Journal Computer graphics : journal d'un résistant

Posté par .
Tags : aucun
31
5
nov.
2010


Bonjour à tous,




Je tenais à faire partager mon sentiment sur l'état du libre dans la situation
qui est la mienne, à savoir étudiant en master d'informatique, se spécialisant
dans le traitement de l'image et la vision par ordinateur.




Force m'est de constater que, si pour tout ce qui concerne le réseau, le libre
produit des solutions de très grande qualité et très largement adoptées, ce
n'est pas le cas lorsqu'on vient au cas du traitement d'image. Ce n'est pas la
qualité des logiciels qui fait défaut, elle est plutôt au rendez-vous tant au
niveau des librairies (OpenCV) qu'au niveau des logiciels pour les end-users (Blender, The GIMP).




C'est davantage la mentalité du milieu qui, me semble-t-il, est différente.
Peut-être parce q'il semble facile de monétiser les applications qui en
résultent (la réalité augmentée, c'est vendeur), les étudiants, et même les
chercheurs, ne sont pas dérangés outre-mesure par la dépendance à des solutions
propriétaires.




Ainsi, il n'est pas rare de se voir imposer de travailler en Matlab, pour la
facilité de prototypage ainsi permise. Et certains enseignants d'aller jusqu'à
inciter à demi-mot au piratage de ce dernier, alors qu'il existe des
alternatives libres très crédibles (GNU Octave, par exemple, qui rivalise voire
surpasse Matlab sur bien des points, mais pêche un peu par l'absence de JIT). On
pourrait également utiliser un vrai langage de programmation sans perdre la
facilité de prototypage (avec python et NumPy par exemple), mais non, personne
n'envisage de changer.




Le deuxième obstacle qui vient s'opposer à une meilleure représentation du libre
est lié au support des cartes graphiques sous linux. Certes, les drivers libres
commencent à être très bons pour un usage quotidien, mais dès qu'on en vient à
vouloir utiliser pleinement le potentiel de sa carte, c'est une autre histoire.
Actuellement, aucun driver libre ne supporte mieux qu'OpenGL 2.1, ni OpenCL.
Quid de l'étudiant qui voudrait tester les algorithmes d'éclairage vus en cours,
ou paralléliser un filtre? Il doit se tourner vers le driver propriétaire, s'il
y en a un (et malheureusement, dans mon cas, ATI ne supporte plus ma carte un
peu vieille). Gallium3d représente un grand espoir de ce coté là, mais ce n'est
pas pour tout de suite.




Bref, on se sent vraiment isolé quand on est libriste dans ce milieu, et
convaincre les gens n'est pas chose facile vu l'atmosphère ambiante...
Alors, que faire, à mon niveau, pour tenter d'améliorer la situation?

  • # Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

    Posté par . Évalué à 10.

    Et certains enseignants d'aller jusqu'à inciter à demi-mot au piratage de ce dernier

    Ma copine et un ami sont dans ce cas, la première en école de multimédia travaille sur photoshop. Comment obtenir photoshop et travailler pour faire les TP à rendre ? Et bien c'est facile, le prof fournit le logiciel cracké. Mon autre ami, pareil, il doit se débrouiller pour faire un projet sous Matlab, apparemment le prof leur a évoqué l'existence d'octave/scilab mais que c'était pas super compatible alors vaut mieux faire du Matlab... et lui dire quelle version ils "ont".

    Deux écoles privées.

    De mon côté, à l'université, je n'ai pas encore vu (en 4 ans) ce genre de pratiques, heureusement.

    Pas pour généraliser mais bon...

    Et évidemment je suis pas sûr que ça déplaise à Adobe... ils perdent peut-être quelques licences (à 1000€, certes) mais ils gagnent un futur employé qui travaillera sur le long terme dans une entreprise qui (en théorie) achètera des licences et qui fera vivre le logiciel / perdurer le monopole...

    L'histoire du dealer, de la première dose gratuite, etc..., on connait tous de toute manière, (oui je pense aussi aux programmes MSDNAA mais c'est une autre histoire)
    • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

      Posté par . Évalué à -1.

      Vu le respect que ce prof porte à la loi, je suppose que ça ne le dérange pas qu'on fume une cigarette pendant qu'il fait cours, ou qu'une élève couche avec lui pour améliorer ses résultats?

      Si même les profs sont contaminés par la bêtise ambiante, ça craint... c'est un milieu qui donne une image "militant de gauche", à tort.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      L'histoire du dealer, de la première dose gratuite, etc..., on connait tous de toute manière, (oui je pense aussi aux programmes MSDNAA mais c'est une autre histoire)

      Microsoft n'est pas le seul à faire ça, IBM et Matlab (je ne suis pas sûr pour ce dernier) le font aussi. Je serais étonner qu'Adobe n'ait pas de pratiques similaires.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Il y a ubuntu aussi. Au début on ne fais pas attention, mais maintenant j'ai même de la déco d'inspiration africaine chez moi !

        Envoyé depuis mon lapin.

      • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

        Posté par . Évalué à 3.

        Adobe le fait aussi, ne proposant sa suite à prix très réduit. Ca reste cher mais bien moins que le prix normal.
        • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

          Posté par . Évalué à 1.

          Bopf.
          200$ pour toshop, indesign et illustrator, lisse sur 3 a 5 ans d'etudes, c'est tres raisonnable je trouve.

          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

          • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

            Posté par . Évalué à 2.

            tu oublies la licence windows qui va avec :D, les frais d'inscriptions, et tout le reste; 200€ ou $ c'est ça en plus, et compare avec ce que donne une bourse d'étude, tu verras que dans un budget d'étudiant c'est loin d'être négligeable.

            >lisse sur 3 a 5 ans d'etudes
            On peut acheter à crédit? Ben non, ou alors faut aller voir la banque. T'as peut être pas connu des étudiants qui devaient bosser au mac do pour pouvoir faire leurs études, mais ceux-là sortir 200$ d'un coup c'est un peu trop.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

              Posté par . Évalué à 1.

              Compares avec ce que ca te rapportera à l'embauche de maitriser les outils utilisés dans le monde pro ;)

              C'est malheureusement vraiment le cas dans certaines branches. Si pour des études généralistes informatiques avoir un cursus utilisant des outils libres est assez réaliste en infographie ca serait pas vraiment la même.
            • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

              Posté par . Évalué à 3.

              tu verras que dans un budget d'étudiant c'est loin d'être négligeable.
              Bon, faut arreter de delirer un peu aussi.
              Je suis d'accord, un budget etudiant, c'est serre, mais c'est la vie.
              L'acces aux etudes est plus ou moins gratuit, mais le reste a cote, ben faut payer.
              Faut payer pour ses cahiers, ses stylos, ses bouquins, le bus pour aller a la fac, la chambre clapier a lapin pour se loger, les sandwichs qu'on mange le midi et tutti quanti. C'est comme ca, c'est la vie, quand on veut quelque chose, faut payer en general!

              Tout ca est a prix reduit pour les etudiants. Tout comme la licence totoshop.
              Et non, $200 pour une licence qui va etre utilisee pendant 3 a 5 ans, c'est pas grand chose. Ma copine prend des cours artistiques, et lache regulierement du $50-100 pour du materiel divers et varie. Et des machins qui vont lui faire un semestre, pas un truc qu'elle va pouvoir utiliser a l'infini pendant 3 ans.

              If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

              • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

                Posté par . Évalué à 2.

                Je suis d'accord avec le fait qu'il faut payer, et je passe mon temps à payer des tas de trucs. Il n'empêche, ce n'est pas non plus parce qu'il faut payer qu'il faut payer cher.

