Journal Comment protéger une invention révolutionnaire tout en la rendant accessible au plus grand nombre ?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
-1
21
mai
2011

Cher [penser à écrire ici un jeu de mot introductif composé autour du mot journal],
Après des années de recherche, j'ai mis au point une nouvelle source d'énergie électrique. Le produit fini se présente sous la forme d'un petit cube de 2cm d'arête équipé d'un connecteur. Le procédé fabrication de ces cubes est très simple, peu coûteux et la matière première utilisée se résume à de l'eau, du sable et une très petite quantité de métal pour le connecteur.
Chaque cube dispose de la puissance suffisante pour alimenter un véhicule électrique familial pendant une année, fabriquer 1000 autres cubes ou subvenir aux besoins électriques annuels d'un foyer européen. L'utilisation du "cube énergétique" est non polluante, ne dégage pas de gaz ni de chaleur. En fin de vie, le cube est recyclable simplement et retrouve sa forme originelle : sable et métal.
Il est possible de produire des cubes d'une taille supérieure pour les applications électriques nécessitant plus de puissance : motrices d'un TGV, paquebot de croisière, data-center, gratte-ciel et plus tard sans doute pour le transport aérien civil ou même spatial.
Voilà pour les aspects techniques. Je pense que l'on peut facilement qualifier cette invention de révolutionnaire, une nouvelle ère s'ouvre pour l'humanité.
Venons-en maintenant à l'objet principal de ces quelques lignes. Avant de rendre publics les éléments liés au procédé de fabrication, je souhaite protéger au mieux cette invention mais peut être pas dans le sens habituel donné au mot protection en l'espèce.

Je cherche à savoir comment vous vous y prendriez pour faire en sorte que le cube énergétique...

  • soit accessible aussi bien aux habitants des grandes puissances qu'à ceux des pays en voie de développement
  • puisse créer de l'emploi local et pas uniquement dans les zones ou la main d’œuvre est la moins onéreuse
  • ne puisse pas tomber entre les mains d'un oligopole de multinationales visant à en tirer un maximum de profit
  • et enfin que toute amélioration apportée au dispositif de production ou de recyclage bénéficie automatiquement aux entités s'étant lancées dans la production de cubes énergétiques

En l'état actuel de mes réflexions, j'imagine faire signer une licence d'exploitation qui contiendrait les "contraintes" suivantes :

  • chaque lieu de production ne peut employer que 30 personnes au maximum et écouler sa production dans un rayon de 300 kilomètres dans le même pays
  • chaque lieu de production est indépendant et une même entité (entreprise, association, institution) ne peut gérer qu'un seul lieu
  • le bénéfice net réalisé sur chaque cube ne peut dépasser 100%, par exemple un cube dont le coût global de production est de 10 euros ne peut être mis en vente à plus de 20 euros
  • toute amélioration ayant fait ses preuves dans le processus de fabrication ou de recyclage doit être rendue publique
  • 1% du bénéfice net doit être versé à des œuvres caritatives
  • une fondation internationale attribue les licences d'exploitation et en vérifie le respect par des contrôles inopinés. Elle contrôle également les conditions de travail sur la chaîne de production. Elle aide les groupes de travailleurs souhaitant créer un lieu de production à préparer leur dossier.

Mais peut être suis-je en train de me fourvoyer. Comment vous, libristes, protégeriez-vous une telle invention ?

(merci de m'avoir lu jusqu'ici, malheureusement seul l'exercice intellectuel qui vous est proposé est réel, tout le reste n'est que pure fiction...)
  • # Pragmatique

    Posté par . Évalué à 7.

    Une telle invention n'aurait aucun intérêt à être protégée, sachant que la fabrication serait accessible à n'importe qui.

    Par contre, il serait possible de profiter de la notoriété généré par l'invention en elle-même, c'est plus de ça que je profiterais personnellement.

    • [^] # Re: Pragmatique

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est dommage que les finances aient pris le pas sur l'innovation. Normalement c'est le contraire.

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Pragmatique

      Posté par . Évalué à 10.

      Par contre, il serait possible de profiter de la notoriété généré par l'invention en elle-même, c'est plus de ça que je profiterais personnellement.

      Tu pourrais facilement te faire nommer président du fmi, par exemple.

