Journal Quand le libre cherche à décourager ses adeptes...

Posté par .
9
19
fév.
2012

Bonjour Nal,

je prends ma plume pour rédiger un petit billet d'humeur, qui aurait sans doute plus sa place dans le forum si plus de monde le lisait. Je m'attends à me faire incendier (au moins à -30), en raison du coté polémique de ce qui suit, et pourtant nous ne sommes pas vendredi :

Je viens de tester LibreOffice 3.5, récemment sorti.

Paf, une fonctionnalité géniale vient d'être implémentée : le support du format visio, en import dans Draw, fonctionne parfaitement pour récupérer tous nos magnifiques schémas réseaux : objets et texte restant éditables, etc...

Paf, je tombe par malchance sur un problème : impossible de déployer le paquet d'installation dans un environnement Windows, par GPO.
Pas grave, d'autres l'ont déjà signalé. Une prochaine version règlera ça, ça arrive.
Ah, ben non. Le bug a été fermé avec un magnifique RESOLVED : NOTOURBUG. Soit.

Pour élargir un peu, il faudra m'expliquer comment le libre compte conquérir de la part de marché en entreprise (je parle de celles de petite taille, qui n'ont pas cinquante personnes au service informatique pour dépatouiller ce genre de problème), avec des problèmes comme ça :

  • la suite bureautique qui n'est pas prévue pour être déployée automatiquement : pourquoi fournir un .msi alors ? pourquoi casser la compatibilité avec les systèmes de déploiement précédents (nsis) ?

  • le navigateur qui gère mal les proxies, l'ipv6, et dont les changements de version sont des casse-têtes pour la gestion des extensions (comment je fais maintenant pour changer les types MIME ?).

  • les CMS, comme Joomla ou Moodle, qui piétinent le travail des développeurs tiers en cassant régulièrement la compatibilité des formidables plugins proposés dans leur écosystème.

Je connais déjà la réponse, pour régler tous ces problèmes : passer tout le parc sous Linux.
Ok, mais dans un environnement fortement hétérogène, conditionné par des applications imposant un os (ça va des applis développées en clipper, impossible à virtualiser sous virtualbox en raison du manque du port lpt, aux applis 16 bits, qui ne marchent pas sur les systèmes 64bits, etc), ce n'est pas pour demain. Et puis Linux n'est pas non plus exempt de problèmes de régression.

Tout ça pour dire que les logiciels installés sur tous les postes, qui ne posent jamais problème et sur lesquels on peut compter, sont plutôt VLC et Audacity.
Ce sont pour moi les phares du logiciel libre.

Cordialement.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 10.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: Où est le problème ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Où est le problème ?

      Je vais te donner un autre exemple : tu me rapportes que le logiciel consomme trop de RAM, il demande 5 Go de RAM et tu en as que 4 Go. Je ferme le ticket en disant "t'as qu'à acheter de la RAM, chez moi ça marche j'ai 8 Go : pas mon bug, c'est à toi d'augmenter ta RAM", tu trouveras ça normal?

      C'est quand même très cavalier comme réponse... Au final, l'utilisateur est toujours dans la merde avec son MSI incompatible GPO, tandis que celui de Microsoft Office marche. Qui sera choisi?

      On en revient au commentaire du journal : certes le problème principal n'est peut-être pas chez eux, mais à réagir comme ça sans chercher à contourner la limite, les gens vont quand même se détourner du libre et prendre le truc qui marche du premier coup. Ici, c'est un détail, ici ça se corrige à la mano certes, mais ça montre l'idée de comment on peut inciter à aller voir ailleurs et après on s'étonne que le libre ne perce pas.

      • [^] # Re: Où est le problème ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -10.

        ahahaha ! c'est sur que le Libre dépend de LibreOffice ... Et qu'il perce ou pas je crois qu'en grande majorité on s'en tape.

        • [^] # Re: Où est le problème ?

          Posté par . Évalué à 8.

          je ne suis pas d'accord avec ça. Il y a quelques années, la pile TCP-IP était fermée et payante. ça semblerait aberrant aujourd'hui.
          Il me semble normal que le libre aie des représentants dans les principaux usages :
          - les serveurs/services (apaches, etc)
          - les os (gnu/linux, bsd et tous leurs dérivés, etc)
          - les applis (bureautique, navigation, etc).
          - les matériels type smartphones.

