Journal Attention votre moteur de voiture n'est pas interopérable

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
25
jan.
2007
Et c'est M. Pascal Nègre, le président d'Universal Music France que le dit lors du Midem :
Je ne sais pas si vous avez une voiture, mais si vous avez une voiture, elle roule soit à l'essence, soit au gazole , eh bien votre moteur n'est pas interopérable. Vous pouvez pas mettre du gazole dans un moteur à essence.

Vu sur PC INpact :
http://www.pcinpact.com/actu/news/34259-Pascal-Negre-DRM-int(...)

M. Pascal Nègre soutient la thèse suivante : Puisqu'un jeu Nintendo de fonctionne pas sur une Playstation et que vous ne pouvez pas mettre du gazole dans votre moteur à essence, alors il est normal qu'un fichier contenant une musique verrouillée avec les DRM de Microsoft de fonctionne pas l'iPod d'Apple...

Après avoir lu cela je me suis demandé si le cerveau de M. Pascal Nègre était interopérable avec celui d'un babouin, mais je reste persuadé pas qu'on arrive au poste où il est en étant totalement crétin. M. Pascal Nègre fait juste de la désinformation pour préserver sa place et son train de vie.

Enfin il faudrait juste rappeler à M. Pascal Nègre que dans les deux premiers cas, nous avons une contrainte technique liée au matériel et que dans le cas des DRM c'est une contrainte logicielle, un verrou logiciel rajouté sur un fichier numérique qui à la base est interopérable, dont l'objectif principal et de pourrir la vie de ses clients et les inciter à télécharger illégalement.
  • # Comparaison n'est pas raison

    Posté par . Évalué à 9.

    Moi je peux mettre de l'huile dans mon moteur diesel, donc j'ai un moteur spécial pour moi qui est interopérable ? Je peux même mettre du fioul domestique tiens, j'ai trop de la chance
  • # Théorie

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    La thèse de la bagnole est facilement démontable (monde réel/monde virtuel), et tout simplement ridicule.
    Celle pour les jeux Playstation/Wii est à côté de la plaque: là il parle d'un logiciel qui n'est pas multiplateforme (et encore, certains éditeurs font des sorties sur plusieurs plateformes). Nous on lui parle données. Un logiciel et des données, ça n'a rien à voir.

    Bref encore une bonne preuve de foutage de gueule...
    • [^] # Re: Théorie

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Pour ammener de l'eau à ton moulin, il faut rappeler à M Negre que dans le cas des jeux video, ils sortent souvent pour différentes consoles.

      Néanmoins, en toute honnéteté, il faut reconnaitre qu'il a partiellement raison. Si j'ai un playstation, je pourrais jouer qu'aux jeux que Monsieur Sony décidera d'éditer pour cette plateforme. Je suis donc aussi "vérouillé" que dans le cas des DRM. Même si ce n'est pas sur un même plan de comparaison (dans un cas ce ne sont que des données, dans l'autre c'est du logiciel).

      En tout cas, il est honnéte le type : il indique clairement qu'il veut faire son beurre sur l'in-interopérabilité. :-)
      • [^] # Re: Théorie

        Posté par . Évalué à 2.

        mais les jeux ont des drms !
        Cela ne fait aucun doute, et les gamers du monde entier sont contre ca
        (quelques petits mots clés comme ca: zonage, safekeeper , ...)
        Mais un jeu est un logiciel , pas une donnée.

        Mais la véritable question est :
        Est ce que des données pures (comme de la musique, quand on achete un cd, on achete les données, pas le logiciel) ont des drm?
        En aucune facon.
        Si une map a été faite pour fonctionner avec un jeu (par exemple swat3) , ben elle fonctionnera avec tous les moteurs de ce jeux !
  • # Pascal Nègre

    Posté par . Évalué à 10.

    je me suis demandé si le cerveau de M. Pascal Nègre était interopérable avec celui d'un babouin

    C'est injuste pour ces pauvres babouins d'être ainsi comparés de la sorte. Bref.

    Il est bon je pense de rappeler que Pascal Nègre gagne environ 80000€ par MOIS (cf http://blogs.zdnet.fr/index.php?p=98). Ca en fait des CDs à vendre, rien que pour payer le patron ...
    • [^] # Re: Pascal Nègre

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Moi je gagnerai la moitié de ça par an, je serai content >_<.
      Tu m'étonne qu'ils s'en foutent du piratage et que les pirates c'est que des voyoux. Ils ont les moyens d'acheter 5000 cd/mois.
      • [^] # Re: Pascal Nègre

        Posté par . Évalué à 2.

        Oui, et ils ne comprennent pas que le budget "loisirs" des ménages n'est pas extensible, et que l'intérêt s'est déporté sur les DVDs au détriment de la musique sur CD. Il faut dire aussi que vu le prix des deux par rapport au contenu fourni, j'ai moins l'impression de me faire entuber en achetant un DVD.
        • [^] # Re: Pascal Nègre

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          j'ai moins l'impression de me faire entuber en achetant un DVD.


          Moi c'est l'inverse. Un CD je l'écoute plusieurs fois. Un DVD... je regarde en général une fois et rarement plus de deux fois.
  • # L'essence, c'est interoperable !

    Posté par . Évalué à 10.

    La où il se trompe lourdement, c'est que les carburants sont interopérables. En effet, nous pouvons utiliser n'importe quelle marque d'essence : imaginez que dans votre renault vous ne puissiez mettre que de l'essence renault...

    C'est d'ailleurs étonnant de constater qu'un standard industriel s'installe parfois (par exemple les chaussure de ski), alors que parfois non (par exemple les chargeurs et batteries des téléphones portables).
    • [^] # Re: L'essence, c'est interoperable !

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ce sont les stations essences qui sont interoperables et c'est bien cela qui est essentiel.
    • [^] # Re: L'essence, c'est interoperable !

      Posté par . Évalué à -2.

      Je suis d'accord avec toi, sachant que de plus, on peut essayer de faire de l'essence ou de trouver sa constitution sans se retrouver en taule ;-)

      Faut pas s'inquiéter, bientôt ils vont nous sortir, par extension, qu'il y a bien eu Hitler en 45 et que du coup y a aucune raison pour ne pas recommencer.
  • # Précision

    Posté par . Évalué à 10.

    M. Pascal Nègre
    est un commercial. Pas autre chose. Son job, c'est de vendre.

    Regardez le ou les gars dans votre boîte dont le boulot est de vendre, strictement de vendre. Si vous ne cadrez pas leur discours avec un cahier de charges extrêmement précis, si vous les laissez en roue libre, ils emploieront les artifices nécessaires pour _vendre_.

