Journal Traduction de la nouvelle FAQ de Novell à propos de son accord avec MS

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
-1
8
nov.
2006
En tant que trolleur professionnel du côté obscure de la force je n'ai pas pu m'empêcher de traduire la FAQ que Novell vient de sortir à propos du récent accord passé entre MS et Novell. Cette FAQ est différente de celle publiée lors du communiqué de presse, celle-ci vise plutôt à répondre aux nombreux trolls/questions qui ont suivies.

Les moins trolleurs m'aiderons peut être à améliorer ma traduction publié sur un petit site communautaire du côté obscure de la force ;) (Pas de pub dans le sujet du journal, ca serait trop bien référencé par Google)

Les plus trolleurs auront reconnu la possibilité enfin offerte de continuer à troller dans une page web toute neuve qui n'oblige pas le moteur JavaScript de Firefox à montrer ses limites (Heuresement Adobe vient de passer par là ;) ) dans la dépêche en première page :-p

Evidemment, ces propos n'engage que Novell, modulo les erreurs de traduction que j'aurai pu faire, les erreurs d'interprétations de ses lecteurs, et les limitations d'interopérabilité entre la langue française et la langue anglaise.

Page originale :
http://www.novell.com/linux/microsoft/faq_opensource.html

Traduction non-officielle :
De quelle manière cet accord est-il compatible avec les obligations de Novell concernant la section 7 de la GPL ?
Notre accord avec Microsoft concerne nos clients, et l'inclu pas de licence de brevets ou d'engagement de non-poursuite de Novell par Microsoft (et dans ce cas précis de Microsoft par Novell). Les clients de Novell recoivent un engagement de non-poursuite directement de Microsoft. Nous n'avons pas accepter avec Microsoft aucune condition qui aurait pu contredire la GPL, avec laquelle nous sommes en pleine conformité.

Pourquoi Microsoft a fait cet échange avec Microsoft ? Microsoft aurait-il menacé de poursuites ?
Novell a entâmer des discussions avec Microsoft dans l'objectif de résoudre des problèmes pour nos clients en améliorant l'interopérabilité Linux/Windows, dans des domaines comme la virtualisation, la gestion de serveurs hétérogènes, et la compatibilité de documents bureautique. En sécurisant un engagement de Microsoft de supporter l'utilisation de Linux et de logiciels open-source, nous avons cherché à apaiser les craintes potentielles de nos clients et supprimé une barrière pour l'adoption de Linux à l'échelle des entreprises.

Cet accord est-il un aveu que les produits Linux de Novell viole des brevets de Microsoft ?
Non.
Lee problème des brevets n'est pas ce qui nous a conduis à cet accord. Novell ne fait aucun aveu comme quoi Linux et les produits Open Source violeraient un quelconque brevet tiers. Notre position n'a pas changé à l'issu de cet accord.

Avec cet accord, Novell va-t-il inclure du code breveté par Microsoft dans ses contributions à la communauté open source ?
Non. Novell ne va pas changer ses pratiques de développement du fait de cet accord. Cela a toujours été notre politique dans tous les développents, open-source et propriétaires, de rester à l'écart de code qui viole des brevets, et nous allons continuer à développer des logiciels utilisant ces pratiques. Si un bout de notre code se trouve dans une situation de violer le brevet de quelqu'un d'autre, nous essaierons de trouver une technologie plus ancienne pour invalider le brevet, retravailler le code pour contourner l'infraction, ou en dernier ressort enlever la fonctionnalité.

Le communiqué de press du 2 novembre de Novell dit que "Novell va également payer des droits basés sur un pourcentage de ses revenus issus de produits open-sources." Ces paiement correspondent-t-ils à une licence de brevet pour Novell ?
Non. Novell n'a aucune licence ou engagement de non-poursuite par Microsoft dans cet accord. Les paiements sont l'engagement direct de Microsoft envers les clients de Novell. Pour les mêmes raisons, les clients de Microsoft recoivent le même engagement de la part de Novell en échange d'un paiement de Microsoft à Novell.

L'implication de Novell dans l'Open Invention Network (OIN) est-elle changée suite à cet accord avec Microsoft ?
Non. L'Open Initiative Network est une organisation indépendante créée pour protéger de nombreux logiciels libres et open-sources, dont Linux, d'attaques judiciaires, quelque soit sa provenance. l'OIN fourni une protection à l'ensemble de l'eco-système Linux en fournissant une forme de protection de représailles pour les distributeurs de produits autour de Linux et utilisateurs qui peuvent être la cible de litiges en relation avec des brevets.
Novell est un membre fondateur de l'OIN et reste fortement impliquée dans sa mission. Nous contribuons à l'OIN en fournissant des ressources valorisées et nous continuerons à participer à l'OIN dans le futur. Novell reste un ferme supporter de l'objectif visant à créer un environnement d'innovation ouvert dans le monde Linux, sans avoir à être inquiété par la menace de poursuite liés aux brevets.
La valeur des brevets de l'OIN comme force de dissuasion demeure essentielle à l'industrie Linux, incluant Novell, et elle n'est pas affectée par notre accord avec Microsoft.

