Journal Les smartphones rendent-ils smart ?

7
3
juin
2011

Ceci est un billet d'humeur.

Le problème évoqué ci-dessous n'est ni nouveau, ni stupéfiant, mais il y a des jours où l'on a envie d'en faire un journal par ce que ça défoule.

Je trouve de plus en plus exaspérant le comportement de certaines personnes en milieu urbain vis-à-vis de ce que l'on appelle les smartphones.

Je passe sur la pertinence d'utiliser ce genre d'appareil à tort et à travers pour annoncer, par exemple, à l'Internet et ses 42 000 amis que l'on va s’asseoir sur le 3e fauteuil à droite dans le bus 1337 pour Naze-en-beauf.

Non, ce qui m’énerve vraiment, c'est ce que deviennent les lieux publics où pullulent ces idoles numériques : j'ai de plus en plus l'impression d'assister au bal des zombies.

Déjà, il y a eu les baladeurs, puis les lecteurs multimédias, qui se sont développés en rendant à moitié sourd une partie de la population à son environnement extérieur. Une manière de se mettre en marge et ne pas avoir à engager une éventuelle conversation. C'est vrai, après tout nous sommes libres de faire ce que l'on veut. Mais que cela se généralise, que les gens passent plus de temps à écouter de la musique tout seul que d’écouter leurs concitoyens dans les lieux publics, c'est vraiment triste.

Pour revenir aux smartphones, on monte d'un cran dans l'autisme volontaire. En plus d'avoir souvent les écouteurs sur les oreilles, nos geek (mais doit-on les appeler geek d'ailleurs ?) ne regardent même plus avec attention ce qui se passe autour d'eux. Démarche aléatoire, tête baissée, les yeux à 15 cm de l’écran, probablement en train de confronter leur punctum proximum. Pas besoin de contact ou de relation directs avec les gens quand on peut discuter avec l'Internet.

Pas besoin ? Les psychologues sociaux s'accordent à dire que l’être humain a besoin de contact réel avec les autres : la communication non langagière, l’échange des émotions voire le contact physique, comme une poignée de main, sont nécessaires pour un bon équilibre psychologique.

L’utilisateur de smartphone semble autiste. Il parait difficile de lui parler ou même de l'alerter d'un problème. Il est ailleurs, dans son monde, et finira peut-être sous un bus. La société doit-elle cependant finir comme certains otakus, trentenaires, qui ne sortent jamais de chez eux, voire de leur chambre, pendant des années ? Heureusement que leur famille leur prépare des plateau repas...

Une anecdote à ce propos. Lors de la récente catastrophe japonaise dans la région de Fukushima, une mère a tenté vainement de faire sortir son fils (la quarantaine) pour fuir le tsunami. Ce dernier a refusé catégoriquement et elle est partie toute seule en larmes. Notre otaku a bien failli y rester mais il a quand même paniqué en voyant la vague arriver et s'en est sorti in extremis en fuyant. Retrouvailles larmoyantes. Ça a fait beaucoup rire (jaune).

Que doit-on penser d'un modèle de société où les gens ne communiquent qu'indirectement ?
Porter attention à son environnement extérieur devra bientôt être déclaré d’utilité publique.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Le smartphone rend-il intelligent ? autiste ? c’était trop long je n'ai pas tout lu ? la réponse D ?

  • # Mouais…

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu es visiblement en manque d'amour de tes concitoyens et de contact, peut être la non expression du complexe d'Œdipe dans ta jeunesse ?

    Non mais sérieusement, je fais parti des gens dont tu dresse le portrait, enfin en général je ne fais que d'écouter la musique, aller sur Internet en marchant ce n'est pas très agréable et je ne le fais que si j'ai besoin d'une information importante comme une adresse.

    Personnellement je ne vois pas le problème, il m'est très rarement arrivé de parler avec quelqu'un dans la rue, les 3/4 du temps mes interruptions dans ma marche sont liées à des gens qui veulent de l'argent ou te donner quelque chose de publicitaire (ou te sensibiliser sur un truc pourris dont tu te fous, je n'irais jamais faire ce genre de chose pour du Logiciel Libre car je sais que les gens s'en moquent).

    Quand est-ce que quelqu'un dans la rue tu parle de manière intéressante ? Les 99% du temps se sont pour des banalités (bonjour, excusez-moi je dois passer, merci, au revoir, je peux m'assoir ici ?, attention monsieur vous avez fait tomber votre portefeuille). Bref ce n'est pas très enrichissant personnellement.

    Donc pour pallier à l'ennui de la longueur du temps de transport en commun car il ne s'y passe rien d'intéressant et que 30 minutes sans rien faire c'est chiant, bah j'écoute de la musique. Je ne mets pas le son trop fort (au cas où que quelqu'un m'interpelle) comme ça je peux entendre les choses importantes puis cela évite aussi de gêner les autres et je passe 30 minutes chaque jour de manière plus sympathique car la musique ça détend du stress quotidien aussi.

    Non franchement je ne vois pas le problème, et si ce comportement pose un problème pour la personne elle même (en faisant tomber un objet et n'a pas entendu une personne qui l'a prévenue ou encore s'il n'a pas vu le bus arriver…) bah tant pis pour sa gueule. Mais moi je fais attention quand je traverse, à ne pas gêner les autres si possible en marchant… Donc où est le problème ? En tout cas je ne vais pas enlever l'un de mes plaisirs quotidiens pour des discussions sans intérêts dans la rue.

    • [^] # Re: Mouais…

      Posté par . Évalué à 10.

      +1

      envoyé depuis HTC linuxfr mobile

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re:Mouais…

      Posté par . Évalué à 6.

      Moi ce que je ne comprends pas c'est justement qu'il y a d'autres façons de passer le temps dans les transports.

      Je rigole toujours lorsqu'on me sort comme argument en faveur des smartphones « bah c'est pratique ça permet de s'occuper » : la plupart du temps dans le métro, je vois les gens qui jouent à des jeux débiles ou qui passent leur temps sur Facebook… Alors que ce n'est pas justement l'occasion de se libérer un peu de son boulot et de profiter de la solitude pour profiter d'un bon livre ou d'un journal pas gratuit ?

      • [^] # Re:Mouais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        J'ai de bon livres, des journaux, slashdot et linuxfr dans mon smartphone.
        Ça m'évite d'avoir a m'encombrer quand je sors.
        Et en plus ca tue pas les arbres.

        • [^] # Re:Mouais…

          Posté par . Évalué à 1.

          D'ailleurs l'écran de ton smartphone ne te fatigue pas les yeux, non non…

          • [^] # Re:Mouais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            D'ailleurs l'écran de ton smartphone ne te fatigue pas les yeux, non non…

            Lire un contenu non rétro-éclairé dans un bus mal éclairé c'est pire… (oui quand on prend le bus à 6-7h du matin il fait nuit, donc éclairage extérieur un peut ridicule pour lire).

