Journal Elle est chou Fleur, mais elle a fait une boulette

Posté par . Licence CC by-sa
32
25
juil.
2012

Fleur Pellerin vient de déclarer que « la neutralité du net est un concept américain qui a tendance à favoriser les intérêts économiques de Google, Apple et consorts ».

Je vois pas en quoi le concept serait américain, ni ce qu'Apple vient faire là-dedans. Aux dernières nouvelles, Google est un FAI anecdotique… Vu leur position, ils pourraient malgré tout nuire à la neutralité du net, mais ils la respectent (à peu près). Les entendre se faire critiquer là-dessus, ça fait vraiment bizarre. Elle a rien de mieux à faire notre ministre ?

Selon quelqu'un qui était présent lors de la conférence :
« Fleur commence par se tromper totalement dans la définition (elle a dû mal réviser son sujet ou se tromper dans ses fiches), devant un Jean-Baptiste Soufron (récemment nommé à la tête d’un CNNum déserté), qui, assis au premier rang à 10 mètres de là, manque de s’étouffer, tout comme moi. Dominique Cardon, qui est assis à côté de la ministre, amorce un facepalm embarrassé, avant que la ministre n’embraye sur une virulente mais courte diatribe, arguant du fait que tout cela n’est qu’un concept américain fait pour défendre les intérêts de Google, Apple et consorts… et ne quitte la table pour aller prendre son train.

La suite, avec un décryptage intéressant :
http://reflets.info/fleur-pellerin-annonce-la-mise-a-mort-de-la-neutralite-du-net/

Pour finir sur une note d'humour : maintenant je comprends pourquoi hadopi est abrogée, la loi chatel est sanctifiée, les entreprises qui vendent des armes électroniques aux dictatures se font taper sur les doigts… :D

  • # On enchaine

    Posté par . Évalué à 3.

    "La net neutralité doit intéresser la représentation nationale"

  • # 1946

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 25/07/12 à 08:46.

    Bonjour

    Fleur Pellerin a t'elle lu les débats de l'Assemblée Nationale de 1946 début 1947 lorsque les parlementaires de l'époque ont débattu de la loi du 2 avril 1947 dite loi Bichet ?

    Vous savez, c'est cette loi qui organise cet extraordinaire "format ouvert" que sont les messageries de presse.

    Et bien les questions étaient exactement les mêmes que celles de maintenant sur la "neutralité du net".

    Les supports ont changé. Les questions de fonds, elles demeurent. Et j'oserais presque un "demeurent identiques".

    Je pourrais vous en parler des heures. Un jour peut être ferais je un billet sur ce sujet passionnant.

    Bonne journée à tous

    • [^] # Re: 1946

      Posté par . Évalué à 10.

      Le billet à ce sujet m'intéresse, ne fut-ce que parce que j'ai la flemme de chercher ce qui a pu se dire à l'époque, et voir quels étaient les "arguments" cités

      • [^] # Re: 1946

        Posté par . Évalué à 5.

        Pareil. Si pas de temps pour un billet, un pointeur vers les sources serait appréciable.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: 1946

          Posté par . Évalué à 2.

          Bonjour,

          Les sources : le journal officiel. Malheureusement si l'on va sur le site du JO la numérisation commence en 2004.

          Au boulot je possède une version numérisée.

          Mais on doit pouvoir trouver ici : http://4e.republique.jo-an.fr/?f=a

          Il faudrait retrouver les journées.

          La problématique, à l'époque, tournait beaucoup autour d'Hachette (le Google de l'époque ?)

  • # Facepalm

    Posté par . Évalué à 10.

    On a une championne encore à l'économie numérique :(

    Je dis peut-être une connerie mais dans le précédent gouvernement Kosciusko-Anisette savait au moins un peu de quoi elle parlait. Elle était tellement compétente qu'on l'a changé de ministère d'ailleurs.

    • [^] # Re: Facepalm

      Posté par . Évalué à 3.

      Le mot est gentil, on a que des charlots à ce poste là.
      Dire une connerie aussi énorme c'est juste impossible quand on occupe ce poste.
      On devrait vraiment faire un bashfr/pebkac dédiés aux ministres de l'économie numérique.

      • [^] # Re: Facepalm

        Posté par . Évalué à 10.

        Le mot est gentil, on a que des charlots à ce poste là.

      • [^] # Re: Facepalm

        Posté par . Évalué à 10.

        D'un autre coté faut dire qu'avec l'intitulé de son poste elle part pas sur de bonnes bases.

        ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique

        Faudra que l'on m'explique le rapport entre les trois…

        PME & Innovation : oui on innove dans les PME, mais que dans les PME ?

        Innovation & Économie numérique : oui on innove dans l'économie numérique, mais on fait que ça ? Remarque sa redéfinition de la neutralité du net est assez innovante… C'est triste de voir que dans l'esprit de nos gouvernants "l'internet c'est innovant, c'est le futur", non non c'est le présent et déjà le passé aussi.

        PME & Économie numérique : c'est bien connu l'économie numérique ça concerne les PME comme Google, Oracle ou Microsoft…

        Bref, l'économie numérique les gouvernements s'en contre-foutent alors qu'il faudrait clairement y consacrer un ministère et pas juste ajouter le terme économie numérique à un autre ministère juste pour dire "Oui oui c'est important pour nous". À partir de là on est mal barré.

        • [^] # Re: Facepalm

          Posté par . Évalué à 10.

          Faudrait non seulement un ministère, mais aussi qu'on arrête d'associer systématiquement économie à numérique (est-ce qu'à l'époque du ministère des postes, on disait ministère de l'économie des postes ?) et qu'on le dote d'une véritable administration… Parce que là, comme le souligne très bien l'article de reflets.info, ce ministère n'a pas d'administration, il dépend à la fois de l'industrie et de la culture : vive le bordel !

          • [^] # Re: Facepalm

            Posté par . Évalué à 4.

            Bah perso je pense exactement le contraire : l'economie numérique c'est de l'economie. Qu'une entreprise travaille sur internet ou pas, quelle est la différence ? Elle emploie des gens comme toute autre entreprise, elle rapporte autant à l'etat, etc… Bref, pour moi, tout ca devrait dépendre du ministère de l'economie, pas d'un ministère de l'economie "numérique".
            Pour moi, cette appelation montre surtout que nos dirigeants n'ont toujours pas compris qu'Internet c'est le monde réel, c'est pas un hypothétique futur, ni un vague cyberespace completement deconnecté du monde reel…

            Meme remarque pour les PME : les PME doivent être gérées par le ministère de l'economie. L'important, c'est qu'on ait tous du travail, que ce soit dans des PME ou dans des monstrueuses multinationales ne change rien… Créer un ministre pour les PME, c'est simplement pour dire aux petits patrons de PME "vous voyez, on pense aussi à vous, on a quelqu'un qui vous est dédié et qui travaille dur" (meme s'il n'a pas de budget et qu'on continuera toujours a favoriser les gros groupes qui font du chantage à l'emploi).

            • [^] # Re: Facepalm

              Posté par . Évalué à 7.

              il y a mal comprenance je crois.

              Fleur Pellerin est "ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique" donc c'est bien une secrétaire d'état dépendante du ministère de l'économie de Pierre Moscovici.

              C'est juste que les politiques voient dans le numérique un axe majeur de croissance et ont nommés un secrétariat dédié.

              Même remarque pour les PME.

              • [^] # Re: Facepalm

                Posté par . Évalué à 3.

                Je sais qu'elle dépend du ministère de l'economie.

                Mais dans les faits ca fait quoi ? Le vrai ministre, celui qui est ministre de l'economie, lui son boulot sera de s'occuper des grosses entreprises qui font du chantage à l'emploi. Bah oui, logique, les PME c'est pas son boulot : on lui a mis un subordonné (à priori compétent) pour s'en occuper, donc il s'occupe du reste (les gros).

                Bref, c'est vendu comme : "vous voyez, vous êtes importants pour nous, on vous a meme mis quelqu'un de dédié rien que pour vous", alors qu'en réalité, c'est l'inverse.

                • [^] # Re: Facepalm

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Mais c'est une façon de voir la chose, un peu désabusée et aigrie, tout à fait dans l'air du temps.

                  il reste quoi comme alternative ? l’émigration ? le suicide ?

                  • [^] # Re: Facepalm

                    Posté par . Évalué à 2.

                    il reste quoi comme alternative ? l’émigration ? le suicide ?

                    Non, simplement un seul ministre, appelé ministre de l'economie, qui se charge des gros, des petits, des numériques, des tapins, de tout ce qui fournit du boulot.

