La forge logicielle LibreSource passe sous GPL

Posté par . Modéré par Sylvain Rampacek.
Tags :
0
21
mai
2008
Communauté
Après des mois de travail, la nouvelle version de LibreSource, numérotée 2.5, est disponible aujourd'hui. Elle apporte des améliorations techniques comme toujours, mais surtout, cette version adopte une double licence, QPL et GPL. Ce point était attendu avec impatience par la communauté, notamment pour permettre son packaging dans les distributions, et semble maintenant logique au vu de la maturité de LibreSource.

Née d'un partenariat entre Artenum, l'INRIA et l'université Paris Diderot - Paris 7 -, LibreSource est un portail web Open Source, basé sur Java/J2EE, réunissant tous les outils de communication et de partage nécessaires au travail collaboratif. LibreSource repose sur un concept innovant lui apportant une grande flexibilité : pour créer un site LibreSource, vous disposez d’un nombre important de briques fonctionnelles élémentaires, les ressources. Vous composez en ligne, et d'un simple clic, votre portail est sur le web suivant vos besoins, en choisissant les ressources de votre choix et en les disposant à votre convenance. Parmi les ressources offertes par LibreSource, vous trouverez des pages Wiki, des zones de téléchargement, un bug tracker, des outils de gestion de configuration, des forums, des formulaires, etc.

Au rayon des nouveautés de LibreSource 2.5, on trouve une nouvelle intégration du système de gestion de version Subversion, permettant la création de référentiels, la gestion de la sécurité et l'accès aux dépôts via WebDav, le support de SSL pour chiffrer les communications entre les navigateurs et LibreSource, une gestion améliorée des utilisateurs et le support des serveurs d'application JBoss et JOnAS : LibreSource a été repensée pour supporter d'autres serveurs d'application, à la demande.

Autres apports, le guide d'installation est plus clair, la documentation plus complète. De nombreuses améliorations et corrections de bug ont permis de rendre la plate-forme globalement plus rapide. LibreSource a atteint une maturité qui lui permet d’être déployée dans d'un contexte industriel, pour des communautés de plusieurs milliers d’utilisateurs.

Aller plus loin

  • # Business Loto

    Posté par . Évalué à 3.

    ...collaboratif
    ...flexibilité
    ...briques fonctionnelles élémentaires
    ...référentiels...

    raah, presque, mais "contexte industriel" n'est pas aligné pour faire un loto.
    • [^] # Re: Business Loto

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Ça peut te paraître businees-lotesque, mais c'est du concret !

      LibreSource est vraiment un logiciel libre à considérer de près : c'est propre, simple, modulable... je ne te refais pas la liste des fonctionnalités, mais je me permets de souligner qu'il y a de l'export/import de projets entiers !
      • [^] # Re: Business Loto

        Posté par . Évalué à 1.

        Ouais ça a l'air sympa, pas un patchwork en PHP.

        Par contre le seul truc qui me gène c'est la non-modularité du gestionnaire de révision. Comprend pas, dans la features list tout est générique sauf le Subversion repository. Un peu blasant à l'époque des excellents gestionnaires distribués tels que Bazaar, Git, Darcs et autres. Une couche d'abstraction à la Trac s'impose là imho.
        • [^] # Re: Business Loto

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          heu... il ne gère plus so6 ?

          Une chose que je trouve(ais) très bien la dernière fois que je l'ai utilisé (pendant mes études) c'était justement so6 et l'intégration d'un outil permettant de gérer la partie versionning en java web start

          Evidemment le reste est très bien également, vraiment plus sympa qu'une forge à la sourceforge, savanha, ..., très facile d'accès et diablement puissant

          > Un peu blasant
          comme on dit : fait un patch...
          • [^] # Re: Business Loto

            Posté par . Évalué à 2.

            Bonjour,

            Mais si, nous gérons toujours aussi So6 (maintenant appellé Synchroniser LibreSource), que nous maintenons et faisons toujours évoluer. Je confirme donc qu'il est toujours possible d'utiliser So6 dans LibreSource.

            Certains d'utilisateurs avaient soit à gérer un légacy important sur base Suversion, soit voulaient migrer progressivement. C'est pour cela que nous avons aussi intégré Subversion à LibreSource.

            Il y a maintenant le choix entre deux outils de gestion de version dans LibreSource : So6/Synchroniser LibreSource ou Subversion. Il suffit de choisir celui que est le plus adapté à vos besoins...

            Julien.
            Artenum.
      • [^] # Re: Business Loto

        Posté par . Évalué à 2.