    Ca n'a rien de cynique, ni d'idéaliste, mais comprenez bien que "vendre" ne signifie pas, absolument pas, "fournir un service à un client" ou même "simplifier la vie de gens". Ca, ce sont des objectifs qui viennent en amont, autour, en complément, en option.

    Universal, comme beaucoup d'autres boîtes, n'en est pas à concevoir une stratégie d'ensemble de l'"expérience client" qui favorise la fidélité (à l'image de ce qu'à pu faire, temporairement au moins, Apple avec le couple iTunes+iPod). Universal en est juste à vouloir conserver son CA pendant la transition qu'elle aborde. Et pour cela, un moyen, c'est de s'assurer que les ventes continuent, et grimpent ; encore une fois, un moyen pour cela, c'est d'emberlificoter la clientèle.

    Ca peut paraître honteux. Mais nombre d'entreprises tournent comme ça, parce qu'elles ont des vendeurs excellents. Dont le discours est parfois bon, vrai, parfois mauvais, faux.

    Un bon vendeur peut placer un mauvais produit avec de bons et de mauvais arguments. Un mauvais vendeur n'arrivera de toutes façons pas à placer un excellent produit.

    La vente, c'est un métier difficile à tous points de vue, mais nécessaire, qui est en train de "peut être" se réinventer.
    • [^] # Pascal Nègre est un mauvais babouin

      Posté par . Évalué à 2.

      et le PS recrute des vendeurs motivés \o/

      http://www.parti-socialiste.fr/pages/mobilisation.html
    • [^] # Re: Précision

      Posté par . Évalué à 6.

      Ca n'a rien de cynique, ni d'idéaliste, mais comprenez bien que "vendre" ne signifie pas, absolument pas, "fournir un service à un client" ou même "simplifier la vie de gens". Ca, ce sont des objectifs qui viennent en amont, autour, en complément, en option.

      Oui, mais pour qu'une entreprise survivre à long terme, il faut quand même que le client trouve un minimum de satisfaction.

      Les grandes maisons de disques on été fondés à une époque où l'on avait besoin d'elles : un intermédiaire entre l'artiste et l'amateur de musique était requis, parce que la production de disques nécessitait une importante infrastructure industrielle.

      À l'heure actuelle, grace aux nouvelles possibilités de diffusion (en particulier par internet), ce rôle d'intermédiaire n'est plus nécessaire. Un artiste peut produire et diffuser ses oeuvres quasiment en auto-production, et à peut de frais.

      Bref, la position dominante des majors n'est plus tenable, car elles ne rendent plus service à la société. Elles usent donc d'artifices commerciaux, ainsi que de leur position dominante pour continuer à faire illusion.

      Les individus qui ont prospérés grâce au commerce des disques s'accrochent à la poule aux oeufs d'or. Mais du point de vue de la création globale de valeur, les majors on un impact négatif, et devraient se reconvertir.
      • [^] # Re: Précision

        Posté par . Évalué à 5.

        À l'heure actuelle, grace aux nouvelles possibilités de diffusion (en particulier par internet), ce rôle d'intermédiaire n'est plus nécessaire.
        Il n'est plus forcément indispensable, mais il est encore souvent bien intégré dans la société et donc dans l'économie ; en bref, il peut encore rendre service, tant à l'artiste qu'à l'auditeur.

        Un exemple, l'intermédiaire "disquaire/chef de rayon", c'est toujours plus sympa qu'un formulaire de recherche et un clavier. Ca dépend du contexte et du besoin.

        Un artiste peut produire et diffuser ses oeuvres quasiment en auto-production, et à peut de frais.
        Oui mais ça ne suffit pas forcément ; il faut toujours quelqu'un pour aller éventuellement négocier des contrats/droits de diffusion, pour mettre en place des manifestations, gérer le planning, l'actualité, le fan club, l'approvisionnement, aller faire connaître explicitement l'artiste à des canaux de diffusion spécialisés (radios, télévisions à flux continus ou à la demande, qui jouent sur l'effet de marque/mode).

        du point de vue de la création globale de valeur, les majors on un impact négatif, et devraient se reconvertir.
        C'est ce qu'elles font. Elles essaient plusieurs pistes, et ça prend nécessairement du temps.
        • [^] # Re: Précision

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est ce qu'elles font. Elles essaient plusieurs pistes, et ça prend nécessairement du temps.


          Comme par exemple, permettre de déméler et d'humaniser le fatras des informations disponibles, pour lui offrir à l'auditeur des oeuvres de qualité, adaptées à ses goût. Tu l'as très bien évoqué dans ton commentaire.

          Mais alors, serait-se la fin du star-system !?
        • [^] # Re: Précision

          Posté par . Évalué à 4.

          D'ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi les disquaires n'essayaient pas de poussé leur production. Après tous si le boulot des majors, c'est de vendre des disques, qui d'autres que les vendeurs de disques sont les mieux placé pour le faire.

          La fnac ou carrefour pourrait s'allier avec des petites maison de prod qui leur servent de rabateur ou encore même vendre des CD de musique en CC.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Précision

            Posté par . Évalué à 3.

            Ca se fait avec des petits labels qui sont nés dans des petits revendeurs de disques (en France : Kitsuné, Katapult...).
  • # Sa logique elle pue du

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    L'exemple de la voiture est en effet démontable. (C'est énervant à quel point la voiture est utilisée pour démontrer tout et n'importe quoi)
    Premièrement il ne s'agit pas de marque : un moteur à essence peut être implanté par n'importe quelle marque de constructeur auto, tout comme le GPL ou le moteur à diesel.

    Le choix du carburant n'est ensuite qu'une contrainte technique, de même type qu'on ne peut pas lire une vidéo dans un iPod Shuffle ou que le vélo roule moins bien avec des pneus de tracteurs, ou qu'une gauffre dans un moteur n'a jamais fait de miracle.

    Quant à l'exemple PS/Nintendo, il omet de dire qu'il ne s'agit pas ici de logiciel (comme un jeu), mais de données (comme un fichier mp3/ogg/wma/aac). Par contrainte technique, un programme PS ne sera pas compilé de la même façon qu'un programme nintendo, tout au plus pourrions nous rêver d'avoir les sources du jeu, et encore les différences techniques des deux machines créeraient de nombreuses difficultés. Mais refuser l'interprétation de donnée (la lecture d'une musique) à un appareil qui a les moyens de le faire, serait comme interdire à une voiture d'accéder à certaines routes, alors qu'elle en a les possibilités techniques, sous prétexte qu'elle appartient à une marque non-agrémentée.

    Autant on peut comprendre que certains ponts ou tunnels soient interdits au camions (contrainte technique), ou que l'autoroute soit 'déconseillée' aux vélos, autant il serait inacceptable que l'autoroute du soleil ne soit autorisée qu'aux renault et aux honda, mais pas aux citroën ni aux ford qui auraient, elles, l'exclusivité de la A5.
    • [^] # Re: Sa logique elle pue du

      Posté par . Évalué à 3.

