Journal Le piratage des logiciel est nuisible au libre

Posté par  .
Étiquettes : aucune
-1
26
juil.
2008
Lorsqu'un logiciel est piraté, c'est une opportunité de moins pour le libre. Ca commence à faire son chemin:

Je pense que dans beaucoup de cas, la réaction est: "Pourquoi je vais me faire chxxx avec du libre alors que j'ai Word gratos ?!"
C'est une des principales raisons pour lesquelles Microsoft par exemple permet que ses produits soient facilement piratables: ça évite d'être obligé d'aller voir ailleurs.

Si il n'était pas possible d'entrer un numéro de série non officiel pour Windows ou pour pour Word, il est probable que l'écosystème logiciel serait très différent. Pas forcément en faveur du libre car il pourrait y avoir de très importantes baisses de prix, ou des concurrents, etc. Il y aurait en tous cas plus de diversité, ce qui est important.

http://www.infoworld.com/article/08/07/24/Software_piracy_hu(...)
  • # C'est pas l'inverse?

    Posté par  . Évalué à 10.

    Pour moi, c'est plutôt: "pourquoi perdre son temps à cracker des logiciels alors que des outils similaires, gratuits et multiplateformes existent?"

    Ce n'est plus aussi simple d'utiliser des logiciels crackés puisque les majs de sécu risquent à tout moment de replomber ton logiciel.

    Mais la communication sur "le libre est contre le piratage des logiciels" mérite d'être développée...
    • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      C'est effectivement ce qu'on entend TRES souvent, mais ça leur paraît normal de pirater tant que c'est possible. (et ça arrange les propriéto-vendeurs). Et ils se fichent des mises à jour qui cassent le crack (d'ailleurs, les font-ils ?) ça fait partie du jeu ..

      Il y en a certains qui sont dans l'info et font ça consciemment ou par "provoc'" c'est même pas la peine d'essayer de leur parler de logiciels gratuits et libres, ça reste des freewares ou sharewares de mauvaise qualité pour eux.
      En revanche certains le font parce qu'ils ne savent pas qu'il y a d'autres façons d'obtenir un logiciel et eux sont plus ouverts à tester quelque chose qui ne leur apportera pas de virus ou la crainte de ne plus pouvoir utiliser le logiciel.

      Avec l'expérience on arrive assez rapidement à les détecter, après s'être fait "jeter" quelques fois ..
    • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Pour moi, c'est plutôt: "pourquoi perdre son temps à cracker des logiciels alors que des outils similaires, gratuits et multiplateformes existent?"

      Personnellement, c'est ce qui m'a fait passer le cap il y a plusieurs années maintenant.
      Quand j'ai vu toute la logithèque qui était à ma disposition sans avoir à m'embêter à chercher à droite à gauche un iso, puis un crack, j'ai signé de suite, sans même comprendre réellement la philosophie qu'il y avait derrière tout ça.

      Ajouter à cela la possibilité de mettre toute la distrib à jour en une commande, j'en croyais pas mes yeux !

      Ce n'est que quelques mois plus tard que j'ai réelement adhéré à la philosophie libriste...et maintenant, c'est ce qui compte réellement à mes yeux.

      Le problème, c'est que beaucoup de gens n'installent pas eux même leur logiciels. Ils trouvent toujours "le voisin de pallier qui bosse dans l'informatique" pour faire ça. Du coup, ils ne se rendent pas compte de toute cette facilité. C'est dommage, puisque ça permettrait peut être, à terme, de leur faire comprendre pourquoi c'est ainsi.

      Ceci dit, les temps changent vite. De plus en plus de foyers ont quelqu'un de "compétent" (au sein de la famiille) pour administrer la machine familliale. Du coup, ça participera peut être au succès du logiciel libre dans quelques années.
      • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

        Toutafé il faut exterminer les voisins de palier !
        • [^] # Sus aux usurpateurs bidouilleurs

          Posté par  . Évalué à 10.

          En tout cas les voisin de pallier qui installent des soft et os craqués chez leurs voisins... cela oui on peut les liquider!

          Blague à part je pense qu'une certaine catégorie "d'informaticiens" est vraiment nuisible au libre (et à l'informatique en générale) : Ce sont tous ceux qui sont persuadés d'être de bons informaticiens mais qui ne connaissent rien d'autre que leur petit monde étriqué. Ceux là ont un don inné pour me mettre hors de moi.
          Attention, je ne parle pas là des windowsien convaincus en particulier (certains ont de vraies connaisances et un argumentaire qui tiens debout), mais seulement des bon à rien (windowsien ou unixiens d'ailleurs, même si j'en connais moins, voire pas, du coté des unixiens) qui ne connaissent rien d'autre, et ne font même pas la démarche de découverte.

          Voilà ca soulage!
          • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

            Ah çà ! Tu ne connais pas les maceux durs de durs. Je crois que ce sont les pis ! Ils sont tellement ignares et superficiels que les seuls commentaires que leur inspire une machine non Apple est « c'est trop moche » (s'ils découvrent plus tard qu'en fait c'est bien du Apple, ça devient automagiquement beau et révolutionnaitre... ).