  • # Proof of concept

    Posté par . Évalué à 6.

    Je pense que c'est une bonne question, en effet comment aider l'humanité concrètement sans y perdre financièrement.

    Je pense que ce que tu proposes, c'est juste quelque chose d'utopique.

    J'ai vu un truc passer dernièrement dans le journal, un truc un peu plus réaliste que ce que tu proposes dans la théorie. C'est une machine pour désaliniser l'eau. Avec ce truc, l'accès à l'eau potable devient pour tous un genre de ... banalité... Ok, mettons que ça marche, que c'est facile à fabriquer et tout. Qu'est-ce tu veux faire ? Ce truc IRL a couté des millions d'euro en R&D. Tu vas les rembourser comment ? Tu crois que l'eau potable ça se paie en liquide ? Arf arf, mes jeux de mot sont terribles XD. Tu vas demander à ceux qui ont pas l'eau potable de payer pour se procurer des machines ?

    BREF ! À mon avis ce que tu cherches, c'est simplement un concept théorique comme la poudre de perlinpinpin, ou poudre verte.

    Mais IRL ça n'existe pas... Malheureusement. Sauf à passer dans un régime communiste ET démocratique, ce qui signifie le bien commun profite au plus grand nombre. Non je pense que c'est concrètement insoluble, à moins de pouvoir édicter toutes les lois sur ton brevet que tu veux. Si tu fais les lois, tu peux faire ça. Celui qui fait les lois, c'est celui qui a le pouvoir. Est-ce que tu as le pouvoir ?

    Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Proof of concept

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      oui, surtout que c'est bien connu par exemple que les industriels produisent suffisament de nourriture tous les jours pour nourrir toute la planete plusieurs fois, mais qu'ils préfèrent jeter les excédents et laisser les banques alimentaires se démerder et demander au peuple de donner gentillement aux pauvres. Donc créer des usines sans ROI possible, mouarf.

      Quelque soit les problèmes, la cause est toujours la même (le triptyque argent/sexe/religion, qui souvent se factorise en argent tout court). La seule chose qui pourrait sauver cette planete serait notre extinction. Ca tombe bien il parait que c'est pour bientôt :)

  • # Problème de nature

    Posté par . Évalué à 6.

    La nature humaine pousse juste a vouloir agrandir son territoire, un peu comme le ferait n'importe quel animal sauf que nous, doter d'une conscience, avons poussé ce concept dans toutes les directions réelles (pays, propriétés, etc.) ou virtuelles (religion, monnaie, etc.)

    On a créer des outils pour mesurer notre "territoire" et pour l'échanger (monnaie, troc, ...) à chaque fois qu'on l'utilise, même si c'est pacifique, on cherche à améliorer / agrandir son territoire (on commerce toujours dans le but d'enrichir un groupe à partir d'un autre, qu'on fasse du commerce équitable ou qu'on soit un trader). Quand on veut vraiment quelque chose en essayant d'en perdre le moins possible en contrepartie, on utilise la violence (on vole, on fait un procès, on fait une guerre) etc.

    Et pour asseoir sa suprématie on se reproduit histoire que son groupe soit plus fort que l'autre.

    Maintenant, pour faire tout ça, on a besoin que d'une chose : de l'énergie qui est la base de tout. Avec de l'énergie on a accès à la nourriture, à l'eau potable, aux outils, au savoir, etc.

    Donc ton idée d'offrir une source d'énergie inépuisable (ou tout autre idée amenant une évolution pour toute l'espèce) et à la fois lutter contre la nature humaine est insoluble.

  • # Fais comme Billou

    Posté par . Évalué à 3.

    De l'eau, du sable et du métal ?

    Les six points m'apparaissent légalement inapplicables, il vaut mieux faire comme Billou :

    Fais tes prix, protège tes brevets, intimide attaque rachète ou soudoie tes concurrents, vend au maximum du prix psychologique, gratte 300 milliards de dollars et n'oublie pas de créer une fondation pour aider à la vaccination ou à l'alphabétisation ou tout autre projet caritatif.

    Question subsidiaire : tu as fait la même école que SamWang et Sylvain Durif ?

    Enzo

    ps: Il faut que je relise "Dune" et "Terre, champ de bataille".

