Journal Brian Stevens crache le morceau et avoue le rôle de Fedora.

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
30
août
2006
Pas longtemps après avoir vu une interview slashdot d'un mec qui bosse sur fedora, prétendant que c'est une distrib à part entière et non un champ de mines pour Red Hat, Brian Stevens, CTO, vient de cracher le morceau et nous avoue tout.

http://ipcommunications.tmcnet.com/news/2006/08/25/195490.ht(...)

"La RHEL5 devrait sortir vers la fin de l'année. Nous avons choisi un modèle différent cette fois.

Nous sommes convaincus qu'il y a de meilleures façons de développer des logiciels, alors ce que nous avons fait c'est de se débarrasser de la notion de l'Alpha et nous utilisons Fedora comme cette Alpha. [...]

FC5 et FC6 ont constitué le rôle d'une Alpha et nous nous dirigeons vers la Beta 1 d'ici quelques semaines."

Bravo. La communauté n'en attendait pas tant. Comment voulez-vous dissiper le soit-disant mythe récurrent sur Fedora après avoir vu de telles paroles en provenance du CTO de Red Hat ?

Pour rappel, l'interview Slashdot de Max Spevack.
http://interviews.slashdot.org/article.pl?sid=06/08/17/17722(...)

La 8ème question est celle qui nous intéresse ici.
"Je suis très content que cette question soit posée, car elle me donne une chance pour essayer d'éclater LE MYTHE NUMERO UN à propos de Fedora -- que Fedora n'est qu'une "beta pour RHEL" ou que "Fedora n'existe que pour faire gagner de l'argent à Red Hat" ou "Red Hat s'en branle de Fedora, c'est juste une poubelle pour du code à moitié testé". J'entends ces choses de temps en temps, et *aucune* d'entre elles ne sont vraies.[...]"

Puis-je gueuler un "mon cul" ?
Le problème avec Fedora n'est pas la distrib en elle même. C'est du logiciel libre, il n'y a rien à reprocher à faire des produits au goût douteux à destination du publique pour tester des programmes qui devront être intégrées à une distrib Pro. Le problème, c'est avec l'hypocrisie de certains spécimens comme ce Max Spevack qui est en totale contradiction avec les propos des dirigeants.


PS : Pardonnez ma traduction de mauvaise qualité. Ca m'évite les propos d'indélicats qui gueuleraient comme quoi le journal n'est qu'une suite de liens.
  • # Logique

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    >> Le problème, c'est avec l'hypocrisie de certains spécimens comme ce Max Spevack qui est en totale contradiction avec les propos des dirigeants.

    Il n'y a pas de contradiction.
    L'un affirme que Fedora n'est pas la beta de Red Hat et l'autre confirme en précisant juste que Fedora est l'alpha de Red Hat ;-)
  • # beta et beta..

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    Il faut aussi relativiser la notion de beta. La majorité des utilisateurs de Fedora veulent des logiciels à jour, à la pointe et tout et tout...

    RHEL, cherche la stabilité et les vieux trucs rassis, un peu comme Debian Stable. Du coup, c'est pas bête du tout de faire une version "communauté" qui essuie les plâtres du version ultra stable.

    Suffit de voir le nombre d'utilisateurs de Debian en Testing...
    • [^] # Re: beta et beta..

      Posté par  . Évalué à 2.

      Je crois me souvenir qu'une version de Fedora avait été repoussée de 2 semaines, pour intégrer la version de Gnome qui venait de sortir. 2 semaines pour intégrer Gnome dans une distributions qui est censée être stable, ça me paraît quand même très court (même s'ils avaient dû déjà commencer le packaging avec les betas).
      Ca, je ne pense pas que ce soit vu dans une Debian testing...

      Enfin, un truc comme ça, ça ne va pas encourager les volontaires qui bossent pour Fedora...
      • [^] # Re: beta et beta..

        Posté par  . Évalué à 2.

        C'est du pipo. Fedora en version de développement (les versions test) a toujours des versions développements de Gnome (x.[chiffre impair]).
        Ce n'est pas deux semaines avant la sortie de la finale que Fedora est passé de Gnome 2.X à Gnome 2.X+2. Mais de Gnome 2.X.Y à Gnome 2.X+1.0.

        Ca fait une différence énorme.
      • [^] # Re: beta et beta..

        Posté par  . Évalué à 2.

        Le système de debian testing est simple à comprendre, cf le site debian :

        "Un paquet (ou une version particulière) sera déplacé dans testing lorsqu'il satisfera les critères suivants :

        1. Il doit avoir été dans unstable pendant 10, 5 ou 2 jours, en fonction de l'urgence de la mise en ligne ;
        2. Il devra être compilé et à jour sur toutes les architectures sur lesquelles il a été compilé par le passé dans unstable ;
        3. Il doit avoir moins (ou le même nombre) de rapport de bogue entrant dans la catégorie critique pour la parution dans la prochaine distribution que la version actuellement dans « testing » ( regardez ci-dessous pour plus d'informations) ;
        4. Toutes ces dépendances doivent soit être satisfaites par les paquets d'ores et déjà présents dans testing, ou bien être satisfaites par un ensemble de paquets qui sont installés au même instant ;
        5. L'opération d'installation des paquets dans « testing » ne doit pas casser un seul paquet actuellement dans « testing ». (regardez ci-dessous pour plus d'informations) ;
        "

        Tu peux naviguer ici pour voir les paquets qui entrent, sortent de testing :
        http://bjorn.haxx.se/debian/
        Un exemple parmi tant d'autres :
        http://bjorn.haxx.se/debian/testing.pl?package=vlc
    • [^] # Re: beta et beta..

