Journal L’avènement de la société hacker !

Posté par .
Tags : aucun
0
25
août
2005
Et si nous étions à un tournant ? Un tournant dans l’histoire des sociétés et des cultures ? Il s’agit sans doute là d’une idée bien présomptueuse, parce que des tournants, il y en a eu, et beaucoup d’ailleurs pour en arriver où nous sommes actuellement.

Pour commencer, selon moi, et je sais que tout le monde n’est pas d’accord avec cela, la « communauté du libre » (entre guillemets parce que je ne sais pas comment nommer la chose précisément) est fortement imprégnée d’un esprit et d’un but politique. Il s’agit là d’une question extrêmement difficile tant les opinions son différentes. Mais je pense que l’on peut difficilement dissocier les buts de la communauté de l’idée de liberté de l’information et de ses moyens de diffusion. Il ne s’agit pas d’un projet politique global, mais bien d’une série d’idée communes à une bonne partie des acteurs de ce milieu. Évidemment, il y a toujours des contre-exemples dans la communauté, et parfois certains sont très importants. Donc, le moteur politique de la communauté serait la volonté de libérer l’information et les moyens de sa diffusion.

Il y a une opposition important qui vient illustrer cette opinion, il s’agit de l’opposition entre deux mondes, d’une part, celui du matériel, d’autre part, celui du numérique. Au lieu de parler de mondes, il convient sans doute de parler d’économie, l’économie étant ici prise au sens large (j’aime bien cette définition « Étude des mécanismes de production, de consommation et d’échange dans une structure sociale donnée et des interdépendances entre cette structure et ces mécanismes », Jacques Attali). D’une part l’économie matérielle, d’autre part l’économie numérique.

Si une partie de l’économie (au sens où je l’entends) numérique est acquise aux proposition de libre diffusion, il n’en reste pas moins qu’à l’heure actuelle la plupart des informations diffusées numériquement le sont de manière propriétaire. À contrario, et ce depuis déjà quelques années, les outils de diffusion sont en grande partie libres.

À mon sens l’opposition entre les idées hacker et les idées classiques se fait pour le moment entre les ex-acteurs du monde matériel et les nouveaux acteurs du monde numérique, la communauté des logiciels libres et la communauté en développement de la production intellectuelle libre. Dans mon optique, les idées de la société hacker devraient (idéalement) prendre peu à peu le pas sur les ex-acteurs du monde matériel qui ont voulu prendre part à l’économie numérique.

Oui mais pourquoi ? Simplement parce qu’il était plus simple il y a quelques années et encore actuellement de transposer toute une série d’idée et de procédés issues de l’économie matérielle à l’économie numérique. Parce que dans des sociétés qui vivent depuis de nombreuses années dans une culture matérialiste il est très difficile de se convaincre que des modèles divergeant son envisageables et même peut-être viables. Mais la nature réelle de l’économie numérique doit tenir compte d’un élément essentiel, dans celle-ci, tout est recopiable de manière extrêmement simple.

Le modèle hacker pourrait-il s’extirper de l’économie numérique ?

À cette question (et à bien d’autre), il est actuellement très difficile de répondre. Je pense pour ma part que la transition si elle se passe un jour sera extrêmement difficile. Il devrait y a avoir dans un premier temps et l’on en est sans doute déjà les témoins un glissement de l’opposition entre l’économie numérique et entre l’économie matérielle. À l’heure actuelle, l’opposition se joue principalement du côté du numérique, mais on peut apercevoir un glissement vers ce qui se situe entre les deux mondes. C’est comme ça qu’en entrant dans le domaine du numérique, le secteur de la musique et du film est actuellement en ébullition. Il est impossible de savoir ce qui adviendra dans quelques années. On peut aussi penser à la production artistique et au phénomène wikipédia.

De là à penser que cette opposition va petit à petit glisser vers l’économie matérielle proprement dite, il y a un pas que j’hésite à franchir, mais qui me tente bien. On verra, il est difficile de faire des plans.

N’hésitez pas à réagir à ces idées, certes décousues, parfois peu compréhensible et qui s’expriment dans des mots rarement justes. Ce sont les débats qui font avancer les idées, pas les longs discours. Volontairement, il n’y a pas de liens vers d’autres articles, parce qu’il s’agit d’une réflexion longuement mûrie et qui s’inspire de nombreuses lectures diverses.

L'article original sur mon blog : http://www.hxnet.be/?p=24(...)
  • # Oui mais...