Que signifie votre investissement dans le format Office Open XML par rapport à votre engagement dans le format Open Document Format ?
Open Document Format ("ODF") est le format de fichier par défaut d'OpenOffice.org, et Novell est fermement décidé à faire avancé l'ODF comme format de fichier et comme standard. Nous consacrons la majeure partie de nos efforts de développement à OpenOffice.org dans l'ODF.
Nous comprenons également le besoin pour l'environnement bureautique de Linux de fournir une compatibilité avec les formats de fichier de Microsoft Office. En supportant Office Open XML dans OpenOffice.org, et en contribuant à l'effort de traduction entre l'ODF et l'Office Open XML, nous allons améliorer l'interopérabilité entre Linux et les systèmes Windows. Cela va permettre à plus de personnes de choisir un environnement bureautique Linux librement.
Lisez le rapport de Novell sur les formats de fichier pour les applications bureautiques.

Qu'est ce que cela signifie pour Mono et son inclusion dans des distributions autres que SuSE ? Mono viole-t-il des brevets de Microsoft ?
Cet accord n'impact pas les droits et possibilités offertes aux autres distributions de fournir et vendre Mono.
Novell est le principal contributeur de Mono et nous restons impliqués dans le projet Mono. Mono est un projet communautaire avec de nombreux contributeurs provenant d'entreprises, d'universités, de gouvernements et de personnes individuelles.
Le projet Mono a un ensemble de règles qu'il utilise pour gérer les problèmes liés aux brevets qui peuvent implémentés. La politique générale est de contourner, d'enlever, ou de trouver une technologie plus ancienne, un brevet pouvant être implémenté dans Mono. Nous continuons d'encourager cette politique.

Fin
PS : ah oui, je n'ai aucune idée de mes obligations en matière de reproduction de texte traduits. Donc c'est peut être sous licence libre, peut être c'est une violation de droit d'auteur, à vous de voir, la flemme de vérifier.
  • # Le plus drôle...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    c'est que j'ai oublié de traduire un petit bout (de manière toutafé involontaire), bout qui se situe en début de réponse de la dernière question :
    "We maintain that Mono does not infringe any Microsoft patents."
    Oh et puis zut, petit exercice d'anglais très difficile, je vous laisse troller, euh traduire.
    • [^] # Re: Le plus drôle...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Cependant, Novell ne répond pas à toutes les questions qu'on se posait dans https://linuxfr.org/2006/11/03/21570.html

      Notamment, il y avait débat sur le mot "customer"/"client", on se demandait si les autres distributions ou les utilisateurs Mono des autres distributions étaient protégés.

      Dans cette FAQ Novell continue à utiliser le même mot, sans l'expliquer. Mais d'après la dernière réponse, on peut penser qu'ils ne sont pas protégés:
      Cet accord n'impact pas les droits et possibilités offertes aux autres distributions de fournir et vendre Mono.
      Novell est le principal contributeur de Mono et nous restons impliqués dans le projet Mono.

      Cela sous-entend d'une part que la situation ne change pas pour les autres distributions, et d'autre part que Novell ne se considère que comme contributeur de Mono, pas comme éditeur (dans le sens où on n'est pas client Novell en utilisant Mono, alors qu'on l'est en utilisant Suse).

      Excusez l'absence d'accents dans mes commentaires, j'habite en Allemagne et n'ai pas de clavier francais sous la main.

  • # Ne prenons pas de risque inutile...

    Posté par . Évalué à 3.

    De toute façon Java va sortir en version GPL sans prise de tête sur les brevets potentiels.
    • [^] # Re: Ne prenons pas de risque inutile...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu dois avoir raison, ca doit être pour ca que Sun a passé un accord du même type avec Microsoft il y a quelques années... Et puis c'est bien connu, .NET et Java ne partage aucune techno en commun : d'ailleur c'est pour ca qu'on retrouve des fonctionnalités dans Java5 très innovantes que MS n'a sûrement pas pensé à breveté... Tiens y'a un juriste dans la salle pour m'expliquer que ce brevet ( http://portal.uspto.gov/external/portal/!ut/p/_s.7_0_A/7_0_C(...) ) n'est pas implémenté dans Java ?
      Enfin sinon je ne peux que remercier Sun de fournir sous licence libre son implémentation de Java qui profitera aux logiciels libres.
      • [^] # Le million, le million...

        Posté par . Évalué à 1.

        Info fraiche de ce jour: http://www.clubic.com/actualite-65180-microsoft-versera-384-(...)

        J'aime bien la fin de l'article:
        Pour conclure, sachez que l'un des portes paroles de Novell, Joseph A. LaSala indique : « Notre accord n'affecte pas la liberté de Novell ou de qui que ce soit dans la communauté du logiciel libre (...) Il n'impose aucune condition qui serait en contradiction avec la licence GPL »
        • [^] # Re: Le million, le million...

          Posté par . Évalué à 1.

          > Il n'impose aucune condition qui serait en contradiction avec la licence GPL

          Arrêtons le ridicule !
          La GPL s'impose à Novell, Novell ne peut faire un accord qui ne leur permetterait pas de respecter la licence GPL (des logiciels qui l'utilisent du moins).

          Les respects des brevets s'impose à toute licence !
          Si la GPL avait "ce programme est librement diffusable même s'il contient des brevets", cette clause serait nulle. Et je le regrette profondément.

          Cette phrase "Il n'impose aucune condition qui serait en contradiction avec la licence GPL" est vide de toute information/intérêt.
      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à -1.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

      • [^] # Re: Ne prenons pas de risque inutile...

        Posté par . Évalué à 2.

        Ton lien ne donne rien. Peut être faut-il l'ouvrir avec IE? :-)
      • [^] # Re: Ne prenons pas de risque inutile...

        Posté par . Évalué à 3.

