalistes, c'est un garçon bien élevé, il critique (est-ce permis ?) certains journalistes plus intéressés par leur égo que par leur invité.

                      Bien sûr que c'est permis. Mais comme tu le dis si bien c'est une question d’honnêteté intellectuelle. Il ne distingue jamais les journalistes. Il fait de grandes phrases en posant une limite sans jamais prendre le temps de la préciser (sinon ça lui prendrais trop de temps et il n'aurait plus le temps de faire ces attaques personnels comme il les aime).

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                      • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                        Posté par . Évalué à 0.

                        Il n'a pas une once de diplomatie.
                        Il se dit contre le système le cris sur tout les toits mais en profite plus encore que bien d'autres.

                        En gros il utilise une façon de s'exprimer qui ne te plait pas et tu aimerais bien qu'il se taise, plutôt que d'oser critiquer un système dont il ne peut pas se passer pour communiquer avec les citoyens (ce qui est son rôle, en tant que politique) ?

                        C'est sympa comme vision de la démocratie.

                        • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Faut arrêter avec les hommes de pailles.

                          Soit il est convaincu de ce qu'il dit et le fait d'aller voir des médias bourgeois est une forme de pervertissement intellectuel, alors qu'il pourrait se contenter d'aller voir les journalistes qu'il considère comme intègre (puisqu'il paraît que certains ont se privilège). Ça aurait le double intérêt d'avoir peut être des interviews de meilleurs qualité (où il ne passe pas la moitié du temps à crier sur les journalistes). et de promouvoir ces journalistes qu'il aime tant plutôt que d'aider les journalistes qu'il n'aime pas à vendre leur feuille de chou.

                          Soit c'est de la langue de bois et il se fout de notre gueule éhontément.

                          Bref pour moi :

                          • soit il y croit et il passe son temps à se pervertir (intellectuellement parlant)
                          • soit il n'y croit pas et se fout de nous

                          Dire qu'il n'a pas le choix est un faux dilemme, il entretient le système médiatique actuel au lieu de le combattre¹. Choisir une autre voie ce n'est pas une question de possibilité mais de courage et de difficulté, mais s'il souhaite vraiment remettre en cause les choses c'est comme ça qu'il faudrait faire.

                          ¹ : un autre exemple du même acabit c'est la communication à la petite phrase. Au lieu d'engager une discussion, on fait une petite phrase et on essaie de faire du buzz avec (on insulte des membres du gouvernement, on discrédite un pays ami,…). C'est au niveau de tweeter.

                          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                          • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                            Posté par . Évalué à 1.

                            "Oh mon dieu il se pervertit !"

                            C'est n'importe quoi, le but de la politique ça n'est pas de poursuivre un genre de rêve d'intégrité intellectuelle à tout prix.
                            C'est de discuter/communiquer/appliquer des idées.

                            À partir de là, si tu vis dans une société comme la nôtre, ben quand t'es invité dans une émission tu y vas, et tu essaies de faire passer tes idées.
                            Si les gens sont intéressés, libre à eux d'aller aussi s'informer un peu plus ailleurs, y'a des livres, des blogs, des sites avec plein d'infos bien plus détaillées et fouillées que les format "5 min avec Bourdin".

                            En parlant de perversion intellectuelle, que dire de gens qui attendent une info complète et objective de la part de médias obnubilés par l'audience, qui abusent de formats ultra courts ?
                            Ça ne me parait pas très cohérent.

                            • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                              Posté par . Évalué à 1.

                              C'est de discuter/communiquer/**appliquer des idées**.

                              En effet donc dire quelque chose et faire l'inverse ne me semble pas cohérent.

                              À partir de là, si tu vis dans une société comme la nôtre, ben quand t'es invité dans une émission tu y vas, et tu essaies de faire passer tes idées.

                              C'est faux, d'une par rien ne l'oblige à aller où que ce soit, d'autre part, il use de se droit quand il veut.

                              En parlant de perversion intellectuelle, que dire de gens qui attendent une info complète et objective de la part de médias obnubilés par l'audience, qui abusent de formats ultra courts ?
                              Ça ne me parait pas très cohérent.

                              C'est toi qui critique ces médias, ce n'est peut être (probablement ?) pas l'avis de ceux qui les regardent.

                              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                              • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                Posté par . Évalué à 1.

                                En effet donc dire quelque chose et faire l'inverse ne me semble pas cohérent.

                                L'inverse de ?
                                Je ne comprends pas… Le système médiatique existe, il est perfectible (plein de mesures à ce propos dans le programme du FdG d'ailleurs), mais on doit faire avec. À moins de n'avoir aucune visibilité, ce qui serait politiquement suicidaire aujourd'hui.

                                C'est faux, d'une par rien ne l'oblige à aller où que ce soit, d'autre part, il use de se droit quand il veut.

                                Et donc il ne devrait aller quasi nulle part, si on suit ta logique.
                                Ça donnerait :
                                1. visibilité quasi nulle, cf. un peu plus haut
                                2. critiques sur le fait que Mélenchon "choisit ses têtes" et refuse la contradiction, ou autre joyeuseté du genre.

                                Je préfère l'attitude actuelle. Aller aux interviews, critiquer ce qui doit l'être (si on est sur cette ligne) et faire progresser la diffusion de ses idées.

                                À part ça oui évidemment, je critique le système médiatique et c'est ptet pas ton avis.
                                Et alors ?

                                • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  […] mais on doit faire avec.

                                  Non. On peut agir. Des médias il en existe pleins, des tas, en fait on en a jamais eu autant. Et n'importe qui peut en créer, pleins, des tas, en fait il n'a jamais était aussi facile de créer des médias.

                                  Faire de la politique, ce n'est pas se présenter à des élections, faire des manif' et passer à la télé. C'est aussi agir par exemple en aidant les journalistes qui sont bien (j'ai pas encore compris s'il y en avait ou pas et s'il y en a s'ils sont très nombreux ou pas). L'exemple du PCF près-Miterrand est plus que parlant, c'était devenu bien plus qu'un parti politique au sens où on l'entends actuellement. Ils aidaient les gens (pas seulement en faisant des associations de protestation comme jeudi noir, mais surtout avec de l'assistance juridique, des formations, de l'aide pour trouver un emploi, etc) et ça, ça c'est perdu. Les moyens du PDG ne sont pas celles du PCF de l'époque mais elles sont tout de même suffisamment importantes.

                                  Mais c'est vrai qu'aujourd'hui, être politique ça ressemble à ça :
                                  Bagare Asterix

                                  Ça ne vient pas de Mélenchon c'est bien plus vieux que ça.

                                  Et donc il ne devrait aller quasi nulle part, si on suit ta logique.

                                  Il faudrait savoir d'un coté certains expliquent qu'il a un problème avec quelques journalistes seulement. De l'autre on dit que s'il ne se soumet à pas à leur règle (à ces quelques journalistes) il ne va nulle part.

                                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                                  • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                    Posté par . Évalué à 3.

                                    C'est aussi agir par exemple en aidant les journalistes qui sont bien (j'ai pas encore compris s'il y en avait ou pas et s'il y en a s'ils sont très nombreux ou pas).

