Journal Michel Serres Bronsonisé

38
4
juin
2019

Michel Serres, philosophe, académicien et passeur est mort le 1er Juin. Et il va nous manquer, parce qu'il essayait de penser le futur et notre relation au monde avec un optimisme sourcilleux mais sans illusion. C'était un passeur, qui avait à coeur de rendre son discours intelligible au plus grand nombre sans pour autant faire de concession à l'intelligence et la rigueur.

Il a longtemps vécu au coeur des innovations technologiques, dans la Silicon Valley et s'intéressait à l'histoire des sciences et des technologies. Intérêt somme toute indispensable pour qui veut penser l'avenir. Sans oublier le passé pour autant, il s'intéressait aussi à l'histoire des sciences. Il était d'ailleurs intervenu dans un documentaire du CNRS sur Alan Turing à l'occasion du centenaire de sa naissance.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont le Contrat Naturel où il posait déjà il y a 30 ans la question de notre place dans la nature et pas à côté.

C'était un humaniste, à l'image d'un Albert Jacquard, qui avait à coeur de rendre intelligible la pensée complexe, dont l'intelligence et la parole vont nous manquer face aux imprécations des Zemmour et autres diseurs de vérités et de certitudes.

  • # Une conf à l'Inria

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+14/-0).

    Je n'ai pas beaucoup étudié l’œuvre de Serres, mais je me souviens d'une conférence qu'il avait donné à l'Inria en 2007. C'était vraiment passionnant, je le recommande. Très simple à suivre, clair et personnellement j'aimais bien sa façon de parler.

    Il relatait en somme l'impact dans nos sociétés et nos capacités cognitives l’apparition de certaines technologies de rupture : l'écriture, l'imprimerie puis enfin Internet. Et son analyse semble très juste et toujours d'actualité.

    • [^] # Re: Une conf à l'Inria

      Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

      Idem, cette vidéo fait pour moi partie du top10 des vidéos de l'Internet :)

      Sérieusement, c'est à montrer à tout le monde, à commencer aux vieux schnoques qui t'expliquent que les gens ne savent plus rien aujourd'hui puisqu'il vont tout chercher sur Internet.

      Un peu de recul sur l'histoire de l'humanité, et au lieu de chialer tu vas essayer de comprendre la chance qu'on a de vivre une telle révolution.

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

    • [^] # Re: Une conf à l'Inria

      Posté par . Évalué à 10 (+10/-0).

      J'ai vu cette conférence aussi et lu quelques-un de ses essais, mais aujourd'hui, je suis beaucoup moins optimiste qu'à l'époque. Si l'externalisation/extension de certaines de nos fonctions cognitive via les technologies numériques présente sans contestation possible des avantages, elles sont malheureusement aussi utilisées pour le contrôle et la manipulation de leur usagers à grande échelle.

      En gros, le problème n'est pas tant dans la technologie en tant que telle, mais plutôt le contexte dans lequel elle est mise en œuvre et, de facto, la capacité des individus à se l'approprier. C'est juste un bémol par rapport au fait que son analyse est toujours d'actualité. Elle est juste, mais je pense un peu dépassée par les enjeux actuels.

      L'écriture et la lecture on longtemps été tout autant un instrument de partage de la connaissance qu'un instrument de contrôle de sa diffusion. Comme dans le roman d'Umberto Eco, Le Nom de la Rose, l'église qui avait le monopole de la reproduction des livres exerçait grâce cela un contrôle sur la diffusion des écrits. Aujourd'hui, c'est FaceBook, Google, Apple et consort, ça va beaucoup plus vite, c'est beaucoup plus puissant, c'est pour des motivations essentiellement commerciales plutôt qu'idéologique, cela porte sur le contrôle de l'attention plutôt que sur la diffusion des connaissances, mais au fond, le problème est le même.

      Reste que j'aimais beaucoup l'écouter, et que sa disparition m'a attristé.

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Mbof.

        Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

        elles sont malheureusement aussi utilisées pour le contrôle et la manipulation de leur usagers à grande échelle.

        Mbof. Comme tu le dis plus loin, c'etait déja le cas des précédentes révolutions technologiques du savoir (écriture, imprimerie)

        Aujourd'hui, c'est FaceBook, Google, Apple et consort, ça va beaucoup plus vite, c'est beaucoup plus puissant,

        Mbof. Au moins aujourd'hui tu as le pouvoir de diffuser ce que tu veux, d'aller chercher d'autres infos si tu le veux

        c'est pour des motivations essentiellement commerciales plutôt qu'idéologique,

        Du coup, c'est quand meme beaucoup moins dangereux, non ?

        cela porte sur le contrôle de l'attention plutôt que sur la diffusion des connaissances, mais au fond, le problème est le même.

        Problème qu'on a partiellement résolu pour les précédentes révolutions technologiques du savoir, on finira par faire de même ici

        • [^] # Re: Mbof.

          Posté par . Évalué à 10 (+9/-0).

          Mbof. Au moins aujourd'hui tu as le pouvoir de diffuser ce que tu veux, d'aller chercher d'autres infos si tu le veux

          C'est ce que je dis aussi, le partage des connaissance via l'écrit a induit historiquement un contrôle sur la diffusion de la part des pouvoirs en place. Aujourd'hui, ce contrôle sur la diffusion n'est plus vraiment possible (encore que ..), mais ce n'est pas tant le sujet, puisque dans un flux constant d'information, le contrôle s'exerce alors au niveau de l'attention.

          c'est pour des motivations essentiellement commerciales plutôt qu'idéologique,

          Du coup, c'est quand même beaucoup moins dangereux, non ?

          Bah, a mon avis non. C'est différent, mais tout aussi nocif. Paul Crutzen, le scientifique qui nous permis de comprendre le problème du trou dans la couche d'ozone et qui a inventé le terme anthropocène, disait que les défis que le dit anthropocène posait à l'humanité pourrait être surmonté grâce à une "noosphére" pleinement fonctionnelle, avec un développement d'une intelligence collective a la hauteur des enjeux. Hors si cette "noosphére" se développe comme actuellement ou l'argent permet d'acheter l'attention des foules et avec comme seule finalité la maximisation des profits de quelque gros monopoles commerciaux, ce ne sera pas le cas. Aujourd'hui, il y a un vrai problème au sujet de la diffusion de fausse science, de théorie du complot, de fake news et autres manipulations.

          J'ai retrouvé grace à wikipedia, ce texte qui a bientôt 20 ans (PDF) :

          http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.igbp.net%2Fdownload%2F18.316f18321323470177580001401%2F1316517410973%2FNL41.pdf

          C'est page 17 (je copie là la partie du texte qui m'avait tant marqué) :

          Without major catastrophes like an
          enormous volcanic eruption, an unex-
          pected epidemic, a large-scale nuclear
          war, an asteroid impact, a new ice age, or
          continued plundering of Earth’s re-
          sources by partially still primitive tech-
          nology (the last four dangers can, how-
          ever, be prevented in a real functioning
          noösphere) mankind will remain a ma-
          jor geological force for many millennia,
          maybe millions of years, to come. To de-
          velop a world-wide accepted strategy
          leading to sustainability of ecosystems
          against human induced stresses will be
          one of the great future tasks of mankind,
          requiring intensive research efforts and
          wise application of the knowledge thus
          acquired in the noösphere, better known
          as knowledge or information society. An
          exciting, but also difficult and daunting
          task lies ahead of the global research and
          engineering community to guide man-
          kind towards global, sustainable, envi-
          ronmental management (15).

          -

          Problème qu'on a partiellement résolu pour les précédentes révolutions technologiques du savoir, on finira par faire de même ici

          Possible, c'est juste qu'il faudrait pas trop qu'on tarde, parce que ça commence à sentir un peu mauvais là.

          Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

          • [^] # Re: Mbof.

            Posté par . Évalué à 2 (+3/-3).

            L'écriture a posé problème parce qu'au début, seuls certains (très) privilégiés savaient lire et ecrire. On a résolu le problème en éduquant les foules.

            Reste plus qu'à faire pareil : éduquer les foules. J'essaye à mon échelle d'apprendre à mes "amis" sur facebook de vérifier les informations qu'ils relayent (hoaxbuster, etc).

            On va y arriver, et pas si lentement qu'on le craint, je pense : tout le monde (meme les plus betes de mes "amis") comprend qu'on est manipulés de tous les cotés et qu'il devient necessaire d'avoir un minimum d'esprit critique et de vérifier les informations (de tous bords, puisque même les "journalistes" ont abandonné depuis longtemps l'idée simple de vérifier les informations qu'ils diffusent - voir l'idiot qui annonca au JT la mort de son patron)

            Possible, c'est juste qu'il faudrait pas trop qu'on tarde, parce que ça commence à sentir un peu mauvais là.

            Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace. La Terre est déjà morte pour nous. J'espère me tromper

            • [^] # Re: Mbof.

              Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 04/06/19 à 17:39.

              Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace. La Terre est déjà morte pour nous. J'espère me tromper

              Et aller pourrir ce qu'on a pas encore commencé à pourrir et recommencer la même problématique d'ici quelques années ?

              En général, pour contrôler une population de parasites (oui, l'humain se comporte comme un parasite vis-à-vis de la planète), on l'isole plutôt que l'inverse.

              Ne serait-il pas plus sain d'apprendre à l'humain de se comporter autrement afin de répondre définitivement à cette problématique ?

              Je pense aussi qu'il est trop tard. Mais je pense qu'on peut en limiter les effets…

              La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

                Quand on vivra dans des boites de conserve asseptisées, qu'on n'aura des animaux plus que quelques images dans les bouquins, peut-être qu'il sera plus facile de nous faire apprendre à ne pas recommencer les mêmes erreurs

                • [^] # Re: Mbof.

                  Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

                  J'adore cette imaginaire SF, un monde devenu invivable ou les gens sont reclus sous terre ou errant sans fin dans l'espace, branchés en réalité virtuelle sur des mondes fantastiques, parcourant des univers entiers remplis procéduralement. Plato's Allegory of the Cave as a service.

                  Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 8 (+6/-0).

                Et aller pourrir ce qu'on a pas encore commencé à pourrir et recommencer la même problématique d'ici quelques années ?

                Pourrir quoi ? À part peut-être Mars et Europe, il n'y a pas un seul corps planétaire dans le système solaire qui risque grand-chose. Pour "recommencer la même problématique" il faudrait déjà qu'il y ait quelque chose de vivant ailleurs.

                Mais ne t'inquiète pas ce n'est pas demain la veille que l'humanité installe une colonie significative en dehors de la Terre. N'ayant rien fait dans ce domaine depuis 1972, il y a du boulot rien que pour pouvoir rester quelques semaines sur la Lune sans crever d'une maladie pulmonaire à cause de la poussière lunaire qui s'infiltre partout.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

                Je pense aussi qu'il est trop tard. Mais je pense qu'on peut en limiter les effets…

                Pour quoi faire ?

                Autant qu'on se prenne une bonne bombe dans la gueule et qu'on rigole un peu.

                splash!

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 10 (+10/-0).

                En général, pour contrôler une population de parasites (oui, l'humain se comporte comme un parasite vis-à-vis de la planète), on l'isole plutôt que l'inverse.

                Le concept d'humain parasite de la planète est assez intéressant à creuser, car il révèle aussi notre incompréhension de ce qu'est un écosystème.

