Journal La fedora 8 est pas mal.

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
3
mar.
2008
Je me suis décidé, parce qu'on n'est jamais si bien servi que par soi-même, à installer une fedora. fedora 8. PPC. Je précise bien PPC, Comme ça ceux qui vont me dire: chezmoiçamarchemieuxqueça, je répèterai PPC.

J'ai découvert à cette occasion que Fedora proposait aussi (comme ubuntu) d'offrir les CD. Une bonne idée. On devrait centraliser, faire une sorte d'ikarios qui engrange les dons et envoie le CD de la distribution au choix.

ça fait bien 10 ans que j'ai pas vraiment touché une RedHat ou assimilé. Mais ma deuxième distribution a été une RedHat 4 ou 4.2, une boite bleu avec le chapeau rouge, qui utilisait fvwm95 et un gestionnaire d'admin en tcl/tk. Je crois. Ma première distribution a été une slackware, ça n'étonnera personne. Depuis Bo mes ordis sont sous Debian. Un 486DX2 66MHz de 1994 à 2002, le power mac biG4 866MHz depuis 2002.

Je précise que je n'ai pas l'intention de quitter debian. J'ai un deuxième disque dur, il a eu une ubuntu qui a failli devenir ma distribution principale, jusqu'à ce que l'arrêt anoncé du support ppc par ubuntu me refasse changer le boot de l'openfirmware. Fedora j'en ai besoin pour tester des rpm.

Fedora au premier abord, c'est net, propre et bien foutu. On peut chipoter, mais l'installation se passe agréablement, tout graphique, sauf la quetion pour si on veut tester le media qui est en ncurses rouge et bleu, là ça fait pas propre, mais sinon c'est graphique/X et les questions sont claires, les choix par défaut cohérents. La carte zoomable pour choisir le fuseau horaire d'un clic, c'est du plein-les-yeux qui sert à rien, d'accord, mais quand même ça marque. Après ça on aura probalement droit à une installation sous compilz. Ça va être trop bien comme dirait ma fille qui veut jouer avec tuxpaint.

Quand je pense au mal que j'ai eu à paramétrer mon écran 15"flat sous Xfree il y a cinq ans. Là c'est tout automatique dès le début de l'installation. A force de s'habituer on mesure pas les progrès.

Lors de l'installation une seule question un peu technique. dhcp ou pas? Nom de machine par dhcp ou pas? Moi je sais. oui et non. Mais la question fait plus technique que les autres. Sinon les choix par défaut sont bien.

Sérieux. Une sécurité bien affichée (paramétrage du pare-feu et de SELinux que j'ai pas encore testé sous ma debian), ça fait très sérieux. Partitionnement en LVM, automatisé avec plusieurs choix. Bien. Noyau smp, automatiquement installé. Parfait.

Un seul problème, mais de taille: le clavier apple usb de mon mac n'est pas dans la liste. D'ailleurs, même après l'installation je n'arrive pas à le faire reconnaitre à gnome. C'est pour dire.

Un autre problème, mineur: la carte son (powermac) n'est pas reconnue. De toute façon la machine est bruyante, j'ai un casque usb. Un dernier truc, il me semble que le réglage des ventilos ne se fait pas: ma debian fait moins de bruit. Quelques réglage à affiner, probablement. Rien de grave.

L'installation par défaut est du genre américain moyen: un peu obèse. Gnome, Firefox, Evolution (et pas Thunderbird), OpenOffice doit y être (j'ai pas vérifié) Latex y est (mais pas texmaker je crois), et un tas d'autre trucs: 3,8 GigaOctets, ma première RedHat tenait largement dans 170 MO. fvwm95 c'était bien. Gnome c'est lourd. J'aime plus, mais j'ai pas encore trouvé ce qui allait le remplacer chez moi. 3,8 GO d'occupés, et y'a même pas emacs. Vim oui.

Fedora préfère Gnome à Kde, Vim à Emacs, et RPM à Deb.

