Le Pérou souhaite l'autonomie de ses choix informatiques

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
Tags : aucun
0
30
sept.
2005
Justice
Après le choix du Massachussets des formats ouverts, il est intéressant de voir le Pérou pousser plus loin le raisonnement et inciter à l'utilisation des logiciels libres dans ses administrations publiques.

Le passage au congrès de la loi n°1609 (ainsi que d'autres similaires) est salué par l'APESOL [es] (Association ruvienne de software libre) : voir la série d'article 196 à 200 [es] à ce sujet. L'ensemble de ces lois contribue à promouvoir le logiciel libre et les standards ouverts, au service des citoyens.

Reste maintenant à valider cette loi par le président du Pérou et à la mettre en oeuvre, certaines administrations ayant déjà réalisé le passage au libre.

Merci à romi qui a proposé cette dépêche et à fleny68 pour son journal. Notamment, il apparaît (en résumé du texte de loi) :
  • une définition précise des logiciels libres et propriétaires à l'article 3
  • un article 4 prônant la neutralité technologique et surtout empêchant l'achat de matériel qui réclame exclusivement des logiciels spécifiques ou limitant l'autonomie informatique. S'il n'existe pas de tel matériel pour une certaine utilisation, il devra se faire certifier par le service informatique de l'entité.
  • cette loi n'interdit pas le logiciel propriétaire en tant que tel, mais requière la justification de son utilisation

Le député Villanueva Nuñez s'était exprimé [fr] le 8 Avril 2002 en réponse aux remarques de Microsoft Pérou lors de la proposition de loi. Il s'agit de promouvoir la liberté des logiciels utilisés par les administrations, au service des citoyens.

La démarche semble longue, mais ce qui est notable c'est l'adhésion fracassante du congrès avec un vote à 61 contre 0 (et 5 abstentions).

Aller plus loin

  • # À vos plumes!

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    En fait à vos claviers pour écrire à vous élus.
    (quoiqu'une lettre en papier a plus de poids, alors écrite avec un porte plume et de l'encre, elle sera encore plus personnalisée, et aura encore plus d'influence)
    Maintenant que vous avez leur adresse, parceque je suppose que vous avez déjà écrit à votre député à propos du projet de loi DADVCI, il ne vous reste plus qu'à continuer l'offensive.
    http://linuxfr.org/2005/09/27/19632.html(...)

    On peut aussi écrire aux administrations. Au delà des économies réalisables, malgrès, il est vrai un coût d'adaptation, mais passer à vista coutera aussi, c'est effectivement les arguments de neutralité commerciale, d'indépendance et de sécurité (code source vérifiable) qui me semblent importants.

    Si on interdit skype, alors combien avons nous d'argument contre un système opérationnel et des logiciels qui entend vérifier et contrôler le contenu des ordinateurs des particuliers, des entreprises, et des administrations à l'aide de chiffrages DRM dont nous n'avons pas la clé?

    http://www.vnunet.fr/actualite/tpepme_-_business/vie_publique/20050(...)
  • # le temps passe

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    quand on se rend compte que ceux qui sont motivés passent 3 ans (en 2002) entre la proposition de loi et la généralisation (=acceptation de la loi)....

    Que font nos gouvernements en France ? S'occuper de DMCA ? cela rime à quoi ? Quand il faudrait promouvoir les moyens obtenus pour nos administrations et la communication vers le citoyen.

    bref. Je vous laisse élaborer.
    • [^] # Re: le temps passe

      Posté par . Évalué à 6.

      Tut tut tut, pas si vite, la loi est passée au congrès, comme il est dit plus haut, il faut encore qu'elle passe devant le président et qu'elle soit appliquée.

      Je ne sais pas comment ça se passe au Pérou, mais, en France, entre une loi et son décret d'application il peut se passer très longtemps (plusieurs années). Et après il faut encore l'appliquer dans les faits.

      Encore une fois, je ne sais pas pour le Pérou, mais si une telle loi était votée par nos députés et sénateurs, je dirais qu'on en est à 50 % : un décret d'application peut très bien foutre en l'air toute applicabilité ou laisser tellement de flou qu'il permettrait tout détournement.