          • [^] # Re:Mouais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Il se trouve que je ne suis pas sensible a ce genre de fatigue.

            Mais tu as raison il y a certainement un marcher pour des smartphones avec des écrans en eInk :)

        • [^] # Re:Mouais…

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Et en plus ca tue pas les arbres.

          Mdr. Lire des news sur Linuxfr ou slashdot sur mon mobile serait plus écologique ou "bio" que de lire un journal en papier recyclé/recyclable. On est sur la bonne piste, ne changeons rien.

          • [^] # Re:Mouais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Pour être honnête, j'en sais rien, mais il faudrait faire le calcul sur a chaine complète dans les deux cas, a vue de nez je ne sais vraiment pas ce qui est mieux.

            Peut-être pas sur les journaux, mais sur les livres?

            Entre commander (mettons) 1 livre par semaine chez Amazone, qui va devoir etre acheminé
            physiquement jusque chez moi, et télécharger le même fichier... sur la durée de vie de mon smartphone on aura peut-être amorti son emprunte écologique, j'en sais rien.

            • [^] # Re:Mouais…

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Si l'on veut comparer journal (ou livre) papier et smartphone, et que l'on prend en compte uniquement la valeur "papier", le smartphone est livré dans une boîte cartonnée, il y a une notice ; si je prend l'exemple de mon Samsung Galaxy S la notice est en papier glacé, dans toutes les langues, je ne sais plus combien de pages il y a mais bon, c'est pas du papier "brut", c'est certain. En contrepartie, c'est vrai que c'est imprimé "une seule fois pour lire plusieurs journaux". Mais alors il faut considérer qu'on va devoir recharger la batterie, ça ne sera probablement pas avec des arbres comme source d'énergie, mais plus certainement avec de l'énergie nucléaire, ou mieux hydro-électrique (ça c'est l'idéal).

              Pour ce qui est du transport, il y a le transport du smartphone depuis la Corée du sud jusqu'en France ; il y a le transport des livres et/ou journaux dans le cas des supports papier, mais il y a aussi le transport des données du site linuxfr.org vers mon smartphone quand je suis dans le métro, ça passe par un certain nombre de serveur, par des matériels d'opérateur téléphonique, etc, etc.

              Bref, j'en sais pas plus sur le coût énergétique d'une solution ou de l'autre, mais les phrases choc genre "gràce à mon smarphone, je suis écologique et je sauve la vie d'un arbre et j'ai plus les cheveux cassants", c'est ridicule. Faut arrêter 5 minutes de dire n'importe quoi, ou au moins de parler sans savoir, ou alors si on sait on étaye et on montre qu'on parle de sujets qu'on maîtrise.

              • [^] # Re:Mouais…

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                Après, j'aurais peut-être juste du appuyer le fait que c'était dit sur le ton de la boutade. C'est pas non plus comme si j'avais basé toute mon argumentation sur ce point.

                Ok la prochaine fois je dirais "sauvez les castors, achetez un smartphone".

      • [^] # Re:Mouais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Alors que ce n'est pas justement l'occasion de se libérer un peu de son boulot et de profiter de la solitude pour profiter d'un bon livre ou d'un journal pas gratuit ?

        Euh... C'est quoi la différence? Personnellement, je n'en vois pas : dans tous les cas, tu fais ce que tu aimes sans faire attention à l'environnement extérieur. Tu aimes peut-être "un bon livre ou d'un journal pas gratuit", mais pourquoi est-ce que ça devrait être "mieux" que de faire autre chose genre Facebook ou "jeux débiles"?

        Pour te paraphraser, je vois des gens qui lisent des livres débiles et des journaux de la veille (le journaux sont imprimés dans la nuit), alors que ce serait justement l'occasion de jouer à des jeux intéligents et lire des journaux d’actualité (la vraie, pas celle avec un ping de 24 heures et donc 90% du contenu ne m’intéresse mais que j'ai quand même bousillé de l'encre pour, niveau écologie c'est bof).

        • [^] # Re:Mouais…

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Personnellement je suis 100 fois plus autiste quand je suis plongé dans un livre qu'avec un jeu sur mon téléphone. En suivant la logique de ce journal je devrai en arriver à la conclusion que Gutenberg nous a abruti.

          Un énorme autodafé pour resserrer le lien social ?

      • [^] # Re:Mouais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Bah je préfère faire un truc en apparence inutile que de m'ennuyer.
        Je comprends parfaitement que quelqu'un préfère aller sur Facebook que d'attendre bêtement, ce n'est pas très intéressant intellectuellement mais c'est mieux que d'attendre et de trouver le temps long.

        Puis lire dans les moyens de transports, je n'aime que dans les trains, pas le métro ou le bus. Le bus cela bouge trop et cela gêne ta lecture. Le métro est souvent assez bondé et bruyant (comme le bus d'ailleurs) et trouver la concentration pour lire correctement n'est pas évident.

        • [^] # Re:Mouais…

          Posté par . Évalué à 1.

          Le problème, c'est que l'ennui est la mère de la création.
          Si tu ne t'ennuies jamais, tu n'auras jamais d'idées, que ce soit pour changer le monde ou pour te changer toi-même.
          Sans l'ennui, on est tous des PNJ (*)

          [*] intéressant concept hérité du jeu de rôle, qui désigne les Personnages Non Joueurs.
          Autrement dit, tout personnage faisant partie de l'histoire, mais sans existence réelle.

      • [^] # Re:Mouais…

        Posté par . Évalué à 2.

        Alors que ce n'est pas justement l'occasion de se libérer un peu de son boulot et de profiter de la solitude pour profiter d'un bon livre ou d'un journal pas gratuit ?

        Bof, bien au contraire
        J'ai de la chance de ne plus avoir à prendre le metro et autre transports bondés, mais franchement, quand je lis (bouquin ou journal), j'aime m'immerger, bref être dans mon bain, dans un parc public ou à la terrasse d'un bar. Devoir m'arrêter dans ma lecture pour ceder ma place, laisser rentrer les gens ou simplement parce que je suis a destination ou qu'une sonnerie m'arrache les oreilles... bof
        Au contraire, jouer à un jeu débile ou raconter à tous tes amis comment sont les nouveaux wc de ta boite, ça me parait plus adapté à ce genre de situation

    • [^] # Re: Mouais…

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Quand est-ce que quelqu'un dans la rue tu parle de manière intéressante ? Les 99% du temps se sont pour des banalités (bonjour, excusez-moi je dois passer, merci, au revoir, je peux m'assoir ici ?, attention monsieur vous avez fait tomber votre portefeuille).
      Bref ce n'est pas très enrichissant personnellement.

      C'est amusant que tu parles du contenu des conversations en opposant le fait que c'est plus enrichissant sur Internet. D'une part j'ai raillé brièvement le fait que le contenu de ce que l'on échange sur Internet est rarement brillant et d'autre part, ce n'est justement pas le problème que j'expose : je parle de la manière de communiquer, pas du contenu.

