BleachBit 2.2 est disponible

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Benoît Sibaud et Davy Defaud. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa.
Tags :
43
4
avr.
2019
Bureautique

BleachBit est principalement un utilitaire de nettoyage de disque et, dans une certaine mesure (effet de bord de sa principale fonctionnalité), de protection de la vie privée et d’optimisation. Disponible depuis 2008, initialement sous GNU/Linux, il est désormais multi‐plate‐forme : Windows, mais aussi Blackberry (oui !) et macOS (en ligne de commande cependant).
logo BleachBit
Profitons de la sortie de la version 2.2, le 20 mars 2019, pour faire le point sur ses principales fonctionnalités et nouveautés.

Principales fonctionnalités

Comme indiqué en introduction, BleachBit est un utilitaire qui va vous permettre de faire du ménage sur votre disque, que ce soit parmi des fichiers (devenus) inutiles, volumineux, tout petits (comme les cookies), fragmentés, etc. On le compare souvent à CCleaner sous Windows. Cependant, ce dernier est propriétaire et les pratiques de son éditeur ont laissé à désirer récemment (fenêtres surgissantes intempestives, installation conjointe de programmes non désirés). Il est donc temps de constater (pour les windowsiens) que BleachBit peut faire aussi bien, voire mieux, malgré une interface que l’on pourrait qualifier de moins attractive (et encore, elle est bien plus simple d’approche à mon humble avis).

Beaucoup de logiciels sont pris en charge pour le nettoyage de leurs fichiers, avec chacun une granularité qui lui est propre (fichier temporaires, cache, journaux, cookies, compactage/défragmentation des bases de données embarquées de type SQLite, etc.). Ci‐dessous une liste non exhaustive, sachant que de nombreux peuvent être ajoutés via le dépôt CleanerML, qui vous permet aussi de spécifier votre propre logiciel si vous le souhaitez :

Adobe Reader, aMSN, aMule, APT, Audacious, Bash, Beagle, Chromium, Downloader for X, Deep scan, EasyTAG, ELinks, emesene, Epiphany, Evolution, Exaile, Filezilla, Firefox, Flash, gedit, gFTP, GIMP, GL-117, GNOME, Google Chrome, Google Earth, Google Toolbar, gPodder, Gwenview, HexChat, Hippo OpenSim Viewer, Java, journald, KDE, Konqueror, LibreOffice, Liferea, Links 2, Localizations, Midnight Commander, Miro, Nautilus, Nexuiz by Alientrap Games, Octave, Opera, Pidgin, RealPlayer, Recoll, Rhythmbox, Screenlets, SeaMonkey, Second Life Viewer, Skype, sqlite3, Thumbnails, Thunderbird, Transmission, Tremulous, VIM, VLC media player, Vuze / Azureus, Warzone2100, Waterfox, WINE, winetricks, X11, Xine, yum…

D’autres nettoyeurs plus spécifiques au système d’exploitation :

  • swap Linux ;
  • liens cassés ;
  • l10n non utilisées ;
  • caches des packages pour APT et YUM ;
  • les fichiers Thumbs.db et .DS_Store propres à Windows et macOS respectivement ;
  • clés de registre Windows inutiles ou liées à la vie privée (fichiers récents par exemple).

Il est aussi capable aussi de faire du nettoyage plus lié à la vie privée que le simple gain de place pour certains des logiciels précités, qu’ils soient dans des fichiers .ini, JSON ou des bases SQLite :

  • cookies ;
  • fichiers récents ;
  • etc.

Le nettoyage peut être simple, mais aussi sécurisé (réécritures successives notamment) afin d’empêcher toute récupération ultérieure. Il peut aussi surcharger l’espace libre pour s’assurer que des fichiers précédemment détruits ne soient pas récupérables.

Tout cela, bien sûr, sans pub, ni malware, ni bundle toxique, traduit en soixante‐quatre langues, libre, gratuit, en mode installation classique, PortableApps ou ligne de commande, si souhaité. Que demander de mieux ?

Capture d’écran BleachBit sous Trisquel

Nouveautés de la version 2.2

Outre les traditionnelles corrections de bogues, cette version 2.2, sortie fin mars dernier, apporte parmi les nouveautés suivantes :

  • principalement des améliorations significatives concernant :
    • la vitesse de démarrage,
    • le nettoyage de Chromium et donc Chrome,
    • le nettoyage de Firefox,
    • le nettoyage d’aMule (encore des utilisateurs ?) ;
  • la prise en charge du fichier Winapp2.ini, qui permet d’ajouter des capacités de nettoyages augmentées, sous Windows uniquement ; les pauvres en ont vraiment besoin (oui, c’est gratuit — ou presque) ;
  • la prise en charge de Waterfox ;
  • et pour les linuxiens au poil soyeux :
    • des paquets pour Fedora 28, Ubuntu 18.04 et 18.10,
    • plus d’emplacements à nettoyer.

La liste complète sur la page d’annonce.

Le Turfu

Parmi les priorités affichées, la mise à jour de la pile technologique utilisée pour construire l’outil :

  • passage de GTK+ de la version 2 à la 3 ;
  • ensuite passage de Python 2.7 vers Python 3.

Cette transition terminée, GTK+ 2 et Python 2 ne seront plus pris en charge et par effet de bord, Windows XP aussi (mais qui l’utilise icitte ?).

Aller plus loin

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.