Journal Le p2p n'est pas obligatoirement illégal ...

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
10
juil.
2008
Le p2p : vaste sujet ! Souvent synonyme de piratages informatiques, logiciels crackés, vidéos volées et autres warez en tous genres.
Mais le p2p est très utiles pour partager des fichiers LEGAUX et sous licences libres !!!
C'est dans cet état d'esprit que Freetorrent est en ligne depuis plus de deux années.
Son projet : partager et promouvoir les logiciels libres (pour tout système : Microsoft Windows™, Gnu/Linux, Mac OS, xBSD, ...).
La finalité de Freetorrent est de rassembler un maximum de "médias" sous licence libre et de rendre ces médias disponibles par l'intermédiaire du réseau Peer to peer en utilisant le protocole Bittorrent.
Freetorrent souhaite ainsi créer une dynamique communautaire culturelle libre, pour tous, par tous.

Rendez-nous visite : http://www.freetorrent.fr
  • # Coucou

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Il faudrait qu'on s'organise pour un partenariat avec culture-libre, qu'on se fixe des objectifs et qu'on fasse un plan pour les mettre en œuvres. :)

    Sinon hier je vous citais dans un commentaire que j'ai fait sur http://www.demainlamusique.com/

    Comme par hasard mes commentaires ne passent pas et que ne vois-je pas aujourd'hui comme billet sur leur blog ? «Quand des internautes dérapent» où ils expliquent qu'ils sont «disposés à accueillir des contributions argumentées et respectueuses de ce que nous représentons et d’un débat démocratique autant nous écarterons systématiquement les messages de pure attaque à la limite de l’injure et de la grossièreté.»

    Je doute que mes commentaires y passent alors plutôt qu'ils ne tombent dans /dev/null, je vous les copies ici avec des liens vers les articles auxquels ils répondent:

    En réponse à http://www.demainlamusique.com/2008/07/07/le-projet-de-loi-%(...)

    Bonjour,

    Tout d’abord il serait bon de rétablir un tant soit peu de vérité, les sites où l’on peut télécharger légalement et «gratuitement» (cela n’inclus pas les coûts de connexion et d’électricité pour copier les données) des œuvres il n’en manque pas. Par exemple sur http://culture-libre.org on peu trouver des milliers d’œuvres sous licence art libre, aussi bien de la musique que des livres. Et il ne s’agit pas que de télécharger, mais chacun est convié à participer, en ajoutant de nouvelles œuvres ou en modifiant celles déjà présentes.

    Ceci n’est pas anodin, nous encourageons chacun à s’exprimer. Là où vous cherchez à enfermer le public dans un rôle de «consommateur», nous lui offrons la possibilité d’être acteur.

    Vous maintenez artificiellement une barrière entre auteurs et public qui n’a plus lieu d’être si elle jamais eu une quelconque légitimité.

    Vous ne cherchez en aucun cas à établir un quelconque équilibre, bien au contraire, vous tentez les manœuvres les plus abjectes pour maintenir l’iniquité sur les œuvres culturelles qui vous profite, sans vous préoccuper de piétiner les droits fondamentaux inscrits dans la déclaration universelle des droits de l’homme.

    Toujours en mettant en avant l’auteur et le bien mal nommée droit d’auteur, vous accablez le public et le mettez au même rang que les individus qui violent, pillent et tuent leur prochains en mer.

    Mais les monopoles TEMPORAIRES conférés sur des œuvres culturelles, s’ils ont pu être mis en place dans un soucis d’équité entre public et auteurs ne jouent plus le rôle depuis longtemps. D’un monopole de 14 ans renouvelable une fois à compté de publication, nous sommes arrivé aujourd’hui à un monopole d’une durée indéterminée allant jusqu’à 70 ans après la mort du dernier co-auteur de l’œuvre. Et encore, 70 ans c’est dans l’état actuelle des choses, ne doutons pas que waltdisney&co. seront encore prolonger cette durée comme ils l’ont déjà fait maintes fois par le passé, déséquilibrant toujours plus la balance.

