golum a écrit 2317 commentaires

  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 2.

    Et le sénat tu l'oublies ?
    Et les régions ? elle étaient à droite aussi avant que le vote sanction massif contre les pleins pouvoirs ne viennent sanctionner tout ca.
  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 1.

    Il a aussi fait passer la loi DADVSI.
    Sur la quantité de lois (il n'y en a jamis eu autnat fuat dire que cava plus vite avec le 49-3) qu'il a fait passer il doit bien y en avoir 1ou 2 d'acceptables quand même.
    Tu en as d'autres à nous citer?
  • [^] # Re: Sarkozy pour moi !

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 5.

    "la France tu l'aimes ou tu la quittes"
    Oui et s'il était cohérent avec lui même il se l'appliquerait après son discours anti-francais aux US et ses aspirations au modèle anglo-saxon
  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 2.

    Et bien sûr tu as étudié le dossier et tu sais ce qu'i fallait faire.
    Et pour la corruption on ne parlera pas de Juppé revenu à la mairie, ni de Tibéri et du rapport de sa femme, ....
    Et après tu dis que les autres font du populisme
  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 4.

    Ah oui en même temps le fait qu'il y ai pas de logements sociaux doit bien avoir un rapport avec le fait que le prix au m2 augmente non ?
    Lutter contre la ghettoisation mais chez les autres de préférence.
  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 3.

    Peut -être que les années sous la coupe de la droite paraissent 2 fois plus longues.
    La relativité toussa
    Ou peut être que leur pouvoir de nuisance est plus important
    Mais surtout ca fait un bail que la gauche n'a pas eu le gvt +la majorité au parlement, au sénat . Presque les pleins pouvoirs et on voit ce que ca a donné.
  • [^] # Re: "Bilan"

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 5.


    Toutes les droites + une moiti" de l'UDF ça fait 52 %. 52 % de convaincus par la droite, qui ne sont pas entre deux eaux.

    52% des sympathisants UDF ne sont pas 52% des votants bayrou.
    Le sondage le plus intéressant est de savoir comment les bayroutistes voteront au 2e tour.

    Ensuite le slogan Tout sauf Sarko me paraissait plus celui du PS que de l'UDF.

    Enfin je te donnerai un conseil d'ami de gauche
    Ton acharnement a répondre au 3/4 des posts ici souvent avec mauvise foi fait AMHA plus de tort que les sarcasmes de certains.
    Pour le salut de la gauche, je te demanderai de faire preuve d'un peu plus de modération.
  • [^] # Re: 2002 le retour

    Posté par . En réponse au journal Sarkozy Vs Royal : et vous ?. Évalué à 2.

    En même temps un analyste politique disait que le vote Le Pen n'était pas forcément assuré pour NS car étant donné qu'il a râtissé sur les terres de Sarko, ceux qui l'ont plébiscité ne sont pas forcément de droite.

    J'avoue être plus pessimiste car si on totalise les votes (en mettant 100 % du FN sur NS) il faudrait que 3 électeurs bayroutistes sur 4 reportent leur voix sur SG. Et étant donné le taux de participation on ne peut pas compter sur une mobilisation plus importante du vote anti-sarko.

    Pauvre France !
  • [^] # Re: T'as pas l'impression de caricaturer ?

    Posté par . En réponse au journal sarkozy à répondu a candidats.fr. Évalué à 4.


    En choisissant mieux tes extraits et en citant les paragraphes plus largement, tu peux le faire passer pour le candidat idéal de "la cause"

    Ce qu'il ne faut pas lire quand même.
    C'est vrai que tu n'es pas du tout du genre à extraire des phrases de leur contexte à les balancer en laissant les autres s'écharper avec.

    En plus, c'est pas évident de faire des citations plus large d'un texte qui été transformé en image avant d'être collé dans un pdf . en L'absence de copier/coller on est moins tenté de répondre.
    A moin qu'il n'y ait d'autres raisons ?