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      C'est tout fait à cela.
      Depuis que la Fedora exite, je ne pense pas qu'il puisse exiter de mal entendu sur sa fonction pour Red Hat. Cette distribution leur permet de tester ca qui pourrait être ensuite integrer dans la version commerciale.
      Certains prefèrent les derniers trucs à la mode (ou utiles/necessaires pour leur utilisation), d'autres s'attachent à un sytème stable et robuste.
    • [^] # Re: beta et beta..

      Posté par  . Évalué à 2.

      C'est une erreur relativement grossière de comparer debian testing à Fedora. Debian testing ne laisse pas passer certaines saletées qu'il m'est arrivé de tomber quand je testais fedora sur l'un de mes PC. Fedora est bien plus au niveau d'unstable que de testing. J'ai infiniment plus confiance au processus d'intégration des paquets dans testing. Et debian offre l'avantage pour les utilisateurs de la sid d'avoir des outils comme apt-listbugs pour mesurer le danger avant une upgrade.

      La FC1 était nickelle et ne m'avait pas posé de problème. Par contre, les versions qui suivirent m'ont fait très vite pensé à Mandrake après la version 8.2, la dernière mandrake stable. FC2 avait des problèmes de géométrie du disque qui pouvait déranger les dual booters. FC3 a dû être rushée parce que l'environnement général me faisait penser furieusement à une Mandrake 10. Je n'ai pas eu la FC4, et la FC5, dès l'installation, montre son manque attroce de finition : un bug qui avait été reporté dès les premières versions de test, portant sur isolinux qui déconnait sur quelques bios, n'est toujours pas corrigé dans FC6 test2. Ce n'est pas un bug important, mais ça montre juste le manque d'intérêt prêté à la distrib quand on se moque carrément de la première impression (installation). La commande à employer pour lancer l'initrd est évidente et ne prends pas plus d'une minute à trouver, toujours est-il que quand une distro est la seule à manquer à ce point de finition jusqu'au processus d'installation, ça ne mets pas en confiance et j'ai eu vite fait de virer FC5 de mon portable.

      Une debian testing ou une slackware ne m'ont jamais posé les problèmes d'une Fedora. (debian testing a des problèmes plus originaux lors de longues transitions de gcc mais ce sont des problèmes prévisibles et une fois les transitions faites les packages sont stable as a rock.)

      Sans parler du manque de ressource évident pour le développement de la Fedora, avec Alan Cox qui propose de jeter Evolution dans la poubelle parce qu'ils ont eu des problèmes de mainteneur pour FC5, y'avait une proposition d'embauche pour le dit poste.
      Perso, j'ai plusieurs PC et j'ai eu l'occasion d'années en années de tester un sacré paquet de distribs. Fedora, avec Mandrake, fait partie du lot qui m'a le plus planté les machines. Une slackware ou une Debian testing m'inspirent bien plus confiance.

      Notez que ce journal n'aurait jamais eu lieu d'exister si Fedora n'avait pas des gens comme ce Max Spevack qui répandent la rumeur comme quoi Fedora serait autre chose qu'un champ de mine pour Red Hat. Quand le CTO vient dire fièrement qu'ils ont arrêté de fabriquer des versions alpha de la RHEL car ils se servent de Fedora pour les expérimentations de l'alpha, ça me fais rire de revenir juste après sur l'interview slashdot de ce clown. Je n'aime pas les hypocrites. Max Spevack est venu faire du buzz sur slashdot pour attirer le chaland en promettant que cette distrib n'est pas une poubelle de logiciels pas testés. L'hônneteté n'est pas une vertue pour tout le monde, dirait-on.

      À propos de debian stable : le but de debian stable n'a jamais été de faire des distro à la RHEL qui durent de très très longues années sans la moindre succession (RHEL c'est 7 ans de support sur les mises à jour de sécu.). Debian et sa structure posent de lourds problèmes de gestion qui sont la cause directe de ces retards. Pas la "volonté" d'être sur des versions "vieilles". C'est uniquement depuis la woody que debian est devenu une distrib molle dans sa version stable.
      Ian Murdock en parlant d'ubuntu disait qu'il cautionnerait le fork de debian si debian après sarge n'arrive pas à sortir une distrib suffisement dans les temps. Voilà, il faut casser ce mythe. Si etch n'est pas retardée, elle sera sortie pas si longtemps que ça après sarge, à mon goût. Elle doit sortir en décembre 2006.

      Enfin, c'est possible de sortir des distribs "stables" avec des versions récentes de logiciels. Slackware dans sa version stable sort toujours avec quasiment toutes les dernières versions, sauf pour des parties critiques du système (noyau, glibc, gcc, xorg). Et je n'ai jamais de bizarrerie sous slackware comme j'ai pu en voir sous mandrake et fedora.
      Slackware 11 va sortir dans pas longtemps et si vous allez voir les versions dans current on peut pas vraiment dire que ce soit une distrib obsolète.

      Je conclus sur un point. Les paroles du CTO de Red Hat sonnent comme le gospel pour moi. La prochaine fois que je verrais un mec conseiller Fedora comme n'importe quelle autre distro desktop, il se verra ramasser une réponse sans argument avec juste un lien vers l'interview et basta.
      • [^] # Re: beta et beta..

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Sans parler du manque de ressource évident pour le développement de la Fedora, avec Alan Cox qui propose de jeter Evolution dans la poubelle

        Ah ? Fedora serait donc la seule distrib à distribuer Evolution ? Ce problème de mainteneur n'existe pas avec Debian ?
        • [^] # Re: beta et beta..

          Posté par  . Évalué à 2.

          C'est la maintenance du package qui est en cause.

          http://www.redhat.com/archives/rhl-devel-list/2006-April/msg(...)

          "Evolution is unmaintained within Red Hat because we haven't managed to
          fill the open position for a maintainer.