                                    Dans les médias traditionnels, tu as L'Humanité ou Politis si tu veux des noms.

                                    • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                      Posté par . Évalué à -2.

                                      Si peu ?
                                      Il t'a demandé quels médias traitaient correctement le front de gauche, tu lui indiques gentiment quels sont ceux qui sont à >90% favorables.
                                      Y'en a pas qui ne le seraient qu'à 80%, 70%, … 40%, 30% ? (en deçà, ok, ça sert sans doute à rien d'aller au casse-pipe)

                                      Ta réponse donne du front de gauche l'image inquiétante du Qui n'est pas avec moi est contre moi qui est exactement ce que Michel Barret lui reprochait.
                                      CQFD ?

                                      • [^] # commentaires moinssés

                                        Posté par . Évalué à -1.

                                        Entre parenthèses, j'aime bien les gens pas d'accord avec moi qui plutôt que de répondre à mes remarques préfèrent courageusement faire en sorte que mon commentaire disparaisse du thread (c'est facile vu que je poste à 0). Bon moi j'ai mon sens de l'éthique pour moi (je ne fais pas la même chose pour eux) et je pense que les gens intelligents déroulent les commentaires dans ces cas ci quand ils se sent rendu compte que les commentaires précédents bien que moinssés n'étaient pas hors sujet, ultra-redondants, d'une mauvaise foi caractérisée ou insultants.

                                        Donc à ces deux ou trois gusses, vous pouvez continuer : ça m'en fait bouger une sans toucher l'autre.

                                        • [^] # Re: commentaires moinssés

                                          Posté par . Évalué à 1.

                                          Le gus en question sur ce post, c'était moi.
                                          J'ai pas moinssé tes autres posts (je pense) mais celui là je l'ai trouvé vraiment inutile, donc.

                                          En gros y'a une moule qui demande "et y'a quoi comme médias que tu trouves corrects ??", une autre moule< répond "ça et ça, par exemple".

                                          Et toi tu en conclus un improbable "Qui n'est pas avec moi est contre moi"

                                          Par ailleurs entre tes posts et ceux de Barret Michel puis les miens et ceux de rewind, ça commence à tourner sérieusement en rond je trouve donc je ne vois plus tellement l'intérêt de continuer.

                                          Vous ne pouvez pas le blairer, vous n'êtes pas d'accord avec la stratégie du FdG vis-à-vis des médias, très bien.
                                          Mais quand on en arrive à "vous êtes binaires CQFD", j'estime que ça n'est plus trop intéressant.
                                          Donc tu peux aussi te dire que ça n'est pas juste un complot, mais que peut-être quelqu'un a trouvé ton post inintéressant.

                                          (Par ailleurs je lis à -42, aucun post ne disparait pour moi).

                                          • [^] # Re: commentaires moinssés

                                            Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 12/06/13 à 18:50.

                                            Ah, si c'est un seul commentaire qui au bout d'un thread certes longuet t'a irrité, et qu'en plus tu réponds, c'est différent.

                                            Je vais essayer de me défendre quand même.
                                            Je ne pensais pas relancer la question précédente, mais sur le coup je l'ai trouvé pertinente, je me suis dit qu'on allait lui répondre Politis et l'Humanité (ou à la rigeur du compte twitter de jean-luc mélenchon), et spontanément effectivement aucun d'autre ne lui est venu à l'esprit que l'Humanité et Politis.
                                            Imagine maintenant que tu ais affaire à quelqu'un de sensabilité catholique (koztoujours au hasard) et que si tu lui sors une info tiré d'un média contre son dogme, il te rétorque que ça ne vient ni de la croix ni de la vie (ou à la rigueur du compte twitter du pape), donc que ce n'est guère digne de confiance.
                                            Puis tu as quelqu'un du Chasse Pêche Nature et Traditions en face de toi, et il te rembarre lui aussi sans ménagement puisque ton info ne vient ni du Chasseur Français ni de XXX

                                            Tu ne trouves pas qu'il deviendra sérieusement compliqué de discuter de nos désaccords et que la démocratie ressemblera de plus en plus à l'image géniale ci-dessous ?
                                            http://linuxfr.org/users/gautami/journaux/mmme-minimalist-markdown-editor#comment-1460451

                                            • [^] # Re: commentaires moinssés

                                              Posté par . Évalué à 0.

                                              Ouais enfin je lis La Croix de temps à autre, c'est plutôt un très bon journal pour ce que j'en ai lu.
                                              Même le Figaro (si t'exceptes certains sujets/auteurs) c'est un bon journal et en plus les conditions de travail chez eux ne sont pas si mal comparées à d'autres (genre Libé !).

                                              Mais pourquoi faire semblant que l'Huma ou Politis ne soient pas des bons journaux, juste parce qu'on parle de la gauche ? C'est pas choquant comme réponse. Sauf si on veut s'offusquer :)

                                              • [^] # Re: commentaires moinssés

                                                Posté par . Évalué à -1.

                                                J'ai rajouté le chasseur français pour la blague.
                                                Effectivement la croix et politis ne sont pas des mauvais journaux. Mais enfin quoi si chacun remet en cause tous les médias sauf les deux ou trois plus proches de lui, on va nulle part, t'es bien d'accord ?

                                                • [^] # Re: commentaires moinssés

                                                  Posté par . Évalué à 2.

                                                  Tiens je vais te choquer un coup, Mélenchon a déjà dit plusieurs fois qu'il trouvait que Les Échos étaient un bon journal, et pourtant, c'est clairement pas de son bord…

                                                  • [^] # Re: commentaires moinssés

                                                    Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 12/06/13 à 22:14.

                                                    Ça ne me choque pas, c'est un progrès, on est déjà à 4 journaux qui sont soit pas tellement éloignés de vos idées (l'humanité, politis), soit un minimum professionnel pour vous traiter correctement (la croix, les échos).

                                                    Arrivez jusqu'à 10 (dans votre tête hein ? je ne vous demande pas de vous battre la coulpe en public) et on aura déjà fait un grand pas envant : l'analyse critique des médias, nécessaire, ne doit pas être un prétexte pour n'entendre toujours que les sons de cloches auxquels on est habitués.

                                          • [^] # Re: commentaires moinssés

                                            Posté par . Évalué à 0.

                                            En gros y'a une moule qui demande "et y'a quoi comme médias que tu trouves corrects ??", une autre moule< répond "ça et ça, par exemple".

                                            Non j'ai pas posé cette question car elle était tout à fait inutile.

                                            Vous ne pouvez pas le blairer, vous n'êtes pas d'accord avec la stratégie du FdG vis-à-vis des médias, très bien.

                                            Non c'est la stratégie de Mélenchon que je n'aime pas. Peut être qu'il incarne à lui seul la pensée du PDG, mais j'ai absolument rien contre la stratégie du PCF (c'est tout de même dommage le phagocytage de l'un par l'autre à tel point qu'on trouve ce genre d'amalgame chez leur partisans).