    A comparer aux autres réponses des grands candidats
    http://www.candidats.fr/documents/reponses-candidatsfr-franc(...)
    http://www.candidats.fr/documents/reponses-candidatsfr-segol(...)
    Vous pouvez faire l'exercice pour les autres.

    Alors passons et décortiquons ce texte et voyons à quel point wahnby a extrapolé.

    Monsieur le délégué général,
    J'ai pris connaissance avec attention du questionnaire que vous m'avez adressé. Les sujets qu'il aborde revêtent une importance essentielle compte-tenu des enjeux économiques, sociaux, culturels et politiques du développement d'internet et de l'essor du logiciel libre. Je crois que, face à des sujets de cette importance, le rôle du président de la République est d'abord d'affirmer des objectifs politiques, des valeurs, des principes. Je veux en rappeler deux qui sont essentiels à mes yeux. Le premier, c'est qu'il existe une limite aux libertés individuelles, qui est le respect de celles d'autrui. Le second, c'est qu'il n'y a pas de démocratie sans protection de la propriété privée. Garantir le respect des libertés sans porter atteinte au droit de propriété, tel est mon objectif.


    C'est vrai que la liberté des uns commence où s'arrête celle des autres. Tout est affaire de compromis on le sait. Une phrase on ne peut plus consensuelle. Le tout est de savoir où l'on place le curseur.
    Là en l'occurence, 2 libertés antagonistes s'affrontent. La liberté de jouir la propriété privée immatérielle, face à celle de créer ou d'utiliser en toute liberté des logiciels. On ne se pose même pas la question de savoir si l'immatériel doit ou non entrer dans ce cadre ni dans qulelle mesure alors que par essence l'immatériel a vocation à être partagé. A comparer avec la position nuancée de Bayrou ou celle de Rocard.


    Sur les brevets

    La protection par les brevets est nécessaire, car en rétribuant les efforts de l'inventeur, elle encourage les entreprises à innover, elle attire les investissements, elle encourage les individus à comprendre, progresser et développer de nouvelles inventions. Cette logique a présidé à toutes les révolutions industrielles qu'ont connues nos sociétés.
    S'agissant des logiciels, des entreprises françaises expriment le besoin d'une clarification pour pouvoir bénéficier d'une protection plus étendue que celle que leur offre aujourd'hui le système du droit d'auteur. II s'agit d'une question juridique et technique, qui doit être abordée sans a priori et pouvoir s'appuyer sur des définitions parfaitement claires et acceptées de tous. Nous en sommes loin.
    En annonçant pour 2008 un « document de stratégie » concernant les droits de propriété intellectuelle qui englobera à la fois la question des brevets, mais également, parmi d'autres, celles des droits d'auteur, la Commission européenne offre l'opportunité de poursuivre ce débat sur la base d'une nouvelle proposition de compromis. Je considère qu'il faudra préparer très en amont la contribution française à ce débat, dans la concertation la plus large possible. Je veillerai notamment, à cette occasion, à ce que toute protection juridique soit compatible avec le respect des règles de la concurrence.
    Je suis favorable à la recherche de solutions pragmatiques permettant de corriger les abus qui pourraient être faits du régime actuel et de préserver la liberté de choix de l'inventeur. Je pense notamment à l'absence de sanctions pour ceux qui profitent de la complexité d'interprétation du droit national et international, tandis que les autres acteurs du marché hésitent, dans la crainte d'une action en contrefaçon, à utiliser un procédé qui a fait l'objet d'un dépôt abusif et serait utile à la collectivité. Je souhaite l'ouverture d'une réflexion sur la création de véritables sanctions en cas d'abus avérés. Je pense aussi à l'égalité devant la loi. Compte-tenu de l'importance des coûts des dépôts et des actions en justice, je propose que nous réfléchissions à la création d'un dispositif inspiré du système de l'aide juridictionnelle, qui permettrait aux petits créateurs d'y recourir aussi facilement que ceux qui en ont les moyens.