                    • [^] # Re: Facepalm

                      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 26/07/12 à 11:15.

                      Oui enfin si on crée des postes de "sous-ministre" c'est qu'il faut bien opérer un découpage, une seule personne ne peut pas tout gérer directement. En l'occurrence le découpage est mal fait on est d'accord.

                    • [^] # Re: Facepalm

                      Posté par . Évalué à 3.

                      ministre qui aura besoin d'aide de camps, et de délégués et de représentant.

                      Faudrait leur trouver un nom.

                      • [^] # Re: Facepalm

                        Posté par . Évalué à 5.

                        Bon je vais répondre aux deux commentaires (meme si pas le meme auteur), merci de m'en excuser :

                        Oui enfin si on crée des postes de "sous-ministre" c'est qu'il faut bien opérer un découpage, une seule personne ne peut pas tout gérer directement. En l'occurrence le découpage est mal fait on est d'accord.

                        ministre qui aura besoin d'aide de camps, et de délégués et de représentant.

                        Faudrait leur trouver un nom.

                        On est bien d'accord, le ministre ne peut pas tout gérer, il a besoin de déléguer. Mais pourquoi les personnes auxquelles ont délègue auraient elles un titre officiel ? Pourquoi seraient-elles nommées dans le gouvernement, pas choisies par le ministre lui-meme ?

                        La différence est grande : dans le cas actuel, la responsabilité est divisée, donc personne n'est responsable, alors que s'il n'y avait qu'un seul ministre qui choisit de qui il s'entoure, c'est sa responsabilité. Meme s'il ne peut pas tout gerer, c'est a lui de bien choisir les personnes à qui il délègue.

                        • [^] # Re: Facepalm

                          Posté par . Évalué à 2.

                          On pourrait juste garder le premier ministre, ou juste un président, du coup, non ?

                          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                          • [^] # Re: Facepalm

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Notes que le premier ministre choisit lui-meme ses délégués (les ministres) alors le ministre de l'economie ne choisit pas son délégué responsable de l'economie numérique et des PME… Du coup, il n'est pas responsable si son délégué fait de la merde : il ne l'a pas choisit, et n'a pas le pouvoir de le renvoyer.

                            Quant à la question de "on pourrait dans ce cas n'avoir qu'un seul ministre, le premier ministre" : Moui, on pourrait. Mais bon, l'education, la défense, l'economie, la police, les affaires étrangères sont des domaines véritablement différents. Ca justifie qu'on mette quelqu'un de clairement identifié comme responsable de ces problèmes.

                            Par contre, avoir un ministe de l'economie et un sous-ministre de l'economie numérique et des pme… Bah ca me parait completement idiot. L'economie numérique, c'est de l'economie, rien d'autre. Les PME ont certes leurs propres problématiques, mais justement, en les confiant à un sous-ministre à part, en réalité, on les pénalise, comme je l'ai déja expliqué.

            • [^] # Re: Facepalm

              Posté par . Évalué à 2.

              Je crois qu'on est d'accord en fait. Je pense qu'en plus de toi, je plaide pour un ministère du numérique qui s'occupe de numérique et de rien d'autre.

              • [^] # Re: Facepalm

                Posté par . Évalué à 2.

                Je crois qu'on est d'accord en fait. Je pense qu'en plus de toi, je plaide pour un ministère du numérique qui s'occupe de numérique et de rien d'autre.

                Je dirais même plus : le numérique représente un tel enjeu (pour le futur mais aussi aujourd'hui) qu'il mériterait un ministère à part entière, détaché des enjeux économiques et des ministères de l'Industrie et de l'Économie.

                Ou alors, il faut rattacher tous les ministères à celui de l'Industrie et/ou de l'Économie…

                • [^] # Re: Facepalm

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Ou alors, il faut rattacher tous les ministères à celui de l'Industrie et/ou de l'Économie…

                  J'aurais du mal a voir comment tu peux demander au ministre de l'economie de se charger de la défense, des affaires etrangeres, de l'education ou de la police.

                  Par contre, réduire le nombre de ministre et de secrétaires d'etat, oui, ca me parait une bonne idée.

                  Ca eviterait de diviser les responsabilités, situation dans laquelle a la fin personne n'est responsable de rien.

              • [^] # Re: Facepalm

                Posté par . Évalué à 2.

                Moi je commencerais par appeler ça "technologies de l'information et de la communication" plutôt que "numérique", parce que je n'ai pas vu passer de ministère de l'analogique (mode électronicien râleur caché dans cette phrase).

                Ensuite, oui, il serait grand temps qu'on nomme des gens compétents aux ministères au lieu de faire plaisir à ses potes et à ses partis alliés. Je ne comprends pas pourquoi on n'accepte plus le népotisme familial (à juste titre!!) mais on continue à tolérer les nominations de relations toutes plus incompétentes mais hautaines les-unes que les-autres!

  • # Anecdotique

    Posté par . Évalué à -3.

    Google est un FAI anecdotique…

    Google fournit de l'accès à internet ?

    Google fournit du service internet c'est clair, donc ISP (Internet Service Provider) s'applique bien. Mais du coup la traduction normal en FAI (Fournisseur d'Accès à Internet) n'est plus pertinente. Selon moi.

    • [^] # Re: Anecdotique

      Posté par . Évalué à 0.

      Google est aussi un FAI.

    • [^] # Re: Anecdotique

      Posté par . Évalué à 2.

      Cherche dans Google "Google+ISP" ou "Google+FAI", tu trouvera plein de liens parlant de Google fournissant un accès à internet de manière "anecdotique".
      En voila un, pas le temps de chercher plus pertinent: http://www.generation-nt.com/google-fai-reseau-fibre-usa-actualite-959761.html

    • [^] # Re: Anecdotique

      Posté par . Évalué à 2.

      Pas sûr d'où tu sort ta citation, mais oui il y a une ville ou Google fait le FAI en installant des câbles partout, j'imagine qu'ils veulent pouvoir anticiper l'évolution des comportements des utilisateurs et de leur applications quand le débit augmente.

      Donc Google est bien un FAI "anecdotique".

    • [^] # Re: Anecdotique

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Google fournit de l'accès à internet ?

      Oui.

      * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

  • # Vin blanc

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    On se tape une huître… Si au moins on avait du vin blanc…

    Faut leur tweeter de quoi ça parle, c'est le seul truc de moderne qu'il connaisse.

    L'avantage est qu'au moins elle ne semble prendre ses directives et être conseillée par personne. Si elle devient moins con et change d'avis, on peut espérer que ça bouge…

    Pfu ! Dure à trouver des arguments pour quand même… et c'est bien triste. On vit une époque formidable sur l'échange d'information, la communication, le mouvement libre fait partie de ses petits trucs qui me redonne un peu espoir en l'humanité…

    La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

  • # en vrai

    Posté par . Évalué à 4.

    En vrai, elle n'a pas tort. la neutralité du net (égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet) dans la réalité, profite beaucoup plus aux géants américains.

    Combien d'américains utilisent les services d'un site français (cloud, video, mail…)?
    Combien de français utilisent les services d'un site américain ?

    La balance commercial doit être largement en faveur des USA. Et ce n'est pas les quelques emplois de caristes d'Amazon, ou le service commercial Fr de Yahoo qui changent la donne.

    Que celui qui n'utilise pas google ou paypal ou amazon me moinssent, que les autres me pertinente :)

    alors, bien sur, la neutralité du net, c'est aussi d'autres aspects (confidentialité notamment) et ce sont des notions qu'il faut défendre, ca n'empêche pas d'être réaliste sur l'ultra domination des entreprises américaines sur l'Internet, et sur l'avantage concurrentiel et financiers qu'ils en retirent.

    Après tout, on est en guerre.

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par . Évalué à 10.

      Reprenons sa déclaration, veux-tu ?

      « la neutralité du net est un concept américain qui a tendance à favoriser les intérêts économiques de Google, Apple et consorts ».

      Concept américain : rien à foutre ! Ce n'est pas parce que la Grèce se casse la gueule en ce moment que je vais dire qu'il faut abandonner la démocratie, initialement apparue dans ce pays !

      Apple n'est pas l'entreprise que j'aurais cité en priorité. Il y a certes iTunes, mais je ne pense pas (je peux me tromper cependant) que ça soit représentatif, par rapport à Youtube, par ex.

