Journal Un point de vue libéral sur le [BIP]

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
3
mai
2005
Que pensent les libéraux du traité instituant une constitution pour l'Europe ? Á en croire le débat en France, tantôt ils s'en lècheraient les babines par avance, tantôt ils seraient pétrifés par l'activisme des anti-libéraux en passe de faire échec à leur main mise sur l'Europe. Aussi mon regard s'est attardé plein d'étonnement sur la page de garde ds spécialistes du genre, http://www.libres.org(...) , et plus particulièrement sur un dessin explicite représentant un complot Chirac-Raffarin-Hollande pour mettre des bâtons dans les roues de l’individu calculateur cherchant à maximiser son intérêt. Nous avons pensé à tout... À l'intérieur de cette limite tout est autorisé déclarent-ils en coeur en dessinant un cercle frontière bien étroit.

Je me dis que décidément ce TCE a une capacité phénoménale pour inspirer des sentiments contradictoires à toutes sortes de gens. Intrigué, je n'ai pas eu à pousser bien loin pour en savoir plus, le site consacre son éditorial au TCE, et plus précisément à dire tout le mal qu'il pense de la Charte des droits fondamentaux. Sans plus de bla-bla et de commentaire de ma part, en voici la substantifique moelle :

Il se trouve précisément que les contours des droits que nous propose le texte ne sont pas les bons, et peuvent même parfois détruire toute liberté. En effet, la première génération des droits de l’homme, ceux du XVIII° siècle par exemple, était destinée à protéger les individus contre les abus du pouvoir politique. Il s’agissait de reconnaître à chacun le droit d’agir librement : dans le domaine privé être propriétaire, contracter, entreprendre, commercer, dans le domaine public s’exprimer, s’associer, se déplacer.

Mais voilà qu’apparaît avec la Déclaration de l’ONU de 1948 une deuxième génération de droits, appelés « droits sociaux », d’une nature tout à fait différente. Désormais, ce ne sont plus les « droits de » que l’on consacre, mais les « droits à » : droit au travail, droit à l’éducation, droit à la santé, droit à la culture, etc. Ces nouveaux droits énumèrent tout ce que la société doit aux individus sur lesquels elle veille désormais avec attention.

Ici, on ne se défend plus contre le pouvoir politique, on lui demande au contraire de fournir chacun en bienfaits sans fin. Alors comment garder son indépendance personnelle quand on se met sous la dépendance de l’État ? Si l’État est Providence, on ne peut vouloir la Providence et rejeter l’État.

Sacrifiant à ces principes, les auteurs du projet de traité constitutionnel ont continué à charger la barque des droits sociaux. Par rapport à la Déclaration de l’ONU on trouvera une troisième génération, faite des « droits des travailleurs », c’est à dire de tous les privilèges accordés à certains au détriment de la liberté et de la propriété des autres, privilèges dans lesquels on dilue la notion de contrat et de responsabilité personnelle pour instaurer le règne du collectif et du syndical. Nos constitutionnalistes ont ajouté, il est vrai, des références à la non discrimination et à l’égalité des sexes. Mais n’était-ce pas évident par la seule référence aux droits naturels ?

[...]

Je trouve lamentable qu’on recouvre d’une bannière aussi prestigieuse que celle des droits de l’homme la propagande en faveur d’un texte qui, loin d’accroître les libertés individuelles et l’harmonie sociale, considère le droit comme un instrument de la lutte des classes, de la lutte des races ou de la lutte des genres.

http://www.libres.org/francais/editorial/europe_e1805.htm(...)

Un point de vue intéressant, qui rejoint celui déjà cité sur linuxfr d'Anatole Kaletsky, principal éditorialiste économiste et éditeur associé du London Times, très en vogue dans le milieu économique et financier anglo-saxons, et qui contre toute attente espère un NON francais :
"Why I say 'oui' to a french NO" : http://www.timesonline.co.uk/article/0,,1061-1568264,00.html(...)



