Guerre des Mondes à la sauce Spielberg

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
Tags :
0
4
juil.
2005
Cinema
Sorti le 29 juin 2005 dans le monde entier, « La Guerre des Mondes » est l'adaptation par Steven Spielberg du roman de H. G. Wells publié en 1898.

Grosse production américaine, avec Tom Cruise à l'affiche, le film évite malgré tout avec brio les écueils de bon nombre de ses prédécesseurs à grand spectacle, en ne donnant ni dans la toute-puissante Amérique en sauveur du monde, ni dans la débauche d'effet spéciaux appliqués sans imagination à un scénario poussif.

Spielberg nous livre ainsi un film où l'humanité est reléguée au rang de spectateur de son propre désastre, avec un Tom Cruise incarnant le loser américain moyen, qui n'a comme berceuse à offrir à sa fille qu'une chanson vantant les mérites de son beau coupé noir, apparemment son unique centre d'intérêt dans la vie. Le film retrace avec fidélité l'histoire du roman de Wells, qui met en scène l'invasion brutale de la Terre entière par des extra-terrestres, qui se mettent immédiatement à assassiner avec méthode tous les humains à portée de laser.

Le scénario choisit de déplacer l'essentiel de l'action de la campagne londonienne de la fin du 19ème siècle, vers la région de New-York d'aujourd'hui. L'adaptation au mode de vie de notre époque est bien ficelée, et le désarroi complet de la population remarquablement bien mis en scène. Les effets spéciaux se mettent parfaitement au service du scénario, et on se retrouve à prendre peur aux côtés des personnages du film face aux gigantesques machines froides et précises des envahisseurs. L'humanité entière subit un exode sans but précis, et personne ne peut la protéger, pas même l'armée américaine, totalement impuissante face à une technologie qui la dépasse complètement.

Au milieu du carnage, Tom Cruise, en père divorcé totalement raté, tente de fuir avec ses enfants qui ne le connaissent presque plus. C'est l'anti-héros, son échec personnel faisant un écho parfait à celui de l'humanité entière.

(ne pas appliquer une transformation rot13 à la partie suivante en italique si vous ne connaissez pas la fin du livre, et ne souhaitez pas la connaître avant de voir le film)

Cbhe svave, gbhgr pbzzr qnaf yr ebzna qr Jryyf, y'uhznavgé qbvg fn fnhirtneqr à har ihytnver onpgéevr. Prggr sva égnvg qéprinagr qnaf yr ebzna, ryyr y'rfg rapber cyhf qnaf yr svyz, crhg-êger cnepr dh'ba n gebc y'unovghqr qrf svyzf zrggnag ra fpèar har ivpgbver uhznvar fhe y'nqirefvgé. Ryyr n cne pbager yr zéevgr q'bsseve har pbuéerapr qnaf yr zrffntr iéuvphyé cne yr svyz : har crgvgr fénapr qr enggencntr à yn frpgvba « uhzvyvgé », snpr à y'neebtnapr qrf ubzzrf.


Le film est une grande réussite. Il enterre sans aucun problème Independance Day, tourné en 1996 et qui aurait été une des raisons pour lesquelles Spielberg n'a pas mené à bien le projet d'adapter La Guerre des Mondes sur grand écran avant aujourd'hui, alors que l'idée mûrissait déjà depuis longtemps. L'aspect visuel, les effets spéciaux, l'ambiance inquiétante, étouffante parfois, la course vaine face aux envahisseurs, tout cela est rendu magistral par un cinéaste qui maîtrise visiblement son sujet. On ne peut s'empêcher de ressentir un malaise face à l'anti-héros Tom Cruise, allant d'échec en échec, finalement sûrement le meilleur vecteur du message du film : nous ne sommes que de minuscules fourmis, et notre prise sur notre avenir pourrait s'avérer bien plus superficielle que nous ne le pensons.

Aller plus loin

  • # Dans un autre genre

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pour ceux qui aiment bien Batman, Batman Begins est amha une réussite.

    Montrant une histoire beaucoup plus sombre (et moins neuneu que les derniers opus sur grand écran), les moyens suivent et les acteurs sont très bons.

    Gotham est plutôt bien rendue, et on se laisse porter par cette préquel de très bonne facture !
    • [^] # Re: Dans un autre genre

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      En même temps, c'était pas bien dur de faire mieux que les deux précédents (Batman & Robin et Batman Forever, je passerai Catwoman charitablement sous silence).

