Journal Installation de Linux Mageia 7 sur un Dell 14 5000

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes : aucune
8
3
juil.
2019

J'ai joué à la roulette russe de l'utilisateur du libre : acheter un portable récent. Dell fournit des "portables Linux" mais ce sont des grosses machines, je cherchais un truc léger et puissant. Les 900g de mon vieux sony SVP me manque par rapport au 1,6 kg du Dell, mais c'est pas mal.

J'ai créé une clef USB de boot live. Je suis obligé de booter en mode UEFI car le PC refuse le boot sur les disques internes (1 SDD NVMe et 1 HD) en mode legacy. De toutes façon, il est impossible de booter en externe en legacy pour faire une install UEFI.

Dans le Bios, vous devez donc booter en externe en changeant l'ordre (Bios accessible avec F12 pendant la présence du logo) et passer en mode AHCI, car en bootant avec le mode raid par défaut, le SSD n'est pas visible (cf l'erreur visible dans le dmesg au boot).

Il faut une partition type "EFI system" au début de votre disque, selon les sources, sa taille doit faire de 100 à 500 Mo (Mageia la monte dans /boot/EFI, d'autre dans /boot/efi, et d'autre dans /boot (ubuntu ?) et donc il faut aussi la place pour le noyau). C'est une partition VFAT avec un numéro spécial. Elle doit être présente dans les 10 premiers Go du disque de mémoire. Elle est forcément déjà présente avec windows, on peut donc la réutiliser, mais elle est petites.

En général, je partage mon disque avec une seul partition racine "/" j'ai souvenir de partitions pleine assez chiante à régler. Le Sata est monté dans le répertoire perso ~/Documents. Mais ne le fait pas à l'installation ! Le système créé les répertoires avec les droits "root". Donc votre utilisateur n'a aucun droit d'écriture dans le répertoire, et Plasma ne démarre même pas. J'ai viré windows mais j'ai gardé la partition diagnostique de Dell.

J'utilise le GPU intel, je n'ai pas cherché à activer le NVIDIA qui consomme plus. A priori, c'est facile d'avoir soit l'un, soit l'autre, mais le switch "Optimus" est expérimental.

J'ai encore un soucis avec la mise en veille. Il reboot à vide. J'imagine que c'est ma faute, je n'ai pas créé de SWAP pensant qu'avoir 16 Go de RAM rend le swap inutile. La boulette. Je tente le redimensionnement à chaud du SATA, on verra bien (j'ai trop peur de casser "/" pour faire le swap sur le NVMe).

  • # LVM2

    Posté par  . Évalué à 6.

    En général, je partage mon disque avec une seul partition racine "/" j'ai souvenir de partitions pleine assez chiante à régler.

    Puis …

    J'ai encore un soucis avec la mise en veille. Il reboot à vide. J'imagine que c'est ma faute, je n'ai pas créé de SWAP pensant qu'avoir 16 Go de RAM rend le swap inutile. La boulette. Je tente le redimensionnement à chaud du SATA

    La prochaine fois, pense à LVM2.
    A ma connaissance, la plupart des distributions actuelles proposent d'utiliser LVM2 qui te permet ensuite de redimensionner tes partitions très facilement (il faut toutefois les démonter).

    • [^] # Re: LVM2

      Posté par  . Évalué à 4.

      VLM2 rajoute une couche de complexité, à l'époque il ne gérait pas le TRIM des SSD, ce qui est rédhibitoire. Il y a plein d'autre contrainte, c'est loin d'être simple à utiliser.

      Réduire une partition est géré correctement pas besoin de LVM.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: LVM2

        Posté par  . Évalué à 2.

        Réduire une partition est géré correctement pas besoin de LVM.

        C’est une fonctionnalité qui dépend du FS que l’on utilise il me semble. XFS par exemple ne le supporte pas.

      • [^] # Re: LVM2

        Posté par  . Évalué à 5.

        à l'époque il ne gérait pas le TRIM des SSD

        Tu parle d'une époque lointaine, car quand j'ai acheté mon premier SSD il y a cinq ans il le gérait déjà.