      Quant à l'exemple PS/Nintendo, il omet de dire qu'il ne s'agit pas ici de logiciel (comme un jeu), mais de données (comme un fichier mp3/ogg/wma/aac).

      Il est con, il aurait pu utiliser plutôt l'analogie console japonaise vs console US vs console euro, où là c'est bien une protection supplémentaire qui empêche l'interopérabilité entre les continents.
    • [^] # Re: Sa logique elle pue du

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      s/agrémenter/agrée/

      Je sais j'enc**** les mouches
      Ok, je sors
    • [^] # Re: Sa logique elle pue du

      Posté par . Évalué à 2.

      de la même facon :
      - la monaie EURO est devenue compatible avec plusieurs pays de la communauté par volonté politique. On pourrait tres bien imaginer le contraire : une monaie pour chaque departement francais pour bien fourte la merde,
      - un diplome (BAC, BTS ...) est valable partout en france voir en europe. Je demande que les candidats à l'election présidentielle fassent en sorte que tout cela change. Nous devons absolument vivre dans un monde cloisoné,
      - ne parlons par de la santé : le fameux formulaire E111 (qui a changé de nom) et permet de beneficier d'assurance maladie meme a l'etranger ... ca facilite la vie des petites gens, c'est franchement intolérable,
      • [^] # Re: Sa logique elle pue du

        Posté par . Évalué à 1.


        un diplome (BAC, BTS ...) est valable partout en france voir en europe. Je demande que les candidats à l'election présidentielle fassent en sorte que tout cela change. Nous devons absolument vivre dans un monde cloisoné,

        Et un plombier polonais devrait pouvoir exercer son métier sans contraintes en France. Ca me rappelle quelquechose ça. J'ai encore gaffé. Ah ! On me dit que le principe d'origine ne s'applique pas dans la directive qui a été adoptée.

        C'est beaaauuu ... L'europe.
        • [^] # Re: Sa logique elle pue du

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est triste, ton point de vue sur les plombiers polonais.
          • [^] # Re: Sa logique elle pue du

            Posté par . Évalué à 1.

            Ben non au contraire, je suis plutôt ravi qu'ils puissent venir exercer chez nous et être payés aux conditions locales ... en théorie.Car la directive est bien passée sasn que le principe d'origine ne s'applique
            C'était juste pour relancer le débat troll sur l'Europe et toutes ces choses que le non n'a soi-disant pas fait bouger.

            Quoique certains considèrent qu'uneEurope sans la France ne serait pas mal non plus
            http://www.lefigaro.fr/international/20070126.FIG000000373_e(...)
  • # Mé kékidit ?

    Posté par . Évalué à 2.

    son exemple ne tient pas debout pour beaucoup de raisons.
    à mes yeux, la principale et qu'un moteur diesel et un moteur essence sont 2 technologies différentes (pour un meme but, certes).

    un ipod et un baladeur X sont fonctionnellement identiques à la base. On y rajoute artificiellement des DRMs qui les rendent non-interoperables.

    Son argument permetterait à la limite de justifier le fait qu'on ne puisse pas ecouter de vinil sur son ipod...

    fin bref, pret à dire n'importe quoi pour pas passer pour un mechant opresseur.

    PS-HS: le moteur diesel est de conception super interopérable:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolph_Diesel
  • # sans commentaire

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    On parle de P.N, en disant qu'il cherche à vendre blabla, défendre son truc, utilise de mauvais arguments pour blinder sa position etc...

    Je l'ai entendu parler 2 ou 3 fois, il ne m'a jamais époustouflé par une intelligence particulière, par des propos bien pensés, par des analyses pointues.

    Je ne le connais pas personnellement, mais en tant que représentant de universal je le trouve "à chier", c'est un bon toutou médiatique, qui à du fric probablement, qui "dirige" (?) une boite qui fait du fric, assurément, mais en l'écoutant parler, je comprends aisément que sa boite à quelques problèmes structurels à évoluer dans un univers qui change rapidement.

    Intellectuellement, je le trouve bien pauvre. Le problème des boites comme universal ce n'est pas le p2p ou le piratage, c'est des pov' types comme lui, à coté de leurs pompes, qui ne comprennent pas l'évolution de la société (des gens qui la composent) et qui pensent pouvoir durablement assoir une position économique sur des copinages politiques et médiatiques.

    Il ne fait qu'attirer et amplifier une haine à l'égard de universal qui fait que demain (dans 30 ans?) lorsqu'il aura compris qu'il doit évoluer, il restera une partie de la population (plus ou moins important) pour hurler contre eux, même si ils font des bons produits.

    C'est exactement la position de microsoft aujourd'hui. Ils ont tellement utilisé des méthodes pas catholiques, diffusés des logiciels mal fini, qu'aujourd'hui des gens les detestent et ne veulent pas leur donner de l'argent (même si certains produits sont bien) par principe. Cette composante "affective" qui n'est comprise dans aucun indice économique/politique devient de plus en plus importante dans une société ultra-communiquante (ou les émotions peuvent 'circuler' sur le net (blogs,forums,sites etc...) qui n'est plus mise en coupe par les média traditionnels controlés (tv, presse).
    • [^] # Re: sans commentaire

      Posté par . Évalué à 2.

      Intellectuellement, je le trouve bien pauvre.
      Pourquoi ? Parce qu'il défend sa logique et celle de sa boîte contre "l'opinion" ?

      La logique de dire "la musique doit être téléchargeable gratuitement et sans contrainte sur Internet" est plus riche intellectuellement ?

      Cette composante "affective" qui n'est comprise dans aucun indice économique/politique
      Pardon ? Et les spin-doctors, ils sont là pour quoi à ton avis ?

      Cette composante prend peut être de l'ampleur, il n'est pas forcément malin de se laisser emporter par elle, et de la justifier par tant. Il faut la prendre en compte, jouer avec, mais pas lui donner une place qu'elle n'est pas censée avoir dans une société raisonnable.

