Un enseignant d'une université espagnole censuré pour avoir défendu les réseaux P2P

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Étiquettes : aucune
0
12
juin
2005
Presse
Jorge Cortell est enseignant à l’Université Polytechnique de Valence (Espagne).

Il devait donner une conférence sur les usages légaux et les avantages des réseaux P2P - sur invitation du syndicat étudiant ETSIA et d’un groupe d’utilisateurs de GNU/Linux, à l’occasion de la « Semaine de la culture » - dans l’un des bâtiments de l’Université.

Sous la pression de l’association américaine de l’industrie cinématographie (MPAA), la direction de l'Université a tenté de le censurer en refusant de lui fournir une salle. Il a réussi à faire sa conférence dans la caféteria, mais suite à des pressions extérieures, on lui a demandé de démissionner. L'aventure de Monsieur Cortell met en relief la puissance des lobbys de l'industrie du cinéma et de la musique, et les moyens de pressions qu'ils essaient de mettre en oeuvre pour lutter contre les réseaux P2P. Pourtant, à l'heure actuelle, il peut être tout à fait légal de les utiliser.

Aller plus loin

  • # Et la liberté d'expression?

    Posté par  . Évalué à 10.

    Ces majors en plus d'etre contre les p2p , sont contre la declaration universelle des droits de l'homme.
    Je rapelle le contenu de l'article 19
    "Tout individu a le droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et répandre, sans considération de frontières , les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."
    • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

      Posté par  . Évalué à 10.

      Franchement quand je lis ça, je me dis que l’industrie américaine du disque est à l’agonie. Pour exercer une censure tous les moyens sont bons, y compris de ne pas s’adapter à l’essor d’Internet.
      Bref, longue vie au P2P légal.
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

        C'est quand meme inquietant qu'une association industrielle puisse exercer une telle pression sur une institution publique (université)

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  . Évalué à 6.

        s/agonie/apogée/

        Et comme toutes les apogées, on ne veut pas en redescendre quand on y est.
        • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          Grandeurs et décadence.... C'est le sort de tous les empires. Généralement la chute est brutale. l'empire de l'édition phonographique n'a aucune raison d'y échapper. Son trésor de guerre lui permettra de ralentir sa chute en exerçant des pressions ainsi que des bricolages juridiques et législatifs mais cette chute est inexorable.
          L'avenir de Microsoft est d'ailleurs tout à fait comparable à celle de l'industrie du disque.
          • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

            Posté par  . Évalué à 8.

            D'accord pour l'industrie du disque, y vont tomber et ça va pas tarder...
            Microsoft je suis quand même un peu plus sceptique.
            • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

              Posté par  . Évalué à 2.

              D'accord pour l'industrie du disque, y vont tomber et ça va pas tarder...

              Je ne vois pas du tout le problème avec l'industrie du disque, ils font aussi des support vierge.
              Je crois plus qu'ils ont un problème avec la Liberté quelque soit le moyen d'expression,

              Pour la musique libre: http://www.delcamp.net/(...)
              • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

                Posté par  . Évalué à 3.

                Ouais, c'est vrai que j'ai pris un raccourci... Je voulais dire les majors, les grosses maisons d'éditions dans leur forme actuelle.

                "ils font aussi des support vierge"
                Ouais, ça leur rapporte combien les supports vierges/ "oeuvres" musicales ?
                • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  Ouais, ça leur rapporte combien les supports vierges/ "oeuvres" musicales ?

                  En terme de droits le support vierge rapporte plus que le reste du moins en France, vu le nombre d'album vendu. Je ne dit pas que cela rapporte aux auteurs.
            • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

              Posté par  . Évalué à 5.

              Microsoft je suis quand même un peu plus sceptique.


              Ça fait pourtant des années qu'on le dit :-)
            • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

              Posté par  . Évalué à 3.

              Microsoft je suis quand même un peu plus sceptique.
              C'est clair, il faut se rappeler un peu de la taille et de la puissance des entreprises qu'on a en face.
              Microsoft va bien, très bien même, ils sont loin d'avoir utilisé leurs réserves d'argent.
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

        Et longue vie surtout à la Musique Libre ( http://musique-legale.info/(...) ) et a iRate ( http://www.irateradio.com/(...) ) !!!
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  . Évalué à 8.

        Franchement quand je lis ça, je me dis que l’industrie américaine du disque est à l’agonie

        C'est ce qu'on appelle être optimiste !! Moi je vois une montée en puissance constante de ces grosses sociétés et la quasi impunité qu'elles ont pour faire régner leur justice.