Après une heure d'utilisation je suis perplexe. Une mise à jour qui dure une plombe, et pendant laquelle la fenêtre du gestionnaire peine à se redessiner. Pendant la mise jour SELinux m'envoie une quinzaine d'alerte de blocage de cron à cause de smolt, jusqu'à ce que SELinux m'informe qu'il redémarre. Bizarre. La fenêtre de mise à jour ne donne pas d'info sur le temps restant, ça manque.

Smolt m'apprend que les ppciste sont même pas 1%, mais quand même plus que les i386ards. Il y a 25 sparc64 dans le tableau.

Redémarrage: fenêtre graphique avec possibilité d'afficher le boot, c'est très beau. Par contre à l'extinction on n'a droit qu'au mode terminal, c'est dommage. de pas éteindre sur un joli coucher de soleil en graphique.

Le gestionnaire de paquets me rappelle synaptic, il met une plombe à répondre aux recherches. En ligne de commande il y a yum, autant dire un truc chinois. Je suis sous debian depuis Bo. Putain 10 ans! man yum. Gcompris est là. Java non. Il faut dire que java en ppc, c'est celui d'ibm. Je vais devoir le mettre à la main. Ça tombe bien il est fourni en rpm. (Pour les debianeux il y a java-package qui s'occupe de le repackager.)

La première fois que j'ai vu une installation graphique aussi bien léchée, c'était Mandrake, avec son retailleur de partition intégré. Puis Suse dont j'ai vu tourner l'installation deux ou trois fois. J'ai longtemps conseillé Mandrake. parce qu'en France il y a(vait) pas mal d'utilisateurs. Pour cette raison je conseille ubuntu. Y'a du monde chez ubuntu.

Et Fedora, combien de divisions? Y'a des forums francophone? Y'en a. Le prochain qui me demande quelle linux, je l'envoie chez fedora. Pour varier un peu. Et faire redescendre l'ego des ubuntards. Fedora c'est tès bien aussi.
  • # Un peu pareil

    Posté par  . Évalué à 5.

    J'ai suivi un peu le même cheminement pour mon ibook : Ubuntu -> Debian -> Fedora.
    Ubuntu, le problème a été vite réglé avec la fin du support officiel.

    Restait le choix (cornélien) entre Debian (unstable pour moi) et Fedora.
    Pour l'instant, la balance a penché depuis quelques mois vers Fedora qui m'apporte grosso modo les avantages d'Unstable (paquets récents, développement actif) sans les inconvénients (instabilité et trucs cassés dont la correction peut parfois être longue).

    C'est vrai que Yum & co est plus lent que Apt/Aptitude. Mais les progrès sont significatifs, notamment dans la résolution des dépendances, depuis Fedora 6, ça évolue dans le bon sens à chaque nouvelle version. Pour éviter ce que tu décris (une mise à jour qui dure une plombe, et pendant laquelle la fenêtre du gestionnaire peine à se redessiner) j'utilise Yumex, qui est un frontend graphique à Yum beaucoup plus complet et surtout qui te permets de savoir en permanence ce qu'il se passe (téléchargement en cours, à quel niveau, installation etc...).

    Malgré la faible proportion d'utilisateurs PPC, je constate que les versions PPC sont toujours soignées, au même titre que les majeures x86...

    Pour le problème de Java, la situation a bien évolué (est réglée...) avec IcedTea, bien mieux qu'avec la version IBM. Malheureusement, le portage PPC avait pris du retard, et IcedTea qui est utilisé par défaut pour x86 avec Fedora 8 n'est pas intégré dans la version PPC. Ce sera réglé pour Fedora 9, et même pour Fedora 8 en acceptant de faire une installation de cochon comme je l'explique dans mon "site" (en gros : installer des paquets de développement de Fedora 9 sur Fedora 8). C'est mââl mais ça a le mérite de fonctionner.