      En outre, il est facile, sur un site "logiciel libre" de cracher sur Microsoft, mais il ne faut pas non plus s'aveugler. On a beau penser ce qu'on en veut, la plupart des entreprises libérales que je connais tournent avec du Windows ou du MacOS. Et devinez quoi ? Ca leur permet d'être efficaces dans leur boulot. A ce titre, ils s'en foutent que ce soit du Windows ou autre chose. Même moi. Ce qui est important n'est pas la marque du produit, ni ce qu'il y a dessous, c'est que cela permette de réaliser la tâche qu'on lui demande, aux coûts que l'on accepte.
      • [^] # Re: sans commentaire

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Je vais prendre un peu de temps pour te répondre, car je suis de bonne humeur.
        Pour parler de P.N. et de "intellectuellement" pauvre, je ne juge pas du contenu de son discours, mais de sa qualité. Qu'il défende la logique de sa boite n'en fait pas une personne intellectuellement riche. Qu'il soit un modèle pour certain (toi ?) parce qu'il a richesse, statut social et réussite ne lui donne toujours pas l'intelligence que l'on peut/doit attendre d'une personne qui parle et assène des "vérités". (en public, sur un média important)

        >"Il faut la prendre en compte, jouer avec, mais pas lui donner une place
        >qu'elle n'est pas censée avoir dans une société raisonnable."

        Sympa ton idée de jouer avec l'opinion et l'émotion des gens, ca fait un peu manipulation, lavage de cerveau, on n'a définitivement pas la même éthique.

        Tu remarqueras que je ne crache pas sur microsoft, je dis même que certains logiciels sont bien (si si). Oui, Oui plein d'entreprises tournent avec windows, dire que cela leur permet d'être éfficace dans leur travail est une affirmation qui ne repose sur rien d'autre qu'une appréciation affective et empirique de ta part. Tu ne peux juger de l'efficacité réelle SANS avoir une comparaison de la même tache réalisée avec une autre solution (oui effectivement c'est plus rapide que de taper sur une macine à écrire). Que cela TE semble efficace ne préjuge pas de l'efficatié réelle de la solution. Tu ne veux pas que l'on se laisse emporter par la composante affective et tu n'utilises qu'elle.

        >il n'est pas forcément malin de se laisser emporter par elle. [ composante affective]

        Ce n'est ni malin ni stupide, c'est humain. Notre différence avec une machine ou un robot interchangeable, c'est notre affect, qui fait que tu aimes ta femme/copine/parents sur des critères non objectifs mais affectifs. C'est cette composante qui fait que si ton voisin te fais les pires crasses pendant 5 ans, le jour ou il sera gentil car il aura besoin de toi si t'es pas trop con, tu ne volera pas à son aide.

        Cette composante de l'affect crée le lien social (tu aides ton voisin que tu apprécies, les vieux, les enfants, les pauvres etc... pas parce c'est raisonnable (cela te coute de ton temps, parfois de ton argent pour ne te rapporter rien) mais parce que c'est bien. Dans une société "raisonnable", tu les laisserais crever, mais dans une société humaine tu les aides. Voila.

        Tu remarqueras d'ailleurs que sur un site "logiciel libre" tu as infiniment plus de 'contenu' sur l'entraide, le partage de savoir, la connaissance, que sur "cracher sur microsoft", ce qui abonde dans mon sens et non dans le tien, tout ce terreau d'humanité et à d'affect laisse pousser des graines de haine envers microsoft, pas une haine contre leurs logiciels, mais une haine contre leur attitude, qui "radicalise" [la haine] les positions de rejets.

        Pour finir, non la marque n'est pas important, mais la mémoire collective l'est, pour la même raison que l'on a dit "plus jamais cela" pour les guerres, il est important que les entités "morales" paient sur le long terme les comportements amoraux qu'ont permis la permissivité des instances politiques et économiques.

        Juste pour finir, la soit disante productivité des applications que tu défends ne doivent pas mesurer grand chose pour ceux qui ont tout perdu lors d'un virus destructifs et les 'couts que l'on accepte' est un doux euphémisme lorsque l'on est obligé de payer le logiciel, même si on n'en veut pas.
        • [^] # Re: sans commentaire

          Posté par . Évalué à 4.

          Je vais prendre un peu de temps pour te répondre, car je suis de bonne humeur.
          Moi aussi, tiens. Mais vraiment parce que j'ai la patate, hé ? :)

          on n'a définitivement pas la même éthique.
          Manifestement, non. Je ne fais d'attaque ad hominem infondée gratuitement.

          dire que cela leur permet d'être éfficace dans leur travail est une affirmation qui ne repose sur rien d'autre qu'une appréciation affective et empirique de ta part.
          Non pas affective, mais empirique, oui.

          Tu ne peux juger de l'efficacité réelle SANS avoir une comparaison de la même tache réalisée avec une autre solution
          Je n'ai pas dit qu'ils étaient plus productifs qu'avec une autre solution, j'ai dit qu'ils pouvaient faire leur boulot. Ca n'a rien d'affectif, c'est parfaitement concret : je demande un service à quelqu'un, je l'obtiens.

          Il a utilisé quoi ? Windows ? Word ? Photoshop studio ? Horreur mon ami, non, ça ne va pas du tout, vous ne faites pas du bon boulot !!?

          Ca ne signifie en rien qu'ils ne pourraient pas faire mieux avec d'autres solutions, éventuellement libres.

          Mais le discours "libriste" qui veut que le libre, là, maintenant tout de suite, soit forcément mieux perd de vue que ce n'est pas que ce soit libre qui est important, c'est que ce soit au service de l'action de l'utilisateur final.

          L'objet du libre est d'organiser la structure même du développement pour favoriser cette dépendance stricte au service de l'utilisateur, mais ça n'est pas nécessairement la seule façon de faire.

          La preuve, on peut avoir aujourd'hui d'excellents outils sans que ce soit (encore) du libre ; je prendrais l'exemple de la production musicale ; je n'ai pas pour l'instant trouvé d'équivalent à Live (proprio). Je n'ai pas non plus trouvé d'équivalent à Cecilia (libre), ni la même souplesse et disponibilité d'outils flexibles (à condition d'être vraiment technicien) que sous Linux. Je n'ai pas trouvé d'intégration de la chaîne de prod aussi intuitive que sous Mac (proprio), pourtant sous Linux, en libre, çà commence à prendre forme (jack, Ardour and co).

          N'empêche, au final, quand je veux faire de l'impro, de la compo, j'utilise l'outil le moins intrusif, le plus efficace que j'ai : j'allume mon mac, je lance live, j'ouvre une piste, je prends mon instrument, j'enregistre et j'organise/retravaille mes idées sans avoir besoin de réfléchir à l'outil. Un tel outil n'existe pas encore sous forme de projet libre. Ce qui n'est ni un bien, ni un mal : j'ai déjà ce qu'il me faut ; mais ça changera certainement, l'ensemble jack/Ardour/jamin est en train d'ouvrir une voie royale.

          En attendant... je prends ce qui me convient, ça me suffit. Je fais déjà assez de dév dans mon boulot.

          C'est cette composante qui fait que si ton voisin te fais les pires crasses pendant 5 ans, le jour ou il sera gentil car il aura besoin de toi si t'es pas trop con, tu ne volera pas à son aide.
          Ca dépend de tes standards...