      Je vais me repasser les deux premiers (ceux de Tim Burton) pour me faire une idée du quel je préfère, mais il me semble que l'humour noir qui porte ces deux là rend les films plus sympathiques que le dernier, qui n'est finalement "qu"'un bon film d'action assez classique.
      • [^] # Re: Dans un autre genre

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        >> Je vais me repasser les deux premiers (ceux de Tim Burton) pour me faire une idée du quel je préfère

        je suis sorti du film un peu déçu car y'avait eu des très bonnes critiques un peu partout en disant que c'était terrible et que c'était le meilleur de tous les batman.
        Si on le compare aux derniers films (ceux après tim burton) c'est vrai qu'il n'y a pas photo...mais en même temps c'était dur de faire plus nul que les merdasses comme "batman et robin". Par contre par rapport aux 2 premiers de burton on peut pas vraiment dire que "batman begins" est mieux : il est très différent c'est tout.
        les films de burton étaient exceptionnels pour leur débauche visuelle et leur coté gothique avec beaucoup d'humour au second degré alors que pour batman begins tout est au premier degré et y'a pas d'humour du tout. Un truc cool c'est que l'histoire originale des débuts de batman est hyper-bien respectée avec la formation aux tibet dans le monastère de raz-al-guul. En plus on se rend vraiment compte que bruce wayne n'est qu'un humain normal : il est juste surentrainé et il dispose des gadgets techniques mais ce n'est absolument pas un super-héros avec des pouvoirs.
        donc les principales qualités du film sont : respect de l'histoire + plaisir qu'on prend a voir les débuts de batman et comment il devient ce qu'il est + quelques scènes très belles et emotionnellement très réussies (la scène ou il arrive a vaincre sa peur des chauves-souris et ou il se redresse dans la grotte est magnifique) + une ambiance graphique à la blade runner (pluie et nuit dans un chaos urbain).
        les défauts : ca reste quand même trop hollywwodien pour mon gout avec beaucoup de poncifs qui plombent le film (le gentil noir de service joué par morgan freeman) + la fin hypra-confiture sentimentale avec en plus l'ouverture commerciale vers une suite possible si le film marche bien et rapporte un max (le commissaire qui à la fin trouve la carte du jocker et qui la remet à batman en disant qu'il va falloir enquêter sur ce nouveau criminel) + la formation au tibet qui n'est pas très réaliste à mon gout et dont le récit se déroule beaucoup trop vite (y'a du avoir beaucoup de coupes au montage parceque on sent que c'est juste un survol pour en arriver le plus vite possible aux aventures dans gotham city) + la fille (kathie holmes) qui joue comme un pied.

        Donc au final un film beau visuellement et interessant pour son récit très fidèle de la naissance de batman mais qui aurait pu être mieux si le réalisateur n'avait pas été soumis aux producteurs hollywoodiens (il a prouvé qu'il pouvait faire des films giga-dantesques avec "memento") et qui n'égale pas le chef d'oeuvre de la série qui reste le "batman returns" de tim burton.
        • [^] # Re: Dans un autre genre

          Posté par . Évalué à 3.

          D'accord, les films de Burton sont à dix coudées au dessus. Ils parlent de l'animalité, du destin, de la quête de soi, de la fatalité que chacun en soi porte, non pas comme une marque humaine mais comme une courbe animale vers la mort, la souffrance... Je les ai vu en même temps que je lisais - un tout tout tout tout petit peu - deleuze, et les deleuziens, sur l'animalité que l'on porte en soi, c'était magnifique ça raisonnait/résonnait/Réseaunnait...
          Le dernier est sympathique, bavard, beau, attendu, mais n'a pas la folie bien sûr des deux premiers. Il est même moins charnel, moins senti, que esl Spiderman , qui sont de magnifiques films sur l'adolescence. Mais il se laisse voir, comme un spectacle qui tient ses promesses mais qui est un peu boursouflé. Bref..
        • [^] # Re: Dans un autre genre

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > la fin hypra-confiture sentimentale avec en plus l'ouverture commerciale vers une
          > suite possible si le film marche bien et rapporte un max (le commissaire qui à la fin
          > trouve la carte du jocker et qui la remet à batman en disant qu'il va falloir enquêter
          > sur ce nouveau criminel)


          Originalement, l'histoire a été pensé en trilogie.

          Dans le deuxième épisode, le commissaire Gordon et le procureur Harvey Dent aident Batman à arrêter le Joker. Le troisième film raconte le procès du Joker, dans lequel Harvey Dent se prend de l'acide dans la figure et devient Twoface.

          Christopher Nolan (le réalisateur) aimerait bien que Dick Grayson (Robin) soit intégré.

          Voila le canevas général...

          Christian Bale, Michael Caine, Gary Oldman et Morgan Freeman auraient signé pour trois films. Mais pas Katie Holmes.
          • [^] # Re: Dans un autre genre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            ça a l'air pas mal... sauf pour robin que j'ai jamais pu supporter :-/
            • [^] # Re: Dans un autre genre

              Posté par . Évalué à 3.

              Moi j'adorais le Robin de la série, celui qui se tappait le poing à tout va et sous n'importe quel prétexte. En plus il paraît que l'acteur avait pris la grosse tête. Y avait vraiment pas de raisons.

              Sinon, la batmobile tourne sous linux ? (vous voyez que je suis pas /hs)
            • [^] # Re: Dans un autre genre

              Posté par . Évalué à 2.

              Dans les BD, y'en a déjà eu trois ou quatre, des Robins, généralement dégagés par le Joker...
              S'ils reprennent ça dans le film, tout le monde sera content: Robin est là, et il ceux qui ne l'aiment pas sont quand même content.
    • [^] # Re: Dans un autre genre

      Posté par . Évalué à 1.