    • [^] # Re: Fais comme Billou

      Posté par . Évalué à 8.

      et pense également à lire son PS

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Mauvais problème ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Comment vous, libristes, protégeriez-vous une telle invention ?

    Pourquoi réfléchir sur la notion de licence ? Le problème n'est pas là.

    Une telle invention étant par construction incontrôlable, il faut mieux, à mon avis, se concentrer sur comment limiter les dégâts (matériels, sociaux, humains) qu'elle peut causer.

    Une analogie avec l'ère numérique et ses conséquences sur la création en général peut être faite assez facilement. La question des licences n'y est qu'une étape, le problème de fond reste là : on ne peut matériellement empêcher les utilisateurs de copier une oeuvre numérique si on veut conserver la liberté de communication. Comment alors essayer de mitiger les dégâts sur la création ?

    Même question, même si un peu plus ancienne, à une autre échelle avec le nucléaire. Si tous les pays du monde commencent à maitriser l'énergie nucléaire, que cela soit sous forme de production d'énergie ou d'armes. Jouer sur les législations n'est venu que des décennies après les premiers dégâts...

  • # .

    Posté par . Évalué à 3.

    le cube énergétique...

    Toi tu causes des bloombox, mais à déchets ;) la v2 avant l'heure

    soit accessible aussi bien aux habitants des grandes puissances qu'à ceux des pays en voie de développement

    En deux étapes. Pas moyens de faire autrement que s'appuyer sur la loi du marché. D'abord un prix, seuls certains peuvent se l'offrir, mais le gain garde le prix intéressant. Ensuite la demande monte, la production suit.

    puisse créer de l'emploi local

    Rendre la maintenance importante. Ce qui, de plus, coïncide avec la volonté de décentraliser la production.

    ne puisse pas tomber entre les mains d'un oligopole

    Rendre le brevet sans contrainte.

    toute amélioration apportée au dispositif de production ou de recyclage bénéficie automatiquement à tous

    Ajouter la seule contrainte de redistribution des modifications au brevet.

    -> Bref c'est de GPL dont tu parles. Peut être plus précisement de double licence gpl et bsd. Et le complément financier, dans ce monde de marché, c'est : ou une entreprise de type "groupement d'entrepreneurs" ou une fondation.
    -> C'est l'information qui devient importante. Et ni l'invention, ni sa réalisation directement. Mais l'information de ses améliorations : donc l'innovation et l'information. Une fondation dans laquelle les membres font et partagent les améliorations, assure une équité d'accès tout en garantissant des revenus.

    Pour la seconde partie des questions, tu parles encadrement économique (et même social à la fin) : à mon humble avis cela dépasse la problématique initiale. Et de toutes façons, tu ne peut pas faire d'exceptions comme cela sur une marchandise : les effets secondaires sont toujours surprenants. Mieux vaut, peut être, penser liberté plutôt que contrainte.

    Bah de toute façon, c'est de la SF, c'est posé dès le départ : "un cube fournit l'énergie pour fabriquer mille autres cubes" :p un pour deux aurait été plus crédible ;)

  • # Fais comme Linus Torvalds.

    Posté par . Évalué à 10.

    Mets les plans sur un FTP public et laisse le monde faire des miroirs.

    Ça lui a bien réussi, et ça a bien réussi à son invention.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

  • # Modèle économique de MDI

    Posté par . Évalué à 6.

    Regarde le modèle économique proposé par MDI:

    • R&D centralisée chez MDI même
    • Licences d'utilisation pour usines locales et royalties: c'est à travers ces royalties que tu reverses à des associations caritatives. Difficile de forcer ça au niveau local. Si tu as beaucoup d'usines, tu auras forcément des magouilleurs à un moment ou un autre qui trouveront une assoc à gérer eux-mêmes et se verseront des indemnités (ou alors ça fait trop longtemps que je suis en Chine...)
    • La question de la taille n'a plus d'importance à partir du moment où l'usine vend directement le produit et ne peux livrer au-delà d'une aire géographique sous peine de perdre la licence: aucun intérêt à faire des supers usines géantes
    • Par contre, il faut que tu t'armes en brevets, sinon c'est des plus gros qui vont te manger
    • Pour le cube, c'est trop tard, je l'ai breveté en même temps que le moteur à eau et la récupération de l'énergie du vide. Il te reste les voyages temporels et les voyages spatiaux en hyperespace.
  • # Oeuvres caritatives ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Rien que le point concernant les oeuvres caritatives est un beau sujet de discussion :
    - Quels sont les critères pour considérer qu'une entité fait du caritatif ?
    - Qui décide à qui donner ?
    - Qui vérifie la bonne gestion de ces oeuvres ?
    - Et quand bien même tout serait parfait à ce niveau là, comment éviter que tout l'argent aille à la même cause ? Et lesquelles doivent être prioritaires ?