            Bien entendu, je ne généralise pas à toute la population d'utilisateurs de Macs (ce commentaire est écrit avec mon joli MacBook... et sous MacOSX en plus !), mais c'est ce qui ressort de la lectures de commentaires sur les sites de maceux.
            • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

              Ca fait pareil avec les libristes. Quand ils voient un logiciel non libre, c'est trop de la merde... jusqu'au moment où ils se rendent comptent qu'en faîte c'est un logiciel libre(ou jusqu'au moment où le logiciel est ouvert). Quoi, qui a dit Java?? :)
              • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                Oui mais là il y a une petite différence quand même : si le logiciel est libre (ou devient libre), alors il y a un gain. On va pouvoir le bidouiller, le corriger, proposer des patchs, le développer, le forker, le porter sur d'autres OS/archi, le traduire, le packager, etc. Donc une véritable plus value.

                Tandis que l'aspect de la machine qui passe subitement de « moche » à « WooW trop beauw!! » parce que c'est Apple, c'est plus douteux. Rien n'a changé sur l'aspect entre « avant de savoir que c'est du Apple » et « après » :-)
              • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

                Posté par  . Évalué à 3.

                Nan nan, visiblement, tu n'as pas été témoin de ce dont il parle.
                • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

                  En fait ça se voit quand il y a des photos volées des nouveaux produits Apple. Au début, tous les commentaires disent "ah, c'est du pipo... ce sont des faux. Et en plus c'est super moche, j'en voudrai pas". Sauf qu'en fait, les photos sont vraies. Subitement, les commentaires sur l'esthétique changent.
            • [^] # Re: Sus aux usurpateurs bidouilleurs

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

              Petite anecdote marrante : aujourd'hui en conférence, réussite d'utilisation des macs avec le rétro-projecteur : 50% (2 sur 4), des linux sur un pc avec le même rétro : 100% (2 sur 2, dont une avec du direct rendering opengl !).
              Mais il est vrai que ce n'était pas un rétro-projecteur pommé ...
    • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Peut-être, mais plus important encore que la disponibilité des mises à jour ou de la facilité d'installation (+crackage) est bel et bien les fonctionnalités accordés par le soft.

      Même si je suis persuadé que dans plusieurs domaines le libre est de qualité supérieur, on ne peut raisonnablement pas le décréter pour tout (ne soyons pas extrémiste).

      Par exemple, Blender n'est pas au niveau de 3DSMax/Maya, Gimp/Inkscape pas au niveau de Photoshop/Illustrator, les petits soft d'UML libre ne sont pas au niveau des mastodontes du genre, .......

      Et il y a des domaines ou on peine à trouver des concurrents libres sérieux (ex bateau : les jeux).

      Bref, je suis libriste convaincu, mais la réalité n'est pas toujours ce que l'on souhaite, et il ne faut pas se le cacher. Les gros logiciels demande beaucoup de moyen, et il y en a généralement plus dans les entreprises (et il y a une majorité d'entreprise qui font du proprio).

      Et je ne parle pas des fois ou tu n'as tout simplement pas le choix d'utiliser tel ou tel soft (genre MSOffice 2007 pour lire _correctement_ ces ****** de .docx).

      Bref, tout ça pour dire que une fois que t'a été contraint de cracker un logiciel (et que celui qui ne l'a jamais fait lève la main), il n'est pas toujours plus difficile d'en cracker un autre. En ce sens, les (mauvaises) habitudes de certaines personnes peuvent se comprendre.

      Aveu : j'ai déjà cracké des logiciels, n'ayant simplement pas l'argent de les acheter. On peut dire ce qu'on veut, mais je ne me sens pas "gars qui fait ça pour se la péter". Il y a parfois des cas ou ne ne peut faire autrement (sauf en se privant).
      • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

        Posté par  . Évalué à 9.

        personnellement je fais du graphisme, de la musique, et bcp d'autres choses avec des logiciels libres et non crackes, je pense que la limite a ces logiciels se trouve deja tres loin niveau qualite, aussi si quelqu un a vraiment besoin d une fonction particuliere dans un logiciel proprietaire, en vue d optimiser un processus de production ou de gagner du temps par exemple, c est qu il se trouve a un niveau professionnel qui ne permet pas de se passer de licence (lire : cracker le logiciel), sinon, c'est qu il ne veut pas prendre le temps d apprendre a utiliser ces logiciels libres et il n a pas beaucoup d excuse...

        Je ne dis pas que les logiciels libres ne sont pas dignes d une qualite professionnelle, mais si par exemple il y a trop de latence dans l ouverture d une image, un pro perdra du temps avec...

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

        Posté par  . Évalué à 4.

        Il y a parfois des cas ou ne ne peut faire autrement (sauf en se privant)

        Ce genre d'argument me met hors de moi!. Quand on peut pas se payer un logiciel on s'en passe ou l'on cherche une alternative gratuite...

        Cracker un logiciel n'est ni plus ni moins que du vol. Je trouve d'ailleurs que les sanctions appliquées sont beaucoup trop faibles. Si le BSA et M$ avaient été d'emblé aussi stricts et combatifs, le piratage aurait surement pris pas tant d'empleur.