    Le seul point encore un peu en retrait, c'est le nombre de logiciels packagés, qui bien qu'important est moins élevé que sur Debian/Mandriva. Evidemment, les stars du libre y sont, mais il suffit parfois de tomber sur L'application non packagée pour que cela gâche le plaisir. Rien de méchant toutefois, il suffit de sortir son bon gros ./configure && make && make install :-)

    Donc, pour résumer, Fedora c'est bon, mangez-en ! (ou plutôt, c'est beau, mettez-en, c'est plus de circonstance).
    • [^] # Re: Un peu pareil

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      en gros : installer des paquets de développement de Fedora 9 sur Fedora 8). C'est mââl mais ça a le mérite de fonctionner

      euh un rpmbuild -ba paquet.spec après avoir récupéré le src.rpm et l'avoir installé par un rpm -ivh *src.rpm ça devrait fonctionner et c'est la bonne manière de faire, non ?
      Tu peux essayer avec http://koji.fedoraproject.org/packages/java-1.7.0-icedtea/1.(...) qui est plus récent que le paquet que tu cites sur [http://jph.gonzalez.free.fr/?p=6].
    • [^] # Re: Un peu pareil

      Posté par  . Évalué à 2.

      Pour le problème de Java, la situation a bien évolué (est réglée...) avec IcedTea, bien mieux qu'avec la version IBM.

      Eu... tu as testé? J'ai un icedtea sur ma debian ppc tout neuf sorti du mercurial, inutilisable de lenteur.
      http://linuxfr.org/comments/908514.html#908514

      Si tu en as un qui marche bien en ppc, tu me dis ou tu as prix le paquet que je teste ça ?

      Parcontre je suis plutot satisfait des java d'ibm. J'ai utilisé longtemps le 1.5, maintenant c'est le 1.6. Tu lui reproches quoi ?
      • [^] # Re: Un peu pareil

        Posté par  . Évalué à 2.

        > Eu... tu as testé? J'ai un icedtea sur ma debian ppc tout neuf sorti du mercurial, inutilisable de lenteur.

        J'ai lu plus d'une fois que la version ppc de IcedTea marche très bien (depuis quelques semaines).

        > tout neuf sorti du mercurial

        T'es peut-être tombé sur une mauvaise version.
      • [^] # Re: Un peu pareil

        Posté par  . Évalué à 2.

        Oui, j"ai testé (c'est ma JVM par défaut), mais avec les paquets Fedora. Je n'ai pas constaté de lenteur, et surtout certaines applications qui n'ont jamais fonctionné avec GCJ ou IBM java marchent sans problème avec IcedTea (par exemple : http://analysesi.free.fr/ ).
        Avec la le java IBM, je n'avais pas réussi à faire ma déclaration de revenus car il n'était pas accepté sur le site. Je ne sais pas pour IcedTea, mais à mon avis, comme pour AnalysSI ça fonctionnera.

        Je ne sais pas si des paquets sont dispos pour Debian puisque je suis en ce moment sous Fedora sur l'ibook.

        Por tes problème de lenteur, peut-être que ta version très récente comporte des régressions ?
        • [^] # Re: Un peu pareil

          Posté par  . Évalué à 2.

          la version en cours 0.6.3 d'AnalyseSi se lance sans problème sous le java d'ibm, tant le 1.5 que le 1.6. Je n'ai pas poussé le test plus loin qu'appuyer un peu partourt, mais ça a l'air de marcher.

          il plante au lancement avec gcj-4.3, en effet.

          Il faut que je regarde ce qui ne va pas dans mon icedtea.

          Pour les impots je n'ai pas essayé.
    • [^] # Re: Un peu pareil

      Posté par  . Évalué à -2.

      et pourquoi pas apt/synaptic qui est dans les depot de la derniere fedora ! car franchement yum et toutes ces interfaces graphique c'est pas terrible
      Oui, j'ai tester vite fais fedora sur i386 mais , on ne change pas facilement d'habitude quand on est debian/ubuntu depuis des années.

      Bien a vous
  • # Re:

    Posté par  . Évalué à 1.

    > tout graphique, sauf la quetion pour si on veut tester le media qui est en ncurses rouge et bleu

    Parce que le test est fait avec ce qu'il y a dans initrd (le mini-minimum). Passer initrd, c'est "stage2" avec l'interface graphique, etc...
    Le test doit être fait le plus tôt possible et avec le moins possible. Il serait bête que ça plante à cause d'un mauvais CD avant que tu arrives au test du CD.