          Cette composante de l'affect crée le lien social (tu aides ton voisin que tu apprécies, les vieux, les enfants, les pauvres etc... pas parce c'est raisonnable (cela te coute de ton temps, parfois de ton argent pour ne te rapporter rien) mais parce que c'est bien.
          Ca, tu n'en sais rien. Globalement, ça n'est pas un jeu à somme nulle ; cela dépend bien évidemment là aussi de ta culture. Ce qui n'enlève absolument pas le caractère éventuellement moral de la démarche. Que ce soit bien ne veut pas dire que ce n'est pas rentable, et réciproquement.

          Dans une société "raisonnable", tu les laisserais crever, mais dans une société humaine tu les aides. Voila.
          N'importe quoi... T'as jamais discuté la différence entre "rationnel" et "raisonnable" ? Allez, Google te donnera déjà quelques pistes.

          ce qui abonde dans mon sens et non dans le tien,
          Voilà notre différence : tu veux/crois avoir raison, faire de grands effets de tes arguties en supputant mes opinions sans même prendre la peine de connaître ma position (que je n'ai jamais abordée), je voulais discuter.

          C'est assez décevant.

          Pour finir, non la marque n'est pas important, mais la mémoire collective l'est,
          Justement. L'objet même des marques est de s'inscrire dans la mémoire collective. Pas forcément à raison, pas forcément à tort, ça se discute aussi.

          pour la même raison que l'on a dit "plus jamais cela" pour les guerres, il est important que les entités "morales" paient sur le long terme les comportements amoraux qu'ont permis la permissivité des instances politiques et économiques.
          On s'approche du point Godwin, donc de la fin de cette discussion. Ouf.

          Qu'est-ce qui te permet de dire, de façon certaine et définitive, au sujet strictement précis d'Universal et de sa politique actuelle (ou fluctuante), qu'il s'agit d'un comportement amoral permis par la permissivité des instances politiques et économiques ?

          Juste pour finir, la soit disante productivité des applications que tu défends
          Je ne défends pas ces applis. Je défends simplement la discussion et la possibilité de dire encore que ce n'est pas parce que c'est libre que c'est mieux. Ce n'est pas suffisant. La preuve, on peut faire un métier et n'utiliser que des logiciels propriétaires.

          ne doivent pas mesurer grand chose pour ceux qui ont tout perdu lors d'un virus destructifs et les 'couts que l'on accepte' est un doux euphémisme lorsque l'on est obligé de payer le logiciel, même si on n'en veut pas.
          Ce n'est pas un doux euphémisme. C'est juste ça.

          Et entre nous... entre perdre des données à cause d'un virus destructif ou d'un système instable (Windows), et perdre du temps, beaucoup de temps, à trouver du matériel compatible (ce qui est encore aujourd'hui plus pénible avec un Linux qu'avec un Windows - on sait tous pourquoi, et l'avancement de cette situation, pas la peine de gloser là-dessus), les coûts se valent à ce niveau, le choix se fait ailleurs.

          Ah. Au fait, merci d'un tel discours condescendant et suffisant qui est aussi étranger à la notion de courtoisie et de conversation que je sais parler le morse.
          • [^] # Re: sans commentaire

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            >Et entre nous... entre perdre des données à cause d'un virus destructif ou d'un
            >système instable (Windows), et perdre du temps, beaucoup de temps, à
            >trouver du matériel compatible

            J'en parlerais à l'expert forestier qui a perdu définitivement le travail en cours sur plusieurs dossier et le consolerait en disant, hé, tu vas pouvoir acheter une nouvelle machine en moins de 5 minutes par internet, cela compensera les heures perdues et l'énergie dépensée.

            Euh.... on perd pas beaucoup de temps à trouver un matériel compatible, on passe du temps à l'installer une fois pour toute.

            J'adore la comparaison/analogie entre entreprise-productivité et logiciel de musiques, qui est un secteur bien particulier et qui ne peut (à mon avis) pas servir d'exemple car c'est une tête d'épingle dans la mer des machines sur le marché. Par exemple dans ton mac, comment tu fais intuitivement un gros document (500 pages) qui même temps servira pour ton imprimante, ton imprimeur et ton site internet ? avec Word ?

            Il est facile de trouver un contre-exemple. Par exemple, pourquoi les gros studio de cinema avec effets spéciaux utilisent des solutions linux (unix?) cinerella/cinepaint etc... pour faire les montages et pas cette solution miracle toute intégrée fournis par mac ?

            Je comprends que tu aimes ton environnement de travail et je conçois même que c'est pour toi la seule manière possible de travailler pour plein de raisons valables. Maintenant est-ce que live (proprio) te permet de récupérer ton travail sous un autre outils non proprio ? Si oui c'est génial continue, si ce n'est pas possible et bien dommage, ce que tu fais avec ne sera plus utilisable lorsque tu ne pourras plus utiliser live (proprio), soit parce que plus maintenu, soit parce que plus fournis avec, soit parce que trop chère etc...... Et dans 15 ans ? ce que tu as fait aujourd'hui, pourras-tu le retravailler ?

            Attention, je ne défend pas le 'tout libre', mon discours (qui n'est pas ad hominen du tout, ni point goodwin non plus, il ne manque plus que le populiste pour terminer le tableau) parle de liberté de l'utilisateur., même pas de logiciels libres. Il parle de mémoire face à des comportements de groupes transnationaux qui arrivent à imposer leur point de vue pour garder captf les utilisateurs.

            Ce qui me dit que le comportement de universal est a-morale ? Le fait qu'il y ait un amendement vivendi-universal dans la dadvsi est un très bel exemple de mélange des genres. La preuve : après avoir fait revoter l'article pour supprimer la license globale, il vont faire voter une loi pour la remettre à l'ordre du jour. Je ne savais pas que le secteur économique était le pouvoir législatif en France, cela a bien changé depuis mes lointains cours d'histoire sur les mécanismes politiques en France.

            Pour reprende un peu le discours, je crois qu'on ne se comprend pas (oui oui je sais, je suis condescendant) :
            >Ca n'a rien d'affectif, c'est parfaitement concret : je demande un service à
            >quelqu'un, je l'obtiens.
            >Il a utilisé quoi ? Windows ? Word ? Photoshop studio ? Horreur mon ami,
            >non, ça ne va pas du tout, vous ne faites pas du bon boulot !!?