    Là encore la position est claire. La liberté de choix de l'inventeur primera. Tout au plus il veut limiter les abus (on ne se pose pas la question de savoir si c'est techniquement possible).Qu'en est il de la défense des LLs qui violeraient des brevets non intentionnellement.
    Il ne prennent pas position mais on imagine bien surtout avec les épisodes au parlement européen.

    On ne reviendra sur le point de vue vis à vis de l'immatériel et la comparaison douteuse sur l'innovation et la révolution industrielle à laquelle on pourrait objecter l'innovation dans le monde des idées et en particulier des mathématiques. Où en serions nous aujourd'hui si un mathématicien ne pouvait pas baser librement son travail sur celui des autres.
    Belle preuve de pragmatisme en effet.
    A comparer encore une fois avec la position de FB qui rappelle que les LLs primeront dans le débat et au PS.

    Effectivement tu ne peux pas dire autre chose que
    Que ce soit sur les brevets, où il affirme que les projets de directives sont loin du compte, que ce soit sur la DADVSI, où il estime que la question est inconfortable et que rien ne sert de faire de la démagogies puisqu'il y a une clause de revoyure

    Ce qui ne nous rassure pas et ne nous renseigne pas sur leur position même si on s'en doute.

    Sur la propriété intellectuelle
    La directive EUCD instaure la protection des mesures techniques de protection, adaptant ainsi le cadre juridique européen aux accords internationaux en vigueur. De façon générale, je suis favorable à la protection juridique de ces mesures au niveau national et international. Elles apportent aux titulaires de droits un moyen fort de protéger leur propriété dans l'univers numérique, qu'ils sont libres d'adopter ou non. Ceux qui s'expriment contre cette protection choisissent délibérément d'affaiblir les titulaires de droits en les dépouillant de toute possibilité réelle d'exercer librement leur droit de propriété. On ne peut pas à la fois prétendre défendre la propriété intellectuelle et s'opposer à la protection juridique des mesures techniques de protection. Mon choix a toujours été de défendre la propriété intellectuelle. II ne changera pas.
    Le fait que certains titulaires de droits renoncent de leur propre chef à utiliser de telles mesures, comme on l'a constaté récemment, n'implique pas la remise en question de cette protection juridique. Elle reviendrait en effet à imposer aux titulaires de droits un choix qui n'est pas le leur. Dans un cas, existence d'une protection juridique, nous sommes dans un environnement libre où chacun peut choisir le modèle qu'il souhaite appliquer. Dans l'autre cas, absence de protection juridique, nous serions dans un environnement contraint affaiblissant la protection légitime de la propriété intellectuelle. J'y suis opposé.
    Je suis favorable en revanche à une amélioration des modes de règlement des éventuels litiges si des entraves répétées à la concurrence venaient à être constatées, et ce d'autant plus que j'ai la conviction que l'interopérabilité entre les programmes est un enjeu majeur du développement équitable des technologies numériques. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai eu l'occasion d'exprimer que je souhaitais que l'Europe en fasse l'une de ses priorités industrielles. C'est aussi la raison pour laquelle je considère essentiel qu'elle s'impose dans les échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives tout comme entre les autorités administratives.
    Je ne reviendrai pas sur la loi DADVSI sur laquelle j'ai eu l'occasion de m'exprimer à de multiples reprises pendant la campagne. Je suis opposé aux orientations induites par vos questions et le bilan prévu à fin 2007 sera l'occasion de faire un état des lieux de sa mise en oeuvre. C'est ce que j'avais appelé la « clause de revoyure » au cours de la table-ronde que j'avais organisée en janvier 2006 et à laquelle votre association a participé. Je tiens cependant à préciser qu'il s'agit d'une loi sur le droit d'auteur et les droits voisins, et non sur l'informatique et le développement logiciel, même si je n'ignore pas, bien entendu, que ses termes impactent le droit de l'informatique et du logiciel, comme c'est le cas pour un nombre croissant de lois.
    C'est pourquoi je propose d'engager un travail d'examen de l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires en vigueur sur le sujet. Ce travail permettrait de mettre en évidence les éventuelles incohérences ou contradictions existantes, et d'y remédier.