        C'est carrément flippant.
        • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

          Posté par  . Évalué à 4.

          tu vois une montée en puissance parce que tu vois enfin quelque chose...

          On parle d'eux parce qu'ils bougent, et qu'ils bougent de plus en plus.
          Et ils bougent pour se protéger contre le méchante pirate internetien, qui leur bouffe le pain sous le nez...


          ---
          C'est sur qu'avec des daubes comme j'en croise parfois à la radio, je préfère aller pirater des cd japonais... au moins ya des trucs bien plus sympa la dedans que le rnb fwareux de fun ou nrj...

          m'enfin, c'est mon avis, et comme tous les avis, il veau ce qu'il veau...
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  . Évalué à 4.

        ils ne sont pas à l'agonie, l'industrie du disque n'a jamais fait autant d'argent. Quand ils te disent que leur revenus baissent, c'est que la hausse de leur revenus baissent. C'est comme quand le gouvernement dis que le taux de chômage baisse.
    • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

      sont contre la declaration universelle des droits de l'homme.


      C'est surtout contre la liberté d'expression dont jouissent les professeurs d'université.

      Je sais pas comment ca se passe en Espagne mais en France, les prof de fac ont une liberté d'expression, qui, théoriquement, est vraiment très grande. Il faut vraiment y aller très très fort pour se faire dégager (faire du révisionnisme par exemple ... et encore ...).

      Cela étant, je remarque que le personnage n'était pas professeur mais à un grade inférieur (qui doit etre l'équivalent de chargé de cours ou de maître de conférence). Cela pourrait-il expliquer l'origine de ces problèmes ?

      En tous cas, si quelqu'un à plus d'info sur le statut des prof en espagne et leur degré de liberté, par curiosité, j'aimerai bien savoir ce qu'il en est :)
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  . Évalué à 7.

        le statut des prof en espagne et leur degré de liberté


        Ah, tout le monde n'a pas le droit de s'exprimer ? Je pensais que la liberté d'expression s'appliquait à tout le monde...
        Bon, ok, il n'a pas le titre de professeur, comme il le précise d'ailleurs dans son blog, mais il n'en reste pas moins vrai qu'une de ses liberté fondamentales a été ignorée, voire refusée.
        Tout ça parce que les majors veulent imposer l'équation "p2p = illégal" histoire de leur laisser un peu de temps pour rattraper l'énorme retard qu'ils ont pris dans le monde moderne.
        • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

          Posté par  . Évalué à 8.

          Bon, ok, il n'a pas le titre de professeur, comme il le précise d'ailleurs dans son blog, mais il n'en reste pas moins vrai qu'une de ses liberté fondamentales a été ignorée, voire refusée.

          Ce n'est pas exactement ça, tout de même. Un professeur ou un maître de conférences, dans le cadre de son travail (j'insiste), a le devoir de maintenir une certaine qualité. Je ne vois pas pourquoi il serait choquant de punir un professeur dont les interventions magistrales (cours, conférences...) seraient devenus totalement fantaisistes.

          Maintenant, pour le cas présent, je pense :
          1) que la victime ne semble ni folle à lier ni totalement indigne d'enseigner
          2) que pousser quelqu'un à la démission sans même la moindre discussion préalable ni le moindre avertissement (ou mise à l'épreuve) est totalement puant, et que le chef d'établissement devrait être puni pour un tel comportement
          • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            En Espagne la liberté d'opinion qui était très peu tolérée sous Franco, a encore beaucoup de progrès à faire. Il y a toujours des Basques emprisonnés pour leurs opinions bien qu'ils aient les mains propres.
        • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Ah, tout le monde n'a pas le droit de s'exprimer ? Je pensais que la liberté d'expression s'appliquait à tout le monde...


          A la base, ça n'est pas vraiment un problème de liberté d'expression mais plus un problème de recherche (qui est en amont de l'expression elle-même :) ).
      • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

        Posté par  . Évalué à 1.

        Je sais pas comment ca se passe en Espagne mais en France, les prof de fac ont une liberté d'expression, qui, théoriquement, est vraiment très grande.

        Je dirais même plus. En france, on étudie les réseaux p2p. Il y a une équipe au loria ( www.loria.fr ) qui étudie ces réseaux et fait de la recherche également. De plus, on enseigne aux étudiants les différentes caractéristiques de ceux-ci.
    • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

      Posté par  . Évalué à 2.