    > La carte zoomable pour choisir le fuseau horaire d'un clic, c'est du plein-les-yeux qui sert à rien

    Pour la carte ce n'est pas du "plein-les-yeux qui sert à rien". M'enfin, si tu préfères une liste de 3 km.

    > Après ça on aura probalement droit à une installation sous compilz.

    L'interface graphique est disponible pour Red Hat depuis RH 6.0 !!!!
    A l'époque ça utilisait framebuffer (et était activé pour assez peu de carte graphique).
    Au niveau look très peu de chose ont changée et le fonctionnement global reste le même.
    Toi ça t'impression, mais un mec qui a utilisé une vieille Red Hat ne sera pas impression.
    Ce n'est vraiment pas un domaine où Fedora est très actif. Compare avec une FC3, et c'est le jeux des 7 erreurs.

    > OpenOffice doit y être (j'ai pas vérifié)

    Par défaut il est installé.

    > Latex y est (mais pas texmaker je crois)

    texmaker n'est peut-être pas installé par défaut. Mais il est dispo.

    > Une mise à jour qui dure une plombe

    Parce que F8 est sorti il y a "longtemps" et que les mises à jour se sont accumulées.
    Fedora ne fait pas que des mises à jours de sécurité ou de gros bug comme Debian ou Ubuntu le fait :
    http://blog.kagesenshi.org/2008/03/keep-fedora-less-moving-u(...)
    Pour info il y a plus de 4,5 Go (!) de src.rpm en mise à jours.
    F8 est sorti avec Linux 2.6.22. Il y a maintenant le 2.6.23. Le 2.6.24 est en préparation. KDE 3.5.9 est dans testing et ne va pas tarder a arriver en mise à jour.
    La politique de mise à jour n'est pas la même que Debian/Ubuntu.

    > c'est dommage. de pas éteindre sur un joli coucher de soleil en graphique.

    C'est un reproche qui existe depuis... FC1 ou FC2. Il semble que personne est motivé pour s'occuper de ça.

    > Gcompris est là. Java non.

    Il y a IcedTea sur i386 et x86_64 pour F8. La version PPC n'a pas été prête à temps. IcedTea pour ppc est dans Rawhide. Il doit y avoir java mais avec gcj (qui n'est pas au niveau de IcedTea).

    > J'ai longtemps conseillé
    > je conseille
    > je l'envoie chez

    Faites comme moi. Dites qu'il y a plein de distributions. Que globalement Ubuntu/Suse/Mandriva/Fedora sont adaptées à un nouveau. J'ajoutes seulement que s'il prend une Fedora, vu que j'ai une Fedora, je pourrais plus facilement l'aider.

    En passant, il y a XFCE sous F8 puisque que tu trouves que Gnome est "lourd" (en combien de secondes tu te loggues sous Gnome ou sous KDE ?).
    Pour XFCE => yum groupinstall XFCE
    • [^] # Re: Re:

      Posté par  . Évalué à 2.

      En parlant de plantage à cause d'un mauvais dvd, j'ai eu la cas. pour plantage pour le paquet liberations-fonts, qu'on n'imagine pas bloquant..

      Sinon pour les mises à jour le problème n'est pas la taille. Le problème c'est la fenetre qui laisse penser que le truc est bloqué: pas de rafraichissemet. Et aucune info sur le temps restant...

      Sinon, rien à dire, c'est très propre, carré, ça a l'air bien fait.
      • [^] # Re: Re:

        Posté par  . Évalué à 2.

        La mise à jour qui plante, par contre ça fait pas propre. Des conflits entre les paquets. Bizarre.
        • [^] # Re: Re:

          Posté par  . Évalué à 3.

