PROXMOX VE a 10 ans

41
19
avr.
2018
Virtualisation

Cette semaine marque le dixième anniversaire du projet libre Proxmox Virtual Environment (VE), développé et maintenu par Proxmox Server Solutions, basé en Autriche.

Proxmox VE

Proxmox VE 0.9, la plate‐forme libre de virtualisation, a été annoncée dans une première version publique il y a dix ans le 15 avril 2008 et la solution a permis de gérer KVM et OpenVZ sur une seule interface de gestion. Depuis lors, cinq versions majeures et de nombreuses mineures ont été produites.

Aujourd’hui, la version actuelle de Proxmox VE 5.1 permet aux administrateurs de contrôler l’ensemble de leur environnement informatique virtualisé avec un seul outil de gestion. Proxmox VE prend en charge deux technologies de virtualisation (KVM et LXC – qui a remplacé OpenVZ avec la version 4.0) et offre une API REST, un réseau flexible, des fonctionnalités pour offrir une grappe de serveurs (cluster) à haute disponibilité, un stockage défini par logiciel, des fonctionnalités de sauvegarde et restauration, un pare‐feu, et beaucoup d’autres outils prêts à l’emploi et de technologies libres intégrées. Depuis la version 5.1 Proxmox VE aussi intègre Ceph storage 12.2.x Luminous LTS, pour l’implémentation d’infrastructures hyper‐convergentes.

Il y a dix ans, les développeurs de Proxmox ont été les premiers à relier les deux technologies de virtualisation KVM et conteneurs (initialement OpenVZ) sur une seule plate‐forme et à les rendre facilement gérables via une interface Web. Lors du lancement du développement de Proxmox VE en 2007, les deux fondateurs de Proxmox, Dietmar Maurer (CTO) et Martin Maurer (CEO), l’ont conçu comme un CD d’installation « bare‐metal » contenant une version très modifiée de Debian GNU/Linux optimisée pour un serveur de virtualisation. Ils ont utilisé un noyau Linux modifié qui comprenait tout le nécessaire pour KVM et OpenVZ. Peu de temps après le lancement de la 0.9, la première version stable de Proxmox VE 1.0 était disponible, en 2008, avec de nouvelles fonctionnalités. Il devenait alors possible pour les utilisateurs de virtualiser des applications GNU/Linux et Windows exigeantes, d’appliquer la migration en direct et de sauvegarder leurs données via vzdump depuis l’interface graphique.

« Il est difficile de croire que Proxmox VE a dix ans aujourd’hui, et c’est formidable de voir à quel point il est devenu populaire » dit Martin Maurer, CEO de Proxmox. « Lors de la première publication de Proxmox VE, il n’existait aucune interface de gestion sur le marché permettant de gérer facilement KVM ou OpenVZ. Nous étions, pour autant que je sache, l’un des premiers projets à intégrer la prise en charge des machines virtuelles et des conteneurs sur une interface graphique centrale. Proxmox VE a été conçu pour répondre à ce besoin. Au fil des années, il a ajouté de nombreuses fonctionnalités et a été dimensionné pour répondre aux exigences des entreprises et des utilisateurs souhaitant disposer d’une plate‐forme libre pour gérer facilement la virtualisation, le réseau et le stockage. »

Aujourd’hui, Proxmox VE est traduit en 19 langues et compte environ 200 000 hôtes installés dans plus de 142 pays. La société Proxmox Server Solutions offre un accès par abonnement au support technique et aux paquets du référentiel stable. Plus de 11 000 clients allant des moyennes entreprises aux grandes entreprises, aux organismes sans but lucratif et aux particuliers ont un abonnement actif. Les forfaits varient entre 75 et 800 euros par processeur et par an, et permettent d’accéder au support technique et au référentiel d’entreprise stable qui fournit des paquets fortement testés et validés.