        >Ça peut te paraître businees-lotesque, mais c'est du concret !

        L'un n'empêche pas l'autre.

        >>LibreSource est un portail web Open Source, basé sur Java/J2EE, réunissant tous les outils de communication et de partage nécessaires au travail collaboratif.

        LibreSource est un portail web Open Source, basé sur JEE, réunissant outils de communication et de partage destiné au travail collaboratif.

        >>LibreSource repose sur un concept innovant lui apportant une grande flexibilité : pour créer un site LibreSource, vous disposez d’un nombre important de briques fonctionnelles élémentaires, les ressources.

        LibreSource repose sur un concept : pour créer un site LibreSource, vous disposez de briques logiciels, les ressources.

        >>permettant la création de référentiels,

        permettant la création de dépôts de sources

        >>LibreSource a atteint une maturité qui lui permet d’être déployée dans d'un contexte industriel,

        LibreSource a atteint une maturité qui permet l'industrialisation de son déploiement (éventuel référence)


        Mais ça n'est pas rassurant, et c'est fatiguant.

        Normalement les établissement publics et les projets libres n'ont pas trop besoin de ce coté marketing (on peut vérifier facilement), paradoxalement le site d'Artenum est bien fichu à ce niveau là en dehors du communiqué de presse.

        La plupart des mots employé ont un autre sens, leur mauvaise utilisation (fonctionnelle, élémentaire, nécessaire, contexte industriel, etc...) amènera à estimer un risque pour les partenariats avec d'autres entreprises privées (difficulté de communication, ça fait capoter les projets d'intégration car c'est un cout supplémentaire), et ça décridibilise les acteurs.

        Ça vient d'un manque d'expérience, ou il fallait caser le mot innovation pour avoir des subventions?
        • [^] # Re: Business Loto

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > Normalement les établissement publics et les projets libres n'ont pas trop besoin de ce coté marketing

          Ha ? t'es sur ?
          étrange, je pensais avoir vu de belles campagnes de la part de mozilla (jusqu'à de la pub dans le NYT), évidemment d'open office, de beaucoup de distribs, même de kde, gnome, ...

          Alors oui, peut-être que certains mots pourraient être changés, mais bon c'est un communiqué, non ? et si ça permet à des projets open source d'être utilisé, c'est si génant ? si "fatiguant" ?

          (tiens c'est marrant t'as viré les mots que tu voulais mais il reste collaboratif...)
          • [^] # Re: Business Loto

            Posté par . Évalué à 4.

            Ne pas confondre marketing et communication

            Marketing: étude du marché, de la demande, pour y répondre (les 4x4 répondent à la demande).

            Communication: exprimer une idée.

            La communication quand elle sert le marketing, répond à la demande et la vend, sans rendre le service (disponibilité à 99,9% de google apps, ou remise en service en moins de 6 heures des lignes FT).

            Quand la MoFo fait de la pub dans le NYTimes, c'est de la communication.

            Quand la MoFo vise la création du navigateur le plus rapide et le plus sûr, c'est du marketing.

            Quand la MoFo annonce que Firefox est le navigateur les plus sûr et le plus rapide, c'est de la communication marketing.

            C'est ce genre de marketing qui est rarement utile et qui peut être vérifié facilement dans le libre (liberté d'étudier le logiciel, on l'oublie plus souvent que l'usage, la modification ou la diffusion).

            La MoFo a policé son discours sur le sujet (encore plus sûr! encore plus rapide! bien différent d'un "le plus"), mais la MoFo ne semble avoir aucun problèmes à laisser des campagnes erronés sur d'autres sites dont il maitrise le domaine http://www.spreadfirefox.com/

            On arrive à un bon pourcentage d'utilisateur de Firefox, il n'est pas très difficile de se rendre compte que dans la tête de beaucoup de personnes Firefox est maintenant le navigateur le plus sûr et le plus rapide. Firefox s'adresse directement au consommateur final, donc ça les aides. Sur des produits plus spécialisés, ça suppose de vendre à des clients incompétents ce que je ne souhaite à personne, humainement c'est difficilement supportable. Au passage, on note le passage a webkit pour beaucoup de projets, qui est effectivement le plus rapide sur certains rendus (suivant le type de contenu, HTML/XHTML c'est webkit, javascript/css c'était plutôt Opera (ça n'est peut être plus d'actualité), pour XSL c'était plutôt IE je ne sais pas aujourd'hui, ça n'est plus trop testé/utilisé de nos jours).


            >(tiens c'est marrant t'as viré les mots que tu voulais mais il reste collaboratif...)

