• # Avec des si, on mettrait Paris en bouteille

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+4/-4).

    Résumé : celui qui fournit l'OS contrôle tout et peut faire (!= fait) tout ce qu'il veut. Rien de nouveau, ça marche aussi avec les distros Linux…
    Le reste, c'est des supputations qu'on pourrait aussi dire que les mainteneurs de Debian pourraient faire si ils avaient envie. En pratique les devs Mac/iPhone n'ont pas de soucis, ils ont ce qu'il faut avec leur machine de dev, au pire ils rebootent sur une partition Mac dédiée pour quelques tests finaux ponctuels. Certes ils doivent payer 100 €/an pour le certificat mais ça reste un détail par rapport au budget d'un développeur et/ou matos et ça fait des années que ça existe, pas du conditionnel.

    Bref, rien de nouveau, c'est quoi le but de fantasmer comme ça sur le futur?

    • [^] # Re: Avec des si, on mettrait Paris en bouteille

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+4/-2). Dernière modification le 30/11/20 à 13:13.

      Le billet est de la pure spéculation certes, l'auteur le précise d'emblée, mais on ne parle pas de n'importe qui ici. Apple est déjà allé plus loin que les autres développeurs d'OS en mettant en place la notarisation sur macOS Catalina. Concrètement, si tu ne payes pas 100 dollars par an à Apple, ton application sera bloquée par Gatekeeper. Les utilisateurs peuvent toujours désactiver cette fonction de leur côté (s'il savent comment faire), mais ça ne me paraît pas "fantasmer" que d'y voir un premier pas vers davantage de restrictions.

      • [^] # Re: Avec des si, on mettrait Paris en bouteille

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

        Oui cette fonctionnalité a juste besoin de faire quelques clics pour « ouvrir quand même ». En soi c'est la même chose qui existe sur Windows 10. Par défaut il n'ouvre pas les exécutables non certifiés et il faut ouvrir une option pour forcer le choix. De la même manière quand vous allez sur un site web dont le certificat est mort.

        Rien d'extraordinaire et toujours possible de lancer n'importe quelle application non-certifiée. C'est d'ailleurs le cas de beaucoup d'applications opensource qui ne gagnent pas spécialement d'argent et ne souhaitent pas s'inscrire dans cette démarche.

        l'azerty est aux dispositions ce que subversion est aux SCMs

        • [^] # Re: Avec des si, on mettrait Paris en bouteille

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-1).

          Oui cette fonctionnalité a juste besoin de faire quelques clics pour « ouvrir quand même ». En soi c'est la même chose qui existe sur Windows 10

          Histoire de me coucher moins bête ce soir, sais-tu quel est le workflow sous macOS à partir du moment où un utilisateur clique sur un exécutable non signé ? Sur la capture d'écran de Nathalie Lawhead, on dirait qu'il n'y a pas de bouton "ouvrir quand même" accessible depuis la boîte de dialogue. S'il faut savoir au préalable que Gatekeeper est à désactiver dans les paramètres de macOS, ça me paraît tout de même un filtrage plus sévère que sur Windows 10.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.