        En pratique les éditeurs de logiciels ne faisaient rien contre car ils pensaient qu'un utilisateur de leur produit cracké n'était pas un client de la concurrence.
        • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

          >En pratique les éditeurs de logiciels ne faisaient rien contre car ils pensaient qu'un utilisateur de leur produit cracké n'était pas un client de la concurrence.

          Et ils ont raison malheureusement, un utilisateur d'Office cracké, n'est pas un utilisateur d'OOo, pareil pour Photoshop/The Gimp, etc
          et ils le pensent toujours d'ailleurs

          <remplacez OOo et The Gimp par les softs que vous voulez, même payants et/ou proprios>
        • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

          Posté par  . Évalué à 10.

          Cracker un logiciel n'est ni plus ni moins que du vol.

          Je t'arrête tout de suite, cracker un logiciel n'est pas du vol ou du piratage mais de la contrefaçon.
          • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

            Posté par  . Évalué à 3.

            Pas du tout. La contrefaçon consiste à vendre/donner/obiwan kenobi un logiciel piraté.
            Cracker un logiciel c'est un ensemble de délits : contournement de mesures techniques de protection, et atteinte au droit d'auteur. C'est clairement ce qu'on désigne par le terme de "piratage".
            • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              Je prefere le terme "fraude" ici.

              Utiliser sans payer: frauder.
              • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

                Posté par  . Évalué à 2.

                plus subtil que cela, parce que parfois les crackers n'utilisent pas du tout les logiciels qu'ils ont crackés, le seul intérêt pour eux c'est de faire sauter la protection mise en place, cf. l'entretien réalisé par plagiats avec l'un d'eux.

                Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

                • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                  Exact, je n'avais pas pris en compte ce point de vue.

                  donc, contrefacon pour les crackeurs/revendeurs et fraude pour les simple utilisateurs?

                  Enfin, du moment que l'on ne parle pas de vol. J'ai vraiment du mal a avaler ca quand j'entends les maisons de disques se plaindre de la baisse de leurs ventes..
                • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  «parfois les crackers n'utilisent pas du tout les logiciels qu'ils ont crackés»

                  m'étonnerait que ce soit un argument devant un juge ;-)
                  Et puis de toute façon, le cracker l'a utilisé au moins une fois pour voir si la protection a sautée ou pas...
      • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

        > Et je ne parle pas des fois ou tu n'as tout simplement pas le choix d'utiliser tel ou tel soft (genre MSOffice 2007 pour lire _correctement_ ces ****** de .docx).


        Pour lire les .docx , il y a MS Word Viewer, gratuit, donc ton argument ne vaut rien.
      • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

        >Par exemple, Blender n'est pas au niveau de 3DSMax/Maya, >Gimp/Inkscape pas au niveau de Photoshop/Illustrator, les petits soft >d'UML libre ne sont pas au niveau des mastodontes du genre, .......

        Photoshop et Illustrator sont fait pour les pros (vu le prix ça parait normal). Mes camarades de classe utilise photoshop pour transformer une image en noir et blanc pour aller sur skydeblog..., alors que Photophiltre ou Gimp peuvent le faire.

        Ils crackent les logiciels parce que :
        - ça fait genre
        - c'est mieux parce que c'est payant
    • [^] # Re: C'est pas l'inverse?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      La plupart des gens, enfin ceux que je cotoies, ne se posent même pas la question : ils craquent Photoshop sans même connaître le Gimp. C'est vachem*** plus simple. La mule y est pour beaucoup d'ailleurs. Et, biensûr, ils confondent hacker et cracker, ce qu'ils sont (au fait, vous connaissez des crackers gnou ?).
      Il nous faut vraiment, et de toute urgence, des marketeux ; c'est bien beau de s'investir dans le libre, mais si personne ne le sait ça sert à quoi ? arrêttons de nous mastur*** et réagissons. Les forces vives du libres trollent sur DLFP, c'est bien connu : de nous seulement !

      Le serpent se suce la queue ! C'est toujours à celui qui à le plus gros reptile. Mais nous n'en sommes pas encore là ; nous rampons sur le silicium. Qui à dit gOZILLA ? Cet animal à sang froid connaît la sortie, je le suis ->[] ouf de l'air !

      « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

  • # Il en va de même pour la musique

    Posté par  . Évalué à 1.

    Arrêtons de télécharger de la musique commercial, écoutons de la musique libre.
    • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

      Posté par  . Évalué à 8.

      Il ne faut pas tomber dans l'extrême pour autant. Il serait dommage de passer à coté d'une oeuvre susceptible de nous plaire uniquement par ce qu'elle n'est pas ''libre'.
      De plus, il existe beaucoup d'artistes faisant de la musique non libre sans pour autant être commerciale, regardons du coté des indépendants ;-)

      Petite précision : j'imagine que le terme 'commercial' est utilisé dans le sens 'consommable' ou 'jetable' que l'on peut attribuer aux nombreux disques qui totalisent les meilleures ventes du moment.
      • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

        Posté par  . Évalué à 3.