      Donc pour pallier à l'ennui de la longueur du temps de transport en commun car il ne s'y passe rien d'intéressant et que 30 minutes sans rien faire c'est chiant

      Je te conseille d’écouter une émission récente de la Tête au carré, sur France Inter, qui portait sur les effets néfastes de la télévision. Le docteur en neuroscience qui était invité a fait l'apologie de l'ennui, qui est nécessaire pour le cerveau. Aujourd'hui, les gens ne supportent plus de s'ennuyer 30 minutes. Ça change forcément nos manières d'agir, et pas qu'en bien.

      Donc où est le problème ? En tout cas je ne vais pas enlever l'un de mes plaisirs quotidiens pour des discussions sans intérêts dans la rue.

      Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde, c'est tout.

      • [^] # Re: Mouais…

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        C'est amusant que tu parles du contenu des conversations en opposant le fait que c'est plus enrichissant sur Internet. D'une part j'ai raillé brièvement le fait que le contenu de ce que l'on échange sur Internet est rarement brillant et d'autre part, ce n'est justement pas le problème que j'expose : je parle de la manière de communiquer, pas du contenu.

        Et alors ? Dire ces banalités change ta journée ? le fait de le dire par la voix t'apporte quelque chose ? Personnellement je ne vois pas.
        J'aime beaucoup discuter avec les gens, même des inconnus, mais il faut un contexte et un sujet intéressant, sinon ça ne sert à rien. Et pour raconter ta vie tu as des amis ou une famille.

        Je te conseille d’écouter une émission récente de la Tête au carré, sur France Inter, qui portait sur les effets néfastes de la télévision. Le docteur en neuroscience qui était invité a fait l'apologie de l'ennui, qui est nécessaire pour le cerveau. Aujourd'hui, les gens ne supportent plus de s'ennuyer 30 minutes. Ça change forcément nos manières d'agir, et pas qu'en bien.

        Oui enfin, les « j'ai vu à la télé / j'ai entendu à la radio » c'est un peu minable. Pour que ton argument ait un sens il faudrait des preuves, des recherches, une étude et pas uniquement le point du vue d'une personne isolée malgré son niveau de compétence. Car si tu savais en matière médicale, on peut entendre tout et son contraire dans ce genre d'émissions car il n'y a pas vraiment de débats et de vrais arguments.

        • [^] # Re: Mouais…

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Et alors ? Dire ces banalités change ta journée ? le fait de le dire par la voix t'apporte quelque chose ?

          C'est justement le débat que je souhaite lancer, et j’espérais qu'il prît un peu plus de hauteur.

          Oui enfin, les « j'ai vu à la télé / j'ai entendu à la radio » c'est un peu minable.

          Merci de rester correct. L'avis du docteur Michel Desmurget est au moins aussi valable que le tien. Peux-tu proposer des contre-arguments ?

          Pour que ton argument ait un sens il faudrait des preuves, des recherches

          Ce que je propose, c'est justement d'en discuter, et si possible calmement, en proposant une vision un peu plus large que l’expérience personnelle. J'ai exposé des observations dans un journal pour savoir ce que pense les dlfpiens.

          • [^] # Re: Mouais…

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est justement le débat que je souhaite lancer, et j’espérais qu'il prît un peu plus de hauteur.

            Désolé mais tes arguments n'ont pas de hauteurs, enfin e n'en ai pas vraiment vu de vrais arguments. La tentative de psychodrame avec l'exemple du japonais qui est un cas extrême montre bien que la hauteur de l'argumentation n'est pas élevée.

            Merci de rester correct. L'avis du docteur Michel Desmurget est au moins aussi valable que le tien. Peux-tu proposer des contre-arguments ?

            Je n'ai as dis qu'il avait tort, il a peut être raison. Ce que je vois c'est que tu as tenté un argument d'autorité en invoquant une interview d'un scientifique sur le sujet ce qui est pour moi insuffisant.

            Pour rappel :
            > Je te conseille d’écouter une émission récente de la Tête au carré, sur France Inter, qui portait sur les effets néfastes de la télévision. Le docteur en neuroscience qui était invité a fait l'apologie de l'ennui, qui est nécessaire pour le cerveau. Aujourd'hui, les gens ne supportent plus de s'ennuyer 30 minutes. Ça change forcément nos manières d'agir, et pas qu'en bien.

            Ta dernière phrase montre bien que tu tentes de passer cela pour un argument d'autorité car tu affirmes que cela change notre manière de nous comporter… ce qui ne serait vrai que si ce que dit le docteur est bien vrai.

            Ce que je propose, c'est justement d'en discuter, et si possible calmement, en proposant une vision un peu plus large que l’expérience personnelle. J'ai exposé des observations dans un journal pour savoir ce que pense les dlfpiens.

            Pourquoi tu te sens obliger de le mentionner ? je n'ai vu personne qui se soit emportée dans le débat. Et sur ce site on est assez grand pour nous contrôler (bon on est vendredi mais ce n'est pas la pleine lune donc ça devrait passer).

      • [^] # Re: Mouais…

        Posté par . Évalué à 5.

        C'est amusant que tu parles du contenu des conversations en opposant le fait que c'est plus enrichissant sur Internet. D'une part j'ai raillé brièvement le fait que le contenu de ce que l'on échange sur Internet est rarement brillant et d'autre part, ce n'est justement pas le problème que j'expose : je parle de la manière de communiquer, pas du contenu.

        Pour toi la forme serait plus importante que le fond?

        Si je préfère souvent parler à des gens via Internet, qu'aux gens autour de moi, c'est parce que sur Internet j'ai la possibilité de parler à un nombre immense de personnes, certaines avec lesquelles je peux avoir un échange intéressant (c'est le cas ici et maintenant), alors que la proximité physique laisse un choix plus restreint, donc une plus faible probabilité de discuter de trucs que je trouve intéressants (même si la notion d' "intéressant" est subjective, on est d'accord).

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Mouais…

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Tu es visiblement en manque d'amour de tes concitoyens et de contact

      En fait c'est un besoin primaire de l'homme, le contact et l'amour, donc ça n'a rien de rabaissant d'en avoir besoin.
      Après que ce soit souvent mal exprimé (œdipe toussa), c'est autre chose, et c'est inévitable…

      Pour être heureux il faut s'accomplir, et non se nier. Puisque l'homme a besoin d'amour et de contact, il faut qu'il rencontre des gens pour ne pas être malheureux. Faire du social voire même du socialz ! On ne devient pas heureux en niant le besoin.
      Faire une bonne bouffe entre amis c'est plus efficace que se dire chacun dans son coin « je ne veux pas avoir besoin ».

      En tout cas je ne vais pas enlever l'un de mes plaisirs quotidiens pour des discussions sans intérêts dans la rue.