            Parce que le logiciel est un logiciel facilitant le travail collaboratif, juste on voit souvent se mot utilisé à tort et à travers pour tout et n'importe quoi. Ici c'était le coté nécessaire qui était en décalage (on peut faire du travail collaboratif sans ces outils).

            P.S. Les oxymores du type marketing de l'innovation ce sera pour un autre jour.
            • [^] # Re: Business Loto

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              sur ce coup là, je m'incline (et surtout comprend bien mieux ce que tu voulais dire)

              > Ici c'était le coté nécessaire qui était en décalage (on peut faire du travail collaboratif sans ces outils).

              Evidemment, mais sans des outils de ce type, le collaboratif est parfois pas trop évident... (surtout que ceux-ci sont bien intégrés et je trouve plus complet, plus souples que sur un trac par exemple)
        • [^] # Re: Business Loto

          Posté par . Évalué à 2.

          Bien vu pour la leçon de com/français !

          Il faut nous pardonner. Nous venons tous soit de la technique soit du monde scientifique et la rédaction d'un communiqué de presse est toujours un exercice périlleux.

          Mais je prends note de vos remarques. Nous essayerons de faire mieux (i.e. plus clair) la prochaine fois.
          • [^] # Re: Business Loto

            Posté par . Évalué à 3.

            Fallait pas chasser le naturel! :)

            Le communiqué actuel sur le site est presque parfait: http://www.artenum.com/fr/enterprise/news.php#AA

            Je tique juste sur le "tous les outils [...] nécessaires" mais on va dire que c'est une phrase d'accroche pour le "a pour ambition de faciliter la coordination des projets collaboratifs et d’en réduire les coûts"

            Je donne quand même un 10/10 ^^

            P.S. (c'est moi, ou les communiqués sur libresource et artenum ont été modifié?)
        • [^] # Re: Business Loto

          Posté par . Évalué à 1.

          Normalement les établissement publics et les projets libres n'ont pas trop besoin de ce coté marketing (on peut vérifier facilement), paradoxalement le site d'Artenum est bien fichu à ce niveau là en dehors du communiqué de presse.

          Rassure-toi, ce discours des « communiqués de presse » n'est pas vraiment pris en compte par les établissements publics. Dans le cas d'un marché public, ils n'ont même pas le droit de les lire ;-) Mais le problème est juste déplacé : les sociétés qui répondent aux appels d'offres sont des spécialistes... de la communication appliquée aux appels d'offres ! Et c'est souvent la meilleur com' qui gagne... encore.

          Les petits projets libres, pas ceux tirés par des locomotives de la communication comme Greenp^WMoFo, auraient malheureusement bien besoin d'être marketés puis marketing-communiqués... je ne crois pas à la réussite par les seules qualités intrinsèques de l'outil.

          Pour citer Chomsky (bouh, une vile analogie rhétorique) : tout le monde sait bien que les républicains sont de moins bons dirigeants que les démocrates, mais leur machine de com' (je crois qu'il a dit « appareil à diffamer ») est bien trop efficace pour qu'ils perdent la présidentielle.

          Pour en revenir au texte d'Earered : belle analyse :-)
  • # glassfish ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    « LibreSource a été repensée pour supporter d'autres serveurs d'application, à la demande. »
    Est-ce qu'il est prévu de supporter Glassfish ?

    Au passage, deux commentaires sur la forme :

    J'ai récemment vu que hudson mettait un java web start en guise de démo :
    http://hudson.gotdns.com/wiki/display/HUDSON/Meet+Hudson
    Ça permet de lancer un serveur en local juste en cliquant sur un lien, et de tester vraiment l'application. Je sais pas ce que ça coûte pour en faire autant, mais ça apporte vraiment beaucoup, je trouve.

    Votre logo est redimensionné par le navigateur. Celui-là :
    http://dev.libresource.org/home/images/LS_logo_gif?action=do(...)
    Même si beaucoup ont le haut débit, ça fait du gaspillage de bits téléchargés. Et surtout, ça gâche le rendu sur la plupart des navigateurs (crénelage).
    • [^] # Re: glassfish ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Nous essayons toujours d'être au plus près de la norme afin de pouvoir déployer LibreSource sur différents serveurs application le plus simplement possible. Supporter Glassfish à terme est à priori tout à fait envisageable et semble intéressant.

      Même si nos réflexions sur la question sont encore assez informelles, nous y réfléchissons effectivement. Mais, c'est un peu fonction des priorités de la communauté et de nos utilisateurs.

      Julien
      Artenum.
  • # oui mais bof !

    Posté par . Évalué à 1.