      • [^] # Re: LVM2

        Posté par  . Évalué à 2.

        y a plein d'autre contrainte, c'est loin d'être simple à utiliser.

        Je vois pas en quoi un lvresize est plus compliqué à utiliser qu'un (g)parted ou, pire, faire de la magie noire avec un fdisk
        Après c'est question de gout hein …

        Concernant le trim, cela semble très bien géré …

        • [^] # Re: LVM2

          Posté par  . Évalué à 4.

          Tu as 1 partitions qui s'étalent sur 2 disques. Un disque meurt, qu'est-ce qu'il reste ?

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: LVM2

            Posté par  . Évalué à 2.

            Une demi-partition ? ---->[]

            Fais-moi plaisir, apporte-moi une clope, un whisky et toi. -- Matmatah

          • [^] # Re: LVM2

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8. Dernière modification le 04/07/19 à 11:39.

            La sauvegarde!

          • [^] # Re: LVM2

            Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 04/07/19 à 21:24.

            Pourquoi tu parles de deux disques?

            1/ LVM fonctionne parfaitement avec un disque.
            2/ LVM ne t'impose en aucun cas d'agréger tes deux, trois, cent disques au sein du même volume group…

            Je commence à me demander si juste tu sais de quoi tu parles…

            • [^] # Re: LVM2

              Posté par  . Évalué à 1.

              A quoi te sert LVM dans ce cas ? Qu'est-ce qu'il fournit de plus qu'une partition simple ?

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: LVM2

                Posté par  . Évalué à 5.

                Donc c'est bien qu'il me semblait, tu connais pas le sujet.

                LVM te permet effectivement d'aggréger tes disques (RAID soft), de chiffrer tes disques avec LUKS & co, de faire des snapshots …
                Et .. et … et … de redimensionner simplement tes partitions sans prise de tête si tu veux pas faire le gros goret et faire qu'une seule partition '/' sans pour autant connaitre à l'avance l'utilisation que tu auras des tes partitions.

                • [^] # Re: LVM2

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Un autre avantage de LVM bien pratique, c'est le changement de disque dur / ssd (PV) à chaud !

                • [^] # Re: LVM2

                  Posté par  . Évalué à -1. Dernière modification le 07/07/19 à 11:28.

                  Les partitions ext4 se redimensionnent aussi pas besoin de LVM, pour chiffrer non plus. Et je n'ai jamais utilisé les snapchots.

                  "La première sécurité est la liberté"

                  • [^] # Re: LVM2

                    Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 08/07/19 à 11:04.

                    Alors, en effet, quand tu fais ton gruik et que tu ne crées qu'une seule partition '/', le problème ne se pose pas…
                    Sauf qu'une seule partition c'est tout sauf une bonne pratique.

                    Par contre, en admettant que

                    • Tu fasses les choses proprements, à savoir à minima une partoche dédiée pour /var (éviter de remplir ton / de logs d'un daemon qui serait partie en vrille, ou des mails de cron adressés à root) une pour /tmp (en théorie en noexec), une pour /home (pour isoler tes données et ne pas avoir à faire des fastidieuses copies en cas de réinstallation).

                    • Tu aies soudainement besoin d'agrandir ton swap (ou de le créer), ou d'agrandir une autre partition)

                    • Que l'espace nécessaire ne soit pas présent sur une seule partition, mais un peu de ci de là

                    Le problème avec ta méthode est totalement impossible à résoudre et surtout pénible.

                    Avec LVM, 3 lvresize, 1 lvcreate et c'est fini.

                    Tu pourras toujours te passer d'un marteau pour planter un clou… mais en le plantant avec une vieille godasse, tu vas perdre du temps et potentiellement faire mal le travail.

                    Mais tu sembles borné à vouloir utiliser des méthodes cradingues, grand bien te fasse !

                    • [^] # Re: LVM2

                      Posté par  . Évalué à 1.