                                            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                                        • [^] # Re: commentaires moinssés

                                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                          je pense que les gens intelligents déroulent les commentaires dans ces cas ci

                                          Le principe c'est que comme ça on a un texte à trous, et le but c'est de deviner ce que dit le commentaire caché à partir des éléments de réponse, c'est vraiment fun pour ceux qui aiment ce type de jeu.

                                          Sinon, si on a pas le temps de jouer, on navigue à -42.

                                          (Piste pour les modérateurs : un système optionnel de texte à trous aléatoire avec pourcentage de commentaire cachés paramétrable ;) )

                                      • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                        Posté par . Évalué à 2.

                                        Tu n'a pas compris.

                                        Il faut d'abord poser une hypothèse : Mélenchon a la vision juste des médias, du système et de la politique.

                                        Les journalistes qui sont bien sont ceux qui on la bonne vision juste des médias, du système et de la politique.

                                        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                                        • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                          Posté par . Évalué à 1.

                                          Il faut d'abord poser une hypothèse : Mélenchon a la vision juste des médias, du système et de la politique.

                                          Mais n'importe quoi ! Tu peux réfuter les arguments de Mélenchon si tu penses qu'ils sont mauvais, mais ça passe par un peu de travail d'argumentation, pas juste ce genre de remarque qui ne sert à rien.

                                  • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                    Mais c'est vrai qu'aujourd'hui, être politique ça ressemble à ça :

                                    Haha, ça m'a fait rire :)

                                    Après, quand je lis des trucs comme :

                                    http://2007-2012.nosdeputes.fr/confiseurs/2011/

                                    et qu'on voit que nos députés ne sont pas sages parce qu'ils vont pas travailler, et qu'il faut les menacer de les punir pour qu'il viennent un peu plus souvent, et que ça marche moyen, j'ai plutôt l'impression que l'ambiance à l'assemblée en général doit être plus propice à la sieste qu'à la bagarre.

                      • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Il ne se dit pas à « gauche de la gauche » ?

                        Il se dit de gauche, tout simplement. Il a même dit une fois «banalement de gauche». Et même «gauche de gauche», ça ne fait pas extrême-gauche. Un positionnement géographique n'a jamais fait un positionnement politique. Coppé est plus à droite que Juppé qui est de droite, ça fait de Coppé un extrême-droite ?

                        Il ne se rapproche pas au niveau international de dirigeants considérés d'extrême gauche ?

                        Considérés par qui ?

                        Il est dans quelle internationale déjà ?

                        Dans aucune. Il n'est plus dans l'internationale dite «socialiste», et il n'est ni dans la communiste (3è) ni dans la trotskyste (4è).

                        Il n'a pas une once de diplomatie.

                        Tu tires une généralité de sa relation conflictuelle avec quelques journalistes.

                        Il se dit contre le système le cris sur tout les toits mais en profite plus encore que bien d'autres.

                        Et il devrait faire quoi ? Écrire des bouquins ? Il l'a fait pour essayer de convaincre de l'intérieur du PS, en vain (voir aussi comment est traité la gauche du PS). Maintenant, il prend le pari que les gens sont intelligents et il essaie de s'adresser directement à eux, par le vecteur le plus efficace en terme de couverture : la télévision. Je ne vois pas quel autre stratégie il pourrait avoir.

                        Mais comme tu le dis si bien c'est une question d’honnêteté intellectuelle.

                        Il ne va pas dans les médias en les caressant dans le sens du poil, au contraire, et c'est bien ce qu'on lui reproche. Je ne vois pas où est la contradiction intellectuelle.

                        Il ne distingue jamais les journalistes.

                        Entièrement faux. Quand un de ceux qu'il accuse lui dit «vous insultez les journalistes», il répond systématiquement «non, pas les journalistes, certains journalistes. Ça n'existe pas les journalistes, comme ça n'existe pas les politiques.» Ce qui montre que tu ne connais absolument pas son discours mais que tu te bases sur des préjugés.

                        Il fait de grandes phrases en posant une limite sans jamais prendre le temps de la préciser (sinon ça lui prendrais trop de temps et il n'aurait plus le temps de faire ces attaques personnels comme il les aime).

                        Mais bien sûr, c'est lui qui refuse d'expliquer, c'est pas du tout le journaliste qui lui demande de se justifier sur plein de trucs à la limite de la calomnie. Récemment, il y a eu son patrimoine où on l'accusait de ne pas l'avoir publié, alors qu'il l'avait fait, de manière humoristique mais il l'a fait. Puis c'était son absentéisme au Parlement européen, alors que sur l'année en cours, il est plus présent que Cohn-Bendit qui est pourtant président de son groupe. Bref, autant de trucs complètement accessoire par rapport aux enjeux du moment, mais que les journalistes montent en épingle pour faire perdre un peu de temps.

                        Tu as le droit de ne pas être d'accord avec lui. Mais tu as aussi le droit d'avoir des arguments sérieux.

                        • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                          Posté par . Évalué à -1.

                          Il ne se rapproche pas au niveau international de dirigeants considérés d'extrême gauche ?

                          Considérés par qui ?

                          Les populations locales entre autre.

                          Tu tires une généralité de sa relation conflictuelle avec quelques journalistes.

                          Ça devient confus. Soit c'est quelques journalistes, soit c'est tous les journalistes. Il faudra se décider un jour peut être. Mais bon à part quelques journalistes, le monsieur à une relation conflictuelle avec "quelques" politiques et "quelques" artistes, mais à part ça tout va bien.

                          Et il devrait faire quoi ?

                          Parler avec la majorité des journalistes avec qui il n'a pas une relation conflictuelle et donc qui ne lui poseront pas des questions à la con (puisque tu disais plus haut que c'est pour ça qu'il ne ressort rien de ses interview.

                          Il ne va pas dans les médias en les caressant dans le sens du poil, au contraire, et c'est bien ce qu'on lui reproche. Je ne vois pas où est la contradiction intellectuelle.

                          Non il leur fait vendre plus. Il entretiens ce qu'il affirme combattre.

                          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

        Posté par . Évalué à 1.

        Ce type est intelligent.

        Aujourd'hui, sur linuxfr, gautami a déclaré son admiration pour le co-président du parti de gauche. Gautami serait donc un fervent militant d'extrême gauche.

        Trêve de plaisanterie, je mets quand meme la citation en entier :

        On est quand même contents d'avoir des gosses. Dans quinze ans, nous allons être plus nombreux que les Allemands. Les Allemands, c'est un modèle pour ceux qui ne s'intéressent pas à la vie.
        Mais, pour ceux qui s'intéressent à la vie, personne n'a envie d'être allemand. Ils sont plus pauvres que la moyenne, ils meurent plus tôt que les autres, ils n'ont pas de gosses, et leurs immigrés foutent le camp parce qu'ils ne veulent plus vivre avec eux, c'est dire

        • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

          Posté par . Évalué à -1.

          J'adore les gens qui mettent la "citation complète" comme s'ils venaient par ce simple fait de rétablir la vérité. Tu aurais résumé comment toi la "citation complète"  ? On va voir si on a affaire à un petit agent de la Pravda

          • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

            Posté par . Évalué à 2.

