Journal Eureka!

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
Tags :
-11
8
mai
2011

Bonjour à tous,

Si demain, en marinant dans votre bain, il vous venait une idée lumineuse permettant de résoudre le réchauffement climatique, la pénurie future d'énergie, la faim dans le monde ou quelque chose de plus modeste mais utile, en tant que libriste, que feriez-vous?

Il y a la solution de vendre le brevet au plus offrant, evil or not, et de s'en laver les mains.
Il y a la solution de vendre le brevet moins cher, mais à une entreprise censément éthique en espérant que cela dure.
Il y a la solution de monter votre entreprise pour exploiter votre idée, mais il est probable que cela finira par vous bouffer votre temps, sauf à la laisser à des personnes de confiance.
Il y a la solution de créer une fondation aux statuts coercitifs gérée par des gens de confiance.
Il y a la possibilité de libérer complètement votre idée, que toute entreprise ou particulier puisse l'exploiter sans royaltie.

Il y a plein de possibilités. Mais si demain j'inventais la roue, je ne voudrais pas devenir riche à millions, juste récupérer de quoi arrêter de bosser et me consacrer à des projets personnels, et faire en sorte que n'importe qui puisse construire une roue (et non pas faire la roue) chez lui sans être poursuivi par le détenteur des droits de la roue. Après, on peux faire des roues gratuites, des roues sorties d'usine pour faire plein de profit, je m'en cogne. Mais si quelqu'un modifie l'invention pour faire une roue carrée, j'apprécierais que les conditions de distribution de la roue carrée soient les mêmes que celles de la roue tout court.

C'était un journal en roues libres.

  • # mauvaise rubrique

    Posté par . Évalué à -10.

    C'est pas la rubrique courrier du lecteur ici

  • # En marinant dans mon bain...

    Posté par . Évalué à 9.

    Si demain, en marinant dans votre bain, il vous venait une idée lumineuse permettant de résoudre le réchauffement climatique, la pénurie future d'énergie, la faim dans le monde ou quelque chose de plus modeste mais utile, en tant que libriste, que feriez-vous?

    Je rigolerais un bon coup car l'idée lumineuse qui.... ÇA N'EXISTE PAS. Ce qui explique que les combats les plus beaux (comme celui du logiciel libre) sont l'affaire de toute une vie et se mènent avec des millions d'autres personnes.

  • # Légende mnémotechnique

    Posté par . Évalué à -1.

    J'ai une idée lumineuse pour régler le réchauffement climatique: mettre des centrales nucléaires partout.

    Une idée vraiment lumineuse, le monde sera même fluorescent.

    Au fait, les écoles ont rouvert à Fukushima. C'était pas si grave, donc. (Pour pouvoir rouvrir on a juste fait passer l'irradiation admissible pour les enfants à la dose maximale réservée au travailleur du nucléaire).

    • [^] # Re: Légende mnémotechnique

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Je précise juste que la centrale de Fukushima se trouve à 60 km de Fukushima. C'est pas parce que c'est le même nom que ça désigne la même chose. La préfécture de Fukushima n'est pas la ville de Fukushima.
      J'aime pas ce genre de réflexion sensationnaliste du niveau de Paris-match (et on ajoute des enfants parce que, ça fait mieux).

      • [^] # Re: Légende mnémotechnique

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ce n'est pas ce qui important dans son commentaire, c'est le fait qu'on ai dû relever le niveau de radioactivité tolérée pour que les écoles puissent rouvrir. Cela montre bien bien que les effets néfastes se font sentir là-bas même si c'est à 60 km.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Légende mnémotechnique

          Posté par . Évalué à 1.

          Source de ce changement d'admissibilité ?

          Parce que c'est facile de balancer des infos bien choquantes, je peux le faire aussi.

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: Légende mnémotechnique

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            • [^] # Re: Légende mnémotechnique

              Posté par (page perso) . Évalué à 8.

              Et pour ceux qui ne voudraient pas lire l'intégralité de l'interview je quote le passage spécifique:

              Sylvestre Huet : Cette valeur de 20 mS/an a provoqué la démission spectaculaire de Toshiso Kosako, un scientifique conseiller du Premier ministre japonais, et refusant cette valeur pour des cours d'écoles…

              Olivier Isnard : L’exposition est une agression radiologique, mais il n’y a pas de changement de régime de risque connu entre 1 et 20 mS/an. Il n’y a pas un effet de seuil sanitaire à 20 millisieverts par an, ni d’observation de risque de cancer accru. Cette dernière valeur est d’ailleurs celle que certaines populations connaissent toute leur vie du fait de la radioactivité naturelle qui peut même aller au double.

              • [^] # Re: Légende mnémotechnique

                Posté par . Évalué à 1.

                Ya une très grosse différence entre une exposition naturelle au radon reçue depuis des décénies voire des siècles par des familles et leurs décendants et l'exposition à une radioactivité artificielle forcément issue de particules différentes.
                Je veux parler , bien sûr, des mesures phénoménales issues des relevés faits dans de vieilles églises ou de vieilles maisons construites en granite dans le massif central. ( Et j'en sais quelque chose, on a bien rigolé quand ils sont venus faire les relevés de radon dans les maisons en granite en Limousin ).