                C'est normal que les étudiants comme les autres d'ailleurs cherchent à payer le moins possible. D'autant plus quand on finance ric-rac ses études par des petits boulots.

                (Ceci dit, je connais des étudiants qui râlent pour un bouquin à 50€ par trimestre et achètent des forfaits téléphonique disproportionné par rapport à leur usage. Va comprendre. C'est pas non plus pour ça qu'il faut faire raquer les gens qui ne savent pas tenir un budget, mais ça serait mieux pour eux s'ils y arrivaient).
                • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Ceci dit, je connais des étudiants qui râlent pour un bouquin à 50€ par trimestre et achètent des forfaits téléphonique disproportionné par rapport à leur usage. Va comprendre.
                  De ce que j'en ai vu, c'est plus la norme que ceux qui bossent au maxcrad pour survivre. 'fin ca change pas la problematique pour ceux qui sont fauches.

                  C'est pas non plus pour ça qu'il faut faire raquer les gens qui ne savent pas tenir un budget, mais ça serait mieux pour eux s'ils y arrivaient.
                  Ben d'un autre cote, ils sont grand ces etudiants. Ils sont majeurs et tout. Ils sont pas foutus de gerer leur budget et claquent tout en futilite, c'est leur probleme, hein...

                  If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

    • [^] # Re: Utilisation illégale de logiciels proprios encouragée...

      Posté par . Évalué à 9.

      De mon côté, à l'université, je n'ai pas encore vu (en 4 ans) ce genre de pratiques, heureusement.

      Je pense que cela dépend des domaines. Pour ma part, je n'avais rien vu de la sorte pendant mes premières années de fac d'info, mais une fois arrivé en M2, j'ai suivi un cours de développement sur FPGA où les outils propriétaires, très onéreux et couplés à la plate-forme matérielle sous-jacente, ont été distribués illégalement en TP, cracks inclus.
  • # Solution simple.

    Posté par . Évalué à 10.

    Alors, que faire, à mon niveau, pour tenter d'améliorer la situation?

    Des photocopies du code de la propriété intellectuelle, en surlignant les peines encourues?

    Un résumé de la situation au BSA?

    Demander que la consigne d'utiliser un logiciel propriétaire payant soit faite par écrit?

    Demande ce qu'il se passe si on refuse le contrat de licence d'un logiciel propriétaire, sachant que la base du contrat c'est quand même l'acceptation volontaire et consciente de ses termes?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Solution simple.

      Posté par . Évalué à 10.

      j'en connais un qui n'aura pas son année ...
      Xd
      • [^] # Re: Solution simple.

        Posté par . Évalué à 7.

        C'est en effet le risque encouru ou du tout du moins de se mettre le prof à dos ce qui n'est jamais très sympathique. Une solution pourrait être de se faire représenter par quelqu'un d'autres (d'une assoc ou d'un syndicat étudiant ou autre) qui indiquerait seulement que certains étudiants sont venus lui parler de ce problème et qu'il ne semble pas cela acceptable et donc que si le prof continue dans cette démarche, qu'il l'assume ouvertement.
    • [^] # Re: Solution simple.

      Posté par . Évalué à 6.

      D'après moi un élève qui veut réussir sans trop se farcir les « difficultés » administratives, va utiliser octave ou scilab autant que faire se peut, mais utiliser matlab.

      D'après moi, c'est vraiment une attitude honorable et authentique de vouloir procéder ainsi, mais force est de constater que ça ne risque que d'attirer des problèmes à l'étudiant.

      D'autre part, octave et scipy sont « un peu » calqués sur Matlab, qui est également un standard pour la recherche.

      Et je tiens à dire qu'un prof qui veut faire faire son TP en numpy, a intérêt à être bien accroché, et à avoir appris comment le soft fonctionne sur le bout des doigts.

      Matlab est plus utilisé, quand j'interroge (ou pas) autour de moi, c'est toujours lui qu'on cite comme logiciel de traitement d'image.

      C'est quand même une des solutions les plus abouties que j'ai pu tester. Octave s'approche, mais manque un peu de finition et de packaging pour tenir la route. Ceci dit chapeau à JW Eaton pour son soft.

      Les alternatives comme numpy ne sont pas mauvaises, mais il leur manque la popularité et une bonne « glue » (ce que tente de faire scipy).

      Concernant la pauvreté du 3D : c'est bien simple, je me refuse à faire le moindre plot 3D sur ma machine... Je ne fais que du 2D, c'est plus simple, et je risque moins de me prendre la tête.

      Donc c'est vrai que windows+matlab ont tout de même quelques beaux jours devant eux.

      Tiens d'ailleurs je ne parle pas du nombre de chercheurs du public qui utilisent un soft propriétaire : matematica ou matlab.

      C'est vrai que se palucher du sage [http://www.sagemath.org/] c'est un peu moins fendard, et surtout moins avancé peut être pour de tels usages.

      Dans le libre, les briques existent en général, mais qui souhaite assembler tout ça pour faire un truc monolithique surpuissant ?

      Ça prendrait des années je pense d'apprendre tous les softs à usage scientifique disponibles en LL. C'est titanesque comme boulot, d'ailleurs je me demande comment le projet sage avance.

      Enfin avec de la bonne volonté tout est possible.

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

      • [^] # Re: Solution simple.

        Posté par . Évalué à 5.

        Octave est vraiment sympa, le problème est qu'il n'est pas facile de produire du code qui fonctionne bien sous Octave comme sous Matlab. D'un coté, la syntaxe un peu plus permissive d'Octave peut faire du code qui ne tournera pas sous Matlab. De l'autre coté, Matlab étant plus rapide qu'Octave grâce à son JIT, le code produit pour Matlab sera plus souvent parsemé de boucles, le rendant peu pratiquable sous Octave.

        À cela s'ajoute le manque de certaines fonctions Matlab sous Octave, mais ce pourrait être surmonté en s'en donnant les moyens (par exemple en donnant à des étudiants la possibilité de coder ces paquets en tant que projet). Mais pour ça, il faudrait convaincre les ensignants de travailler sous Octave.
      • [^] # Re: Solution simple.

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est titanesque comme boulot, d'ailleurs je me demande comment le projet sage avance.

        Apparemment il avance plutôt bien, et semble supplanter le logiciel de calcul formel propriétaire magma dans un certain nombre de laboratoires. Au niveau fonctionnement, un chercheur qui a un peu de temps intègre directement son implémentation dans sage.
        • [^] # Re: Solution simple.

          Posté par . Évalué à 3.

          Pour ce qui est de magma, je me trompe peut-être, mais j'ai plus l'impression que le problème vient de l'absence de mise à jour sérieuse du logiciel, ainsi que de la non-prise en charge des bugs rapportés. En tout cas j'ai souvenir de collègues pestant contre certains comportements induisant des résultats faux. Ils ne pestaient pas tant à cause des résultats qu'à cause du fait que les gens derrière magma n'étaient pas réactifs et ne répondaient pas aux mails ...
    • [^] # Re: Solution simple.

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Demander que la consigne d'utiliser un logiciel propriétaire payant soit faite par écrit?

      Le fait de devoir utiliser un logiciel propriétaire payant pour un devoir/projet n'a rien d'illégal en soi.
      En général dans un cursus informatique, on a accès à des salles remplies d'ordinateurs avec tous les logiciels qui sont utilisés en cours. Donc il reste toujours la possibilité de faire son projet dans ces salles là.
      Certes c'est moins pratique que de faire son projet chez soi, mais le fait de devoir utiliser un logiciel propriétaire payant particulier pour un projet n'oblige pas l'étudiant à le payer/pirater pour faire son projet.