      Autant qu'elle le dise de suite : elle veut faire du protectionnisme numérique, au motif que nos entreprises n'ont pas su profiter de la naissance d'Internet ? Qui doit-on remercier pour cela ? Le Minitel et ses créateurs/défenseurs ? Notre incapacité à pousser à l'innovation, braqués que nous sommes derrière nos grands groupes industriels, qui sont en vérité des mastodonte lents à prendre des décisions, et donc par définition à l'opposé de la vitesse et de la rapidité de réaction que nécessite Internet ?

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Apple n'est pas l'entreprise que j'aurais cité en priorité. Il y a certes iTunes, mais je ne pense pas (je peux me tromper cependant) que ça soit représentatif, par rapport à Youtube, par ex.

        Youtube, qui appartient à Google, est justement cité avant Apple.

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par . Évalué à 1.

        elle veut faire du protectionnisme numérique, au motif que nos entreprises n'ont pas su profiter de la naissance d'Internet ?

        Et c'est mal ? je ne pense pas. Dans un contexte économique aussi agressif qu'aujourd'hui, avoir une stratégie d'innovation et d'attaque, c'est très bien, mais il faut aussi une stratégie de défense, sinon, tu perds les moyens de reprendre l'initiative.

        Notre incapacité à pousser à l'innovation, braqués que nous sommes derrière nos grands groupes industriels, qui sont en vérité des mastodonte lents à prendre des décisions, et donc par définition à l'opposé de la vitesse et de la rapidité de réaction que nécessite Internet ?

        Je suis parfaitement d'accord avec ça. L'aboutissement des meilleurs startups Française est d'être revendues (et il y en a), alors que les grand groupes se protègent derrière les fonds publics.

        Il y a là un choix politique majeur, primordial et fondamentale. Est-ce que le pays est prêt à basculer dans une économie de l'innovation, de du risque et de la libéralisation ? Ca va être long et compliqué.

        Il faut se donner les moyens et le temps de changer le pays, et le protectionnisme peut-être une partie de la réponse avant d'être totalement asséchés.

        • [^] # Re: en vrai

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 25/07/12 à 11:17.

          Il faut se donner les moyens et le temps de changer le pays, et le protectionnisme peut-être une partie de la réponse avant d'être totalement asséchés.

          Oui oui poussons encore plus loin la connerie française actuelle et peut être que demain, avec un miracle, ca ira mieux ! Continuons de subventionner le cartel economico-politique-recherche Francais et restons incapable d'innover, et de créer et de financer des boites qui sont autre chose que des montages financiers. Je pensais bêtement qu'un bon gros coup de pied au cul ca marchait vachement mieux que de pleurnicher et de jalouser ceux qui ont réussissent pour faire changer de trajectoire mais je dois avoir tord…

          • [^] # Re: en vrai

            Posté par . Évalué à 1.

            je dois avoir tord…

            Tu as tort. Assurément.

            Continuons de subventionner le cartel economico-politique-recherche Francais et restons incapable d'innover

            Euh, seul est valable le modèle de la recherche américaine ? Il n'y a pas d'autres chemins ? Pourtant, pour une nation de 65 millions de personnes, on se défend pas trop mal pour ce qui est de l'innovation.

            un bon gros coup de pied au cul ca marchait vachement mieux que de pleurnicher et de jalouser ceux qui ont réussissent

            Copier c'est mieux ? Et si ce coup de pied au cul venait d'une meilleur flexibilité, et du remplacement du CDI par un contrat de mission, tu tends toujours le postérieur ?

            Donc, il n'est pas question de tout casser, il est question d'évoluer, et le plus rapidement possible, mais dans ce que peut accepter la population.

            Parce que le coup de pied salvateur qui va libérer les énergies du pays, on a déjà donné.

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par . Évalué à 6.

              La copie c'est bien. C'est l'échange d'idée qui permet à une société d'avancer. Enfin, je dis ça, je dis rien.

            • [^] # Commentaire supprimé

              Posté par . Évalué à 1.

              Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Pourtant, pour une nation de 65 millions de personnes, on se défend pas trop mal pour ce qui est de l'innovation.

              Mouarf :)
              Tu as des choses pour étayer ça ? Car de ce que je sens et, surtout, de ce que j'en lis c'est pas vraiment glorieux…

              [La France] 16ème rang en Europe
              24° mondial

              http://www.usinenouvelle.com/article/indice-mondial-de-l-innovation-la-suisse-en-tete-la-france-24eme.N177963 et http://www.wipo.int/export/sites/www/freepublications/en/economics/gii_2012.pdf

              D'ailleurs, un point très symptomatique du problème :

              Pas étonnant que seul 1 % des Français interrogés estiment le pays comme très bon en innovation alors que 70 % des Israéliens, 45 % des Suédois et 34 % des Allemands s’estiment excellents !

              http://www.usinenouvelle.com/article/une-etude-devoile-une-exception-francaise-en-matiere-d-innovation.N167784


              Mais si on parle d'innovation par exemple dans les domaines informatiques il faudrait surtout changer la manière de traiter le sujet : virer le fonctionnement de société de services et faire réellement de l'édition de logiciel. Ok des sociétés de services doivent continuer à exister, mais les éditeurs devraient devenir de vrai éditeurs et non seulement à 50% avec le reste de service. C'est quand même plutôt rare un éditeur de logiciel alors un qui fait réellement ça…
              Et pourtant, c'est là qu'on pourrait faire des choses bien.
              Mais ça demande à revoir réellement la manière de faire des logiciels, ça demande de ne pas tout gérer par le commerce, et ça demande aussi des possibilités de financement (pas forcément par les banques d'ailleurs)

              • [^] # Commentaire supprimé

                Posté par . Évalué à 8.

                Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                • [^] # Re: en vrai

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Hum, oui et non (je pense)

                  Qu'il y ait une culture de la recherche en France oui. Absolument d'accord. Qu'elle soit encore à un haut niveau sur ce point, d'accord aussi.

                  Très certainenement le plus grand pays pour les maths modernes **
                  ** A remettre en rapport avec la population. Et je dis ça sans être chauvin, je ne suis pas français.

                  Sur ce point je te rejoins. Et ce n'est pas non plus du chauvinissme mais en ayant côtoyé un mathématicien (mon grand père) père de la prétopologie (m'enfin au final ça c'est une autre histoire)

                  Par contre, je pense qu'il y a bien une différence entre recherche et innovation. Et si la France est plutôt ok côté recherche, côté innovation ce n'est pas vraiment ça.
                  D'ailleurs le fait que 99% des français ne pensent pas que la France soit excellente dans ce domaine est vraiment problématique et montre un profond problème.
                  Le truc c'est que, de ce que j'ai pu en voir, l'innovation n'existe qu'à trop court terme en général. Et c'est vraiment dommageable.

                  Dans d'autres pays (je ne dis pas qu'il faudrait faire cela) recherche et innovation sont plus liés. Il y a plus de collaboration entre ces mondes, entre les théoriques et ceux qui appliquent. En France moins (en tout cas c'est l'impression, partagée je pense).
                  Par contre, j'ai l'impression aussi que les solutions en général envisagées pour rapprocher ces mondes ne sont pas géniales et peu intéressantes (lorsqu'on entend les intéressés, surtout côté recherche).

                  Au final (ça commence à devenir long mon truc) que la France soit plutôt bonne en recherche je le pense. Qu'elle soit plutôt bonne en innovation j'en suis déjà bien moins certains. Qu'il y ait un problème de collaboration entre ces deux mondes c'est certains.

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    D'ailleurs le fait que 99% des français ne pensent pas que la France soit excellente dans ce domaine est vraiment problématique et montre un profond problème.

                    Je lisais en diagonale car j'ai pas le temps de répondre, mais là quand même …
                    "Un sondage" … "99%", même Poutine n'ose pas … "des français", non des sondés … "pensent", au moins le sondage est honnête, les gens qui répondent n'en savent rien … "montre un profond" problème, non, une suite de sondages a du mal à montrer une tendance, alors un sondage ne va pas "profondément" établir un fait. De plus tel que je le lis, il peut juste montrer que les sondés sont mal informés.

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      On dirait que tu réagis comme si le sondage était binaire (99% vs 1%). Mais c'est pas le cas du tout, c'est juste que seulement 1% estiment que la France est excellente, mais aussi que 74% la trouve moyennement bonne. Il y a plus d'une catégorie, désolé d'avoir insisté sur un point en particulier.
                      Donc non on est pas du tout dans un sondage à là 99% juste que l'inverse de 1% c'est 99%.

                      De plus tel que je le lis, il peut juste montrer que les sondés sont mal informés.