            Heu, ce matin je viens de recevoir d'une personne (qui utilise mac en environnement professionnel) un mail de mise à jour de son adresse mail : 348 Ko (une image jpg 1073x839 avec une photo et l'adresse écrite dedans) qui ne s'est pas ouverte avec kuickshow, mais seulement avec gimp. Top pour la productictivité. C'est la même personne qui n'arrive pas à ouvrir un pdf. L'exemple type _"d'intégration de la chaîne de prod aussi intuitive que sous Mac (proprio)"_

            Si ton prestataire t'envoie son document en .extention_proprio et tu es obligé d'avoir son soft pour travailler avec, super. Lorsque je demande un service à quelqu'un, je ne dois pas être obligé d'acquérir son logiciel. Ce qui va êre interessant c'est lorsque office vista va commencer à se répandre les gens devront changer de matériel pour pouvoir lire les documents qu'ils recoivent. Et toi avec ton mac (ppc?), tu devras acheter un mac-intel pour pouvoir lire les fichiers de live_n+1 (proprio) fournis par ton prestataire/copain/relation car le ppc est abandonné et rosetta ne dureras pas longtemps. Elle est la aussi la productivité, le service rendu.

            Que tu utilises avec bonheur un outils proprio (il y a plein de gens qui le font) n'occulte pas les pratiques im-morales et a-morales des entreprises qui les fournissent (drm exclusif ipod, intervention de la Maison Blanche pour supprimer au sénat ce qui aurait pu obligé Apple à l'interopérabilité -probablement une coincidence, fin de allofmp3 avant l'entrée de la russie dans l'omc, Les Fourtous qui se votent des lois européenne pour eux etc.....) La société humaine est en train de crever pour faire durer des modèles économiques obsolètes car les dirigeants de ses sociétés sont intellectuellement limités et n'arrivent pas/ ne veulent pas évoluer, il faudrait faire un arret sur image avec le robinet de pognon qui coule sans effort. [ la boucle est bouclée].
            Regarde le traitement du chomage, des retraites, de la sécu, de la misère, on va vers plus de rationnel/raisonnable.

            Pour parler marque et mémoire collective, ne trouves-tu pas étonnant que "windaube" soit une marque qui apparait il y a peu alors que paradoxalement c'est moins de la daube qu'avant (techniquement parlant) ? pourquoi ?

            Maintenant cela n'enlève pas le droit, pour ceux qui le veulent, d'utiliser du proprio avec bonheur, mais ce bonheur et cette simplicité ne peut pas occulter le comportement de ces groupes. Et il y a des gens qui refusent, par conviction politique (gestion de la cité),d'utiliser ces produits pour ne pas cautionner ces comportements douteux. CAR si c'était si bien que cela, productif, intuitif, non remplacable, pourquoi utiliser de tels subterfuges, la qualité devrait suffire à faire perdurer ces modèles, tu ne trouves pas ?
            • [^] # Re: sans commentaire

              Posté par . Évalué à 3.

              Par exemple dans ton mac, comment tu fais intuitivement un gros document (500 pages) qui même temps servira pour ton imprimante, ton imprimeur et ton site internet ? avec Word ?
              Il n'y a pas que Word dans le monde Mac, et même dans le monde Linux, je n'utilise pas le même outil, tout simplement parce que la publication web et la publication papier sont des médias, et des métiers différents. Ca n'interdit pas le même document source, mais il sera de toutes façons retravaillé pour chacune des destinations. Alors ? Il est où le problème ? Un document, même Word, ça se convertit, ça se remanipule, y a des outils pour ça.

              Heu, ce matin je viens de recevoir d'une personne (qui utilise mac en environnement professionnel) un mail de mise à jour de son adresse mail : 348 Ko (une image jpg 1073x839 avec une photo et l'adresse écrite dedans) qui ne s'est pas ouverte avec kuickshow, mais seulement avec gimp. Top pour la productictivité.
              Ici, le problème n'est pas l'outil, mais la pratique. Elle aurait pu en faire autant avec n'importe quel système ; rien ne la pousse plus à faire une image plutôt qu'à juste taper son texte.

              Que tu utilises avec bonheur un outils proprio (il y a plein de gens qui le font) n'occulte pas les pratiques im-morales et a-morales des entreprises qui les fournissent
              Que des entreprises faisant du proprio aient des pratiques im/a-morales ne signifie, ni n'induit que toutes les entreprises faisant du proprio soient dans ce cas.

              Ca ne justifie pas non plus un discours systématiquement dénigrant du "mode" propriétaire. On ne fait pas une généralité de cas particuliers, ni une présomption de culpabilité basée sur quelques cas particuliers.

              Ca ne permet pas non plus, par contraste, de couvrir de gloire immaculée celles ne faisant pas du propriétaire.

              Ca permet juste de dire qu'il y en a qui déconnent. Pas plus, pas moins. On avance... :/

              La société humaine est en train de crever pour faire durer des modèles économiques obsolètes car les dirigeants de ses sociétés sont intellectuellement limités et n'arrivent pas/ ne veulent pas évoluer
              Si ta compréhension du monde aujourd'hui s'arrête là, à ça, ce constat... :/

              Tu as sans doute une analyse complète et pertinente des différents systèmes économiques présents aujourd'hui (qui sont tous en mouvement, par ailleurs), de toutes leurs causes et de tous leurs impacts et une ou plusieurs propositions locales/globales pour changer ? vers quel autre système meilleur ?

              Ou juste la capacité de dire "tout fout le camp" dans un registre plus contemporain du bistro in the corner ?

              Regarde le traitement du chomage, des retraites, de la sécu, de la misère, on va vers plus de rationnel/raisonnable.
              Le rapport avec le libre/proprio et/ou l'industrie de la musique ? Faudrait pas tout mélanger...

              Avant que tu ne me fasses ton air condescendant-monsieur-je-sais-tout-mais-si, essaye de ne pas mélanger des problèmes comme tu mélanges tes mots. Pour savoir exprimer ses propres idées (voir celle des autres), il faut savoir un minimum articuler un raisonnement, et pour cela posséder sa langue. Je ne parle même pas de regarder autour de soi, mûrir en soi ses réflexions, fuir le manichéisme et confronter ses opinions à celle des autres. À défaut de talent, ça prend du temps.

              Pour parler marque et mémoire collective, ne trouves-tu pas étonnant que "windaube" soit une marque qui apparait il y a peu alors que paradoxalement c'est moins de la daube qu'avant (techniquement parlant) ? pourquoi ?
              C'est quoi ton échantillon social pour cette expression ? Je bosse dans une boîte qui fait du Linux, et j'entends moins souvent "windaube" que "ubuntu".

              Et il y a des gens qui refusent, par conviction politique (gestion de la cité),d'utiliser ces produits pour ne pas cautionner ces comportements douteux.
              Cela ne leur permet pas de disqualifier les convictions, les choix et les usages des autres.

              Ni de mélanger habilement la "gestion de la Cité" et celle plus personnelle (au niveau de l'individu ou de l'entreprise) pour ce faire.

              Ni de se revendiquer plus digne de la gestion de cette Cité.