      Il y a une chose intéressante dans les divers commentaires, il semble que si on est avec quelqu'un, c'est parce qu'il dirait des choses intéressantes, ferait des choses intéressantes, importantes… et on se retrouve surtout dans le faire, et pas tellement dans l'être.

      Hors s'il faut savoir « faire avec », c'est souvent mieux d'« être avec ».

      On ne peut pas juger qu'une existence soit importante ou intéressante ou au contraire ne le soit pas. Ça ne s'assume pas de dire que quelqu'un vaut moins qu'un autre pour ce qu'il est.

      Par contre on sait très bien juger les actes et les paroles et enfermer les personnes dans le jugement de leurs actes et de leur parole, ou leur immobilité et leur silence.

      Il y a un super exercice que l'on peut faire, c'est de s'asseoir à coté d'un gars qui est lui-même assis toute la journée à ne rien faire et qui n'a rien à dire. Au début on ne comprends pas, puis avec le temps, au bout de plusieurs mois passés sans rien réussir à échanger ni partager on se rend compte que l'on partage et échange une chose essentielle : être. On ne dit pas des choses intéressantes, on ne fait pas des choses intéressantes, mais on est, et c'est précieux. Un jour le gars il meurt, enterré sous X par les morts de la rue, inconnu. Après trois ans de recherche, là où la police de ton pays et la police de son pays se sont cassées les dents à savoir qui était ce type, tu retrouves sa famille au pays qui te dis qu'elle ne veut pas entendre d'autre nouvelles de lui que sa mort. Et là tu comprends qu'il le haïssent pour ce qu'il a fait, pour ce qu'il a dit, mais toi tu le pleure parce qu'il était, et que tu étais avec lui. Tu ne pleures pas une bibliothèque qui brûle, tu ne pleures pas une force de travail, ni une ressource humain ni un pouvoir d'achat.

      Tu pleures une existence, devant une tombe blanche sans nom, au milieu d'un parterre de tombes blanches sans noms.
      Tu es encore là, et c'est pas du plaisir, c'est du bonheur.

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Darwin

    Posté par . Évalué à 10.

    Il est ailleurs, dans son monde, et finira peut-être sous un bus.

    • [^] # Re: Darwin

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Exactement ce que j'ai pensé en lisant le journal.

      De toute façon, le smartphone n'a jamais eu vocation à rendre intelligent, mais à l'être à la place de l'utilisateur. Inutile de retenir son agenda, le smartphone s'en charge. Inutile de développer le sens de l'orientation, le téléphone se charge de nous guider.

      Bon sinon, je ne vois pas bien le rapport avec la choucroute dans ce journal. L'intelligence n'a rien a voir avec la relation sociale. On a des autistes très intelligents, et qui n'a jamais croisé de gens particulièrement sociables a l'intelligence plus que limité ?

      • [^] # Re: Darwin

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        De toute façon, le smartphone n'a jamais eu vocation à rendre intelligent, mais à l'être à la place de l'utilisateur.

        S'applique au PC, a l'ordinateur, et par extension a toutes les inventions humaines depuis la nuit des temps qui n'ont été inventée que pour lui simplifier la vie (Homo Herectus, flemmasse! mâche ta viande crue au lieu de la cuire!)

      • [^] # Re: Darwin

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Bon sinon, je ne vois pas bien le rapport avec la choucroute dans ce journal. L'intelligence n'a rien a voir avec la relation sociale. On a des autistes très intelligents, et qui n'a jamais croisé de gens particulièrement sociables a l'intelligence plus que limité ?

        Jamais entendu parlé d'intelligence sociale ?

        • [^] # Re: Darwin

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Ça n'empêche pas d'avoir des êtres très sociables et particulièrement débile sur tous les sujets de conversation qu'on peut aborder tu sais.

          Les cons sont partout… pas uniquement là où ça nous plairait qu'ils y soient.

      • [^] # Re: Darwin

        Posté par . Évalué à -4.

        De toute façon, le smartphone n'a jamais eu vocation à rendre intelligent, mais à l'être à la place de l'utilisateur. Inutile de retenir son agenda, le smartphone s'en charge. Inutile de développer le sens de l'orientation, le téléphone se charge de nous guider.

        Il ne rends peut être pas intelligent, mais il facilite ta gestion quotidienne, il te libère l'esprit. Tu peux penser a autre chose. D'ailleurs ne te rendrait-il pas philosophe ?

      • [^] # Re: Darwin

        Posté par . Évalué à -2.

        D'une part, si les machines etaient intelligentes, ca se saurait, d'autre part si pour toi l'intelligence c'est se rappeler que t'as un rdv avec ton boss mardi a 14h30 et ta maitresse a 17h00, hum, comment dire?

        If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

  • # say tay mieu a vent!

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu as complétement raison, d'ailleurs le problème remonte a beaucoup plus loin: cette folie a commencé quand les gens ont arrêté de voyager pour se parler et ont préféré s'envoyer des lettres.

    L'alphabétisation galopante, voila le vrai drame des temps modernes.

    D'ailleurs je trouve très courageux de ta part de soulever ce problème ici, par écrit.

    Envoyé depuis ma limande.

    • [^] # Re: say tay mieu a vent!

      Posté par . Évalué à 1.

      Je suis d'accord, ce journal n'est qu'emprise de mauvaise foi. Sur ce, je vais aller écouter les conversations de mes concitoyens.

  • # La musique

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Personnellement, je n'ai pas de smartphone, parce que ça coûte trop cher par rapport à mon utilisation (à part pour tricher aux partiels et glander en cours, je n'ai pas besoin d'un smartphone, j'ai souvent un ordinateur avec internet sous la main).

    Par contre, j'ai toujours eu de la musique sur moi. Et j'ai eu un des premiers portables mp3 (un truc bien moche de motorola), et maintenant j'ai un portable «Walkman» qui me va bien.

    J'ai même des écouteurs intra-auriculaires pour ne pas entendre les autres, et être encore plus dans la musique (et profiter d'un son de meilleur qualité aussi).

    Donc je suis dans ta description du mec qui pourrais passer sous un bus…

    Est-ce que je suis autiste ? Je ne le pense pas. Je discute aussi beaucoup dans les transports avec les gens que je connais.

    Je pense que la musique est un excellent moyen de se détendre dans un espace où on ne peut pas faire grand chose d'autres. En général dans un bus, j'ai le choix entre entendre les bruits ambiants et deux cagoles qui gueulent au fond, ou écouter de la musique. Le choix est vite fait non ?

    Ensuite, pour ta critique sur les réseaux sociaux, je pense que tu as un mauvais point de vue sur ces derniers. Il est vrai que certains racontent de la merde, mais il suffit de les ignorer. Beaucoup de gens partagent des choses intéressantes. Le tout est de faire un tri, comme avec tout finalement.