          L'enjeu derrière une suite bureautique libre est celui du format ouvert de stockage de données. Enjeu d'importance : lecture future des archives, accès de tous à une doc, etc.

          • [^] # Re: Où est le problème ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            De 1 n'importe qui est libre d'envoyer un patch au lieu de s'ériger grand donneur de leçon comme le fait Zenitram à longueur de trolls sur chaque journaux.

            De 2 ce n'est en rien LibreOffice qui pourra faire percer le libre comme il le dit. Les usagers sont des boeufs et la vente liée n'encourage en rien le développement d'alternative, libre ou priprio d'ailleurs. Alors le serpent de mer du "percage" du libre c'est juste bon pour les trolls. Les fanboy Zenitram moinssez je m'en bas les couilles :)

            • [^] # Re: Où est le problème ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              De 1 n'importe qui est libre d'envoyer un patch au lieu de s'ériger grand donneur de leçon comme le fait Zenitram à longueur de trolls sur chaque journaux.

              C'est vrai. Mais le fait de déclarer Resolved: Not Our Bug signifie : "mon périmètre s'arrête ici, même si j'ai la capacité de vous aider je ne le ferai pas". C'est pas hyper motivant pour l'utilisateur. (et c'est malheureusement souvent le cas chez les développeurs... je sais de quoi je parle).

              De 2 ce n'est en rien LibreOffice qui pourra faire percer le libre comme il le dit. Les usagers sont des boeufs et la vente liée n'encourage en rien le développement d'alternative, libre ou priprio d'ailleurs. Alors le serpent de mer du "percage" du libre c'est juste bon pour les trolls. Les fanboy Zenitram moinssez je m'en bas les couilles :)

              C'est typiquement les réactions qui m'exaspèrent chez les "libristes" (et chez les dév c'est souvent aussi le cas : l'utilisateur on s'en bat les c...). LibreOffice démocratise probablement beaucoup le concept de logiciel libre et de format ouvert. Peut-être que les gens n'en sont pas réellement conscients (ils utilisent du "gratuit" alors que c'est du "libre"), mais le fait est que désormais, je peux rédiger mon CV sur libreoffice, l'envoyer sous forme de document word / libreoffice / PDF presque pour n'importe quelle candidature. Sans ces logiciels libres-là, je doute que ce serait possible.

              Alors c'est vrai "les recruteurs sont des idiots quand ils imposent le format word". Comme disait Coluche, il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont (et il faut faire avec). Alors s'ils ont pris l'habitude sans faire exprès, d'utiliser des formats ouverts, et bien c'est largement mieux que s'ils utilisent sans faire exprès des formats exclusivements fermés.

              • [^] # Re: Où est le problème ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Comme disait Coluche, il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont

                Loupé, c'étaient les Inconnus. Comme quoi, ça doit être une sorte de tautologie...

              • [^] # Re: Où est le problème ?

                Posté par . Évalué à 1.

                Resolved: Not Our Bug signifie : "mon périmètre s'arrête ici, même si j'ai la capacité de vous aider je ne le ferai pas"

                je ne suis pas d'accord avec ton interprétation.

                Pour la première partie, c'est plutôt sain que chaque module se préoccupe de son périmètre fonctionnel, et qu'on n'attente pas à son intégrité pour corriger les bugs de tous les trucs qui pourraient s'interfacer avec.

                Pour la seconde partie, pour un mec qui veut pas aider, il prend quand même bien le temps de redétailler le contournement qu'il propose en réponse au rapporteur du bug. Cerise sur le gâteau, il s'est suffisamment intéressé au problème pour faire une hypothèse sur l'outil utilisé et proposer un contournement spécifique à cet outil. Franchement, en attendre plus, ce serait abuser.

          • [^] # Re: Où est le problème ?

            Posté par . Évalué à 9.

            nan mais on s'en tape de libreoffice, tout ce que fait libreoffice on peut le faire en plus joli avec LaTeX, suffit juste que la secrétaire apprennent 3 balises c'est pas la mer à boire, elle est bien capable de retrouver ses icônes dans son cliquodrôme.

            ps : ce commentaire est ironique

            Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 10.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Où est le problème ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Quand ta machine à laver ne fonctionne pas parce que la prise de courant murale déconne, tu changes la machine à laver ?