    Là aussi la position est claire.
    Pas de licence globale, les DRM sont renforcés dans leur légitimité et ils souhaitent faciliter le réglement des litiges sur l'intéropérabilité. Un voeu pieu mais si les 3/4 des budgets des projets communautaire libres sont sacrifiés dans des poursuites judiciaires , il n'en restera plus guère.
    On aurait aimé qu'il prenne position et les inscrive en dehors de ce cadre mais ne rêvons pas.


    Consommation (vente liée I recours collectif).
    Je pense que pour répondre à la demande de tous, deux modèles doivent coexister: les offres commerciales groupées (qui bénéficient notamment aux utilisateurs peu initiés au monde de l'informatique), et les offres commerciales séparées. C'est le sens des consultations actuellement en cours à la DGCCRF pour permettre au consommateur de choisir librement entre les unes ou les autres, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, ou d'obtenir sans difficulté le remboursement des logiciels effectivement inutilisés. J'agirai en fonction des résultats de ces consultations.
    S'agissant des actions de groupe, j'y suis favorable sur le principe. Comment voulez vous que les Français adhèrent à l'économie de marché si on ne leur permet pas d'obtenir réparation lorsqu'ils sont victimes de pratiques anticoncurrentielles ou abusives ? Je veux veiller, toutefois, à ce que nous ne tombions pas dans les excès d'un système où les victimes auraient en quelque sorte droit de vie et de mort sur nos entreprises. Je ne suis par exemple pas favorable à l'importation dans notre droit interne de principes tels que les «dommages punitifs», ou bien encore à la mise en place d'une procédure qui permettrait, à n'importe quelles conditions, à toute victime d'obtenir des dommages et intérêts sans qu'elle ait à se déclarer elle-même. Par ailleurs, je souhaite que cette réforme s'inscrive dans un cadre plus général de modernisation de notre économie. Nos entreprises ne peuvent pas cumuler tous les inconvénients de nos rigidités et la menace des actions de groupe.

    Quelle hypocrisie. Comme si personne ici ne se souvient des chantages de M$ sur les assembleurs (ce ne sont que des allégations j'en conviens)
    Tout au plus un consommateur peut réclamer et se demmerder après. Il pouvait difficilement faire autrement et tu as beau jeu de rappeler

    et que sa position sur les offres groupée est une affirmation écrite de la légitimité des actions de la DGCRF.

    Pour les actions de groupes on se remmémorera les limitations qu'ils voulaient leur appliquer (la majoration sur le montant maxi des litiges notamment mais les lecteurs intéressés se reporteront au site de l'UFC que choisir pour s'en souvenir)
    Et n'oublions pas que le dossier a été reporté à après les élections. Craignaient t'ils de perdre en popularité ?


    Libertés et données personnelles.
    Vous soulevez cette question au travers du prisme de ce que vous appelez l'informatique dite « de confiance ». Comme j'ai eu l'occasion de le dire à plusieurs reprises, je considère que les libertés ne sont pas suffisamment protégées dans l'univers numérique. La première réponse est une véritable modernisation de la CNIL, qui doit en particulier disposer des moyens nécessaires à ses missions, ce qui n'est pas le cas pour le moment.

    Ca me parait mince comme prise de position. Ca doit être mon manque d'objectivité.
    Au fait qui est au pouvoir en ce moment et qui aurait pu augmenter les moyens de la CNIL ?



    Industrie logicielle, diversité et formation numérique.

    J'ai exprimé à de multiples reprises toute l'importance que j'attache à favoriser le développement de l'industrie logicielle nationale, discipline dans laquelle la France excelle et a su produire de brillantes réussites internationales. Je considère qu'elle est capitale pour l'avenir et je souhaite en favoriser la pleine expansion dans la diversité de ses modèles économiques, libre ou propriétaire, qui sont d'ailleurs de plus en plus complémentaires.