      Donc si j'ai bien compris on vote pour un gouvernement mais ce sont les lobby qui font les lois ??? Pffffff.... Je n'aurais pas du prendre la pilule rouge
    • [^] # Re: Et la liberté d'expression?

      Posté par  . Évalué à 1.

      C'est pathètique, qu'est ce que çà peut leur foutre qu'on utilise BitTorrent pour télécharger la dernière release d'une distro !!!

      La MPAA a des filliales dans l'hébergement professionnel et çà les vénére pour l'économie de bande passante ?

      We all live in a beautiful world
  • # P2P Légal : Exemple

    Posté par  . Évalué à 6.

    Alors comme ca le P2P serais illégal, nombre de procès aux USA (justement) démontre que seul le contenu (sous copyright© ) mis sur les réseau P2P est illégal.

    Que dire alors des distributions gnu/linux sous license GPL qui sont sur ces réseaux P2P (ex: le DvD de ubuntu dispo seulement sur le P2P), les majors vont dire que c'est illégal aussi ?

    Et pour se rapprocher de leurs domaine, que dire des artistes qui mettent leurs musique sous CreativeCommons ? (ex : jamendo.com) et utilise donc le P2P comme moyen de diffusion étant donné le moindre frais que celà nécessite ...

    Mais bon, je prèche des convaincu et je n'aide pas beaucoup ;-)
    • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -1.

      Il est des évidences qu'il est bon de rappeler, même à des "convaincus": Tout le monde ne sais pas tout !

      Oui, les Creative Commons et autres licences libres sont l'avenir de la culture. Mais ça va être long... ;-)
      • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

        Posté par  . Évalué à 4.

      • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

        Oui, les Creative Commons et autres licences libres sont l'avenir de la culture. Mais ça va être long... ;-)


        Attention au mélange des genres : seules certaines licences des creatives commons sont des licences libres.
        • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Je m'en suis aperçu grace au lien du post plus haut... Néanmoins, je crois qu'une licence By-NC-SA, bien que non libre, reste tout de même très ouverte... Après tout, le "NC" n'interdit en aucun cas la commercialisation de l'oeuvre, mais juste de le faire sans l'autorisation de l'auteur... Cela n'empêche en rien la libre diffusion de l'oeuvre, et donc du savoir.

          Par contre, pour une documentation ou quelque chose de ce genre, le NC m'apparait maintenant comme non nécéssaire (Comme par exemple le contenu de mon wiki: Dokuwiki inscrit By-NC-SA par défaut pour le contenu du site, et je pense que By-SA suffit amplement !)
          • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

            nc-sa, historiquement ça a déjà existé : le shareware avec source disponible. Ça avait même le haut du pavé dans les années 90. Et effectivement, les gens les diffusaient, par contre l'insécurité lié à leur utilisation a tué les shareware. Apple a fait les frais d'avoir vendu sur des CDs des shareware en hypercard d'auteurs sans leur consentement. Alors après les démarches pour être enregistré sur le site des applis shareware répertoriées tourner sur apple est devenu un parcours du combatant pour s'assurer qu'ils ne prenaient pas de risque.

            Ce qui importe dans le libre c'est pas d'avoir les sources, c'est surtout de ne pas avoir à se poser de questions. Vivre sous le règne de l'arbitraire ne milite pas en faveur des nc, et le libre a permis de s'affranchir de cet arbitraire. De plus les auteurs de shareware ont l'air de se faire des noeuds au ventre en s'enquiquinant avec les histoires d'exploitation commercial.

            Lutter contre les ulcères
            ne faîtes pas du shareware.
            • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              > Lutter contre les ulcères
              > ne faîtes pas du shareware.

              Le libre *est* du shareware (linverse n'est pas vrai). L'idée de base du shareware c'est justement que tu peux le donner à ton voisin. Ils sont aller moins loin que le libre mais l'idée de base n'était pas totalement mauvaise (l'idée du partage).
              Après ça a dérivé en "version démo limitée pour que tu payes ensuite", ce qui est largement différent.
              • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                1) le shareware proposait rarement l'accès aux sources donc on pouvait pas le modifier ;
                2) il ne permettait la libre redistribution (car il limitait à la mise à disposition à titre gratuit) ;
                3) il était payant pour l'utilisateur, gratuit à l'essai ;

                pas de liberté de modification
                pas de liberté de distribution (même être libre de faire payer) ;
                Pas de liberté d'utilisation ,

                Donc il est clair que le shareware n'est pas libre. Le libre peut-il être inclus dans le shareware ?