              CAR si c'était si bien que cela, productif, intuitif, non remplacable, pourquoi utiliser de tels subterfuges, la qualité devrait suffire à faire perdurer ces modèles, tu ne trouves pas ?
              Qu'est-ce qui te dit qu'ils ne perdureront pas ? Le succès récent du "libre" ? rien ne dit qu'il sera bon que le libre soit total et définitif (et l'histoire apprend que ce qui se veut total et définitif ne dure jamais vraiment).

              Qu'est-ce qui te permet de dire que le fait qu'un produit soit open-source constitue l'essentiel de sa qualité et que tout doit être jugé à cette aune ?

              Si tu ne le dis pas explicitement, c'est pourtant ce que tu insinues.
              • [^] # Re: sans commentaire

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                >Ici, le problème n'est pas l'outil, mais la pratique

                Et bien, disons qu'avec le recul j'en arrive de plus en plus à penser que l'outils fait la pratique. Et qu'il est étonnant qu'elle n'a pas eu une solution plus ergonomique pour partager une adresse Mail.
                Pourquoi une image aussi grande ?
                Pourquoi un jpg de 350 Ko ?
                Juste pour un mail ! c'est là la question, parce qu'elle ne SAIT pas et pourquoi ne sait-elle pas ? Ma réponse (la mienne à moi) est que l'outil lui occulte le savoir et lui inculque un mode opératoire : écrire dans une image avec le soft xxxx. Peut importe que ce soit pour un mail, une affiche, une conférence, un slide, une outil bureautique etc... elle écrit dans une image. il y a de plus en plus de power point avec 3 photos dedans, un choix raisonné ou un reflexe conditionné ?

                Pour le document de 500 pages, il y a des outils pour à partir du même source, faire des "exportations" différentes suivant le contexte, mais qui le sait ? les gens le "retravaillent" parce qu'ils ne savent pas que cela existe, parce que la mono-culture du logiciel les a conditionnés.

                Je n'ai pas un regard sur les entreprises qui font du proprio dans mon message mais de ceux qui n'ont pas de morale. Je m'en contre-fout que Microsoft/apple/vivendi/qui-tu-veux fait du proprio, ils ont le droit et même de gagner un max de fric, ce que je n'aime pas c'est que pour des raisons x ils utilisent des moyens non légaux, soutenus par des élus complices.

                Pour l'analyse complète des systèmes économiques, non je ne l'ai pas, mais cela ne m'empèche pas de pointer ce qui me dérange : en l'occurence le vérouillage législatif d'une position dominante pour qu'elle périclite moins vite que prévue.

                Pour le rapport avec le traitement du chomage etc..... Il ne faut pas saucissoner les problèmatiques, les méthode qu'a la société humaine de traiter les gens ne sont pas disjointes des méthodes de la société économique pour traiter les travailleurs et que les grosses sociétés de traiter leurs clients. Et il n'est pas idiot de rapprocher le traitement du chomage actuel et le traitement du drm : désinformation, mensonge, omissions, et par le "même groupe". Effectivement il est facile de renvoyer un "café du commerce", pourtant si tu lis que l'insee retarde de 6 mois (donc après les elections) la publication des chiffres du chomage (coïncidence probablement, pff théorie du complot de merde), c'est un café du commerce un peu supérieur à la moyenne tout de même.

                Pour le windaube, il suffti de surfer sur le net pour trouver l'échantillon social'. Et même ce n'est PAS la question l'échantillon, la question est pourquoi maintenant alors que la qualité s'améliore ?

                Je crois que l'on ne parle pas de la même chose, tu cherches toujours des points exogène (de détails) au discours et on en perd le fil principal. Ma remarque est que lorsque j'ai entendu P.N 2 ou 3 fois il ne m'a jamais scotché avec un discours intelligent et refléchis. C'est tout.
                Regarde, un mec qui émarge à 80 000 euros, à la tête d'une très grosse boite, qui utilise une analogie foireuse (et fausse) digne de nos trolleurs d'ici bas. tu ne crois pas qu'il y a un problème ?

                Mon opinion est que nombre de 'dirigeants' d'entreprises, les chouinneurs, n'ont pas les capacités nécessaires à faire évoluer les entreprises dans la société qui se préparent et utilisent alors des moyens 'détournés' pour tenter de faire perdurer une situtation non naturelle. C'est le coeur de mon discours et à ce propos tu n'as jamais répondu, en choissant de contourner le problème et en argumentant sur des problèmatique connexes.

                Il y en a des tonnes d'exemples :
                apple et ipod : d'abord une innovation mais un vérouillage pour garder sa position (c'est la marque de fabrique d'apple le vérouillage).
                Microsoft et windows : d'abord une déferlante de l'informatique dans le monde, puis des tractations qui puent pour vérouiller le marché.
                Major+musique : d'abord production des artistes puis vérouillage du marché de la musique.
                Pourquoi 3% des musiques occupent-elle 75% de l'espace radio ? Ma réponse à moi 'la mienne) est qu'en poussant les radios à passer certains artistes (sinon plus d'exclu, plus de promo, plus de titres...) elle poussent leurs artistes et dopent les reversements sacem qui les arrangent.

                etc....

                Je ne parle même pas de libre, ni d'open source ni de rien, c'est toujours toi qui veut faire ce rapprochement.
                • [^] # Re: sans commentaire

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Et bien, disons qu'avec le recul j'en arrive de plus en plus à penser que l'outils fait la pratique.
                  C'est vrai. Pas toujours mais souvent.

                  Pourquoi une image aussi grande ?
                  Pourquoi un jpg de 350 Ko ?
                  Juste pour un mail ! c'est là la question, parce qu'elle ne SAIT pas et pourquoi ne sait-elle pas ?
                  C'est à elle de poser d'abord la question. Rien, sous Mac, par exemple, ne prédispose particulièrement un utilisateur à envoyer une image plutôt que du texte. Pour l'utilisateur moyen, ce n'est même pas plus facile de le faire que sous Windows ou KDE/Gnome.

                  Pour le document de 500 pages, il y a des outils pour à partir du même source, faire des "exportations" différentes suivant le contexte, mais qui le sait ? les gens le "retravaillent" parce qu'ils ne savent pas que cela existe, parce que la mono-culture du logiciel les a conditionnés.
                  Pas forcément. Peut être aussi parce qu'il n'existe pas d'outil satisfaisant/accessible (prix, facile) permettant d'effectivement bien exporter le même contenu dans plusieurs cibles.


                  Pour le windaube, il suffti de surfer sur le net pour trouver l'échantillon social'. Et même ce n'est PAS la question l'échantillon, la question est pourquoi maintenant alors que la qualité s'améliore ?
                  L'inertie de l'image imprimée dans les esprits ? Il n'y a qu'à voir la réputation de Linux chez les Windowsiens purs et durs.

