• # Stratégie de la terre brûlée ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Si on en croit la description il s’agit de faire des guerrières pour se débarrasser de la haine. Application de la devise si vis pacem parabellum ? Depuis quand la guerre est-elle donc un antidote à la haine ?

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Modifier la réalité

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    J'ai commencé à me dire que c'est juste mettre des verres fumés pour ne pas voir la réalité en face, et ça m'a fait penser à un chapitre du livre de Watzlawick, "la réalité de la réalité" qui parle des effets de la traduction avec une petite anecdote :

    Une vieille histoire, qui nous ramène au temps de l'Empire austro-hongrois, raconte la marche d'un détachement armé vers un village d'Albanie. Le commandant a ordre de punir les villageois qui ne se plieraient pas totalement à certaines exigences autrichiennes. Comme on peut d'y attendre, aucun des Autrichiens ne connaît l'albanais, et aucun des villageois ne parle l'une des quelconques langue pratiquée dans l'armée. On découvre finalement un interprète. […] Il est à peine une phrase dans l'interminable négociation qu'il traduise correctement. Il préfère dire à chaque partie ce qu'elle veut bien entendre ou bien est prête à accepter […] jusqu'à ce que chacune des deux parties trouve l'autre si conciliante que l'officier autrichien ne voie plus de raison de maintenir ses exigences, tandis que les villageois ne veulent pas le laisser partir avant qu'il n'ait accepté ce que l'interprète lui fait passer pour un châtiment volontaire, mais qu'eux considèrent comme un cadeau d'adieu.

    C'est peut-être parce que je suis en train de me remettre à mage (jdr), mais finalement, ça serait beau si on pouvait modifier le monde comme ça, juste en présentant la réalité différemment. Du coup j'ai envie d'y croire !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.