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    J'en profite pour mettre aussi un lien de mon blog : http://snoopmcgro.skyblog.com/(...)
  • # Eureka

    Posté par . Évalué à 10.

    Après avoir relus trois fois tes propos, je n'ai que cette réaction: c'est de la bouillie.

    Bravo tu viens d'inventer la Bouillie-log
  • # ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    N’hésitez pas à réagir à ces idées, certes décousues, parfois peu compréhensible et qui s’expriment dans des mots rarement justes.[...]

    J'ai rien compris et je tenais à le faire savoir.
    • [^] # Re: ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Tu as réussi a dépasser le deuxième paragraphe, toi au moins....
  • # Parler c'est bien.

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Bon, ça a pas l'air de prendre, je vais essayer de lancer la discussion.

    Donc, le moteur politique de la communauté serait la volonté de libérer l’information et les moyens de sa diffusion.
    C'est vrai que c'est le but avoué de la plupart des gentils. De l'autre coté, j'ai l'impression qu'il y a un certains nombre de comunautés très fermées qui ne servent que leurs orgueils (de Xfree86 à la plupart des pirates informatiques, demo makers et autres "petits génies" qui créent des binaires surprenants sans jamais dire comment). Mais ce sont quand même des hackers.
    Du coup j'ai l'impression que la plupart des hackers s'entendent sur la nécessité de préserver leur marge de maneuvre, mais j'irais pas jusqu'à dire qu'ils ont un projet de société.

    Si une partie de l’économie (au sens où je l’entends) numérique est acquise aux proposition de libre diffusion, il n’en reste pas moins qu’à l’heure actuelle la plupart des informations diffusées numériquement le sont de manière propriétaire. À contrario, et ce depuis déjà quelques années, les outils de diffusion sont en grande partie libres.

    À mon sens l’opposition entre les idées hacker et les idées classiques se fait pour le moment entre les ex-acteurs du monde matériel et les nouveaux acteurs du monde numérique, la communauté des logiciels libres et la communauté en développement de la production intellectuelle libre. Dans mon optique, les idées de la société hacker devraient (idéalement) prendre peu à peu le pas sur les ex-acteurs du monde matériel qui ont voulu prendre part à l’économie numérique.
    J'ai justement l'impression du contraire : ce qui est propriétaire c'est souvent le texte, qui au final n'est qu'un support de l'information à un degré légérement plus élevé que IP ou un CDROM.
    Ce qui est neuf c'est qu'aujourd'hui la perception de l'information en tant que telle se généralise. Et que du coup y'a des gugusses pour chercher à se l'approprier (cf le cas du CIO et des liens hypertextes). Forcément ça a commencé par l'informatique parce que c'est là qu'on parle le plus de ce qu'est l'information (à ce qui parrait, il fut une époque où le logiciel libre était une évidence).

    Le modèle hacker pourrait-il s’extirper de l’économie numérique ?
    S'il faut comprendre "Est-ce que la libre diffusion du savoir peut s'étendre à toutes les connaissances ?", comme je le dit plus haut j'avais l'impression que c'était le cas en temps normal, sauf quand des NDAs et autres brevets logiciels intervienent. Il faudras à mon avis une bonne dose de conditionement avant que cette attitude surprenne (en même temps, la notion de popriété appliquée à un terrain devait surprendre des gens au début).
    S'il faut comprendre "Est-ce que ma caftière peut être sous GPL ?" j'ai l'impression que c'est déjà un peu le cas : mis à part la liberté de diffusion (appliquée à un objet c'est très limité), la plupart des fabriquants reconnaissent le droit du consomateur à démonter son appareil (même s'ils ne l'aident pas forcément) et à le trafiquer.

    N’hésitez pas à réagir à ces idées, certes décousues, parfois peu compréhensible et qui s’expriment dans des mots rarement justes. Ce sont les débats qui font avancer les idées, pas les longs discours. Volontairement, il n’y a pas de liens vers d’autres articles, parce qu’il s’agit d’une réflexion longuement mûrie et qui s’inspire de nombreuses lectures diverses.
    C'est toujours sympa de causer avec un gars qui a des idéaux ^_^ ... pour la forme j'ai fait pire (cf ici).
  • # Je me doutais bien que ça ne prendrait pas

    Posté par . Évalué à -6.

    Je reviendrai dans dix ans si jamais j'ai réussi à faire un peu plus clair ...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.