Sur ce, je vous laisse afin d'explorer le site du vatican pour voir s'ils se félicitent de ce que la laicité et les droit au divorce et à l'avortement sont, paraît-il, fragilisés par l'Europe.
  • # Les journaux sur le TCE...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    ... on a dit STOP !
    • [^] # Re: Les journaux sur le TCE...

      Posté par  . Évalué à 1.

      J'ai remarqué ca, il y a même un système pour censurer toute occurence du mot TCE dans les titres des journaux pour reposer les yeux fatigués par cette insistance.
      • [^] # Re: Les journaux sur le TCE...

        Posté par  . Évalué à 5.

        D'ailleurs y'a des journaux sur le TCE qui disparraissent. Y'avait le week-end dernier au millieu de la nuit un journal sur le TCE avec un lien sur un argumentaire pour le NON avec des arguments délires. Je me suis tapé l'écriture du premier commentaire, en détaillant le texte et tout et tout (facile 4 pages) ... en le journal a disparu! Le journal était très space mais bon, de là à le supprimer, ça devient bizarre. D'ailleurs, un modérateur pourrait-on m'expliquer? Ou c'est un coup des chinois du FI?
        • [^] # Re: Les journaux sur le TCE...

          Posté par  . Évalué à 2.

          Le correcteur orthographique à chié à mort, donc:
          s/... en le journal/... et le journal/
          s/modérateur pourrait-on m'expliquer/modérateur pourrait-il m'expliquer/
          s/chinois du FI?/chinois du FBI?
    • [^] # Re: Les journaux sur le TCE...

      Posté par  . Évalué à 3.

      On a dit que tu n'étais pas obligé de LIRE !
    • [^] # Re: Les journaux sur le TCE...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

      ben moi je trouvais ce journal intéressant. Bon sang, faut pas spécialement lire tous les journaux non plus.
  • # Les libéraux sont des dinosaures...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Ils ont 250 ans de retard. Ils sont restés kéblo sur l'ancien régime où le complémentaire de l'arbitraire d'Etat fut le libéralisme débridé et sauvage du XIXème siècle. Il y a eu une belle succession de crise avant le keynesianisme, ils n'ont toujours pas compris.

    Heureusement qu'en France ces imbéciles ne représentent personnes !

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

    • [^] # Re: Les libéraux sont des dinosaures...

      Posté par  . Évalué à 3.

      http://perso.wanadoo.fr/marxiens/politic/revenus/ymb.htm(...)
      http://perso.wanadoo.fr/marxiens/egep/economie/textes/ymb2.htm(...)
      http://multitudes.samizdat.net/article.php3?id_article=1494(...)

      Il ne faut pas laisser le terme "libéralisme" aux néolibéraux, aux libertariens américains, aux ultra-conservateurs, et aux firmes transnationales. Le terme, à force d'être maladroitement utilisé comme épouvantaille à gauche, et de plus en repris par ce que l'on fait de pire à droite. On peut être pour le libéralisme politique, et même économique (pour un marché, mais régulé dans l'intérêt général, ou en y intégrant les concepts de la théorie des externalités) sans être d'accord avec l'évolution actuelle de la société (l'argent roi, la précarité, la rentabilisation de tout, l'influences des lobbys industriels sur le politique...). Il y a des dizaines d'autres grilles de lectures pour lutter contre le capitalisme sauvage, peut-être plus pertinentes... mais ce n'est pas une raison pour tout mélanger. La politique c'est pas compliqué, mais c'est complexe, pas manichéen. Merci d'employer le terme précis qui convient : néolibéraux, libertariens, ultra-conservateurs, défense des intérêts d'une firme transnationale, capitalisme (pouvoir du capital, et non celui du peuple), précarisation... L'idéologie néolibérale et le pouvoir des firmes transnationales font des ravages humains, il y a urgence à trouver les meilleures angles d'attaque...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.