      Après, c'est sûr que c'est plus simple d'avoir un devoir/projet qui ne nécessite pas d'utiliser un logiciel particulier, donc quand c'est possible il faudrait privilégier cette option.
      • [^] # Re: Solution simple.

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Pour avoir été étudiant et enseignant, les logiciels utilisés ne sont pas nécessaire à la maison, le temps TP ou le temps d'ouverture des salles est souvent largement suffisant.

        Dans la même manière, avant de s'inscrire à une formation, on se renseigne logiquement sur son contenu et son contenant ... Si vous allez dans une formation pro-propriétaire, sans aucune référence sur le monde du libre ... et bien, il ne faut pas s'offusquer à devoir utiliser des logiciels propriétaires ...

        Un étudiant en mécanique ne s'offusquera jamais de pas pouvoir utiliser chez lui la dernière fraiseuse 3D, je ne vois pas pourquoi l'étudiant en info*** devrait avoir la possibilité d'utiliser le même matériel/logiciel chez lui que dans son établissement.

        Je suis depuis peu de nouveau au contact de Windowsien, et je suis surpris par le peu de respect pour ce qui est une licence, des droits d'auteurs chez ces utilisateurs de logiciels privatifs ... Pourtant c'est simple, vous voulez partager/diffuser/acquérir gratuitement, il suffit d'utiliser les logiciels du monde (du) libre, sinon, il faut vous tourner vers le monde propriétaire, avec le coût (moral et pécunier) que cela impose.
        • [^] # Re: Solution simple.

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Un étudiant en mécanique ne s'offusquera jamais de pas pouvoir utiliser chez lui la dernière fraiseuse 3D, je ne vois pas pourquoi l'étudiant en info*** devrait avoir la possibilité d'utiliser le même matériel/logiciel chez lui que dans son établissement.

          Parce que dans l'info*** l'autodidaxie est la règle et que les entreprises nous demandent d'être opérationnel dès le premier jour.

          http://devnewton.bci.im

        • [^] # Re: Solution simple.

          Posté par . Évalué à 3.

          « Pour avoir été étudiant et enseignant, les logiciels utilisés ne sont pas nécessaire à la maison, le temps TP ou le temps d'ouverture des salles est souvent largement suffisant. »

          Oui alors, pour avoir été étudiant et enseignant tout pareil, permets-moi de penser que t'es à côté de la plaque. :-)

          Plus exactement : oui bien sûr, quand il s'agit d'informatique/prog, on peut presque toujours se débrouiller avec des outils libres ou gratuits. Mais je dis bien « presque ». Pendant presque toutes mes études, je passais plus de temps à bosser chez moi ou chez mes binômes, pour des raisons, je l'avoue, assez égoïstes :
          - Quand j'ai commencé mes premiers cours de prog système [1], je voulais bosser à la fac. Manque de bol, j'étais visiblement l'un des seuls étudiants présents à piger ce qu'était un inode. Résultat : sur 3 heures de présence, j'ai passé 1h30-2h à expliquer les fichiers sous unix, ce qu'était un symlink, etc. le tout deux ou trois fois. Ça n'a pas trop fait avancer mon propre projet. J'aime aider, mais quand j'ai pas des trucs urgents à faire d'abord.
          - plus tard, dans une autre fac, j'étais inscrit à une UV de logique floue [2]. Le plus gros de l'UV était la modélisation de tâches à l'aide de la logique floue. Une partie de la note était obtenue via un projet. La modélisation se faisait sous ... MatLab. Oh mon dieu c'est atroce, un logiciel proprio ! Donc, prévenons directement toutes les remarques désobligeantes :

          a/ Oui, MatLab était installé sur les machines dispos à la fac. Deux remarques : la plupart du temps je traînais sur les terminaux X pour accéder directement au serveur UNIX des étudiants, et comme c'était pas windows, ça me garantissait de toujours avoir une machine de libre. Mais pour MatLab, pas de choix : Windows ou rien. Ben bizarrement, les salles, mêmes remplies de PC sous windows, ben elles sont aussi remplies d'étudiants. Dingue, non ? Et même si effectivement nous avions 2h de réservées chaque semaine, ça n'était pas suffisant pour tout faire correctement. Mais les salles sous windows étaient surchargées entre les cours, donc ... Cercle vicieux, tout ça.
          b/ Oui je sais, MatLab peut avantageusement se faire remplacer par Octave. J'aimerais qu'on me montre le module équivalent à Fuzzy ToolBox (pour MatLab) en 2005. Moi non plus, j'ai pas trouvé. D'ailleurs à l'époque, la seule alternative que je connaissais pour MatLab, c'était Scilab (déjà utilisé pour les TP d'analyse numérique), et j'avais un souvenir plein de bugs.
          c/ Mais pourquoi donc aller s'inscrire à une UV qui emploie, ô horreur, des logiciels non-libres ? Ben, parce que comme je le disais, la majorité de l'UV se passe de tout logiciel, que le sujet m'intéressais, et que franchement, j'étais là pour apprendre. Se formaliser pour l'utilisation d'un logiciel propriétaire et renoncer à apprendre quelque chose uniquement parce qu'icelui est utilisé pour une partie marginale du cours (les TP), ce n'est pas ce que j'appelle du bon sens.

          Par contre, même si j'étais nul en logique floue, j'ai fini par essayer de programmer une bibliothèque pour traiter des opérateurs les plus courants. Ben j'ai commencé, mais jamais fini...

          BREF. On ne choisit pas toujours les outils avec lesquels travailler, et ce d'autant plus que parfois il n'existe pas d'alternative viable à certains logiciels propriétaires. C'est d'autant plus vrai dans les études, où l'important devrait être les méthodes de travail que l'on acquiert et les connaissances qu'on accumule. En ce qui concerne les études liées à l'infographie/au graphisme malheureusement, le propriétaire domine. Tant que certains de nos chers (info)graphistes ne seront pas à la place de certains enseignants, ou de certains chefs dans certaines boites, je ne vois pas pourquoi la situation changerait. Pire: tant que certains logiciels (*kof kof* gimp *kof kof*) n'intégreront pas certaines fonctionnalités de façon satisfaisante et réellement importantes pour un certain nombre de professionnels (CMYK, par exemple), je ne vois pas comment on peut reprocher aux enseignants de préférer certains logiciels propriétaires à leur équivalent-- en libre.



          [1] Les matières sont importantes pour mes petites histoires. Entre la prog système qui peut se faire depuis n'importe quel PC sans rien changer (vivent les liveCDs), et la simulation de certains systèmes complexes, y'a beaucoup de marge.
          [2] Si si, la matière est importante, z'allez voir.
  • # sujet important

    Posté par (page perso) . Évalué à -4.

    mais on dit 'force m'est de constater que, ..." ?
    moi ça m'a perturber ... même si on est encore vendredi ;-)
  • # Pour le prototypage rapide..

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    ..tu peux utiliser CImg, c'est simple et pratique à utiliser :

    http://cimg.sourceforge.net

    (plus simple à installer/utiliser qu'OpenCV je pense).
    Je l'utilise pour l'encadrement de TD en Master depuis quelques années maintenant, ca permet d'écrire du code concis et efficace.

    Pour continuer la pub : en outils ligne de commande, il y a aussi G'MIC :

    http://gmic.sourceforge.net

    Attention, ce ne sont pas des outils ultra-optimisés mais ca a l'avantage d'être portable, facile à installer, et très adapté pour le prototypage d'algorithmes.