                D'une part,la notion de parasite a évolué dans le courant du XXe siècle. Si on définissait le parasite comme un organisme vivant au dépend d'un autre avec des conséquences néfaste sur l'hôte qui l’héberge, c'est aujourd'hui relativisé. Un parasite peut très bien avoir aussi des effet positif sur l'hôte. cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Parasitisme#Vers_une_d%C3%A9finition_plus_nuanc%C3%A9e

                D'autre part, si on considère l'homme comme un parasite de la planète, il faut alors considérer la planète comme l'hôte. Dans ce cas, tout les espèces vivantes sont des parasite de la planète. Ce n'est donc pas le terme approprié pour mettre en avant la spécificité de la relation entre l'homme et les écosystèmes qu'il peuple.

                Un terme plus approprié serait celui d’espèce envahissante. C'est une espèce qui envahi un écosystème au dépend des autres et en épuisant ses ressources. Son développement est potentiellement exponentiel et peut provoquer un collapsus de cet écosystème et l'effondrement des populations, d'une part des autres espèces le peuplant et au final sa propre population.

                C'est un peu ce qui est repris dans les discours actuel autour de la collapsologie.

                Je préfère cette vision des choses dans le sens ou elle replace l'homme au sein des processus naturels. Des cas d’espèces envahissantes ayant provoqué des collapsus dans des écosystèmes sont connus et assez bien documentés.

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Espèce_envahissante

                Le cas d'homo sapiens est particulier dans le sens ou l'impact est global, et particulièrement complexe puisqu'il est lui même le vecteur par lequel d'autres espèces envahissantes viennent perturber les écosystèmes

                Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

                • [^] # Re: Mbof.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-2).

                  « Le cas d'homo-sapiens est particulier dans le sens ou l'impact est global, et particulièrement complexe puisqu'il est lui même le vecteur par lequel d'autres espèces envahissantes viennent perturber les écosystèmes. »

                  Notons toutefois qu'à plusieurs reprises au cours de la préhistoire se sont produit des cas où les impactes d'homo-sapiens sans être globaux ont provoqué des collapsus de l'espèce. Pour ce que j'en sais, c'est notamment le cas à plusieurs reprises et en divers endroits pour des civilisations pré-colombiennes dans un passé récent ; ou plus loin vers 6000 av. J.-C. dans la péninsule Arabique dont le climat est resté affecté depuis lors.

                  À l'inverse il doit probablement exister pas mal de cas historiques où l'homo-sapiens grâce a ses particularités a pu résister à des situations qui ont balayé d'autres espèces. Dont, par exemple, celui particulièrement bien connu décrit à la fin de la Genèse.

                  « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

                  • [^] # Re: Mbof.

                    Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

                    Tu aurais un lien pour l'histoire de la péninsule Arabique stp ?

                    • [^] # Re: Mbof.

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

                      Entre autres, la cité d'Iram était implantée dans ce qui est aujourd'hui l'un des déserts les plus inhospitaliers du monde.

                      La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

                      • [^] # Re: Mbof.

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-1).

                        Non désolé pas de lien. C'est un souvenir des temps bénis où j'avais encore le temps de me préoccuper de sciences — il y a 20 ans, quand j'étais étudiant et pas encore un scientifique pro :-) — de mémoire il s'agissait d'un article ou d'un entrefilet d'archéologie dans le journal La recherche. Autant dire qu'il n'y a rien de certain dans mon propos là-dessus. Même en supposant que ma mémoire ne déforme pas les faits, l'archéologie (ou peut-être plutôt la manière dont on peut en parlé) rentre sensiblement moins que la voyance dans la famille des sciences dures.

                        En parlant de vieux souvenirs j'ai lu l'article de Wikipedia sur Iram, et il faut bien avouer qu'une partie n'est pas conforme au vieux souvenir que j'ai du contenu du Coran traduit en Français. Vu ce qu'en dit l'article, je ne serais pas étonné s'il y avait confusion en son début entre le Coran lui-même et une ou plusieurs des traditions qui lui sont associées.

                        « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

            • [^] # Re: Mbof.

              Posté par . Évalué à 10 (+12/-0).

              Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace. La Terre est déjà morte pour nous. J'espère me tromper

              Héhé mais l'espace est encore plus mort. On est coincé ! A part des machines, personne n'est encore allé plus loin que la lune, et encore, ils se sont dépêcher de rentrer, y a pas un troquet, pas une mobylette, rien, la zone quoi. ;-)

              Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

            • [^] # Re: Mbof.

              Posté par . Évalué à 7 (+6/-1).

              La Terre est déjà morte pour nous.

              Le "pour nous" est important. Parce qu'elle s'en remettra sans pb.

              Après l'extinction des dinosaures, on assiste à l'extinction des mammifères (nous y compris au passage). Mais la suite existera c'est certain.

              En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 4 (+5/-2).

                C'est étrange ce nihilisme quand on évoque Michel Serres, non ?

                • [^] # Re: Mbof.

                  Posté par . Évalué à 4 (+3/-1).

                  Couper zezette Lebowsky !

                  • [^] # Re: Mbof.

                    Posté par . Évalué à 1 (+1/-1).

                    Je suis peut-être béotien, mais cette assertion me semble nécessiter quelques éclaircissements…

                    • [^] # Re: Mbof.

                      Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

                      Allusion au film The Big Lebowski, où des nihilistes menacent de "couper la zézette" au personnage principal.

                      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

                      • [^] # Re: Mbof.

                        Posté par . Évalué à 1 (+1/-1).

                        Aaaaah ouh lààà… on est loin là. Film assez désespèrement drôle au demeurant :).

            • [^] # Re: Mbof.

              Posté par . Évalué à 9 (+8/-1). Dernière modification le 05/06/19 à 11:15.

              Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace. La Terre est déjà morte pour nous. J'espère me tromper

              Avec un changement climatique radical, un effondrement de la biodiversité, une destruction des écosystèmes total et un épuisement des dernières ressources, la Terre resterai tout de même plus hospitalière que n'importe quelle autre planète ou station spatiale que l'on pourrait construire.

              Tu es peut-être émerveillé par les aspirations d'Elon Musk de faire de l'humanité une espèce multiplanétaire, mais il faudrait plusieurs révolutions technologiques (et plusieurs centaines voire milliers d'années de terraformation) pour espérer vivre sur un autre corps céleste aussi bien que l'on ne vit sur Terre.

              Si on était capable de construire un habitat autonome (i.e. ne dépendant pas de missions de ravitaillement de la Terre, que ce soit pour l'eau, la nourriture, l'énergie, les matériaux, les composants électroniques…) sur Mars on serait capable de produire la même chose sur Terre, à un coût immensément inférieur, quel que soit les conditions climatiques et de biodiversité sur Terre.

              Mars (ou aucun autre corps céleste) ne sera jamais aussi hospitalière que la Terre.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 1 (+1/-2).

                Tu es peut-être émerveillé par les aspirations d'Elon Musk de faire de l'humanité une espèce multiplanétaire

                Je n'ai pas parlé d'Elon Musk

                mais il faudrait plusieurs révolutions technologiques (et plusieurs centaines voire milliers d'années de terraformation) pour espérer vivre sur un autre corps céleste aussi bien que l'on ne vit sur Terre.

                Je n'ai pas donné non plus d'echelle de temps.

                Mars (ou aucun autre corps céleste) ne sera jamais aussi hospitalière que la Terre.

                Ne jamais dire jamais…
                "Jamais" ca inclut aussi la periode où le soleil sera une geante rouge, par exemple… A ce moment, il y'aura plus hospitalier que la Terre. Alors certes on a encore 4 milliards d'années avant cette catastrophe en particulier, mais d'autres peuvent survenir bien avant (supernova proche, ca peut arriver demain)

                • [^] # Re: Mbof.

                  Posté par . Évalué à 7 (+6/-1).

                  Une supernova proche, on a intérêt à être rendu vachement plus loin que Mars si tu veux que ça fasse une quelconque différence.