          Upstream, there _is_ active development; it's just that it doesn't
          always seem to be _improvement_. There's been a change of guard
          recently, but that's not a bad thing. The new guys seem a _lot_ saner."

          "We have an open job req for an evolution maintainer. The current
          maintainer is otherwise engaged in other projects within our company
          .
          So far, nobody has come through to take up the task of Evolution
          maintainership. Please somebody step up (;"
      • [^] # Re: beta et beta..

        Posté par  . Évalué à 2.

        > Sans parler du manque de ressource évident pour le développement de la Fedora

        Ca me fait bien rigoler. Red Hat est la plus grosse boite du libre et met plus de développeur sur Fedora que sur RHEL. Et entre deux releases de RHEL, les développeurs RHEL bossent sur Fedora.
  • # Et alors?

    Posté par  . Évalué à 10.

    * De toute façon, tout le monde le savait, alors je vois pas ce que ça change qu'il le dise maintenant.

    * Est-ce que les distribs fedora sont subitement devenues complètement instables depuis l'annonce?
    * Est-ce que ses utilisateurs viennent de réaliser qu'en fait ils galèrent à cause de la distrib au lieu de simplement s'en servir?

    Je ne pense pas. Je laisse les utilisateurs de Fedora décider par eux-mêmes des qualités et défauts de leur distrib, que RH s'en serve officiellement comme alpha, je ne pense pas que ça émeuve tant de monde chez eux.
  • # pfffffffff

    Posté par  . Évalué à -2.

    déjà au courant depuis le début de fedora

    c'est quoi cette annonce à la noix ?

    vous êtes plus assez grand pour analyser les choses ? il vous faut des aveux pour ça ?

    je veux dire, on a toujours su que FC était destiné a la RHEL !!!!!
    • [^] # Re: pfffffffff

      Posté par  . Évalué à 2.

      nan, il leur faut juste matiere a troller.
      ca va occuper la journee, voir 2-3 jours et lundi on aura deja oublie.

      du pain et des trolls.
      • [^] # Re: pfffffffff

        Posté par  . Évalué à 2.

        Tu veux vraiment qu'on fasse une page sur l'historique de tes commentaires les plus gras ? il m'arrive de troller, comme tout le monde, mais se prendre une remarque sur notre besoin de "matière à troller" de la part d'un monsieur qui a un tique nerveux sur les "mouarf" et quelques doutes sur sa sexualité, tu repasseras.
        • [^] # Re: pfffffffff

          Posté par  . Évalué à 4.

          Mais j'assume totalement mon avidite de troll, mon biquet, c'est meme ma principale raison de ma presence ici.
          La deuxieme etant les poilades quand je lit certains intaigriste (a ce sujet, vivement la fin des vacances, que les etudiants reviennent sur le site, on rigolera encore plus).
          La troisieme etant la recherche d'info sur le monde linux/libre.

          Ton journal EST un appel au troll, ca c'est un fait, cherche pas a noyer le poisson.
          • [^] # Re: pfffffffff

            Posté par  . Évalué à -1.

            Monsieur avoue, il est là pour troller.
            Et à propos du journal, à toi de résister à l'appel du troll, ça ne tient qu'à toi. ;)
            • [^] # Re: pfffffffff

              Posté par  . Évalué à 1.

              Monsieur avoue, il est là pour troller.
              quel scoop...
              tu devrais postuler chez tf1, ils cherchent du monde pour le 13h00

              Et à propos du journal, à toi de résister à l'appel du troll, ça ne tient qu'à toi. ;)

              pas dur, Fedora et RH, rien a branler, mais alors vraiment rien...
  • # pfffffffff

    Posté par  . Évalué à -5.

    déjà au courant depuis le début de fedora

    c'est quoi cette annonce à la noix ?

    vous êtes plus assez grand pour analyser les choses ? il vous faut des aveux pour ça ?

    je veux dire, on a toujours su que FC était destiné a la RHEL !!!!!
  • # beta pour la RHEL

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    éclater LE MYTHE NUMERO UN à propos de Fedora -- que Fedora n'est qu'une “beta pour RHEL”


    Fedora sert de beta pour la RHEL mais pas seulement, c'est ma conclusion
  • # pas d'accord

    Posté par  . Évalué à 2.

    Première chose : pas bravo pour les commentaires basés sur l'apréciation personnelle et non pas des faits techniques.

    Ensuite :
    Ben faut pas etre con !
    Si les gars ils font un os gratos et un os payant, il faut que le payant soit mieux.
    Sinon il ne se vend pas.
    Je vois pas le probleme.
    Ca me choque pas qu'une boite utilise l'open source et y contribu pour faire son argent.

    Pour moi, aujourd'hui, toutes les distrib linux sont des alpha ...
    Parce que linux passe sont temps à evoluer, a s'ameliorer et a tester de nouvelles choses ...

    FC est une distrib qui marche bien ... c'est le seul commentaire interessant basé sur une observation technique et non pas sur un troll ou une histoire de gouts. Et le fait que fedora marche bien, ca montre l'interet pour une distrib du support d'un industriel ...

    Peut importe le but, je trouve que c'est bien qu'une distrib comme Fedora qui se veut user friendly utilise tjrs les dernieres versions des composants majeurs (kernel, xorg, gcc, gnome, ...) c'est une contribution à l'open source. Donc faut arreter de troller sur fedora ^^

    Guitouu
    • [^] # Re: pas d'accord

      Posté par  . Évalué à 1.

      Toujours les mêmes rangaines de gens qui ne comprennent pas vraiment le message initial. Je m'en tape qu'ils fassent du software gratuit de moins bonne qualité que leur distrib Enterprise Edition ©, et Red Hat est l'un des plus gros contributeurs du libre (si, si). On ne peut pas vraiment cracher dans la soupe, mordre la main qui nourrit.