    Aussi, je n'ai pas l'impression qu'il y ait des hordes de zombis dans les rues. J'ai plus l'impression qu'il y a des hordes de couples qui me font penser à chaque instant que je suis célibataire depuis trop longtemps, mais c'est une autre histoire.

    Il est certain que l'humain a besoin de relations. Mais en général, dans les transports en commun, on les prends pour aller au travail, à l'école, à des évènements, ou chez des amis. Donc les relations très limitées que l'on pourrait avoir durant ces transports, on en a un peu rien faire. Elles sont négligeables par rapport aux autres.

    En ce qui concerne tes japonais qui vivent dans leur bulle, qui sont autistes, et qui ne réagisse même pas à un tsunami, tu prends un cas extrême. Sur toute la population mondiale qui possède un smartphone, très peu sont dans un tel cas, d'après mes statistiques personnelles de nature pifométrique.

    Voila mon point de vue sur ton article.

    Envoyé depuis mon lapin.

    • [^] # Re: La musique

      Posté par . Évalué à 2.

      Donc je suis dans ta description du mec qui pourrais passer sous un bus…

      [...]

      J'ai plus l'impression qu'il y a des hordes de couples qui me font penser à chaque instant que je suis célibataire depuis trop longtemps, mais c'est une autre histoire.

      [...]

      Voila mon point de vue sur ton article.

      uhuhuhuhuhu

  • # Over Quotas!

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    J'ai déjà beaucoup trolle mais j'ai un autre angle d'attaque que je trouve rigolo:

    Les études montrent qu'un Homo Sapiens est fait pour gérer plus ou moins un réseau social de 150 personnes [reference needed]

    Je viens de vérifier sur mon compte Facebook : je suis a 159. Je suis full, over quotas, ca sert a rien que je parle a des gens dans les transports, de toute façon j'ai pas les ressources pour les gérer.

    Blague a part, c'est vrai: je n'ai pas de temps a consacrer a de nouveau gens. Y a surement des gens très enrichissant a connaitre dans le monde, mais je connais déjà ma dose de gens intéressants et je n'ai pas de temps a consacrer a d'autres gens. Et quand bien même, il y a des lieux (IRL ou virtuels) bien plus optimisées pour faire des rencontres intéressantes que les transports publics, je préfère donc rentabiliser ce temps mort en lecture, jeux, musique.

    • [^] # Re: Over Quotas!

      Posté par . Évalué à 4.

      Qu'est-ce que tu fais sur Linuxfr.org alors ?

    • [^] # Re: Over Quotas!

      Posté par . Évalué à 6.

      tiens ça pourrait être une feature de réseau social ça :

      par défaut le compte ouvert est ami avec tout le monde
      l'utilisation massive de tags permet de trier.
      le manque de temps fait qu'on reste amis avec de nombreuses personnes.
      le partage d'intérêt fait qu'on resserre le lien avec certains.

      m'enfin bon, j'dois être un poil utopiste et niais de penser que par défaut c'est mieux d'être amis :-)

      • [^] # Re: Over Quotas!

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Tu décris plus ou moins le comportement général des usagers de Facebook que je connais.

        Par défaut on accepte les "amis" à tour de bras, ne serait-ce parce que refuser quelqu'un est perçu comme particulièrement vexant. Après, c'est plus ou moins comme avec n'importe quelle messagerie instantanée ; les vrais amis sont ceux à qui on parle. Facebook essaie bien de synthétiser des "liens d'amitié", mais j'ai l'impression qu'ils ne sont pertinents que si on accepte de "liker" un million de trucs dans son profil (au lieu de faire comme tout le monde et de se contenter de précisions laconiques, genre "musique : le rock").

        • [^] # Re: Over Quotas!

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Par défaut on accepte les "amis" à tour de bras, ne serait-ce parce que refuser quelqu'un est perçu comme particulièrement vexant.
          Après, c'est plus ou moins comme avec n'importe quelle messagerie instantanée ; les vrais amis sont ceux à qui on parle.

          Ou comme dans… la vraie vie ? il y a ceux auxquels on s'attache et ceux qu'on oublie sans même s'en rendre compte…

          Il n'empêche que dans le métro, on refuse à tour de bras parce qu'on est bien incapable d'accepter qui que ce soit.

          Je pense pourtant que le baladeur dans les oreilles est peut-être une des meilleurs choses à faire dans le métro.
          Mais quand j'étais à Paris je me suis toujours refusé de me mettre un baladeur sur les oreilles, de peur que je le garde même quand je ne suis pas le métro.

          Un jour tu emmènes avec toi d'autres jeunes en vacance, et tu t'étonnes qu'ils se réfugient dans un baladeur alors qu'ils sont à 2000km de chez eux, qu'il fait beau, qu'il n'y a pas de métro, qu'il y a plein de choses à faire et qu'ils sont avec d'autres jeunes pas moins sympa qu'eux même. Le baladeur devient une drogue pour supporter le métro, drogue dont on ne peut plus se passer même quand on retire le métro.

          Avec le smartphone et le sms/facebook etc. finalement le but d'un voyage ne devient plus d'être avec quelqu'un ou d'être quelque part, mais de dire qu'on y est.

          Le responsable à pointer du doigt ce n'est peut-être pas le baladeur, c'est ce qui a rendu le baladeur un besoin : le métro et nos vies de fous qui nous apprennent à faire le zombie entre le dodo et le boulot.

          Quand j'ai quitté Paris, j'ai découvert que je ne savais pas dire bonjour et que j'étais un zombie.
          Forcément, je faisais 50km de transports en commun pour aller travailler, trois changements dont les Halles… 20h de transports pour 35 de boulot. Des gens j'en voyais des milliers par jour.

          Quand je suis arrivé à Toulon, on m'a prit pour un autiste. Maintenant au bout de trois ans, j'arrive à dire bonjour à des gens que l'on ne m'a pas présenté, en faisant un effort.
          Par contre j'ai toujours besoin de mes deux heures de « rien » avant de commencer la journée. Je me réveille à 6h, je fais ce que je dois faire, puis je zombifie jusqu'à 8h30-9h pour commencer le boulot (15 min à pied, c'est trop court).

          On est dans un monde top social !
          Allez, ça fait un bail que le taff est fini, je peux quitter linuxfr et rentrer dans mon chez-moi où y a pas internet ni la tv mais c'est pas grave parce que ce week-end je suis invité par une famille super sympa que j'ai rencontré… en faisant des photocopies.
          Hier je pique-niquais sur la plage avec des amis puis on s'est invité pour le dessert chez le gars qu'a la plus belle baraque du cap brun. Je suis toujours un autiste mais en moins pire.

          Je n'ai toujours pas de baladeur, je n'en ai plus besoin : je chante dans deux chorales et je travaille dans une radio locale, le son c'est moi qui le fabrique.
          Ne me rendez-pas le métro, par pitié. ;)

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Over Quotas!

      Posté par . Évalué à 4.