        Un logiciel peut nous plaire aussi même si il n'est pas libre. Où se situe la différence ?
        Un artiste fait plusieur choix, des choix artistiques et des choix de diffusion, tout comme un déveppeur fait des choix techniques et de diffusion.
        Dans les deux cas, on accèpte le tout ou l'on refuse le tout, mais on a pas a passer outre les choix de l'auteur.
        Le jour ou les auteurs se rendront compte que l'on est pas prêt à accepter toutes leurs restrictions, ils en supprimont plutôt que d'essayer d'en rajouter.
        Il n'y a a ce niveau pas trop de différence qu'avec les logiciels si ce n'est que le logiciel libre a su remplacer les logiciels commerciaux ce que la musique libre n'a pas encore réussi à faire. Mais sinon, je ne vois pas vraiment de différences.
        • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

          Posté par  . Évalué à 3.

          Ton premier post est maladroit:
          Arrêtons de télécharger de la musique commercial, écoutons de la musique libre.

          Tu emploies "télécharger" dans le sens de "télécharger illégalement" j'imagine, parce que pour écouter numériquement de la musique libre, tu dois la télécharger.

          Ensuite, supposons que tu ailles à un concert. T'interdirais-tu d'aller à un concert si il n'est pas "libre" lui même ? Plus généralement, tu t'interdirais d'écouter des trucs pas libres par des canaux genre la télé, de manière tout à fait légale, parce qu'ils sont pas libre, ou simplement de les "acheter" ?

          En ce qui me concerne, le côté libre/pas libre est secondaire, voire très secondaire, juste capable d'attirer une certaine sympathie.

          Le jour ou les auteurs se rendront compte que l'on est pas prêt à accepter toutes leurs restrictions, ils en supprimont plutôt que d'essayer d'en rajouter.

          Si tu écoutes les libristes, les seules sources de revenus devraient être les prestations sur scène ou les dons, je suis pas sûr que ce discours soit accepté par tous les artistes, et je les comprends. Ça doit rester un contrat raisonnable et satisfaisant pour toutes les parties.
          • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            > les seules sources de revenus devraient être les prestations sur scène ou les dons, je suis pas sûr que ce discours soit accepté par tous les artistes, et je les comprends.

            Si tu savais le nombre de musiciens et artistes qui ne vivent qu'ainsi...
            • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

              Posté par  . Évalué à 6.

              Ouaip, et ces musiciens/artistes aspirent le plus souvent a avoir un revenu un peu plus stable et consequent histoire de pouvoir vire decemment, et je les comprend parfaitement.

              Bref, aller dire aux artistes qui ont reussi a en sortir qu'ils vont devoir y retourner me semble etre une cause perdue si tu veux mon avis.
          • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

            Posté par  . Évalué à 5.

            À partir des musiciens participes à la création d'une société de plus en plus contrôlé et nous supprime de plus en plus de droit, oui, je suis même prêt à boycotter leur concert.

            J'ai mit télécharger de la musique commercial parce que c'est ce que je voulais dire.
            Je parlais bien de la musique des majors, et juste de téléchargement parce que je faisais dans ce cas ni de différence entre le téléchargement légal ou illégail, payant ou gratuit, vu que le truc était juste de ne plus les écouter.

            Après il faut voir le temps que travaille par an un chanteur (hors scène).
            Si la création de disque lui prend 1 semaine dans l'année, et bien oui en effet si il ne peut pas en vivre ça ne me choque pas, il peut toujours prendre un autre travail à côté.

            Soit on veut en vivre et dans ce cas, on fait des concerts, on travail, dans le cas contraire, on fait ça comme activité secondaire pour le plaisir.

            Mais oui en effet, je ne vois pas grand chose qui justifie de rétribuer un chanteur toutes sa vie parce qu'il a sortie une musique qui plait. De plus quand ils font en sorte de réstreinde de plus en plus de libretés, sortant même du cadre de leur chanson, et bien oui, je suis bon pour laisser ces artistes dans l'oublie.
            C'est un choix je comprends que ceux qui arrive à bosser 1 semaine par an et vivre bien au-dessus de la moyenne des autres n'aient pas envie de rebosser, mais bon, je ne vais pas les pleindres.
            • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

              Posté par  . Évalué à 3.

              C'est un choix je comprends que ceux qui arrive à bosser 1 semaine par an et vivre bien au-dessus de la moyenne des autres n'aient pas envie de rebosser, mais bon, je ne vais pas les pleindres.

              J'ai comme un doute à ce sujet, la réalité est probablement bien moins caricaturale, si tu te focalise pas sur les têtes d'affiches.
              • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                Oui mais bon pour autant que je sache, ceux qu'on entends brailler à longueur de journée et qui sont tout content de signer leur approbation pour une loi semblant sortit tout droit de l'univers de 1984, c'est justement ceux «les têtes d'affiches».
                • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                  Posté par  . Évalué à 4.

                  Rien d'étonnant, ceux que tu entends par définition ce sont qui sont de base exposé médiatiquement. Les autres, forcément, on les entends moins.
                  • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                    Posté par  . Évalué à 5.