        On s'en fout, les brevets logiciels ne sont pas applicables en Europe.
        De plus pour ton brevet, il date de 2000, à mon avis c'est assez facile de prouver que qqchose de similaire existait avant (s'il s'agit bien du brevet sur la possibilité de compiler plusieurs langages).
        A moins que le brevet ne soit pas si trivial que ça auquel cas ça m'étonnerait que ce soit implémenté dans Java, les bases de java n'ayant pas bcp évolué depuis 2000.

        Effectivement tu peux remercier Sun qui fournit Netbeans ( http://www.netbeans.org ), IDE disponible sous plusieurs plateformes avec les sources.
        A quand les sources de VStudio ?
        A quand VStudio sous Linux, sous MacOS ?
        • [^] # Re: Ne prenons pas de risque inutile...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          A moins que le brevet ne soit pas si trivial que ça auquel cas ça m'étonnerait que ce soit implémenté dans Java, les bases de java n'ayant pas bcp évolué depuis 2000.
          EN l'occurence le brevet que j'ai pointé fait référence à la fonctionnalité de boxing/unboxing, apparue dans Java5 et directement inspiré de .NET. Bon après y'a peut être une antériorité à .NET.
  • # Faille

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    De quelle manière cet accord est-il compatible avec les obligations de Novell concernant la section 7 de la GPL ?
    Notre accord avec Microsoft concerne nos clients, et l'inclu pas de licence de brevets ou d'engagement de non-poursuite de Novell par Microsoft (et dans ce cas précis de Microsoft par Novell). Les clients de Novell recoivent un engagement de non-poursuite directement de Microsoft. Nous n'avons pas accepter avec Microsoft aucune condition qui aurait pu contredire la GPL, avec laquelle nous sommes en pleine conformité.


    Supaire. En gros, les avocats de Novell et ceux de Microsoft on bossé ensemble et on trouvé une faille juridique dans la GPL. Bien joué, effectivement en passant un accord directement avec les utilisateurs et en sautant le distributeur, on arrive à contourner la section 7. Et encore, ça reste à prouver, mais je pense qu'ils ont bien fait leurs devoirs. Parce que leur accord, c'est clairement un contournement de l'esprit de la section 7, qui était justement là pour empêcher les accords de licences par un distributeur spécifique.

    C'est peut-être légal, mais c'est pas très glorieux.
    • [^] # Re: Faille

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Il est clair que Microsoft et Novell font ici preuve d'un machiavélisme inouï

      Microsoft peut faire peur a tout le monde en parlant de distributions Linux "légal" et "illégal" et en menacant d'attaquer en justice tout le monde.

      Novell peut prétendre continuer à respecter la GPL et mentir comme des aracheurs de dents en prétendant ne pas connaitre de problèmes de brevets dans Mono ou autres soft de leur cru tout en surfant sur le FUD de Microsoft pour dénigrer la concurrence et augmenter leur part de marché.

      Faut être sérieux un instant, cet accord n'est en rien un accord gagnant/gagnant avec la communauté du Logiciel Libre, mais un moyen pour Microsoft de tester un nouvel angle d'attaque contre son insaisisable ennemi.

      Mono est une plaie, une plaie béante qui s'y elle n'est pas soigné correctement gangrénera de l'intérieur le monde du Logiciel Libre.
      • [^] # Re: Faille

        Posté par . Évalué à 9.

        Laissez Gnome en C bordel !!!
        Virez moi Mono !!
        • [^] # Re: Faille

          Posté par . Évalué à 1.

          Gnome, la plateforme a 0 ligne de C#.
          Il n'y a qu'une application de Gnome Desktop écrite en C# => tomboy.
          Il y a d'autres applications écritent en C# pour Gnome, mais elles ne font pas parties du projet Gnome.

          S'il faut virer Mono/C# de tout Gnome (le projet sur http://www.gnome.org/), car il serait un comble pour un logiciel libre d'interdire à quelqu'un d'écrire un programme dans le language qu'il veut, ça se fera en deux minutes et les doigts dans le nez.
          • [^] # Re: Faille

            Posté par . Évalué à 2.

            donc pour 1 application , il faut rajouter un programme de
            Totals grouped by language (dominant language first):

            cs: 1475135 (85.45%)
            ansic: 231243 (13.40%)
            sh: 18159 (1.05%)
            perl: 877 (0.05%)
            asm: 635 (0.04%)
            yacc: 285 (0.02%)
            [...]
            Please credit this data as "generated using David A. Wheeler's 'SLOCCount'."

            lignes !
            Ca faut quand meme pas mal hein ! -sloccount sur mono 1.16.1 -

            Ca c'est de l'optimisation de code !
    • [^] # Re: Faille

      Posté par . Évalué à 4.

      Deux liens intéressants à ce sujet (malheureusement en anglais et trop long à traduire):
      http://www.groklaw.net/article.php?story=20061107194320461
      http://log.ometer.com/2006-11.html#7
      • [^] # Re: Faille

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Très bien l'article de Groklaw (comme toujours d'ailleurs).
        Allez je m'y essaye, du moins en ce qui concerne la partie que je citais :

        Compris ? Novell n'obtient pas la promesse sur les brevets de la part de Microsoft, c'est ses utilisateurs finaux qui l'obtiennent. Ha ha, la GPL ! Sauf que les utilisateurs sont aussi sous le coup de la licence GPL, c'est justement le principe de la GPL. Des utilisateurs qui ne sont pas autorisés à redistribuer les logiciels, à ce qu'en disent Novell et MS, sans perdre leur promesse de brevets, selon l'accors qui a ét fait en leur nom -- sans leur demander leur avis -- et en plus de la licence GPL qu'ils avaient déjà. Hmm. On verra