                Le logiciel libre contrairement aux shareware n'est pas une démarche marketing : le logiciel libre se défini indépendemment de l'économie, les shareware et les freeware par rapport à l'économie. Ces deux démarches sont donc fondamentalement différentes car l'une se construit autour de l'acte de payer (ou non), l'autre autour de la liberté de créer.

                De toute façon c'est du service que l'on achète pas du logiciel. Et le marché de l'informatique n'est pas celui du logiciel en boîte, mais du service. Pour une licence Siebel ou SAP achetée, 20 fois plus est dépensé en intégration pour sa mise en service. SAP touche plus en négociant du partenariat, en vendant des formations, de l'expertise, de la doc qu'en vendant du logiciel. De même microsoft ne gagne pas de l'argent en vendant des boîtes de logiciels, ils vendent des livres, des X-boxs, des certifications, des partenariats, du support technique ... et une position presque dominante.

                Le shareware étaient, et les cc-nc restent des réponses inadpatées au marché de la diffusion, sauf si on le réduit à vouloir lutter avec les gros éditeurs avec leurs armes sur leur terrain : celui de l'économie de masse par le petit bout de la lorgnette..
                • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                  > Le logiciel libre contrairement aux shareware n'est pas une démarche marketing

                  Le shareware non plus. Notes d'ailleurs bien le nom. Ce qui a fondé le shareware c'est la possibilité de partager (si les marketeux ont pris le créneau ce n'est qu'après coup).

                  > De toute façon c'est du service que l'on achète pas du logiciel.

                  Ca c'est une affirmation purement gratuite, et non étayée. Pour la plupart des gens c'est bien du logiciel qu'ils achètent (qu'on parle de particuliers ou de PME). Et franchement je ne vois aucune raison qui rendrait ça mal (le fait de payer le logiciel et pas le service).

                  > Le shareware étaient, et les cc-nc restent des réponses inadpatées au marché de la
                  > diffusion, sauf si on le réduit à vouloir lutter avec les gros éditeurs avec leurs
                  > armes sur leur terrain : celui de l'économie de masse par le petit bout de la
                  > lorgnette..

                  A ce compte là le libre est aussi inadapté, il ne permet rien de plus de ce coté là. Heureusement ni le libre ni le shareware n'ont pour but "le marché".
                  • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                    Le shareware est une démarche marketing

                    D'abord je te laisserais le plaisir de relire le Jargon file sur freeware et shareware :
                    http://www.linux-france.org/prj/jargonf/S/shareware.html(...)
                    http://www.linux-france.org/prj/jargonf/F/freeware.html(...) [1]


                    En tout cas, l'un des deux papas du shareware, Jim Knopf (cofondateur de l'Association of Shareware Programmer), est plutôt pas d'accord avec toi :

                    http://www.freewarehof.org/sstory.html(...)

                    Je te laisse lire l'histoire du shareware tel qu'elle est raconté par l'assoc. qu'il a fondé :
                    http://www.asp-shareware.org/users/history-of-shareware.asp(...)

                    Liste de produits shareware connus est appuyé par une vision philanthropique :
                    doom, wolfenstein 3D,
                    netscape,
                    winzip
                    pctalk
                    procomm
                    paint shop pro



                    Tu peux toujours corrigé l'article anglais si t'es pas d'accord :
                    http://en.wikipedia.org/wiki/Shareware(...)

                    Laisse moi deviner : le jargon file, wikipedia, l'ASP, et l'inventeur du shareware se trompent tous quand ils disent que c'est une technique de marketing ?


                    [1] Freeware a été (TM)é par Andrew Fluegelman le deuxième inventeur du shareware
                    • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                      La définition que tu cites en premier n'engages que son auteur. Je retiens juste une chose, le nom veut dire littéralement "chose qu'on partage" et ta définiton ne parle pas de partage ni même de redistribution. Moi ça me suffit à déclarer qu'elle n'a aucune valeur.

                      L'histoire que tu cites après est probablement plus proche. J'y cite en particulier :
                      " decided to place a message in the program. I would ask those who received it to voluntarily send a modest donation to help defray my costs. The message encouraged users to continue to use and share the program with others, and to send a $10 donation only if they wanted to be included in my mailing list."

                      On y parle tout de même de don volontaire et de diffusion libre. Loin de la diabolisation marketing que tu sembles vouloir mettre en avant.