            Disclaimer : je suis militant au parti de gauche

            Je trouve qu'en citant des phrases partielles, puis en les comparant avec des phrases issues d'un contexte germanophobe, c'est TOI qui transmets les idées que tu critiques, et non Mélenchon.

            La question n'est pas tant de savoir comment je les interprète, mais plus de savoir si ton interprétation et ta citation est légitime. Là tu extraits 10 mots d'un débat de plusieurs minutes. Et tu leur donnes un sens. Que tu critiques par la suite, certes, mais c'est trop tard. Tu viens de répandre des idées germanophobes sur le net.

            Je pense que Mélenchon critique un modèle économique. Toi tu l'attaques sur la forme, tu tombes dans son piège. Mélenchon a besoin de temps de parole, et pour avoir du temps de parole, il a sur le long terme adopté une stratégie coup de point qui lui permet d'insérer des expressions chocs dans ses discours. Ces expressions chocs sont aussitôt reprises par une horde de journalistes bien pensant indignés. Ce qui lui permet de retourner sur un plateau de télévision expliquer le fond de sa pensée (et dire combien les journalistes sont idiots d'avoir retenu cette phrase). Au lieu de 5 minutes pour développer une idée, il en a gagné 20.

            Il est excellent sur la forme et il l'a montré plusieurs fois, il domine complétement les journalistes sur ce plan là. Mais tu tombes dans une critique facile et à mon avis in-intéressante de l'expression choc co-choisie par Mélenchon et les journalistes, chacun dans son intérêt propre (les journalistes veulent de l'audience, Mélenchon du temps de parole). Tu dis que tout n'est pas à jeter dans le modèle allemand, ça me semble d'ailleurs évident, tout n'est jamais à jeter. Le vrai débat, il est là. C'est celui qu'essai d'initier Mélenchon, sans tomber dans des débats économiques, sociologiques, philosophique trop poussés, car il s'addresse aussi à Mme Michu. C'est un exercice délicat, et peut être que Mélenchon s'y prend maladroitement. N'empêche que ça reste un débat intéressant. Et c'est beaucoup plus intelligent à mon avis de répondre directement sur ce fond là (qu'est ce que toi tu trouves bien dans le modèle allemand, pourquoi, quelle expérience tu as vécu, etc) que d('entrer dans le jeu politico médiatique et électoraliste.

            Car, en ajoutant la citation tronquée dans ton journal, tu adoptes EXACTEMENT la même stratégie que tu critiques.

            • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

              Posté par . Évalué à 0.

              Bien compris ta réponse. Sur les éléments à s'inspirer, j'ai un peu commence plus haut. Je complète vite fait mal fait parce-que je suis sur un smartphone : le logement qui coûte pas cher, l'urbanisme en réseaux de villes moyennes (au lieu d'une seule mégalopole francilienne), la solidarité qui existe même si elle prend parfois des formes différentes de celles que tu connais en France, la cogestion avec les représentants du personnel, des syndicats bien plus fort, la culture managerialle qui est plus intelligente que celle et notre capitalisme d'héritiers (cf le livre du même nom), l'absence du syndrome grandes écoles, le fédéralisme politique, la capacité à se remettre en question par exemple après les résultats de l'enquête PISA sur les résultats scolaires …

              Parmi les gros points noirs, la rigidité doctrinale de la Bundesbank, la place des femmes dans l'économie et la société, point sur lequel la RDA était moderne et la RFA archaïque. La catastrophe démographique qui pointe si rien ne change est largement due à ça

              Permet moi quand même de te demander comment tu t'y prenais toi sous le quinquennat précèdent quand un truc qui t'énerver profondément.
              Tu allais voir tes potes en disant "j'hallucine, vous avez vu la dernière de Sarkozy ? Il vient de sortir que…"
              Et puis la tu te dis que ce serait con de faire comme l'humanité en lui retournant son "vrai travail" dans la face en le comparant à celui de petain. Deux mots, c'est pas assez évidement, la on est tous d'accord.
              Une phrase non plus, même exacte, même la plus proche de l'idée directrice de la citation telle que tu la perçois , c'est pas assez.
              Donc non, tu dis à tes copains. : attendez moi, je reviens ; tu vas sur le site u-m-p.org ; tu apprends par coeur les 98 mots que fais le paragraphe complet (oui, dans le tiens, il y en a 98) ; et tu reviens vers tes copains en citant sur un ton neutre les 98 mots ?

              Ben là bravo, tu es vraiment un champion de l'honnêteté intellectuelle !

              • [^] # Re: La vraie gauche et l'Allemagne (à moinsser)

                Posté par . Évalué à 1.

                Je pense que le plus important, ce n'est pas de critiquer des propos ou des personnes. C'est justement ce que j'ai appris sous le quinquennat précédent. Il y avait trop de propos, trop de personnes à critiquer. Et je me suis rendu compte qu'il fallait ce recentrer sur les idées. Parce que c'est ça qui compte. Là ce que tu critiques vraiment, c'est des propos que tu trouves caricaturaux sur l'Allemagne. Est ce que tu as besoin d'un prétexte pour parler du modèle allemand ? Sur linuxfr peut être, mais en général, certainement pas. Je ne dis pas qu'il faut apprendre par coeur tout les discours des hommes politiques. Je dis juste que leur discours n'est pas ce qui importe. Et que les hommes politiques n'importent pas beaucoup non plus, en tout cas, ils ne devraient pas, et c'est à mon avis un réel problème dans le monde politique actuel.

                Je dis que l'important, c'est ce que tu as compris, les questions que ça a soulevé chez toi, et les conclusions que tu en as tiré après avoir réfléchi longuement à la question. L’honnêteté intellectuelle elle est là. Elle n'est pas dans la recherche du bon mot qui permettra d'attaquer ses opposants, dans la stratégie électoraliste qui consiste à se focaliser sur les mots pour éviter tout débat de fond avec "l'adversaire", de se jeter sur un mot et de le tourner comme il faut pour le plier à ses propres besoins trollesques.

                Je ne dis pas que je ne le fais pas. Et je ne dis pas qu'on peut réussir même à discuter une idée dans l'espace publique pour le faire. C'est même exactement la stratégie médiatique du PG (qui est la même que la tienne comme je le disais dans mon commentaire précédent). Et au delà, c'est le fonctionnement même des réseau sociaux comme Facebook ou a fortiori twitter, des grands media, et dans une certaine mesure de linuxfr. Mais je pense que c'est assez mesquin comme pratique, et qu'il faut lutter contre ces pratiques là, car je pense que c'est un obstacle fondamental à la démocratie : l'opposition "gratuite" (qui consiste à chercher chez l'interlocuteur qu'on n'apprécie pas toutes les failles de discours sur lequel on va pouvoir l'attaquer) n'est jamais payante, un débat de fond sain l'est toujours. Encore une fois, je ne dis pas que j'y arrive tout le temps, mais je pense que c'est un but qu'on doit rechercher, en essayant de prendre du recul. Car les idées comptent plus que les gens.

                • [^] # Tope là

                  Posté par . Évalué à -1.

                  Cette fois, on est sur la même longueur d'onde.
                  On y a mis le temps, mais c'est agréable de temps en temps une explication franche et fructueuse ;-)

    • [^] # Re: Le commentaire inutile mais qui va moyen plaire

      Posté par (page perso) . Évalué à -8.