                  Autant dire qu’on peut peut-être essayer d’y penser, mais il y faudra attendre un truc genre qu’on révolutionne les théories physiques fondamentales avant d’avoir ne serait-ce qu’une idée de plan technique crédible pour envisager pouvoir faire ça. Et ça … ça ne se fait pas en réfléchissant à la terraformation d’autres planètes ou à comment faire des fusées, mais simplement en faisant de la recherche fondamentale comme d’hab, en espérant que peut-être un jour ça offre une ouverture, sans aucune garantie de résultat. Comme le dit l’adage, on a pas inventé l’ampoule électrique en essayant de faire de meilleures bougies.

                  Autrement dit, tout ça reste du domaine de l’imaginaire. Le plan le plus crédible pour la survie de l’humanité à l’heure actuelle, c’est quand même de pas faire n’importe quoi avec le seul vaisseau spatial dont on dispose à l’heure actuelle qui nous permette de survivre dans l’univers hostile à plusieurs milliards, à savoir la Terre.

                • [^] # Re: Mbof.

                  Posté par . Évalué à 3 (+2/-1). Dernière modification le 05/06/19 à 14:15.

                  Mars (ou aucun autre corps céleste) ne sera jamais aussi hospitalière que la Terre.

                  Ne jamais dire jamais…
                  "Jamais" ca inclut aussi la periode où le soleil sera une geante rouge, par exemple… A ce moment, il y'aura plus hospitalier que la Terre. Alors certes on a encore 4 milliards d'années avant cette catastrophe en particulier, mais d'autres peuvent survenir bien avant (supernova proche, ca peut arriver demain)

                  Aucune planète ou satellite du système solaire n'est mieux placée que la Terre, même dans les cas que tu décris comme la fin de vie du Soleil ou une Supernova proche où toutes les planètes du système solaire seront à la même enseigne. Le seul cas potentiel d'un astéroïde qui viserait la Terre (du même type que celui responsable de l'extinction Crétacé-Paléogène) ne toucherai que la Terre, mais dans ce cas là, l'histoire nous montre que même dans ce cas là, la vie a survécu et la planète est donc restée plus hospitalière que les autres planètes.

                  Quant à l'idée d'un voyage interstellaire… elle est belle et dans la science fiction c'est très joli. Mais… l'objet le plus rapide que nous avons pu envoyer dans la bonne direction (Voyager 1) est parti il y a plus de 41 ans et a atteint une distance de 145 UA (soit environ 22 milliards de km). Pour atteindre Proxima Centauri, l'étoile la plus proche, il faut parcourir 268 332 UA (40 000 milliards de km) soit près de 2000 fois la distance actuellement parcourue, une distance parcourue en 80 000 ans environ. https://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_interstellaire#Les_distances_interstellaires

                  On peut argumenter que la technologie peut évoluer pour pouvoir aller plus vite, mais… space is BIG ! Et il ne faut pas négliger les phases d'accélérations et décélérations nécessaires, sachant qu'un humain ne peut pas supporter des accélérations fortes et prolongées.

                  De plus si Alpha Centauri est plutôt proche (4 années-lumière), il n'y a qu'une dizaine de systèmes à moins de 10 al et seulement une 50ène à moins de 15 al. Combien de monde habitables dans ceux-là? https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27%C3%A9toiles_et_de_naines_brunes_proches

                  • [^] # Re: Mbof.

                    Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

                    Aucune planète ou satellite du système solaire n'est mieux placée que la Terre, même dans les cas que tu décris comme la fin de vie du Soleil ou une Supernova proche où toutes les planètes du système solaire seront à la même enseigne.

                    Pourquoi tu me parles du systeme solaire ? Je répondais à "Mars (ou aucun autre corps céleste)". Il existe d'autres étoiles. Et non, j'ai pas dit qu'on y allait demain. En meme temps la Terre ne sera pas non plus inhabitable demain.