          C'est dans une certaine mesure "normal".
          Yum (en fait la politique Fedora de mise à jour) n'ignore pas les paquets qui posent problèmes. S'il y a une mise à jour, elle doit être appliqué. Si ce n'est pas possible, c'est un bug. Jamais yum, dans sa configuration par défaut, ne "cachera" ça. Avec apt, des mises à jours peuvent être ignorées. Fedora se le refuse (du moins dans la configuration par défaut, il y a un plugin pour avoir le comportenant de apt).

          > Des conflits entre les paquets.

          99 fois sur 100, c'est la cause de mirroirs qui ne sont pas à jour. Il faut faire un essai plus tard.
          • [^] # Re: Re:

            Posté par  . Évalué à 4.

            > Avec apt, des mises à jours peuvent être ignorées.

            Les mises à jours ignorées ne compromettent pas l'intégrité du système. C'est souvent qu'un paquet a été compilé pour une architecture mais pas pour une autre et toutes les paquets qui en dépendent sont mis en attente parce qu'ils ne peuvent pas passer à la version suivante. C'est souvent réglé dans la journée qui suit.

            Un deuxième cas est quand il faut installer des paquets supplémentaires (différence entre upgrade et dist-upgrade). Dans le cas d'un upgrade, il faut un paquet qui ne peut pas être installé (alors qu'il le serait avec un dist-upgrade) donc les paquets qui en dépendent sont mis en attente. Là, c'est au choix de l'utilisateur.

            Apt ne cache rien du tout, il dit tout aussi hein. Il pose la question à chaque fois et libre à l'utilisateur averti de savoir ce qu'il fait.
            • [^] # Re: Re:

              Posté par  . Évalué à 2.

              > Les mises à jours ignorées ne compromettent pas l'intégrité du système.

              Ça dépend. Si c'est une mise à jour de sécurité alors c'est oui.

              Je n'ai pas envis de pourrir apt. Mais il faut comprendre les choix de chaqu'un.

              Quand yum dit "Error impossible de mettre à jour", ça ne veut pas dire que Yum a planté. Ses "erreurs" arrivent 99,99999 fois sur 100 _avant_ que la mise à jour réelle commence. Elles arrivent lors des vérifications. La vérification est faite en deux passent. La première avec assez peu d'information (afin d'éviter des tonnes de download). Après la première vérification, il y a demande de confirmation à l'utilisateur. La seconde est faite avec toutes les informations disponibles puisque après que tous les paquets nécessaire aient été downloadé. Elle est réalisé en faison une transaction "à blanc" sur la base rpm (en utilisant librpm comme rpm utilise librpm) et en utilisant les entêtes des paquets rpm. Après vérification tout doit marcher. Si ce n'est pas le cas, c'est définitivement un bug.
              Ceci est assez lourd mais offre une excellente fiabilité.
              • [^] # Re: Re:

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                Euh, rpm a besoin d'infos contenus dans les paquets rpm directement, pour calculer les dépendances (et sux) ??
                Ou alors j'ai rien compris à tes explications nébuleuses.
                Avec apt, quand tu as mis à jour tes dépôts, soit la MAJ passe (que des MAJs) soit elle nécessite un dist-upgrade (ajout/suppression de paquets), pas besoin de X passes et une partie du paquet pour calculer l'arbre des dépendances.
                Et si une MAJ de paquet fouare (ça arrive, mais tellement peu souvent) c'est quasiment toujours parce que t'as fait une belle merde à la main (ou alors c'est de la MAJ entre versions testing différentes avec un peu d'unstable pour donner du goût et t'as oublié de faire le petit truc nécessaire pour résoudre le merdier que t'as décidé de foutre dans ton système (testé et approuvé))
                • [^] # Re: Re:

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  Introduction : ce n'est pas car rpm ne fait pas comme deb, que rpm fait mal.

                  > Euh, rpm a besoin d'infos contenus dans les paquets rpm directement, pour calculer les dépendances (et sux) ??

                  Oui et non. Les derniers versions de yum reconstruisent les entêtes avec les infos sur les dépôts. Puis c'est envoyé à librpm pour finaliser les dépendances (c'est la phase "Running transaction check").