                      Tu cherches à montrer que tu as raisons sans chercher à comprendre ce que j'écris. Oui, on peut découper en n partitions, et vu que le resize est pris en compte par ext4, LVM ne t'apporte rien de plus la dessus.

                      Croire que mettre un "/home" dans une partition aide pour un migration, c'est se mettre le doigt dans l’œil jusqu'au coude. Tu es de toute façon censé avoir tout sauvegardé, et si tu garde /home tel quel il faut ensuite s'amuser à vérifier toutes les .config et autres, de tous les logiciels pour voir si les versions sont les mêmes ou compatibles, bref, tu te traines un tas de boue d'upgrade en upgrade. De plus, il faut ensuite faire correspondre les uid et gid sous peine de futur gros problème.

                      "/var" séparé pour une machine perso, j'ai du mal à voir l’intérêt. soit, c'est trop petit et c'est chiant, soit c'est gros, et de l'espace est gâché.

                      "La première sécurité est la liberté"

                      • [^] # Re: LVM2

                        Posté par  . Évalué à 4.

                        Tu cherches à montrer que tu as raisons sans chercher à comprendre ce que j'écris. Oui, on peut découper en n partitions, et vu que le resize est pris en compte par ext4, LVM ne t'apporte rien de plus la dessus.

                        Je comprend parfaitement ce que tu écris.
                        C'est juste du mauvais bricolage qui n'est acceptable que parce que tu as une install dégueu.

                        Croire que mettre un "/home" dans une partition aide pour un migration, c'est se mettre le doigt dans l’œil jusqu'au coude.

                        Des vrais arguments ?

                        Tu es de toute façon censé avoir tout sauvegardé

                        Merci pour l'info … j'étais un peu courant.

                        et si tu garde /home tel quel il faut ensuite s'amuser à vérifier toutes les .config et autres, de tous les logiciels pour voir si les versions sont les mêmes ou compatibles, bref, tu te traines un tas de boue d'upgrade en upgrade.

                        C'est ça ton argument ? C'est nul.
                        Mon home contient actuellement:
                        * 75GiB de musique.
                        * 10GiB de photos.
                        * 66GiB de sources, recipes Yocto pour le boulot.

                        Donc si je suis ton raisonnement, pour quelques malheureux fichiers (que je peux inhiber en faisant un mkdir old-config && mv .* old_config/) de config, je dois me repalucher la copie de 150GiB de stuff ?
                        Si t'as du temps à perdre, tant mieux pour toi.
                        D'autant qu'il est rare d'avoir une rupture de compatibilité telle que tu l'écris.
                        En pas loin de 10 piges à utiliser awesome comme gestionnaire de fenêtre, j'ai du réécrire 1 fois la config lors du passage de 3.x vers 4.x …
                        Mon .muttrc doit me suivre aussi depuis environ 10 ans …
                        A ma connaissance, firefox migre sa config tout seul…
                        Non, cet argument est sans fondement, désolé.

                        De plus, il faut ensuite faire correspondre les uid et gid sous peine de futur gros problème.

                        Encore un faux problème/argument bidon:

                        • Le premier user créer est toujours le mien. Sous ma Debian, il prend toujours l'UID 1000.
                        • Au pire, si l'UID change, alors un chown -R <nouvel UID>:<nouveau GID> ~/ et c'est fini.

                        "/var" séparé pour une machine perso, j'ai du mal à voir l’intérêt. soit, c'est trop petit et c'est chiant, soit c'est gros, et de l'espace est gâché.

                        Merci de me donner un argument supplémentaire pour faire la promo de LVM…

                        • [^] # Re: LVM2

                          Posté par  . Évalué à 1.

                          Non, cet argument est sans fondement, désolé.

                          C'est juste 20 ans d'expérience.

                          "La première sécurité est la liberté"

                          • [^] # Re: LVM2

                            Posté par  . Évalué à 4.

                            Ah bein tiens, il s'avère que moi aussi j'ai 20 ans d'expérience… On fait quoi de ce coup ? On compare nos CV, nos b*tes, la taille de nos barbes ???