    Fin de la pub, votre programme habituel reprend dans quelques instants.
    • [^] # Re: Pour le prototypage rapide..

      Posté par . Évalué à 3.

      Est-ce que ces outils permettent l'affichage des images ?

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

      • [^] # Re: Pour le prototypage rapide..

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Oui :

        CImg possède une classe CImgDisplay permettant d'afficher rapidement des images et d'interagir avec (gestion des évènements possibles).

        G'MIC intègre également un visualiseur d'image.

        Les deux permettent de gérer les séquences d'images volumiques flottantes multi-canaux.
    • [^] # Re: Pour le prototypage rapide..

      Posté par . Évalué à 3.

      Merci, je ne connaissais pas CImg.

      Reste qu'on m'impose le prototypage en Matlab-like, si ça ne tenait qu'à moi, je ferais tout en C++ (marre de se faire chier à vectoriser des boucles pour atteindre des perfs décentes, c'est perdre du temps par rapport à coder en C++...).
  • # Attendre la légalisation du piratage ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Pour ma branche, les profs ont aussi une grosse tendance à proposer sur leur site perso en téléchargement libre sans protection des articles voir des morceaux de livres dont ils ne possèdent pas les droits de reproduction.

    Certains ont même la naïveté de nous demander de ne pas signaler dans notre entourage que tel article est dispo là-bas, alors qu'ils savent qu'il ne devrait pas l'être. Je parle de naïveté parce que les moteurs de recherche ramassent tout dès qu'un lien apparaît sur la toile ou même dans une boîte mail.

    Alors, à mon avis, si les profs dans les écoles et facs apprennent à pirater, et que ma génération a plus que l'habitude de pirater (=enfreindre les restrictions de diffusion imposées par l'auteur/l'éditeur), le piratage sera bientôt normal, s'il ne l'est déjà.

    Et je ne vois pas pourquoi quelque chose que tout le monde considère comme normal resterait longtemps illégal. Sauf si notre cher gouvernement réussit à inverser la tendance avec ses lois, ce dont je doute.

    Ce qu'il reste à faire: se battre pour empêcher que cette légalisation soit retardée/n'arrive pas.
    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

      Posté par . Évalué à 8.

      En fait ça serait plus simple d'imposer des licenses GPL-like dans les établissements d'enseignement et de recherche publique à mon avis, autant que faire se peut pour des logiciels et également pour des bouquins peut être ?

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

      Posté par . Évalué à 2.

      > les moteurs de recherche ramassent tout dès qu'un lien apparaît [...]
      > dans une boîte mail.

      Tu peux développer ce point stp?
      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

        Posté par . Évalué à 3.

        J'imagine qu'il parle de l'interface gmail, google est notre ami, etc…

        Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

        Posté par . Évalué à 4.

        J'ai plusieurs fois eu, dans mes logs, des visites venant du bot de bing sur des urls postées uniquement dans des mails. D'où l'inférence que microsoft scanne les url dans les messages des boîtes hotmail.
        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

          Posté par . Évalué à 5.

          oh, il y a aussi la "protection anti-fraude" activée par défaut dans Firefox, Chrome, Opera et autres, la liste des urls que tu visites est transmise en temps réel à euh un prestataire de services de vérification d'URLs. Google pour la plupart


          oui, ça sent le cul.
          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Non.

            Mozilla télécharge une liste noire depuis Google, mais n'envoie pas tes URLs à Google. La vérification est faite localement. Sauf quand tu vas sur un site de la liste noire : là, Google est mis au courant.

            There are two times when Firefox will communicate with Mozilla’s partners while using Phishing and Malware Protection. The first is during the regular updates to the lists of reporting phishing and malware sites. No information about you or the sites you visit is communicated during list updates. The second is in the event that you encounter a reported phishing or malware site. Before blocking the site, Firefox will request a double-check to ensure that the reported site has not been removed from the list since your last update. In both cases, existing cookies you have from google.com, our list provider, may also be sent.

            http://www.mozilla.com/en-US/firefox/phishing-protection/
        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Tu vas un peu vite. C'est peut-être aussi internet explorer qui partage cette info.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Et je ne vois pas pourquoi quelque chose que tout le monde considère comme normal resterait longtemps illégal.

      Il a longtemps été considérer comme normal de conduire sous l'influence de l'alcool (au-dessus de la limite légale) et c'est encore considéré comme tel par une grosse minorité. Pourtant c'est devenu illégal et ça l'est toujours.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

        Posté par . Évalué à 1.

        D'où la phrase qui suit: Sauf si notre cher gouvernement réussit à inverser la tendance avec ses lois.

        Et si j'en doute, c'est parce que si les dangers de l'alcool au volant concernent tout le monde, les dangers du piratage ne concernent qu'une minorité d'éditeurs.

        Les profs en fac, par exemple, ont généralement plutôt intérêt à voir leurs bouquins diffusés et à pouvoir réutiliser ceux des autres. Et ils ont déjà des revenus hors édition, ne sont pas financièrement pieds et mains liés à leurs éditeurs.

        Pour la musique comme les bouquins, les consommateurs ont intérêt à pouvoir écouter/lire ce qu'ils veulent au prix le moins cher, et les producteurs (qui sont généralement de gros consommateurs à la base) ont intérêt en plus à réutiliser ce qu'ils veulent le plus librement possible.

        Seuls ceux qui ont un intérêt direct à monopoliser le marché ont intérêt à verrouiller et la diffusion et la réutilisation des œuvres. Je ne pense pas que numériquement ils soient majoritaires. Donc à long terme, je ne suis pas sûr qu'ils gagnent.
        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Légaliser le piratage ?
          Vous voulez dire légaliser le non respect des contrats ?

          Vous imaginez le piratage légal ?
          Si j'utilise une de vos créations (texte, musique, script, ...) contre votre volonté, n'essayez pas d'obtenir réparation, car c'est du piratage, c'est légal !

          Pour moi, légaliser le piratage, c'est envoyer le message à la société "faites ce que vous voulez égoïstement, sans vous soucier des implications, des potentielles victimes, des personnes lésées", des autres finalement. Et surtout du point de vue du créateur "n'espérez pas de protection ou de droits sur vos créations, ça n'a plus de valeur légale"

          Je ne suis pas sûr que ça ne concerne "qu'une minorité d'éditeurs" !
          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Rien de terrible à légaliser le partage d'œuvres, c'est même ce qui existe par défaut avant que quelques lois ne l'interdisent.

            Avoir du respect pour ces lois, c'est avoir du respect pour l'imposition de monopoles économiques et de la répression de la liberté d'expression sous le motif fallacieux de la « défense » de l'auteur.

            Vous ne pouvez pas utiliser une œuvre que je publie contre ma volonté, parce que ce que je publie, c'est justement ce que je consent à partager. Vouloir publier sans partager, c'est vouloir contrôler les actes d'autrui à travers ses publication ; c'est une volonté despotique, la plus égoïste et égocentrique qui soit.

            Le message que le droit d'auteur envois c'est « faites d'autrui votre esclave, racketable à souhait, sans vous soucier des implications, des potentielles victimes, des personnes lésées » et surtout « faites le vite avant que l'autre ne le fasse avec vous ».
            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Si tu ôtes toutes les lois, rien de terrible à ce qu'une entreprise distribue un soft basé sur du code GPL sans filer les sources.
              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Personnellement je ne vois pas le problème de violer la GPL si à notre tour on peut violer toutes les licences propriétaires des logiciel qui utilise des bouts en GPL. Si le piratage deviens légal, ça veut dire qu'on aura gagné. Il y aura alors aucun intérêt à faire du closed-source...
                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Il y aura alors aucun intérêt à faire du closed-source...

