• # un résumé?

    Posté par  . Évalué à 10.

    Mon clavier à moi il a plus de touches que Ctrl-C Ctrl-V? Pas le tien?
    • [^] # Re: un résumé?

      Posté par  . Évalué à -1.

      Le monsieur n'a peut-être plus qu'un bras, et comble de malheur avec un seul doigt !
      Va faire un ctrl-c et un résumé de 10 lignes dans ces conditions......
      ----> [ ]
  • # Ne passer pas par la case départ

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Aller direct à la conclusion :

    La propriété... c'est le vol !
    Si tu veux être heureux, nom de Dieu... pends ton propriétaire !

    hum, le propriétaire, on lui a dit au type qu'il n'est pas obligé d'avoir un locataire ?
  • # Réflexion sur la GESTION des droits d'auteur.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Ce texte ne remet pas en cause les droit d'auteur mais sa gestion par les associations de défense (Sabam pour la belgique et Sacem pour la France) :

    personne ne devrait signer une session de la gestion de ses droits d'auteurs sans lire tout ce à quoi ça l'engage... et personne ne devrait signer après l'avoir lu.


    L'immense problème dans la gestion des droits d'auteur est le monopole. Quand il n'y a qu'une seule société qui peut protéger vos droits alors il n'y a pas concurrence et donc pas de choix de la part de l'auteur.
    La Sacem et la Sabam vous dira qu'on n'est pas obligé d'adhérer.

    Bon à la fin ils s'enflamment sur la propriété et tout. Mais quand tu as la propriété d'une oeuvre rien ne t'interdire de le mettre dans le domaine public ou de le mettre sur une licence très libre...
    La gestion des droits d'auteur est très compliquée et le système actuel peut être remis en cause facilement.
    Par contre pour les droits d'auteur je vois mal le problème... l'auteur garde des droits sur son oeuvre et c'est parfaitement normal, après c'est à eux de rendre les oeuvres libres !

    Bref : il faut peut être repenser la gestion des artistes... on voit apparaître aujourd'hui la limite du système et ses incohérences.
    • [^] # Re: Réflexion sur la GESTION des droits d'auteur.

      Posté par  . Évalué à 3.

      «L'immense problème dans la gestion des droits d'auteur est le monopole. Quand il n'y a qu'une seule société qui peut protéger vos droits alors il n'y a pas concurrence et donc pas de choix de la part de l'auteur.
      La Sacem et la Sabam vous dira qu'on n'est pas obligé d'adhérer.»

      Oui enfin bof. Je pense pas que le problème soit le monopole. C'est pas parce qu'il y a plusieurs boîtes que t'as un vrai choix. Si j'ai le choix entre aller bosser à Macdo, à Quick ou à Pizza Hut, d'acord, on peut dire que j'ai le choix, m'enfin bon..

      En théorie, la concurrence, c'est le choix, mais c'est un peu le choix entre la peste et le choléra.

      «Bon à la fin ils s'enflamment sur la propriété et tout. Mais quand tu as la propriété d'une oeuvre rien ne t'interdire de le mettre dans le domaine public ou de le mettre sur une licence très libre...»

      Quand tu as la propriété de l'oeuvre, ce qui est pas systématiquement le cas, hein. Dans le fait, soit tu veux vivre de ton truc, et t'es un peu obligé de "refiler" la propriété de ton truc (que ce soit un morceau de musique, un programme, un livre) à un producteur qui est en position de force parce que lui a les moyens de le diffuser. Ça change un peu avec Internet, d'accord, mais globalement, si y'a pas une (grosse) boîte derrière, ça reste quand même très minoritaire (y'a des exceptions, certes). Donc si tu veux vivre avec ce que tu fais, soit tu fais un boulot à côté, soit tu es obligé de refiler ta propriété à la boîte.

      Donc je vois pas comment le système peut-être remis en cause facilement. Et (je vais peut-être me faire traiter de gauchiste (+:), je ne vois pas trop comment c'est possible de le remettre en cause sans s'attaquer à la propriété privée des moyens de production.
      • [^] # Re: Réflexion sur la GESTION des droits d'auteur.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        "plusieurs boîtes que t'as un vrai choix."

        Hum ça ne serait pas un oligopole dans ce cas là ? Quand il y a plusieurs société dans le même domaine qui ne se concurence pas.

        "Quand tu as la propriété de l'oeuvre, ce qui est pas systématiquement le cas"

        Tu es toujours propriétaire de ton oeuvre, quand tu donnes des droits tu peux toujours les reprendre...
        Bien sûr le problème est de gagner de l'argent, et c'est la que le système actuel n'est pas vraiment bon. Pour pouvoir gagner de l'argent tu dois refiler certains droit à la Sacem (c'est pour ça que tu ne peux pas difuser librement ta musique sur internet quand ton oeuvre est protégé par la sacem), tu dois refiler certains droits aux producteur etc...
        Et ce système est bancal car pour survivre tu dois donner tes droits... et c'est là où je dis que le système peut être remis en cause.

        Il faudrait que l'auteur puisse vivre et garder tous ses droits sur son oeuvre.
        • [^] # Re: Réflexion sur la GESTION des droits d'auteur.

          Posté par  . Évalué à 2.

          «Tu es toujours propriétaire de ton oeuvre, quand tu donnes des droits tu peux toujours les reprendre...»

          Euh, non. Si tu donnes un droit d'exclusivité, tu peux pas dire "je reprends le droit et hop, je peux diffuser commeje veux". Si tu mets un truc en GPL tu peux pas non plus dire "hop je reprends mes droits, effacez vos programmes". Éventuellement en ce qui concerne l'exclusivité tu peux les racheter, mais c'est quand même pas simple.

          Après, d'accord, t'es toujours propriétaire de ton oeuvre (et encore, dans le cas de l'art uniquement, j'étendais ausis à d'autres trucs, genre la question des logiciels, et là c'est différent), mais si tu peux rien faire avec, ça t'avance pas beaucoup.

          «et c'est là où je dis que le système peut être remis en cause.»

          Si tu limites uniquement à la musique, oui, c'est possible, peut-être. Et encore, parece que bon, si tu commences à imposer des superbes règles aux majors pour respecter les droits des auteurs et du public, elles vont peut-être pas se laisser faire.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.