          Ici, la prise de courant murale ne déconne pas, elle est juste limitée en puissance (16A de souvenir).
          Et non, je ne change pas la machine à laver, je la rend carrément et demande le remboursement pour en prendre une autre d'une autre marque qui elle ne me demande pas de demander à l'état de changer toutes les normes d’électricité (chose que sais que je n'arriverai pas à faire, vu que cette saloperie de machine à laver a l'air bien seule à ne pas aimer le prises de courant normales), car cette dernière avec ses 17A de puissance demandée n'est pas capable de s'adapter à la limite de ma prise de courant murale standard (quelque soit ses bugs).

          Ben oui, quitte à prendre un exemple de machine à laver, autant le prendre bien.

          Après, vous pouvez vous demander pourquoi la pot de terre contre le pot de fer casse, mais bon, ça ne changera pas l'hégémonie de Microsoft Office en attendant. C'est un choix. Il faut juste ne pas s'étonner que ce choix additionné à d'autres de la même trempe ont une conséquence... Faire fuir. C'est mieux de faire l'autruche?

          • [^] # Re:Où est le problème?

            Posté par . Évalué à -2.

            Merci pour cet exemple éclairant du con-sommateur typique qui a voulu brancher machine à laver, sèche-linge, lave-vaisselle et four sur une multiprise branchée elle-même à une installation vétuste. Et qui accuse la dernière machine à laver d’avoir provoqué l’incendie.

            Excuse typique : « Mais ça marchait avant ».

            • [^] # Re:Où est le problème?

              Posté par (page perso) . Évalué à -1.

              C'est rigolo, l'exemple de la prise de courant tournant au vinaigre, on lui ajoute un utilisateur pas doué et ne respectant pas les règles élémentaires. Qui n'existe pas du tout dans le problème MSI+GPO, tout est fait dans les règles (ici, la machine à laver est branchée directement sur une prise de courant non vétuste, aux dernières normes, peut-être bugguées mais on s'en fou c'est comme ça il faut vivre avec, dictées par l'Etat)

              Surtout, ne pas admettre le problème, trouver un autre coupable, hein...

              • [^] # Re:Où est le problème?

                Posté par . Évalué à 4.

                Surtout, ne pas admettre le problème, trouver un autre coupable, hein..

                Je te signale, parce que t’as pas l’air de percuter, que c’est très exactement ce que je dénonce : il y a deux partis qui se renvoient la balle, mais tu as bien pris parti (bon jusque là on avait bien compris qu’il s’agissait d’attaquer le libre et défendre le propriétaire dès que tu en avais l’occasion), sans vraiment plus d’arguments d’ailleurs. Ce qui te classe aussi dans la catégorie de l’autruche, celle qui est dans l’enclos. Maintenant si cette autruche voulait bien sortir la tête du sable, elle verrait que son enclos est ouvert (ie. le moyen de corriger le problème est disponible).

                • [^] # Re:Où est le problème?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  bon jusque là on avait bien compris qu’il s’agissait d’attaquer le libre et défendre le propriétaire dès que tu en avais l’occasion

                  Tu dis n'importe quoi. Ce que Zenitram dit, c'est que si on veut gagner des utilisateurs il faut faire disparaître les freins à l'adoption de tes solutions.

                  LibreOffice a pour objectif probablement de gagner des utilisateurs. Mais les problèmes concrets auxquels doivent faire face les utilisateurs sont non résolus en disant "ce n'est pas de ma faute". Le réflexe de l'utilisateur ? Il va aller voir ailleurs, et c'est tout à fait naturel.

                  • [^] # Re:Où est le problème?

                    Posté par . Évalué à 10.

                    résolus en disant "ce n'est pas de ma faute".

                    Parce que c’est tout simplement faux. Le commentaire du dév. qui explique comment résoudre le problème a été cité ici même. Il explique les raisons de son choix, on peut ne pas être d’accord. Par contre dire qu’il a dit « ce n’est pas de ma faute » est à la limite du mensonge, vu que le dév. montre qu’il a cherché à résoudre le problème, a suspecté un bug de chez Microsoft (et pas une phrase en l’air, il donne le raisonnement qui l’a conduit à cette conclusion), il dit aussi qu’il ne peut pas résoudre le bug sans impacter d’autres utilisateurs ou revenir à l’ancien installeur.

                    Alors je t’aide, les commentaire du dév :

                    Open the MSI in Orca, go to View - Summary information... From the Languages field delete everything, keep only 1033,1036 (English and French). I assume you need French. :)
                    Then you can add it to GPO.

                    Oh incroyable, la solution !