                      Je ne nie pas que ça puisse être un modèle économique. Je ne nie pas non plus que ça puisse être une manière de faire de la publicité pour que certains achètent le produit. Mais franchement, tu peux en dire autant pour Trolltech, MySQL AB et bien d'autres : la version redistribuable n'existe que pour faire connaitre/distribuer le produit et ferrer le client payant.

                      Je n'ai pas dit non plus qu'il s'agissait forcément de philantropie. En essayant de déformer et faire dériver mes propos tu ne soutiens pas vraiment ce que tu veux dire. Des non philantropiques tu peux en trouver aussi dans le libre (j'espère que tu n'es pas naif au point de croire que les gens faisant du libre pour des raisons marketing ou financières n'existent pas)


                      > Laisse moi deviner : le jargon file, wikipedia, l'ASP, et l'inventeur du shareware
                      > se trompent tous quand ils disent que c'est une technique de marketing ?

                      Laisses moi deviner, le fait que wikipédia dise qu'il s'agit de version d'essai et qu'un des pionniers du genre parle de don volontaire ne t'apparait pas comme une incohérence pouvant insérer un doute dans les définitions ?
                      Mis à part l'article du pionnier en question ces textes sont relativement récents et traduisent plus l'aspect après dérive qu'autre chose. Et je retiens mon opinion sur Wikipédia qui est tout sauf une bonne source pour les définitions (c'est plus une bonne source pour "l'avis consensuel des gens proches des milieux libres").

                      Les termes ont effectivement évolués pour séparer le payant du gratuit en shareware/freeware mais le seul oien "d'autorité" que tu cites parles justement de shareware avec un concept de don volontaire et pas de période d'essai.
                      Le concept du shareware dont il parle c'est justement la nouveauté d'autoriser la diffusion et il l'a mise en application avec un "aucun paiement obligatoire".
                      C'est le pionner que tu cites dans le texte que tu cites qui le dit, pas moi. Tu ne crois plus tes propres liens ?
          • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            Après tout, le "NC" n'interdit en aucun cas la commercialisation de l'oeuvre, mais juste de le faire sans l'autorisation de l'auteur...


            Ben ... sans l'autorisation de l'auteur, faire cela est interdit !

            C'est un peu comme si tu disais qu'être cul-de jate, c'est pas gênant tant que tu marches pas. Certes ... :-)

            L'interet des licences libres, c'est justement -entre autres- de t'accorder cette autorisation
            • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

              Je me suis mal exprimé, ou alors je n'ai pas bien compris le NC:

              J'interprête cette clause comme la possibilité pour un quidam de faire de l'argent avec une oeuvre (ou au moins de ne pas perdre d'argent en la diffusant), mais il est obligé d'avoir au moins la politesse de prévenir l'auteur, et par la même de flatter son ego ;-).

              Cela n'implique en rien la rétribution de l'auteur: Après tout celui-ci n'a pas forcément envie se faire rétribuer, sinon ce n'était pas la peine de choisir une licence libre, non ? Certes, libre ne veut pas dire gratuit, mais l'auteur peut très bien avoir d'autres motivations que l'argent pour utiliser le NC...

              Enfin, j'ai peut-être mal interprêté. Quoi qu'il en soit, je me tournerais plus facilement vers By-SA maintenant, car le NC ne m'est d'aucune utilité !
              • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                > il est obligé d'avoir au moins la politesse de prévenir l'auteur,
                > et par la même de flatter son ego ;-).

                Non, l'explication est on ne peut plus claire :

                http://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.5/(...)
                Noncommercial. You may not use this work for commercial purposes.

                Rien n'empêche l'auteur de t'autoriser par ailleurs une redistribution commerciale si tu lui demande (c'est une sorte de double licence), mais la licence elle même te l'interdit.
    • [^] # Re: P2P Légal : Exemple

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      << Mais bon, je prêche des convaincu et je n'aide pas beaucoup ;-) >>

      Ne crois pas ça!
      Tout argumentaire est bon à prendre, s'il est sincère et validé par les faits.
      Les pages de linuxfr sont lues par des personnes qui découvrent peut être ces problèmes. Ce peut être des débutants, des gourous spécialisés dans d'autres domaines (il m'est déjà arriver d'aider des spécialistes de la ligne de commande sur des interfaces graphiques mandrake), ou des visiteurs de passage. On ne peut pas forcément penser à tout, et ce que tu dis, et les autres est utile pour élaborer une pensée, des paroles et des actions au profit du Logiciel Libre.