                    Et c'est justement là tout le problème. Quand tu dis que c'est pas ça pour tout le monde, en effet, mais les autres font justement partie de l'autre catégorie, ceux qui font des concerts (Je ne dis pas que les têtes d'affiches n'en font plus).
                    Et en effet, comme dit plus haut, les raleurs sont bien évidemment sont bien content de pouvoir vivre sans plus rien faire et qui ne veulent pas que ça change.
                    Les autres, ceux qui se décarcasse vraiment, sont en plus éclipsé par ces « stars » qui sont en fait propulsé sur le devant de la scène indépendemment de leur talent (ils y en a des talentueux, d'autre non, mais ça rendre peu en ligne de compte pour être une star).

                    Cette musique commercial et ce principe de superstar est malheureusement un apauvrissement culturel.

                    En plus cela pervertie le côté artistique. De plus en plus de gens voulant entrer dans le domaine non plus pour transmettre à tous leur art mais juste pour être riche.

                    Donc ce qu'on fait, c'est de créer des superstars super riche pour donner envie à un maximum de gens de rentrer dans le milieu et en s'enrichissant sur eux pour augmenter la glorification des « superstar ».

                    C'est une technique utilisé dans un autre domaine : le sport-spectacle (typiquement le football et de plus en plus le rugby).
                    On dénature entièrement l'aspect sportif de ses sports en en faisant des vitrines de superstar.
                    On paye donc des millions de joueurs qui donneront à d'autre l'envie de jouer pour le fric et plus pour le sport.

                    Cette technique très efficace du fait que aujourd'hui on a réussi à créer en la grande majorité des gens le fantasme d'être riche (chose qui ne me fait pas du tout envie), a réussi a tuer la culture, tuer des sports et je ne sais pas trop quel sera la prochaine cible.
                    • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                      Posté par  . Évalué à 2.

                      Cette technique très efficace du fait que aujourd'hui on a réussi à créer en la grande majorité des gens le fantasme d'être riche (chose qui ne me fait pas du tout envie), a réussi a tuer la culture, tuer des sports et je ne sais pas trop quel sera la prochaine cible.

                      Une chose me choque dans tes paroles, en dehors de toute considération sur le débat qui nous occupe. Il n'y a pas de technique, pas de volonté supérieure qui impose et manipule les gens à l'envie.

                      Ce sont autant les gens qui ont crées les superstars que le système. Il y a toujours eu des artistes populaires. C'est le système de transmission de l'information facilité, les journaux, les médias, sans volonté particulière, qui ont permis à certaines de ces personnes populaires d'être connues partout, et non plus localement. Un pas plus loin, certains, probablement avec un certain talent ou au moins un certain potentiel à plaire sont devenus des superstars.

                      Sur le fantasme d'être riche, je te laisse à ton opinion, mais je connais pas grand monde qui n'aspire à un certain confort matériel. Si tu ne veux pas "être riche", c'est quand même que tu as atteins un certain niveau de confort j'imagine. (j'en réfère au concept "d'esclave énergétique" que ceux qui ont regardé http://www.ensmp.fr/ingenieurcivil/SitesIC/Balado/Climat_som(...) reconnaitrons)
                      • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                        Posté par  . Évalué à 5.

                        Pour la liberté des gens de faire ce qu'ils veulent, il y a quelque chose qu'on appelle la manipulation médiatique.
                        Si comme tu dis on est insensible à toute « volonté supérieure », pourquoi les boites investieraient autant dans la publicité ?
                        L'homme est influençable, c'est un fait. Les médiats peuvent faire changer les mentalités des gens.
                        Il y a 10 ans ont pouvaient se venter de traverser la france en 6 heures, maintenant, on passerait pour un psychopate au volant.
                        Alors oui, je pense que on peut être manipulé, est c'est d'ailleurs la raison pour lequel tout les dictateurs cherchent à contrôler les médias. Si il n'y avait pas d'influance possible sur les gens pourquoi le faire ?

                        Pour la richesse entre réussir à vivre correctement et avoir du fric à ne plus savoir qu'en faire (ce qui est le cas des méga-stars), il y a un fossé.
                        Et oui, en effet, je sais que c'est super rare, mais être riche ne me fait pas fantasmé bien au contraire quand on voit dans quelle milieu on finit.
                        Un exemple le loto qui fait rêver beaucoup de gens. Beaucoup dise qu'ils ne changeraient pas de personnalité, mais le problème est que l'argent changent les gens et aussi ceux qui les entours. Et quand je vois l'hypocrisie constante existant chez les très riches, ça ne me donne pas du tout envie de vivre comme ça, je préfère encore devoir bouffer des pâtes en fin de mois.
                        Alors oui, je préfère aller faire du sport dehors que d'allez en boite. pour faire du sport, je préfère en faire dehors que de payer un abonnement dans une salle de musculation.
                        J'estime qu'un bouquet de fleurs cueillit a plus de valeur qu'un bouquet acheté alors que pas mal trouve que ça fait radin.
                        Alors oui on est dans une société qui cherche fait que l'argent n'est plus un outil pour l'homme mais est devenu son maître.
                        Et ça, même si on a tous notre libre arbitre, le fait de vivre en communauté influe sur nous et nous rend manipulable.
                        • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

                          Posté par  . Évalué à 2.

                          Personne n'a contesté ça. Ce que je dis c'est que personne ne s'est réveillé un matin et s'est dit: "tiens, je vais façonner le monde comme ça".