        [ Mise à jour: Oct. 8, 8:42 AM - Je viens de me rendre compte de la signification complète. Ici, Novell sort de la ligne de mire et se met d'accord avec Microsoft pour dire que ce sont ses utilisateurs finaux qu'il faut pourchasser en cas de violation de brevets. L'ombre de SCOsource. Merci du peu, Novell.
        Autres questions : quand est-ce qu'on a demandé aux clients de Novell SuSE s'ils désiraient que Novell passe un accord avec Microsoft en leur nom ? Quand leur a-t-on demandé d'approuver les termes de cet accord ?
        [... là c'est trop techniquement légal pour moi... ]

        Voici une interview avce Bill Hilf de Microsoft :
        Hilf: Nous avons commencé à travailler sur ce cadre général il y a environ trois ans. L'accord avec Novell date de six mois. Cela a été un énorme travail pour bien comprendre la GPL et ne pas l'enfreindre. Nous ne donnons pas de licence de brevets dans cet accord. Il n'y a pas d'accord de licence croisé. Nous déclarons que nous couvrons les clients de Novell des problèmes de propriété intellectuelle de Microsoft. Cela nous permet de travailler avec la GPL parce que la GPL est très spécifique en ce qui concerne les brevets. Cela nous a pris pas mal de temps pour en arriver à ce niveau du cadre légal.


        Quand je lis ça, j'ai l'impression qu'ils veulent avoir le beurre libre et l'argent du beurre libre, c'est à dire qu'ils ont essayé de contourner la GPL au lieu de simplement la suivre. Ils savent que le code GPL ne peut pas être pollué par des brevets, mais ils veulent le faire quand même.
        Je lis ça comme une intention claire d'éviter l'esprit de la GPL en s'engouffrant dans une de ses possibles failles, de profiter de la GPL sans l'adopter.
        Et quand je dis "ils", je veux dire Novell aussi. Il ont accepté l'accord.

        Sont-ils certains que les clients de Novell veulent entrer dans un accord anticompétitif, antiLinux, qui bénéficie à quelqu'un d'autre et limite les droits qu'ils avaient avant l'accord ?
        En fait si cet accord vaut des millions, est-ce que les clients touchent l'argent ? Non ? Tous ces millions de Microsoft vont à Novell ? Je pensais que c'était un accord direct entre Microsoft et les clients de SuSE. Comment se fait-il que ce soit Novell qui empoche l'argent ? Microsoft annonce qu'ils vont payer 108 millions de dollars. A Novell. Bien, mais entre qui cet accord est-il réellement passé ? Et qui a jamais entendu parler de royalities sur une promesse ? Mais ce n'est pas une licence de brevets, Votre Honneur. Non. Pas du tout.
        • [^] # Re: Faille

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Voilà un éclairage intéressant apporté par ces derniers commentaires et Groklaw !

          Si cette faille et la menace qui en découle s'avèrent pertinentes, elles vont apporter beaucoup au débat ayant trait à la conception de la licence GNU/GPL v3... Cette dernière devrait en sortir renforcée.

          Microsoft et Novell auront donc gentiment contribué à la rédaction d'une licence GNU/GPL plus solide : Merci !
        • [^] # Re: Faille

          Posté par . Évalué à 1.

          Arrêtez de taper sur la GPL, c'est le même problème avec n'importe qu'elle licence.
          S'il y a un brevet dans Xorg (qui est sous BSD), il faut payer le brevet pour utiliser Xorg (donc ce n'est plus un logiciel libre). La différence est que la GPL interdit la diffusion de ce logiciel qui n'est plus libre.
    • [^] # Re: Faille

      Posté par . Évalué à 4.

      > En gros, les avocats de Novell et ceux de Microsoft on bossé ensemble et on trouvé une faille juridique dans la GPL.

      NON ! Il n'y a pas de "faille juridique" dans la GPL.
      La GPL ne fait que rappeler l'implication des brevets. Les lois sur les brevets ont priorité sur les droits d'auteurs.
      Quoique dise la GPL, elle doit respecter les lois sur brevets.
      Ce n'est pas spécifique à la GPL. C'est comme ça pour toutes les licences (libre, open source, proprio). S'il y avait un moyen pour éviter les nuissances des brevets via la licence, croyez bien que la FSF (et même des éditeurs de logiciels proprios) aurait "pondue" une telle licence. Ce n'est malheureusement pas le cas.
      La particuliarité de la GPL est qu'elle interdit de diffuser un programme si l'utilisateur final doit payer des brevets ou voit ces droits d'utilisation limités par des brevets.
      En gros si le logiciel ne devient plus libre à cause des brevets, on n'a plus le droit de le diffusé. La GPL n'est pas une licence pour diffuser du logiciel propriétaire. Ce n'est pas une "faille juridique", c'est volontaire.
      D'autres licences, type "open source", permette de diffuser des programmes avec des brevets. Mais es-ce encore des logiciels libres si l'utilisateur final doit payer pour l'utiliser ?

      > Bien joué, effectivement en passant un accord directement avec les utilisateurs et en sautant le distributeur, on arrive à contourner la section 7.

      Elle n'est pas contournée.

      > Parce que leur accord, c'est clairement un contournement de l'esprit de la section 7

      Et non (selon mon interprétation). La licence est surtout pour l'utilisateur final.