      Il y a quelqu'un qui a lu la constitution péruvienne pour me rassurer ?
      • [^] # Re: le temps passe

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        quand tu vois que la proposition de loi en 2002 remue Microsoft et qu'en 2005 le congrès la vote à la majorité, tu te rends compte :
        1. que ça prend du temps ('tain' 3 ans)
        2. que c'est soutenu par APESOL
        3. que c'est suivi au niveau du congrès
        4. qu'entretemps les administrations se mettent au libre sans attentdre la loi

        Tu te dis qu'il y a des initiatives de ton gouvernement qui vont dans le sens du bénéfice du citoyen (formats ouverts, pérennité des dév' par le choix d'une licence compatible GPL vue la définition)

        Tu regardes dans ton pays, au hasard la France, limite pieds et poings liés avec des conglomérats mondiaux (IBM, MS, EDS, ...) et tu te dis que ce serait bien que l'état renforce sa mission de contribuer pour le plus grand nombre, même dans l'informatique, en choisissant du libre. Même en étant libéral, cela va de soi, donc bon...

        et là, actuellement, tu pleures....

        allons de l'avant, ça ne coûte rien, ni à l'état, ni au citoyen, ni aux entreprises de notres pays qui fournissent les ingénieurs et techniciens compétents... voire ça relance l'économie (je n'ai pas dit que ça limite la diffusion de CO² dans la couche d'ozone....)
        • [^] # Re: le temps passe

          Posté par . Évalué à 2.

          Ton premier commentaire est un peu déconfit, j'en ajoute un petit peu et, là, j'ai un peu de mal à comprendre ton message :
          tu utilises le tutoiement que je pense être rhétorique (avec quelques erreurs, comme « _ton_ gouvernement » au deuxième paragraphe au lieu de « le gouvernement du Pérou »), mais j'ai aussi l'impression que tu t'adresses directement à moi, notamment avec le « et là, actuellement, tu pleures... ».
          Donc, juste pour clarifier, mon message était un peu ironique (le « tut tut tut » s'en voulait la marque), réaliste mais pas larmoyant : ce n'est pas parce que le travail est dur dans de bonnes conditions qu'il faut abandonner si les conditions sont moins bonnes.

          We choose to go to the moon in this decade and do the other things, not because they are easy, but because they are hard [...]

          < celui qui ne sait qui a dit ça pas aura un gage >
          • [^] # Re: le temps passe

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            bien vu, remplacer le "ton gouvernement" par "ce gouvernement" (celui du Pérou donc comme tu le signales...).
            le tutoiement est effectivement uniquement réthorique voire réflexif, bref applicable à soi-même ;-)

            Mon message est plutôt là pour mettre en avant que le Pérou procède par en haut (via son congrès) et par les initiatives locales, là où notre pays a de bonnes initiatives (DGI, armée avec OpenOffice.org, ...) mais pas forcément encore la démarche par le haut : l'exemple du Pérou est le service du citoyen par excellence.

            Qui a parlé d'abandon ? (de nos politiques et dans beaucoup de domaines ça s'est vu... peut-être). Pour moi, au contraire, c'est une perche tendue au politique pour saisir ce sujet porteur (les logiciels libres seraient un moyen de réduire la fracture numérique...) et qui aura à tout coup l'adhésion du plus grand nombre : les formats ouverts conditionnent en outre beaucoup de nos communications de demain, à l'heure où le citoyen réclame une plus grande transparence de ses dirigeants... A croire que les discours des années 60 n'ont pas encore porté tous leurs fruits ;-)
            • [^] # Re: le temps passe

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Un des gros problèmes est la faible culture scientifique des politiques partout dans le monde. Certes, il y a des exceptions, mais la grande majorité d'entre eux n'est pas à la hauteur. Cela permet aux lobbys commerciaux de se faire passer pour des conseillers avisés.

              Il peut aussi y avoir des menaces (je ferme l'entreprise si vous n'êtes pas dociles) et la corruption qui font que certains élus ont des comportements que nous trouvons stupides. Mais je pense que ces méthodes sont plutôt marginales.