      Ça serait sympa, un peu de recul…

      On ne peut pas dire que ton gourou y aide avec ce genre de phrase à la con (et il sait très bien que ça va être retenu)…
      Encore une phrase pourrie du personnage, ce n'est pas la première ni la dernière.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Emacs (built-in)

      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 11/06/13 à 14:14.

      Perso j'utilise org-mode (Inclus carrément dans emacs : quick guide) qui peut en plus se comporter comme un framework web minimal, toute ma doc technique est générée, maintenue et mise en ligne comme ça.

      C'est très pratique de ALT-Return pour créer un nouvel item (Contextuel : paragraphe, entrée de liste, etc) ou encore de créer des tableaux, puis de déplacer ALT-left/up/right/down ces éléments (entrée de liste numérotée, ligne ou colonne de tableau) et les voir se re-numéroter seuls, calculer des valeurs à la volée, et surtout, exporter.

      Et comme c'est l'idée, c'est juste un fichier texte, portabilité maximale. J'aimais déjà pas les softs de traitement de texte (et c'est dit avec beaucoup de retenue) mais org-mode m'a permis de leur dire au revoir définitivement (sauf en lecture : ce sont devenus juste de gros viewers de fichiers).

  • # baaaaahhhh....

    Posté par . Évalué à 0.

    … Éventuellement je veux bien chercher dans mon dur le source code perdu d'un mini serveur web écris en go accompagné de l'intégration d'un éditeur markdown html/js, et si j'ai bon souvenir il y à de la preview RT, et bien évidemment du plein écran.

    Pour le reste c'est tout de même un peu moins dépouillé que pyroom et le navigateur doit probablement outre passé tes désirs et utiliser un correcteur orthographique.

    Cependant c'est du langage de balisage c'est tout simplement facile à personnaliser.
    Le packaging et le setup sont tout aussi simple, un zip.

    • [^] # Re: baaaaahhhh....

      Posté par . Évalué à 1.

      Il y a pleins de service en ligne qui propose ce genre de chose, certains sous licence libre. Placé dans localhost pour l'écriture + pandoc pour l'exportation de source vers d'autres formats, à court terme ça pourrait faire l'affaire, c'est ce que j'utilise … En attendant que le paquet soit packagé pour Debian.
      UberWriter: c'est un éditeur simple que j'adore et j'utilise depuis plusieurs mois. J'y ai apporté ma modeste contribution d'une traduction partiellement entière en français à la suite d'échanges mail avec l'auteur pour leur remercier du software. Etant de retour sous Debian, j'avais voulu testé la méthode sale d'installation: choper le paquet .deb présent et l'installer, mais python n'a pas été d'accord.

  • # focuswriter

    Posté par . Évalué à 2.

    Pourquoi tu n'essayes pas de compiler FocusWriter dans /usr/local ?

    Depends on Qt 4.6, enchant, and libzip

    ça devrait passer sous Squeeze (tu es bien sous Squeeze ?)

    Je suis au courant des inconvénients mais avoir 3 ou 4 programmes à gérer manuellement c'est pas la mort non plus.

  • # Les documents longs

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je me rappelle quand j'étais plus jeune et que j'écrivais des romans avec des programmes WYSIWYG: c'était assez terrible et on perdait un temps fou à cliquer n'importe où, ce n'est effectivement pas une solution pour un écrivain.

    Le mieux, pour les gens qui veulent écrire, ce serait d'utiliser des programmes plus ergonomiques. Or, pour écrire des articles ou des documents pas très longs, markdown c'est très bien. Mais pour écrire des documents plus longs, de plusieurs centaines de pages, ce n'est pas pratique. C'est pourquoi il me semble qu'un programme comme LaTeX (que ce soit en Vim, Emacs ou un autre editeur) est bien plus adapté pour un écrivain qui écrit assidûment.

    Avec LaTeX on peut donner du sens à ce qu'on écrit en créant de nouvelles commandes, par exemple: si je mets le nom d'une auberge et après le nom d'un livre, je peux mettre: «j'entre dans \auberge{Les Trois Sirènes} avec, entre les mains, \livre{Les mille et une nuits}». Et, si au début je les mets tous les deux en italique et au bout de quelque temps je décide de mettre le titre du livre en gras, c'est beaucoup plus facile de changer, et en plus, après, si je veux prendre tous les titres des livres cités dans mon document et les mettre dans un fichier à part, c'est infiniment plus simple.

    LaTeX ce n'est pas si compliqué à apprendre si on s'y met, et à la longue ça fait gagner plein de temps, je dis bien pour quelqu'un qui écrit des documents longs.

    • [^] # Re: Les documents longs

      Posté par . Évalué à 1.

      Hello,

      je ne crache pas sur \LaTeX j'ai de beaux souvenirs avec et effectivement une fois qu'on s'y est mis c'est tout à fait utilisable pour des documents longs comme tu le proposes.

      Je rajouterais un bémol : même pour un document long, je préconise de tester l'approche que je propose. Car quand on a un truc long à produire (une thèse au hasard…), c'est très intimidant d'avoir justement un travail si long devant soi. La solution c'est bien entendu de réussir à diviser ton document long en chapitres et sous-chapitres qui eux pris individuellement et en oubliant tous les autres sont enfin à la portée de notre petit cerveau apeuré.

      Produire un document long se ramène donc à écrire jour après jour un document court différent. Mais donc pour ça on pourra utiliser un truc comme pycharm/Ommwriter ! Et c'est une fois le premier jet sorti de sa caboche qu'on passe à LaTeX.

      • [^] # Re: Les documents longs

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Bah avec LaTeX, on peut aussi écrire plein de documents courts, dans des fichiers différents, qu’on insère à la fin dans le document (long) final avec la commande \input{ptitfichier.tex}…
        Un fichier par chapitre, voir même, en allant plus loin, un fichier par flottant aussi (figure, tableau…).

        De ses yeux vastes comme des océans, encroûtés de chassie et de poussière d'astéroïdes, Elle fixe le But Ultime.

        • [^] # Re: Les documents longs

          Posté par . Évalué à 2.

          Bah avec LaTeX, on peut aussi écrire plein de documents courts, dans des fichiers différents, qu’on insère à la fin dans le document (long) final avec la commande \input{ptitfichier.tex}…

          Ce qui est chiant c'est qu'ils sont pas autonomes ces fichiers.

          […] un fichier par flottant aussi (figure, tableau…).

          C'est nécessaire. Quel plaisir de voir son schémas tikz être récupéré d'un rapport dans un beamer sans modifications : ne correction, un make all et tout est à jour.

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # Pourquoi chercher si loin ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Si je me réfère à la présentation d’Ommwriter sur http://ommwriter.fr.malavida.com, LibreOffice est une alternative plus que crédible. L’ambiance sonore en moins, mais il suffit de mettre un CD dans l’ordi. Quant à l’image, un poster accroché au mur fera parfaitement l’affaire.

