Journal Présidentielle et logiciel libre

Posté par .
Tags : aucun
0
1
fév.
2007
Après le Pacte Ecologique de Nicolas Hulot, voici le Pacte Logiciel Libre... non je rigole, mais presque.

Le site http://candidats.fr/, a été lancé le 30 janvier sous l'égide de l'April, en collaboration avec la FFII et l'initiative Racketiciel :
Brevetabilité, mesures techniques, loi DADVSI, interopérabilité, vente liée, «informatique de confiance»... autant de sujets sur lesquels un grand nombre de développeurs et d'utilisateurs de logiciels libres, et plus largement de citoyens, souhaiteraient sans doute connaître les positions des candidats à la présidentielle. Voilà pourquoi l'APRIL a lancé l'initiative Candidats.fr !
Les réponses sont disponibles pour chaque candidat de la même manière que pour le Pacte Ecologique : http://www.candidats.fr/annuaire.php

Le site propose également des propositions d'engagements (http://www.candidats.fr/index.php/2007/01/28/15-les-proposit(...) telles que :

- Contrôle des brevets
- Abrogation du titre 1er de la loi DADVSI
- Projet de loi reconnaissant explicitement un droit à l'interopérabilité
- Projet de loi permettant les recours collectifs
- Publication rapide du Référentiel Général d'Interopérabilité
- Politique volontariste de migration de l'administration, des collectivités territoriales et des établissements publics vers les logiciels livres, tout particulièrement dans l'Education

Une série d'argumentaire a été écrite, les sujets sont :

- Brevetabilité : http://www.candidats.fr/index.php/Brevetabilite
- Interopérabilité : http://www.candidats.fr/index.php/Interoperabilite
- International : http://www.candidats.fr/index.php/International
- MTP / DRM : http://www.candidats.fr/index.php/Mtp
- Consommation : http://www.candidats.fr/index.php/Consommation
- Education : http://www.candidats.fr/index.php/Education
- E-administration : http://www.candidats.fr/index.php/Administration

Vous pouvez soutenir l'initiative en ajoutant une bannière sur votre site : http://www.candidats.fr/index.php/2007/01/23/3-soutenir
  • # Des propositions

    Posté par . Évalué à 2.

    Royal a émis des propositions précises sur l'économie numérique:
    http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=ceque&id=248
    le téléchargement : http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=synthese&id=77
  • # Françoiiiiiis

    Posté par . Évalué à 2.

    Hasard? "On" a eu le privilège d'avoir François Bayrou en "invité" surprise lors de la conférence Education au salon hier... On aurait donc un poid politique?

    Tiens, suite à cette intervention, j'ai eu une discussion mouvementée sur "libéralisme et libre" (pour moi François reste un libéral, même s'il parait qu'il veut "prendre à gauche", mais c'est un autre débat)... Quelqu'un aurait un lien ou un bouqin interessant sur "l'histoire" des LL ou son action socio-économique à ce sujet, un truc pour faire comprendre les subtiles différences entre libéralisme, "librisme", libertarisme, mise en concurrence, et concurrence sauvage, innovation dans un système libéral etc... J'ai des idées sur ce vaste sujet (le libéralisme nuit au libre), mais je trouve pas les mots :-(
    • [^] # Re: Françoiiiiiis

      Posté par . Évalué à 7.

      « le libéralisme nuit au libre »

      Il va falloir que tu développes là parce que je ne vois pas trop comment. On ne peut pas être libéral et libriste selon toi ?
      • [^] # Re: Françoiiiiiis

        Posté par . Évalué à 1.

        Ben il me semble que le système libéral tel qu'il est (serait) appliqué sans cadre légal (cadre imposé par un état, géré par une administration publique) a (aurait) tendance à privilégier la loi du plus fort, plus fort qui ferait tout pour étouffer les initiatives concurrentes qui l'embêtent, et donc limiterait la mise en concurrence, source de pluralisme et d'évolution.
        Le libéralisme ne nuit donc pas au libre en lui même, mais cela nuirait, à mon sens, aux "objectifs" du libre.
    • [^] # Re: Françoiiiiiis

      Posté par . Évalué à 4.

