• # hebergeur

    Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

    L'avis indique que l'hébergeur à toutes les accréditations pour héberger et traiter des données de santé. Mais sauf erreur, je ne vois pas qui est l'hébergeur :-( Parce que si cet hébergeur, certes localisé sur le territoire européen, est soumis au Cloud Act, je me demande quelle est la valeur de ces accréditations de l'ANSSI.

    • [^] # Re: hebergeur

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 26/05/20 à 10:33.

      Selon Wikipedia :

      Une autorité de santé sera en charge des serveurs centraux de l'application. L’hébergement des serveurs qualifié SecNumCloud par l’ANSSI sera pris en charge par Outscale. (siège social en France)

      A propos de Outscale, Wikipedia dit entre autre que Outscale se veut une réponse à la question :

      Comment faire pour que les instances américaines n’aient pas un droit de regard sur tous les échanges de données malgré les droits donnés par le Patriot Act ?

      ainsi que :

      Afin de conserver la souveraineté des données, Outscale est divisé immédiatement [après sa création] en 3 entités : Outscale SAS en France, Outscale Inc. aux États-Unis, et Outscale Limited en Asie.

  • # Code ouvert

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+7/-0). Dernière modification le 26/05/20 à 12:27.

    La CNIL demande à ce que l'intégralité du code source du client ET du serveur soit ouvert (ce qui est différent de libre cependant). Pas d'algo caché. On ne sera cependant jamais sur à 100% que le serveur fasse bien tourner le même code, mais c'est une avancée.

    Par exemple, sur les machines à voter, le code n'est pas ouvert (ni le cahier des charges de mémoire).

    Cela dit, cette application sera un bide (selon ma boule de cristal) sauf éventuellement en cas de seconde vague importante…

    • [^] # Re: Code ouvert

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

      Par exemple, sur les machines à voter, le code n'est pas ouvert (ni le cahier des charges de mémoire).

      ça dépend a priori du pays et du code électoral (si applicable, donc si scrutin institutionnel).
      Pour la France https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Comment-voter/Machines-a-voter

      (nb: le règlement est vieux/obsolète, ne traite pas vraiment du logiciel ou des détails des fonctionnalités, et le code électoral est bogué aussi sur le sujet des machines à voter… mais on continue avec les modèles de 2005 parce changer quelque chose serait beaucoup plus compliqué que de ne rien faire et d'attendre que la mode et les machines ne (tré)passent)

    • [^] # Re: Code ouvert

      Posté par  . Évalué à 2 (+3/-1).

      C'est un bide prévu quand on voit les boîtes qui s'y mettent. Des parasites de l'argent public y compris l'INRIA qui ne fait plus de recherche depuis longtemps.

      • [^] # Re: Code ouvert

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 28/05/20 à 20:57.

        l'INRIA qui ne fait plus de recherche depuis longtemps

        Hein ? C'est une affirmation gratuite ça non ?

        L'Inria est très transparente sur son activité. 5 minutes de navigation sur le site de l'Inria permet de trouver le rapport d'activité annuel de chaque équipe ici : https://raweb.inria.fr/rapportsactivite/RA2019/index.html

        On y trouve les outils développés (logiciels, souvent libres, ou plateformes), les publications et un tas de choses que les membres des équipes font en lien avec la recherche.

        Alors, l'Inria ne fait plus de recherche depuis longtemps ?? Franchement va falloir étayer un peu plus.

        (ps: ce commentaire est indépendant du débat sur StopCovid)

        • [^] # Re: Code ouvert

          Posté par  . Évalué à -1 (+0/-1).

          L’INRIA ferait mieux de rester très loin de StopCovid.
          Il ne faut pas collaborer a ça.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par  . Évalué à 0 (+0/-0). Dernière modification le 29/05/20 à 12:50.

    Ce commentaire a été supprimé par l’équipe de modération.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.