Logiciels libres et monde du livre

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
0
2
jan.
2004
Livre
Lux Éditeur (Montréal), maison spécialisée dans les sciences humaines et la littérature, a eu récemment le plaisir de voir arriver son premier ouvrage préparé et composé avec des logiciels libres (Openoffice.org pour la préparation et LaTeX pour la composition).

Venant grossir les rangs des (petites) entreprises qui «passent au libre», cette expérience démontre une fois de plus que les logiciels libres sont adaptés à des domaines d'applications nombreux et divers.

En outre, LaTeX s'est révélé être un système de publication polyvalent, performant et accessible, alors que l'usage en faisait surtout un outil réservé aux seuls utilisateurs scientifiques.

Prochaine étape : diffuser en ligne sous une licence libre les textes ainsi publiés.

Aller plus loin

  • # Re: Logiciels libres et monde du livre

    Posté par . Évalué à 1.

    Le fait est que latex est indispensable aux scientifiques :)
    C'est le genre de textes infaisables avec un *office quelconque
    A Bruxelles, pleins de syllabi qont édités avec latex (pas seulement des scientifques) aux presses universitaires de bxl
  • # Re: Logiciels libres et monde du livre

    Posté par . Évalué à 1.

    Disons que l'usage de latex en composition de textes scientifiques est plutôt un passage quasi obligé, même pour des petits documents. Pour le texte littéraire, il ne semble pas indispensable de prime abord. Mais il présente ne nombreux avantages structurels :

    1- la typo est propre et pour des ouvrage comportant plusieurs langues (longues citations par exemple), les usages de chaque pays sont respectés.

    2- la dissociation de la partie préparation et de la partie composition fait que chacun se concentre sur son boulot : l'auteur sur le fond de ce qu'il raconte et l'éditeur sur le reste.

    3- le source latex est très petit en taille et comprimé en bzip2, j'vous dis pas !
    Ca a l'air d'un détail mais le poete peut fortuné peut préparer son texte sur une p'tite config pas chère d'occaz avec un modem 33.6 et poster son travail.

    4- l'intégration de travaux dans le cadre d'un ouvrage collectif est simplifiée. Tout le monde bosse en texte et l'éditeur intègre ça les doigts dans le nez.

    5- le changement de format papier est simplissime et surtout toutes les numérotations dynamiques suivent : table des matières, index, notes de bas de pages, renvois etc...
    (modeste expérience vécue : un changement de A4 à letter pour permettre une impression outre atlantique n'a pris que quelques minutes).

    6- les gros volumes sont correctement traités.
    • [^] # Re: Logiciels libres et monde du livre

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne suis pas forcément d'accord avec le point 4.

      Pour avoir à faire exactement cela, ça peut devenir un vrai cauchemard.

      Quand chacun définit sa macro \toto, utilise sa police de caratère (surtout pour les polices mathématiques), il y a de quoi se taper le tête contre les murs.
      • [^] # Re: Logiciels libres et monde du livre

        Posté par . Évalué à 1.

        Tu as l'air d'en connaître plus que moi, mais je me pose une question (enfin, je voudrais être certain d'avoir compris ce que tu écris) :

        Si un des auteurs d'un projet insère des macros qui lui sont propres, en quoi cela pose un problème au moment d'intégrer les différents articles, à partir du moment où l'auteur (ou les auteurs) a défini proprement sa macro (c'est-à-dire qu'elle est réellement portable) ? (C'est une vraie question, pas une remise en cause ;-) )

        Si tu es rédacteur en chef (appelons ça comme cela) d'une revue, n'imposes- tu pas quelques règles de rédaction (justement concernant l'usage des polices mathématiques en surnombre) ?

        Il me semblait que le "plus efficace" était de recevoir un fichier structuré en LaTeX et de gérer l'aspect mise en page de manière centralisée, et non éparse...

        Merci de ton commentaire, en tout cas.
  • # oo + latex ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    > (Openoffice.org pour la préparation et LaTeX pour la composition).

    Je serais curieux de savoir comment ils ont fait ?