                    I'll prepare a patch, so we will have only "valid" language codes in Languages field, but I need to find out which languages are invalid.

                    Oh incroyable, le dév. veut corriger le bug !

                    No, the problem was not with the language codes. There can be any code in the Languages field, providing that the full length of the string is below 254. I think this limitation is Microsoft's bug, because I can add a longer string there and installer can work with it during normal install.

                    Oh incroyable, se pourrait-il qu’il ait cherché à résoudre le bug, mais qu’il se rend compte que ça ne vient pas de chez lui ?

                    So this bug cannot be fixed without limiting functionality in other area. For mass deployment via GPO, systems administrators may want to modify the installer anyway, because I doubt that they want to install all languages, all dictionaries etc. As an extra step, they should edit Summary Information - Languages, too.

                    Oh incroyable, il juge que la correction de ce bug va impacter d’autres utilisateurs ! Mais mais attends… il fait attention aux utilisateurs, qui l’eut cru ?

                    I did not say "go away". I wrote the solution, the workaround, whatever we call it. I write it once again, maybe it was not clear. You mentioned you use Orca.
                    1. Open the MSI in Orca.
                    2. Select View - Summary Information from the menu.
                    3. In Edit Summary Information dialog, go to Languages field.
                    4. Delete everything, keep only 1033.
                    5. Press OK.
                    6. Save MSI.
                    Now you can add it to GPO.

                    Moi je dis : pour réexpliquer trois fois la correction du problème, je trouve qu’il a beaucoup de patience avec ses utilisateurs le dév…

                    3.4 was different. Multi language single MSI is a new feature of 3.5. I did not expect that it will cause problems in corporate environment and I'm sorry that it does. I will continue to improve the quality and usability of the installer, but I don't want to go back to 2 layer installer (NSIS + MSI).

                    Et put*** il s’excuse en plus.

                    Résumé :

                    Tu dis n'importe quoi.

                    Le réflexe de l’utilisateur devrait être en tout logique d’aller voir du côté de Microsoft pour confirmer le bug du MSI multi-langage et/ou rapporter ce que le dév. a mal fait. Et promis juré si Microsoft s’en contrefiche tous les trolleurs du sujet passent à Linux ? (Bah oui faudra être cohérent).

                    • [^] # Re:Où est le problème?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Tu dis n'importe quoi quand tu dis que Zenitram cherche à dénigrer le logiciel libre au profit du propriétaire. Et effectivement, je dis n'importe quoi sur le sujet particulier de ce bug. Merci pour le temps que tu as passé pour m'expliquer que je me trompais.

          • [^] # Re: Où est le problème ?

            Posté par . Évalué à 7.

            Il suffit de brancher ta machine à laver sur une prise à 20A
            :)

            • [^] # Re: Où est le problème ?

              Posté par . Évalué à 1.

              et tu crois qu'il fera quoi Zenitram : un échange de machine à laver (LibreOffice étant gratuit, on va supposer que la machine à laver est échangeable), ou payer un électricien (une migration n'est pas gratuite) pour changer ses prises ?

              • [^] # Re: Où est le problème ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Peut-être que c'était à Zenitram de se renseigner sur l'intensité nécessaire à sa machine à laver avant de l'acheter ?
                C'est comme si tu achetais une voiture de 4,50 m, que tu te rendais compte après coup que ton garage ne fait que 4 m, et que tu demandais un échange gratuit au constructeur.

                (hop, enfilons les analogies !)

                • [^] # Re: Où est le problème ?

                  Posté par . Évalué à -2.

                  Donc on est d'accord, LibreOffice ne s'adapant pas à ses utilisateurs sous windows qui veulent utiliser GPO, ils se coupent de cette catégorie d'utilisateurs.
                  Après voir cela comme un problème ou pas est un autre débat.

                  • [^] # Re: Où est le problème ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    et encore un qui critique sans avoir chercher à comprendre l'histoire.

                    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Où est le problème ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Le workaround est simple, en effet : on fabrique un .msi à partir du fichier .msi de départ d'installation.
          Pourquoi ne pas proposer un .msi tout prêt, localisé, pour le déploiement, à l'image de ce que propose FrontMotion pour Firefox ?

          • [^] # Re: Où est le problème ?

