• # En résumé

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Si j’ai bien suivi, l’article rapporte l’évolution du concept d’open university : à la base un système très bancal visant à pallier l’absence de capacité à fournir des enseignements à la fois à des populations déshéritées et à des populations déjà en activité professionnelle ; dans un cas par manque de moyen et d’investissement, dans l’autre pour des raisons évidentes d’organisation. Ensuite, ou plutôt simultanément et tout au long d’un discours alambiqué, est évoquée la transition — apparemment souhaitée par certains gouvernements — de systèmes universitaires classiques à des universités ouvertes. La logique de la chose transparaît de chaque paragraphe. Pourtant l’article ne semble aboutir à aucune espèce de conclusion ou d’analyse suite à un exposé au ton assez neutre. Je peine à deviner le but poursuivi en écrivant ce texte. Si quelqu’un le comprend ?

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

    • [^] # Re: En résumé

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Je n'ai pas lu l'article, mais j'ajoute que :

      fournir un enseignement à distance, permet de faire de l'enseignement dans des pays défavorisés, et c'est souvent bien plus simple et moins coûteux de financer un minimum d'infrastructure sur place que de financer le déplacement des étudiants en France et les loyers, parce que le coût de la vie en France est bien plus important.

      Pourquoi bloquer la publicité et les traqueurs : https://greboca.com/Pourquoi-bloquer-la-publicite-et-les-traqueurs.html

    • [^] # Re: En résumé

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Il me semble que l'idée est simplement de fournir un état de l'art. Et, il semble un peu trop tôt, dans certains cas, pour en tirer des conclusions ou analyser quoi que ce soit.

      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.