                  > Avec apt, quand tu as mis à jour tes dépôts, soit la MAJ passe (que des MAJs) soit elle nécessite un dist-upgrade (ajout/suppression de paquets)

                  Cette notion d'update et d'upgrade n'existe plus dans yum. Elle a existé à une époque lointaine.

                  > pas besoin de X passes

                  C'est fait en interne à yum. Va savoir combien de passe fait apt sans que tu le saches...

                  > et une partie du paquet pour calculer l'arbre des dépendances.

                  Les entêtes des paquets (reconstruit depuis les dernières versions de yum ; avec librpm) sont utiliser pour simuler une transaction. Yum l'affiche avec un message du type "running test transaction". Ce contrôle permet de vérifier par rapport à ce qui est installé (afin d'éviter que le nouveau paquet toto écrase un fichier du paquet titi déjà installé par exemple (alors que titi n'est sur aucun dépôt)). Je crois que c'est aussi utilisé pour évaluer l'ordre d'installation. Des paquets ont des dépendances à l'installation uniquement. Toto peut demander titi pour être installé, mais n'a pas forcément besoin de titi pour fonctionner. Titi doit être installé avant toto.
                  • [^] # Re: Re:

                    Posté par  . Évalué à 4.

                    > Cette notion d'update et d'upgrade n'existe plus dans yum.

                    Si ça existe. Mais ce n'est plus utilisé par Fedora.
                    $ man yum
                    upgrade

                    Is the same as the update command with the --obsoletes flag set. See update for more details.

                    update

                    ...
                    If the --obsoletes flag is present yum will include package obsoletes in its calculations - this makes it better for distro-version changes, for example: upgrading from somelinux 8.0 to somelinux 9.


                    yum.conf par défaut dans Fedora :
                    obsoletes=1

                    Option aussi activé par défaut dans yum upstream.




                    Trollons à la apt fanboys : Mon Dieux que c'est compliqué apt, il y a update et upgrade... Yum n'a pas de yum-cache : http://www.ccl.net/cca/software/UNIX/updating-redhat/apt-how(...)
                    13 options !
                    Mon Dieux que c'est compliqué apt...
                    Fin troll.
                  • [^] # Re: Re:

                    Posté par  . Évalué à 3.

                    Franchement, t'as pas peur du FUD toi...

                    > Va savoir combien de passe fait apt sans que tu le saches...

                    Ho les méchants, ils nous cachent des passes, saimal toussa. Franchement, tu regardes les sources et tu le sais... Et même sans regarder les sources, je peux te le dire. S'il y a un update et un upgrade, c'est qu'il y a une raison, ils n'ont pas la même utilité et on ne les invoque pas nécessairement toujours l'un à la suite de l'autre. update, c'est pour mettre à jour la liste des paquets avec leurs metadonnées (dépendances toussa). Ça sert à connaître la liste des paquets qui sont sur le dépôt, histoire de ne pas se baser sur une vieille liste plus à jour. Ça tu peux le faire aussi souvent que tu veux. Mais les moments les plus judicieux, c'est juste avant une installation d'un nouveau logiciel (apt-get install) et juste avant une mise à jour globale (apt-get [dist-]upgrade). Ça évite d'avoir plusieurs passes avec des morceaux téléchargés, d'autres recalculés on ne sait trop comment. Dans le cas d'APT, on a toute l'information nécessaire au bon moment et on sait ce qu'on fait.
                  • [^] # Re: Re:

                    Posté par  . Évalué à 3.

                    >>Euh, rpm a besoin d'infos contenus dans les paquets rpm directement, pour calculer les dépendances (et sux) ??
                    >>Ou alors j'ai rien compris à tes explications nébuleuses.

                    >Introduction : ce n'est pas car rpm ne fait pas comme deb, que rpm fait mal.

                    Heu, perso je comprends pas non plus ce qui se passe avec YUM (que je ne connais pas, ou très peu).

                    Les autres systèmes RPM (opensuse, mandriva, ..), à ma connaissance, fonctionnent exactement de la même façon qu'apt :
                    - téléchargement des métadonnées (rafraichissement)
                    - résolution des dépendances, sélection des paquets à installer
                    - téléchargement et applications des patchs/logiciels.