    De plus, ou est l’équilibre financier dans tout cela? Si l’auteur doit pouvoir vivre, il n’y a pas de raison que le public paie des droits d’utilisation très limité indéfiniment ! Où donc est la limite de gains perceptibles sur une œuvre avant qu’elle ne tombe dans le domaine public? Nul part bien sûr!

    Et c’est ainsi qu’avec votre équation comportant un potentiel de gains infinies d’une part et un droit restrictif d’utilisation d’autre part que vous osez prétendre aspirer à un équilibre ?

    Aussi avec un tel privilège on comprends mieux votre vision irréaliste du monde et de l’économie. La plupart de vos concitoyens voyez-vous ont déjà bien assez à payer leur essence pour aller travailler, sans mettre de l’argent dans un gouffre sans fond qui ne lui apportera jamais rien de plus (peut être dans un lointain avenir si une quelconque loi mickey ne passais pas par là faire disparaître le domaine public) : même s’il le voulait, il ne peut pas forcément se le permettre.

    De plus vous donner de l’argent, on voie bien le mauvais investissement que cela représente, puisque cela vous met dans une position où vous êtes capable d’exercer des pressions suffisantes à faire passer des lois portant atteintes aux libertés fondamentales.

    En fait tout citoyen un tant soit peu responsable ce devrait de refuser de vous donner de l’argent étant donné la grave menace que vous représentez aujourd’hui pour ses droits.

    Cependant, je serais bien ravis de me tromper sur vos intentions. Vous avez maintenez quelques pistes pour établir un équilibre, ce que je doute que vous désiriez réellement. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à me contacter si vous désirez en discuter.

    Très sincèrement, Mathieu Stumpf.


    En réponse à http://www.demainlamusique.com/2008/07/07/ufc-que-choisir-li(...)

    >Première remarque : pour accepter ce principe, il faut oublier ce
    >qu’est la propriété intellectuelle (qui par définition n’a rien
    >à voir avec le coût de fabrication du support…)

    La propriété intellectuelle est un sophisme qui essai de
    mettre sur le même plan l’accord d’un monopole sur un bien
    physique et l’accord d’un monopole TEMPORAIRE sur un bien
    immatériel, comme l’information. S’il s’agit dans les deux
    cas d’un monopole accordé par la loi, la comparaison
    s’arrête là.

    C’est un sophisme car il est souvent utilisé pour faire
    passer ce monopole comme équivalent à celui sur un bien
    physique. Or si on pouvait multiplier les biens physiques
    comme l’information, il n’y aurais pas lieu de mettre en
    place un système de propriété sur les biens physiques, donc
    il s’agit bien d’un argument fallacieux et caduque.

    >Mais mettons de côté la propriété intellectuelle (pourtant
    >fondamentale) et appliquons ce principe au contenu d’UFC Que Choisir. Le
    >magazine papier coute environ entre 4 et 6 euros par numéro. Question :
    >sur Internet, quel est le cout de “fabrication” de la copie d’un
    >article ? Ce cout est bien plus faible que celui d’un album de musique
    >ou qu’un film (le “poids” d’un article est faible par rapport
    >à de la musique ou de la vidéo). Donc logiquement, si j’en crois
    >UFC Que Choisir, le coût de l’article devrait être quasi nul.

    Le coût de conception d’une œuvre ne se
    limite pas au coût de production d’une copie de l’œuvre. Le
    plus gros problème du système actuelle c’est qu’il n’y a pas
    de corrélation entre le coût de production et le prix de
    vente des copies. Si le coût de conception d’une œuvre n’a
    pas encore été rentabilisé, il est équitable que le prix de
    la copie soit plus important, mais une fois celle-ci
    rentabilisé, il serait tout aussi équitable que l’œuvre
    s’élève dans le domaine public et que le prix d’une copie ne
    reflète rien d’autre que le coût d’archivage et de création
    de la copie.