                  Si, il y aura même plus d'intérêt à le faire puisque ça voudrait dire que n'importe qui pourrait utiliser le code qu'il trouve même sous GPL pour en faire un logiciel propriétaire. Ça ne motiverait certainement les développeurs qui utilise la GPL mais ne veulent pas de la BSD à diffuser leur code puisque ça reviendrait à tout diffuser sous WTFPL.

                  « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Non, parce qu'avec le droit d'auteur et la WTFPL tu peux interdire la rétro-ingénierie, ou même certains usage de l'œuvre résultante dans laquelle tu inclus tout ou partie de celle sous WTFPL.
                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Si tout le monde peut violer les licence, il n'y a plus de droit d'auteur. On fait ce que tu veux avec le code diffusé, même celui sous GPL.

                      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                Non rien de terrible effectivement. Et en plus l'entreprise en question ne peut alors pas légalement t'interdire de modifier et redistribuer des copies du logiciel qu'il a publié, sous quelque forme que ce soit.
            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Le message que le droit d'auteur envois c'est « faites d'autrui votre esclave, racketable à souhait, sans vous soucier des implications, des potentielles victimes, des personnes lésées » et surtout « faites le vite avant que l'autre ne le fasse avec vous ».

              Esclave, racket, etc. c'est un peu fort. Il ne faut pas oublier que d'une manière générale on a la liberté de ne pas acheter l'oeuvre.
              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Oui, comme windows par exemple.
                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                  Posté par . Évalué à 0.

                  C'est très facile d'éviter windows. Pour le grand public il y a les ordinateurs apple. Il y a aussi des pc linux ou sans os, mais c'est un marché de niche alors il faut chercher un peu : http://doc.ubuntu-fr.org//materiel_assembleur?redirect=1

                  Dans les smartphones aussi on peut très facilement éviter windows et là le choix pour le grand public est grand.

                  Donc pour le racket, la comparaison est abusive parcequ'il y a bien un consentement à acheter windows. Et l'esclavage c'est hors sujet.
                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    C'est surtout au point de vue des portables que le problème se pose.

                    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    Pour le grand public il y a les ordinateurs apple.

                    Pour éviter le sandwich au caca il faut acheter la poire à lavement ? On ne peut pas acheter d'ordinateur Apple sans Mac OS.

                    DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Je n'ai jamais utilisé Mac OS, mais je connais des gens qui l'utilisent et qui en sont content. Donc, oui il constitue une alternative à windows.

                      Par ailleurs, pour des besoins courants windows est très bien aussi.

                      Mais je vois que tu as des goûts plus pointus. À toi je conseillerais linux. Si tu as besoin qu'on assemble le pc à ta place, je te propose de t'adresser aux petits assembleurs qui offrent ce service.

                      Tu vois, le choix existe. Pas de racket, pas d'esclavage, ni rien d'horrible en fait.
                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Apple rembourse sans broncher macos apres achat. Et ce depuis des annnees.

                      Pour quelqu'un qui hait autant apple que toi, t'as pas l'air de t'etre beaucoup renseigne.

                      If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par . Évalué à 3.

            >Vous voulez dire légaliser le non respect des contrats ?

            Au départ non, même si c'est ce que plusieurs ont compris. Je voulais au départ dire que l'on pourrait appliquer par défaut des licences permissives à toutes les nouvelles créations.

            Ainsi, toute œuvre qui est publiée est par défaut rediffusable et remodifiable légalement, et il faudrait spécifier explicitement que l'on souhaite interdire la rediffusion ou des modifications.

            Pour l'instant la loi, par défaut, ne permet pas de rediffuser à ma guise ou de modifier comme il me plaît pour la republier une œuvre quelconque, à moins que je ne me trompe.

            Je n'entends pas nier la possibilité d'édicter des licences contraignantes, mais rendre la licence par défaut plus souple.

            La formule "légaliser le piratage" est un peu pompeuse, trompeuse. Elle veut dire: rendre ce qui est appelé piratage aujourd'hui légal par défaut, illégal sur spécification expresse. J'entends que c'est le contraire aujourd'hui.

            Ce serait les majors qui devraient créer leur "copyleft" et non plus les libristes, de ce point de vue.

            Et je pense de fait qu'une telle situation désavantagerait en priorité ces mêmes majors.
            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

              Posté par . Évalué à 5.

              Non ca désavantagerait toute personne qui créé. La loi est très bien comme elle est. Il est normal que le créateur ait la pleine jouissance de son travail. Libre à lui de la diffuser selon les termes de son choix.

              C'est quoi cette idée de dictature des consommateurs sur les producteurs ? Tu trouverais normal que toute personne qui sent l'odeur du gâteau que tu es en train de faire rentrer chez toi et décide qu'il a le droit d'en prendre unilatéralement ? Tu peux décider de l'offrir à quiconque, à tes amis, de te le bouffer tout seul ou de faire payer les parts. La décision t'appartient. Je ne vois pas en quoi permettre à tout le monde de faire n'importe quoi fait évoluer les choses dans le bon sens.

              Je ne vois pas de problème avec la situation actuelle. Si tu n'es pas d'accord avec les termes d'un contrat tu passes ton chemin et tu vas voir plus loin quelque chose qui te convient mieux.
              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par . Évalué à 3.

                >C'est quoi cette idée de dictature des consommateurs sur les producteurs ?

                Il n'y a de dictature nulle part. Tout de suite les grands mots. Des rapports de force je veux bien. Et je peux aussi trouver ceux actuellement en place déséquilibrés, et penser que la loi n'y est pas étrangère dans la manière dont elle régule la propriété intellectuelle.

                >gâteau [...] il a le droit d'en prendre unilatéralement

                Un gâteau ne peut pas être reproduit pour peanuts sur une clé usb. Un texte ou un morceau de musique oui. Ça fait une grande différence quand à la rivalité de la propriété. On peut trouver que réguler comme des biens rivaux ce qui n'en est à peu près pas est une mauvaise idée.
                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Dictature: 2. FIG. Influence extrême de qqch, d'un groupe, d'une personne

                  Le concept est bien là puisque tu dis toi même: "Je ne pense pas que numériquement ils soient majoritaires. Donc à long terme, je ne suis pas sûr qu'ils gagnent. ".


                  Autrement dis moi, ca te dirait de démissionner demain pour devenir écrivain en mettant toutes tes œuvres dans le domaine public ? Histoire de montrer l'exemple un peu.
                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par . Évalué à 1.

                    >Je ne pense pas que numériquement ils soient majoritaires. Donc à long terme, je ne suis pas sûr qu'ils gagnent

                    Remarque les modalisateurs, du style "je ne pense pas" et "je ne suis pas sûr". Il y a une différence entre ma phrase et :

                    Numériquement ils sont inférieurs. Donc ils perdront.

                    Vu que dans ta définition l'important est le côté extrême, et que je ne décrivais pas la situation comme "extrême", je ne vois toujours pas où est la dictature. Ou alors tous les rapports de force sont extrêmes par définition ?

                    Sinon:
                    >Autrement dis moi, ca te dirait de démissionner demain pour devenir écrivain en mettant toutes tes œuvres dans le domaine public ? Histoire de montrer l'exemple un peu.

                    Je te remercie toujours pour ton amabilité. Ton ton est un peu lourd tu sais. Merci de ne pas m'attaquer directement.