      Pour des problèmes comme celui -ci, il m'arive de citer la page de Linuxfr.org à des élus ou leurs assistants, à des responsables divers, parcequ'ils peuvent ainsi lire la parole de la vraie base, et surtout parceque l'effervescence de la discussion fait surgir des arguments, des exemples, des adresses webs intéressantes.

      Le système de plussage/moinssage a cet avantage de mettre en évidence la parole d'une communauté, les paroles plutôt, puisque des messages contradictoires peuvent êtres mis en avant. Ce n'est pas un système parfais, mais cette régulation communautaire autogérée, sans commissaire politique ou censeur institutionnel, est somme toute globalement efficace et finalement subversive par sa propre existence.
      Les messages moinssé ne sont même pas supprimés; simplement moins visibles. En comparaison d'autres milieux, même parfois parmis ceux qui se déclarent les plus progressistes, c'est une vraie réussite.

      Tout cela pour dire que vos arguments, vos discussions, vos plaisanteries, et vos pirouettes, sur linuxfr sont quelque chose d'utile pour le travail de lobbying que j'essaye de faire, et d'autres aussi j'espère.

      Par exemple, je pense envoyer le lien de cette page à quelques artistes.

      En tout cas j'espère que personne ne se dira après ce message <<oulah, si la page est lue ailleur je dois me surveiller!>>
      C'est telles qu'elles sont que les discussions de linuxfr me plaisent et me sont utiles.
  • # MPAA mais surtout SGAE.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

    L'article n'est pas correcte. Il laisse croire tout est de la faute du MPAA alors que c'est surtout leur equivalent espagnol, la SGAE et l'industrie du disque Promusicae, qui sont à l'origine du problème (sans doute épauler par la MPAA).
  • # objectivite

    Posté par  . Évalué à 7.

    Vu que le fait date de quelques temps (au mois 3 semaines), il aurait ete bien de faire un compte rendu de ce qui c'etait passe depuis et des commentaires fait sur les autres medias ( par exemple http://barrapunto.com/journal.pl?op=display&uid=4686&id=134(...) qui fait des remarques sur le cv du monsieur).
    De plus a part le blog du monsieur,il aurait ete bien d'avoir d'autres liens : c'est tres facile de raconter ce que l'on veut sur son blog et de repandre des rumeurs...
    • [^] # Re: objectivite

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Ça a l'air sympa, barrapunto, mais j'ai un peu de mal a lire l'espagnol.

      Tu pourrais nous faire un résumé, ou tu as des liens vers un tel résumé ?
      J'ai essayé de suivre les liens, mais finalement, les seules choses que j'ai pu lire, c'est des traductions du blog du monsieur, et rien d'extérieur. Ça n'aide pas vraiment la crédibilité de l'histoire
      • [^] # Re: objectivite

        Posté par  . Évalué à 1.

        Ce que dit le monsieur, c'est que Jorge Cortell a un CV pour le moins douteux : en faisant une petite recherche de l'origine de ses diplômes, on se rend compte que ceux-ci n'ont pas été délivrés par une université mais (vendus) par une institution, ce qui peut nuire à sa crédibilité.
        • [^] # Re: objectivite

          Posté par  . Évalué à 5.

          C'est bien certain que les majors vont tout faire en leur pouvoir pour le discriditer, qui n'as pas commis des fautes dans sa vie? Il ne faut pas se laissé détourner de l'attention principale du sujet par des enquêtes à la colombo.
    • [^] # Re: objectivite

      Posté par  . Évalué à 4.

      Je suis completement d'accord avec toi que pour aborder cette news, il faudrait la developper (et pas uniquement sur la personne concernée mais aussi sur le contexte politique et economique) mais vouloir de l'objectivite et prendre comme exemple un journal de barrapunto...
      Je consulte ce site environs une fois par jour pour les informations locales (español) mais les commentaires et les journaux ce sont des nids a troll (voir raciste...). Et en plus franchement cela n apporte strictement rien au debat et en effet c'est tres facile de raconter ce que l'on veut sur internet et de rependre des rumeurs

      J ai pas eu trop le temps de m'interesser au sujet (periode d examen) mais par contre ma compagne a assiste a une confence jeudi dernier a barcelone ou il y a avait Jorge Cortell en premiere partie et stallman apres. Ils etaient venue parler separement de copyright.
      Il y avait plus de gens a la conference Jorge Cortell que a celle de richard stallman. Il y a un certain effet de mode avec cette personne. De plus il a pu s'exprimer dans differentes autres villes d espagne depuis.