      Les études montrent qu'un Homo Sapiens est fait pour gérer plus ou moins un réseau social de 150 personnes [1]

      [1] http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/26824/

  • # cot cot

    Posté par . Évalué à 0.

    c’était trop long je n'ai pas tout lu ?

    ouhaip

    Le smartphone rend-il intelligent ?

    non.
    le smartphone rend t il plus con ? non plus.

    le smartphone dé-socialise t il ?

    non.
    il n'est qu'un outil de. (plein de choses)
    on accuse trop souvent les outils.
    perso j'ai jamais pu supporter les walkmans. En général. Cela ne m'empêche pas de profiter de la musique de mon smartphone dans le métro, lieu de concentration humaine et pourtant totalement anti-social. Et je ne jette pas la pierre à ceux qui en protent presque tout le temps. Chacun fait comme il veux, perso j'aime entendre mon entourage (même sans avoir envie de l'écouter, parfois)

    mais doit-on les appeler geek d'ailleurs ?

    Si geeks c'est simplement posséder un objet de nouvelles technologies, alors oui.
    Si geeks c'est avant tout un état d'esprit, de curiosité, d'aimer comprendre, envers la technologie, alors non.

    j'ai de plus en plus l'impression d'assister au bal des zombies

    Retour sur la case walkman. Avec ou sans smartphone tu conviendra que le métro est un lieu de zombie. Une file d'attente devant un cinéma un autre. A moins que tout le monde soit joyeux et ai envie de communiquer avec des inconnus tout le temps et partout... ha ben tiens, ça aussi c'est des zombies.

    Bref, beaucoup de critiques pour pas grand chose. Où une illustration de comment accuser un outil parceque certains usages de l'outil ne nous conviennent pas.

    conclusion : file moi ton facebook, on sera "contact". ;-)

    • [^] # Re: cot cot

      Posté par . Évalué à 1.

      'vais monter un groupe "filons des ecstasy aux zombies", tiens...

  • # Boarf

    Posté par (page perso) . Évalué à -5.

    Mais laisse les gens faire ce qu'ils veulent… Nul besoin de cracher ton dégoût de la société actuelle en long et en large.

    • [^] # Re: Boarf

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      C'est très sain comme comportement de vouloir discuter des choses qui nous exaspèrent.

  • # Oui !

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Contrairement à la majorité des commentaires précédents (que je me suis fait un plaisir de moinsser), je suis d'accord avec toi.

    Soyons un peu sincères. Internet est certes un moyen de communication très bon, mais l'utilisation que nous en faisons actuellement est un peu abusive. Nous communiquons avec pleins de gens, mais nous nous enfermons aussi dans une jolie petite bulle. Si communiquer est si cool que ça, pourquoi n'assiste-t-on pas à de grandes discussion enflammées dans le métro ? En réalité, nous nous ouvrons sur le monde et nous nous fermons à notre entourage proche.

    Et oui, je trouve cela mauvais. Et l'argument qui est que personne ne parle dans le bus, je m'emmerde n'en est pas un. Personne ne parle parce que personne ne parle, parce que nous avons tous pris l'habitude de ne pas regarder les autres, de ne pas leur prêter attention.

    Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

    • [^] # Re: Oui !

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Personne ne parle parce que personne ne parle, parce que nous avons tous pris l'habitude de ne pas regarder les autres, de ne pas leur prêter attention.

      Je ne me souviens pas des transports en commun comme d'agoras bouillonnants de sagesse Au Temps Où Il N'y Avait Pas Internet. Pour ne pas s'enfermer dans sa bulle, il y a d'autres endroits consacrés où je n'ai pas constaté, personnellement, de baisse de fréquentation : café du commerce, dancings, lieu de travail, etc.

    • [^] # Re: Oui !

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Personne ne parle parce que personne ne parle, parce que nous avons tous pris l'habitude de ne pas regarder les autres, de ne pas leur prêter attention.

      En quoi l'Internet mobile a changé quelque chose?

      Parce que bon, le smartphone a juste remplacé le livre/journal, mais l'autisme n'a pas changé. Critiquer Internet de ça, ben euh... Tu rentre pile-poil dans la case des politiciens qui n'aiment pas donc lui met tout sur le dos sans réfléchir qu'Internet n'a pas changé l'homme.

    • [^] # Re: Oui !

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour moi, le problème est plutôt dans l'ignorance des autres et l'impolitesse de nos relations en lieux publique.
      Ok, on ne veut peut être pas déblatérer sur un traité philosophique avec son voisin de strapontin, mais être poli un minimum ne serait pas du luxe. Ce phénomène peut être lié à cet "autisme" dus aux smartphones etc.

      Mais bon, que celui qui n'a jamais eu une personne collante après avoir malheureusement souri par politesse ou engagé la conversation dans un transport en commun me jette la pierre. C'est pour ces personnes là que le reste des gens payent. En fait, on a peur de se retrouver avec 1/2 h de trajet qui devienne un enfer et qu'on aurait espérer qu'il dure 1 mn. (j'annonce, c'est presque du second degré). Genre avec le gars qui va te sortir plein de belles phrase facho au possible a coup de "Le Pen il a raison" ou alors qu'il va te raconter sa dernière murge qu'il s'est tapé y'a 2 jours. Bref, j'en passe et des meilleurs, mais oui, pour éviter cela, mes écouteurs sont mes meilleurs amis :)

      • [^] # Re: Oui !

        Posté par . Évalué à 9.

        La politesse, ca peut-être aussi de ne pas importuner ton voisin par une conversation qu'il n'a pas choisi. Moi aussi, j'aime bien des fois être "dans mes pensées".
        Si c'est pour que quelqu'un me parle de sa tour Eiffel en allumette, on voit comment ca fini....

    • [^] # Re: Oui !

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Souris à tous les gens que tu croises dans la rue, et tu verras, un jour, y'en a un qui va te casser la gueule ! (François Pérusse).

      Je vais pas apporter grand chose au débat.
      Le transport en commun t'oblige à être avec des personnes que tu n'as pas forcément "choisi". J'aimerai avoir une estimation de la probabilité de tomber sur une personne bienveillante/malveillante à mon égard. Ensuite, cette personne est-elle réceptive à mon discours sur [un sujet quelconque] ou est-ce que je l'emmerde ?
      Exemple, je raconte une blague à mon voisin de transport : "C'est l'histoire d'un croquemort qui rentre dans un bar...", manque de chance le voisin en question vient de perdre sa mère et ma blague tombe à l'eau.

      J'aimerai que les "utopistes/optimistes" me donne les clés pour décider d'un contexte pertinent où l'on peut l'ouvrir sans risque de passer pour un con/facho/emmerdeur/voyeur/profiteur/dragueur/violeur/extrémiste. Sachant que l'on prend les transports en commun pour aller au boulot généralement et que j'ai l'impression que beaucoup de gens ne sont pas heureux avec leur travail et donc dans les meilleurs conditions pour être jovial.