      Par contre il y a un point où la licence est mise à mal. Tant qu'on a un accord de support avec Novell, l'utilisateur final peut librement utiliser le logiciel (mais pas le diffuser). Mais dès qu'on a plus de support de Novell, il faut payer les brevets. La licence GPL ne parle pas de durée. C'est peut-être la "faille".
      • [^] # Re: Faille

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Cet accord contrevient à la GPL.
        "Microsoft commits to a covenant not to assert its patents against Novell's end-user customers for their use of Novell products and services for which Novell receives revenue directly or indirectly from such customers, with certain exceptions"

        En gros Microsoft n'utilisera pas ses brevets contre les utilisateurs Novell SI Novel a reçu de l'argent directement ou indirectement, avec certains execeptions....

        En clair les utilisateurs Novell ne peuvent distribuer les produits novell dans les même conditions, la "licence-dont-on-ne-dit-pas-que-c'est-une-licence" qui n'est accordé qu'a ... 'end-user customers for their use of Novell products and services for which Novell receives revenue directly or indirectly from such customers, with certain exceptions'.

        Il peut y avoir toutes les circonvolutions juridiques tortueuses que l'on veut, il en reste que Novel distribue un linux modifié que ses utilisateurs ne peuvent pas distribuer ni modifier (risque de procès microsoft-novell).

        De toute façon depuis caldera,suse,novell, cela n'a jamais été vraiment libre, un peu le canada dry du libre.
        • [^] # Re: Faille

          Posté par . Évalué à 4.

          Cet accord n'a rien a voir avec la GPL et c'est assez facile a prouver :

          - Tous les softs concernes existaient et etaient sous GPL AVANT cet accord.
          - Cet accord n'ajoute pas une seule ligne de code(donc n'ajoute aucun brevet) a ces projets et ne change pas leur licence.

          Bref, soit ces logiciels violaient la GPL avant l'accord et le violent toujours apres, soient ils ne violaient pas la GPL avant et ne la violent toujours pas apres.
      • [^] # Re: Faille

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        > La particuliarité de la GPL est qu'elle interdit de diffuser un programme si l'utilisateur final doit payer des brevets ou voit ces droits d'utilisation limités par des brevets. En gros si le logiciel ne devient plus libre à cause des brevets, on n'a plus le droit de le diffusé.

        Je suis bien d'accord, mais comme on dit "le diable est dans les détails" (ça c'est de la mauvaise trad :) )
        Ce que tu décris, c'est ce que veut imposer la GPL. Mais la GPL est un texte juridique, et dans ce domaine la façon dont c'est écrit est très important. La GPL dit que si, en tant que distributeur, tu acquières une licence d'une société détentrice de brevets sur ton code GPL pour pouvoir le distribuer, et que donc tu supprimes le droit de redistribution aux personnes à qui tu vas le distribuer (puisqu'ils n'auront pas cette licence), alors tu n'as pas le droit de le distribuer du tout.
        Toute la ruse de l'accord Novell-MS est justement que Novell n'acquiert pas de licence de la part de MS. C'est les clients finaux qui ont cette licence, donc c'est à eux que la GPL interdit de redistribuer le code.
        Ca revient au même, mais le texte de la GPL fait que ce sont les clients finaux qui perdent alors le droit de redistribuer, pas Novell. La GPL devrait, en toute logique, empêcher Novell de distribuer son code GPL puisqu'en pratique ils sont les instruments de la suppression du droit de distribution de leurs clients. Mais ce n'est pas couvert explicitement par le texte. Ca rentre dans ma définition de "faille juridique".
        • [^] # Re: Faille

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Ca revient au même, mais le texte de la GPL fait que ce sont les clients finaux qui perdent alors le droit de redistribuer, pas Novell
          Même pas. MS s'engage juste à ne pas attaquer les clients de Novell. Ca ne donne pas pour autant aux clients de Novell une licence exclusive d'utilisation des brevets de MS. Donc les clients peuvent toujours redistribuer le code GPL. La GPL "impose" dans l'esprit qu'il n'y ai pas d'exclusivité, et bien il n'y en a pas dans cet accord (vis-à-vis de licence).
          Si la GPL n'était plus valide dans ce cas précis ca serait trop facile : demain je déclare, moi MS, "je n'attaquerait aucun client de RedHat" (sans même en parler à RedHat), pouf tous les clients RedHat perdent le droit d'utiliser leurs libertés GPL ?
          • [^] # Re: Faille

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Bien sûr qu'il suffit pas de dire ça. Il faut déjà prouver que le code GPL en question enfreint un brevet de MS.
            Une fois que c'est fait, les clients de Novell sont protégés de MS, et pas les autres, donc il y a discrimination, donc on tombe dans le cas ci-dessus. Certes ce n'est pas une licence pour l'utilisation d'un brevet, c'est une promesse de non-attaque pour l'utilisation de ce brevet. La différence est quand même vraiment subtile.

            Finalement c'est ça qui est beau : si un brevet est avéré dans un code GPL couvert par l'accord, plus personne ne peut le distribuer (ce serait une violation du brevet), sauf Novell. Les clients de Novell ne peuvent pas le distribuer non plus puisque la GPL les en empêche, ils ont un accord avec le détenteur du brevet.
            Chapeau bas.