                            Par contre, cet argument ("ça fait 20 ans que je fais ça comme ça") est tout aussi sans valeur que les autres fournis: rien ne t'empêche de faire n'imp pendant 20 ans hein !

                            Maintenant, si tu lis le moindre bouquin d'initiation à Linux, qu'il date d'aujourd'hui ou d'il y a 20 ans, tu y liras toujours le même conseil: faites des partoches séparées, à minima pour le /home…
                            Il me semble même que, à l'époque, l'installeur de Debian 2.2 faisait, par défaut, une installation avec des partitions séparées…

                            Mais bon, je vais arrêter de perdre mon temps … tes 20 ans d'expérience semblent t'avoir donné une confiance en tes compétences qui te rend totalement hermetique à la remise en cause.
                            Continue de faire comme tu veux, et tu repenseras à moi le jour ou tu te louperas sur un de tes bidouillage à coup de fdisk.

                            • [^] # Re: LVM2

                              Posté par  . Évalué à 1.

                              Tu marches encore avec des chevilles pareilles ? Et non, tu n’as pas 20 ans d’expérience.

                              "La première sécurité est la liberté"

                              • [^] # Re: LVM2

                                Posté par  . Évalué à 4.

                                Lol … Hopital, charité, toussa … Qui a dégainé ses "20 ans d'expérience" comme si c'était quelque chose de sans appel qui devait forcer respect ?

                                En effet, j'ai 16 ans d'XP pro. Mais ça fait 20 ans que j'utilise exclusivement Linux… Et je ne pense pas qu'on doive passer sous silence 4 ans ou 90% de mon temps libre a été consacré à apprendre à dompter ce système, à développer dessus, à y déployer des services, etc… sous pretexte que je n'étais pas payé.

                                Pour finir, vues les inepties que tu sors, je pense qu'avant même d'entrer dans la vie pro, j'avais déjà un meilleur niveau que toi en Linux aujourd'hui …

  • # hibernation

    Posté par  . Évalué à 2.

    Donc, pour hiberner sans avoir mis du swap, j'ai dû :
    - réduire ma partition /dev/sda1 de 16.5Go (à priori, la taille de la RAM n'est pas forcément obligatoire), c'est du ext4, c'est donc possible
    - créer/formater le swap dans l'espace libérée (diskdrake, sur /dev/sda2 chez moi)
    - on peut monter de suite le swap avec swapon /dev/sda2, sinon il faut redémarrer pour la prise en compte
    - je remarque qu'une entrée de menu "Hiberné" est apparu à coté de "mise en veille".
    - il faut rajouter l'entrée resume=/dev/sda2 sur la ligne d'option de démarrage (accessible par drakconf, c'est un paramètre kernel)

    Et chez moi, cela marche.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: hibernation

      Posté par  . Évalué à 2.

      Ouah, tu t'es pris la tête… pourquoi tu ne t'es pas contenté de créer un fichier de swap?

      Il paraît que c'est moins performant, mais je soupçonne cette notion d'être surtout valide sur les disques mécaniques. Enfin, je t'avoues que perso, je n'utilise plus ni swap ni mise en veille depuis longtemps: mon système démarre plus vite en cold boot de toute façon. La seule chose que je «perd», ce sont mes workspace, mais bon… ça me prend à peu près 5s pour en recréer un, et ça change à chaque fois en fonction de mon usage du moment.

      Toujours est-il que, n'utilisant pas ces choses (swap, hibernation longue) je me trompe peut-être sur le coup du fichier.

      • [^] # Re: hibernation

        Posté par  . Évalué à 1.

        Le fichier de swap n'a pas l'air d'être pris en charge partout.

        Mon environnement de dev est assez long à mettre en place, donc, je gagne du temps.

        "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: hibernation

        Posté par  . Évalué à 3.