                    Et concrètement, avec ce que je dis, rien n'empêche qui que ce soit de continuer à fonctionner comme aujourd'hui. Que les licences par défaut soient souples n'empêche pas pour autant de mettre des licences plus rigides.
                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Et concrètement, avec ce que je dis, rien n'empêche qui que ce soit de continuer à fonctionner comme aujourd'hui. Que les licences par défaut soient souples n'empêche pas pour autant de mettre des licences plus rigides.

                      Alors ton changement ne fait qu'une chose: exploiter les erreurs ou les créateurs peu informés.

                      Actuellement tu peux contacter un auteur pour lui demander de placer son travail sous licence libre. Il suffit d'envoyer un mail, une lettre ou de décrocher son téléphone. Si il ne le fait pas, c'est que ca ne correspond pas à sa volonté. Pourquoi cela changerait magiquement avec ce que tu proposes ?
                      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        D'une part, tu oublies que lorsqu'il y a un paramètre par défaut, peu le change. Les gens ont plutôt tendance à présumer que c'est sans doute déjà bon comme ça.

                        Ensuite, d'une part, contacter les auteurs, concrètement parlant, ça n'est pas toujours facile, voir impossible parfois. Il suffit de... c'est vite dit.

                        D'autre part les pratiques en milieu universitaire sont pour l'instant assez ambivalentes. Certains sont toujours très contents quand on leur demande si on peut rediffuser ou réutiliser leur travail. D'autres ont l'impression qu'on cherche à leur extorquer quelque chose. Ils ont surtout peur qu'on leur fasse dire n'importe quoi je pense.

                        Et ce que je disais à propos de la légalisation du piratage, c'est que de toute manière, les pratiques actuelles pour ma fac ou youtube ont tendance à rendre le piratage normal, et que les auteurs ont tendance à ne pas sanctionner ce piratage.

                        Dans ma fac, nombreux sont les textes réutilisés à droite ou à gauche, illégalement la plupart du temps, avec l'encouragement des profs, exactement comme les logiciels crackés plus haut. Des licences plus souples par défaut rendrait tout ça plus légal.

                        Et puis sinon, je ne pense pas que magiquement la situation va s'améliorer. Mais je dis que les usages d'Internet ont tendance à favoriser le partage. C'est vrai à l'intérieur des milieux universitaires comme avec les millions de vidéos sur Youtube. Et je pense qu'il serait mieux que le droit encourage ce partage, en le rendant légal par défaut, que le contraire.

                        Dans ta perspective, j'imagine que tu considères, à juste titre, que j'essaye de spolier les auteurs de leurs droits naturels sur leurs œuvres. Puisque les auteurs n'auraient pas plus par défaut tous leurs droits sur leurs œuvres. Mais d'une part, avec les exceptions pour copie privée qui ont pu être pratiquées, c'était déjà partiellement le cas. Ensuite je n'interdis à personne d'être plus restrictif que ce qui est promu.
                        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Désolé pour les adverbes mal placés:
                          -le premier point est la première phrase.
                          -le deuxième point va de Ensuite avec 1 d'une part 2 d'autre part, suivi d'un rappel puis d'un exemple, jusqu'à légal
                          -le troisième est l'avant dernier §
                          -le quatrième est le dernier §
                        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          D'une part, tu oublies que lorsqu'il y a un paramètre par défaut, peu le change. Les gens ont plutôt tendance à présumer que c'est sans doute déjà bon comme ça.

                          C'est pour ça que par défaut, c'est le plus restrictif, pour éviter que les gens n'autorisent n'importe quoi sur leur création sans le savoir. Le but c'est justement qu'ils s'informent pour qu'ils puissent diffuser leur création comme ils ont envie.

                          D'autres ont l'impression qu'on cherche à leur extorquer quelque chose. Ils ont surtout peur qu'on leur fasse dire n'importe quoi je pense.

                          Donc, tu veux leur forcer la main en mettant par défaut quelque chose qu'ils ne veulent pas vraiment parce que ça t'arrange.

                          avec l'encouragement des profs,

                          Mais pas des auteurs.

                          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                            Posté par . Évalué à 1.

                            >les gens n'autorisent n'importe quoi sur leur création sans le savoir

                            À mon avis, ça serait préférable. Bien sûr, ça n'est que mon avis.

                            >tu veux leur forcer la main en mettant par défaut quelque chose qu'ils ne veulent pas vraiment parce que ça t'arrange.

                            En fait, oui. Enfin, pas je veux, mais je préférerais, je ne suis pas encore dictateur ;)

                            Mais bon, j'aurais tendance à penser que ce qui m'arrange les arrange aussi en même temps, je n'ai donc pas tellement l'impression de les escroquer.
                            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              À mon avis, ça serait préférable. Bien sûr, ça n'est que mon avis.

                              Ça permet de protéger les gens qu'un éditeur ne publie un livre avec le manuscrit qu'ils leur ont envoyer sans qu'ils n'ait rien besoin de faire, ça fait déjà beaucoup.

                              Mais bon, j'aurais tendance à penser que ce qui m'arrange les arrange aussi en même temps, je n'ai donc pas tellement l'impression de les escroquer.

                              Pas forcément, tu penses qu'ils ont forcément besoin des autres créations, ce qui n'est pas toujours le cas.

                              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                >Ça permet de protéger les gens qu'un éditeur ne publie un livre avec le manuscrit qu'ils leur ont envoyer sans qu'ils n'ait rien besoin de faire, ça fait déjà beaucoup.

                                Sûr, c'est un avantage. Tout est une question de priorité après.

                                >Pas forcément, tu penses qu'ils ont forcément besoin des autres créations, ce qui n'est pas toujours le cas.

                                Directement, non. Mais indirectement à mon avis, si, forcément. La création passe forcément par la réappropriation je pense. Je n'imagine pas un auteur qui ne publie quelque œuvre que ce soit sans avoir eu accès à d'autres œuvres avant, pour former son goût ou sa technique surtout.

                                C'est pour ça que je pense que faciliter la diffusion et la modification, c'est faciliter la création. Au moins indirectement.
                            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Tu sais que le monde ne se résume pas à tes besoins et ton monde universitaire ? Le problème est un peu plus général que ca. En fait tu veux un truc par ce que toi ca t'arrange. Tu n'imagines pas un instant que les autres puisses avoir d'autres besoins ou simplement d'autres envies. Et j'ai même l'impression qu'en fait tu n'es pas du tout impacté par ce que tu demandes, que tu ne dépends absolument pas de tes créations. Tu veux juste un confort pour toi.

                              Et Franchement si ton problème se pose sur des manuscrits scientifiques, j'ai envie de dire que ca doit juste être les auteurs les plus facile à retrouver et à recontacter. Si tu veux vraiment avoir une licence libre de leur travail, décroche ton téléphone ils te diront oui ou non. Pas besoin de leur forcer la main.
                              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                >Tu sais que le monde ne se résume pas à tes besoins et ton monde universitaire ET Tu veux juste un confort pour toi.

                                Merde. J'essaye d'argumenter en général, tu me rabâches que je suis égoïste, point c'est tout. J'ai déjà vu plus constructif.
                                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Et désolé pour l'injure. Mais je n'ai pas fondamentalement l'impression d'être égoïste en défendant par exemple des CC-BY-SA-NC ou des CC-BY par défaut pour toutes les nouvelles productions. Encore désolé.
                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Et je peux aussi trouver ceux actuellement en place déséquilibrés

                  Dans quel sens? Il ne faut pas oublier que le créateur a besoin de bouffer. Le consommateur peut se passer de la création. Le rapport de force est en faveur du consommateur en cas de bras de fer: qu'ils arrêtent de créer, qu'on arrête de les financer, et ce sont les auteurs qui abandonneront en premier.