                    D'ailleurs, on entend souvent que "deb c'est mieux que rpm", alors que tout le monde sait qu'ils sont plus ou moins similaires, de telle sorte qu'aucun n'a supplanté l'autre.

                    La différence réside dans le méta-packager utilisé : Là où le monde .deb n'en a qu'un (apt, avec éventuellement un front end), .rpm en a plusieurs (yum, urpm, yast/zypp, ..).

                    On devrait donc dire : "apt c'est mieux que yum/urpm/yast". Mais je ne suis pas convaincu que .deb est mieux que .rpm.
                    • [^] # Re: Re:

                      Posté par  . Évalué à 1.

                      sans vouloir relancer le troll, je dirais que si rpm a autant de gestionnaire (urpm/yast/yum), c'est un corrollaire du fait que rpm fut moins bon que deb et qu'il fallait pallier ces défaut dans le gestionnaire. Maintenant, rpm a sans doute rattrappé son retard mais ça n'empêche pas les outils au dessus de continuer à exister, c'est bien dommage.
              • [^] # Re: Re:

                Posté par  . Évalué à 2.

                Oh mon dieu... et tu trouves ça fiable ? Je préfère nettement la gestion avec le système APT : il te dit ce qu'il peut faire et va faire avant de télécharger quoi que ce soit (hormis la liste des packages et leur metadonnées pour calculer la mise à jour et l'arbre des dépendances). Une fois que tu as dit oui, il télécharge et fait tout ce qu'il faut, ni plus ni moins. C'est simple et ça marche.
                • [^] # Re: Re:

                  Posté par  . Évalué à 0.

                  > C'est simple et ça marche.

                  Idem pour yum.
                  M'enfin, j'ai compris le message.
                  Mieux vaut l'ignorance, ça évite que les gens se posent des questions.
                  • [^] # Re: Re:

                    Posté par  . Évalué à 4.

                    Idem pour yum.
                    Tu viens de dire que ca ne marche pas , et que c'est _normal_ , et quand on t'en fait la remarque tu dis que ca marche.

                    Tu dis tout et son contraire quand on parle de fedora/rh... sans compter que tu a commencé a dire qq trucs sur "apt" (le méchant il cache tout) et quand certains t'on repris dessus, tu joue ton huitre et tu te ferme

                    M'enfin, j'ai compris le message.
                    Mieux vaut l'ignorance, ça évite que les gens se posent des questions.
    • [^] # Re: Re:

      Posté par  . Évalué à 3.

      >> J'ai longtemps conseillé
      >> je conseille
      >> je l'envoie chez

      >Faites comme moi. Dites qu'il y a plein de distributions. Que >globalement Ubuntu/Suse/Mandriva/Fedora sont adaptées à un >nouveau. J'ajoutes seulement que s'il prend une Fedora, vu que j'ai >une Fedora, je pourrais plus facilement l'aider.

      Non. Moi c'est vous voulez essayer? Prenez ubuntu, il y a du monde et des forums actifs. Et oubliez mon téléphone. Maintenant j'ajouterai "ou Fedora" à la liste. J'évite de conseiller Suse à cause de Novell, Mandr* parce la pub m'est resté en travers de la gorge.

      Il parait qu'ubuntu a lancé une boite à idée. J'ai entendu parlé de promouvoir des trucs libres pendant l'installlation. J'espère que ça va pas finir comme Mandr* avec des pubs.

      Y'a que les très proches à qui je conseille une debian pour pouvoir les aider directement.
      • [^] # Re: Re:

        Posté par  . Évalué à 2.

        > En parlant de plantage à cause d'un mauvais dvd, j'ai eu la cas. pour plantage pour le paquet liberations-fonts, qu'on n'imagine pas bloquant.