      J'en ai juste après les monsieurs de Fedora qui nous sortent des salades de mots pour garder la bonne figure et tenter de récuperer quelques brebis égarées qui ne savent pas sur quelle distro aller. Les monsieurs de Red Hat disent la vérité haut et fort : Fedora n'est qu'un tas de logiciels à la mauvaise finition servant à assurer les essais avant la sortie d'une RHEL. Les monsieurs de Fedora sont moins hônnetes sur le sujet. (peur de perdre la figure sur slashdot, sieur Spevack ? devant quelques geeks ? uh)
      La fiabilité des FC est un troll récurrent et le message de Brian Stevens mets un terme aux légers doutes qui pouvaient subsister sur cette distribution. Il n'existera même plus de version alpha de RHEL, parce que tous les tests passent par Fedora. Ainsi soit-il.
      • [^] # Re: pas d'accord

        Posté par  . Évalué à 1.

        Et alors? Ca nous change la vie sérieux ! Wow merci.

        J'utilise Fedora depuis FC1, c'est stable sur mes pc, là où d'autres distrubutions ont laissé des traces très désagréables. Fedora, oui, est réutilisée pour faire une RHEL. Le mal ? Je ne sais pas. Vendre du logiciel libre, c'est le mal ? Faire du business avec du libre c'est mal ? Ah bon ?

        RH offre une distributions à la pointe de technologie. La pointe de la technologie, c'est parfois essuyer des plâtres. Cela ne met jamais arrivé. J'ai peut-être eu de la chance. Cela affecte-t-il les qualités de fedora ? Par exemple, Fedora est utilisée pour wikipedia. C'est mal pour autant ?

        A l'origine, ta belle Debian, ne devait-elle pas être la base d'une entreprise qui comptait vendre du service ?

        Tu compares Fedora à une Mandrake (abusé, vraiment tu connais très mal ces deux distributions et la philosophie qui les anime), pourquoi ne pas comparer Fedora à une Debian Testing, qui finalement, sert d'alpha pour une distribution qui ne sera pas compilée avec les derniers paquets, comme une RHEL ?
        • [^] # Re: pas d'accord

          Posté par  . Évalué à -1.

          "Le mal ? Je ne sais pas. Vendre du logiciel libre, c'est le mal ? Faire du business avec du libre c'est mal ? Ah bon ?"

          J'ai tendance à laisser tomber quand on mets dans ma bouche des choses que je n'ai ni dite, ni insinué. Quelques bozos l'ont fait avant toi mais tu seras le con qui achèvera mes dires sur ce journal. Je te laisse discuter avec toi même, les conversations devraient être intéressantes à entendre. J'ai critiqué ta pauvre petite distribution, yarr yarr, choqué ? c'est une extension de ton corps ? c'est un journal privé, on peut y dire librement ce qu'on pense de l'actualité du libre. T'es pas contente ma chérie ?

          Je ne compare pas la philosophie de Fedora et Mandrake, je compare leur stabilité générale et particulièrement la finition excécrable de la distro. Pourquoi ne pas comparer Fedora à une debian testing ? parce que je n'ai jamais constaté les crasses © Fedora dans la testing. Le processus d'intégration des paquets m'a l'air plutôt solide. Parce que bon, Fedora, quand ils ont encore un bug isolinux dans FC6 Test2 (qui existe depuis FC5, tests et finale) qui a été corrigé plus vite que leur ombre du côté des gadjos qui font un livecd GParted, on peut se poser des questions sur le processus de création de leur distro.
          • [^] # Re: pas d'accord

            Posté par  . Évalué à 2.

            Tu penses ce que tu veux, j'ai ma conscience pour moi :)

            "on peut se poser des questions sur le processus de création de leur distro"

            On peut s'en poser aussi quand on a mis plusieurs année à sortir une version de Debian.
            • [^] # Re: pas d'accord

              Posté par  . Évalué à 3.

              Allez, malgré tout, je te réponds quand même car ton reply vaux bien une petite réponse, et sur un autre ton qui plus est. Car tu soulèves un point original sur mon compte : je ne suis le défenseur d'aucune distro.

              Héhé, debian n'est pas sans reproches. Aucune distro ne l'est et je ne me gênerais pas de citer les points faibles de toutes celles qui m'est arrivé d'utiliser. A l'époque de la première Fedora, j'en faisais l'apologie et elle tournait sur une de mes bécannes. Il s'est trouvé que sur le long terme c'était pas trop le grand amour Fedora et moi. La première impression était bonne, la suite après FC1 ne m'a pas convaincu.

              Donc revenons sur debian vite fait. L'hypocrisie ambiante sur le non-free, la structure chaotique qui est la cause des retards de debian stable sont des reproches tout à fait valables à mes yeux sur cette distro. Surtout l'hypocrisie en fait. J'aime pas l'hypocrisie. Que ça vienne de Spevack, ou des debiannistes qui nous font un discours comme quoi non-free ne fait pas partie de debian (HA!) pour mieux cracher sur d'autres distros ou pour faire toute une cabbale autours de la non liberté de la GFDL, tels des justiciers du geek moyen, sans peur et sans reproche.. bah. Le logiciel libre est en tout cas, pour moi, une belle preuve que la liberté, ça ne résoud malheureusement pas ni la langue-de-bois-isme, ni l'hypocrisie, traits inhérents à l'être humain. il serait temps de revoir notre façon de communiquer avec l'Autre, avec des vrais mots, de vraies pensées et pas dites à demi mot.