                  Partant de là, la situation actuelle ne peut qu'être "juste", dans le sens où l'offre (en termes de licences et de prix) correspond à ce que le consommateur est prêt à accepter.

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    1) La situation est déséquilibrée car elle incite les éditeurs à réclamer de manière indue le contrôle des ordinateurs de leurs clients.

                    Si tu veux contrôler la reproduction et la modification des œuvres numérisées, il faut nécessairement verrouiller les ordinateurs des clients pour qu'ils soient au moins en partie dépossédés de la gestion de ce qui leur appartient.

                    2) La situation est aussi déséquilibrée car elle ne permet pas au tout venant de diffuser facilement et rapidement des idées par Internet.

                    Par exemple en milieu universitaire, où on n'arrive pas à joindre les masterisants d'il y a 10 ans et où de fait la plupart des auteurs ne licencient pas leurs travaux, mais sont très contents quand on les diffuse ou réutilise à des fins de recherche et pas de commercialisation, ça pourrait être pratique.

                    La solution est ce que dit neCua6nahS juste au dessus pour les milieux universitaires, mais cette solution me paraît a priori valable pour d'autres milieux aussi.
                    ------
                    Voilà deux points pour lesquels il me semble qu'on peut trouver la situation déséquilibrée: elle encourage le verrouillage par défaut des ordinateurs, et freine la diffusion et réutilisation des idées, partant les inventions et innovations.

                    Sinon, pour le fait que les auteurs doivent bouffer, j'ai pas dit le contraire, et je n'interdis à personne de vivre de ses textes dans ce que je dis, malgré la déclaration un peu pompeuse de "légaliser le piratage". La réponse est la même qu'à cykl.

                    Mais pour au moins une partie des auteurs de ce pays, qui trouvent l'essentiel de leurs ressources ailleurs que dans la diffusion numérique de leurs œuvres, je ne pense pas que ça poserait beaucoup de soucis.
                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Si tu veux contrôler la reproduction et la modification des œuvres numérisées,

                      Ça ne changera rien au problème, les sociétés qui veulent verrouillés les ordinateurs choisiront quand même une licence très restrictive, même si ce n'est pas celle qui est proposée par défaut.

                      ça pourrait être pratique.

                      Il suffit de mieux informer les gens, si c'est vraiment ce qu'ils veulent, ils le placeront sous une licence qui le permet.

                      Mais pour au moins une partie des auteurs de ce pays, qui trouvent l'essentiel de leurs ressources ailleurs que dans la diffusion numérique de leurs œuvres, je ne pense pas que ça poserait beaucoup de soucis.

                      Encore une fois, il suffit de les informer, si c'est ce qu'ils veulent, plein de documents sous licence libre jailliront de partout. Mais je pense que tu idéalise beaucoup la chose. Beaucoup de gens préfère la situation actuel par peur de perdre le contrôle sur leur création et ne vondront jamais changer pour une licence plus permissive.

                      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        > Je pense que tu idéalise beaucoup la chose. Beaucoup de gens préfère la situation actuel par peur de perdre le contrôle sur leur création et ne voudront jamais changer pour une licence plus permissive.

                        En fait je suis d'accord avec toi. Mais bon, je ne peux m'empêcher de penser que cette peur de perte du contrôle n'est pas une bonne idée. Ça entrave les possibles formes de coopération plutôt qu'autre chose à mon avis. C'est se mettre mutuellement des bâtons dans les roues autrement dit.
                        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Mais bon, je ne peux m'empêcher de penser que cette peur de perte du contrôle n'est pas une bonne idée.

                          Là je suis d'accord avec toi mais je ne vois pas de meilleur méthode qui éviterait que des milliers de gens se fassent lésé parce qu'ils ont oublié de taper une licence de manière impossible à coutourner sur leur livre.

                          Il ne faut pas oublier que le système actuel fonctionne, pour les licences plus permissive, grâce à cette licence restrictive par défaut. Cela veut dire que si tu dis que tu n'avais pas vu la licence, tu n'avais aucun droit de diffuser le contenu. Autrement, il suffirait de dire que la licence restrictive était bien cachée et tu ne l'a pas vue.

                          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Les personnes favorables aux monopoles sur l'information sont moins nombreuses que le public (ce qui facilite l'organisation des actions) et ont elles rien d'autre à foutre de leur journée que militer au renforcement de ces monopoles dans le temps, l'espace et la répression en cas d'infraction.

                    Le public lui à déjà plein d'autres charognards à gérer de toutes part.

                    L'auteur à besoin de manger c'est vrai. Mais c'est aussi le cas du SDF en bas de notre rue et de nous-même.

                    Le fait de pouvoir manger ne dépend pas de ce qu'un auteur produit, puisqu'il ne produit rien de comestible, mais de la production et de la répartition des aliments.

                    On ne résout pas les inégalité en défendant celles qui nous sont favorable. On ne se débarrasse pas de la pauvreté en la jetant à la face de l'autre.
              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                C'est quoi cette idée de dictature du concepteur d'œuvres sur le public ?

                Je trouverait parfaitement normal que, exposant mon gâteau qui sent bon sur une place publique, les passants décident d'utiliser leur duplicateur de gâteau pour dupliquer celui que je présente et manger une part du duplicata qu'ils viennent de créer.

                En effet ton analogie est erroné.

                Tout d'abord tu supputes une introduction dans une lieu privé afin de dérober l'objet convoité. Or la plupart du temps, c'est le concepteur lui-même qui vient planter le dit objet sous le nez du passant en pleine sphère public. Bien sûr l'introduction illégitime sur un serveur privé existe, mais c'est une autre problématique et la mélanger avec notre sujet est fallacieux.

                Ensuite tu supputes que le passant dérobe un objet, ce qui est faux. Si on dérobe un objet, on en dérobe l'exclusivité. Or on ne dérobe généralement pas des œuvres numériques, on les duplique. Beaucoup de gens ont acheté des machines qui font cela automatiquement.

                Ce que les gens dérobent en revanche, c'est le monopole d'exploitation. Ce que les gens dérobent, c'est l'inégalité face à l'œuvre. Ce que les gens volent, c'est un moyen de monopoliser d'autres objets qui ne sont eux pas encore aisément duplicables. Ce que les gens volent ainsi, c'est la réalisation d'une politique d'inégalité de l'accès à des ressources pourtant suffisantes pour tous.
        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Les profs en fac, par exemple, ont généralement plutôt intérêt à voir leurs bouquins diffusés et à pouvoir réutiliser ceux des autres. Et ils ont déjà des revenus hors édition, ne sont pas financièrement pieds et mains liés à leurs éditeurs.
          Ben qu'ils publient sous licence libre ou de libre diffusion, alors!


          C'est dingue ça, on a, depuis une vingtaine d'années (à la louche), des licences qui permettent la réutilisation du travail.Je ne vois pas l'intérêt de légaliser le "piratage" alors qu'il existe déjà tout un arsenal de licence qui garantissent justement les libertés dont le "pirate" s'empare de force.

          "Viens ici, c'est gratuit et tu peux entrer avec tes baskets!
          - naaaan, j'préfère entrer de force là où on veut me faire payer et où j'ai pas le droit d'aller".