                C'est un peu comme si en constatant l'exposition naturelle à certains métaux lourds dans une population témoin, on décidait une augmentation des normes de concentration à tous les métaux lourds pour une population qui n'y a jamais été exposée. Il y aura forcément des victimes.

                Ah oui, et cette phrase "il n’y a pas de changement de régime de risque connu entre 1 et 20 mS/an" a le mérite d'être purement marketing :
                Il n'y a jamais eu assez de populations concernées directement par une exposition à la radioactivité artificielle pour pouvoir tirer ce genre de bilan soit-disant épidémiologique.

                Mais c'est l'usage même du Sievert qui est en cause en fait. On a laissé accepter l'usage d'une unité de mesure qui a valeur statistique, et grâce à ceux qui ont accepté ce genre de choses, les populations vont s'en mordre les doigts dans l'avenir. Il va y avoir des morts.

                Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

                • [^] # Re: Légende mnémotechnique

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Il y a plusieurs unités pour mesurer la radioactivité. Le Sievert tiens compte des différents types de radiations (rayons alpha, gamma, ...) et des organes ciblés (l'iode s'installe dans la thyroïde et le radon dans les poumons). C'est tout le contraire de ton histoire de métaux lourd.

                  Donc 1mSv d'irradiation par le radon en France a la même toxicité que 1 mSv d'irradiation à l'iode à Fukushima.

                  Par ailleurs c'est un peu gros de dire que les gens s'habituent aux radiations au fil des générations. Je te soupçonne de l'avoir inventé. Si tu ne vois rien autour de toi ça serait surtout parceque les nuisances ne sont pas perceptibles à vue d'oeil :

                  Un risque en général faible, mais inégal : une personne sur cent vit dans des maisons où la concentration dépasse 1000 Bq/m3 (l’équivalent de 6 cigarettes).

                  sources ( http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Risques_Radon.htm ). Tableau des concentrations dans les maisons par régions : http://www.laradioactivite.com/fr/site/illustration/images/MoyennesRadon.htm

                  • [^] # Re: Légende mnémotechnique

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Par ailleurs c'est un peu gros de dire que les gens s'habituent aux radiations au fil des générations.

                    Dis-moi où j'ai écrit ce genre de conneries ?

                    Puis là il y a de quoi rire au moins ... ou pas.

                    Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

                    • [^] # Re: Légende mnémotechnique

                      Posté par . Évalué à -1.

                      Tu l'as pas dit explicitement mais le couplet sur les decennies et la population non habituee suggerait quand meme tres largement l'idee.

                      If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

              • [^] # Re: Légende mnémotechnique

                Posté par . Évalué à 4.

                Et pour ceux qui ne connaissent pas les Sieverts (comme moi), voici le diagramme qui permet de lire en comprenant de quoi on parle:

                http://xkcd.com/radiation/

                briochette, la petite brioche

          • [^] # Re: Légende mnémotechnique

            Posté par . Évalué à 7.

            Sur le blog de Sylvestre huet déjà indiqué, mais aussi dans cet article

            Les normes sont là pour faire croire que le nucléaire est sous contrôle, mais s'il y a besoin on ne stoppe pas les centrales, on change les normes. Il y a quelques années (en 2003) il y avait eu une sécheresse en France, et les centrales avaient été autorisées à dépasser la température maximale autorisée en aval pour pouvoir continuer à fonctionner. On avait d'ailleurs appris qu'EDF n'avait pas attendu l'autorisation officielle pour le faire.

            C'est un peu comme si, dès que ça les arrange, les automobilistes obtenaient une autorisation de dépasser les limitations de vitesse, même à postériori. Cela reviendrait à supprimer les limitations tout en faisant croire qu'on les fait respecter.

  • # J'en fais rien

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Et oui, il y a la solution de ne rien faire, pas de problèmes, la vie continue.

    « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

  • # "de quoi arrêter de bosser"

    Posté par . Évalué à 10.

    J'allais dire: comme tout le monde.

    Et c'est là que les problèmes vont commencer:
    De combien as-tu besoin pour arrêter de bosser en gardant le même train de vie que maintenant?

    Une certaine somme.

    Ben voilà, il y a des choses aussi que tu aimerais bien faire, mais que tu ne peux pas faire avec ton train de vie courant.
    Tiens? Si je profitais d'être riche pour me construire une maison/villa vraiment verte, passive, avec domotique haut de gamme?
    Aller, on remonte un peu l'argent nécessaire.

    Oh! Et mes enfants? Ce serait bien qu'ils aillent dans les meilleures universités. Alors normalement c'est pas cher la fac publique, mais supposons qu'ils veuillent devenir cuisinier. La meilleure école du monde est en France, et il se trouve qu'il s'agit aussi de la formation la plus chère de France.
    Bon, on n'a qu'à rajouter ça au total, après tout, à l'échelle des millions que ça va générer mon affaire, ça ne fera pas grande différence.