            Enfin, les brevets sont tellement obscurs que c'est le terrain à FUD parfait. Il suffit que quelqu'un (surtout MS) émette l'hypothese qu'il soit possible qu'il y ait un brevet éventuel sur une appli pour que le DSI parte en courant.
            Pourtant Novell est un membre fondateur de l'OIN, cette initiative me paraissait quand même beaucoup plus intéressante que passer un accord unilatéralement.
            On est un peu dans le dilemme du prisonier là. L'OIN représentait la solution de collaboration (on se met ensemble pour se battre), Novell a choisi la traîtrise.
  • # la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

    Posté par . Évalué à 1.

    La section 7 dit que s'il existe un brevet s'appliquant à du code sous GPL et en interdisant l'utilisation par au moins certains utilisateurs, alors il est interdit de distribuer ce code GPL par tout le monde.

    La section 7 ne fait aucune mention du fait qu'elle ne serait pas valable dans le cas où le brevet appartiendrait à une entité spécifique (ici MS), ou dans le cas où le brevet ne s'appliquerait pas à une catégorie spécifique d'utilisateurs ou de distributeurs (ici les clients de novell).

    Donc la section 7 interdit à quiconque, donc aussi MS et Novell, de distribuer du code GPL ne leur appartenant pas et dont les brevets ne seraient pas royalty free pour tous.

    Conclusion: on se méfiera spécialement du code appartenant à MS ou Novell (cf leurs implémentations de .NET), qui n'est donc pas soumis à la protection de la GPL évoquée ci-dessus.
    • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

      Posté par . Évalué à 1.

      on se méfiera spécialement du code appartenant à MS ou Novell (cf leurs implémentations de .NET)
      Ouais enfin, ton code, le mien ou le leur, s'il y a un brevet ca va pas changer grand chose, il te faut une licence sur le brevet quel que soit l'auteur du code, point.

      Donc la section 7 interdit à quiconque, donc aussi MS et Novell, de distribuer du code GPL ne leur appartenant pas et dont les brevets ne seraient pas royalty free pour tous.

      J'ai un peu du mal avec cette hypocrisie ambiente autour de mono.

      Ok, les brevets c'est mal.

      Ce qui me derange, c'est cet acharnement sur Mono alors qu'il n'est pas plus menace par les brevets que linux, tous les players videos (de vlc a mplayer en passant par totem), tous les players audios, tous les softs de dessins, bref des pans entiers de l'informatique sont proteges par les brevets, ca n'a jamais derange quiconque ces 30 dernieres annees.

      Et la d'un coup on nous parle de "plaie dans le logiciel libre", de "loup dans la bergerie" etc.
      Tout ca pour quoi?
      Pour un pauvre framework incomplet depourvu d'IDE decent qui ne decolle pas dans le monde libre...

      Ya pas comme un probleme de coherence? Des projets enormes utilise par des centaines de milliers de personnes tous les jours : proteges par brevet tout le monde s'en fout. Parle t on d'interdire de diffuse linux sous GPL car il violerait des brevets?
      Une implem' incomplete peu utilisee d'un framework concurrent : Scandale dans le monde du libre.

      Excusez moi, mais j'aimerais bien comprendre...
      Pourquoi ca s'indigne dans les chaumieres?
      Parce que c'est 'dredi, free troll day?
      Parce qu'il ya des brevets?
      Parce que c'est une techno microsoft?
      Parce que suse sapusiapalibre?
      • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        euh....

        Bon, ok je veux bien comprendre que les brevets sont partout, que c'est mal, que c'est dur de faire sans puisqu'ils ont même probablement breveté la bonne manière de pisser MAIS,entre

        se défendre contre un brevet sur l'utilisation d'un if else then dans du code
        et
        se défendre contre un(des) brevet(s) sur une réimplémentation la plus complète possible d'un framework entier de devellopement qui ressemble plus que très fortement à .NET pour faire la même chose dans les même conditions, pour être portable sur win32, je veux pas dire, mais j'aimerais plutôt être dans le premier cas.

        On peut difficilement justifier un plaggiat devant une court de justice et microsoft pourrait arguer fortement du manque à gagner possible, de la compatibilité avec ses applis, et l'utilisation de ses brevets dans ce but.

        Je crois qu'il peut être facile de se défendre de l'implémentation d'un algo de décompréssion (lecture et non pas création) avec comme angle d'attaque le monopole, autant une réimplémentation totale d'une technologie, je ne m'y risquerait pas.

        D'ailleurs certains logiciels sont cités et ce n'est pas vlc.
        • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

          Posté par . Évalué à 3.

          *kof* *kof*

          excuses moi, mais ffmpeg avec le support total du wmv brevete dans tous les sens, le support mpeg4 brevete de partout, lame brevete de partout, je doute que les qq centaines de brevets que viole le kernel soit du if then else...
          Idem pour samba.

          Comme l'indique TImaniac, java/.Net/python sont des plates formes conceptuellement tres proche et donc tres potentiellement couvertes par les memes brevet, et pourtant personne ne s'obsfusque des vm libres, personne ne s'offusque de gcj.
          Le java de sun a une licence specifique pour un brevet de kodak, pourquoi gcj ou les vm libres ne seraient pas concernees?

          Bref, arretons l'hypocrisie 2 secondes.

          Cette histoire fait du bruit parce qu'il s'agit d'une alliance avec Microsoft... Novell aurait fait un pacte avec IBM ca aurait fait une depeche de premiere page 100 commentaire max et voila fin de l'histoire.