                      C'est justement un sérieux problème !
                      Et si on compare avec d'autres pays, on se rend compte qu'en Allemagne 34% estiment leur pays excellent.

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par . Évalué à 3.

                    D'un coté, les chercheurs méprisent les ingénieurs, de l'autre, les boites n'embauchent pas de chercheurs.

                    J'ai l'impression que la R&D n'est composé que de "D", en général. Le court termisme empèche beaucoup de prise de risque.

                    "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par . Évalué à 4.

              Euh, seul est valable le modèle de la recherche américaine ? Il n'y a pas d'autres chemins ?

              Qui a parlé de ca ?

              Et si ce coup de pied au cul venait d'une meilleur flexibilité, et du remplacement du CDI par un contrat de mission, tu tends toujours le postérieur ?

              Oui. Le CDI tel qu'il est actuellement est pour moi une connerie qui segmente à fond la société. Tout ceux qui n'y ont pas accès sont dans une merde noire. Et embaucher en CDI est risqué pour les "petites" boites. Je suis clairement pour plus de fluidité. Ca ferait du bien a beaucoup de monde tant employé que patron.

              Le contexte de la France c'est pas d'investissement privé dans les petites boites, des financements public hallucinant quand on sait les exploiter, des géants qui entretiennent des relations pas très saine avec l'état, et des employés cachés derrière leur CDI résignés qui n'osent rien. Ça va dans le mur…

              • [^] # Re: en vrai

                Posté par . Évalué à 8.

                Alors si je comprends bien, ceux qui n'ont pas de CDI sont dans une merde noire et tu proposes de supprimer le CDI pour tout le monde et tu en conclues que ça ferait du bien à beaucoup de monde… Hum hum…

                • [^] # Re: en vrai

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Oui ils sont dans la merde à cause de l'opposition entre les deux statuts. Très difficile de se loger, de faire un prêt ou quoi que ce soit d'autre, même en gagnant très bien ta vie. Tu retrouves le même problème simplement avec les périodes d'essai ou la plupart des banques et des agences te jetteront pendant 6 mois… En gros ceux qui se bougent sont les plus défavorisés.

                  La presta est en ce moment en train de se s'étendre à beaucoup de nouveaux domaines. Le CDI a déjà été contourné, l'employé en sort le grand perdant.

                  Donner de la fluidité au marché. Ca veut dire pour les patrons permettre aux petites boites d'offrir un CDI sans risquer leur vie aux personnes qui le méritent plutôt que de devoir les garder en CDD, et pouvoir se débarrasser des personnes ne répondant plus aux besoins. Pour les grosses boites ca ne change rien, si elles veulent lourder elles lourdent, CDI ou pas. Pour l'employé retrouver un marché plus fluide c'est pouvoir évoluer aux grées de ses envies plutôt que de pourrir dans la même boite tout en crachant dessus tout les jours. La France vit dans la peur et le conflit plutôt que dans l'échange.

                  Ce n'est évidement pas uniquement ca qui résoudra le problème. Mais sortir de l'immobilisme oui ca ferait le plus grand bien…

                  PS: Et puis sérieusement toi tu signerais un contrat de travail ou seul ton employeur peut rompre le contrat de travail en n'ayant pour seul obligation que de te payer ton salaire ?

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par . Évalué à 5.

                    En gros ceux qui se bougent sont les plus défavorisés.

                    Ceux qui sont en CDI hors periode d'essai ne se bougent pas le cul, ce sont tous des fainéants profitant de leur statut ?

                    La presta est en ce moment en train de se s'étendre à beaucoup de nouveaux domaines. Le CDI a déjà été contourné, l'employé en sort le grand perdant.

                    Je vois pas le rapport entre la presta et le CDI. Je fais de la presta et je suis en CDI.

                    PS: Et puis sérieusement toi tu signerais un contrat de travail ou seul ton employeur peut rompre le contrat de travail en n'ayant pour seul obligation que de te payer ton salaire ?

                    Pas compris…. C'est quoi ce fameux contrat ? Ca existe ?

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Ceux qui sont en CDI hors periode d'essai ne se bougent pas le cul, ce sont tous des fainéants profitant de leur statut ?

                      Faire dans la caricature ne sert à rien. Une carrière ce n'est pas 40 ans dans la même boîte mais souvent bon nombre petits sauts surtout quand tu commences. Et à chaque saut si tu fais les choses correctement tu te retrouves en situation délicate.

                      Note que plus tu te comportes comme un connard plus tu es récompensé. Un mec qui démissionne d'un CDI pour prendre un CDD ferme ses droits. Un mec qui arrête simplement de venir bosser non… De même que le mec qui veut se faire lourder partira avec un chèque. Etc.

                      Dans les petites boites tu as aussi plein de mec qui sont forcés de manger du CDD par ce que les boites ne peuvent pas lourder des mecs en CDI. Exemple un cabinet libéral qui a du personnel en arrêt maternité depuis 6+ ans. Ca fait 6 ans de CDD pour quelqu'un, cool…

                      Je vois pas le rapport entre la presta et le CDI. Je fais de la presta et je suis en CDI.

                      Simple c'est simplement un contournement du CDI. Tu remplaces les employés historiques par des prestas.

                      Pour la boite ca coute grosso modo le même prix ou un peu plus cher, les employés sont payés parreil mais perdent leur avantage de groupe. Par contre tu peux facilement adapter le personnel à tes besoins.

                      La boite de presta se met ce que tu as perdu dans la poche, et un peu plus.

                      Toi finalement tu es comme si tu avais un CDI avec préavis (suffit pour ta boite de te foutre sur un projet qui t'intéresse pas, avec mobilité ou n'importe quoi d'autre) et tu as perdu tes avantages et la qualité de ton travail vu que tu as un intermédiaire inutile dans les deux sens.

                      Bref c'est exactement un CDI assoupli sauf que t'as tout perdu. Génial ! En informatique une partie de la presta est justifiée. Pour beaucoup de clients pisser un site web ne demande clairement pas de maintenir une équipe permanente. Maintenant ca se généralise à beaucoup de domaines ou ce n'est pas justifié ni justifiable.

                      Pas compris…. C'est quoi ce fameux contrat ? Ca existe ?

                      C'est grosso modo ce que tu fais signer a ton patron. Si au bout de 2 ans le mec a décidé de passer en roue libre, ca va te couter cher… J'inverse juste les rôles.

                      • [^] # Re: en vrai

                        Posté par . Évalué à 2.

                        En gros ceux qui se bougent sont les plus défavorisés.

                        Ceux qui sont en CDI hors periode d'essai ne se bougent pas le cul, ce sont tous des fainéants profitant de leur statut ?

                        Faire dans la caricature ne sert à rien.

                        Je ne fais pas dans la caricature, j'essaye de comprendre ce que tu dis. Tu dis "ceux qui se bougent". Ca suppose que les autres ne se bougent pas.

                        Pour la boite ca coute grosso modo le même prix ou un peu plus cher, les employés sont payés parreil mais perdent leur avantage de groupe.

                        Si les employés sont payés pareil, alors pour le client ca coute beaucoup plus cher : l'intermediaire prend sa marge (et pas qu'un peu…) !

                        Et puis sérieusement toi tu signerais un contrat de travail ou seul ton employeur peut rompre le contrat de travail en n'ayant pour seul obligation que de te payer ton salaire ?

                        Pas compris…. C'est quoi ce fameux contrat ? Ca existe ?

                        C'est grosso modo ce que tu fais signer a ton patron. Si au bout de 2 ans le mec a décidé de passer en roue libre, ca va te couter cher… J'inverse juste les rôles.

                        Pas du tout ! Ca supposerait que sur un CDI seul l'employé peut rompre le contrat. C'est faux. L'employeur le peut aussi. Par contre, ca lui coute cher, d'autant plus si tu es employé depuis longtemps. Mais de là a dire qu'il ne peut pas le rompre… Faut arreter avec cette idée du CDI invirable… C'est totalement faux. Essaye de te faire virer, tu y arriveras, c'est garanti. Ca coute cher, mais c'est très faisable.

                        • [^] # Re: en vrai

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Si les employés sont payés pareil, alors pour le client ca coute beaucoup plus cher : l'intermediaire prend sa marge (et pas qu'un peu…) !

                          En fixe oui. Les primes de groupes, plan d'épargne, vacances & co volent. Je pense que tu serais étonné du montant des primes de pas mal de grand groupes français (je ne parle pas d'informatique). Vu qu'ils font rentrer les prestas avec des jeunes, ils ne se rendent pas forcément compte de la différence. La somme inscrite sur la fiche de paie n'est pas si différente.