    Mmm... je voudrais bien qu'ils se démerdent un peu dans la vie, mais au cas où il y aurait des coups durs (crise, autre), je préfèrerais garantir un peu leur avenir, on ne sait jamais. Alors on va mettre un peu plus de côté, pour qu'ils puissent monter un resto, ou passer au-dessus de la crise. C'est mes enfants quoi! Je veux le meilleur pour eux! Allez, encore un peu de côté à prévoir, mais je ne leur dirai qu'en cas de besoin.

    J'ai bien monté mon affaire et atteint mes quotas de "assez pour arrêter de bosser et un peu plus". Elle a encore du potentiel. Ce serait embêtant de tout laisser tomber maintenant, alors je vais essayer de continuer sur un modèle d'entreprise éthique: distributions de dividendes aux employés sous forme de bonus et stock-options si on est en bourse, garder les prix bas pour que mon idée révolutionnaire soit accessible au plus grand nombre. Et puis je vais me conserver un salaire "correct" au vu de mes responsabilités.

    Ah! Gérer une grosse boîte, ce n'est pas à la portée de tout le monde! Je ferais mieux de trouver quelqu'un de plus calé que moi. Recrutons un grand gestionnaire d'entreprise, avec consignes: ne vire pas les gens, reste sur l'entreprise éthique, tout ça.
    Dis-donc, c'est pas donné le salaire de ces gestionnaires expérimentés. Bah, au vu des bénéfices apportés au monde et à mes employés dont je suis responsable, ce n'est pas grand chose finalement.

    Et voilà!
    Tu as une entreprise comme pratiquement toutes les entreprises privées non cotées en bourse.
    D'ailleurs, le gérant te fait savoir qu'en investissant massivement, on pourrait recruter plus de monde pour alléger la charge de travail de tes employés dont tu es responsable, et abaisser les coûts de production pour rendre la technologie accessible aux pauvres.
    Mais il faut beaucoup d'argent, une entrée en bourse résoudrait le problème.

    Qu'est-ce qu'on fait?

    Conclusion:
    Tu crois vraiment que tous les gens qui montent leur boite le font en se disant qu'ils écraseront leurs employés, feront des prix ridiculement élevés et deviendront riches, célèbres et puissants?

    • [^] # Re: "de quoi arrêter de bosser"

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Conclusion:
      Tu crois vraiment que tous les gens qui montent leur boite le font en se disant qu'ils écraseront leurs employés, feront des prix ridiculement élevés et deviendront riches, célèbres et puissants?

      Absolument pas. La principale caractéristique des entreprises est d'être dirigées par des humains, avec les défauts & qualités que cela implique. D'où certaines différences de politique.
      Ce que je voulais pointer, et que tu fais hélas plus magistralement que moi, c'est la difficulté de rester en corrélation avec son éthique.

      Prochainement, je vous proposerai peut-être un commentaire constructif.

      • [^] # Re: "de quoi arrêter de bosser"

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Oui, ce n'est pas évident, mais il est difficile de "réfléchir" sur un exemple un peu déconnecté d'une réalité tangible parce que les point de repères que l'on connait ont disparus :par exemple, il faut combien pour l'école la meilleur du monde de l'univers, c'est quoi la meilleur, est-ce qu'il faut pas mieux laisser aux enfants de quoi pas avoir besoin de travailler etc....
        En racontant une histoire "impossible à vivre" on arrive avec des solutions "impossibles à faire".

        Un exemple est :
        je travaille dans un milieu ou je brasse pas mal d'argent liquide qui ne m’appartient pas et j'ai la possibilité d'en prendre s'en me faire prendre, qu'est-ce que je fais :
        j'en vole ? seulement si celui à qui il est soustrait est riche ? plus riche ? et avec cet argent, je le donne ? m'en sert pour moi ? pour faire le bien ? etc....

        Ça c'est une question d'éthique ou il est déjà plus facile de s'identifier, et donc de donner une réponse plus "plausible", ensuite on peut explorer la solution en déplaçant les curseurs de chacune des "hypothèses".

  • # Youpi

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Premier journal négatif, ça se fête!

    Bon, à la relecture, c'est pas top en effet.

    Prochainement, je vous proposerai peut-être un commentaire constructif.

    • [^] # Re: Youpi

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Au moins tu as essayé, et c'est louable. Moi j'ai pertinenté. Parce que même si les rabat-joie font des remarques judicieuses, il ne faut pas trop les écouter et continuer d'essayer.

  • # déjà ....

    Posté par . Évalué à 5.

    Si demain, en marinant dans votre bain, il vous venait une idée lumineuse permettant de résoudre le réchauffement climatique, la pénurie future d'énergie, la faim dans le monde ou quelque chose de plus modeste mais utile, en tant que libriste, que feriez-vous?

    Pour être en accord avec moi-même, je ne prendrais plus de bain.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.