              Les distributions, donc, ne peuvent être parfaites. Car il y a l'humain derrière. Elles ont toutes leur façon d'être imparfaites, de dire des trucs à demi mot, de mentir.. sur ce journal, je me suis attaqué à une interview slashdot du décideur derrière Fedora. Une autre fois ça pourra très bien être debian s'ils se décident à triper dans debian-legal une nouvelle fois comme pour la GFDL.
              • [^] # Re: pas d'accord

                Posté par  . Évalué à 3.

                > Surtout l'hypocrisie en fait. J'aime pas l'hypocrisie. Que ça vienne de Spevack

                Fedora a déjà retardé la sortie d'une distribution pour cause de manque de fiabilité. D'ailleurs ça arrive presque toujours.
                Fedora a désactivé Selinux dans FC2 (car ce n'est pas en version finale qu'on fait des tests), Fedora a désactivé Pango dans firefox dans FC4, Fedora a désactivé AIGLX dans FC5, etc, etc...
                Fedora fait de son mieux pour être fiable MAIS aussi "bleeding edge".
                Quand Spevack dit que Fedora veut être fiable, Spevack n'est pas hypocrite !
                Vas ici :
                http://www.redhat.com/archives/fedora-test-list/index.html
                C'est pour les tests (pas après la version finale) ! Contrairement à la mailing cooker de mandriva, il n'y a pas de copie de bugzilla !
                Durant les releases "test", on grippe à 2000 messages par mois ! Il y a peu de mailing avec un tel débit.
                Pour la "test1", trois mois avant la sortie final d'une Fedora, il y a plein de programmes très récents et donc plein plein de bugs. OUI ! Et bien c'est un travail fabuleux qui est fait dans Fedora pour en virer un maximum.
                Trois mois (ou même six) avant la sortie d'une Debian stable, il y a peu de programme très récent et donc peu de bug.
                Il y a beaucoup plus de bug corrigé par semaine par Fedora que par Debian avant la sortie d'une distribution. Fedora debugge plus que Debian (aussi bien par distribution que par année) ! Et c'est normal ! Pas que Debian soit plus "mauvais" que Fedora mais car Debian prend une voix plus "sage".
                Les bugs c'est à la pelle qu'ils sont corrigés chez Fedora. Peut-être pas assez pour toi, mais tu ne peux nier la volonter de débugger et les moyens mise en oeuvre.
                Ce que tu reproches à Fedora, c'est un choix. Le choix d'être "bleeding edge", d'évoluer rapidement. Ce choix est très très très largement "avoué". Donc je ne vois pas où est l'hypocrisie dans les propos de Spevack (qui n'a jamais dit que Fedora était la distribution la plus fiable du monde).


                Ce que tu demandes, est que Fedora soit stable comme une Debian "stable".
                1- Ce n'est pas l'objectif
                2- Ce n'est pas possible (ou alors Debian est nul)

                Quand tu dis que testing de Debian est plus stable qu'une version finale de Fedora, je n'y crois pas 2 nanosecondes.
                Testing de Debian peut passer de Gnome 2.X à Gnome 2.X+2 d'un coup (sans test significatif). Ceci n'arrive pas avec Fedora en final (le freeze en fonctionnalité intervient avec la "test2", puis il y a la "test3" et enfin la final; soit au minimum 2 mois *uniquement* à débugger). Les paquets testing de Debian ne sont pas tous mis au point durant 2 mois. De plus Fedora en final à une branche testing (et ce n'est pas équivalent à "unstable" de Debian) :
                http://fr.rpmfind.net/linux/fedora/core/updates/testing/

                > Surtout l'hypocrisie en fait. J'aime pas l'hypocrisie.

                Tu n'es pas un peu hypocrite à ne pas reconnaitre que Fedora/Red Hat a tout à gagné en faisant la distribution la plus fiable possible (évidemment en tenant compte de l'objectif d'être une distribution "bleeding edge").
                Moins il y a de bug dans Fedora, moins il y a de bug dans RHEL.

                Fedora est beaucoup mieu pour débugger que RHEL. Fedora a infiniment plus de testeur ! Fedora a beaucoup de développeurs externes (ce qui est très loin d'être le cas de RHEL) près à corriger les bugs.

                Au moins 90 % des développeurs de Red Hat (ils sont nombreux et non des moindres) utilisent Fedora. Pourquoi tu veux qu'il ne débuggue pas au mieux leur propre système utilisé au quotidien ?

                Faut être hypocrite pour penser comme toi.
            • [^] # Re: pas d'accord

              Posté par  . Évalué à 3.

              On peut s'en poser aussi quand on a mis plusieurs année à sortir une version de Debian.


              Mais ça c'est vraiment un truc que j'ai du mal à comprendre: pourquoi est-ce qu'on reproche à Debian la durée entre ses sorties?
              Ca sort quand c'est près. Point barre. Pas quand un marketteux l'a décidé, pas parce qu'il y a une deadline, c'est le meilleur moyen de faire de la merde, de fournir des paquets non-testés, comme le font, malheureusement, toutes les distros "user-friendly" que je connais. En plus, si tu as une nouvelle version qui sort tous les 6 mois, tu es obligé de faire un upgrade tous les 6 mois (bash oui, ils ne vont pas supporter 18 versions en parallèle). C'est vachement pratique pour un serveur, ou même quelqu'un qui n'a pas envie de se prendre la tête. Et rien ne t'empêche d'utiliser testing.
              Merde, Windows sort bien tous les 5 ans, pareil pour MacOS, pourquoi est-ce que le noyau sort à un rythme effrené, et que la politique officielle c'est "le boulot de stabilisation est laissé aux vendeurs"?
              Au contraire, je trouve que le monde de l'open source avance trop vite. Un exemple: une realease de Gnome tous les 6 mois, microsoft tous les 6 ans. A ton avis, quelle interface est la plus buggée?
              Faut arrêter de faire de la merde bleeding-edge, et plus se soucier de la qualité.
              C'était mon coup de gueule, moinssez-moi...
              • [^] # Re: pas d'accord

                Posté par  . Évalué à 2.