        De ma compréhension, le code kernel chargé de sortir l'hibernation est réduit à son plus simple appareil: loader la ram, et remettre, device, ordonnanceur, etc… dans le même état et c'est tout.
        Pouvoir gérer un fichier de swap impliquerait d'embarquer en plus le code pour gérer le filesystem hôte, parserble fstab…. c'est trop juste pour gérer ce corner case.

        • [^] # Re: hibernation

          Posté par  . Évalué à 0.

          Euh… hein? Pas compris ton histoire, mais… soit. Dans ce cas:

          dd if=/dev/zero of=/foo/bar bs=1024
          mkswap /foo/bar
          swapon /foo/bar
          

          Et fichier de swap d'1Kio, un. Et le code qui est le même que pour gérer une partition de swap, puisque du coup, c'est une partition. Il y a certes l'overhead lors de l'ouverture, mais bon, je pense que le noyal, il mmap ça, voir un mécanisme plus performant dont il peut avoir le secret puisqu'il a tous les secrets du temple.

          • [^] # Re: hibernation

            Posté par  . Évalué à 2.

            On parle d'hibernation (veille profonde)…
            Le kernel vient d'être lancé par le bootloader. Il n'a aucune idée de ou trouver ton fichier contrairement à /dev/sdX qu'il récupère via le BIOS.

            • [^] # Re: hibernation

              Posté par  . Évalué à 3.

              Donc,le kernel en sortie de veille profonde ne passe pas par l'initramfs? Je suis réellement curieux, il n'est pas simple de trouver des infos au sujet du boot sans image, en mode brut. Ou, je ne suis pas doué, l'un n'excluant pas l'autre (mais le fait de pas être doué rends l'autre plus probable dans mon cas personnel, bien sûr).

              • [^] # Re: hibernation

                Posté par  . Évalué à 2.

                il n'est pas simple de trouver des infos au sujet du boot sans image, en mode brut

                Read the source, Luke!
                Je l'aurai fait en temps normal, mais là j'ai de la plomberie à finir et un turbo à changer…

        • [^] # Re: hibernation

          Posté par  . Évalué à 3.

          Je me répond, car j'ai dit quelque chose d'erroné: si j'en crois cette doc dans les sources du kernel, l'hibernation est possible via un fichier de swap …. grâce à une petite feinte.

          Il s'agit de préciser, outre le resume=/dev/sdx un resume_offset qui permet au kernel de savoir exactement ou aller chercher sans pour autant avoir besoin de monter le filesystem, parser le fstab, etc…

          Le détail de la procédure est décrit dans cette seconde doc.

    • [^] # Re: hibernation

      Posté par  . Évalué à 2.

      • réduire ma partition /dev/sda1 de 16.5Go (à priori, la taille de la RAM n'est pas forcément obligatoire), c'est du ext4, c'est donc possible

      Sachant que l'idée, c'est de sauvegarder les données stockées en RAM au moment de l'hibernation dans le swap, je vois mal comment ce serait //pas forcément obligatoire// …

      • [^] # Re: hibernation

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 05/07/19 à 11:30.

        Seule la mémoire allouée est sauvegardée (pas les caches disques par exemple), de plus elle est quand-même compressée avant d’être écrite sur le disque, et beaucoup de données en mémoire se compressent très bien.

        Par contre, en fonction de la quantité de swap qu’on a, si on a été trop radin, des fois la mise ne veille ne marche pas, on peut alors retenter après fermé un logiciel particulièrement gourmand et avoir une meilleure surprise.

        • [^] # Re: hibernation

          Posté par  . Évalué à 3.

          Quitte a utiliser le swap pour hiberner, pourquoi ne pas assumer et lui allouer la bonne taille, avec les capacités modernes? Pour ne pas user le SSD? Mais dans le cas d'un SSD, vue la vitesse de boot, est-il pertinent d'hiberner, sachant qu'une hibernation conserve aussi les fuites mémoire et augmente le risque de se retrouver avec un secret non chiffré sur le disque?

        • [^] # Re: hibernation

          Posté par  . Évalué à 2.

          Merci pour les précisions ;-)
          J'étais resté "old-school".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.