Logiciels Libres dans l'administration française

Posté par . Modéré par Pascal Terjan.
Tags : aucun
0
12
déc.
2002
Communauté
«L'ATICA (Agence pour les Technologies de l'Information et de la Communication dans l'Administration) émet des recommandations en vue de favoriser l'interopérabilité entre les systèmes d'information, l'usage des logiciels libres et des standards ouverts, le développement et le transfert des compétences et des savoir faire.»

L'ATICA a publié le 4 décembre la 2e version du «cadre commun d'interopérabilité des systèmes d'information publics».

C'est pas l'Pérou, mais on va dans ce sens ;)

Aller plus loin

  • # Re: Logiciels Libres dans l'administration française

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est tres positif comme recommandations sauf c'est un peu en contradiction, indirectement il est vrai, avec le projet de loi sur la copie privée qui interdit de faire sauter des mécanismes de protection : si on n'a plus le droit de faire sauter les mécanismes de protection dans le but de comprendre un format et d'ecrire un soft pour une plate-forme pour laquelle il n'y a rien permettant de lire un tel format, je me demande bien comment on va faire pour rendre tout ca plus "inter-opérable".
    Enfin si, a par que l'etat demande a l'éditeur en question une version spéciale pour Linux, mais là on perdrait l'indépendance vis à vis d'un éditeur (ce que justement on veut éviter) ...
    L'ATICA devrait peut-etre aller causer aux personnes qui élaborent le projet de loi sur la copie privée.
    • [^] # Re: Logiciels Libres dans l'administration française

      Posté par . Évalué à 3.

      Tout à fait d'accord.

      Pas mal de personnes souhaitent ou suggèrent ici de sensibiliser leur député, le grand public, le gouvernement. S'adresser à l'ATICA ne constitue-t-il pas une solution supplémentaire pour nous faire entendre ?

      Est-ce que quelqu'un sait quel poids possède l'ATICA ? Que valent leurs recommandations ?
    • [^] # Re: Logiciels Libres dans l'administration française

      Posté par . Évalué à 1.

      si on n'a plus le droit de faire sauter les mécanismes de protection dans le but de comprendre un format et d'ecrire un soft pour une plate-forme pour laquelle il n'y a rien permettant de lire un tel format, je me demande bien comment on va faire pour rendre tout ca plus "inter-opérable".

      Heuu ...

      <mauvais>
      ben il suffit
      de demander au monsieur le droit de developpement un truc
      de payer la license qui va bien x millions d'€
      de vendre ton soft pour amortir la license et essayer de survivre
      <mauvais>

      pour le moment le reverse ingeniering est legal en france, pourvu que ca dure !!
      • [^] # Re: Logiciels Libres dans l'administration française

        Posté par . Évalué à 2.

        Le mieux ce serait que les formats opensource prennent le pas sur les formats propriètaires.
        Unir les forces du libre sur des grands projets , comme c'est déjà le cas mais encore l'amplifier. Le libre doit mettre en place une stratégie comme les autres en fait.
        Soigner quelques formats clef. Ceux qui sont le plus utilisés.
        Enfin voila quoi ! c'est pas gagné.
  • # Re: Faites ce que je dis...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    On pourrait penser que l'ATICA donne le bon exemple ? Que nenni !
    Le site de l'ATICA ne passe pas au validator...
    Que diriez-vous d'un texte officiel ponctué de fautes de grammaire et d'orthographe ? C'est pourtant l'exact équivalent. Le validateur est un correcteur grammatical et orthographique adapté au langage du web, le HTML. Quand on veut donner des leçons d'interopérabilité, il faut donner le bon exemple, ce n'est pas suffisant de le dire.

    Le validator : http://validator.w3.org/(...)
    • [^] # Re: Faites ce que je dis...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Que diriez-vous d'un texte officiel ponctué de fautes de grammaire et d'orthographe ?

      J'en fais tellement que je suis mal place pour dire quoique ce soit :-0

      Quand on veut donner des leçons

      Quel est le seuil de tolerance ? Si c'est ZERO, je renvois le compliment car y'a UNE erreur sur la page de garde de l'Abul ;-)

      En plus, il faut relativiser : au moins sur la page de garde, les erreurs sont plutot minimes.

      Non, plus serieusement, il me semble que dans un guerre (comme celle qui se mene actuellement entre libre et proprietaire) il y a des priorites. Pour moi, la forme est moins importante que le fond et il faut accepter que les choses se fassent lentement. En plus, j'imagine que l'administrateur WEB sera certainement sensible a la remarque (si elle lui est formulee).
    • [^] # Re: Faites ce que je dis...

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Le site de l'ATICA ne passe pas au validator.

      Ouarf! rotfl. La meilleuire de la journée.

      Quand on veut donner des leçons d'interopérabilité, il faut donner le bon exemple, ce n'est pas suffisant de le dire.

      Pour faire simple : une page HTML c'est pas fait pour passer le validator avec succès à la base, mais pour être lu.

      Les erreurs ont emphé toi ou quelqu"un d'autre de lire la page ?
      Non.

      Ça tombe bien car le HTML à vocation à être lu par des humains, pas des validators.

      J'ai mis plus un à ton poste : faut pas le cacher c'est un chef d'oeuvre.

      Merci pour le fou rire, le troll était pas mal : j'ai pas pu m"empêcher d'y répondre.
      • [^] # Re: Faites ce que je dis...

        Posté par . Évalué à 1.

        Franchement, tu dois bien te faire chier si tu crois que l'html à vocation à être lu par des humains. Ca te dérange pas, sans cesse, ces balises ?
        C'est incroyable ce qu'on peut lire, quand meme...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.