Proxmox VE, un projet libre de dix ans, sous licence libre GNU Affero GPL v3, offre des versions régulières et continues, et est devenu l’alternative libre aux solutions propriétaires pour la virtualisation de centre de données (datacenters) ou pour des solutions complexes de gestion d’informatique en nuage (cloud).

« Proxmox VE est devenue une puissante plate‐forme de gestion de virtualisation d’entreprise qui permet à nos utilisateurs de gérer facilement toute leur infrastructure virtualisée », explique Martin Maurer. « Nous avons parcouru un long chemin maintenant et nous ne serions pas là sans nos clients, nos utilisateurs et nos partenaires qui nous soutiennent et nous poussent constamment avec des commentaires et de nouvelles demandes de fonctionnalités. Plus important encore, nous sommes reconnaissants de tout le travail intense et des toutes les contributions de notre fantastique équipe. La conception architecturale de notre plate‐forme et le modèle de développement open-source nous permettent de nous adapter constamment aux dernières technologies et d’adapter Proxmox VE aux demandes informatiques croissantes de notre communauté. Pour notre prochaine version, Proxmox VE 5.2, nous avons par exemple Cloudinit sur la feuille de route qui, nous l’espérons, fera le bonheur de beaucoup de nos utilisateurs. »

  • # Bon anniversaire!

    Posté par . Évalué à 2.

    Je serais curieux de connaître les avantages et les différences par rapport à un projet comme virt-manager, sur un ordinateur personnel, par exemple. C'est ce dernier que j'ai installé sur mon PC et je trouve son utilisation très confortable, d'où ma question.

    • [^] # Re: Bon anniversaire!

      Posté par . Évalué à 7.

      PVE n'est pas vraiment prévu pour une utilisation personnelle : il trouve son utilité dès lors que tu as plusieurs hôtes de virtualisation à ta disposition. Auquel cas, et au prix de quelques paramétrages supplémentaires (stockage partagé, etc.), tu vas pouvoir te permettre de :

      • migrer automatiquement et sans interruption une VM, à chaud, d'un nœud à l'autre
      • mettre en œuvre de la haute disponibilité, pour que la coupure d'un nœud implique l'activation automatique de clones à jour des VMs concernées depuis les autres noeuds
      • tout gérer depuis l'interface web de n'importe quel nœud (pratique, quand ton cluster s'étend sur plusieurs sites distants)

      Et encore des tas d'autres choses très cool que je n'ai pas forcément expérimenté (templates, …).

      Évidemment, un PVE tout seul sur un noeud unique, ça marche aussi. Mais dans ces cas-là, en effet, la comparaison avec la concurrence devient davantage une affaire de goûts et de couleurs.

    • [^] # Re: Bon anniversaire!

      Posté par . Évalué à 10.

      virt-manager n'est qu'un client pour libvirt, compatible uniquement sur Linux est à mon sens très bugué, au fil des années je ne parviens jamais à l'utiliser sans faire face à des crashs avec du debug python ou à des soucis d'ergonomie.

      Proxmox est une iso qui t'installe l'OS + KVM + LXC + le web-ui à leur sauce pour gérer tout ça, et il est vraiment bien fichu. Y'a aussi des features telles que la migration de volume de stockage à chaud, je ne pense pas que virt-manager permette ça.

      virt-manager ressemble à Hyper-V
      proxmox ressemble à Esxi

      (c'est vendredi)

      • [^] # Re: Bon anniversaire!

        Posté par . Évalué à 3.

        Hyper-V est à ranger dans la même catégorie que Proxmox et ESXi ;)

        • [^] # Re: Bon anniversaire!

          Posté par . Évalué à 2.

          Je pensais plutôt en terme d'ergonomie.

          ESXi est passé full web HTML5 depuis un moment, comme Proxmox.

          Hyper-V c'est la console style MMC avec l'affichage RDP, très ridige. Un peu comme virt-manager…

      • [^] # Re: Bon anniversaire!