                          En dehors de l'informatique ca semble beaucoup moins marger aussi et avec des contrats assez longs. Surement due a une pratique agressive pour rentrer sur de nouveaux marchés.

                          Pas du tout ! Ca supposerait que sur un CDI seul l'employé peut rompre le contrat. C'est faux. L'employeur le peut aussi.

                          Sous des conditions débiles. Tu fais encore dans la caricature sans être capable de comprendre la chose. Donc dans ton contrat de travail tu accepterais que pour démissionner tu dois lâcher un à deux ans de salaire ?

                          Ca coute cher, mais c'est très faisable.

                          C'est exactement ce que je disais. Les grandes boites s'en tapent de toute façon tu files 3 ans de salaire a un mec et t'es presque sur qu'il part avec le pognon. Maintenant les petites boites pleurent.

                          C'est exactement le problème francais. Faire toujours plus de lois contraignantes pour se protéger des méchantes grandes multinationales qui de toutes façons trouveront arriveront toujours à leur fin plutôt que de favoriser le développement de l'économie en dehors des mastodontes. Le meilleur moyen d'emmerder les patrons cons c'est de pas bosser peur eux…

                          • [^] # Re: en vrai

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Sous des conditions débiles. Tu fais encore dans la caricature sans être capable de comprendre la chose. Donc dans ton contrat de travail tu accepterais que pour démissionner tu dois lâcher un à deux ans de salaire ?

                            Je ne suis manifestement pas le seul à faire dans la caricature…

                            Je note qu'on est passé de "tu peux pas démissionner" à "pour démissionner tu dois lacher du pognon".
                            La différence est notable, merci d'avoir rectifié !

                          • [^] # Re: en vrai

                            Posté par . Évalué à 4.

                            Donc dans ton contrat de travail tu accepterais que pour démissionner tu dois lâcher un à deux ans de salaire ?

                            J'ai bien été obligé d'accepter que pour démissionner je dois continuer à travailler quelque mois…

                            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Je vois pas le rapport entre la presta et le CDI. Je fais de la presta et je suis en CDI.

                      Oui mais tu peux être viré pour raisons économiques si le Gros Client© de la boîte qui t'embauche change de contrat.

                      La sous-traitance fonctionne pas mal comme ça : au lieu de payer directement des salariés "impossibles à virer", les grosses boîtes passent par des sous-traitants qui embauchent des gens en CDI mais peuvent les virer si la grosse boîte change de contrat.

                      Au final, ça fait comme si les gens étaient en CDD.

                      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                      • [^] # Re: en vrai

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Au final, ça fait comme si les gens étaient en CDD.

                        Euh… Non ! Avec un CDD, t'es sur et certain d'aller jusqu'au bout de ton contrat. Tu peux pas être viré avant.

                      • [^] # Re: en vrai

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Mais si tu n'es pas en presta aussi tu peux être viré !

                        CDI = Contrat a durée indeterminée, pas contrat danstonculpatron interminable !

                        au lieu de payer directement des salariés "impossibles à virer",

                        T'as raison de mettre des guillemets… La formule exacte c'est "chers à virer"… Mais ca fait moins sensationaliste.

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Et tu crois pas que si tu «flexibilise», tu vas mettre tout le monde dans la situation où il sera très difficile de se loger, de faire un prêt ? La plupart des gens veulent de la stabilité pour pouvoir construire leur vie sur le long terme (maison, enfants, toussa), pas de la précarité généralisée.

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Il est possible de faire l'analogie avec les méthodes de développements.

                      On retrouve la même opposition dans l'essai La Cathédrale et le Bazar qui confronte 2 modèles.

                      Le 1er plus structuré, plus "propre", solide face à un modèle plus anarchique, plus déstabilisé et dynamique.

                      Tu code comment ? quel est le plus efficace ?

                      • [^] # Re: en vrai

                        Posté par . Évalué à 6.

                        Le problème est que si tu "bazardises" le marché du travail, t'as intérêt à t'assurer que tout le monde est prêt à jouer le jeu. Et tout particulièrement les banques et les loueurs immobiliers !

                        • [^] # Re: en vrai

                          Posté par . Évalué à 8.

                          Et c'est là qu'on voit en général que les plus grands libéraux par les paroles ne le sont rarement par les actes et par les prises de risques :)

                • [^] # Re: en vrai

                  Posté par . Évalué à 4.

                  En Italie comme en France, on a une opposition structurelle très forte entre les quinquas, tous en CDI et inamovibles, et les jeunes de 20-35 ans, qui naviguent de contrats temporaires en contrats temporaires. On arrive à des situations absurdes où le stagiaire fait un boulot de titulaire, en étant payé 10* moins.

                  Et c'est sans compter les passages par 10 sous-traitants pour éviter les conventions collectives, où le vrai boulot est effectué par le 10ème sous-traitant pour un salaire de misère. (Bon, 10 sous-traitants j'exagère. Mais 2 voire 3, oui). Exemple : la mairie demande à une entreprise de nettoyage qui demande à une entreprise d'intérim. Et le fonctionnaire titulaire jerte, remplacé par un «missionnaire» payé 10* moins.

                  Que préférer donc ? Avoir des titulaires qui fainéants, désœuvrés puis virés, avec des hordes de sous-traitants sous-payés, ou avoir un contrat de travail unique moins avantageux pour certains mais meilleur pour tous ?

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par . Évalué à 4.

                    ca ca sous entend que le gars qui est payé une misère, il sera bien payé, et que celui qui est payé, il conservera son salaire.

                    Marrant, j' crois pas une seconde.
                    Ca aurais plutot tendance a dire "le gars qui est bien payé, ben il va pouvoir etre payé le meme salaire de misère que l'autre, sinon je le vire et j'embauche l'autre".

                    C'est pas compliqué ca fait 20 ans que le patronnat demande d'avoir de la fexibilité dans le travail, et a chaque fois le gvt leur en donne un peu.

                    On a jamais vu une diminution du chomage ou de meilleurs conditions de travail, ca serait même plutôt l'inverse.

                    pour ton info, je suis jeune (moins de 30 ans), et je n'ai JAMAIS eu un cdd.

                    Et pour ton autre info, il y a des jeunes (et des moins jeunes) qui veulent des cdd.

                    Il y a même des patron qui sont prêt et veulent embaucher en CDI des gens, et ne trouvent pas de candidats car certains veulent plutot des CDD (par exemple dans les régions avec un fort emploi saisonnier, où les gens se font souvent plus en CDD saisonnier + cdd en basse saison qu'avec un cdi).

                    Et je parles pas des CDD de la fonctions publiques, CDD de 3 mois- 1 ans, renouvelés depuis 10 ans (illégal, mais si tu pete trop haut que ton cul tu es viré)

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par . Évalué à 1.

                      C'est pas compliqué ca fait 20 ans que le patronnat demande d'avoir de la fexibilité dans le travail, et a chaque fois le gvt leur en donne un peu.

                      On a jamais vu une diminution du chomage ou de meilleurs conditions de travail, ca serait même plutôt l'inverse.

                      Quel est le rapport avec la choucroute ? Ou ais-je dit que les réformes menées jusqu'à présent étaient bien menées ? Procès d'intention non ? 

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    En Italie comme en France, on a une opposition structurelle très forte entre les quinquas, tous en CDI et inamovibles, et les jeunes de 20-35 ans, qui naviguent de contrats temporaires en contrats temporaires. On arrive à des situations absurdes où le stagiaire fait un boulot de titulaire, en étant payé 10* moins.

                    Toi tu envies les fonctionnaires italiens payés 17 000 Euros/mois, ça se voit trop !
                    http://www.rfi.fr/europe/20120719-italie-sicile-bord-faillite-mario-monti-raffaele-lombardo

                    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par . Évalué à -1.

              Euh, seul est valable le modèle de la recherche américaine ? Il n'y a pas d'autres chemins ? Pourtant, pour une nation de 65 millions de personnes, on se défend pas trop mal pour ce qui est de l'innovation.

              Pour l'innovation, mouarf, mais on te l'a déjà fait remarquer.

              Sinon, m'étonnerait que les États-Unis soient un pays monolithique caractérisé par un seul modèle de recherche ou d'innovation. En revanche, ce qui est certain, c'est qu'ils sont un continent à eux seul. Qui, économiquement, marche d'un seul homme. Alors qu'en Europe, on passe déjà pas mal de temps à se mettre des bâtons dans les roues entre nous.

              • [^] # Re: en vrai

                Posté par . Évalué à 1.