    LibreOffice, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une page blanche occupant la majorité de la partie visible de l’écran. Il y a une barre de menus et une barre d’icônes au-dessus, mais elles ne gênent en rien la vue et on les oublie jusqu’à temps qu’on en ait besoin.

    LibreOffice me semble très supérieur à Ommwriter pour l’usage qui leur est commun. Grâce à des petits plus comme les majuscules automatiques en début de phrase, l’espace insécable automatique où il faut, et le correcteur qu’on peut désactiver à volonté selon que son bruit de fond nous perturbe ou ne nous perturbe pas.

    LibreOffice permet aussi d’enregistrer dans une multitude de formats, que certes il gère plus ou moins bien… Au train où vont les choses et à moins que ça existe déjà, il n’est pas impossible que quelqu’un y rajoute une extension pour le Markdown, qui nous éloigne un peu du sujet.

    Une des particularités de LibreOffice est qu’il permet de contourner les limitations de l’OS dans la gestion du clavier. Sous Windows, rien n’est plus déconcentrant que de devoir passer par la table de caractères pour des trucs littéraires basiques. LibreOffice permet de définir des raccourcis au moins pour les signes de ponctuation genre tiret cadratin.

    Là où il atteint ses limites, c’est dans la gestion de l’imaginaire. Le littérateur n’a pas toujours son ordi sous la main quand l’inspiration vient le hanter, ou bien il est déjà/encore au lit et sa muse craintive menace de le quitter s’il fait un pas de trop. Toujours faire suivre le stylo et le petit carnet. Et d’ailleurs, pour le premier jet, on n’a encore rien inventé de mieux.

    Les passerelles d’un format à l’autre : je connais nombre de littérateurs, aucun n’est programmeur et un seul d’entre eux est au fait de l’existence d’un Univers au-delà du Wysiwyg. Ils ouvrent des yeux ronds quand je leur explique la raison d’être de TeX. Je n’en connais aucun qui ait besoin d’une image ou de musique pour se concentrer. J’en ai connu un qui ne savait écrire qu’au bistrot.

    • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Hello, ta question est légitime.

      Mais déjà tu es mal tombé : le site que tu cites n'est pas le site d'ommwriter mais un certain malavida.com, c'est à dire un de ces sites à la con qui proposent des logiciels à télécharger pour windows en se faisant passer pour le site d'origine.

      Donc regarde attentivement tout de suite sur http://www.ommwriter.com/

      Notamment la vidéo de 2'54 derrière le lien "See it in action"

      Ensuite idéalement, il te faudrait le pratiquer un peu pour voir en quoi c'est radicalement différent, et à mon avis plus adapté, au moins pour produire le premier jet de l'oeuvre qu'on va produire. J'ai essayé d'expliquer quel était le problème à résoudre : ce sont les peurs qui paralysent l'écrivain en herbe notamment l'angoisse de la page blanche, ne pas savoir sur quel sujet écrire, la peur de n'avoir rien d'intéressant à raconter, la procrastination, l'impossibilité à se concentrer suffisamment longtemps.

      Il y a très certainement des gens qui se sont avec le temps accommodé de libre office ou d'une autre suite office et qui s'en sortent très bien. Super. Mais ces peurs paralysantes ne sont pas moins très répandues (en tous cas moi je les avais à peu près toutes) et je pense que le concept derrière les logiciels que je cite par sa radicale simplicité qui te laisse seul avec les mots que tu as à produire peuvent aider pas mal de monde à les éliminer.

      • [^] # ouuuhwriter

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        l'angoisse de la page blanche, ne pas savoir sur quel sujet écrire, la peur de n'avoir rien d'intéressant à raconter, la procrastination, l'impossibilité à se concentrer suffisamment longtemps

        Et si ces "peurs paralysantes" étaient au contraire des barrières naturelles à ne surtout pas éliminer, leur fonction première étant précisément d'être dures à vaincre à force de travail, afin de nous protéger, nous lecteurs, d'atrocités soporifiques et inutiles, ni faites ni à faire..? ;)

        • [^] # Re: ouuuhwriter

          Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 11/06/13 à 16:09.

          C'est une thèse qui se tient

          Mais dans ce cas, par simple souci de cohérence, il faut aussi interdire tous ces outils qui rendent l'écriture de programes plus aisée : tout à part cc, ed, cat, mv, cd et quelques copains. Ca devrait suffire pour empêcher les mauvais programmes d'encombrer nos repository :-D

          • [^] # Re: ouuuhwriter

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est pas forcément une bonne projection. Un IDE (ou bien un emacs/vim blindé d'extensions scriptées) pour un développeur ne correspond pas exactement à un WYSWYG pour un écrivain.
            A la rigueur, pour une telle comparaison, il faudrait plutôt imaginer un outil qui simplifie par exemple la vie du romancier, du genre, le gars veut que son action prenne place à Berlin, son outil lui donne immédiatement tout ce qu'on doit savoir sur la ville, des photos, des descriptions, etc.

          • [^] # Re: ouuuhwriter

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Tss tss un programme n'est pas fait pour être lu. Ni un livre pour …

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        J’avais suivi le lien et visité la page indiquée. Mais vu que je n’ai pas fait d’anglais à l’école, j’avais cherché autre chose. Et du coup, effectivement, j’avais raté la vidéo. Après l’avoir visionnée, il ne me semble pas que le site de Maladiva ait mal présenté le logiciel.

        Mais difficile de confronter nos expériences : je ne connais pas l’angoisse de la page blanche. Et il en va de même pour d’autres littérateurs que je connais bien, pour m’être occupé de leur publication. Eux, moi, on écrit uniquement quand on a des trucs à raconter, souvent au stylo pour le premier jet.

        Et il peut se passer beaucoup de temps sans que l’écriture nous manque. La concentration vient toute seule quand on sait où on va. On bute souvent sur les difficultés du chemin, mais ça n’a rien à voir avec l’angoisse de la page blanche.

        Je n’ai l’expérience requise pour saisir les plus d’Ommwriter — quel drôle de nom ! Omm, c’est pour l’ambiance zen ? Je crois comprendre qu’il aide à trouver un début de sujet d’écriture. Mais qu’apporte pour cela son interface, finalement pas plus dépouillée que celle de LibreOffice, ou de LyX cité plus bas ? Ce n’est pas du second degré, je manque réellement d’imagination pour comprendre.

      • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

        Posté par . Évalué à 6.

        J'ai essayé d'expliquer quel était le problème à résoudre : ce sont les peurs qui paralysent l'écrivain en herbe notamment l'angoisse de la page blanche, ne pas savoir sur quel sujet écrire, la peur de n'avoir rien d'intéressant à raconter, la procrastination, l'impossibilité à se concentrer suffisamment longtemps.

        Tu as essayé un cahier de brouillon et un crayon à papier? L'essentiel, sans même le ronron du PC pour te déconcentrer : le papier brouillon dédramatise l'acte, le crayon glisse en épousant au mieux la vitesse de l'élocution (mentale ou non).

