Journal Flash caimal

Posté par  (site Web personnel) .
Étiquettes : aucune
0
31
août
2003
Quelques personnes pour envoyer des mails pour dire qu'un site 100% flash caidlamerde? y'a spirou.com qui a doucement migrer d'un site en HTML classique en site 100% flash de m***** =)
Voila!
  • # Re: Flash caimal

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Contacte interop AT aful.org plutôt.
  • # Re: Flash caimal

    Posté par  . Évalué à 2.

    Ben il y aussi le site de france inter qui n'est pas à 100 % mais qui emmerde quand même. Non seulement, parce que FLASH SAIPA BIEN SAPU SAIPA LIBRE, mais aussi car je n'ai qu'un 56 k et que ça me met donc une heure à s'afficher.
  • # Re: Flash caimal

    Posté par  . Évalué à 1.

    Plutôt que de demander aux gens de noyer le webmaster de spirou.com sous des "FLASH SA PU SET PA LIBRE", essaye de lui envoyer un mail argumenté. Si tu as du mal à trouver de bons arguments contre flash (c'est pourtant pas ce qui manque :), y'a un site parfait pour ça :
    http://patrick.murris.com/articles/flash25.htm(...)

    Et si spirou.com continue de faire la sourde oreille, tu pourras toujours essayer de te rabattre sur ce genre d'appel (c'est pas moi qui plaindrai les responsables du site, sauf peut-être le webmaster qui n'a pas forcément eu le choix).
    • [^] # Re: Flash caimal

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      personnellement je ne pense pas que meme avec un mail bien argumenté ou bien des centaines de mails d'insulte ou autre, ils reviendront sur un developpement qui a prix du temps et couté de l'argent... au mieux pour une future version dans quelques années, et encore, technologiquement, flash représentant une evolution, je ne les vois pas revenir en arriere et proposer un site plus plat ! ou alors... du dhtml ?
    • [^] # Re: Flash caimal

      Posté par  . Évalué à 1.

      murris mauvaise référence cf http://linuxfr.org/~tcws/10572.html(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.