                "
                Mais ça c'est vraiment un truc que j'ai du mal à comprendre: pourquoi est-ce qu'on reproche à Debian la durée entre ses sorties?
                Ca sort quand c'est près. Point barre. "

                Parce que si ce n'est pas prêt c'est en grande partie à cause d'une structure chaotique qui manque de leader et de prises de décisions sèches.
                Slackware est une distrib faite en très très grosse partie par un seul homme. Du coup, la prise de décision elle est rapide et c'est pas Patrick qui va s'embourber sur des trucs qui vont faire prendre 4 ans de retard à la slackware.
                La slack 11 sortira dans pas longtemps avec des logiciels très à jour, si ce n'est gcc/kernel/glibc/xorg, la base saine.

                debian ne release pas beaucoup à cause du chaos qui y reigne, point final. Avant la woody les debian stables elles sortaient à un rythme acceptable. Depuis que le projet a grossi il est devenu ingérable.
                • [^] # Re: pas d'accord

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  Oui, peut-être.
                  Mais peut-être aussi parce qu'elle supporte 11 architectures, parce qu'elle a des critères stricts sur la qualité des logiciels entrant dans l'archive, vis-à-vis des licences, etc.
                  Il y en a que ça n'empêche pas de dormir d'avoir des blobs, des firmwares non-libres, des logiciels à la licence douteuse, des documentations non-libres, et des applications instables. Moi si, et, heureusement, la plupart de ceux qui font partie de cette "structure chaotique" aussi.
                  Alors si ça veut dire retarder Etch de un an pour résoudre le problème des firmwares, ne pas avoir mplayer dans les archives, devoir attendre un mois de plus pour avoir le dernier kde, tant pis.
                  En fait non, tant mieux!
                  • [^] # Re: pas d'accord

                    Posté par  . Évalué à 2.

                    "Alors si ça veut dire retarder Etch de un an pour résoudre le problème des firmwares"

                    Si cette structure était moins chaotique la question ne se poserait pas, un leader prendrait la décision qui lui parait juste et elle sonnerait comme le gospel à suivre pour les contributeurs.
                    Le fondateur de debian lui même pense qu'il faut arrêter cette anarchie et mieux plannifier la distro.

                    "[...]Now what? If you ask me (and you didn’t, but I’m going to tell you anyway), Debian should have two overarching priorities for the next release: 1. putting a timed release cycle in place, so what happened with sarge never happens again;[...]If we don’t do something about both of these problems, actual and potential, Debian will be irrelevant by the time etch is out.[...]That means we need a predictable release cycle, one that results in a new Debian stable every 12 or 18 months[...]"
                    http://ianmurdock.com/?p=239%22
                • [^] # Re: pas d'accord

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  C'est marrant, parce que ce qui m'a fait quitté Slackware, c'est le passage libc5 - libc6 qui a pris une éternité, avec le bordel de la slack 4.0, annoncée libc6 (alors qu'elle n'était que libc6-compatible : tout était en libc5 et il était extrêmement difficile de lier en libc6 (comprendre : il fallait refaire toute l'installation de gcc)).

                  Sans parler du caca nerveux inc(4.0) = 7.0...

                  Les retards, les erreurs ou les quiproquos, toutes les distributions en ont eu et en auront. Les problèmes de certaines distributions font plus de remous que d'autres, c'est tout.
              • [^] # Re: pas d'accord

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                Oui, l'open source "user friendly" avance vite, tres vite... avec parfois les inconvéniants que tu cites. Mais c'est à la fois voulu par les utilisateurs et les développeurs, pour plusieurs raisons:

                - Les projets OSS sont souvent + jeunes que leurs équivalents propriétaires, il faut donc ratrapper le retard à la fois sur le systeme (interface, dbus...) et également sur les applications puisque les éditeurs ne portent pas leurs applis win ou OSX sous linux. Et en plus du rattrapage, il y a une part non négligeable d'innovation (et heureusement).
                - Des ressources limités. Et oui, la communauté n'est pas infinie, il faut faire des choix. Sur Kopete par exemple, les dev bossent sur KDE4, et font la maintenance sur 0.12.X. Il n'y aurait pas de ressources pour la faire pour 0.11.X, 0.10.X.... Et pourtant, Kopete est un projet "hype", avec pas mal de monde de talent (meme s'il en manque tjr).
                - Un projet qui ne bouge pas (a par la maintenance), ou conservateur dans ses évolutions attire difficilement de nouveaux contributeurs, et perd en visibilité vis à vis du public. Or, comme le turn-over est important au niveau dev, ça signifie aussi la mort a petit feu. Regarde l'évolution de Debian/Ubuntu, Jabber/MSN...
                • [^] # Re: pas d'accord

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  - Les projets OSS sont souvent + jeunes que leurs équivalents propriétaires, il faut donc ratrapper le retard à la fois sur le systeme (interface, dbus...) et également sur les applications puisque les éditeurs ne portent pas leurs applis win ou OSX sous linux. Et en plus du rattrapage, il y a une part non négligeable d'innovation (et heureusement).