            Posté par . Évalué à 1.

            parce qu'il y a beaucoup de langues et beaucoup de combinaisons possibles. Pour couvrir tous les besoins, ça ferait beaucoup de .msi. Ensuite le développeur avance un argument qui me parait valable :
            - le déploiement automatisé, c'est plutôt pour les admin sys
            - de toute façon, un bon admin sys aurait modifié ce fichier pour limiter le déploiement aux langues pertinentes pour son organisation.

            bref, beaucoup de bruit pour rien.

      • [^] # Re: Où est le problème ?

        Posté par . Évalué à 8.

        Ah oui,

        L'utlisateur va se détourner du libre parce que LibreOffice ne s'installe pas par GPO...

        Bon d'accord, il y a des PME qui doivent utiliser les GPO et vouloir aussi utiliser LibreOffice, mais enfin, combien sont-elles ? Et oui, c'est sûrement un réel problème pour celles-là...

        En général, quand tu en es à déployer des logiciels par GPO, c'est que tu es bien vacciné M$.

        Après, on ne s'étonne pas que tu ais une certaine tendance à dénigrer le libre.

        • [^] # Re: Où est le problème ?

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          C'est un exemple parmi d'autres.
          Pour info : je ne suis pas l'auteur du journal, j'ai abandonné Libre Office à cause de plein d'autres petits exemples comme celui-ci, donc ça ne me touche plus.

          Mais surtout, faire l'autruche, ça changera ce qui n'a pas changé depuis 10 ans... Ou pas.

        • [^] # Re: Où est le problème ?

          Posté par . Évalué à 2.

          "quand tu en es à déployer des logiciels par GPO, c'est que tu es bien vacciné M$."

          Euhhh...je n'ai pas d'action chez eux. D'ailleurs, comment on fait, pour déployer un logiciel sur 300 postes MS quand on est tout seul ? on passe sur chaque poste ?

          Certains développeurs ont bien compris cette problématique, en allant même jusqu'à proposer LUP, un outil qui s'interface avec le serveur local microsoft de mise à jour (wsus). Ce genre d'initiative devrait être mis sur le devant de la scène, car il nous simplifie vraiment la vie.

          • [^] # Re: Où est le problème ?

            Posté par . Évalué à 5.

            Et tu déploies un logiciel qui vient juste de faire un changement de version majeur sans aucun retour d'expérience dans une PME de 300 personnes o_O

            Il y a des choses qui ne vont pas dans l'équation.

            • [^] # Re: Où est le problème ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Son commentaire n'indique pas qu'il va pousser la version sortie la veille.
              Par contre c'est bien pratique pour pousser n'importe quelle version (que tu as si possible testé...) en étant quasi certain que tous les postes seront mis à jour sans pépin, sans écrouler ton réseau lorsque tout le monde va ouvrir une session, et probablement d'autres avantages que j'oublie.

  • # Et sinon, dans la vraie vie ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu n'as jamais galéré avec les logiciels non libres ? Bourrés de bugs, merdiques à installer, nécessitant une version spécifique de SQL Server (pas de bol, tu as la suivante), nécessitant de tourner en admini du Windows pour afficher des pages web, etc.

    Oui, certains logiciels libres sont pourris.
    Oui, certains développeurs de libre sont des psychopathes/sociopathes/trucpathes.
    Mais ce n'est rien à côté de ces putains de logiciels de merde que je vois tous les jours. Et qui coûtent des milliers d'euros de maintenance annuelle (si tu ne prends pas la maintenance, t'es juste mort car seuls les développeurs sont capables de le bricoler).
    Beaucoup de gens virtualisent du Windows juste pour pouvoir mettre « une appli = un OS » tellement les logiciels sont mal faits. Je n'ai pour l'instant pas ce problème avec du libre.

    • [^] # Re: Et sinon, dans la vraie vie ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Je te rejoins sur les problématiques des logiciels commerciaux, et leur coût faramineux au regard de leur piètre qualité de réalisation. Je travaille dans cet environnement.
      Peu de changements sont possibles à cause du verrouillage contractuel ou institutionnel.

      Par contre, lorsqu'il n'y a pas ces contraintes, le libre devrait s'imposer comme la solution naturelle...et ce n'est pas le cas. Il faut soutenir la comparaison (coût de déploiement, de formation des usagers, de maintenance requis pour une migration), et malheureusement, parfois, la solution libre ne tient pas la route, à mon grand regret.

      Coté virtualisation, certaines applis sont livrées pour redhat, d'autres pour debian, d'autres sont codées avec les pieds et réclament des librairies spécifiques...Dès qu'on sort des dépôts de la distrib, il faut mettre les mains dans le cambouis.