    II est donc essentiel de garantir une libre concurrence dans ce domaine, en particulier lorsqu'il s'agit de commande publique, mais il n'appartient pas à l'Etat, dans ma conception de la liberté, d'imposer un modèle à qui que ce soit.
    De façon plus générale, je considère que l'enseignement informatique prévu au socle commun des connaissances et des compétences doit être renforcé, et inclure notamment l'enseignement des bases essentielles à l'écriture de programmes informatiques. Face aux jeunes Américains, Indiens, Chinois, Canadiens, Québécois, etc., les jeunes Français sont encore largement néophytes en matière de capacité à écrire du code informatique (seuls 16% des internautes de moins de 30 ans savent écrire un programme). Pourtant, cette capacité à écrire du code est la clef de l'indépendance face à la technique. La solution passe par la refonte des programmes éducatifs consacrés à l'informatique, trop centrés sur la pratique, et le renforcement des moyens consacrés à ces formations informatiques. A l'échelle d'une génération, l'enjeu est majeur : en se concentrant sur la pratique, on crée une génération dépendante de la technique ; en se concentrant sur la technique, on crée une génération autonome et capable d'inventer toutes sortes d'usages.
    Je vous prie de croire, Monsieur le délégué général, en l'assurance de mes sentiments les meilleurs.
    J'ai exprimé à de multiples reprises toute l'importance que j'attache à favoriser le développement de l'industrie logicielle nationale, discipline dans laquelle la France excelle et a su produire de brillantes réussites internationales. Je considère qu'elle est capitale pour l'avenir et je souhaite en favoriser la pleine expansion dans la diversité de ses modèles économiques, libre ou propriétaire, qui sont d'ailleurs de plus en plus complémentaires.

    Que dire, dans l'attribution des marchés publics le proprio doit avoir autant de chance que le LLs.
    Cela serait idéal dans un monde où la corruption et les lobbys sont sur un pied d'égalité, mais je fudde là.
    On aurait aimé qu'il s'engage au moins sur les formats mais voilà
    http://linuxfr.org/2007/04/21/22393.html
    Ah si! on va faire de effort sur l'enseignement, d'ailleurs depuis 5 ans on vous l'a largement prouvé en réduisant le budget de l'EN.


    Tout ca me parait bien mince mais tu te permets quand même de dire

    En choisissant mieux tes extraits et en citant les paragraphes plus largement, tu peux le faire passer pour le candidat idéal de "la cause"

    Bref tes 3 lignes sont tout ce qu'on peut retirer de ce programme qui ne soit pas complètement défavorable au LLs mais tu as quand même tenté la technique de l'homme de paille
  • # A propos de java

    Posté par . En réponse à la dépêche Ubuntu 7.04 : le faon est sur ses pattes. Évalué à 4.

    L'article a été discret sur le sujet mais il semble que cette version intègre officiellement Java et l'écosystème Sun
    http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-sun-integr(...)
  • [^] # Re: Le principe de précaution

    Posté par . En réponse au journal Rejoignez la FMGF !. Évalué à 2.

    Merci de cette précision.

    Dans ma phrase

    Si on interdit les OGMs par principe de précaution, nous n’aurions pas ...

    Je pensais plus à l'interdiction d'en consommer.
    Je voulais résumer la position du scientifique interviewé.
    Il y a eu des échanges ici sur ce point. Certains défendaient cette position en disant que si pour introduire un produit quel qu'il soit sur le marché, il faut s'assurer qu'il est inoffensif, on devrait tout interdire. C'est vrai sur le fond mais l'exemple que citait le chercheur (comparaison avec les kiwis) me paraissait biaisé. Des ecosytèmes sont en jeu en effet, mais ca concerne aussi la santé. On se doit d'être plus prudent si on introduit un OGM dans l'alimentation qu'avec des produits exotiques puisqu'on n'aa pas le recul nécessaire.