          Je crois qu'il peut être facile de se défendre de l'implémentation d'un algo de décompréssion (lecture et non pas création) avec comme angle d'attaque le monopole, autant une réimplémentation totale d'une technologie, je ne m'y risquerait pas.
          Pour commencer, il s'agit aussi d'ecriture.
          Ensuite, c'est le concept meme du brevet de donner un monopole pendant un certain temps au createur, donc attaquer sur l'angle du monopole, tu risque d'avoir des problemes.
          • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            tu peux tousser, faut réfléchir 30 secondes :

            Je dis qu'il y a une différence entre un brevet sur un algo de décompression (lire une vidéo) et une implémentation d'un framework.

            Ensuite on peut se cacher en disant java/.net/python sont proches, oui, 106/clio/golf sont aussi très proche. Maintenant, il est plus facile de défendre java contre microsoft que mono contre microsoft, et bizarrement dans "le pacte" et la faq, n'est cité ni ffmpeg, ni vlc, ni python,ni java,ni lame, ni gcj,ni le kernel, juste mono et openxml pourquoi ? des exemples 'au hasard' ? coïncidences ? mon cul oui.

            Autant je peux justifier l'utilisation de soft qui LISENT des algos brevetés (mp3, mpeg4, wmv wma ...) autant je REFUSE d'utiliser des softs qui PRODUISENT de tels objets.

            Vous faites vite un amalgame (c'est facile et rapide à mettre en oeuvre) entre la création et la lecture, pourtant c'est différent.

            De même il est facile de généraliser une problèmatique pour 'noyer' le poisson. Je ne fais que dire que cette histoire 'tente' de voir comment contourner/affaiblir/utiliser la gpl en grandeur nature.

            Comme dans tous les cas, il y aura un pourcentage de gens qui le défendra (comme certains défendent les modules noyeaux binaires) mais il n'en reste que microsoft n'est pas IBM (microsoft à en* ibm avec os/2) et que je trouve que cet accord permet de voir comment les gens se positionnent sur l'échelle du libre, il va permettre de départager ceux qui cherche le libre pour le prix ou ceux qui cherche le libre pour le libre. C'est tout. Novel/suse, ce n'est pas le libre pour le libre. point.

            De plus ibm n'est pas créateur/distributeur de win32-vista, ibm fait du matériel donc un accord novell/ibm (qui a libéré des brevets pour le libre) n'a pas la même porté qu'un accord novell/microsoft (qui va casser sciemment des compatibilités avec vista/win32, ceux qui tentent de mixer du linux/win vont avoir de bonnes soirées en perspectives.)

            Ensuite, pour ceux qui aiment la recherche, il serait intéressant de faire une étude sur les gens qui trouvent que c'est une bonne chose cet accord et regarder la position de ces personnes sur les binaires proprio en mode noyeau, la gpl V3, l'effet tivo, mono, (tout ce qui est border line) et voir ce que cela donne. On serait véritablement dans un contexte scientifique de collecte de données.
            • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

              Posté par . Évalué à 3.

              Autant je peux justifier l'utilisation de soft qui LISENT des algos brevetés (mp3, mpeg4, wmv wma ...) autant je REFUSE d'utiliser des softs qui PRODUISENT de tels objets.
              la question n'ets pas la, la question 'nets pas de savoir ce que tu trouves acceptable ou pas, la question est de savoir si tu violes un brevet.

              En l'occurence quand tu lit, tu utilise, donc tu viole le brevet.
              POINT.

              Et que toi tu l'utilise ou pas pour encoder, on s'en tape, ffmpeg a besoin d'une licence pour implementer mpeg4, c'est tout.

              que tu dise "ouais mais heuuu, je fais que lire, c'est pas genant" n'est pas une excuse valable.

              Tu ne m'a pas repondu concernant tous les brevets (potentiellement) violé par linux, j'aimerais bien avoir ton excuse a ce sujet.

              ibm fait du matériel donc un accord novell/ibm (qui a libéré des brevets pour le libre) n'a pas la même porté qu'un accord novell/microsoft (qui va casser sciemment des compatibilités avec vista/win32, ceux qui tentent de mixer du linux/win vont avoir de bonnes soirées en perspectives.)
              oui, c'est vrai IBM ne produit absolument aucun soft. D'ailleurs c'est pas du tout dans leurs politique actuelle de lacher du lest sur le hard et de faire encorep lus de soft.

              je trouve que cet accord permet de voir comment les gens se positionnent sur l'échelle du libre, il va permettre de départager ceux qui cherche le libre pour le prix ou ceux qui cherche le libre pour le libre. C'est tout. Novel/suse, ce n'est pas le libre pour le libre. point.
              marf.
              Ben justement, en l'occurence gueuler sur novell et mono c'est pa tres coherent comme position, apres t'en fais ce que tu veux.
              tu noteras que je n'ai donne aucun avis sur l'accord, j'ai juste du mal a comprendre pourquoi certains s'indignent des brevets sur mono et pas sur linux, ffmpeg et consorts.

              106/clio/golf sont aussi très proche.
              Tu glisses dans l'analogie foireuse.
              je ne prendrais meme pas la peine de la demonter tellement elle est ridicule.
              m'enfin, on est vendredi.

              Maintenant, il est plus facile de défendre java contre microsoft que mono contre microsoft
              heu ben s'il ya matiere a defendre (donc un brevet), alors il ne faut pas distribuer en gpl puisque c'est interdit.
              Que ce soit contre microsoft ou un l33t h4cker dans son garage n'est pas la question.
              Un peu de coherence dans son discours ne fait pas de mal.

              Bref, je repose la question, vu que certains ont l'air de vouloir y voir un troll.