      Je sais que cela deja ete dit mais relier cette news a une pression de la MPAA est faux.
      La SGAE (SACEM espagnol) avec l'aide des politiques n'a aucun besoin de la MPAA pour faire pression...
      • [^] # Re: objectivite

        Posté par  . Évalué à 4.

        Être dans la situation présente du directeur de l'université j'aurais bien peur de perdre mon emploi, il faut que ca cesse ces abus de pouvoir perverse dans les hautes sphère de décision, cela met un frein à l'évolution de l'homme, l'humanité toute entière est perdante quand il y a corruption.

        Voir le texte en français de la déclaration de Jorge Cortell ici -> http://www.linuxorable.net/Le-prix-a-payer,130.html(...)

        Et le site de Jorge Cortell ici -> http://jorge.cortell.net/(...)

        Nous devons apporter tout nos remerciments, admiration et support à des gens comme lui qui savent se tenir debout en homme juste dans un monde de plus en plus corrompu, la justice sera toujours vainqueur, il n'y a pas plus belle qualité et richesse chez un homme que son honneur.

        Merci aux gens de bonne foi
    • [^] # Re: objectivite

      Posté par  . Évalué à 3.

      Entièrement d'accors, surtout quand on voit que certains commentaire en sont déja à parler de violation des droits de l'hommes. Peut être qu'il n'avait pas du tout dans le cadre de sa fonction à faire de conférence sur le p2p, ce qui expliquerait que l'université n'aie pas voulue lui accorder de salle. Après si il a forcé la main ca a peut être été plutot mal vu. Ce sont des simples hypothèses, et ca me semble pas justifier une expulsion, mais bon ... On peut même aller jusqu'a une hypothèse extreme : il aurait fait ca pour se poser en martyr.

      Ca me laisse un peu perplexe, tout ca, surtout sans autres sources.
      • [^] # Re: objectivite

        Posté par  . Évalué à 2.

        Je suis désolé mais une demande de démission en accord a des propos que quelqu'un a tenu; quelquesoit sa profession , et meme si les propos n'entrait pas dans les cadres de ses fonctions, c'est une violation manifeste de l'article 19.
        Parce que a ce que je sache dire que le p2p n'est pas illegale en soi n'est pas non plus une violation de l'article 30 de la dudh!


        Alors bien evidemment on pourras trouver une histoire comme quoi en réalité c'est pas lié toussa ; mais y crois tu réellement ?


        Je ne cautionne pas la thèse du complot; je dis que si les faits sont avèrés ; alors il s'agit d'une violation de la dudh. Ah moins que tu ne sois pas d'accord avec mon interpretation de ce texte?
        • [^] # Re: objectivite

          Posté par  . Évalué à 4.

          "Si les faits sont avérés" effectivement, c'est surtout là ou je voulais en venir. Je trouve qu'on s'enflamme un peu vite, et c'est effectivement facile quand ca va dans le sens qu'on voudrait, mais je vois pas encore de preuve. C'est le genre de FUD qu'on retrouve encore des mois après, même si le truc a été prouvé comme comlplètement bidon bien avant. Attention, j'ai pas dis que c'étais complètement bidon.
  • # demissioner...

    Posté par  . Évalué à 4.

    à sa place, je n'aurais pas démissionné!

    Que l'université dise qu'il va y avoir des controles de licences etc, ce n'est pas son problème!!
    Ce n'est tout de même pas de sa faute que l'université ne paye pas les licences.
    Il paye les pots cassés pour tout le monde...
  • # manque...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    ... le site de Jorge à cette news :

    http://www.cortell.net/(...)


    J'aime bien son logo de site... :-)
  • # ???

    Posté par  . Évalué à 2.

    On rêve ou quoi? Il faudrait vérifier l'information car c'est délirant, on se croirait dans 1984.
    Avec les histoires du lobbying autour des brevets logiciels à Bruxelles à la limite du n'importe quoi...
    Pfff! On n'est pas sorti de l'auberge.
  • # P2P : n'ayez pas peur ! (dixit Jeanne)

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

    Quelques liens intéressants au sujet du p2p:

    Une lettre ouverte de Jeanne Doe, 87 ans, Rodez au ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, suite au débat "Téléchargement : parlons en franchement !"

    http://paris.indymedia.org/IMG/html/doc-25214.html(...)

    L'opinion de Janis Jan (artiste de jazz):

    http://www.citizenjazz.com/article3456238.html(...)