    >Je ne veux surtout pas critiquer la qualité des articles d’UFC,
    >mais je pose la question. Est-il raisonnable d’évaluer au même prix
    >quelques centaines d’articles et de tests publiés par un magazine
    >francais d’une part, et l’ensemble des catalogues musicaux de
    >tous les éditeurs de musique sur Terre d’autre part ? Cela semble
    >complètement incohérent.

    Pas autant que l’ensemble de votre raisonnement si vous
    voulez mon avis. Combien à couté à produire l’ensemble des catalogues
    musicaux de tous les éditeurs de musique sur Terre et combien
    le public a-t-il déjà payé pour n’avoir qu’un droit
    restreint d’écoute sur ces œuvres ?


    En réponse à http://www.demainlamusique.com/2008/07/07/les-accords-dits-d(...)

    Encore une fois vous postez des billets mensongés, télécharger et partager des œuvres sur des réseaux de pair à pair est complètement légal, du moment que l’on diffuse des œuvres sur lesquels ont dispose des droits suffisant. Par exemple http://www.freetorrent.fr/ permet d’échanger des fichiers sous licence libre.

    Cela dit que ce soit par réseau pair à pair ou par réseau client/serveur classique, cela reste vrai, ainsi on peu trouver des milliers d’œuvres qu’on peu légalement et gratuitement télécharger, échanger, modifier, étudier, copier, diffuser sur des serveurs directement accessible :
    http://download.tuxfamily.org/cls/
    ftp://download.tuxfamily.org/cls/
    rsync://download.tuxfamily.org/cls/

    Qui sont les adresses du dépôt des œuvres multimedia de http://www.culture-libre.org/


    En réponse à http://www.demainlamusique.com/2008/07/07/pillage-des-oeuvre(...)

    >Dans le domaine culturel, se produit une brutale chute de valeur des contenus créatifs.

    À vous entendre on croiraient que vous vendez des œuvres culturelles. C’est faux bien entendu : vous vendez des droits d’utilisation du monopole TEMPORAIRE que vous avez acquis sur des œuvres. C’est bien différent.

    Ce qui à dévalué, ce n’est pas les œuvres, ce sont vos droits, où plutôt devrais-je parler de privilèges, à l’instar de ceux qu’avaient autrefois les nobles. Car ces «droits» formes un déséquilibre entre les «ayants droits» (on met en avant les auteurs mais ces droits sont accaparés par des industrielles avides de profits faciles) et le public. En effet ces droits n’expirent pas à mesure que le public les rachètent indéfiniment, qu’importe les profits colossaux que peuvent engranger ces industrielles.


    Enfin en réponse à leur dernier billet http://www.demainlamusique.com/2008/07/10/quand-des-internau(...)

    Bonjour,

    Malheureusement, mes commentaires qui pour autant que je sache correspondent aux critères que vous décrivez (dans le cas contraire vous pouvez m’écrire par mail pour me signaler où cela est inconvenant) ne semblent pas passer votre modération.

    J’espère donc me tromper en pensant que vous tronquez le débat en la seule faveur des messages qui vous arrangent, que ce soit des messages allant dans votre sens (y en a-t-il?) ou des messages juste insultant ne montrant aucune volonté de débat de manière à faire passer toute opposition comme telle.

    Sincèrement.

    • [^] # Re: Coucou

      Posté par  . Évalué à 3.

      Parfaitement !!! Avec joie ! Il ne faut pas hésiter à nous joindre !
      Nous avons également un channel IRC (pas grand monde - pour le moment - mais j'y suis surtout après 19h00 ...) : freenode, #freetorrent
    • [^] # Re: Coucou

      Posté par  . Évalué à 3.

      l'ignorance est la pire des insultes....