                Précision : ce n'est pas, comme on pourrait le croire, un problème de cultures ou de langues. Beaucoup de firmes en Europe parlent au moins deux langues dont l'anglais, mais souvent aussi l'espagnol/l'allemand/le français/le russe/l'arabe. Suffisamment pour pouvoir travailler à l'international. Mais on a des structures administratives, des États, qui ne facilitent pas toujours les fusions ou coordinations intra-eu.

                Ça n'enlève pas les problèmes d'entrave à l'entrée sur le marché des petits nouveaux par les gros, ça en rajoute.

              • [^] # Re: en vrai

                Posté par . Évalué à 2.

                Qui, économiquement, marche d'un seul homme. Alors qu'en Europe, on passe déjà pas mal de temps à se mettre des bâtons dans les roues entre nous.

                Pas d'accord. En europe, comme aux US, chacun veille sur son bout de gras. Chaque entreprise lutte contre ses concurrents, qu'ils soient chinois, américains ou européens. Pour les etats c'est pareil : il y a autant de lutte pour attirer les entreprises entre 2 états americains qu'entre 2 etats européens.

                • [^] # Re: en vrai

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Pas d'accord, les États-Unis ont une politique économique et monétaire bien plus unie que celle européenne.

                  • [^] # Re: en vrai

                    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 25/07/12 à 16:09.

                    Ca dépend a quel niveau tu te place.

                    Si tu te place au niveau des etats : non. Chaque etat a sa propre politique economique, fixe ses propres lois et ses propres taxes.

                    Si tu te place au niveau fédéral : evidemment, l'europe fédérale n'existe pas.

                    EDIT : au niveau monétaire, tu peux difficilement être plus uni qui la zone euro… Toute la zone euro est unie derrière la meme politique monétaire : indépendance de la BCE qui a pour unique but une inflation à 2%.

                    • [^] # Re: en vrai

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Une monnaie commune sans politique économique commune, ou du moins sans moyen de contrôle commun sur les politiques nationales, c'est le bins. Et ça ne favorise pas la coopération (économique).

                      Je renvoie à ce précédent commentaire de moi.

          • [^] # Re: en vrai

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Je pensais bêtement qu'un bon gros coup de pied au cul ca marchait vachement mieux que de pleurnicher et de jalouser ceux qui ont réussissent pour faire changer de trajectoire mais je dois avoir tord…

            Hm… ça dépend du contexte. Quand tu es malade ou blessé ça sert à rien de retourner à la compétition avant d'avoir pris du repos.

        • [^] # Re: en vrai

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Et c'est mal ? je ne pense pas.

          Je pense que si, parce que ça encourage les sociétés qui n’innovent pas à ne pas changer de politique puisqu'on les protège.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: en vrai

            Posté par . Évalué à 3.

            D'un point de vue idéologique libérale oui, ce qui n'évolue pas doit disparaitre.

            Loin de moi l'idée de défendre les grands groupes, mais l'ensemble des grandes structures ont des investissements de R&D, ou des plans d'investissements.

            Vous semblez partir de l'idée qu'une petite structure serait plus innovante, pourtant il y a des tonnes d'innovations qui n'ont pu voir le jour que grâce à l'assise financière des grands groupes et/ou des fonds publics.

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Je ne dis pas que les grands groupes ne sont pas innovants mais qu'ils le sont en moyenne moins que ce qu'on retrouve aux USA dans l'informatique (je ne connais pas la situation dans les autres domaines) et que protéger leur tendance actuelle à ne pas évoluer ne va pas améliorer la situation.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: en vrai

                Posté par . Évalué à 3.

                Un commentaire plus nuancé auquel je peux adhérer :)

                je ne connais pas la situation dans les autres domaines

                Ca dépend vraiment des domaines. les industries Françaises du luxe, pharma, du tourisme, de l'armement ou de l'aéronautique ne se porte pas si mal, elles savent innover et rester globalement compétitives même si les perspectives ont de quoi faire froid dans le dos.

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Que celui qui n'utilise pas google ou paypal ou amazon me moinssent, que les autres me pertinente :)

      Je n'ai jamais utilisé Amazon et Paypal, et je suis en train d'apprendre à me passer de la recherche Google, permets donc moi de te moinser :)

      En vrai, elle n'a pas tort. la neutralité du net (égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet) dans la réalité, profite beaucoup plus aux géants américains.

      L'absence de neutralité du net permet de favoriser les gros lobbies du divertissements (ceux qui ont poussé hadopi là), et même n'importe quelle industrie au détriment d'une autre ou même d'un (semi) auto-hébergement, ainsi que les sites d' informations possédés par de gros groupes industriels et de couler les petits sites indépendants.

      Internet, grâce à sa neutralité a permit une superbe évolution des communications et de la liberté d'expression, avec la possibilité qu'un particulier puisse fournir les mêmes services qu'un gros industriel ; la supprimer ne serait rien d'autre qu'un gros retour en arrière.

      Opera le fait depuis 10 ans.

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par . Évalué à 7.

      Qui c'est on ?

      Parce que je ne suis en guerre avec personne moi.

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par . Évalué à -1.

        Pourtant, eux le sont en face, et ils ne font pas de cadeaux

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par . Évalué à 6.

      Malheureusement les gouvernements européens ne donnent pas facilement les moyens à des entrepreneurs locaux de créer des entreprises internet.

      Je m'explique: la plupart des entreprises "cloud"-iques actuelles (google, facebook, twitter, github, etc) ont commencé avec un investissement de quelques dollars (un hébergement, un nom de domaine). Une fois qu'un potentiel est détecté dans ce nouveau "site hobby", le gars à l'origine du site en fait une société (une start-up) et développe son business. Coût: à peu près 0 encore une fois. Si on prend un employé, il faut payer son salaire. Sinon, tant que cela ne rapporte rien, on ne gagne certes rien, mais on ne paie rien non plus. C'est tellement facile que en regardant un peu sur internet on peut voir que tous les gens qui créent des sites web appellent cela des startups. On peut même faire ça en dehors de ses heures de bureau officielles.

      Comparez cela avec le coût en Belgique ou en France pour créer une société minimale ou même pour devenir indépendant, et le montant des taxes à payer d'entrée de jeu. Même avec une activité à coût d'investissement nul, cela coûte un pont. Et sans cela on ne peut pas légalement brasser des sous.

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par . Évalué à 9.

        Même avec une activité à coût d'investissement nul, cela coûte un pont.
        Euh, en France, il y a le statut d'auto-entrepreneur, qui sur 3 ans ne coute rien.

        Mais le coup de la startup montée avec zéro dollars est quand même un peu un mythe.

        Au USA, les startups se font beaucoup financés par des business angels et des capitals risques. C'est beaucoup plus difficile en France de trouver des financements.

        Par exemple, Google a commencé avec 1 million de dollars, 1 an après la création de BackRub, alors qu'ils n'avaient aucune rentrée financière. Va trouver ce genre de financement en Europe.

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par . Évalué à 10.

      En vrai, elle n'a pas tort. la neutralité du net (égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet) dans la réalité, profite beaucoup plus aux géants américains.
      Combien d'américains utilisent les services d'un site français (cloud, video, mail…)?
      Combien de français utilisent les services d'un site américain ?

      C'est vrai, mais ça n'a rien à voir avec la neutralité du net, plutôt avec l'incompétence de nos dirigeants, et la vision économique préhistorique de nos financiers, qui n'ont rien vu venir – pire ont tout fait pour freiner – et ne savent pas financer.

      Aujourd'hui, les PME françaises meurent faute d'avoir les financements au bon moment, voire les financements tout court. Et lorsqu'elles sont réellement innovantes et prometteuses, elles se font phagocyter par de riches financiers qui viennent les dépouiller, et les projets meurent.

      J'ai un ami qui s'est fait avoir, il avait une start-up qui avait un potentiel incroyable, qui tournait très bien, il était devenu millionnaire. Puis des financiers sont entrés au capital et sont devenus majoritaires, ils l'ont dépouillé, il s'est retrouvé ruiné et viré. Eux ont désossé la boîte et vendu le concept… À une boîte américaine !

      Depuis, il s'est relancé dans une start-up prometteuse, sauf que cette fois, il s'est expatrié outre-atlantique, que l'argent et les soutiens coulent à flot, et il est vacciné : il conserve le contrôle de la structure et refuse les investisseurs (surtout Français) qui ne viennent que pour le rendement (voulu fort) à court terme (ce qui l'amuse, car ils ne sont venu que lorsque le projet a fait parler de lui mondialement, ils l'ont jeté/ignoré avant), et tout se passe à merveille. De très grosses boîtes IT et industrielles le chapeautent, mais il est très déçu, il aurait voulu un succès Français, et au final, son projet connaît le succès (même en France, où la technologie qu'il développe a fait parler d'elle ces derniers mois) en étant un projet étranger.