    Je vois le mal partout, mais avec une condition telle que tu l'as émise, je vois bien tout un tas d'associations "caritatives" se monter par des "copains". Et la plus grosse partie de leur budget partirait en frais de "fonctionnement".

  • # argh

    Posté par . Évalué à 1.

    Chaque cube dispose de la puissance suffisante pour [...] fabriquer 1000 autres cubes

    Surunité -> ÉNERGITROLL PANTONIFÈRE

    • [^] # Re: argh

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Si vous me trouvez la clé Laxienne, j'érige une statue en votre honneur.

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Effets de bord

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Le cube en question, c'est la même chose que d'avoir l'électricité "normale" pas chère du tout (déjà, honnêtement, elle n'est pas bien chère en France) et le pétrole très peu cher.
    Imaginons que tout cela soit très peu cher. Il ne reste que très peu d'enjeu pour ce produit.

    Les enjeux autour du cube ne concernent pas le cube directement. Par contre, les produits qui utilisent l'énergie, là c'est une autre histoire.
    Un milliard de personnes va vouloir une télé portative. Un autre milliard va vouloir un scooter électrique, une troisième milliard va vouloir des lampes partout dans sa maison, etc. Ca va engendrer tout ce que l'inventeur du cube souhaite éviter.

    • [^] # Re: Effets de bord

      Posté par . Évalué à 7.

      Pensez aux générations futures:
      Laissez les pauvres aux bougies et à dos d'ânes!

      • [^] # Re: Effets de bord

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je ne saisi pas ta réflexion. Personne n'a dit que le super-cube ne doit pas être utilisé.

        L'auteur du journal souhaite éviter un certain nombre de comportements en ciblant le cube. Mais ces comportements ne concerneront que peu le cube lui-même, et surtout les produits et services qui en découlent.
        Donc ce n'est pas tant le cube que son écosystème qu'il faut "contrôler" s'il veut parvenir à son but.
        Ma boule de cristal n'étant pas revenue du SAV, ces prévisions pourraient se révéler légèrement inexactes.

        Après, son but est louable ou pas, ce n'est pas le débat.

  • # Les Quatre Libertés de la GPL

    Posté par . Évalué à 4.

    Liberté 0 : Liberté d'utiliser l'objet, pour tous les usages.
    Cela signifie que vous pouvez utiliser un objet, quoi que vous en fassiez.
    Liberté 1 : Liberté d'étudier le fonctionnement de l'objet.
    Vous avez accès aux procédés de fabrication de l'objet, aux plans de détails de chaque pièce, aux plans des chaînes de fabrication , aux plans et méthodes de fabrications des matériaux utilisés.
    Liberté 2 : Liberté de redistribuer des copies.
    Vous pouvez faire autant de copies d'un objet libre que vous le souhaitez. Vous pouvez
    distribuer ces objets à qui vous voulez. Vous pouvez aussi vendre un objet .
    La (le s ) personne (s ) à qui vous le donnez (vendez) possède (nt) les mêmes libertés que
    vous .
    Liberté 3 : La liberté d'améliorer l'objet ( nid d'abeille ? ) et de publier les améliorations.
    Vous pouvez modifier l'objet. Cela va de la couleur à des modifications majeures .
    Vous pouvez créer un nouvel objet à partir d'un objet libre .

    Bien entendu, si des brevets existent sur cet objet, les brevets ne doivent en aucune façon gêner l'expression de ces quatre libertés.

    Par contre, ça ne répond en rien aux questions " sociales " éco citoyennes posées dans Nal. Je ferais juste remarquer que si le constructeur respecte ces quatre libertés, il ne pourra se comporter en monopole que le jour où on peut télécharger des objets ! ;)

    Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.