                    Quand au voyage interstellaire : on sait pas faire aujourd'hui, donc on ne saura jamais faire, c'est ça ? C'est long, mais on peut voyager longtemps (vaisseau générationnel). Ou bien on pourrait hiberner (en plus ca protege des radiations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27993187 ). Et on sait aller beaucoup plus vite que voyager 1, même si on l'a jamais fait (projet Orion).

                    Combien de monde habitables dans ceux-là?

                    On en sait rien à l'heure actuelle. On découvre de nouvelles exoplanetes quasiment tous les jours. Il en suffit d'un.

                    • [^] # Re: Mbof.

                      Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

                      En terme de SF, si généralement on imagine des vaisseaux spatiaux reproduisant un habitat humain pour soutenir ses fonctions vitales, certains auteurs (je pense particulièrement à Bruce Sterling dans La Schismatrice ) imaginent plutôt une adaptation de l'humain aux problématiques que posent la survie dans l'espace, via des modifications génétique ou cybernétiques.

                      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

                  • [^] # Re: Mbof.

                    Posté par . Évalué à 0 (+1/-1).

                    On peut argumenter que la technologie peut évoluer pour pouvoir aller plus vite, mais… space is BIG ! Et il ne faut pas négliger les phases d'accélérations et décélérations nécessaires, sachant qu'un humain ne peut pas supporter des accélérations fortes et prolongées.

                    Ça ce n'est absolument pas un problème : le corps humain peut supporter toute une vie un accélération de 1g. Dans le (quasi-)vide, c'est largement suffisant : si je ne m'abuse, avec 1g, dans le vide parfait, on atteindrait 90% de la vitesse de la lumière en moins d'1 an ! C'est juste le freinage qu'il faut bien anticiper ;-)

            • [^] # Re: Mbof.

              Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

              Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace. La Terre est déjà morte pour nous. J'espère me tromper

              Heu… si on a du mal à supporter une planète vivante mais où il fait 5°C de plus, je vois pas comment on peut se démerder sur des planètes mortes où il faut absolument tout construire de zéro, de l'atmosphère à l'activité microbienne. Les solutions de "bulles" ou de "serres" avec un micro-climat on pourrait les déployer ici, sur terre, faire l'économie du voyage et avoir un contraste (de température, pression, composition gazeuse..) moins important à maintenir entre la zone vivable et le reste de la planète.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

              • [^] # Re: Mbof.

                Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

                S'il n'y avait que la température qui montait…

                On a tellement coupé la foret amazonienne qu'elle ne sera bientot plus capable de maintenir son climat, par exemple…

            • [^] # Aller ailleurs ?

              Posté par . Évalué à 6 (+5/-1).

              Ca pue tellement la merde que, personnellement, je considère que la course est déja perdue, et que la seule solution est une fuite en avant : epuiser les dernieres ressources pour conquérir l'espace.

              Mettons (supposition forte) qu’on ait bientôt les technologies pour atteindre un autre système solaire avec une planète à peu près habitable (qu’il faut déjà trouver, hein).

              Tu as vu la taille de l’humanité. Tu penses qu’on aura les ressources pour déplacer tout le monde ? De toute façon, ce ne sera sûrement pas donné et les très riches ne vont quand même pas payer pour déplacer tous les autres (s’ils avaient une telle générosité, ça se verrait déjà).

              À mon avis, la meilleure perspective en suivant cette voie est d’envoyer une toute petite minorité de privilégiés dévaster d’autres planètes (enfin, ils vont peut-être envoyer des grouillots avant pour essuyer les plâtres et préparer leur installation, à moins que des robots puissent faire le job), pendant que les autres devront tenter de survivre sur ce qu’il restera de celle-ci.

              Et ça, c’est si les très riches comprennent qu’il vaut mieux conserver des ressources que de les gaspiller n’importe comment pour faire grossir leur compte en banque.

