pierrechev a écrit 5 commentaires

  • # Merci pour ce billet.

    Posté par  . En réponse à la dépêche Zezinho nous a quitté. Évalué à 7.

    Merci pour cette rédaction: ça reflète bien le souvenir que je garde de José, et ça m'en apprend beaucoup sur des rôles que j'ignorais.

    Adishatz, José.

  • # Heu-reux

    Posté par  . En réponse au journal Le FairPhone 3 est désormais supporté par (et même vendu avec) /e/ (ex-eelo). Évalué à 3. Dernière modification le 25/05/20 à 16:27.

    Eh bien voilà, alléché par cet article (et aussi notablement dégoûté par de multiples réparations d'un Samsung S6 assemblé à la colle chaude et prévu pour ne pas être réparé, ainsi que par le téléchargement d'une archive gigantesque de ce que goût-gueule admet qu'il sait de moi), je viens de me procurer un de ces Fairphone 3 et d'y mettre, tank à fer, ce /e/.

    La première excellente surprise fut l'invitation, de but en blanc, par le manuel du téléphone, à démonter ce dernier, avec même un petit tournevis qui est fourni avec, délicate attention.

    J'ai ensuite suivi les instructions lues par là.

    Il m'a fallu deux tentatives (avec quelques sueurs froides), mais ça a fini par fonctionner.

    Le seul écueil que j'ai rencontré venait du fait que les versions de adb et fastboot qui viennent avec le système de paquetages de ma distribution (une Devuan GNU/Linux 3) ne semblent pas compatibles avec le Fairphone3 (je crois que c'est le système de fontchiers qui n'est pas reconnu, j'ai dû prendre les versions de chez goût-gueule en allant les piocher ainsi:

    wget https://dl.google.com/android/repository/platform-tools_r30.0.1-linux.zip

    La version installée par mon apt préféré:
    Android Debug Bridge version 1.0.39
    Version 1:8.1.0+r23-5

    La version téléchargée chez goût-gueule:
    Android Debug Bridge version 1.0.41
    Version 30.0.1-6435776

    Et jusqu'ici, tout baigne.

    Et je tenais, simplement, à vous faire part de mon bonheur.

  • [^] # Re: On en est pas la.

    Posté par  . En réponse à la dépêche Projet de loi de finances FR 2016 : interdiction des logiciels libres de comptabilité et de caisse. Évalué à 3.

    Pareil pour la frayeur matinale…

    "un système writable une seule fois puis uniquement accessible en read only"

    Si ce n'est que ça, il y a un peu plus simple que les ROMs: l'impression sur papier. En ce cas, n'importe quel logiciel capable d'imprimer les informations nécessaires devrait pouvoir être au quai, non?
    Vu comment tout se fait, de toute manière, de manière paperassière, dans mon cabinet comptable, il n'y aurait rien de révolutionnaire à ça.

    Le papier, c'est altérable, ceci dit: un feu, et il n'y a plus rien de l'information initialement inscrite. Certains de nos ancêtres gravaient sur de la pierre. L'Histoire leur a donné raison, sur le long terme.

  • [^] # Re: Caricature

    Posté par  . En réponse au journal partenariat ecoeurant. Évalué à 0.

    Oui; de l'intérêt de ne plus rédiger les textes de lois dans un langage où une phrase peut donner lieu à différentes interprétations.

    On pourrait aussi développer (au sens matheux du terme) la phrase ainsi:

        "L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation."    
        => "L’enfant doit être protégé contre (toute forme de négligence, de cruauté **et** d’exploitation)."
        => "L’enfant doit être protégé contre (toute forme de négligence) **et** contre (toute forme de cruauté) *et* contre (toute forme d’exploitation)."
        => "L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence **et** l’enfant doit être protégé contre toute forme de cruauté **et** l’enfant doit être protégé contre toute forme d’exploitation."
    

    Je vous l'accorde, à l'arrivée, le style est un brin lourdingue.

    <utopie_rêveuse>
    Réécrivons donc la Loi en Code, du pur et dur, compilable ou interprétable (mais l'interprétation sera univoque!), et indiscutable.

    Au boulot (il y en a), amis codeurs et hommes de lois (on va rire, à mélanger ces mondes!). Comme je dis souvent "nul n'est censé ignorer la loi" (certes), mais nul n'est capable de la connaître (tout du moins, je mets au défi quiconque de la connaître entièrement). Je pense qu'on en est au stade où seul un ordinateur est capable d'intégrer toute la Loi (et encore, que la française!), encore faut-il lui parler dans ça langue, ça ferait un (gros) tas de code.

    Et il va falloir sacrément déboguer! J'ose pas imaginer les séances de tests…

    Et à la clé, on aura peut-être un système de loi parfait et équivoque </utopie_rêveuse>, mais ça aura un petit parfum orwellien…

    Bon, foin de troll, bon dimanche Libre à tous.

  • # une idée

    Posté par  . En réponse au message PB reprise mise en veille. Évalué à 1.

    Bonjour, oui, j'ai une idée: il m'est arrivé la même chose, et j'ai pas mal bataillé avant que mon hibernate ne marche. Un truc qui semble beaucoup déplaire au suspend est le pilote nvidia. Un truc classique: remplacer, dans le xorg.conf, la ligne où le pilote nvidia est chargé, nvidia par nv:
    ...
    Section "Device"
      BoardName    "GeForce4 440 Go 64M"
      BusID        "1:0:0"
      #Driver       "nvidia"      <- avant: accéléré
      Driver       "nv"                  <- après
      Identifier   "Device[0]"
      Option       "alwaysshared"
      Option       "rfbauth" "/root/.vnc/passwd"
      Option       "usevnc" "yes"
      Screen       0
      VendorName   "NVidia"
    EndSection
    ...
    
    Et comme ça, plus d'accélération, mais du sommeil... Mais bon, si c'est pas une carte nvidia, ça ne va guère aider... Il y avait un bon article consacré à hibernate/suspend dans un journal, faudrait que je retrouve la référence. A+ Pierre