                  Regarde, un mec qui émarge à 80 000 euros, à la tête d'une très grosse boite, qui utilise une analogie foireuse (et fausse) digne de nos trolleurs d'ici bas. tu ne crois pas qu'il y a un problème ?
                  Si, mais ce n'est pas le mien. C'est avant tout celui de ceux qui sont en contrat direct avec cette boîte : les artistes. Le public, dans une moindre mesure, puisqu'il n'est pas franchement fortement attaché à Universal, ni à son patron, ni à ses artistes.

                  Et ça ne veut pas dire non plus que le gars est une bille. Des conneries, on en dit tous, régulièrement, volontairement ou non, pour nous servir ou non.

                  Mon opinion est que nombre de 'dirigeants' d'entreprises, les chouinneurs, n'ont pas les capacités nécessaires à faire évoluer les entreprises dans la société qui se préparent et utilisent alors des moyens 'détournés' pour tenter de faire perdurer une situtation non naturelle.
                  Ce n'est pas toujours vrai, ni faux.

                  Un chef d'entreprise n'a pas forcément non plus les moyens d'envoyer sa boîte dans le mur (il a des employés, des fournisseurs, des clients), parce qu'il ne sait pas/plus comment s'y prendre, ni à qui (ou comment) passer la main :
                  - s'il met la clé sous la porte, c'est un incapable (?),
                  - s'il essaye de se débrouiller comme il peut, mais mal, c'est un incapable (?),
                  - s'il essaye de passer la main, à la mauvaise personne, c'est un incapable (?),
                  - par contre, s'il arrive à quelque chose, c'est un bon patron, un bon gestionnaire, un entrepreneur de choix. A supposer qu'il ne s'en mette quand même pas trop en poche.

                  M'est avis que ça rejoint l'esprit français qui dénie le droit à l'échec à l'individu, et par extension à l'entreprise : si t'as foiré une fois, tu foireras toujours, laisse tomber, t'es mauvais.

                  Je ne digresse pas. La création d'entreprise est une aventure qui ne s'apprend que sur le terrain. La _gestion_ d'entreprise en est encore une autre, très différente. Réussir l'un ou l'autre n'est pas uniquement et totalement du ressort du dirigeant seul, et lorsque celui-ci se retrouve démuni devant une situation qu'il n'est plus capable de gérer, il n'a pas forcément le choix, voir le bon choix disponible.

                  Dans le cas d'Universal, ce n'est à la limite même pas à PN de décider, mais au CA qui l'a mis là où il est. Qui doit manifestement avoir encore confiance en lui (en gros, il fait le boulot qu'ils lui ont demandé).

                  C'est le coeur de mon discours et à ce propos tu n'as jamais répondu,
                  Je ne peux pas te répondre autrement qu'en te disant que hormis les garde-fous qui existent déjà (mais qui ne sont pas forcément mis en oeuvre, ou applicables à ces cas précis), ça ne regarde essentiellement que ceux qui sont en relation contractuelle : le CA, le PDG, ses employés, les artistes qu'il a signé

                  en choissant de contourner le problème et en argumentant sur des problèmatique connexes.
                  Je ne contourne pas. Je mets le doigt sur une attitude que j'estime trop extrême/tranchée/peu précise dans son expression (et peut être sa conception) pour être productive. Sans vouloir être vexant.

                  apple et ipod : d'abord une innovation mais un vérouillage pour garder sa position (c'est la marque de fabrique d'apple le vérouillage).
                  Si le verrouillage n'avait pas été là, Apple n'aurait manifestement pas accédé au catalogue qu'il obtient. C'est la contrepartie.

                  Microsoft et windows : d'abord une déferlante de l'informatique dans le monde, puis des tractations qui puent pour vérouiller le marché.
                  Certes, mais c'est une stratégie classique.

                  Major+musique : d'abord production des artistes puis vérouillage du marché de la musique.
                  Il n'est pas verrouillé, pas encore en tout cas, puisqu'il y a des offres alternatives (même si encore mineures). Quand j'écoute autour de moi, j'ai plutôt l'impression d'entendre que le marché est saturé. La grande nouveauté, c'est le mass-média est en train de se fragmenter avec les labels et sites indépendants sur internet. Ca n'est pourtant pas un phénomène très récent, mais il faut plusieurs années pour qu'il devienne significatif.

                  Pourquoi 3% des musiques occupent-elle 75% de l'espace radio ?
                  Parce que 3% des artistes les plus lucratifs réunis donnent les moyens à quelques boîtes de diffuser massivement leurs productions.

                  Ma réponse à moi 'la mienne) est qu'en poussant les radios à passer certains artistes (sinon plus d'exclu, plus de promo, plus de titres...) elle poussent leurs artistes et dopent les reversements sacem qui les arrangent.
                  C'est un peu plus complexe que ça. Les radios payent la SACEM au forfait chaque année, pas à la proportion. En outre, la SACEM gère les droits des auteurs-compositeurs, qui n'ont aucune raison à contracter avec une maison de disque comme Universal, qui n'a d'intérêt essentiellement que pour les interprètes.

                  En outre, les radios sont peu enclines à faire passer des trucs qu'elles imaginent ne pas faire d'audience, parce qu'elles vivent de la publicité (comme Métro et 20 minutes). Sauf à avoir un bon réseau dans le milieu des radios, un bon discours, et sans doute aussi une approche marketing permettant de rassurer/convaincre les radios de la valeur économique de ce que tu leur propose, il n'est pas forcément évident de faire passer, sauf coup de coeur, quelque chose "qui sorte du circuit".
                  • [^] # Re: sans commentaire

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    >C'est un peu plus complexe que ça. Les radios payent la SACEM au forfait
                    >chaque année, pas à la proportion. En outre, la SACEM gère les droits des
                    >auteurs-compositeurs, qui n'ont aucune raison à contracter avec une maison de
                    >disque comme Universal, qui n'a d'intérêt essentiellement que pour les
                    >interprètes.

                    Non pas entièrement la quote part de reversement à chaque artiste est très influencé par le nombre de passage radio. Si il y a de plus en plus de groupes jetables comme starac, les droits sacem de ce qui est seriné sur les ondes va directement dans les poches des majors.

                    Tu ne penses pas sérieusement que 3% de la musique représente le paysage musical francais qui mérite d'être écouté si ?
  • # manque a gagner

    Posté par . Évalué à 6.

    Vous pouvez pas mettre du gazole dans un moteur à essence.


    C'est un manque a gagner pour les vendeurs de gazole !
    Vite, une taxe sur l'essence pour compenser le manque a gagner des vendeurs de gazole ! :)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.