              Peut-être qu’Elon Musk ou l’un de ses descendants iront vivre sur une autre planète, mais moi, je suis conscient que je finirai ma vie sur celle-ci. Tout le suspens portant sur dans quelles conditions…

              ¯ : macron (typographie), petit signe diacritique, qui prétend ne pencher ni à gauche ni à droite, mais se place nettement au dessus des vraies lettres, qu’il considère avec mépris.

          • [^] # Re: Mbof.

            Posté par . Évalué à 0 (+0/-0).

            Aujourd'hui, ce contrôle sur la diffusion n'est plus vraiment possible (encore que ..), mais ce n'est pas tant le sujet, puisque dans un flux constant d'information, le contrôle s'exerce alors au niveau de l'attention.

            J'ai l'impression que tu parles de la capture de l'attention au sein d'un flux de différents textes ou de textes d'origines différentes, mais on pourrait aussi parler du contrôle de l'attention sur un texte donné. D'une part on peut de mieux en mieux évaluer la manière dont un texte est lu, en combien de temps, quelles parties ont demandé plus ou moins de concentration, quelles parties ont suscité l'adhésion, etc., et d'autre part toutes ces activités de lecture s'inscrivent de plus en plus rapidement, en particulier sur les réseaux sociaux, dans le flux continu des évaluations, des jugements, des appréciations, des impressions et des suggestions des uns et des autres, des pairs, des amis, des parents, etc. Ce qui (la lecture) était une activité essentiellement intime et privée devient une activité de plus en plus sociale, et presqu'aussitôt socialisée.

            Mes 2 cents.

  • # Ah bah merde alors

    Posté par . Évalué à 4 (+3/-0).

    Merci Michel.

  • # Passeur

    Posté par (page perso) . Évalué à 9 (+11/-4).

    "Michel Serres, philosophe, académicien et passeur est mort le 1er Juin."

    Il faisait passer la frontière aux migrants ? Il importait de la drogue ? Ou alors il était juste bon au foot ?

    • [^] # Re: Passeur

      Posté par . Évalué à 1 (+1/-2).

      C'est "penseur" qu'il voulait dire ?

      En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

      • [^] # Re: Passeur

        Posté par . Évalué à 7 (+5/-0).

        Je ne crois pas, il faut entendre passeur au sens figuré, dans le domaine de la connaissance : Celui qui fait franchir un obstacle (à quelqu'un ou quelque chose). https://www.cnrtl.fr/definition/passeur

        • [^] # Re: Passeur

          Posté par . Évalué à 8 (+8/-1). Dernière modification le 05/06/19 à 08:26.

          Oui, en effet, je voulais bien dire passeur, celui qui transmet. Ici de la connaissance et une pensée. Un passeur de pensée sensées, censées panser nos maux… Ca vous va comme source de possibles mots pour un autre ? :D

          • [^] # Re: Passeur

            Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

            Je ne connaissais pas ce terme, c'est presque poétique :)

            En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

            • [^] # Re: Passeur

              Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

              C’est par exemple dans le titre du blog de Pierre Barthélémy, journaliste scientifique du Monde http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/author/pierrebarthelemy/

              • [^] # Re: Passeur

                Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

                Oui, mais le blog, c'est "passeur de science".
                Je pense que sans objet, "passeur" n'a pas le sens auquel l'auteur du journal pensait. Et le CNRTL qui a ete' cite' et que j'avais lu' avant de faire ma remarque semble confirmer ca…

                • [^] # Re: Passeur

                  Posté par . Évalué à 2 (+2/-1).

                  Mais … je pense ce que je veux et je ne laisserai personne penser à ma place, non mais ! :D

                  Bon, blague à part, j'ai été bien fainénant sur ce coup là… Ou bien j'ai fait une allusion implicite à ce que je voulais réellement dire et qui était effectivement passeur de sciences et de savoirs. Bref, une ellipse quoi. Et pas de lune ou de soleil, hein. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas pensé… Zut…je me répète…

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.