      Ignore les.
      en postant chez eux, tu donnes de l'importance à leur site insignifiant "propagandiste" si on tient compte des 3/4 internautes qui le verront et qui sont déjà convaincus par leurs arguments.

      Et en parlant ici, tu leur améliore le google ranking.
      • [^] # Re: Coucou

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        Mais je ne tiens pas à les insulter, je cherche à informer mes concitoyens de la désinformation que représente ce site internet. Ce n'est pas en cachant les choses qui ne plaisent pas qu'on aide notre prochain, au contraire il vaut mieux lui montré et lui expliquer en quoi cela est mauvais.

        Enfin c'est ma vision des choses.
        • [^] # Re: Coucou

          Posté par  . Évalué à 1.

          C'est de la désinformation pour toi....Pas pour d'autres. du coup dire "vous êtes de la désinformation" décrédibilise totalement ton propos.
          Un peu comme si tu commençais par "vous êtes des fasciste manipulateur d'opinion".
          Le fait que tu te décrédibilise fait que le grouillot de base donnera plus d'importance à leurs arguments.

          tu me fais penser à un poste que j'ai lu ici il y a quelque semaine qui disait que les extrêmes jouait le jeu de ceux qu'ils étaient censé combattre, et nuisaient aux idées qu'ils défendaient.
          sois moins direct, plus faux cul, et tu verra, des idées , ça se vends, ça fonctionnera à merveille

          enfin, plus il y aura du monde sur ce site, plus il y aura du google ranking, et plus leurs arguments passeront car n'oublie, que de leurs côté , ils ont des spécialistes du marketing.
          • [^] # Re: Coucou

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

            Je vais pas les remercier de faire de la désinformation quand ils en font clairement : dire que le p2p et le partage culturel est illégal c'est un pur mensonge.

            Je ne fais pas que dire qu'ils désinforment, j'argumente aussi pourquoi il s'agit de désinformation.

            Ils peuvent utiliser tout les arguments marketing qu'ils veulent, je m'en fou, moi j'explique à mon entourage mon point de vue, je leur file des CDs de musique libre, je leur explique grosso-modo le principe, et ça passe plutôt bien.
            • [^] # Re: Coucou

              Posté par  . Évalué à -3.

              enfin une discussion entre un borné (toi) et des bornés (eux), ça risque pas d'avancer bien loin.
              • [^] # Re: Coucou

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                Ça permet d'expliquer aux gens en quoi les raisonnement présentés sont fallacieux et au passage de faire découvrir des alternatives libres. Même si ça ne fait pas changer d'avis au SNEP, c'est déjà une grande avancé que d'expliquer au public qui peu se faire son propre avis comme un grand à la vue de tous les arguments.
              • [^] # Re: Coucou

                Posté par  . Évalué à 8.

                Je ne trouve pas Mathieu borné, puisqu'il expose ses arguments de manière assez claire et précise (tout le monde ne peut en dire autant).

                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                • [^] # Re: Coucou

                  Posté par  . Évalué à 0.

                  un borné n'est pas quelqu'un qui n'argumente pas, mais quelqu'un qui n'écoute pas les autres et restent enfermé dans son dogme, ce qu'il est
                  • [^] # Re: Coucou

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                    Donne moi des exemples où je répond à coté de la plaque en ne répondant pas sur les arguments qu'on me donne, ignorant totalement les propos qui ne vont pas dans mon sens pour me complaire dans mon opinion de départ, ce sera plus concret.
                    • [^] # Re: Coucou

                      Posté par  . Évalué à -1.

                      tu campes sur ta position,tu es donc borné...Moins qu'eux, mais tu l'es aussi

                      §quelqu'un de borné écoute les arguments des autres, mais les réfutent systèmatiquement.
                      Un homme pilitique est de facto hyper borné par exemple.
                      enfin, pour moi
                      • [^] # Re: Coucou

                        Posté par  . Évalué à 6.