  • # Wall-E

    Posté par . Évalué à 8.

    Ben on se rapproche d'une société à la Wall-E, où les gens sont tous sur le même bateau mais ils communiquent par écran interposé, ils ont perdu la sensation du toucher, ils ne savent même plus ce qu'il y a autour d'eux («Ho ! On a une piscine !»).

  • # Le vélo

    Posté par . Évalué à 10.

    J'ai réglé le problème de ces connards d'autiste dans le métro : je prend le vélo.
    Comme ça, je supporte le seul connard qui est important à mes yeux : moi. Et nous avons des conversations très intéressantes.

    Non, sérieusement.
    Depuis que je prends le vélo ET que je ne prends plus le métro (à cause de petit problème psychologique, type ochlophobie), je vois la vie autrement. Et d'ailleurs, étrangement, ma vie sociale ne s'est jamais aussi bien portée, malgré le fait que je sois seul sur mon vélo.

    Ce commentaire est sans intérêt.

    • [^] # Re: Le vélo

      Posté par . Évalué à 1.

      Ce commentaire est sans intérêt.

      Pas tant que ça. À mes yeux tu résous la polémique qu'il y a ici.
      Même si ça ne s'arrêtera pas si vite, parce que l'on va dire...
      - Que tout le monde n'a pas de vélo,
      - qu'il n'y a pas que les vélos (motos, rollers, trottinette et tout ce que vous voulez d'autre)
      - que y'en a qui roulent même avec les écouteurs,
      - que d'autres ne roulent que dans No Fear Downhill Mountain Biking sur Playstation,
      - qu'ils ne sont pas sportifs,
      - que ça use les jambes, donne des courbatures et accroît le risque de scoliose,
      - qu'avec t'écrase des êtres organiques microscopiques encore plus violemment qu'à pied (la vitesse pour eux que ça intéresse),
      - bref, la merdre quoi.

      À part ça moi aussi j'aime le vélo... mais pas en ville.

    • [^] # Re: Le vélo

      Posté par . Évalué à 2.

      Depuis que je prends le vélo ET que je ne prends plus le métro (à cause de petit problème psychologique, type ochlophobie), je vois la vie autrement. Et d'ailleurs, étrangement, ma vie sociale ne s'est jamais aussi bien portée, malgré le fait que je sois seul sur mon vélo.

      T'es un cas particulier. Je vois vraiment pas en quoi l'un impacte l'autre. Je prends moi aussi le vélo, je suis donc un associable pire que le « smartphoneur » et juste en dessous de l'autiste dans sa voiture (les transports privé ça incite moins à la conversation que les transports en commun), mais il n'y a pas de raison que ça change quoi que ce soit du reste de ma journée, je prend une douche en arrivant au boulot c'est tout.

      C'est bien parce que ça fait faire du sport, ça pollue pas beaucoup, c'est pratique, … mais le point de vu social n'existe que pour des cas particulier. J'imagine que pour un ochlophobe prendre les transports en commun impact aussi sa journée.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Le vélo

        Posté par . Évalué à 3.

        T'es un cas particulier. Je vois vraiment pas en quoi l'un impacte l'autre. Je prends moi aussi le vélo, je suis donc un associable pire que le « smartphoneur » et juste en dessous de l'autiste dans sa voiture (les transports privé ça incite moins à la conversation que les transports en commun), mais il n'y a pas de raison que ça change quoi que ce soit du reste de ma journée, je prend une douche en arrivant au boulot c'est tout.

        Effectivement, peut être que je suis un cas particulier. Mais déjà, j'ai plus souvent le sourire, parce que être dehors au lieu d'être au fin fond d'une rame bondée plusieurs heures par jour, en plus de l'activité physique, ça donne un autre horizon que des kilomètres de gens qui tirent la tronche. Et avoir l'air content, ça horripile une majorité de parisiens, certes, mais ça donne aussi envi de communiquer pour les personnes réceptives.
        Puis, il y a plein de personne sympathique en surface. Chose que je n'avais jamais fait auparavant par exemple, parler avec des petits vieux qui promènent leur chien/descendent les poubelles/attendre de fondre sur un banc au soleil pendant que je reprends mon souffle. Les autres cyclistes aussi (hormis les connards en vélib), parfois très sympa et discutailler pendant un long feu rouge, c'est sympa.
        C'est sûr, on n'entame pas des discussions politique et philosophique, mais rire un peu de choses insignifiante, ça embellit ma journée. Ça doit être mon petit coté niais Amélie Poulain.

        Après, j'ai la discussion facile et je ne suis pas timide, ça aide énormément (c'est paradoxale avec la phobie dont je souffre d'ailleurs).

        C'est bien parce que ça fait faire du sport, ça pollue pas beaucoup, c'est pratique, … mais le point de vu social n'existe que pour des cas particulier. J'imagine que pour un ochlophobe prendre les transports en commun impact aussi sa journée.

        Oui. En y réfléchissant lors de l'écriture de ce post, mon avis est forcément biaisé. Quand j'ai commencé à avoir ce souci, j'ai bien niqué ma vie sociale. Je ne suis pas devenu un ermite au fond de sa grotte, mais presque. Du coup, j'ai dû reconstruire et ce qui peut paraître normal est un énorme pas en avant pour moi, niveau social.

        • [^] # Re: Le vélo

          Posté par . Évalué à 3.

          Moi en vélo le truc que je trouve cool c'est les animaux. Il m'arrive tout les deux jours environ de croisé un lapin ou un écureuil (c'est cool Grenoble pour ça), mais j'ai tendance à m'extasier avec 3 fois rien donc ça m'arrivait aussi en transport en commun.

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Le vélo

            Posté par . Évalué à 1.

            Il m'arrive tout les deux jours environ de croisé un lapin ou un écureuil (c'est cool Grenoble pour ça)

            C'est donc dans ce secteur que se sont reconvertis les fabricants de montagnes ?

        • [^] # Re: Le vélo

          Posté par . Évalué à 3.

          Je vais aussi bosser en vélo depuis 2 ans et je fais les mêmes remarques que toi :

          -d'une part les cyclistes ont meilleure mine et sont de meilleure humeur, que ce soit à l'aller comme au retour, que les commuters en transports en communs qui se font tous la gueule. Du coup les relations sociales intra et extra professionnelles ne s'en portent que mieux.
          -d'autre part je discute régulièrement avec d'autres cyclistes, voire piétons, flics (et ça, je m'en étonne toujours car ce n'est pas parce qu'ils m'arrêtent) ou donzelles en cabriolet même si ça ne dure pas longtemps, ce sont des moments agréables.

          bottom side : je suis un gros déconneur (certains diraient gros lourd mais ce n'est pas vrai) et j'engageais déjà facilement la conversation dans les transports en commun, par plaisir de dérider leurs usagers. En quelque sorte, ils m'ont perdu ou je les ai abandonné.