  • # donc en fait

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 19/02/12 à 12:44.

    pour pouvoir percer en entreprise, il faudrait se conformer à windows, et (en plus) avec leur méthode (pourrave) de déploiement ?
    hahahaha

    c'est bon, vous pouvez moinsser

    • [^] # Re: donc en fait

      Posté par . Évalué à 3.

      Ben oui. Ce serait un point de départ. Pour les raisons évoquées plus haut, dans les organisations de petite taille ou de taille moyenne (comprendre < 1000 postes), on ne peut pas tout migrer du jour au lendemain sous linux.

      • [^] # Re: donc en fait

        Posté par . Évalué à 3.

        Pourtant ça ne serait pas pire.

        Rien que mettre à jour Office 2003 en 2010, c'est la croix et la bannière…

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: donc en fait

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        En même temps, pour les organisations de plus de 1000 postes, tu migres pas du jour au lendemain.

    • [^] # Re: donc en fait

      Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 20/02/12 à 15:59.

      Tu sais avec les délires de Lennart, on y arrive. Mais bon, si certains espèrent ramasser des utilisateurs comme ça, ils rèvent. Il n'y a qu'à voir comment ça se passe en politique avec l'UMP et le FN : les adeptes de ces idées préfèrent l'original à la copie. Et je suis convaincu qu'avec inux ce sera la même chose : quitte à avoir un truc qui se vautre tous les 3 jours ou à chaque mise à jour, autant utiliser Windows.

  • # Linux != Ubuntu

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'aimerais simplement qu'on arrête de citer Ubuntu quand on parle de l'environnement Linux en général. Ton lien vers les régressions, soi disant Linux, est en fait un lien vers le bugtracker d'Ubuntu. Je me retiens de troller sur cette distro mais j'en pense pas moins.
    Et puis parler de l'environnement Linux (car je pense que le sujet ne parlait pas du noyau), c'est aussi un peu réducteur pour parler des logiciels libres, puisque apparemment c'est le sujet de ton journal.
    T'es quand même bien content d'avoir les logiciels que tu mentionnes, même si y'a un ou deux bugs. Tu te plains que l'installeur de LibreOffice ne fonctionne pas en déploiement automatique, mais la version précédente, il me semble que ce n'était même pas supporté. Là, d'après ce que j'ai compris des réponses de mes petits camarades, c'est juste un problème de support de version. Et donc c'est bien GPO qui gère pas bien la dernière version du protocole MSI qu'à suivi, apparemment à tord, l'équipe de LibreOffice. Alors il est où le problème en fait ? Dans le soft libre qui suit les specs fournies par MS, ou dans GPO qui suit pas la dernière spec ?
    Et puis arrête de pleurer, y'a un workaround de cité, applique-le et voilà.

    • [^] # Re: Linux != Ubuntu

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Surtout qu'en déploiement, il y a beaucoup de chance qu'on veuille modifier le msi de toute façon. Je cite le rapport de bugs :

      So this bug cannot be fixed without limiting functionality in other area. For mass deployment via GPO, systems administrators may want to modify the installer
      anyway, because I doubt that they want to install all languages, all dictionaries etc. As an extra step, they should edit Summary Information - Languages, too.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # [vendredi]

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    dans un environnement Windows,

    Les trolls "monkey", c'est plutôt pour les idôlatres.

    * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

  • # clipper

    Posté par . Évalué à 3.

    Hello,

    Avez-vous connaissance de http://harbour-project.org et auriez-vous déja envisagé une migration de vos applications clipper dessus ? Effectivement, il y aura probablement le code d'impression à modifier pour avoir un fonctionnement satisfaisant sous linux (tel est mon constat suite à un portage d'une application modeste). Néanmoins, même si le changement d'OS n'est pas à l'ordre du jour, il n'en demeure pas moins qu'il reste la possibilité de migrer vers un compilateur et un éco-système ouvert (et... vivant...) ;-)

  • # Hum

    Posté par . Évalué à 2.

    Les CMS, comme Joomla [...] qui piétinent le travail des développeurs tiers en cassant régulièrement la compatibilité des formidables plugins...

    Sincèrement c'était pas un mal de faire un peu de ménage dans tout ce brodel de formidables plugins. Et à part les piètres codeurs personne n'a vu son travail piétinné.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.