    Parceque si c'est pour réécrire à la main toutes les commandes latex (\section, \item, $ bla + bla = blo $ et consorts) après avoir sortis un txt du oo, il y a comme un blème (à mois l'auteur ne connaisse pas latex).
    • [^] # Re: oo + latex ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Oo nous a servi à récupérer le format rtf qui était à l'origine du document.

      Ensuite rtf2latex et un peu de nettoyage.

      Ce sur quoi je travaille maintenant est : inciter les auteurs à ne pas fournir du rtf, mais directement du LaTeX... Une autre paire de manche.
      • [^] # Re: oo + latex ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        sinon il y a LyX qui offre une interface graphique proche d'un traitement de texte et qui génère du très bon LaTeX. Je l'utilise pour écrire mes nouvelles.
        • [^] # Re: oo + latex ?

          Posté par . Évalué à 1.

          L'avantage de LyX c'est, il me semble, de présenter une interface "facile" pour composer en LaTeX.

          Mais est-ce qu'il n'est pas difficile de comprendre le "principe" de fonctionnement et le fonctionnement général de LaTeX en restant derrière le voile (opaque ?) de LyX ?

          Les auteurs n'ont pas nécessairement besoin de comprendre la mécanique générale du traitement de texte qu'ils utilisent, c'est vrai. Mais j'ai peur qu'ils trouvent ça "moins bien que leur Word" (pas objectivement, certes) simplement parce que "ça ne marche pas pareil".

          Alors qu'en présentant un système radicalement différent, dont l'usage et le principe ne ressemblent pas à ce qu'ils ont l'habitude d'utiliser, il sera difficile de dire "ça marche pas pareil". Mais c'est à double tranchant, en effet, je vais devoir me reposer la question...

          Merci !
      • [^] # Re: oo + latex ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Abiword fait aussi de l'export en latex d'après mes souvenirs non ?
    • [^] # Re: oo + latex ?

      Posté par . Évalué à 3.

      propositions :
      - L'export latex de OpenOffice?
      - le format d'openOffice est du xml ( avec dtd ouverte, hum ). Donc, en 2 sec et 3 dixieme tu fait un parseur/convertisseur.

      Sachant que les styles OOo, c'est pas fait pour les chiens et que la syntaxe de l'outil formules d'OOo est assez proche de celle de latex.
      • [^] # Re: oo + latex ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Au moment de la réalisation de ce livre, j'avoue que je ne connaissais pas le module d'export latex d'Oo.

        Ce pourrait etre une bonne solution, à tester, en effet, et je te remercie pour cette info.

        En revanche, je te parie que je mettrais un peu plus que 2 sec et 3 dixièmes à faire un parseur / convertisseur :-)
  • # Re: Logiciels libres et monde du livre

    Posté par . Évalué à 1.

    J'ai lu quelque part que Context était plus approprié pour de l'édition non scientifique.
    Avez-vous essayé et si oui, confirmez-vous?
    • [^] # Re: Logiciels libres et monde du livre

      Posté par . Évalué à 1.

      Je n'ai pas essayé : mais j'ai effectivement entendu que Context était plus "adapté" pour l'édition non scientifique.

      Cela dit, j'étais déjà lancé dans LaTeX, j'obtenais ce que je voulais, je ne voyais pas pourquoi changer puisque ce travail restait "relativement" facile.

      J'aimerais voir des exemples d'ouvrages réalisés avec Context (leur site présente des "mises en pages", mais je n'ai pas vu de livres, sauf erreur).

      Il y a eu un fil de discussion à ce sujet sur fr.comp.text.tex : la personne qui présentait Context comme alternative à LaTeX pour l'édition non-scientifique semblait assez convaincue de la chose, mais ne donnait pas d'exemples.

      Et puis, du côté de LaTeX, le gros avantage, c'est qu'il y a une documentation éprouvée, des groupes de discussions actifs, c'est vraiment encourageant. (Toutefois il n'est pas impossible qu'il en soit de même pour Context.)

      Qui s'essaye ? :-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.