      Dans le genre pour le logiciel libre et vraiment pas libéral du tout, on a lui aussi comme soutien : http://app.legalis.net/paris/ques_candidats/rep_jmlepen.htm
      Mais bon c'est le genre de soutien que je refuserais bien à titre personnel.
    • [^] # Re: Françoiiiiiis

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      ben moi je trouve qu'au contraire le libre est un système ultra-libéral (rappelons que libéral = liberté, non pas capitalisme).

      Je me considère comme libéral (minimiser le nombre de loi, laisser le plus de libertés possibles), pro-libre (c'est pour moi la parfaite illustration du libéralisme positif) et... de gauche.

      Je crois que tu confonds simplement libéralisme et capitalisme (tout comme d'ailleurs la majorité des slogans anti-libéralisme qu'on peut voir dans les grosses manifs anti G8)
      • [^] # manque l'affichage détaillé matériel logiciel

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Dans les propositions de candidats.fr, ça serait top de rajouter une question du genre "êtes-vous pour ou contre l'obligation d'afficher le détail du prix du matériel et du logiciel pour un ordianteur ?"

        Multitasking — The art of doing twice as much as you should half as well as you could.

      • [^] # Re: Françoiiiiiis

        Posté par . Évalué à 3.

        Petit Larousse
        "Liberalisme :
        1)doctrine économique de la libre entreprise selon lequel l'état ne doit pas gêner par son intervention la libre concurrence.
        2)doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l'état au regard des libertés individuelles
        3)fait d'être libéral, tolérant....."

        On peut penser que le libéralisme va dans le sens de l'individualisme et du profit à court terme. Les faits le démontrent.
        Le modèle opensource va dans le sens contraire : le communautaire, le partage avant le profit, et c'est vérifiable là aussi.
        • [^] # Re: Françoiiiiiis

          Posté par . Évalué à 1.

          Libéralisme veut dire tant de chose de toute façon...

          En France, on parle de (ultra-)libéraux pour la liberté d'entreprise, la diminution de l'influence de l'Etat sur l'économie, bref des politiques plutôt "de droite", ce qui donne un bon amalgame libéralisme = liberté, alors qu'on constate souvent en pratique que les politiques libérales s'accompagnent d'une diminution des libertés individuelles (flics et caméras partout, etc...).

          Aux USA, un "liberal" sera par contre quelqu'un "de gauche", ou plutôt "progressiste" principalement pour des sujets de société (contraception, mariage homosexuel...).
          • [^] # Re: Françoiiiiiis

            Posté par . Évalué à 2.

            Et bien sachant qu'on est sur linuxfr et même si ça veut dire francophone, on peut supposer que le terme libéral est utilisé dans la première acceptation. Qui est à mon avis une récupération éhontée du mot qui historiquement à un sens proche de celui des USA, et pourrais être remplacer aujourd'hui par "progressiste" (les socialistes y compris les branches communistes et anarchistes étaient aussi considérés comme libéraux)

            Quand à la qualification politique du logiciel libre, et même si on ne peut le réduire à un mouvement particulier, l'analyse des 4 liberté montre qu'elle on pour but la limitation du copyright (d'où l'utilisation du mot copyleft), et le transfert de quelque chose étant du domaine de la propriété privée vers quelque chose étant du bien collectif.

            Cette orientation est clairement collectiviste voire communiste (qui je le rappelle ne fait pas forcément appel à l'état - voir les différentes branches de l'anarchisme).

            Le fait que l'on puisse faire de l'argent avec, qu'il soit utilisé par de grandes boites ou que des ultra-"libéraux" le défende ne change rien aux fondements, le capitalisme à résisté à et récupéré bien pire que quelques logiciels et licences.

            En tout cas c'est mon avis et je le partage.
            • [^] # Re: Françoiiiiiis

              Posté par . Évalué à 3.