      Eh bien moi j'ai été vraiment décu (et ma copine aussi).

      Le seul tiers du film que j'ai apprécié (j'ai pas dit adoré, hein) c'était le tiers central.

      En gros :
      -> il arrive a vaincre toutes ses peurs, puis on lui jette du gaz, et il a peur ... ben ca sert a quoi de vaincre ses peurs alors ?
      -> Il a suivi l'entrainement des ninijas (les noirs, hein, les vrais !) ou on lui a appris les arts martiaux dans les règles de l'art ;-)
      -> l'histoire suit peut-etre fidèle au comic, mais ce qui est dommage, c'est qu'il aurait peut-être pu la rendre aussi fidèle au premier film batman. C'est drole de voir la carte du joker, de préparer les fondations de la batcave (enfin c'est comme ca que je l'ai interprété, peut-etre que je me trompe), mais pour le reste c'est différent de la suite (le joker tue les parents de Keaton) ...
      -> les gens ont peur, ils fuient. Mais quand ils ont batman devant eux, ils lui foncent dessus ....

      Voila quelques uns des griefs ... bref, j'ai trouvé le film inconsistent, incohérent avec lui-même et avec les films (pas les comics) de Tim Burton.
      • [^] # Re: Dans un autre genre

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Tu a oublié la machine a micro-ondes qui fait bouillir l'eau des canalisation mais pas les humains ;)
        • [^] # Re: Dans un autre genre

          Posté par . Évalué à 0.

          Bien vu, y'avait tellement des trucs gros que celui la m'avait échappé (et aussi parce que je l'ai vu en Anglais, et que du coup j'ai pas tout compris)
      • [^] # Re: Dans un autre genre

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        l'histoire suit peut-etre fidèle au comic, mais ce qui est dommage, c'est qu'il aurait peut-être pu la rendre aussi fidèle au premier film batman. C'est drole de voir la carte du joker, de préparer les fondations de la batcave (enfin c'est comme ca que je l'ai interprété, peut-etre que je me trompe), mais pour le reste c'est différent de la suite (le joker tue les parents de Keaton) ...

        Quand un film est pas fidèle à l'oeuvre originale, les gens ralent.
        Quand un film est fidèle à l'oeuvre originale, mais pas au film précédent qui, lui, n'était pas fidèle à l'oeuvre originale, les gens ralent.

        'sont chiants, les gens. Faut se mettre dans la tête que les deux Batman de Burton, malgré toutes leurs qualités, ont été adaptés avec énormément de libertés par rapport au comic-book d'origine. A ce titre, Batman Begins doit être vu comme un film à part, ne se déroulant pas dans la même chronologie que les précédents. Après, la carte du Joker, on la prend soit comme un clin d'oeil au Batman de Burton, soit comme une annonce d'une suite dans la continuité de Batman Begins. Mais reprocher au film de n'avoir pas conservé l'idée que Jack Napier tuait les parents Wayne, c'est reprocher au réalisateur d'avoir choisi de privilégier l'idée d'origine de Bob Kane et pas le choix scénaristique de Burton, c'est ridicule.
        • [^] # Re: Dans un autre genre

          Posté par . Évalué à 0.

          Quand un film est pas fidèle à l'oeuvre originale, les gens ralent.
          Quand un film est fidèle à l'oeuvre originale, mais pas au film précédent qui, lui, n'était pas fidèle à l'oeuvre originale, les gens ralent.


          Bah non : dans le premier cas la moitié rale, et dans le 2ème cas c'est l'autre moitié qui rale ;-)

          Blague mise a part je ne pense pas qu'il soit ridicule d'exprimer son opinion. Après tout elle exprime ce que je ressens, et ce que je ressens est (entre autre) le fruit de mon expérience. Et moi je n'ai pas lu les comics de batman quand j'étais petit, par contre j'ai vu (et adoré) le premier batman.
          Quant à être un film à part les critiques que j'avais lu disaient que ca allait redorer le blason des batman (après les flops magistraux des derniers), qu'il était dans la lignée du premier :
          "I always thought that in the previous films the villains were far more interesting than Batman," Bale says. "He was just this guy in a bat suit whose role it was to take them down. He was kind of bland and they're the ones who had the interesting character twists to explain why they ended up so evil.
          tiré de http://www.smh.com.au/news/Film/Be-afraid-of-the-dark/2005/06/16/11(...)
          (il faut peut-être un compte pour le lire) et c'est Bale lu-même qui le dit. Il prend le premier film comme point de comparaison. Donc vu que c'est lui qui joue le role principal, je me suis dit qu'il savait de quoi il parlait, non ?