        Sinon, y aussi la solution de mettre un éditeur dans un le bon terminal, avec la bonne police qui va bien. Par ex :

        urxvt -fg darkgray -bg black -lsp 3 -fn xft:Inconsolata-12:bold -bc -g 72x30 -uc -bl -e vi /tmp/un.text
        
        

        Comme ça, tu as toujours un vrai éditeur sous la main, mais le rendu du texte est plus proche d'un WYIWYG (je déteste Inconsolata pour coder, mais j'adore utiliser lynx avec—à noter aussi qu'en jouant de l'option -lestsp d'urxvt en négatif, on peut aussi parvenir à utiliser des polices à chasse variable, genre Libertine).

        • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Tu as essayé un cahier de brouillon et un crayon à papier? L'essentiel, sans même le ronron du PC pour te déconcentrer : le papier brouillon dédramatise l'acte, le crayon glisse en épousant au mieux la vitesse de l'élocution (mentale ou non).

          Oui mais je tape très vite au clavier et c'est directement "au propre" alors que ça fait longtemps que j'écris très peu à la main et j'ai une écriture dégeulasse (ce depuis encore plus longtemps). Mais pour d'autres ça peut être une bonne suggestion

          • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

            Posté par . Évalué à 2.

            C'est pas une question de vitesse pure ni de finition, mais d'adéquation avec la manière dont tu énonces le texte.

            Bukowski disait être incapable d'écrire au stylo, il lui fallait la cadence de la machine à écrire. À l'inverse, Flaubert ne comprenait pas comment on pouvait écrire avec une plume métallique, les interruptions dues au trempage plus fréquent de la plume naturelle dans l'encre lui paraissant une indispensable respiration.

            Bref, si ce n'est déjà fait, essaie, tu verras bien. :)

        • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          urxvt -fg darkgray -bg black -lsp 3 -fn xft:Inconsolata-12:bold -bc -g 72x30 -uc -bl -e vi /tmp/un.text

          C'est magnifique. Je suis dead serious : C'est magnifique. Ton message, entre le bruit du PC, le crayon sur le papier, tes considérations sur les fontes terminal, l'é-lo-cu-tion et surtout cette commande si poétique, vi (ouh) m'ont presque fait oublier un instant que je suis contre la réforme Taubira :D

          PS - je suis vraiment sérieux, j'ai adoré (et plussé avec énergie, il va sans dire) ton message.

          • [^] # Re: Pourquoi chercher si loin ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Que répondre? Et oui, urxvt a tellement trop d'options qu'étourdi on en défaille au stade terminal du bonheur.

            Pour le reste, pas de souci, les mecs n'étant (malheureusement) pas mon truc.

  • # Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

    Posté par . Évalué à 6.

    C'est simple mais il y a quand même la possibilité de structurer son écrit avec des chapitres, des sections, etc…
    On ne se prend pas la tête avec la forme mais on n'est pas obligé d'avoir tout en tête.
    Moi j'aime bien lyx.
    En plus c'est dans ma distro, pas besoin de programmer pendant des semaines avant de se mettre à écrire.

    • [^] # Re: Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

      Posté par . Évalué à 4.

      Je n'ai jamais essayé mais j'ai l'impression que c'est exactement le genre de produit qui met LaTeX à la porté de n'importe quel utilisateur un tout petit peu motivé (comprendre : c'est pas plus dur à apprendre à utiliser que MS-Word ou LibreOffice Writer)

      • [^] # Re: Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Je n'ai jamais essayé mais j'ai l'impression que c'est exactement le genre de produit qui met LaTeX à la porté de n'importe quel utilisateur un tout petit peu motivé (comprendre : c'est pas plus dur à apprendre à utiliser que MS-Word ou LibreOffice Writer)

        C'est le cas. Je l'ai utilisé pendant un temps avant de switcher sur Google Drive (honte sur moi, je sais), car Lyx ne produit pas le style "Titre 2" de LibreOffice et de Word dont j'ai besoin pour publier sur Atramenta. Mais si quelqu'un connait un workaround, je suis preneur.

      • [^] # Re: Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

        Posté par . Évalué à 2.

        non, en tout cas, pas quand tu veux avoir un strict minimum de customisation, là, il faut se taper du LaTeX.

        et oui, LaTeX est compliqué pour un esprit non scientifique.

        • [^] # Re: Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          non, en tout cas, pas quand tu veux avoir un strict minimum de customisation, là, il faut se taper du LaTeX.

          Il me semble que je peux faire du LaTeX avec Lyx. Mais comme j'ai pas trop le temps de bosser à fond le LaTeX, je me contente de Google Drive pour le moment.

          • [^] # Re: Pour se concentrer sur l'écriture il y a lyx

            Posté par . Évalué à 2.

            Je pense que ceux qu'il veut dire c'est que tu as, toujours, la possibilité d'écrire directement du source LaTeX dans ton document, pour ceux qui en ont besoin et envie de s'y mettre, dont il fait je pense partie. C'est une importante fonctionnalité, parfois nécessaire, mais il me semble qu'il y a déjà pas mal de fonctionnalités accessibles via le clickodrome pour 80% des besoins des utilisateurs, et à priori toutes celles nécessaires à l'écriture d'un roman.

  • # Merci de ton retour

    Posté par . Évalué à 3.

    Et ça n'a pas raté grace à gnumdk d'abord, puis surtout à Michel Barret au bout de 8h30 de discussion qui m'en a asséné pleins d'un coup pour me clouer le bec. Qu'ils en soient remerciés.

    Et moi j'attendais tes retours (un truc à la zenitram genre : « vous passez votre temps à dire que tel et tel outil libre peu remplacer celui-ci propriétaire, mais en fait c'est de la merde, je ne testerais plus rien sans garanties contractuelles, faut arrêter de se foutre des gens, etc »).

    En journal et sans troll c'est encore mieux. Je suis content que l'on puisse trouver des trucs qui ne soit pas mauvais, je trouve ça cool.

    Moi je m'en suis jamais vraiment servis (ma remarque portait sur l'inexistence et pas sur la qualité de ceux-ci). Mon vim j'ai du mal à m'en décoller (en vrai j'utilise gvim pour avoir plus de souplesse dans le thème et pouvoir choisir un thème différent pour mon terminal et mon éditeur (oui je pourrais lancer un shell paramétré spécialement pour vim, mais quel intérêt ?)).

    Vim peut peut être déjà être considéré comme distraction free, mais l'un des intérêts des machins comme pyroom c'est d'avoir un plein écran qui prend pas tout l'écran. Ça peut se faire avec vim en configurant un tout petit peu. Mais je n'écris pas assez pour que ce soit utile.

    Par contre je suis tout à fait d'accord pour l'utilisation d'un langage de markup. Personnellement presque tout ce que j'écris passe par txt2tags ou markdown.

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Merci de ton retour

      Posté par . Évalué à 3.

      Avec screen ou tmux, tu peux créer trois shells côte à côte facilement, en réglant leurs tailles. Tu n'as plus qu'a lancer vim au milieu. 15s à faire occasionnellement et 3 minutes pour faire un script qui te le fait en une commande.

      • [^] # Re: Merci de ton retour

        Posté par . Évalué à 4.

        Si c'est juste pour faire ça awesome le fait de base :)

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Merci de ton retour

      Posté par . Évalué à 3.