      Combien de projets Français sont ou ont été dans le même cas ? eBay ? Borland ? Combien de centaines voire de milliers d'autres ? Pour combien de Xavier Niel, qui ont eu à affronter des pressions monstrueuses ? Qui a déjà oublié qu'il avait été traîné en justice pour proxénétisme (non lieu), diffamé ? Qui oserait encore dire qu'il ne subit pas une cabale de opérateurs préhistoriques ces dernières années et plus particulièrement ces derniers mois ? Pourtant, son apport dans l'économie numérique est considérable, et beaucoup de pays aimeraient avoir une entreprise comme Free.

      Le pouvoir en France est entre les mains de riches magouillards financiers qui ont avancé leurs pions politiques – véritables pantins à leur service – et qui n'entendent qu'un seul patriotisme : celui de leurs comptes en banque dans les paradis fiscaux. Ils vendraient leur pays à perte si ça pouvait leur rapporter des miettes. D'ailleurs ils le font.

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par . Évalué à 0.

        J'ai un ami qui s'est fait avoir, il avait une start-up qui avait un potentiel incroyable,

        Depuis, il s'est relancé dans une start-up prometteuse,

        Source?

        • [^] # Re: en vrai

          Posté par . Évalué à 4.

          Je ne sais pas ce que cela pourrait apporter de le savoir (les exemples du genre foisonnent et que ce cas particulier est commun), d'autant que je préfère ne pas non plus en dévoiler trop pour diverses raisons, dont le fait que je ne sais pas s'il est d'accord d'une part, et d'autre part parce que je ne suis pas au courant de grand chose, donc je pourrais dire des conneries (je ne m'y connais pas énormément dans les domaines concernés).

          Cependant, sa première start-up concernait les infrastructures réseaux d'opérateurs télécoms, et c'était un opérateur télécom qui vers la fin des années 90 (97~99) déployait de la fibre optique (de ce que j'en sais, à destination d'opérateurs ou gros comptes). Sa boîte a été dépouillée avant l'éclatement de la bulle Internet, lui ayant été ruiné et viré dans la foulée, puis les restes de la boîte (les clients j'imagine) revendus à un groupe américain. Elle semble toujours exister sous une autre appellation aujourd'hui, intégrée à un groupe.

          Depuis ~2003, il est sur un projet qui touche au médical : un scanner 3D qui offre la possibilité de naviguer en temps réel dans un organisme ou un objet (avec la gestion des couches de densités), et qui de plus permet un partage et un accès aux volumes 3D via un simple navigateur Web. Si je ne dis pas de bêtise, c'est ça qui a été utilisé pour les scans 3D de momies, bouddha, etc. qui ont permis de « voir à l'intérieur » et dont on a parlé ces derniers mois.

      • [^] # Re: en vrai

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        J'ai un ami qui s'est fait avoir, il avait une start-up qui avait un potentiel incroyable, qui tournait très bien, il était devenu millionnaire. Puis des financiers sont entrés au capital et sont devenus majoritaires, ils l'ont dépouillé, il s'est retrouvé ruiné et viré. Eux ont désossé la boîte et vendu le concept… À une boîte américaine !

        Depuis, il s'est relancé dans une start-up prometteuse, sauf que cette fois, il s'est expatrié outre-atlantique, que l'argent et les soutiens coulent à flot, et il est vacciné : il conserve le contrôle de la structure et refuse les investisseurs (surtout Français) qui ne viennent que pour le rendement (voulu fort) à court terme (ce qui l'amuse, car ils ne sont venu que lorsque le projet a fait parler de lui mondialement, ils l'ont jeté/ignoré avant), et tout se passe à merveille. De très grosses boîtes IT et industrielles le chapeautent, mais il est très déçu, il aurait voulu un succès Français, et au final, son projet connaît le succès (même en France, où la technologie qu'il développe a fait parler d'elle ces derniers mois) en étant un projet étranger.

        Est-ce que tu ne serais pas en train de faire l'amalgame entre "monter une startup et se faire blouser par ses investisseurs et tirer des leçons de son parcours" avec "innover en France vs innover aux Etats-Unis".

        • [^] # Re: en vrai

          Posté par . Évalué à 5.

          Est-ce que tu ne serais pas en train de faire l'amalgame entre "monter une startup et se faire blouser par ses investisseurs et tirer des leçons de son parcours" avec "innover en France vs innover aux Etats-Unis".

          Non, le fait qu'il se fasse blouser l'a seulement vacciné contre les méthodes des mauvais financiers (ie surtout Français). Il a du partir outre Atlantique pour son projet car il n'arrivait pas à avoir les financements en France, on lui réclamait des garanties, des retours sur investissements, des rendements élevés, la perte du contrôle de sa société, etc. et toute cette frilosité pour des sommes prêtées dérisoires, et devoir se farcir toutes les embûches et freins à la création et gestion (l'administratif) d'une entreprise ici.

          Alors que de l'autre côté, il a copieusement été financé et soutenu, et ce pendant toutes les années de recherches et développement nécessaires et où la boîte ne rapportait rien. Mais ça n'empêchait pas que de grosses boîtes IT et des industriels le soutiennent financièrement et en lui fournissant du matériel ou autre. Par exemple Microsoft afin que soit développée une compatibilité avec Surface, Nikon pour le développement d'un système photo 3D, nVidia forcément on sait pourquoi, je ne sais plus quelle boîte pour lui fournir des appareillages Micro CT, etc.

          • [^] # Re: en vrai

            Posté par . Évalué à 4.

            Alors que de l'autre côté, il a copieusement été financé et soutenu, et ce pendant toutes les années de recherches et développement nécessaires et où la boîte ne rapportait rien.

            Seulement après qu'il ait montré qu'il avait déjà réussi à monter sa boite innovante française…
            Bref des situations absolument pas comparable.

            Et pour avoir connu des gens qui ont financé des PME (non pas forcément des "financier" et autres "business angels", simplement des banquiers)

            • le boulot de banquier a beaucoup changer ces dernières années (c'est passé du soutien à l'économie à "faut faire du chiffre), et ce n'est pas propre à la france, mais au mode de management et de rentabilité …. anglo saxon.
              L'idée de fonds qui veulent des rentabilité forte, qui font des LBO, ca viens des fonds de pensions … américains.
              En france, les retraités ont pas besoin de virer les actifs pour toucher leur retraite.

            • le nombre de boites qui sont persuadé vendre quelque chose d'innovants et se planter lamentablement est largement plus important que ceux qui font réellement quelque chose d'innovants. Si tu es un investisseurs "généraliste" (banquier ou autre), il faut que tu puisse évaluer des projets alors que ce n'est pas du tout ton domaine.
              Quand tu veux vendre quelque chose, il faut se mettre à la place de l'acheteur, et pas le traiter de gr*s c*n parce qu'il a rien compris en quoi ton idée de fil a couper le beurre était si génial que ca.

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par . Évalué à 3.

              En france, les retraités ont pas besoin de virer les actifs pour toucher leur retraite.

              En France, 100% des retraites sont payés sur le travail des travailleurs en France. Ca pèse aussi. Et en plus, on paye une partie des retraites américaines, anglaise via leurs fonds de pensions.

              le boulot de banquier a beaucoup changer ces dernières années

              Bof, le mythe du bon vieux banquiers d'avant, c'était mieux, je n'y crois pas. Les grosses banques (et les petites) n'ont toujours agit que pour leur intérêt.

              le nombre de boites qui sont persuadé vendre quelque chose d'innovants et se planter lamentablement est largement plus important que ceux qui font réellement quelque chose d'innovants

              Ce n'est pas grave de se planter, du moins, aux USA ce n'est pas vu comme un échec, mais comme de l'expérience acquise. En France, tu es rayé de la liste. Question de culture là encore.

              il faut que tu puisse évaluer des projets alors que ce n'est pas du tout ton domaine.

              Oui, et c'est le job des capitaux risqueurs, miser sur beaucoup de chevaux en espérant décrocher un taux de succès satisfaisant.

              • [^] # Re: en vrai

                Posté par . Évalué à 3.

                En France, 100% des retraites sont payés sur le travail des travailleurs en France. Ca pèse aussi. Et en plus, on paye une partie des retraites américaines, anglaise via leurs fonds de pensions.