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Sauf que pendant une évaluation, si tu réponds que tu as mis 15 pdf sous licences libres sur ta page web, l'évaluateur rigole et te fout la pire évaluation de ta vie, et après bye bye les financements pour produire 1 pdf de plus. Par contre, si tu as soumis les mêmes pdf à une revue reconnue, qui pour certaines d'entre elles demandent une cession complète des droits, tu as une bonne éval.

            C'est un peu comme si tu demandais à tous les programmeurs de sortir leur code sur leur page web sous gpl, assez vite leur employeur tiquerait je pense, vu que c'est pas pour ça qu'ils sont payés. C'est en train de changer lentement auprès des chercheurs et des revues, mais la science avance à son rythme, les structures ne peuvent pas être chamboulées du jour au lendemain (du moins, plus que ce qu'elles ne le sont déjà si tu veux garder un minimum de production scientifique).
            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Sauf que pendant une évaluation, si tu réponds que tu as mis 15 pdf sous licences libres sur ta page web, l'évaluateur rigole et te fout la pire évaluation de ta vie, et après bye bye les financements pour produire 1 pdf de plus.

              Mettre sous licence libre n'implique pas de le diffuser sur une page web ! Tu peux le mettre sous licence libre, attendre la publication et ensuite le diffuser (quelques mois après ?).

              ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

        • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

          Posté par . Évalué à 8.

          T'es qui pour décider des intérêts et des souhaits d'autrui ?

          Les gens font des choix, je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas les respecter. C'est paradoxal de voir les mêmes gens faire leurs pleureuses quand quelqu'un ne respecte pas la GPL et expliquer qu'il est normal de ne pas respecter les licences des autres par ce qu'ils font de "mauvais choix".

          J'aimerai bien pouvoir appliquer ton comportement sur ton travail et sur ta vie.
          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Personnellement je pense que la GPL n'est qu'un palliatif à l'existence de monopoles sur l'information, aussi ça ne me paraît pas paradoxal d'encenser la première en dénigrant la seconde.
            • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              La GPL existe grâce à ce droit d'auteur. C'est parce que le droit d'auteur existe que la GPL peut obliger à publier les modifications. C'est aussi grâce au droit d'auteur que la BSD peut obliger à citer l'auteur original dans les sources. Sans le droit d'auteur cela revient à tout publier dans une licence équivalente au domaine public et n'importe qui pourra se servir dans le code qui existe pour un programme sans redistribuer les sources.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                Posté par . Évalué à 4.

                > Sans le droit d'auteur cela revient à tout publier dans une licence équivalente au domaine public et n'importe qui pourra se servir dans le code qui existe pour un programme sans redistribuer les sources.

                Et ça n'est pas idéal comme situation ? Du point de vue de la liberté de circulation ou de modification des œuvres, il me semble que oui.
                • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Pas vraiment, je préfère la vision GPL que domaine public pour une licence, c'est-à-dire que si l'auteur

                  Du point de vue de la liberté de circulation ou de modification des œuvres, il me semble que oui.

                  Non, ça veut dire que tout ceux qui font du code sous GPL devront choisir entre ne plus diffuser leur source et une licence de type WTFPL. Je suis sûr que ça ferra beaucoup moins de code disponible au final.

                  « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                  • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Non, ça voudrait dire ne pas avoir de licence à choisir. Les gens auront toujours le choix entre ne rien publier, publier les sources, ou publier les binaires.
                    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

                      Posté par . Évalué à 5.

                      Oui, mais un avantage de la GPL est qu'elle force à redistribuer les modifications dans certains cas.

                      Et c'est vraisemblable que c'est justement cette garantie qui motive et les contributeurs qui savent qu'on ne pourra pas les spolier de leurs modifications, et les détenteurs des droits qui se disent que les forks devront aussi publier leur code.

                      La GPL impose des contraintes, mais on peut les trouver vertueuses. Et ces contraintes vertueuses sont impossibles dans un monde où elles sont interdites.

                      On risque alors de retrouver avec une jungle sans règles vertueuses, uniquement avec les intérêts individuels, ce qui n'est pas forcément bénéfique.
          • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

            Posté par . Évalué à 2.

            >J'aimerai bien pouvoir appliquer ton comportement sur ton travail et sur ta vie.

            En tout cas je n'aimerai pas être aussi aimable que toi dans la vie courante :p

            >T'es qui pour décider des intérêts et des souhaits d'autrui ?
            Monsieur tout le monde. C'est déjà assez pour se permettre d'avoir des opinions sur ce qui se passe autour de moi.

            À part ça je ne comprends pas vraiment ta réponse. Mais tu es bien sûr libre de l'expliquer. J'ai été court, mais je ne pense pas nier la liberté de choix des autres plus que la mienne.
      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

        Posté par . Évalué à 2.

        remarque c'est normal, cette majorité là est devenu minorité par sélection naturelle.

        Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

    • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Tu te fais moinsser, mais je pense que ce que tu cherches à dire pourrait se rapprocher de ce que dit RMS à la base : http://www.gnu.org/philosophy/shouldbefree.html

      Personne ne devrait pouvoir imposer son pouvoir sur quelque chose d'aussi important et "volatile" que le logiciel. Tous les logiciels devraient être libres.

      C'est un peu différent de ta position sur la "légalisation" du piratage, mais c'est une alternative encore plus intéressante : si on obligeait tout le monde à libérer ses sources, tout en autorisant la rémunération mais pas en l'obligeant, le monde serait meilleur ! Bisounours, toussa, ...
      • [^] # Re: Attendre la légalisation du piratage ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Merci beaucoup pour ce lien, où l'auteur prend des chemins auquels je n'avais pas toujours pensé tels quels.

        Tu remarqueras que c'est avec des textes pareils qu'on finit par être traité de communiste, quand bien même ça n'est pas le cas. De fait ce qu'il dit ne peut s'appliquer qu'à de l' "immatériel" autrement dit du numériquement reproductible. Les communistes veulent collectiviser tous les biens, quand bien même ceux-là seraient difficiles à partager.

        Une idée similaire à lui que j'avais en tête est le "psychosocial harm" du logiciel propriétaire:
        Signing a typical software license agreement means betraying your neighbor: “I promise to deprive my neighbor of this program so that I can have a copy for myself. suivi de Many users unconsciously recognize the wrong of refusing to share, so they decide to ignore the licenses and laws, and share programs anyway.

        On peut de là dire que la loi est mal faite, si elle s'oppose aux usages "naturels" sans apporter d'avantages flagrants, plutôt au contraire. Enfin dans ce fil de discussion j'ai plutôt eu des arguments qui me montraient que la loi était bien faite. Ça a pu me surprendre, car la loi actuelle ne me paraît vraiment pas en faveur du partage des biens immatériels.

        Mais en fait, on peut penser que plus la propriété intellectuelle est étendue et rigide, plus les licences copyleft sont puissantes, puisque la puissance des licences copyleft s'appuye sur celle des lois sur la PI.

        En conclusion, ça n'est pas simple comme sujet et merci pour le lien.
  • # apporter sa brique à l'édifice

    Posté par . Évalué à 6.

    Alors, que faire, à mon niveau, pour tenter d'améliorer la situation?

    Le plus constructif est de prendre la compétence que tu maitrises le mieux et de faire un petit projet libre qui devient incontournable dans sa niche.

    Le but est de faire qqch qui n'est pas chronophage, que tu maitrises pour que des trucs qui marchotent à coté ne soit pas meilleurs et suffisamment petit pour que tu puisses corriger les bugs que l'on te soumets à un bon rythme. Et surtout ne compte pas attirer de codeurs tant que ton projet ne fait pas quelques choses de vraiment utile à d'autres personnes.

    "La première sécurité est la liberté"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.