                  Je m'incline, et je rebondis.
                  Lorsque je suis passé à Linux (une Debian il y a 2 ans), il y a un truc qui m'avait chagriné: la lenteur de kde (version 3.2 il me semble) par rapport à Windows, et aussi son instabilité. Ce n'était pas rédhibitoire, mais c'est vrai que ça m'avait étonné.
                  Il y a une semaine, j'ai laché mon fluxbox pour kde 3.5.
                  Et bien je dois dire que je suis sur le cul, c'est vraiment plus rapide que Windows (Konqueror se lance avant que je clique sur l'icône, affichage quasi-instantané du contenu des répertoires, etc). Et quand on sait que qt4 a gagné 30% en rapidité, je me dis que kde 4 va être _trop_ rapide! Et je n'ai plus eu un seul crash de konqueror et amarok depuis une semaine, alors que j'en avais 5 par jours (je suspecte l'HT, enfin bon).
                  Alors c'est vrai que je pense que j'ai été injuste, mais ça devait être dû à mon expérience avec kde 3.2.
          • [^] # Re: pas d'accord

            Posté par  . Évalué à 1.

            > Fedora, quand ils ont encore un bug isolinux dans FC6 Test2 (qui existe depuis FC5, tests et finale) qui a été corrigé plus vite que leur ombre du côté des gadjos qui font un livecd GParted, on peut se poser des questions sur le processus de création de leur distro.

            J'aimerai que tu donnes le rapport du bug d'isolinux dans le bugzilla de redhat. Pour l'instant, je ne sais pas de quoi tu parles et je ne pense pas être le seul.
            Merci.
            • [^] # Re: pas d'accord

              Posté par  . Évalué à 3.

              https://bugzilla.redhat.com/bugzilla/show_bug.cgi?id=178143

              C'est un bug introduit par FC5, qu'a connu aussi les créateurs du livecd GParted, l'un a corrigé le bug, l'autre n'a toujours rien fait dans FC6 test2. Ce n'est pas un bug très important (on peut le contourner et j'avais trouvé la solution en pas plus d'une minute), c'est juste une preuve du manque de finition de la distro, aucune volonté de faire un truc bien léché. Moi j'aurais du mal à avoir confiance en une distro qui ne soigne même pas son processus d'install, même si le bug en question est contournable.
              • [^] # Re: pas d'accord

                Posté par  . Évalué à 2.

                > https://bugzilla.redhat.com/bugzilla/show_bug.cgi?id=178143

                Merci d'avoir retrouvé le bug.
                Il est maintenant classé en "FC 6 Blocker". Donc la FC6 ne devrait pas sortir avant que ce bug soit corrigé.

                > c'est juste une preuve du manque de finition de la distro,

                Des preuves de manque de finition tu en trouves dans toute les distributions.

                > aucune volonté de faire un truc bien léché.

                Ce n'est pas l'objectif de Fedora. Faire un truc "bien léché" prend du temps. Fedora a entre autre pour objectif de faire évoluer vite le logiciel libre.

                > Moi j'aurais du mal à avoir confiance en une distro qui ne soigne même pas son processus d'install, même si le bug en question est contournable.

                Et qui ne cause aucune perte de données.

                Je crois franchement que tu ne connais pas les objectifs de Fedora.
                Si tu veux dire que Fedora a des bugs alors OUI Fedora a des bugs. Comme tout le monde, peut-être plus que la moyenne.
                Si tu veux dire que Fedora en a rien à foudre des bugs, je dis NON.
                Fedora veut corriger le maximum de bug mais tout en restant une distribution dynamique, qui fait avoluer le logiciel libre, qui est attractive pour les développeurs.
                Si tu tiens compte de ce contexte, Fedora a un niveau de qualité tout à fait respectable.
                Si Fedora voulait corriger tous les bugs, elle serait moins dynamique, attirerait moins de développeur, ferait moins évoluer le logiciel libre. Ca ne serait pas bon pour ses objectifs.
                Même pour Fedora il y a des compromis a faire entre évolution et bug. Mais le rapport évolution/bug est plus que respectable. C'est sans aucun doute la plus agressive pour introduire de nouvelles technologies. OUI ça a des effets de bord, mais ça a aussi ses vertues (idem pour les distributions centrées "stabilité").
  • # T'as quoi sous le crâne ?

    Posté par  . Évalué à 2.

    Etrange cette façon qu'on les gens de bondir sur Fedora/Red Hat pour des broutilles : une simple interview. On dirait que vous cherchez un prétexte pour critiquer Fedora/Red Hat.

    C'est quoi ton problème ?
    Ton problème, c'est l'honnèteté de Red Hat. Oui Fedora est aussi un "laboratoire" pour RHEL.
    Ca toujours été ainsi, ça a été annoncé ainsi depuis le début de Fedora (et même avant avec RHLP).

    Il y a quelque année Red Hat a eu l'honnèteté de dire que Linux n'était pas prêt pour le desktop. Ca a fait scandale. Aujourd'hui on peut affirmer que Red Hat avait raison.

    Mais revenons à nos moutons et maintenant grattes toi un peu le cerveau et demandes toi comment ça peut marcher. Comme Red Hat peut faire du couple Fedora/RHEL un succès.

    Si Fedora n'est qu'un truc qui sucks, inutilisable, comment Red Hat fait pour attirer des développeurs sur Fedora ? Développeurs bénévoles mais aussi des payants. Il y a des développeurs d'IBM, Intel, Dell, etc sur les mailing de Fedora.

    C'est vrai que Fedora n'est pas fait pour devenir la distribution la plus populaire de la planète. Ce n'est pas l'objectif.
    http://fedoraproject.org/wiki/Objectives
    Core Principles
    * Fedora is about the rapid progress of Free and Open Source software and content.
    * Fedora believes in the statement "once free, always free".


    Si tu veux du stable (stable != fiable), tu dois passer ton chemin.

    Objectives of Fedora
    * To create a complete general-purpose operating system with capabilities equivalent to competing operating systems, built for and by a community — those who not only consume, but also produce for the good of other community members.
    [...]
    To produce robust releases approximately every six months, using a release model that takes a balance between both features and time, and allows the development team the flexibility that it needs to ensure code quality, but also ensures that a release does not slip indefinately.
    [...]