              Cette orientation est clairement collectiviste voire communiste

              Moi je trouve ça faux.

              Faux car le communisme est basé sur les propriétés des biens matériels, qui sont foncièrements différentes des biens immatériels. Les premiers sont caractérisés par leur rareté, contrairement aux biens immatériels qui eux relèvent de l'abondance (du fait de leur non-rivalité).

              Là où on peut imaginer une économie plutôt socialiste ou une économie plutôt libérale, c'est dans l'organisation des entreprises productrices de biens immatériels. Du côté socialiste, puisque les biens immatériels sont dans la théorie des biens publics (non-rivalité et non-excluabilité), il serait cohérent d'organiser un service public, une sorte de mécénat public pour leur production. Du côté libéral, et bien on a l'organisation actuelle des entreprises fondant leur économie sur le LL.

              Quel serait le meilleur modèle, je ne sais pas, mais je penche du côté libéral.
              • [^] # Re: Françoiiiiiis

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Je ne vois pas en quoi le communisme serait basé sur la possession de biens matériels. L'idée du communisme (au véritable sens du mot, et je pense tel qu'il est utilisé ici) est de justement supprimer la propriété privée, via la collectivisation. Ca peut être fait de manière autoritaire, en transférant toute la propriété à un Etat tout-puissant (cf l'URSS et consorts) ou de manière libertaire, en autogestion, comme ce qui s'est fait en Espagne en 1936.

                Et par l'idée que le logiciel appartient à tous, et que tout le monde est libre de l'utiliser, le LL m'apparaît clairement comme communiste ET libertaire.
                • [^] # Re: Françoiiiiiis

                  Posté par . Évalué à 4.

                  L'idée du communisme est de justement supprimer la propriété privée

                  Tu confonds avec l'anarchisme. Le communisme entend juste supprimer la propriété privée des moyens de production. Pas la propriété des biens matériels.

                  Mais bref...

                  Je trouve que la comparaison communisme contre capitalisme est hors-sujet, et entraîne systématiquement des tirages de cheveux en quatre.
      • [^] # Re: Françoiiiiiis

        Posté par . Évalué à 7.

        >Je me considère comme libéral (minimiser le nombre de loi, laisser le
        > plus de libertés possibles), pro-libre (c'est pour moi la parfaite
        >illustration du libéralisme positif) et... de gauche.

        Jolie facon de dire que tu es plus BSD que GPL sans te faire moinsser !
      • [^] # Re: Françoiiiiiis

        Posté par . Évalué à 2.

        Peut-être, mais un libéralisme, sans lois, qui respecte la concurrence, c'est pas un peu utopique? (c'est un peu ce que je reprocherais à ce cher François qui m'est pourtant sympathique au demeurant: faire confiance à ce bon sauvage qu'est l'homme pour respecter son prochain).
        • [^] # Re: Françoiiiiiis

          Posté par . Évalué à 6.

          faire confiance à ce bon sauvage qu'est l'homme pour respecter son prochain

          Ah non, non, c'est pire que ça ! Tu dois faire confiance à la main invisible régulatrice du marché.
    • [^] # Re: Françoiiiiiis

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      On peut trés bien être libéraliste et attaché aux valeurs des logiciels libres. Ce serait même plus logique, si l'on se réfère à la définition du libéralisme sur Wikipédia :


      Au sens premier, le libéralisme appelé « classique » est un courant philosophique né dans l’Europe des Lumières aux XVIIe et XVIIIe siècles, qui repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits naturels sur lesquels aucun pouvoir ne peut empiéter, qui sont la liberté, et le plus souvent le droit au bonheur et à la propriété. En conséquence, les libéraux veulent limiter les prérogatives de l’État et des autres formes de pouvoir, quels qu'en soient la forme et le mode de désignation. Le libéralisme désigne des doctrines politique et économique posant la liberté individuelle comme valeur politique suprême.