    • [^] # Re: Le vélo

      Posté par . Évalué à 4.

      L'enfer c'est les autres
      ;-)

  • # C'est fait pour

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Y'a beaucoup trop de crétins dans la rue. Le smartphone n'est qu'un moyen (qui coûte cher avec engagement 24 mois) comme un autre (bouquin, journal, musique) de les blacklister comme il se doit...

  • # Autre planète

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Sur ma planète, située à une heure au sud de Paris en automobile (lorsque la circulation est fluide), je ne vois que très rarement des gens en train de tripoter leur smartphone dans la rue. Ou ailleurs.
    Je vois régulièrement des gens avec un casque audio sur les oreilles. J'ai remarqué que ceux qui ont un gros casque ne sont pas des geek mais plutôt des pénibles de cités (délit de faciès, je vois ça uniquement à leur tronche). Les autres sont majoritairement jeunes ou très jeunes, plutôt féminins (pas efféminé: féminin. Fille, femme).
    Le contact visuel est fréquent. Parfois avec agréable suite (pas que pour la drague).

    Lorsque je "monte" à Paris c'est autre chose.
    Il faut dire que tout est différent à Paris.
    Le stationnement par exemple (seul un parisien sait si cet emplacement interdit est réellement interdit. Seul un parisien sait qu'on peut se garer comme une merde au milieu de tel trottoir, mais pas celui situé 50 mètres plus loin). La conduite aussi, mais ça s'est beaucoup amélioré. De toutes manières ça ne pouvait pas être pire.
    Il y a également la tonne de personnes qui veulent te vanter les mérites de je-ne-sais quoi (je ne sais quoi pour la bonne raison que ma gueule doit leur faire comprendre que je ne fais pas partie de la cible. D'aucune cible, jamais), les voleurs dans les rues/métros/etc. J'ai le souvenir d'avoir donné un coup de boule à une femme d'une vingtaine d'années qui me bloquait en sortant d'une bouche de métro. Genre elle avait envie de discuter avec moi. Sa copine me serrait par derrière. Je n'ai jamais eu ce genre de comportement ailleurs qu'à Paris. Surtout de la part d'une jeune femme, fusse-t'elle obligée.

    Et dans le train... que dire... le train entre mon bled et Paris, je pense qu'il traîne une grosse maladie contagieuse: les gens font la gueule. Presque tous. Alors que pour avoir pris d'autres trains (pas de/vers Paris) ça n'a rien à voir.

    Point positif à Paris: malgré la foule, il est rare de s'emplafonner dans une autre personne. Chez moi je crois qu'ils sont un peu autiste pour ça.
    Et puis Paris est le seul endroit où je peux marcher à vitesse normale sans devoir doubler tout le monde. Il y en a même un paquet qui marchent plus vite que moi.

    Peut-être que ma planète est une exception. Ou alors c'est Paris qui en est une. Ou certaines grandes agglomérations ?

    • [^] # Re: Autre planète

      Posté par . Évalué à -3.

      Une femme qui te drague, tu lui mets un coup de boule. D'accord.

      • [^] # Re: Autre planète

        Posté par . Évalué à -1.

        AH non, j'ai rien dis. Elle voulait de voler un truc.

        Si je pouvais, je me moinsserais.

  • # Remplir les mains

    Posté par . Évalué à 3.

    Avant, quand on avait 5 minutes, on fumait une clope.
    Maintenant, on passe le temps avec un smartphone.

    Je ne suis pas sûr que l'on y perde au change...

    • [^] # Re: Remplir les mains

      Posté par . Évalué à 3.

      Moi je fais du rubik's cube, si ça peut donner des idées à certains pour occuper leur trajet.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Remplir les mains

        Posté par . Évalué à 1.

        Avant, quand on avait 5 minutes, on fumait une clope.
        Maintenant, on passe le temps avec un smartphone.

        Moi j'en vois parfois qui fument et qui font joujou avec leur smartphone en même temps donc bon..

        • [^] # Re: Remplir les mains

          Posté par . Évalué à 8.

          Le pire, c'est quand même ceux qui font un rubyk's cube sur leur smartphone, la clope au bec et à vélo!

          • [^] # Re: Remplir les mains

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Tu as oublié : avec un casque audio sur les oreilles

            Je me permet de corriger : s/vélo/vélo'v/

            (histoire d'être bien mort avant la fin de l'histoire...)

  • # Je re grette aussi le temps

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Non, ce qui m’énerve vraiment, c'est ce que deviennent les lieux publics où pullulent ces idoles numériques : j'ai de plus en plus l'impression d'assister au bal des zombies.

    Je regrette aussi le temps où les gens se parlaient dans le métro, se souraient, s'intérrogeaint mutuellement sur leur vie, leur famille, leur travail, leurs amis …

    Pas besoin ? Les psychologues sociaux s'accordent à dire que l’être humain a besoin de contact réel avec les autres : la communication non langagière, l’échange des émotions voire le contact physique, comme une poignée de main, sont nécessaires pour un bon équilibre psychologique.

    Être dans la rue n'est pas une fin en soi: pour les utilisateurs de smartphone c'est un lieu de passage, une pose entre deux activités, entre deux étapes de pause qui seront plus que certainement des moments de communication non langagière.

  • # Autiste, c'est le mot

    Posté par . Évalué à 1.

    Parfois on assiste à des scènes extraordinaires, un wagon entier de tram remplis de gens avec un casque énorme sur les oreilles, et le nez dans leur smart phone. On se croirait dans un film de SF où un régime totalitaire lobotomise les citoyens.

    Deux chose en vrac :
    Une phrase de Tocqueville : « l'individualisme est un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s'isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l'écart avec sa famille et ses amis; de telle sorte que, après s'être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même »

    Et l'autre jour j'ai vu une immense affiche pour faire la réclame d'un de ces smart phone avec écrit en gros « Écran plat ! » À quand le smart phone avec un écran aux coins carrés ?

    Please do not feed the trolls

    • [^] # Re: Autiste, c'est le mot

      Posté par . Évalué à 2.

      Parfois on assiste à des scènes extraordinaires, un wagon entier de tram remplis de gens avec un casque énorme sur les oreilles, et le nez dans leur smart phone. On se croirait dans un film de SF où un régime totalitaire lobotomise les citoyens.

      Le mot que tu cherche c'est contreutopie (ou dysutopie).

      Et l'autre jour j'ai vu une immense affiche pour faire la réclame d'un de ces smart phone avec écrit en gros « Écran plat ! » À quand le smart phone avec un écran aux coins carrés ?

      Euh ??

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Autiste, c'est le mot

        Posté par . Évalué à 1.

        Oui, comme les pub pour les téloches dans les années 90… C'est pas grave, ça m'a beaucoup amusé de voir comme les grandes innovations d'hier sont recyclables.

        Please do not feed the trolls

  • # souriez

    Posté par . Évalué à 0.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.