                        tu dis
                        un borné n'est pas quelqu'un qui n'argumente pas, mais quelqu'un qui n'écoute pas les autres et restent enfermé dans son dogme, ce qu'il est

                        Mathieu Stumpf te demande donc
                        Donne moi des exemples où je répond à coté de la plaque en ne répondant pas sur les arguments qu'on me donne, ignorant totalement les propos qui ne vont pas dans mon sens pour me complaire dans mon opinion de départ, ce sera plus concret.

                        Jusque la ca semble une discussion entre gens de bonne foi.

                        Et la tu répond
                        tu campes sur ta position,tu es donc borné...Moins qu'eux, mais tu l'es aussi
                        Ce qui veut dire que tu ignore totalement ce que te demande mathieu stumpf, et donc tu rentre, a mon sens, parfaitement dans TA définition.
    • [^] # Re: Coucou

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Visiblement, ils ont ete moderes...

      C'etait juste le temps que tes messages fassent l'aller-retour depuis le Japon. Rien de bien mechant. :-D
      • [^] # Re: Coucou

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        Ça doit être ça oui. ^^
        • [^] # Re: Coucou

          Posté par  . Évalué à 7.

          Tiens, je viens de poster ca pour ca http://www.demainlamusique.com/2008/07/10/merci-aux-internau(...)

          Si seulement vous pouviez en tenir compte pour remettre en cause votre manière de penser completement depassee… On aurait fait un grand pas en avant… Malheureusement, c’est pas avec un blog qu’on va regler un probleme de fond comme celui la.

          Et comme dit l’autre (Upton Sinclair) : “Il est difficile de faire comprendre quelque chose à un homme quand son salaire dépend du fait qu’il ne doit pas le comprendre.”

          Encore que… personne n’a encore réussit a prouver que cesser de depenser inutilement de l’argent en lobbying, pseudo-solutions de filtrage, pseudo-solution de controle et pseudo-protection DRM pour se concentrer sur la proposition d’une offre large en contenu (TOUT le catalogue et non pas uniquement les qq dizaines de milliers de titres des derniers chanteurs StarAc’ a la mode dont on veut booster les ventes) et en personnalisation (formats, qualite, etc) nuise au secteur… Personne n’a pu le prouver puisque personne n’a encore essayé…

          C’est simple, Messieurs-Dames les majors, cesser de prendre vos clients (les “internautes”) pour des idiots qu’on peut gaver avec n’importe quelle daube qui passe a la radio et proposez leur enfin du contenu techniquement valable (PAS de DRM, plusieurs formats, plusieurs taux de compression, plusieurs taux d’échantillonnage) a un prix raisonnable (1€ le morceau de musique numerique avec drm N’EST PAS raisonnable) et votre CA remontera.
          Proposez une offre *simple* : UN tarif fixe et raisonnable par morceau et UN abonnement illimité en telechargement definitif.

          Si vous n’acceptez pas de lacher du mou pour recommencer a gagner de l’argent (beaucoup je pense) alors vous disparaitrez avec pertes et fracas.
          Vous chuterez d’autant plus haut et d’autant plus vite que vous freinez fortement des 4 fers aujourd’hui pour passer enfin a l’ère du numerique.
          Toute une generation de clients potentiels vous deja ont lachés depuis longtemps…
          Les artistes vous lacherons aussi et proposerons eux meme directement leurs oeuvres sur le net. Ils ne sont pas si betes les artistes… vous ne le ferez pas croire encore bien longtemps qu’il ne reste que les malheureux 10% du prix de vente d’un morceau de vous daignez leur donner si genereusement une fois que les couts de production d’un MP3 (duplicable a l’infini gratuitement) ont ete retires.