          Ah, ces américains qui ne savent pas s'exprimer ! ;-) (c'est une boutade, hein !)
          • [^] # Re: Dans un autre genre

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Bale n'a pas tort dans sa comparaison: c'est le premier film de Batman dans lequel Batman est vraiment le héros. Même dans les films de Burton, il n'a que le second voire le troisième rôle. Keaton n'est pas mauvais, mais il ne fait pas le poids contre Jack Nicholson, Danny de Vito et -surtout- Michelle Pfeiffer dans son costume de cuir de femme-chat... rrraaaaooorrrrr.
  • # man tr

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour décoder le message: echo "Texte à traduire" | tr "a-z" "n-za-m"
    (ça ne traduit que les minuscules, mais bon ;-) )

    Snark
  • # Sorti le 29 juin 2005 dans le monde entier,

    Posté par . Évalué à 6.

    > Sorti le 29 juin 2005 dans le monde entier,
    Raté, ça sort le 6 juillet en France au moins.

    Non. Comme réponse, on pourrait dire :

    "les Etats-Unis, c'est pas la encore la planète entiere"

    ou bien

    "la France c'est plus sur la terre"
  • # Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

    Posté par . Évalué à 0.

    Cbhedhbv Fcvryoret n-g-vy tneqé prggr sva ?!?! Nybef pregrf, pr a'rfg cnf har sva vqvbgr ovbybtvdhrzrag cneynag, znvf fv p'rfg nzraé q'har snçba nhffv noehcgr dhr qnaf yr svyz bevtvany, p'rfg senapurzrag qbzzntr : nyvraf zbegf -> rkcyvpngvba ibvk bss -> Gur Raq. W'nhenv cerfdhr ceéséeé har sva gbgnyrzrag punbgvdhr... uvfgbver qr ceraqer har ienv obaar pyndhr.
    Z'rasva, yr fcrpgnpyr f'naabapr dhnaq zêzr tenaqvbfr, zrepv cbhe prggr pevgvdhr.
    • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      La fin est rknpgrzrag gryyr dhr gh yn qépevf. On pourrait croire que gh y'nf qéwà ih yr svyz :)
      • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

        Posté par . Évalué à 0.

        Presque, j'avais le souvenir lointain du film original ( http://imdb.com/title/tt0046534/(...) ) et je l'ai revu récemment tenpr à yn zhyr (lol).
        D'ailleurs je m'interroge aussi sur l'aspect religieux du film qui est très très présent dans l'original... et qui gonfle un peu à la longue !
        • [^] # A propos de la version filmée de 1953

          Posté par . Évalué à 3.

          Sincérement, moi qui avait dévoré, adolescent, le livre de Wells 2 ou 3 fois et dont j'avais patriculièrement apprécié l'atmosphère, j'ai été plus que déçu par ce film de 1953. C'est un vrai navet (opinion induite par ma déception) dans lequel le réalisateur a essayé d'actualiser l'action : le passage de l'armée américaine (forcément la meilleure) qui lance l'arme ultime (bombe atomique, 8 ans seulement après Hiroshima ...) en vain est pathétique.

          J'espère que Spielberg, ayant fait le même choix de changement d'époque et de lieu, n'est pas tombé dans les mêmes travers. La critique ci dessus laisse penser que ce n'est effectivement pas le cas. Tant mieux.
          • [^] # Re: A propos de la version filmée de 1953

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            En même temps, je ne vois pas trop ce qu'on pourrait utiliser comme arme en dernier recours contre d'hypothètiques E.T. à part les armes nucléaires ? A part leur envoyer Bill Gates pour qu'il leur refourgue Windows 95.
            • [^] # Re: A propos de la version filmée de 1953

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              A part leur envoyer Bill Gates pour qu'il leur refourgue Windows 95.

              Déjà fait dans Independance Day : les Aliens sont si stupide qu'il n'attaquent pas depuis l'espace, et ont une technologie compatible avec la notre. Au moins, dans la Guerre des Mondes, ils ont juste oublié de contrôler la nocivité atmosphérique :o)
              • [^] # Re: A propos de la version filmée de 1953

                Posté par . Évalué à 2.

                Dans la Guerre des Mondes (le livre), ils ne pouvaient pas contrôler quoi que ce soit : ils arrivent en obus (lancés par des canons, comme dans J. Verne).
                Et le problème, c'est que ce n'est que la première vague : on ne sait pas s'il n'y en aura pas une suivante...
        • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

          Posté par . Évalué à 1.

          Il y a une petite allusion religieuse au debut quand une eglise s'efondre
          enfin je pense bien que c'est une eglise.
    • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

      Posté par . Évalué à 1.

      Wr fhvf nffrm q'nppbeq yn sva rfg ha crh fghcvqr n zba fraf ... Fhegbhg dhr qnaf yn cyhcneg qrf svyzf qr fpvrapr svpgvba ba n gbhwbhef yr qebvg nhk tnef ra pbzovanvfba dhv grfgr y'ngzbfcurer rg gbhg pr dhv fhvg cbhe f'nffhere dhr p'rfg erfcvenoyr / fnva. Cne pbager n ha zbzrag wr zr fhvf qrznaqr fv fcvryoret a'n cnf wbhr n Unysyvsr 2, fhegbhg nh qrohg qnaf yn ivyyr yrf pbhyrhef fbag gerf erffrzoynagrf; cgrg whfgr har vzcerffvba. Har gerf tenaqr erffrzoynapr nirp FVTA n zba fraf nhffv bh y'nfcrpg cflpubybtvdhr qr yn fvghngvba rfg cyhf vzcbegnag dhr yrf rssrgf fcrpvnhk. Whfdh'bh rfg ba cerg n nyyre cbhe fheivier ?