                Alors déjà non, car il y a des métiers où il y a une partie de retraites par capitalisation, des caisses dédiées, toussa toussa.

                Mais certes ca pèse.
                Maintenant prenons un type qui a été viré de l'usine car usine pas assez rentable (mais gagné de l'argent) alors qu'il travaillait en france et payait donc pour la retraite des autres.
                Demande donc lui si il préfère être comme il est maintenant : ne pas payer pour la retraite, mais rien toucher du tout, ou si il préférait comme il était avant : avoir un job et payer pour la retraite  ?

                je suis sur qu'il va choisir la seconde solution.

                Bof, le mythe du bon vieux banquiers d'avant, c'était mieux, je n'y crois pas. Les grosses banques (et les petites) n'ont toujours agit que pour leur intérêt.

                Crois ce que tu veux, j'ai des témoignages de premières main.
                Maintenant si tu veux penser qu'ils sont tous que des vieux cons aigris le sang au lèvres et ne pensent qu'à tuer les pme, si ça t'amuse…

                Ps : dans le temps, il est déjà arrivé que des banques fassent passer des sommes par pp quand une petite entreprise était vraiment dans la merde. tu peux dire "j'y crois pas c'est n'importe quoi", mais c'est déjà arrivé. (j'ai pas dis non plus que c'était ultra courant).

                Ce n'est pas grave de se planter, du moins, aux USA ce n'est pas vu comme un échec, mais comme de l'expérience acquise. En France, tu es rayé de la liste. Question de culture là encore.

                J'aime beaucoup tes affirmations péremptoires reposant sur une seule expérience .

                Moi au contraire j'ai aussi assisté à une commission de financement il y a une quinzaine d'année ou la personne disait
                "oui il a déposé le bilan, mais il n'a planté personnes, et a payé tous ses fournisseurs"
                Et je crois bien que cette personne a eu son financement.

                Alors oui quand tu plantes ton affaire, il faut que tu expliques pourquoi, et que tu défendes plus ton bout de de gras, mais tu n'es (était ?) pas pour autant rayé de la liste.

                • [^] # Re: en vrai

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Après 2 faillites, tu es sur une liste de la banque de France et tu ne peux plus créer de société.

                  "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: en vrai

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Seulement après qu'il ait montré qu'il avait déjà réussi à monter sa boite innovante française…

              Alors pourquoi n'a-t'il pas été soutenu en France après avoir montrer qu'il avait déjà réussi ?

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: en vrai

      Posté par . Évalué à 3.

      En vrai, elle n'a pas tort. la neutralité du net (égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet) dans la réalité, profite beaucoup plus aux géants américains.

      et donc ? en France on n'est pas foutu de créer (et/ou de garder) des services intéressants. Donc on va faire quoi, mettre des frontières à Internet ? :)

      alors, bien sur, la neutralité du net, c'est aussi d'autres aspects (confidentialité notamment) et ce sont des notions qu'il faut défendre

      C'est surtout qu'on est en train de vivre une étape aussi importante que celles de l'apparition de l'écriture et de l'imprimerie.

      Il se serait passer quoi si à l'époque de Gutenberg, l'église avait pu imposer un ratio du type « pour 10 bouquins imprimés, au moins 8 doivent être des bibles » ?

      et sur l'avantage concurrentiel et financiers qu'ils en retirent.

      et pourtant la situation actuelle permet à un particulier français (ou autre) de démarrer tout de suite une activité, puis de monter en charge progressivement. Avec du filtrage DPI pour faire passer en priorité Plus belle la vie, le particulier il voit les temps d'accès et le débit vers son site s'effondrer. Chercher l'erreur ?

  • # La suite, avec un décryptage intéressant

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    faut prendre le temps d'aller lire le décryptage avant de commenter, ça me semble beaucoup plus inquiétant que de l'incompétence

    Envoyé depuis mon Archlinux

  • # L'utilisation de la neutralité du net

    Posté par . Évalué à -2.

    Le problème ne vient pas forcément de la neutralité du net mais plutôt de l'utilisation qui en est faite. Il y a quelques années Clinton avait associé le concept de neutralité du net avec celui de rester connecté à Internet (Stay Connected), notamment dans le cadre de l'utilisation de twitter dans les révolutions du monde arabe. Hors aujourd'hui être connecté devrait être un choix pas une obligation. On devrait pouvoir choisir si on veut être connecté ou pas, à quel moment, avec qui …

  • # La suite de la suite

    Posté par . Évalué à 4.

    Apparemment elle a compris qu'elle avait fait une boulette. Elle a rectifié le tir hier: "La neutralité du net : non discrimination, libre, ouvert, accès universel, pas de filtrage ou de blocage de l'expression et de l'innovation." - c'est sur Twitter.

    Il y a eu une rencontre du Club Parlementaire du Numérique hier où elle a exprimé clairement cette définition. Ça rassure!

    • [^] # Re: La suite de la suite

      Posté par . Évalué à 2.

      ou pas. Du coup sa première phrase parait bien énigmatique,

      Et nul doute que sa boulette a dû faire sursauter les conseillers en communications, qui après avoir évalué les réactions lui ont conseiller de revoir sa copie.

      Bref, elle a perdu ma confiance.

  • # Peering

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Elle parle clairement du "probleme" du peering pour les FAI francais. Les couts de peering sont largement en faveur des geants US car la majorité du trafic va vers leurs sites.
    De ce point de vue, c'est pas tout a fait faux ce qu'elle dit.

    Par contre, elle fait une enorme erreur en pensant que casser la neutralité du net resoudrait ce probleme. Au contraire meme, ca va empirer la situation, limiter le choix pour les internautes francais et bloquer l'emergence de nouveaux services (qui pourraient etre francais…)
    Sans compter le risque pour la liberte d'expression, l'acces au reseau et tutti quanti..

  • # La Fleur n'est pas éclose de ce matin...

    Posté par . Évalué à 4.

    Pour info, OWNI a présenté notre ministre dès le mois de mai dernier. Elle n'est pas tombée du ciel, la Fleur….
    Et puis, il serait bon de se rappeler la chanson de Brassens Une jolie Fleur dans une peau de vache, une jolie vache déguisée en Fleur….

  • # Je complète...

    Posté par . Évalué à 3.

    Toujours sur OWNI et ça date de 2011…

  • # Fleur

    Posté par . Évalué à -7. Dernière modification le 25/07/12 à 20:53.

    Bon, comment dire … faire un jeu de mot facile sur son prénom n'explique pas le fait qu'on la désigne par son prénom. Des jeux de mots sur des prénoms et des noms d'hommes politiques, il y en a quelque uns. Et pourtant, bizzarement, on n'en fait que lorsqu'il s'agit d'une femme. Pourquoi nommer Mme Pellerin par son prénom, et de manière familière ? Le même jeu de mot aurait aussi bien fonctionné en deuxième partie de titre.
    M'enfin, couille cul bite et poils… ça c'est sexiste.

    • [^] # Re: Fleur

      Posté par . Évalué à 4.

      Comment tu peux conclure que j'appelle les femmes politiques par leur prénom, juste à partir d'un jeu de mot ? J'allais pas dire Chou pellerin pour te faire plaisir, ça marche pas (ou alors je connais pas cette variété :) )

      J'appelle une fois la ministre dans le corps de mon journal, et je dis prénom+nom. Je suis sexiste parce que je fais un jeu de mot bateau sur le prénom d'une femme ? facepalm

      Surtout que sur le fond je partage ton opinion, je dis Aubry plutôt que Martine, Royal plutôt que Ségolène. Et j'ai déjà fait cette remarque à plusieurs personnes.

      T'es sûr que ta critique n'est pas plutôt dirigée contre ceux qui la comparent à un pot de fleur, ou qui critiquent Duflot parce qu'elle a osé… porter une robe (à Fleur justement :D (oh mon dieu j'ai encore fait un jeu de mot pourri sur son prénom, je suis un gros sexiste))

    • [^] # Re: Fleur

      Posté par . Évalué à 10.

      Quel requin, Pellerin !

    • [^] # Re: Fleur

      Posté par . Évalué à 4.

      Moi je crois que le sexisme, ça commence effectivement quand on traite différemment les femmes des hommes. Et je dois dire que ce site est extrêmement sexiste:

      Presque à chaque fois qu'on parle d'une femme, il se trouve quelqu'un pour parler de sexisme, alors que quand on parle des hommes, personne n'utilise jamais le mot.

      Ça, c'est sexiste!

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.