    Non-Objectives of Fedora
    * Fedora is not interested in having a slow rate of change, but rather to be innovative.
    [...]



    > Brian Stevens crache le morceau et avoue le rôle de Fedora.

    Il y a quoi de nouveau ?
    Ah oui, le monsieur a utilisé le terme de "alpha" et ça ne fait gripper aux rideaux.

    > Nous sommes convaincus qu'il y a de meilleures façons de développer des logiciels, alors ce que nous avons fait c'est de se débarrasser de la notion de l'Alpha et nous utilisons Fedora comme cette Alpha.

    Déjà, tu dois te demander s'il parle du projet ou de la distribution. Les efforts du projet sont principalement concentré sur le développement. C'est-à-dire avant que la version finale sorte et ceci inclus autour de 3 mois de débuggage.
    Alors évidement, il parle du projet et non de la distribution finale (après la finale il ne se passe plus grand chose ; seulement des mises à jours "classiques").
    "Alpha" s'utilise pour des logiciels qui ne sont pas stable (nb : stable != fiable). Des logiciels dont l'API peut varier, etc...
    Fedora n'est pas stable (stable != fiable) comme l'est RHEL. Donc Fedora peut être considéré comme une version Alpha de RHEL.

    Les propos de Brian Stevens sont une excellente nouvelle pour Fedora.
    Ca ne surprend pas ceux qui suivent le projet Fedora.
    Au début de Fedora, il y avait des produits réservés à RHEL. Ainsi on ne trouvait pas eclipse, ni GFS, etc sous Fedora mais uniquement sous RHEL. C'était principalement des développements fait par les développeurs affecter à RHEL et ils ne voulaient pas s'ajouter la tâche de porter ces/ses développements sous Fedora.
    Ces développements sont maintenant sous Fedora !
    Il n'y a plus de produit développé par Red Hat qui est spécifique à RHEL.
    Excellente nouvelle !
    Maintenant il y a tout dans Fedora : system-config-cluster, GFS, Directory Server, etc...

    Ainsi les développeurs de RHEL ne bossent plus unique sur RHEL pour RHEL, mais sur Fedora pour Fedora et RHEL. C'est une ouverture supplémentaire et ça permet à qui veut de participer (on est dans le libre). De plus, les développeurs extérieurs préfèrent beaucoup plus Fedora à RHEL (cette dernière est trop figée pour être exitante pour un développeur).

    A l'avenir ce qui peut se passer, est que Fedora 12 et RHEL 7 sorte en même temps (ou presque, le packaging de RHEL est plus lourd) ! Avec en gros les mêmes sources ! Avec la même exigence de qualité ! D'ailleurs les outils de test de RHEL sont aujourd'hui à disposition de Fedora (ce n'est pas encore déployé).
    Où sera la différence entre Fedora et RHEL ?
    Dans le support.
    RHEL aura des certifications, des backports pour les corrections de bugs, une ABI/API stable, un support de 7 ans, etc... RHEL sera (comme aujourd'hui) une distribution dédiée aux entreprises.
    Fedora sera une distribution plus "dynamique". Fedora sera (comme aujourd'hui) une distribution dédiée aux développeurs.

    C'est une excellente nouvelle pour Fedora car il n'y aura plus aucune division entre les développeurs de Fedora et RHEL. Un développeur RHEL sera un développeur Fedora. 100 % des ressources en développement seront affectés sur Fedora. La séparation sera sur le support durant la vie de la distribution.

    Bien sûr j'en rajoute. Mais c'est dans cet esprit qu'avance la relation Fedora/RHEL. C'est un fait.

    Enfin : https://www.redhat.com/software/rhelorfedora/
    Package selection criteria :
    RHEL : Best balance of maturity and features selected based on their appropriateness for commercial deployment.

    Fedora : Latest open source community packages. Selected to meet the needs of the open source community and drive rapid technology development.


    Donc en quoi "Brian Stevens crache le morceau" ?
    La page "objectif" de Fedora et la page comparant Fedora avec RHEL n'ont pratiquement pas bougée depuis le début de Fedora !
    On est à la version 5 de Fedora et je me demande comment tu fais pour ne pas être au courrant.
    T'as une réponse à me fournir sur ce point ?


    Pour finir, n'oublie pas ça :
    http://fedoraproject.org/wiki/Objectives
    To do as much of the development work as possible directly in the upstream packages.

    Donc Fedora fait aussi office d'Alpha pour ta putain de distribution chérie qui après peut se flatter d'être techniquement interessante et stable|fiable.
    90 % des innovations de Fedora se retrouveront dans ta distribution chérie.
    Ne l'oublies pas avant de cracher sur Fedora et ceux (qui évidement ne sont pas que chez Fedora) qui bossent pour faire évoluer le logiciel libre et ne se limitent pas à packager des programmes développés, mise au point, et débuggué par d'autres.

    Release early. Release often.

    > Le problème, c'est avec l'hypocrisie de certains spécimens comme ce Max Spevack qui est en totale contradiction avec les propos des dirigeants.

    Max Spevack ne parle pas de la même chose ! Il parle de fiabilité. Brian Stevens parle du processus de développement, pas de la phase de fiabilisation. Le développement sera fait dans Fedora (la phase Alpha) et plus dans RHEL. Mais évidement Fedora aura (comme aujourd'hui) un phase de fiabilisation (en gros 3 mois avant chaque sortie d'une version finale).
    Des travaux sont en cours pour amélioré la fiabilité de Fedora :
    http://fedoraproject.org/wiki/FedoraTesting
    Cette page concerne le testing AVANT la sortie de la version finale et pas APRES. La version finale (celle qui concerne les utilisateurs) n'est pas utilisée pour les tests.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.