      Excellente cette idee du rot13 pour eviter les spoilers.
      • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Q'nhgnag cyhf dh'vy ceécner prggr threer qrchvf qrf zvyyvbaf q'naaérf ... p'rfg onyb q'nibve bhoyvé qr inppvare yrhe gebhcrf... Vagryyvtrapr fhcéevrhe... uhzz cnf gebc.

        Znvf p'rfg fhegbhg yn snpba qbag rfg nzraé yn sva dhv zr qécynvg, ryyr nccnenvg nceèf dhr yrf fbyqngf bag qégehvg ha gevcbq, dh'vy l n nhpha zbeg qnaf yn snzvyyr qr Pehvfr (fvp).

        Pn nhenvg égé ceéséenoyr dh'ryyr nccnenvffr nceèf dhr cengvdhrzrag gbhgr y'uhznavgé fbvg éenqvdhé. Ra cyhf vy nhenvg qh fbhyvtare dhr p'égnvg whfgr yn cerzvèer inthr q'nggndhr rg dh'vy crhirag erirave nirp qr yn céavpvyyvar...

        ra tebf CNF QR unccl raq, znvf çn Fcvryoret vy ar pbaanvg cnf.
        • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

          Posté par . Évalué à 2.

          Nffrm q'nppbeq fhegbhg dhnaq gbz pehvfr qrgehvg ha gevcbq fnaf dhr frf bpphcnagf
          fbvrag znynqrf, pn fbhf ragraqf dhr p'rfg cbffvoyr rg dh vy fhssvg qr f'betnavfre
          yn fcvryoret aba frhyrzrag zbager pehvfr ra qrgehver ha znvf ncerf vy zbager dhr
          yrf obhpyvref qrf ebobgf gbzorag dhnaq yrf RG fbag znynqrf. Wr fnvf cnf znvf p'rfg
          fhcre tebf fhegbhg pbzzr gh qvf har vagryyvtrapr fhcrevrher dhv cynavsvr yr gehp.

          Yn zrgubqr hgvyvfrr cne gbz pehvfr nhenvg ch rger pbcvrr rg ernccyvdhr ha fbyqng
          ra cneynag n fba rgng znwbe, pehvfr sbeznag har erfvfgnapr cnf orfbva q'har sva ra
          fbv znvf fbhf ragraqer ha crh n yn grezvangbe 2 dhr yn enpr uhznvar rgnvg npphyrr znvf pbagvahr n yhggre.

          Cne pbager wr zr qrznaqr pr dhr yrf RG snvfnvg cbhffre rg cbhedhbv vyf ninvrag
          orfbva qh fnat qrf uhznvaf. Pn cnenvg nhffv ha crh qrovyr q'rkgrezvare 99% qr yn
          cbchyngvba nybef dhr gh nf orfbva qr yrhe fnat cbhe snver cbhffre grf neoerf ...
          Fv gh ra ghrf gebc gh snvf pbzzrag ncerf ???
          • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Rasva oba yr cyhf qebyr p'rfg ybefdhr y'nivba fr penfur fhe ha ybgvffrzrag qr znvfba rg dhr gbhg rfg qégehvg, gbhg fnhs ... yn ibvgher qr Gbz. Ra cyhf vy l n zêzr ha purzva cbhe dh'vy chvffr cnegve...

            Rg chvf w'nv cnf pbzcevf cbhedhbv yr pnzrfpbcr qh glcr (nh qéohg) sbapgvbaar nybef dhr gbhg rfg ra cnaar l pbzcevf yn zbager rg yr géyécubar qr gbz.

            J'ai trouvé un très bonne critique qui résume un peu le problème du film :

            Cahiers du Cinéma
            - Stéphane Delorme

            Q'ha cbvag qr ihr elguzvdhr, p'rfg har tenaqr reerhe qh svyz, rssvpnpr qèf dh'vy f'ntvg qr genpre har shvgr (...), dhr qr f'neeêgre har qrzv-urher qnaf har pnir cbhe whfgvsvre yn sbyvr cneragnyr rg nh cnffntr abhf ceéfragre yrf nyvraf...

            Mais clairement la première partie du film est très impressionnante, d'où un tel sentiment de gachi.
            • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

              Posté par . Évalué à 1.