              L'ignorance est certainement le principal obstacle mais nous pouvons le surmonter. C'est ce qui vient de se passer au Pérou avec l'unanimité du congrès ou à Strasbourg avec le rejet des brevets sur le logiciel.
              Alors, ne désespérons pas et continuons à instruire nos représentants !
              • [^] # Re: le temps passe

                Posté par . Évalué à 2.

                L'ignorance et l'incapacité à admettre son ignorance et à se renseigner.

                Un bon dirigeant n'est pas quelqu'un qui sait tout, c'est quelqu'un qui sait s'entourer. Mais ils veulent toujours paraître omniscients.
  • # L'Espagne aussi

    Posté par . Évalué à 8.

    BarraPunto.com (qui signifie SlashDot en espagnol) l'annoncait hier :

    Le projet RHODAS http://es.tldp.org/Articulos/0000otras/doc-proyecto-rhodas/doc-proy(...) mené par le Ministerio de Administraciones Públicas chargé d'étudier la migration des postes et serveurs équipés de Windows NT sous Debian est relancé à la demande des députés et sénateurs.
    La porposition, adoptée à l'unanimité va plus loin en demandant instamment au gouvernement d'appuyer les développements de logiciels libres

    http://barrapunto.com/articles/05/09/29/0744258.shtml(...)
    http://www.finanzas.com/id.8677789/noticias/noticia.htm(...)

    "Software libre: Propuesta de recomendaciones a la Administración General del Estado sobre utilización del software libre y de fuentes abiertas" :
    http://www.csi.map.es/csi/pg5s44.htm(...)
  • # Traduction française du projet de loi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Si il y a un traducteur espagnol -> français dans la salle, je trouve que ce serait intéressant de proposer une traduction du court projet de loi (le pdf donc).

    Au niveau de la licence d'un tel document je ne sais pas trop ce qu'il en est mais je ne pense pas que proposer une traduction "non officielle" de ce document puisse poser problème a priori.
  • # A quand cela en France ?? Projet CVIF

    Posté par . Évalué à 2.

    Actuellement, quatre universités d'Ile de France sont regroupées pour lancer un projet de carte à puce étudiante unique :
    http://www.kb.u-psud.fr/kb/cvif.htm(...)
    Ce projet nécessite bien entendu un annuaire; des appels d'offres ont été lancés : http://www.klekoon.com/boamp/BOAMP_3_Detail.asp?ID_appel=311119(...)
    Il serait souhaitable que dans des projets de telles envergures, les solutions à base de logiciels libres soient préférées. Les personnes responsables des marchés étant en général des personnes peut au fait des problèmes liés aux logiciels libres, il serait souhaitable de les en informer !! N'oublier que c'est l'argent public qui est sera injecté dans ce projet.
    • [^] # Re: A quand cela en France ?? Projet CVIF

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      D'autant plus que ce projet regroupe des domaines sensibles, en particulier pour la protection de la vie privée. Il va y avoir constitution de fichiers de personnes, collecte d'informations, etc...
      Il vaut vraiment mieux qu'il soit assuré en logiciels libres et encore plus par des entreprises qui intégrent les valeurs du logiciel libre, pas de simples profiteurs de logiciels "gratuits".
      J'ai envoyé l'info au réseau d'entreprises libres (Easter Eggs, Code Lutin, etc.), mais il n'est pas dit qu'il répondrons. On peut donc prévenir d'autres boites du libre.
      J'en parle aussi à des amis qui enseignent dans ces universités qui sont favorables au libres. mais pas sûr que cela suffise.
      D'autant plus que la date de dépot du projet a l'air dépassée!
      • [^] # Re: A quand cela en France ?? Projet CVIF

        Posté par . Évalué à 2.

        J'en parle aussi à des amis qui enseignent dans ces universités qui sont favorables au libres. mais pas sûr que cela suffise.

        Faut voir aussi que les personnes/départements spécialisés ne sont jamais solitcités : chaque département fait ce qu'il veut de son côté, l'administration fait ce qu'elle veut de son côté...
  • # ... et le Venezuela

    Posté par . Évalué à 2.

    Le Perou, après le Massachussets et le Venezuela.

    Histoire de maintenir la liste à jour, au cas où d'autres seraient intéressés.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.