      Au sens large, le libéralisme prône l'établissement d'une société caractérisée par la liberté de penser des individus, le règne du Droit naturel, le libre échange des idées, l'économie de marché et son corollaire l'initiative privée, et un système transparent de gouvernement dans lequel les droits des minorités sont garantis. Il existe plusieurs courants de pensée libéraux, qui se différencient notamment par leurs fondements philosophiques, par les limites qu’ils assignent à l'État, et par le domaine auquel ils appliquent le principe de liberté.
      ...
      Le mot « libéralisme » est utilisé dans des sens différents, plus ou moins larges, et quelquefois contradictoires. À la faveur de ce flou sémantique, le libéralisme est l’objet de controverses nombreuses et souvent violentes, qui résultent souvent d’un désaccord sur le sens même du terme. Certains opposants le redéfinissent comme une idéologie responsable de la plupart des maux du monde.


      Pour ma part, j'associerais plutôt Microsoft a un diktat technologique basé sur un monopole qui lui, n'a rien de libéraliste.

      Combien de fois aux états unis, une petite société a été achetée ou coulée à coup de procès pour avoir tenté de mettre sur le marché un produit innovant. Souvenez vous de drivespace, drdos, transmetta, etc... la liste est longue. Vous appelez ça du libéralisme ?

      Essayez de penser par vous même.
      Un régime politique n'est pas mauvais ou bon en soi, c'est la manière dont il est appliqué qui le rend acceptable ou non aux yeux du peuple.
      Il y aura toujours des hommes cupides pour s'approprier le pouvoir à des fins personnelles, et le marché, la concurrence ou les étrangers, etc... leur fourniront toujours un alibi bien pratique.
  • # Ethique du libre

    Posté par . Évalué à 4.

    Pekka Himanen, philosophe, analyse dans ses livres les rapports du libre et du libéralisme :

    http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=1(...)
    http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=1(...)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pekka_Himanen
    Citations et ref :
    http://www.gilles-jobin.org/citations/?P=h&au=411

    ex de citations de P.Himanen

    "Les hackers veulent réaliser leurs passions et ils sont prêts à accepter que la poursuite de tâches intéressantes ne soit pas toujours synonyme de bonheur absolu. "
    (L'éthique hacker, trad. Claude Leblanc, p.35, Exils Éditeur, 2001)

    "[...] dans la nouvelle économie, les véritables employeurs ne sont pas les entreprises en elles-mêmes mais les projets montés en interne ou en coopération avec d'autres sociétés. "
    (L'éthique hacker, trad. Claude Leblanc, p.41, Exils Éditeur, 2001)

    "Les changements fondamentaux sont toujours venus d'individus qui prêtaient attention aux autres."
    (L'éthique hacker, trad. Claude Leblanc, p.132, Exils Éditeur, 2001)

    "En plus de renforcer la position de l'argent, la nouvelle économie a aussi donné plus de poids à la notion de propriété, élément clé du vieil esprit du capitalisme, en l'étendant à l'information à un degré jamais atteint. Dans l'économie de l'information, les entreprises gagnent de l'argent en essayant de posséder l'information grâce à des brevets, des marques déposées, des droits d'auteur, des accords de confidentialité et d'autres moyens. En fait, l'information est si bien gardée que lorsqu'on se rend dans une des entreprises de ce secteur, on ne peut s'empêcher d'avoir parfois l'impression qu'avec tous ces verrous destinés à protéger l'information, elles ressemblent à des prisons de haute sécurité.
    En totale contradiction avec cette éthique protestante de l'argent revue et corrigée, l'éthique hacker des informaticiens met l'accent sur l'ouverture. [...] l'éthique hacker, telle qu'elle est définie dans le « Jargon file », comprend la croyance selon laquelle « le partage de l'information est un bien positif puissant. C'est un devoir éthique pour les hackers de partager leur expertise en écrivant des logiciels libres. "
    (L'éthique hacker, trad. Claude Leblanc, p.59, Exils Éditeur, 2001)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.