          Cessez de voir uniquement la moitie vide du verre et commencez a regarder la moitie pleine.
          Le numerique detruit la facon dont on vend la musique depuis 50 ans ? ET ALORS ? Une nouvelle facon de vendre de la musique emerge !
          Les jeux videos ont besoin de musique… le support n’est pas moins noble d’un album a l’ancienne, non ?
          Les concerts permettent de ramasser pas mal de monnaie non ? pourquoi vous crispez vous autant sur les CD alors que l’organisation de tournee n’a jamais ete aussi rentable ?
          Le net permet de distribuer de la musique a un cout derisoire, pourquoi n’en profitez vous pas directement plutot que le combattre ?
          Une chaine de production entierement numerique vous a deja fait gagner pas mal en rentabilite non ? Pourquoi refuser cette superbe innovation si pratique a vos clients ?
          Le telephones mobiles ont besoin de sonneries… ah ouais mais non… ca, vous l’avez deja bien compris mes cochons et vous vous gavez deja beaucoup avec ca. 2€ la sonnerie de 15s, c’est un business sacrement juteux non ? surtout quand on sait qu’il y a pas loin de 40 millions de mobiles en circulation en France… les artistes touchent combien la dessus ?

          En conclusion, je pense que vous savez deja tout ca et que vous jouez au con en feignant la pauvre malheureuse qui voit son gagne pain disparaitre sous ses yeux.
          Sauf que vous etes tous tres intelligents et vous savez que la petite baisse sur les CD est deja largement compensee par d’autres ventes culturelles…
          Vous n’avez pas attendu le P2P pour vous diversifier sur le cinema, les jeux videos ou meme la telephonie mobile (!). Vous n’avez pas attendu le P2P pour faire de la musique jetable et considerer ces oeuvres comme de vulgaires produits a vendre en masse.
          Alors venir pleurer aujourd’hui sous le pretexte que la Culture est en danger si vous disparaissez, laissez moi rire : Ah Ah Ah !
          Je commence a penser de plus en plus que la Culture est en danger parce que vous existez.
          C’est malheureux d’en arriver la mais c’est VOUS et VOTRE attitude qui m’y contraignent.

          Cordialement,


          Pour la posterité...
  • # Freenet

    Posté par  . Évalué à 10.

    Il existe un autre réseau P2P dont la finalité n'est pas la contrefaçon, c'est à dire l'échange sans frontières d'informations, mais qui constitue au contraire une avancée marquante en technologie de l'information ; il s'agit bien évidemment de Freenet. En ces jours où l'intégrité d'Internet est remise en question par des failles touchant les points centraux du réseau, soit les DNS, et où l'Icann commence a faire n'importe quoi, Freenet (et réseaux semblables) constitue l'exemple le plus marquant d'un réseau quasiment indestructible, sans point central ni serveur, avec le soucis constant d'un anonymat total et de l'impossibilité de retracer les actions d'une personne. Selon l'aveux des devellopeurs de Freenet, eux-même ne pourraient arrêter le réseau aujourd'hui.

    Au nombre des malheureux problèmes de ce réseau, nous pouvons citer sa lenteur proverbiale et sa lourdeur (a cause du serveur écrit comme un porc en java). Néanmoins, utiliser un vieux PC comme serveur Freenet est tout-à-fait possible et offre un confort satisfaisant, d'autant plus que la vitesse, comme tout réseau a topologie, s'améliore avec le temps passé connecté. Alors, certes, Freenet est encore en plein devellopement, certes, le nombre de freesites est encore assez bas, mais la communautée est là et bien présente.

    Que dire de plus ? Viendez !
    • [^] # Re: Freenet

      Posté par  . Évalué à -1.

      [..]un réseau quasiment indestructible, sans point central ni serveur[...]
      nous pouvons citer sa lenteur proverbiale et sa lourdeur (a cause du serveur écrit comme un porc en java[...]
      • [^] # Re: Freenet

        Posté par  . Évalué à 6.

        Il n'y a pas de serveur *central* où tous les clients se connectent.