              Yr pbhc qr yn pnzren w'nv gebhié pn rabezr zbv, w'nv cnf pbzcevf pbzzrag pn ninvg ch cnffre qnaf yr fpéanevb, p'rfg pynve, gbhg yr zngbf ryrpgebavdhr rg zrzr ryrpgevdhr qr onfr rfg senpnffé (qhe qhe gvra pn fv pn neevinvg, wibhf y'ninvf qvg, yrf fnhirtneqrf fhe pqebz ln dhr pn qr ienv :c), znvf yn pnzren sbapgvbaar rg yr shghe gnf qr cbhffvrer svyzr yr ge-vcbq gbhg crgre.. q'nhgnag cyhf dhr yr cyna a'n cnf tenaq vagrerg (cho ce fbal ?).

              Fvaba, w'nv cnf ovra pbzcevf yr pbhc qh cbhedhbv qh ivqntr qh fnat qrf uhznvaf cbhe snver qrf neoerf ovmnerf, rasva wirh ovra dhr pr fbvg ha zblra qr cebqhver har dhrydhbadhr fhofgnapr aépéffnver nh orfgvnhk iranag q'nvyyrhe, znvf cbhedhbv ra chyirevfrag-g-vyf cnegbhg ? yrf ceézvprf qr y'vasrpgvba fhvgr n y'vaunyngvba qr y'nve greerfger ivpvé, har ghorephybfr sbhqeblnagr, ha abhirnh zblra q'neebfre yr wneqva fbhf sbezr qr zvpeb-tbhgryyrggrf ?

              Fv dhrydha à yh yr yvier, pr dhr wr ar invf cnf gneqre qr snver znyteé gbhg, ra rfg-pr gveé ? p'rfg rkcyvdhé ? y'uvfgbver rfg ryyr zbqvsvér nhffv ?
      • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

        Posté par . Évalué à 2.

        Wr crafrf dh'vy snhg fr ercynpre qnaf yr pbagrkgr qr T. U. Jryyf ra 1898. Yn abgvba qr onpgéevrf rg nhgerf oêoêgrf zvpebfpbcvdhrf aésnfgrf qrinvg êger vapbaahr qr yn tenaqr znwbevgé qrf traf, yn fhecevfr rg y'rssrg FS qrinvg êger w'vzntvar geèf tenaq. Qr cyhf nirp har ivfvba ra téaéeny cnffnoyrzrag rguabprageér y'rssrg égnvg qbhoyr : aba frhyrzrag ba ceraqf pbafpvrapr qrf onpgéevrf znvf ra cyhf dhr yrhe rssrg a'rfg cnf yr zêzr fryba fba bevtvar !
        Qnaf yr pbagrkgr qr y'écbdhr wr gebhir yn sva cyhgôg rkpryyragr qnaf y'vqér zêzr fv ryyr rfg ha crhg noehcgr.
        • [^] # Re: Bu abaaaa ! (commentaire sur la fin)

          Posté par . Évalué à 1.

          Har sva cbhe yrf naarrf 1800 ryyr rfg rkpryyragr rg vzntvangvir, znvf ybefdh'ba
          nqncgr har brhier rg ovra ba y'nqncgr whfdh'nh obhg rg ba rffnlr qr gebhire har
          sva nqncgrr n y'rcbdhr qh svyz. Yn p'rfg gebc qrpnyyrr vy l n cyrva q'reerhe n
          zba fraf cbhe dhr pn fbvg ha fhcre svyz. Wr yr cynprenv nh avirnh qr FVTAF nirp
          rssrg fcrpvnhk pr dhv znadhnvg pbzcyrgrzrag n FVTAF dhv yhv nhffv n har sva
          qrovyr ... uggc://jjj.vzqo.pbz/gvgyr/gg0286106/ znvf dhv pbzzr yn threer qrf
          zbaqrf rfg vagrerffnag cbhe frf ernpgvbaf cflpubybtvdhrf.
  • # faut que l'on m'explique

    Posté par . Évalué à 0.

    pourquoi les méchants meurt à la fin, j'ai pas compris !
    • [^] # Re: faut que l'on m'explique

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je te réponds en privé pour éviter de pourrir la fin aux autres :)
    • [^] # Re: faut que l'on m'explique

      Posté par . Évalué à 3.

      Et pourquoi les boulets qu'on se tapent tous le long du film ne meurrent pas ?
      • [^] # Re: faut que l'on m'explique

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Et pourquoi les boulets qu'on se tapent tous le long du film ne meurrent pas ?

        pour qu'on s'identifie a eux non ?


        blaque a part, j'ai été TRES décus du film, qui vaut pas un bon épisode de XFiles...

        gpg:0x467094BC

        • [^] # Re: faut que l'on m'explique

          Posté par . Évalué à 1.

          Tout à fait d'accord sur l'idee de Spielberg de mettre l'americain moyen au centre du film. Deja, dans "rencontre du 3eme type", c etait un "employé edf" qui devenait l'ambassadeur de l'humanité.
          Ici, je pense que Spielberg cherche à montrer que confronté au probleme de sa simple survie (et surtout celle de ses enfants), l'americain moyen est capable de se depasser, et lutter meme dans un combat perdu d'avance.
          L'idealisme du gamin qui veut absolument aller se battre est de trop par contre.
          J'aime bien l'idee de "alienaformation" (par opposition à "terraformation") que les aliens emploient, de maniere methodique et froide, et necessitant une certaine "ressource", justifiant peut-etre le choix des aliens d'attaquer au moment ou la ressource est "suffisante".
          Enfin, c'est surtout un film catastrophe, plus proche des vieux films genre "la tour infernale", avec quelques allusions aux attentats (les panneaux avec les photos de disparus, peu plausibles en mon sens lorsqu'on est finalement en train de lutter pour sa propre survie)
  • # sur le film en général

    Posté par . Évalué à 2.