      Sans distraction oui
      Par contre pour la procrastination on repassera , rien que la commande :help m'a occupé des heures et des heures tant ça regorge de trucs et astuces tordus pour les Happy Few
      J'ai même fini par participer à la traduction en français de ladite documentation  ! Ce qui la aussi m'a bien occupé :-)

    • [^] # Re: Merci de ton retour

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      +1 pour vim/gvim et +1 pour txt2tags

      Après avoir longuement cherché le Graal pour écrire des textes longs et courts, je trouve que ce sont ces deux outils qui sont le plus adaptés :

      • vim est très facilement configurable, et il peut s'utiliser soit en mode graphique avec gvim, soit depuis un shell. En shell l'émulateur de terminal sakura permet d'avoir un vrai mode plein écran (même si avec certain DE on peut donner du plein écran à gvim)

      • txt2tags m'est plus parlant que markdown, et plus extensible aussi, par exemple il est facile de rajouter sa propre syntaxe selon le contexte, comme dans l'exemple donné plus haut avec LaTeX, aussi il n'y a pas vraiment de limite, même pour écrire un long texte.

      De plus, vim gère bien la syntaxe txt2tags, affichant comme dans l'exemple d'uberwriter le texte en italique, en gras, souligné etc. Et pour accéder aux différents chapitres, l'extension voom (http://vim-voom.github.io/) affiche un menu sur le côté.

      « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

  • # Emacs minimaliste

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Tu télécharges minimal.el dans ~/.emacs.d/

    Tu édite le fichier ~/outuveux/commetuveux.el avec dedans

    (require 'minimal)
    (minimal-mode)
    
    

    puis tu exécute emacs comme ceci

    emacs -Q -fs -l ~/outuveux/commetuveux.el monficher.txt
    
    

    Si tu ne connais pas emacs, avoir le support markdown est un bon exercice !

  • # Packagé dans Debian squeeze?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Donc en fait tu cherches un truc qui a été écrit avant Ommwriter?
    Ne pas trouver d'alternative libre à un programme quand on se limite à ceux vieux de 10 ans, c'est pas si étonnant…

    • [^] # Pourquoi ce ressentiment ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Cher MCMic

      Apparemment tu as, pour des raisons qui te regardent, un ressentiment personnel contre la distribution que j'utilise.

      Si c'est ça, je suis content de t'avoir donné l'occasion de le verbaliser, c'est toujours mieux que de le garder pour soi.

      Cependant, ton commentaire m'oblige à apporter les précisions suivantes :
      1) sur mon macbook je suis encore avec mac os 10.6, ce qui est également très vieux pour le monde Apple qui est régulé par le principe d'obscolescence programmée (rien à voir avec le monde Microsoft où Windows XP sorti en 2001 est toujours à 35% de part de marché)
      2) pour autant cela ne m'a pas empêché de découvrir sur cette distribution Apple antidiluvienne un logiciel qui était conforme à mon besoin.
      3) je suis finalement passé à Debian 7.1
      4) pour autant je t'assure que sous ma Debian 6.0, tout aussi obsolète que cela te paraisse, il y a avait largement de quoi satisfaire mes besoins limités pour écrire… des programmes ; alors qu'il n'y avait rien du tout de convaincant à ma connaissance pour écrire tout court. Comme je pense (cf mon journal au cas où tu l'aurais lu) qu'écrire est un besoin fondamental au même titre que programmer est une nécessité technique, je persiste à penser qu'il y avait là un déséquilibre.
      5) je note néanmoins que je suis un imbécile d'avoir opté pour la distribution debian. Merci du conseil. Cependant ce qui m'aurait fait vraiment gagner du temps, c'est que tu m'indiques quelle était la distribution meilleure en tout point que debian qu'il fallait que je réinstalle là, maintenant, tout de suite. Je viens de faire un petit tour sur distrowatch, et je t'avoue que ce n'est pas encore clair dans mon esprit.

      Amicalement,

      gautami

      • [^] # Re: Pourquoi ce ressentiment ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je pensais pas paraître aussi acide dans ma remarque, je m'explique un peu plus:

        Je voulais en fait souligner que se limiter aux logiciels packagés dans Squeeze voulait dire se limiter aux logiciels écrits il y a un sacré bout de temps, et que ça ne me paraissait pas être une bonne base de recherche pour dire «un tel programme n'existe pas en libre», ça permet juste de dire «un tel programme n'existait pas en libre il y a 5 ans, ou il était trop peu connu/utilisé/intéressant pour être packagé dans Debian».

        5) je note néanmoins que je suis un imbécile d'avoir opté pour la distribution debian. Merci du conseil. Cependant ce qui m'aurait fait vraiment gagner du temps, c'est que tu m'indiques quelle était la distribution meilleure en tout point que debian qu'il fallait que je réinstalle là, maintenant, tout de suite. Je viens de faire un petit tour sur distrowatch, et je t'avoue que ce n'est pas encore clair dans mon esprit.

        Ce n'est absolument pas mon propos, tu as tout à fait le droit d'être utilisateur (satisfait) de Debian. Par contre, quand tu fais un panorama des logiciels pouvant répondre à ton besoin, ça me parait judicieux de tous les tester, y compris s'ils ne sont pas packagés.
        Parce que tu passes du problème «Il n'existe pas de logiciel répondant à mon besoin», très difficile à résoudre, nécessitant du développement, de la réflexion, etc…, au problème «Le logiciel que je souhaite utiliser n'est pas packagé pour ma distribution», problème ô combien plus simple à résoudre, il te suffit de packager le logiciel, ou à défaut d'ouvrir un ticket chez Debian pour trouver quelqu'un qui le fasse pour toi.

        Je suis pour ma part actuellement utilisateur d'ArchLinux, qui ne te conviendra pas puisque tu dis avoir choisi «debian et non pas ubuntu parce que je n'avais pas envie de m'emmerder avec les mises à jour du système», et ArchLinux est synonyme de mises à jour très régulières.
        Quand je souhaite utiliser un logiciel non packagé pour ma distribution, je crée un paquet que j'installe. Être capable de créer des paquets facilement, c'est un bon critère à prendre en compte dans le choix de sa distribution (ça n'exclue pas Debian, si on connaît son système de packaging).

        • [^] # Re: Pourquoi ce ressentiment ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Hello, sans raucune, les choses sont plus faciles quand on s'explique calmement.

          Tu as tout à fait raison sur un point, c'est que je n'avais pas au moment d'écrire ce journal le réflexe d'ouvrir un ticket chez Debian. Je trouve stupide que en 2013 plein d'utilisateurs lambda s'excriment pour comprendre pourquoi le ./configure && make && make install ne marche pas sur leur distro (sachant que plein d'entre eux ont la même distro !). En revanche, je suis tout à fait prêt à faire l'effort pour signaler à la communauté debian que, pour une fois, logiciel très intéressant à mon sens (en expliquant pourquoi) n'est pas encore packagé chez eux. Je suis contre les effort inutiles, pas contre le principe même de faire des efforts.

          Je vais donc de ce pas ouvrir ledit ticket, un ami venant de m'expliquer par email comment on fait.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.