                          Après, entre influencer, éduquer et manipuler, il y a une marge. Personne ne dira que tu manipules ton gosse quand tu l'éduque (sauf si tu le manipule vraiment.) De même, les médias ne manipulent pas systématiquement en proposant des programmes susceptibles de plaire à l'audience ...
        • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

          > Un logiciel peut nous plaire aussi même si il n'est pas libre. Où se situe la différence ?

          La différence, c'est que si je reprends Foxy Lady, c'est une interprétation. Ce n'est plus Foxy Lady par Jimmy Hendrix. Si je "reprends" Gimp, ça reste Gimp, il n'y a pas le Gimp de Spencer Kimball et Peter Mattis, et des interprétations d'autres développeurs.
          En musique et en art, difficile de parler d'évolution et d'amélioration. Comment améliorer un tableau abstrait de Picasso ? Si je repeints Les Demoiselles d'Avignon de manière figurative, j'améliore l'œuvre ?

          Vouloir absolument considérer les licences d'œuvres artistiques comme calqués sur celles du logiciel libre est un non sens, comme la comparaison automobile dès que l'on parle de la vente lié.

          Un logiciel libre, on peut l'adapter ou l'améliorer, une œuvre libre, on ne peut que l'adapter.
          • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Donc en fait faire du remastering, ça sert à rien en gros d'après ce que tu dis.

            Bien sûr l'amélioration/dégradation de la qualité d'une œuvre, ça peut toujours ce discuter, que ce soit un logiciel ou un toile de peinture. Quand on "améliore" un logiciel, on peut très bien mécontenté ses utilisateurs qui avaient leurs habitudes...
            • [^] # Re: Il en va de même pour la musique

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              La musique qui veux pas mécontenter ses utilisateurs, c'est la daube qui passe en boucle à la FM. Un musicien n'a pas spécialement comme objectif de contenter les "utilisateurs" de sa musique, mais plutôt de se contenter lui même, en jouant ce qu'il aime, de la manière qui lui convient dans sa recherche musicale, et tant mieux si ça plait à un public.
              Quand au mastering, c'est la phase finale de la création d'une œuvre musicale destiné à être fixé sur un support, donc ça ne sert pas à rien. Par contre le remarstering, quand on vois ce que ça donne, c'est souvent une opportunité pour ressortir un vieux truc comme du nouveau, en le massacrant si possible (genre loudness war).
  • # Voilà une information qu'elle est nouvelle

    Posté par  . Évalué à 10.

    Ce que tu dis là mérite sans doute d'être rappelé, puisque c'est une évidence depuis des années et que du coup on ne le répète pas.

    Je me permets juste te reprendre, ainsi que le doctrine officielle m'y engage, sur le terme de piratage. En utilisant ce terme qui désigne une action violente en pleine mer à l'encontre de voyageurs vulnérables, tu fais le jeu de la BSA, justement : assimiler une copie non autorisée d'un document protégé par les lois toujours plus tentaculaires de la propriété intellectuelle à un acte sanguinaire.

    Merci pour eux.
    • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      De même il ne faut pas employer le terme "propriété intellectuelle" mais "monopole TEMPORAIRE sur l'information".
      • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

        Posté par  . Évalué à 2.

        je dirai "monopole temporaire sur l'expoitation de l'information"

        Mais propriété intellectuelle c'est plus court, c'est dans le vocabulaire courant et tout le monde comprends.
        • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Oui tout le monde comprends qu'il s'agit de l'équivalent de la propriété de biens matériels sur de l'information, ce qui est faux.

          En gros c'est un terme fallacieux on ne peux plus fourbe, en l'utilisant on se tire une balle dans le pied si on cherche à contre argumenter l'extension infinis de ces lois en faveurs de quelques industrielles.
          • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

            Posté par  . Évalué à 2.

            Ouais et en l'utilisant pas tu te tire une balle dans le pied tel un Stallman donnant du GNU/Linux sur une radio à un public de non initié. Tu passes cash pour un extrêmiste, ce qui paye pas forcément d'entrée. C'est pour la même raison que j'étais contre les pétitions intitulées "racketiciel" qui cataloguent d'entrée de jeu.
            • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

              Posté par  . Évalué à 4.

              J'ai enfin retrouvé la décision du conseil constitutionnel. :)

              Décision n° 2006-540 DC - 27 juillet 2006

              Loi relative au droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information

              15. Considérant que les finalités et les conditions d'exercice du droit de propriété ont subi depuis 1789 une évolution caractérisée par une extension de son champ d'application à des domaines nouveaux ; que, parmi ces derniers, figurent les droits de propriété intellectuelle et notamment le droit d'auteur et les droits voisins ;

              Selon le CC la propriété intellectuelle est une propriété par extension de celle matérielle. Comme quoi, les termes portent bien à confusion.
      • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

        Posté par  . Évalué à 6.

        Et il ne faut pas dire "novlangue" mais xylo-idiome rénové ?
      • [^] # Re: Voilà une information qu'elle est nouvelle

        Posté par  . Évalué à 2.

