Journal Jamendo et torpeur estivale

Posté par .
Tags : aucun
20
31
juil.
2010
Bonjour nal,

Il fait chaud, je suis bloqué au boulot, et je n'aurai pas de vacances avant oulà, longtemps.

Pour m'évader, je vais sur Jamendo et je clique partout. Et il y a des albums absolument terribles ! Je met pas de noms, ça ne sert à rien, chacun a une sensibilité musicale différente et ce qui me plaît ne plaira pas au voisin.

Enfin bref, je continue de découvrir des trucs absolument géniaux qui vraiment méritent le détour, et dans un climat hadopi-détestable, ça fait vraiment plaisir de trouver de la très très bonne zique qui sorte des machins formatés radio/bankable/maison de disque/télé/truc naze.

Enfin vlà, un nourjal bookmark sans bookmark, vous connaissez surement jamendo donc pas besoin d'URL

Je vous laisse, j'y retourne \o/
  • # allez quoi

    Posté par . Évalué à 8.

    Un beau geste, je suis sur que si tu indiquais quelques liens sans ordre de préférence ni description particulière personne n'ira faire de commentaires désobligeants.
  • # J'aime beaucoup...

    Posté par . Évalué à 10.

    ...mais la dernière fois que j'ai comme toi cliqué partout, je suis allé me coucher aux alentour de 4 heures du mat. Et comme la petite dernière aime beaucoup réveiller son papa aux aurores....
  • # Quelques noms

    Posté par . Évalué à 8.

    Pour ceux qui veulent avoir des noms de groupe qu'ils pourraient être susceptibles d'aimer (le critère, c'est "j'aime bien", à vous de trouver la corrélation entre ce que j'aime et ce que vous aimez) :
    * Diablo swing orchestra (très "célèbre", du moins sur jamendo) : du metal-swing. Très original, et de très bons morceaux. Je n'écoute pas toujours jusqu'à la fin de l'album en une fois (au-delà de 30 minutes de métal, j'ai tendance à saturer), mais le mélange est très intéressant.

    * David/Löhstana (particulièrement le titre "le petit guignol" sur le CD "le moins pire") : chanson française satirique, légère et rafraîchissante.

    * Code rouge : du rap (belge) à forte densité politique. On retrouve des thèmes assez proches de ceux développés par Keny Arkana.

    D'autres noms en vrac (que j'écoute moins en ce moment, mais que j'aime bien quand même) : Sans bagages (rock français), Roger Subirana (épico-symphonique), Grace Valhalla (électro-rock), Lonah (poésie électrifiée), Try^d (rock over the world), ...anabase* (rock français plus "mainstream").

    Bonne écoute.
    • [^] # Re: Quelques noms

      Posté par . Évalué à 1.

      Moi j'aime bien Revenge: du heavy à la Accept, pas forcément hyper original, mais qu'est ce que c'est bon
  • # Enfin,

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Après presque des semaines de journaux estivaux presque exclusivement consacrés à mirosoft, widows, pomme, les éditeurs de musiques aux gros cigares, etc, même un inculte insensible comme moi ne peu qu'apprécier un journal, même bookmark, même sans lien, mais parlant de culture libre. Merci.
    • [^] # Re: Enfin,

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      mais parlant de culture libre.

      J'ai essayé de me retenir et de ne pas troller sur le rapport entre libre et Jamendo, mais là tu incites au troll...
      Jamendo c'est de la culture du libre??? Ah ah ah. Ca me fait mal de lire ça, la notion de libre se perd!
      Jamendo contient 90% de musique non libre, juste gratuit à la winzip (tu a le droit d'utiliser/écouter, mais surtout pas le droit de modifier ou diffuser excepté sous conditions précises).

      Donc dire que ce journal parle de culture libre, c'est un peu comme dire que telecharger.com est un site sur les logiciels libres.

      Alors, amis libristes, je me pose une question : est-ce les mêmes qui hurlent à la mort si on leur dit d'installer Flash ou Skype sur leur machine et qui vont ensuite écouter des morceau en -ND ou -NC sur Jamendo? En fait deux questions : voyez-vous dans le libre ce sur quoi il est basé (la liberté de modifier, de diffuser) ou seulement la gratuité qui en résulte souvent?

      Jamendo et culture libre dans la même phrase... Ou comment voir dans le libre que le gratuit, et pas ce qu'il y a derrière le libre (liberté de modifier, liberté de diffuser).

      Quelques lectures :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_libre
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_de_libre_diffusion
      (depuis qu'ils ont fait 2 pages distinctes sur Wikipedia, j'avoue que je me sens mieux :) )
      • [^] # Re: Enfin,

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Oups, au temps pour moi encore une fois. À ma décharge, je dois préciser que — comme le laisse d'ailleurs supposer mon message précédent — je n'écoute que le ronronnement des ventilateurs, et professe quasiment la haine la plus féroce pour toute forme de diffusion de musique enregistrée, je n'ai donc jamais mis les pieds sur Jamendo ; d'où ma méprise. Merci d'oser rappeler le gouffre qui sépare le libre du gratuit !
        • [^] # Re: Enfin,

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          au temps pour moi
          Pan !

          Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

      • [^] # Re: Enfin,

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        É wi bi1 sur flach sa pu C pa libre é skaïp C le mal presc o tan ke micro so fo til le pré6zé
      • [^] # Re: Enfin,

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Désolé pour le caractère fragmentaire de mes réponses…
        J'ai quand même un peu de mal à mettre sur des pieds d'égalité d'une part musique libre et logiciel libre, et d'autre part musique diffusée librement et malware/gratuiciel. (Peut-être que cette difficulté s'explique aisément pour les connaisseurs en précisant que je ne sais pas ce qu'est une note.) Pour moi une interprétation d'une musique ressemble à une compilation d'un code source. Même si j'imagine que la transformation est moins automatique dans le cas de la musique.
        Il ne me semble pas essentiellement choquant de vendre des programmes pré compilés pour les gens qui confondent ordinateurs et machine à écrire/télévision. De la même manière si un « compilateur » de musique veut vendre son travail, cela ne me choque pas tant que la source (c.-à-d. la vraie musique) est libre. Pour un logiciel, ce que je souhaite c'est pouvoir l'utiliser, le reproduire, le modifier, le distribuer. Pour la musique pareille. Je m'explique. Me sentir coupable de fredonner un air en public parce que son auteur n'est pas mort depuis plus de 70 ans me rend malade. La musique je souhaite avoir la liberté de l'avoir dans ma tête, de la fredonner en changeant les paroles pour mon fils, de lui apprendre à chanter (qui a dit éructer ?) les mêmes airs que moi, Au final, quel que soient les pratiques des musiciens pour diffuser leurs interprétations peu me chaut pourvu que la source soit libre. Il en est tout autrement si un maliciel est diffusé sur tous les ordinateurs et devient un standard de fait, il devient ardu de le contourner dans l'univers numérique, des beep viendront vous en parler régulièrement voire demander de l'aide… Les interprétations musicales ne s'imposent pas encore à nous, au contraire des « standards » fermés de microsot, adobe et consorts.
        Deux de mes centimes sur le sujet. Mais je crois me rappeler que nous en avions déjà débattu sans trouver de terrain d'entente.
        • [^] # Re: Enfin,

          Posté par . Évalué à 5.

          Au final, quel que soient les pratiques des musiciens pour diffuser leurs interprétations peu me chaut pourvu que la source soit libre. Il en est tout autrement si un maliciel est diffusé sur tous les ordinateurs et devient un standard de fait, il devient ardu de le contourner dans l'univers numérique, des beep viendront vous en parler régulièrement voire demander de l'aide… Les interprétations musicales ne s'imposent pas encore à nous, au contraire des « standards » fermés de microsot, adobe et consorts.

          Détrompe-toi. La culture propriétaire s'impose par les références largement partagées qu'elle fait naître.

          Une chanson sous licence libre, ou une chanson propriétaire martelée par les radios, peuvent également te faire vibrer. Ce qui va faire la différence, c'est que la chanson propriétaire qui passe à la radio est connue de tous. Personne ne s'étonnera que tu la chantonnes, que tu y fasses référence, que tu la passes dans une soirée. Pour boycotter la culture propriétaire depuis un bon moment, je m'en rends compte: le plus délicat, c'est d'affronter les regards interrogateurs quand on avoue ne pas avoir vu tel film, ne pas connaître telle chanson, ne pas regarder telle série. Il y a une réelle pression sociale, peut-être encore plus forte que pour les logiciels propriétaires: là où tu peux te débrouiller pour expliquer que, soit tel logiciel ne marche pas chez toi, soit pour lire tant bien que mal un .doc, il n'est pas d'issue de secours si tu refuses les oeuvres propriétaires: ça se voit.

          Ceci dit, vu qu'AMHA, le ridicule est bien moins mortel que ACTA, ça ne me fera pas dévier.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Enfin,

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Ce qui va faire la différence, c'est que la chanson propriétaire qui passe à la radio est connue de tous.

            Pour préciser tout de même, la chanson en NC ne peut pas passer à la radio (ah si, bien sûr, faut demander à l'auteur, ce qui n'est que rarement fait) alors qu'il n'y a rien pour un même groupe qui empêcherait leur chanson mise sous licence libre d'y passer... et ainsi d'être plus répandu. La "libre diffusion" mais sous condition m'étonne toujours un petit peu plutôt que de choisir de faire de la musique libre.
            • [^] # Re: Enfin,

              Posté par . Évalué à 5.


              Pour préciser tout de même, la chanson en NC ne peut pas passer à la radio

              Pour achever les drosophiles: elle peut passer à la radio si la radio ne fait pas de commerce avec (accès gratuit, sans publicité), ça peut être une webradio.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

  • # Mon Jamendo à moi

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pour les (petits) enfants : Echo Lali, musique entraînante et texte pas idiot du tout [http://www.jamendo.com/fr/artist/echo.lali]

    pour un peu de dance / techno / trance / electro / club (rayez les mentions inutiles) Nexus
    [http://www.jamendo.com/fr/artist/nexus] avec un faible pour Ultyma Velocity de l'album Trance Planet [http://www.jamendo.com/fr/track/6615]

    Il faudrait que j'y retourne pour y trouver d'autres trucs sympas, encore faut-il avoir le temps d'écouter !
  • # sélection de musique libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais dans la dernière version de vlc (>1.1.0), playlist comporte différents catégorie (à gauche dans la partie grise) dont "free music chart" et "Sélection Jamendo". Ce sont 2 nouveaux services permettant d'accéder directement à une sélection de musique libre. J'avoue que je n'écoute plus que cela depuis quelques temps.
    "Free music chart" donne accès à un top 100 des musiques libre en générale, alors que pour jamendo c'est une sélection des 100 meilleurs chansons ainsi que des 20 meilleur albums (chiffres exacte à vérifier car je n'ai pas de VLC récent au boulot :))

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.