    W'nv yh yn pevgvdhr ninag q'nyyre yr ibve fhe uggc://jjj.puebavpneg.pbz/pvar/pvar_rafnyyrf.cuc3?vq=9472 (ha geèf oba fvgr q'nvyyrhef (zêzr f'vyf pnffrag gbhwbhef gbhg yrf svyzf), wr yhv snvg cyhf pbasvnapr dh'à yvoé, gryrenzn bh yr pnaneq), rg p'rfg ienv dhr çn n crhg-êger ovnvfé zn ivfvba.
    Qbap oba, w'nv ih yrf 50.000 eéséeraprf nh bamr frcgrzoer, (nivba, cnaarnhk nirp yrf cubgbf rg abzf, raarzvf vagéevrhef=gevcbqrf pnpuéf fbhf greer, traf untneqf, nezér dhv freg à evra, sbhyr sbyyr dhv fr wrggr fhe qrf "vaabpragf" (yrf zrhegerf qr zhfhyznaf qr frcgrzoer)...) rg p'rfg ienv dh'ba crhg cnf ar cnf fr cbfre yn dhrfgvba.
    Fvaba, vy n gebc qr zbhyr Pehvfr (ontabyr dhv znepur, nivba dhv gbzor à pôgé, vy antr rg éivgr yrf gevcbqrf, ...), rg çn éybvtar yr fcrpgngrhef qr y'ubeerhe dhv fr cnffr.
    Ovra fûe, vy l n cyrva q'vapbuéeraprf, znvf p'rfg cbhe yrf znavndhrf.
    Qbap, w'ra neevir à yn dhrfgvba rffragvryyr:
    "p'rfg dhbv yrf nezrf qrf zépunagf?"
    - cnf qrf ynfref;
    - cnf qh enlbaarzrag éyrpgebzntaégvdhr (glcr enlbaf k bh tnzzn), ih dh'vy l n qh erphy (çn erairefr yrf nhgbebhgrf!);
    - cnf ha syhk qr "zngéevnh" (çn tevyyr yrf pbecf ra ragvref vafgnagnaézrag);
    Nybef? qrf vqérf?
    • [^] # Re: sur le film en général

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      [dhbgr]
      Qbap, w'ra neevir à yn dhrfgvba rffragvryyr:
      "p'rfg dhbv yrf nezrf qrf zépunagf?"
      - cnf qrf ynfref;
      - cnf qh enlbaarzrag éyrpgebzntaégvdhr (glcr enlbaf k bh tnzzn), ih dh'vy l n qh erphy (çn erairefr yrf nhgbebhgrf!);
      - cnf ha syhk qr "zngéevnh" (çn tevyyr yrf pbecf ra ragvref vafgnagnaézrag);
      Nybef? qrf vqérf?
      [/dhbgr]

      P'rfg har gerf obaar dhrfgvba.
      Har fbegr qr envytha fheibygé crhg rger :)
      zrzr fv p'rfg culfvdhrzrag vzcbffvoyr.
      Rasva pn qbvf rger ovra cengvdhr cbhe yr pvabpur.
      P'rfg crhg rger ha envytha dhv cebchyfr ha cynfzn n gerf gerf unhgr ivgrffr.

      Fvaba n zba uhzoyr nivf yrf gevcbqrf p'rfg ovra qnaf qrf ivyyrf, znvf fhe qrf znearf bh qrf fbyf fnoyrhk wr qrznaqr à ibve.

      Rasva, gbhwbhef n zba uhzoyr nivf, ibhf nirm *gbhf* zny pbzcevf yn sva: Fv yrf nyvraf zrherag, p'rfg n pnhfr q'har znhinvfr nyvzragngvba rg q'ha znhinvf raivebaarzrag: Gebc qr tenvffr rg gebc qr cbyyhgvba.
      Ra snvg yn ivpgbver rfg qhr nh aba erfcrpg qrf nppbeqf qr Xlbgb rg n ZpQb & Pb.