    Quoi qu'il en soit ce que tu me présentes concerne le droit francais (si je ne m'abuse) et je n'ai guère l'impression que ce soit appliqué (fauchage d'OGMs dan les champs ouverts).
    Je ne sais pas si un principe identique existe aux US et au Canada et cette partie du reportage etait tournée là-bas.
  • [^] # Re: C'est marrant

    Posté par . En réponse au journal Si les candidats étaient des OS.... Évalué à 5.

    C'est pas marrant les gens qui postent des commentaires derrière les gens qui postent des commentaires deux fois
    --------->[]
  • # Update manager

    Posté par . En réponse au message Plugin de tomcat sous Eclipse. Évalué à 4.

    Je ne comprend pas ta question

    Les plugins Eclipse sont portables en général (SWT/JFace)
    Tu peux passer par l'update manager d'Eclipse ou récupérer directement l'archive et la dézipper dasn ton Eclipse non ?

    Sinon tu as 3 plugins:
    http://eclipse-plugins.2y.net/eclipse/plugin_details.jsp?id=(...)
    http://eclipse-plugins.2y.net/eclipse/plugin_details.jsp?id=(...)
    http://eclipse-plugins.2y.net/eclipse/plugin_details.jsp?id=(...)
  • [^] # Re: Je me dis

    Posté par . En réponse au journal Rejoignez la FMGF !. Évalué à 6.

    Que tu considères que ce journal soit politique dans ce sens:


    La politique au sens plus large est donc la structure et le fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d'une communauté, d'une société. La politique concerne les actions, l’équilibre, le développement interne ou externe de cette société, ses rapports internes et ses rapports à d'autres ensembles. La politique est donc principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d'individualités et/ou de multiplicités.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique

    Je suis d'accord.
    Dans ce cas le positionnement sur les LLs ici en est aussi.
    Mais de là à y voir un journal partisan ou politicien, franchement !

    Je pensais avoir retracé quelques débats échangés par ci par là qui essaient de résumer un compromis sur un ton assez léger.
    Et je voulais ouvrir le débat plus large sur la brevetabilité du vivant plus que des OGMs
    J'ai fait chou blanc OK

    J'ai commis l'erreur impardonnable de le poster en première page.
    Je m'en excuse, ca ne se reproduira plus.

    Maintenant, n'oubliez pas de moinsser ce commentaire pour que ce journal sombre bien vite et ne vienne pas fausser le rapport signal/ bruit de ce site, en attendant les votes sur les journaux
  • [^] # Re: Marre...

    Posté par . En réponse au journal (HS) Sarko et les artistes... ou l'inverse. Évalué à 1.

    C'est vrai je vous donne pas tort sur ce coup là.
    DLFP semblait un espace préservé mais c'est fini . Ca rappelle la coupe du monde de foot. Il reste encore quelques jours à tenir.
    En plus vendredi c'est la récré alors on fait que que des journaux rigolos.
  • [^] # Re: c'est pas avec des "yaka" qu'on fait avancer le monde...

    Posté par . En réponse au journal L'espéranto. Évalué à 2.

    Bon en ce moment, je ne manque jamais une occasion de me taire et de dégainer avant de vérifier. (Le premier qui me plusse je le canarde sur la tribune >:)

    Il semble qu'intraductible soit un barbarisme.
    Le dico me trouve
    http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/intrad(...)
    alors qu'intraductible n'existe pas.
    Prédictible lui existe, ouf !

    Vivement l'esperanto :)
  • [^] # Re: c'est pas avec des "yaka" qu'on fait avancer le monde...

    Posté par . En réponse au journal L'espéranto. Évalué à 1.

    Bon puisqu'on est dans les langues , j'ose.
    On dit intraductible pas intraduisible.

    Ce genre d'erreur n'arrive pas avec une langue construite qui est simple et concue pour être prédictible.