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        De loin proxmox ressemble à Esxi, mais pour une utilisation personnelle, je trouve proxmox très supérieure :

        • Déjà c'est une base debian, et on n'est pas obligé de partir de l'iso fournie par proxmox : on peut partir d'une debian et ajouter le dépot proxmox. Ou a l'inverse on peut partir de l'iso, et ajouter n'importe quel paquet de debian via apt (autant dire qu'on a du choix et que c'est bien supporté). Aussi, la machine n'est donc pas obligatoirement dédiée à faire de la virtualisation : on peut s'en servir en même temps comme workstation, NAS (merci le support natif de ZFS par le kernel fourni par proxmox), HTPC… sans bidouille infâme que certains font avec ESXi pour faire du passthrough du hardware à une VM.

        • Ensuite pour moi le gros intérêt de proxmox, c'est de ne pas se limiter à de la full virtualisation, mais surtout du conteneur (openVZ autrefois, LXC maintenant) : c'est beaucoup plus léger et ça tourne bien sur une petite machine (par exemple les fameux HP microserveur, donc aussi très bien en NAS et HTPC en rajoutant une carte video…)

        • [^] # Re: Bon anniversaire!

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Et avec Proxmox tu partitionnes comme tu veux, tu peux utiliser ZFS.
          Tu peux installer le VPN de ton choix pour administrer à distance, pour accéder aux invités (bien pratique pour du Windows auquels des itinérants accèdent), etc.

          C'est du « bête » KVM avec un emballage bien fait. Ça change tout :-)

          Comme indiqué dans un autre fil, le hic est la sauvegarde : pas de déduplication, pas de sauvegarde multi-destination, etc. Il faut faire à la mano.
          Mais bon, si je ne suis pas content, personne ne m'empêche de participer.

  • # Approuvé

    Posté par . Évalué à 5.

    Je le teste en ce moment et j'approuve, c'est probablement la solution KVM/LXC clés en main la plus simple à installer et à administrer. Et surtout MERCI d'avoir viré cet abominable plugin VNC pour le remplacer par NoVNC (full HTML5), on peut enfin attraper le grub au démarrage :) Reste juste à améliorer la partie backup qui n'est pas utilisable en l'état (carrément trop basique) mais le boulot accompli est déjà énorme, merci :)

    • [^] # Re: Approuvé

      Posté par . Évalué à 1.

      Virtualiser c'est bien
      Mais sauvegarder des VMS c'est mieux
      Je ne connais pas proxmox peut tu dire en quelques mots ce qu'il y a de basique dans les sauvegardes ?

      C'est vrai que le couple VMWARE + VEEAM est très bien mais aussi … très très cher

      Proxmox nous intéresse pour des machines de dev et de test en esperant mieux …

      • [^] # Re: Approuvé

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Proxmox intègre directement un outil de sauvegardes plutôt efficace et accessible depuis l'interface WEB.

        Un petit tour sur le Wiki et tu trouveras, je pense, les réponses à tes questions :
        https://pve.proxmox.com/wiki/Backup_and_Restore

        Pour l'avoir utiliser en entreprise, je plussoie que c'est basique ; PVE sauvegarde la VM sur un espace de stockage (NFS, Disque Dur, CEPH…).

        Il est possible de planifier la sauvegarde, le nombre de sauvegardes à conserver… En soit des options assez basiques si nous faisons une comparaison avec VEEAM. Mais pour une PME avec une vingtaine de VM, c'est à mon avis suffisant.

        • [^] # Re: Approuvé

          Posté par . Évalué à 3.

          Proxmox intègre directement un outil de sauvegardes plutôt efficace et accessible depuis l'interface WEB.

          Heu désolé mais non, tu ne peux pas dire que leurs backups sont efficaces.

          En gros tu programme tes backups vers un emplacement, mais y'a pas de notion de rétention du tout, ni d'incremental, c'est du full à chaque fois, jusqu'à ce que ton stockage soit plein ou qu'il atteigne son seuil de backups max. Bref c'est à des années lumières de ce que propose FreeNAS avec les snapshots ZFS :)

          • [^] # Re: Approuvé

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            J'ai ici un proxmox qui travail sur du zfs et on peut faire des truc intéressant avec zfs.
            Tu peut même faire des snapshots via le réseau.