      Svanyrzrag, yr frhy gehp fhe yrdhry w'nv ienvzrag gvdhé, p'rfg yn eésrerapr à y'bpphcngvba senapnvfr qr y'Nytrevr, pr dhv zr sbepr à zr qrznaqre fv p'rfg har tbheqr qr genqhpgvba (genafcbfvgvba ivrganz --> nytrevr ?). Ra rssrg, wr qbhgr dhr y'nzrevpnva zblra cbffèqr har gerf obaar pbaanvffnapr qr prggr crevbqr, (P'rfg à qver yrf 150 naf dhv ceépéqrag yn threer q'Nytrevr). Rafhvgr, wr gebhir yn eéséerapr znyurherhfr pne wr crafr dhr yrf qrhk pnf (qrf senapnvf 'bpphcnag' y'nytèevr rg qrf nyvraf rkgrezvanag gbhg yr zbaqr fnaf qvfgvapgvba) bag cnf gnag qr cbvagf pbzzhaf dhr pn... Rasva p'rfg crhg êger yr pbgé 'NV' qr Fcvryoret dhv erzbagr ra gragnag qr phycnovyvfre yr fcrpgnpgrhe, znvf oba crefbaryyrzrag, wr phycnovyvfr cnf cbhe qrf snvgf dhv fr fbag cebqhvgf vy l n 150 naf, fhegbhg dhnaq ba ibvg pr dhv f'rfg cnffé whfgr nceèf yn céevbqr bh y'ba rfg prafé phycnovyvfre...
    • [^] # Re: sur le film en général

      Posté par . Évalué à 3.

      W'nv cnf ih yr svyz znvf w'nv yh yr obhdhva rg wr crhk gr qver dh'vy l n rssrpgvirzrag har fpèar bù yr « uéebf » épunccr nhk znegvraf teâpr à ha cybatrba qnaf har evivèer, whfgrzrag cnepr dhr y'nezr rfg pnybevsvdhr.

      Dhnag à y'nezr qrf znegvraf, wr a'nv cnf vqér qr pbzzrag ba cbheenvg yn snver pbyyre nirp pr dhr y'ba fnvg qr abf wbhef znvf ra pr dhv pbaprear U.T. Jryyf, vy rfg pynve dh'vy ar cbhinvg crafre nh ynfre (yr ynfre a'rfg qépevg dhr 20 naf cyhf gneq cne Rvafgrva). Cne pbager, à fba écbdhr, ba pbaanvffnvg qéwà y'rkvfgrapr qrf vasenebhtrf (qrchvf 1800) rg yrf enlbaf K iranvrag q'êger qépbhiregf (1895). Wr crafr dh'vy n vzntvaé ha enlba vasenebhtr (abgnzzrag à pnhfr qr yn punyrhe : yrf enlbaf K ar punhssrag cnf (ra gbhg pnf cnf nhk qbfrf pbaahrf/vzntvanoyrf à y'écbdhr)).

      Rafhvgr, yrf rssrgf fcépvnhk, p'rfg nhger pubfr : vy rfg ornhpbhc cyhf fcépgnphynver q'nibve qh erphy. Ra cyhf, pryn crezrg q'nhtzragre y'vzcerffvba qr chvffnapr qr y'nezr : yrf nezrf pbairagvbaaryyrf, gryyrf dhr gbhg à punpha yrf pbaanîg (cne rkcéevrapr bh « phygheryyrzrag » (cne yr pvaézn, yn géyé...)), bag qh erphy. Rg cyhf yr erphy rfg vzcbegnag, cyhf y'nezr rfg chvffnagr rg rssenlnagr. Ar cnf bhoyvre yrf nezrf à srh fbag geèf vagéteéf qnaf yn phygher égngf-havraar.

      Nh snvg, cbhedhbv rfg-pr dhr wr pbqr pbzzr Péfne, zbv ? Wr ar enpbagr evra dhv tâpur yr svyz...
      Nu... pbasbezvfzr...
  • # contre-pied

    Posté par . Évalué à 9.

    Le Canard Enchaîné a consacré deux articles la semaine dernière à ce film. Un dans sa rubrique cinéma (dans la catégorie des "films qu'on peut ne pas voir"), et un autre plus détaillé. Dans les deux cas, ils sont assez à contre-pied du jugement donné dans cette dépêche, sur la fidélité en particulier.
    Je ne me souviens plus du contenu de la critique cinéma, mais l'autre article dénonçait le côté édulcoré du film, avec une tendance à justifier la politique extérieure US. Ceux qui connaissent Spielberg savent bien qu'il est champion dans les fins neuneus/cucu la praline (ET, Ryan, liste de Schindler, ...)

    Entre autres, le Canard rappelle que H. G. Wells, qui était un des auteurs les plus engagés de son temps (l'équivalent anglais de J. London), dénonçait par ce livre le colonialisme Britannique, en inversant le point de vue colonisateur/colonisé. Les Martiens, poussés uniquement par la destruction de leur monde (aspect disparu dans le film où ils sont juste poussés par leur méchanceté) colonisent gràce à leur écrasante supériorité technologique notre monde. Le héros, à la recherche de sa femme (et pas de ces enfants) tuera un prêtre (devenu un laïc, pourquoi ?) au cours de son périple.

    Le principal point du livre, l'inversion du point de vue semble avoir disparu du film.

    Un de mes collègues qui a vu le film a été aussi très déçu, en particulier par l'aspect moralisateur US typique de cette adaptation (n'importe quel gars moyen peut se comporter en héros, etc.).

    Je voulais juste offrir ces deux points de vue, à l'opposé des louanges écrites plus haut.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.