        D'ailleurs la GPL aussi est selon toi monopolisante de l'information non ? Puisque je peux tout à fait te vendre un programme gpl à 1M€ et que tu sois incapable de te le procurer.
  • # tout à fait d'accord

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    C'est effectivement un constat que j'ai fait plusieurs fois ^^

    J'essaie le plus possible de prendre un air étonné quand quelqu'un me parle de photoshop
    "-tiens, tu fais dans le graphisme professionnel?
    -Ben, non, juste un peu comme ça pour m'amuser
    -Ben t'as les moyens hein, ça coûte bonbon photoshop...
    -Ha mais non mais je l'ai pas payé moi"
    etc...

    Ça fait jamais de mal de rappeler que photoshop coûte 1000€ ^^
    • [^] # Re: tout à fait d'accord

      Posté par  . Évalué à 9.

      Les entreprises de logiciels s'en foutent que les particuliers utilisent sans payer leurs logiciels. Car ces personnes réclament ensuite ces logiciels à leur employeur qui payent plein pots le logiciel en question. Ce qui est perdu d'un coté est récupéré de l'autre.
  • # Bill gates a dit un jour ...

    Posté par  . Évalué à 2.

    http://www.volle.com/rennes/lettrebill.htm

    C'est une lettre de Bill Gates aux personnes qui utilisaient les logiciels microsoft à partir de copies.

    Bill Gates y exprime son mécontentement concernant le mécanisme de la copie qui permettait aux gens d'utiliser les logiciels microsoft sans avoir à payer la licence d'utilisation.

    Évidemment, l'implication de Bill Gates dans le logiciel était à but lucratif, la communauté d'utilisateurs de logiciels qui se faisaient des copies entre eux ne souhaitaient pas payer pour ce qui constituait un loisir pour eux, et non pas un business.

    Mais Bill Gates a vite compris que ce pouvait être un business très rentable.

    Le mouvement du logiciel libre est une formidable réponse à cette lettre, en tournant cette diatribe de Bill Gates à son propre désavantage.

    Pour ceux dont l'informatique est un loisir, en n'utilisant que des logiciels libres, dont la copie est permise,et en refusant catégoriquement de débourser un centime pour des logiciels propriétaires, Bill Gates peut continuer à prétendre devoir toucher des royalties sur chaque copie des logiciels utilisé sans que cela n'incrimine personne.

    Concernant le crackage des logiciels, l'utilisation de logiciels libre est effectivement un palliatif efficace au fait de devoir payer un logiciel d'usage somme toute courante et à but non lucratif.

    Le crackage est à décourager à partir de deux arguments, je pense :

    1. il est bien plus facile de télécharger un logiciel gratuit et librement redistribuable pour n'importe quelle utilisation, que de le cracker ou l'acheter.

    2. Utiliser un logiciel cracké est illégal, et donc déconseillé d'un point de vue juridique et/ou moral.

    Mais la vertu sociale de l'utilisation des logiciels libres doit être mise en exergue. Le problème est la subsistance des habitudes et la prédominance de l'utilisation des logiciels propriétaires microsoft, et que le logiciel libre n'est pas encore vraiment entré dans les moeurs courantes d'utilisation d'un ordinateur.

    C'est pourquoi, en effet, je pense que l'utilisation de logiciels propriétaires craqués doit bien être déconseillé au profit du logiciel libre.
    • [^] # Re: Bill gates a dit un jour ...

      Posté par  . Évalué à 7.

      Quel hobbyiste pourrait mettre trois hommes*année dans la programmation, détecter toutes les bogues, documenter le produit puis le distribuer pour rien ?

      Je crois qu'il a eu sa réponse :D
    • [^] # Re: Bill gates a dit un jour ...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      "1. il est bien plus facile de télécharger un logiciel gratuit et librement redistribuable pour n'importe quelle utilisation, que de le cracker ou l'acheter."
      Ben pas vraiment, la mule et tous les informatichiens de bas étage ne nous encourage pas à ça. Un exemple HS : c'est beaucoup plus rapide de télécharger le dernier film à la mode que d'aller au vidéo-club-magasin ! Du moins tu restes chez toi.

      "2. Utiliser un logiciel cracké est illégal, et donc déconseillé d'un point de vue juridique et/ou moral."
      N'est-il pas merveilleux de se sentir piéger (H-F T) ? A force d'entendre dire que la toile est le repère d'intégriste pédophiles Madame Michu n'a aucun remord à cracker Photoshop et consort. Bien au contraire, c'est pour elle une fierté.

      « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: Bill gates a dit un jour ...

        Posté par  . Évalué à 6.

        2. Utiliser un logiciel cracké est illégal, et donc déconseillé d'un point de vue juridique et/ou moral.

        euh...

        Je trouve que ça ressemble trop à dire : il ne faut pas le faire, parce qu'on risque quelque chose juridiquement

        alors qu'on devrait simplement dire il ne faut pas le faire, parce que ce n'est pas bien.

        C'est comme - et ça me fait hurler - les gens qui disent qu'ils ne vont pas boire ce soir parce que y'a souvent des flics qui contrôlent à la sortie de telle village au lieu de se dire qu'il ne doivent pas boire et conduire parce que c'est dangereux pour eux et pour les autres.
        • [^] # Re: Bill gates a dit un jour ...

          Posté par  . Évalué à 4.

          Utiliser un logiciel cracké est illégal, et donc déconseillé d'un point de vue juridique et/ou moral.