        Par contre il y a un *processus* serveur (il auraît dû écrire service) sur chaque client, qui se connecte à la grappe sur Internet.

        Faut pas s'arrêter aux mots, faut aussi interpréter le sens qu'ils ont.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Freenet

          Posté par  . Évalué à -1.

          du coup, toutes les machines sont serveurs, donc il y a des serveurs
          • [^] # Re: Freenet

            Posté par  . Évalué à 2.

            D'habitude, j'emploie le terme de serveur en opposition à client : un serveur fournit un service à des clients.

            Ici, il n'y a que des serveurs, tous au même niveau : le sens est à mes yeux sensiblement différent.

            (mais bon, à ce niveau, on joue sur les mots et rien d'intéressant n'en sortira)

            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

            • [^] # Re: Freenet

              Posté par  . Évalué à 3.

              non, mais j'aime bien être moinssé :-)
              je veux une page qu'avec des -
              mais actuellement, pas possible...
      • [^] # Re: Freenet

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        Je pense que le premier serveur fait référence à un serveur logiciel, présent sous toutes les machines clientes(et donc serveur) de freenet et le deuxième fait référence à une machine serveur, comme un serveur internet.

        Mais je peux me tromper.
        • [^] # Re: Freenet

          Posté par  . Évalué à 3.

          Euh... pour le deuxième, on peut écrire des machines physiques en java ?

          En fait, puisque c'est du P2P, chaque utilisateur connecté au réseau fait office de client (il va pomper des trucs ailleurs) et de serveur (des gens d'ailleurs viennent y pomper des trucs)...

          ... et comme c'est du P2P de nouvelle génération, pas le moindre serveur centralisé (comme ceux où on met le torrent à l'origine, ou les serveurs de recherche d'emule&cie, qui ne sont utiles que quand un réseau décentralisé parallèle comme Kad n'a pas encore bootstrapé)...

          Et si on veut se simplifier la vie avec le firewalling et la bande passante, on met ça sur une machine, sans clickodrome tant qu'à faire, qui fera serveur de proxy Freenet pour son réseau local... comme on peut le faire pour mldonkey, amule et tous les autres...

          Bon, après, Freenet, c'est rigolo, mais c'est encore lent, c'est en java (et je n'ai pas encore opensdk dans le conteneur où j'ai Freenet : vivement Lenny, ou le backport, si Lenny venait à tarder), et surtout, le mode de mise à jour est horrible (peu de distros le distribuent, et il me semble qu'ils n'ont pas particulièrement l'intention d'être distribués tant qu'ils ne considèrent pas eux-mêmes Freenet comme plus mature) - du coup, avant, c'était via un script à-la-rache, et maintenant, c'est carrément via Freenet : bof (m'enfin, dans un conteneur, au moins, le risque est ipso facto un minimum contenu)...

          Cela dit, ça a le mérite d'exister et de se développer : comme Tor et GnuNet, d'ailleurs.
  • # média

    Posté par  . Évalué à 0.

    média: pluriel de médium
    médium: moyen de transport de l'information

    Ici, il ne faudrait pas parler des média, mais du contenu qu'il servent à transporter (qui est lui soumis à licence, et non pas les média sur lesquels il s'appuie).
    • [^] # Re: média

      Posté par  . Évalué à 5.

      média: pluriel de médium
      médium: moyen de transport de l'information


      Marrant, parce que d'après le dictionnaire de l'académie [1] (qui n'est pas latin, mais français, donc, à mon avis, c'est plus pertinent pour parler Français), un medium, c'est une personne qui communique avec le monde des esprits.
      Et un média, d'après ce même dictionnaire, ça se met au pluriel (ce qui donne médias).

      [1] http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire/
      • [^] # Re: média

        Posté par  . Évalué à 3.