            Après sur du lvm comme on a au boulot (carte raid physique) ben on utilise vzdump qui fait un full-backup pour les vm ou une sauvegarde nocturne suffit.
            Sinon on utilise rsnapshot pour aller chercher les données intéressantes (dump des bases de données une fois jours avec journal des transactions chaque heure, et fichiers chaque heure).
            Pour ça avant que rsnapshot copie il fait un snapshot lvm de la vm, le monte sur l'hyperviseur puis rsync fait sont boulot.

            Mais bon c'est plus simple avec du zfs.

          • [^] # Re: Approuvé

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je suis totalement d’accord, les backups sont ultra basique. Par contre, dire qu’il n’y a pas de rétention c’est faux, tu peux, par emplacement de stockage, dire combien de backup maximum (par VM) tu veux.

          • [^] # Re: Approuvé

            Posté par . Évalué à 3.

            avec la majorité des stockages qui supportent les snapshots et la dedup ce n'est plys vraiment critique.

            Du reste la tebdance est à sauvegarder les données applicatives / db et à ne faire que de la gestion de config (puppet, ansible, whatever) pour recréer la vm à l'identique en une poignée de minutes si besoin. CV Dès lors la notion de backup de vm n'est pertinente que sur des environnements qu'on ne maîtrise ne maîtrise pas style vm configurées et gérées par des prestataires externes mais dans ce genre de cas il est de toute manière très rare qu'ils supportent autre chose que du vmware…

      • [^] # Re: Approuvé

        Posté par . Évalué à 2.

        Du coup j'ai répondu au commentaire suivant.

        Même sans aller jusqu'à un Veaam-like, pouvoir faire des snapshots incr avec une durée de rétention ce serait pas mal.

        • [^] # Re: Approuvé

          Posté par . Évalué à 3.

          ???
          Ok pour l'incrémental, mais pour la rétention, tu l'as il suffit d'indiquer combien de sauvegarde/cont tu veux… Et ensuite il programme l'effacement après chaque sauvegarde réussi…
          Du coup on a tjrs 2 ou 3 sauvegardes/container

          Je dis pas c'est basique, mais ça fait le job

          "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

  • # On peut faire tellement de choses avec proxmoxve...

    Posté par . Évalué à -1.

    On peut faire tellement de choses avec ce projet!!! il est top.
    Pour ceux qui ont un compte linkedin, j'ai rajouté une vidéo en live, même si la qualité!!!!, sur mon compte.

    "Mon POC avec les Projets Open-sources : Proxmoxve, Ceph, Glusterfs, Debian, Centos, dcos, Mesos, Kubernetes…"
    Et tout ces projets sur PROXMXOVE 5.1.
    La version 5.2 ne va pas tarder à sortir avec plein de nouveautés. Un très bon projet open-sources évolutif.

  • # 10 ans d'utilisation de Proxmox

    Posté par . Évalué à 4.

    Au boulot, nous avons commencé à utiliser Proxmox en 2008. Et nous administrons actuellement une 50aine de serveurs physiques avec cette solution. J'avoue que ça fonctionne plutôt bien.
    Le changement de version majeur a parfois été un peu délicat, mais il faut avouer que depuis la version 3, la solution s'est beaucoup professionnalisée.
    Le passage d'OpenVZ à LXC nous a obligé à repenser nos méthodes de sauvegarde, avec OpenVZ nous sauvegardions en incrémentale avec un agent de sauvegarde par serveur Proxmox en plus des dumps une fois par semaine. Avec LXC nous avons été contraint de sortir les données de nos conteneurs LXC pour les sauvegarder comme avant.
    Nous apprécions beaucoup l'intégration native de Ceph dans la solution, c'est la solution la plus simple pour administrer un cluster Ceph et donc de proposer une solution "HyperConverger".
    Il y a encore beaucoup de chose à dire, mais en résumé Proxmox nous a permis pendant 10 ans d'avoir une solution alternative à Vmware qui correspond à nos besoins.
    Le passage progressif vers de la containerisation Docker avec Kubernetes, entrainera une baisse d'usage de Proxmox, mais il y a encore beaucoup de cas d'usage où cette solution sera la plus adaptée.