    Sinon je suis d'accord, il faut distinguer culture et langue.
    Pour moi l'esperanto n'a pour vocation que d'être une langue d'échange , un outil conçu pour ca, simple à utiliser et qui permet d'eviter de devoir apprendre pour être interopérable.

    L'esperanto est aux langues ce que le XML est au format de données. (troll inside)
  • [^] # Re: rectification...

    Posté par . En réponse au journal Si les candidats étaient des OS.... Évalué à 1.

    Un langage avec lequel tu crées des nouvelles construction à la volée que tu réutilises, j'aurais plutôt dit le LISP :)
  • [^] # Re: C'est marrant

    Posté par . En réponse au journal Si les candidats étaient des OS.... Évalué à 7.

    Destresses un peu.

    Pour moi Windows XP serait plutôt Villepin. Il s'est fait foutre dehors par Vista alis Sarkozy qu'on veut nous refiler en force par la vente liée.

    On le voit partout avec son super GUI Aero et on nous promet qu'il tourne sur toutes les configs alors qui ne roule que pour celles des bourges en dual core. Personne l'a jamais vu tourner sur un vieux 486.

    Tout les médias parient qu'il va envahir le marché et avant sa livraison, l'éditeur a fait plein d'annonces tapageuses comme WinFS pour prôner la rupture et revient dessus à chaque foi.
    Au final c'est juste un relookage d'XP en plus lourd et les gens ont peur de changer de peur de péter leur bécane.
  • # Bon y reste plus que De Villier ..

    Posté par . En réponse au journal Si les candidats étaient des OS.... Évalué à 5.

    Qui se dévoue ?

    Allez j'me lance

    OS/2, l'OS pour les banquiers qui s'est fait pilonné par son rival fait du même bois que lui. On le maintient sur la place pour le folklore.

    Vous vous attendiez pas à MacOsX quand même ?
  • [^] # Re: CPNT

    Posté par . En réponse au journal Si les candidats étaient des OS.... Évalué à 8.

    Moi j'aurais bien vu FreeDOS: un OS à l'ancienne, bien solide monotâche , mono utilisateur qui se veut plus authentique que son modèle propriétaire.(je vous laisse deviner qui)
  • [^] # Re: Et l'anglais dans tout ça ?

    Posté par . En réponse au journal L'espéranto. Évalué à 2.

    Camus , anglais... la preuve
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Killing_an_Arab

    Et voici les paroles pour ceux qui pensent qu'il y a une allusion raciste
    http://www.sing365.com/music/Lyric.nsf/Killing-an-Arab-lyric(...)
  • [^] # Re: Tout a fait d'accord

    Posté par . En réponse au journal L'espéranto. Évalué à 2.

    J'en étais sûr.
    Sur ce site il faut soupeser chaque mot tapé et passer 2h à les vérifier.
    :D

    J'avais hésité alors je reformule:

    ""
    Surtout une langue construite s'apprend beaucoup plus rapidement car elle ne comporte pas ou peu d'exceptions en comparaison des langues maternelles , tente d'eviter les homonymes et autres curiosités qui sont liées à l'etymologie ou l'usage. </.b>
    ""
  • # Tout a fait d'accord

    Posté par . En réponse au journal L'espéranto. Évalué à 3.

    Je pense que ca mettrait toutes les nations sur un pied d'égalité et surtout une langue construite s'apprend beaucoup plus rapidement car elle ne comporte pas d'exceptions, evite les homonymes, ...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_construites

    Mais quitte à faire autant prende la meilleure i.e l'ido qui est à l'esperanto ce qu'est le python au perl >:)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ido
  • [^] # Re: Et pourquoi tu ne le postes pas ici ?

    Posté par . En réponse au journal [HS] "ok, on laisse tomber, je publie sur le net. Merci. Serge.". Évalué à 2.

    Eviter un amalgame peut-être ?
    Eviter qu'il provoque des incidents diplomatiques par méconnaissance des sujets, ... Tu veux d'autres raisons ? (oui je sais ca doit s'appliquer à tout le monde y compris SG)