    De Courtney Love (rock):

    http://dir.salon.com/tech/feature/2000/06/14/love/index.html(...)

    De Pascal Obispo (chanson francaise):

    http://lea-linux.org/coupsdebecs/obispo.html(...)
    • [^] # Re: P2P : n'ayez pas peur ! (dixit Jeanne)

      Posté par  . Évalué à 2.

      Les nouveaux artisants de la musique se tournent tous vers des sites comme Magnatune qui leurs permettent de recevoir un bien plus gros pourcentage de leurs vente qu'avec la RIAA et d'être popularisé facilement, ce genre de site est en train de faire des miracles et devient l'ennemi #1 de la RIAA. Une fois si le P2P seras du passé ce sera leur nouvelle cible. Pour une fois que les petits artistes ont la chance de faire des bonnes affaires équitable, eux ne sont pas en faveur d'une taxe chez les FAI ni contre le P2P. Currieux qu'il n'y a que les majors qui crie au voleur. Les gouvernements ont affaires à se surveiller de la rage de la population qui pourrait arriver si des nouvelles lois malveillante sont appliqués, les gens en ont déjà plein leur casque de payer et de servir l'esclavagiste déguisé

      Voir le site -> http://magnatune.com/(...)
  • # Magnatune

    Posté par  . Évalué à 2.

    Vous devez connaître Magnatune : http://www.magnatune.com(...)

    les artistes reçoivent 50% du prix de vente qui va de 5 à 18 $, prix qui est laissé à la convenance du client.

    qu'en pensez-vous ?
    • [^] # Re: Magnatune

      Posté par  . Évalué à 2.

      L'auteur de ce site explique bien les miettes que les majors laissaient à sa femme, plusieurs site du même genre sont maintenant disponible, les nouvelles inscriptions d'artistes chez les majors deviennent rare et c'est normal, il ne reste plus qu'à attendre de voir les majors décider de poursuivre les artistes après le P2P, les gouvernements sont soit aveugle ou complice avec les majors. (idem gouvernements-Microsoft) Il faut laissé le marché évoluer à sa façon et non l'emprisonner dans des lois et des brevets de mafioso qui nuisent à l'évolution normale de la société et à son économie.
  • # Rerchechez les termes

    Posté par  . Évalué à 1.

    Recherchez
    Dans le champs 'Cercar' sur :
    -> http://www.upv.es/menuv.html(...)
    une expression improbable de type
    iiiiiiiiioooooooooooollllllllllllllll
    -> se site répond 'pas de réponse' (normal

    cherchez maintenant :
    peer to peer
    p2p
    peer

    Réponse:
    java.lang.NullPointerException

    Et l'erreur ne se fait que sur ces termes là.... Il y a probablement un filtrage de fait, et pire, mal fait!
    • [^] # Re: Rerchechez les termes

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Heu non, chez moi elle se fait sur plein de termes (même certains pris au pif sur leurs pages). Leur moteur de recherche complètement foireux chez moi :x
  • # Ce n'est que du marketing

    Posté par  . Évalué à -1.

    Il apparaît que Jorge Cortell n'est qu'un fraudeur. Son curriculum n'est pas valide. Certains titres qu'il "détient" n'ont pas de valeur. Voir:
    http://barrapunto.com/comments.pl?sid=52915&op=&threshold=0&commentsort=0&mode=thread&cid=508527
    http://www.noticiasdot.com/publicaciones/2005/0505/2305/noticias/noticias_230505-14.htm

    Ok, c'est en espagnol. Ca dit que son CV est une supercherie. Et je le crois volontiers. Son CV est disponible sous le lien de ci-dessus (blog).

    Il a donné ébut juin à Barcelone une conférence avec Richard Stallman. http://puntbarra.com/node/view/2643
    Si seulement ce pauvre RMS savait parfois qui est présent à ses conférences...

    Dommage, il va falloi atttendre un autre héros sauveur du P2P ;-)
    • [^] # Re: Ce n'est que du marketing

      Posté par  . Évalué à 3.

      L'argument est fallacieux. Il n'est pas important de démontrer que le CV de Jorge Cortell est frauduleux ou non (ce que tu ne fais pas).

      Ce qui compte, c'est qu'on lui ait demandé de démissionner à cause de cette conférence sur le peer-to-peer, et non à cause d'un éventuel problème de CV.
    • [^] # Re: Ce n'est que du marketing

      Posté par  . Évalué à 2.

      Encore un compte crée pour l'occasion...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.