  • # Pour le geek fauché également !

    Posté par . Évalué à 1.

    Je n'ai découvert Proxmox que très récemment (février environ) mais ça m'a soulagé d'un poids énorme, moi qui aime bidouiller mais qui n'ai pas les moyens/place/temps d'utiliser des machines différentes.

    J'ai un seul serveur (un vieux PC de récupération en fait) que j'utilise aussi bien pour du service de prod (solution Jeedom notamment, Dolibarr pour l'asso des parents d'élèves) que pour des choses plus expérimentales.

    La solution des conteneurs gérés par Proxmox m'a libéré des risques de bidouille malencontreuse, d'incompatibilités logicielles etc. C'est simple (même quand on est pas sysadmin de formation) et efficace.

    Bref, j'en suis à 9 conteneurs sur cette vieille bécane, et un grand merci, bravo, et bon anniversaire à Proxmox !

  • # Proxmox et backup

    Posté par . Évalué à 2.

    Solution qui semble mantenant très pro, j'ai vu une démo avec Ceph et ça semblait équivalent à du Cisco hyperflex.

    En parlant de backup, il existe ceci qui semble aller dans le bon sens :
    Deduplicated backup

    Des retours ?

  • # Bon produit

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je l'utilise en situation pro (environnement lab/production "légère") et perso (nas, lab). J'en suis assez content malgré certains points qui me gênent.
    Pro:
    - Souche full debian. Impensable de faire du soft raid, drbd ou bcache sur un esxi par exemple. Plusieurs fois j'ai trouvé cette qualité indispensable à mes besoins
    - Plutôt stable. Tous les problèmes que j'ai pu avoir étaient liés à des problèmes hardware, problèmes de drivers linux (que j'aurais eu ailleurs) ou liés à des composants debian que je connais déjà bien.
    - Ca marche, rien à dire là dessus.

    Certains points me gênent un peu, mais jusqu'à présent pas de manière rédhibitoire:
    - L'install par défaut ne supporte pas les mises à jour de PVE par apt-get. Le repo marqué n'est pas autorisé en lecture. Si je télécharge pve aujourd'hui pour rajouter une machine dans le cluster, je n'aurai pas le même niveau de version. Je comprends que c'est leur business mais c'est géré de façon un peu maladroite.
    - Le nag screen quand on se loggue sur l'interface web. En soi c'est pas insurmontable, il suffit de cliquer oui, mais ça donne une très mauvaise impression sur le produit. Un tel écran sur un produit médiocre m'aurait convaincu de le jeter à la poubelle.
    - Proxmox n'est pas utilisable sans bonnes connaissances d'admin sys linux. Beaucoup de choses doivent être configurées à la main (en particulier LVM) dans la console. Ca ne me dérange pas, j'ai même beaucoup appris sur LVM et le fonctionnement des block devices dans linux, mais je peux comprendre que ça rebute certains utilisateurs novices.
    - Soit j'ai mal cherché, soit il manque pas mal de helper scripts qui me semblent pourtant aller de soi. J'ai du créer mes propres scripts pour importer des VM virtualbox ou vmware, qui vont jusqu'à créer le LV à la bonne taille, dumper l'image dedans, créer le fichier de VM etc. Très étonné qu'à défaut de pouvoir le faire depuis la GUI, il n'y ait pas un seul programme disponible pour faire ça automatiquement.

    J'en suis très content, mais je ne le conseillerais pas à quelqu'un ayant zéro expérience préalable en virtu ou admin sys.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.