          BeOS le faisait il y a 20 ans !

  • # ....

    Posté par  . Évalué à 3.

    "Ca commence à faire son chemin"
    Non, ça a toujours été comme ça, depuis le début avec ooo et gimp.
  • # 4 ans plus tard rien n'a changé

    Posté par  . Évalué à 4.

    • [^] # Re: 4 ans plus tard rien n'a changé

      Posté par  . Évalué à -9.

      Et ça ne changera plus.
      La courbe d'évolution de linux en desktop est stable.
      A moins d'une révolution, comme a pu le vivre apple en passant de système 9 à MacOS X pourrait faire venir plus d'utilisateurs.
      abandon d'unix pour une base plus NextSTEP ?
  • # Je ris car ...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    ... j'ai piraté l'apéro.
    Je connais la sortie -> []

    « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

  • # De la faciliter de pirater

    Posté par  . Évalué à 2.

    C'est une des principales raisons pour lesquelles Microsoft par exemple permet que ses produits soient facilement piratables: ça évite d'être obligé d'aller voir ailleurs.
    Est-ce que Microsoft fait vraiment des logiciels si faciles à pirater ? A l'époque des DOS et Win 3.11, on n'avait qu'à copier des disquettes et tout marchait tout seul. Puis est arrivé le numéro de série. Puis la vérification et l'activation en ligne des logiciels. A chaque fois, les protections finissent par être contournées mais c'est de plus en plus difficile. Aujourd'hui, pas simple d'avoir accès aux mises à jour de sécurité sans un Windows authentique. Si Microsoft voulait vraiment faciliter le piratage, ils ne chercheraient pas à concevoir des WGA, Palladium et autres.
    • [^] # Re: De la faciliter de pirater

      Posté par  . Évalué à 4.

      s'ils ne laissent que la facilité d'installation sans le controle, effectivement ils auront trop de manque a gagner a terme.

      Mais en pouvant savoir qui n'a pas de copie authentique, en bloquant les mises a jour, en mettant un message alarmant "nous savons que votre version n'est peut -etre pas authentique", cela encourage une partie d'utilisateurs a continuer a l'utiliser (vu qu il n y a pas de bloquage pur et simple), et peut etre a acheter une version legale (je connais des gens dans ce cas qui ont achete une vraie version apres avoir fait une mise a jour sur une version crackee) .

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: De la faciliter de pirater

        Posté par  . Évalué à 3.

        Pas faux, d'ailleurs il y a une méthode sympa pour avoir une ristourne sur un Windows : installer une version crackée, faire une mise à jour, et là on nous propose un kit "version authentique" pour obtenir une version OEM légale à moins cher. C'est assez malin, mais beaucoup d'utilisateurs préfèreront encore avoir leur Windows gratos sans mise à jour.
        • [^] # Re: De la faciliter de pirater

          Posté par  . Évalué à 6.

          moi j'ai préféré faire une mise à jour vers Linux :)

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # le libre des qu'on peut

    Posté par  . Évalué à 2.

    Et bien, je vais jeter un bout de viande a ce troll affamé....

    oui le piratage nuit au LL, mais pas toujours :

    Les sites ou recuperer les serials, les archives souvent inféctés et les petits inconvénients de cette pratique peuvent quelquefois favoriser les logiciels libre ! (ça a d'ailleurs été mon cas il y a quelques années

    Ce qui me fait rire dans les logiciels piratés, c'est que tres souvent, des fonctionnalités ne marchent pas, les mises a jour peu souvent...sans parler du risque de spyware-trojan-saleté livré avec et en plus, dans 60% des cas, le fils du voisin de palier (j'ai été celui ci quelques temps) est appelé a la rescousse pour installer/reparer/tripatouiller un pc tout buggé !

    Moi j'ai pris le parti de convertir un max de gens (au libre j'entend) en ne les aidant plus sur les logiciels piratés (ex : a bah la c'est piraté, on peut rien faire..... moi windows, j'y connait plus rien .... la je sais pas quoi faire, essaye gimp/o0o/blender/firefox en attendant .....)

    mais certains logiciels proprio sont tres bien, et quand je ne trouve pas l'equivalent libre qui me convienne, j'ai pas de scrupules a acheter une licence (sauf si cela vient de redmond je reconnais mais comme il ne fait pas grand chose de compatible....) .

    +1 Je plussoi celui qui disait qu'il faudrait plus de marketing pour le libre car effectivement la majorité des gens sont restés sur des idées fausses : libre ça marche moins bien, c'est buggé, faut etre informaticien pour s'en servir, blablabla.

    donc, un deux leitmotiv : information - conversion.

    concernant linux, les plus gros frein que j'ai remarqué pour convaincre sont :

    * le manque de solution video + son compatible avec MSN......, (c'est désolant).
    l'impossibilité d'installer une plateforme connue de poker en ligne, (contourné via kvm...)
    * les jeux récents (maintenan, je ne l'entend plus celle-ci)
    * le manque de temps pour apprendre un nouveau systeme (quand c'est celle-ci c'est presque gagné)
    * pourquoi changer ? ca marche comme je veut (la j'arrete de dépanner et je laisse faire les bugs)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.