        Ouais. C'est comme ça depuis des années. Quand ça arrive c'est très casse couille. J'ignore si Fedora veut régler ce problème. Pour RHEL, Red Hat ne veut pas régler ce problème. Une installation RHEL doit bien se dérouler sans problème puisque Red Hat fait du support. Red Hat ne veut pas supporter des mauvaises installations.

        Il faut le comprend. Qu'on n'aime ou pas. Et si vraiment on n'aime pas, ben on va voir ailleurs.
  • # Troll subtil

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -1.

    Fedora préfère Gnome à Kde, Vim à Emacs, et RPM à Deb.
    Deux bons choix sur trois, c'est déjà pas mal!
  • # Ma femme

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

    >La fedora 8 est pas mal.
    Alors que ma femme est une vraie bombe…
  • # ouai ... mais ubuntu c'est mieu :P

    Posté par  . Évalué à -3.

    canonical sont mieux que redhat car dans les CD ... il t'offre 4 stickers ubuntu ...ahah !!!

    du coup du peux comme moi en mettre un sur ton fixe, un sur ton laptop, un sur ton robot, ... et surtout pour se la jouer a la kéké, un a l'arriere de ta bagnol ;)

    PS: si vous voyez un polo vert immatriculé 75 avec un sticker ubuntu et groland, c'est moi ! je vous offrirais un coup afin de troller autour d'un verre ;)
  • # manque de finition

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    J'ai essayé la Fedora 8:
    - au reboot, il ne m'a trouvé que Fedora et le vieux XP. Pas mes divers Linux, ça me rappelle certaines distribs qui ne trouvent que les OS Windows, comment ça s'appelle déjà ? :-)
    - ma carte sans fil (pourtant très commune, ipw3945) marche de manière aléatoire, soit nickel, soit plante avec un message d'erreur (8B06...).

    C'était en décembre, il y a eu d'autres trucs qui ne m'ont pas convaincu, j'ai tout viré.

    ウィズコロナ

  • # question bête : pourquoi ne pas essayer yellowdog ?

    Posté par  . Évalué à 3.

    Toute est dans la question. Yellowdog est - il me semble - une distrib basée sur fedora et dont la vocation première est/était de tourner sur des machines PPC....

    http://www.terrasoftsolutions.com/products/ydl/
    • [^] # Re: question bête : pourquoi ne pas essayer yellowdog ?

      Posté par  . Évalué à 2.

      Puisqu'on en parle,

      Existe-t-il un moyen d'installer YDL sans avoir à graver un DVD ?

      Sur les mirroirs, depuis YDL 5 il n'y a plus que des images ISO de DVD que mon ordinateur est incapable de graver (combo graveur de CD/lecteur DVD).

      Existe-t-il des images ISO de CD pour YDL 6.0 ou éventuellement des techniques de netinstall ?

      BeOS le faisait il y a 20 ans !

    • [^] # Re: question bête : pourquoi ne pas essayer yellowdog ?

      Posté par  . Évalué à 2.

      Merci pour ton message.

      J'en était resté au fait que Yellowdog était payante, et, je ne sais pas pourquoi, avec des versions de logiciels anciennes (relativement évidemment), notamment car YDL était faite sur une base de Fedora (donc en retard par rapport à Fedora).
      Un clic sur le lien et j'ai l'impression que cela a bien changé.

      Je vais creuser ça, si quelqu'un a un premier retour ça m'intéresse...
      • [^] # Re: question bête : pourquoi ne pas essayer yellowdog ?

        Posté par  . Évalué à 1.

        je l'ai testé y'a environ 6 mois pour la mettre sur une ps3 ... ben la ma ps3 est sous debian XD

        Perso la différence entre une fedora et une ydl ... ben euh le wm ? (fedora gnome, ydl e17).
        • [^] # Re: question bête : pourquoi ne pas essayer yellowdog ?

          Posté par  . Évalué à 2.

          yellowdog fournit aussi kde et gnome je crois même si E17 reste le choix par défaut.

          Pour la question du payant/non payant, je crois que les YDL sont payantes lors de leur sortie et disponible en téléchargement gratuit après un petit délais. La dernière version semble dispo en téléchargement depuis quelques jours justement...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.