        La flemme de retrouver la référence, mais ça doit être de l'académie aussi :
        Lorsque on utilise des mots non français on utilise le singulier tel quel, et pour le pluriel c'est au choix, soit media soit mediums. Après comme le terme de média (notez l'accent...) est entré dans la langue, je suis d'accord. Mais bon il arrive de trouver l'ancienne orthographe, ceux qui ont dû être martyrisé par leur professeur de latin au collège !
        • [^] # Re: média

          Posté par  . Évalué à 3.

          C'est archaïque et pédant, comme de s'évertuer à dire des concerti au lieu de concertos, ou de ne pas mettre d'accent sur les a de à priori, à fortiori, à postériori

          Une fois que les mots ont été francisés et font partie de langage courant et des dictionnaires de référence, il n'y a aucun intérêt à utiliser les mots étrangers d'origine. Ou alors il faut le faire pour tous les mots ayant une origine étrangère, mais ça va donner un charabia de latin/grec/arabe/allemand/russe/obiwan assez difficile à comprendre.
      • [^] # Re: média

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -1.

        Il était question dans le journal de "médias", qui est le pluriel de média, or un média ne s'emploie que pour désigner un média de presse. Mais le sens dans lequel il est employé n'est pas celui des médias mais celui du pluriel de médium dans le sens de « support ou de transport d'un élément de connaissance ». Il fallait donc écrire soit médiums, soit média, mais pas médias.
        • [^] # Re: média

          Posté par  . Évalué à -1.

          As tu lu la pièce "les précieuses ridicules" ?
        • [^] # Re: média

          Posté par  . Évalué à 0.

          tu fais quoi de ta soirée mercredi prochain ?
        • [^] # Re: média

          Posté par  . Évalué à 3.

          Tu as cherché sur le lien que j'ai donné ?
          Non, parce que je vais le recopier ici, si jamais.
          MÉDIA n. m. XXe siècle. Abréviation de l'anglais des États-Unis mass media, de même sens.
          Tout moyen de communication servant à transmettre et à diffuser des informations, des œuvres. La presse, la radiodiffusion et la télévision sont des médias.



          Encore une fois, c'est pas moi qui fais la définition et les exemples, mais la sainte académie.
          Et comme ça a l'air d'être assez difficile de faire une recherche sur un lien (de référence) avant de raconter des âneries, je vais également recopier les 2 définitions de médium ici.

          (1)I. MÉDIUM (um se prononce ome) n. m. XVIIIe siècle. Emprunté du latin medium, « milieu, centre ».
          1. MUS. Partie moyenne, tenant le milieu entre le grave et l'aigu, de l'étendue d'une voix, du registre d'un instrument. Ce chanteur a un beau médium, sa voix est belle dans le médium. Le médium d'une flûte, d'un violon. 2. PEINT. Matériau organique, généralement fluide, qui sert de liant aux particules colorées des pigments.
          (2)II. MÉDIUM (um se prononce ome) n. m. XIXe siècle. Emprunté de l'anglais medium, lui-même emprunté du latin (voir Médium I).
          OCCULT. Personne qui est censée communiquer avec le monde des esprits, en particulier pour servir d'intermédiaire entre les vivants et les morts.

          Faudra me dire où tu y vois le sens que tu dis.
          • [^] # Re: média

            Posté par  . Évalué à 3.

            la même Sainte Académie qui écrit cédérom et dévédérom ?
          • [^] # Re: média

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            Puisque ton lien est la seule et unique source digne de foi, je ne puis que m'incliner et m'abstenir de te faire remarquer que la définition de médium que j'ai citée est tirée du trésor de la langue informatisé (c'est le sens B). De même, je ne dirai pas que l'utilisation de "médias" comme signifiant uniquement les représentants de la presse* est implicite dans le tlfi, et explicite dans mon larousse : média dans le sens support est invariable.

            * hé oui, ta citation montre la seule utilisation correcte de médias et n'infirme pas ce que j'ai dit !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.