    A mon sens il manque des choses pour qualifier cela de forge (ou c'est la doc qui est un peu faible) je dirais qu'il manque

    - Une chaine d'integration continue
    - Un moteur de workflow
    - Réferenciel de composants entreprise (maven like)
    - Possibilité de definir des connecteurs transverses (se reposer sur des produits metiers existants)

    Ce que je trouve encore plus dommage c'est l'acrhitecture jEE un peu viellotte, pas vraiment adaptable et adaptée aux exigences d'une/des entreprises de nos jours.



    Cela est peut etre interressant mais dans un contexte petite entreprise !
    • [^] # Re: oui mais bof !

      Posté par . Évalué à 3.

      - Une chaine d'integration continue
      - Un moteur de workflow
      - Réferenciel de composants entreprise (maven like)
      - Possibilité de definir des connecteurs transverses (se reposer sur des produits metiers existants)


      Tu pourrais nous donner des exemples d'outils qui intègre ces manques ?
      • [^] # Re: oui mais bof !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Tout à fait, dans notre boite on a utilisé LibreSource pour faire notre forge, mais on a du développer la ressource intégration continue, modifié la ressource SVN, ce qui touche à l'authentification et avons hebergé sur la machine un repository maven.

        Je pense que ce qu'on a fait est un poil du bidouillage et ca meriterai d'etre fait correctement.

        J'aimerai vraiment rajouter dans libresource :

        - une ressource intégration continue basée sur Hudson

        - une ressource Nexus ou Archiva

        - une ressource Mercurial (sans doute la plus facile, il suffit de la dériver de celle SVN)

        - des outils de transformation de repository (basé sur Tailor sans doute) afin de faire au moins les conversions CVS->SVN, SVN->Hg, et CVS->Hg simplement.

        - faire en sorte d'avoir de l'autocomplétion dans tous les champs d'ajouts, etc. pour rendre plus aisée l'utilisation de la forge

        - une ressource GED peut-être ? Quelquechose basé sur Alfresco me paraitrai une bonne piste

        - virer les EJB2 pour du Tomcat/Spring ou des EJB3 car je ne vois pas le rapport dans les entreprises entre ce qu'ils developpent (ils ont tort de rester en EJB2 AMHA, passez au moins au 3) et ce en quoi est programmé leur forge. Nous, on tourne, au Tomcat/Spring, ca nous a pas empêché d'utiliser LibreSource(EJB2) et auparavant GForge(PHP!) pour notre forge !
    • [^] # Re: oui mais bof !

      Posté par . Évalué à 2.

      Qu'entends tu par "pas adaptée aux exigences des entreprises de nos jours" ?
      Parce que que du JEE, j'en vois tous les jours, et au final, c'est peut être la seule chose dont les entreprises veulent aujourd'hui, à tort ou à raison d'ailleurs. A quelle architecture "pas viellotte" pensais-tu ?
    • [^] # Re: oui mais bof !

      Posté par . Évalué à 2.

      Pour reprendre la juste réponse de M.A ci-dessous : Existe-t-il vraiment une forge libre qui intègre toutes ces fonctionnalités ? Je n'en connais pas.

      Cela dit votre commentaire est intéressant. Pour certains utilisateurs, ces outils manquent effectivement à toutes les forges existantes et nous y travaillons. Nous espérons de bonnes nouvelles dans les prochaines releases...

      En ce qui concerne l'architecture, le choix du maintien de J2EE a été fait pour répondre aux contraintes du monde industriel. Aujourd'hui, J2EE est devenu une norme dans ce monde et il reste actuellement plus facile aujourd'hui de trouver des infrastructures en EJB2 qu'en EJB3 chez nos utilisateurs. Nous devons tenir compte de cette contrainte pour les solutions opérationnelles.

      A coté de cela, et en complément à ma réponse ci-dessus à Nicolas Dumoulin, nous creusons aussi des évolutions vers d'autres d'architectures. Nous avons déjà un autre noyau sur base Glassfish/EJB3 que nous utilisons pour nos applications scientifiques. Son intégration à LibreSource se fera peut-être, mais en fonction des besoins des utilisateurs. Par ailleurs, nous avons amorcé un travail de R&D vers une architecture orientée service sur base SCA. A suivre...

      Mais pour LibreSource, nous avons choisi pour l'instant de n'intégrer que des choix technologiques et des composants qui facilitent son adoption par les entreprises. Bref, on préfère que nos utilisateurs aient une forge qui soit facile à installer, s'intègre avec leurs autres outils et marche bien.

      Julien
      Artenum.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.