              Je n'ai aucun avis sur cet accord, je m'en cogne tres sincerement.
              Ma question est : pourquoi vous defoulez vous avec autant de ferveur sur mono au sujet des brevets alors que vous ne trouvez bizarrement rien a dire au sujet de linux et du multimedia libre en regle general?
        • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          se défendre contre un(des) brevet(s) sur une réimplémentation la plus complète possible d'un framework entier de devellopement qui ressemble plus que très fortement à .NET pour faire la même chose dans les même conditions, pour être portable sur win32
          Tu sais je connais un OS+libs sous une licence offrant plein de libertés qui est une implémentation de normes issus d'OS proprio, en visant également une certaine compatibilité... D'ailleur une étude y a trouvé des centaines de violation de brevets (étude non objective, mais jamais vraiment remise en cause par ceux-là même qui ont écrit le code incriminé)

          On peut difficilement justifier un plaggiat devant une court de justice
          C'est pas un plagiat, c'est une implémentation. Linux est un plagiat de Unix ? OpenOffice.org est un plagiat de MS Office ? Wine est un plagiat de Windows ? Samba est un plagiat d'un protocole MS ? Firefox est un plagiat de IE ? (bah oui ils implémentent les mêmes specs HTML, modulo de nombreux bugs on est pas là pour troller sur FF/IE)
          Alors oui, l'interopérabilité demande une compatibilité à un certain niveau, que ce soit au niveau du format de fichiers ou des APIs. C'es pas pour autant du plagiat.

          microsoft pourrait arguer fortement du manque à gagner possible, de la compatibilité avec ses applis, et l'utilisation de ses brevets dans ce but.
          Mono ca reste avant tout une implémentation de normes définies à l'ECMA et à l'ISO. Je vois pas ce qu'un juge pourrait retenir d'une accusation de plagiat. Les seuls parties vraiment "copiées" et non standardisés sont des API spécifiques à Windows, uniquement là dans un soucis d'interopérabilité. Là encore devant un juge, l'interopérabilité est largement défendable. Au pire ces parties sont supprimés, on ne pourra plus faire tourner certaines applis conçues pour Windows sous Linux, la belle affaire. Restes que Mono propose également une stack complète de dev alternative plus adaptée à Linux ou MacOSX.

          Si Mono et OpenOffice.org sont cités, c'est avant tout car ils vont constituer avec Samba des socles d'interopérabilité pour leurs solutions bureautiques et de managment de serveurs hétérogènes.

          Ah oui et quand tu fais la différence entre des codecs MPEG-4 implémentés dans des lecteurs Linux et la "création", c'est complètement foireux. La plupart de ses solutions sont capables également de "créér" du MPEG-4 (encodage quoi), et Mono peut être considéré comme un "lecteur" de binaires également utilisé par MS.
          • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

            Posté par . Évalué à 2.

            mp3 est soumit a licence pour encodage ET decodage si utilisation commerciale (or la gpl ne faisant pas de distinction commerciale/gratuit, ca va donc a l'encontre dela gpl).

            pour mpeg4 c'est encore pire, la situation est floue au possible car les brevets seraient reparties sur une douzaine de boites et il n'y a pas de moyens simple d'obtenir une licence (comme pour le mp3) par exemple. Et ce pour l'encodage ET le decodage.

            Bref, mono, ffmpeg, vlc, amarok, totem, rhyhthmhbhohxh (je sais jamais ou vont les multiples h, desole), linux, meme chose.

            Je te ferais remarquer que les 2 sont des standards ISO, donc quelque part ton argument "c'est un standard iso, donc on peut l'implementer" ne tient pas vraiment la route.
            La GPL parle bien de "royalty free" et non de rand.

            Bref, quand on joue l'intransigeant, on le fait bien.

            free2.org qui est si prompt a degainer sur free ne va pas dire grand chose contre linux...
            Et pourtant, ils sont en infraction avec la GPL.
            Marrant, quand meme, trouvez pas?
            • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              je suis un peu mort de rire :
              la partie pour le tout :
              >"Bref, mono, ffmpeg, vlc, amarok, totem, rhyhthmhbhohxh (je sais
              >jamais ou vont les multiples h, desole), linux, meme chose.

              Dans ces cas là pourquoi se faire chier à contourner des algos ? autant continuer franchement dans le breveté.

              Pire, on devrait tous retourner directement sous winwin.

              N'empèche, implémenter une api microsoft et dire c'est pas pire que que vlc, faut être fort.
              • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

                Posté par . Évalué à 2.

                N'empèche, implémenter une api microsoft et dire c'est pas pire que que vlc, faut être fort.
                L'api est standardise, le probleme ne vient aps de la, le probleme vient des brevets.
                C'est pas un probleme d'infraction au copyright c'est un probleme d'infraction de brevet, t'es capable de saisir la nuance quand meme?
                Le probleme n'est pas sur le code, mais sur les algos implementes.

                je suis un peu mort de rire :
                la partie pour le tout :
                snip
                Dans ces cas là pourquoi se faire chier à contourner des algos ? autant continuer franchement dans le breveté.


                ben rigoles, rigoles, mais explique moi concretement la difference entre vlc, ffmpeg et mono.

                Les deux violent des brevets, on le sait clairement.

                Encore une fois, ma remarque ne tient pas sur le cote "doit on implementer des technos brevetees" qui est rudement epineuse etant donne l'omnipresence des brevets en tout genre dans notre industrie.

                Je m'etonne simplement de voir que certains qui montent au creneau et gueulent comme des putois, brandissant l'article 7 de la GPL, s'insurgeant contre novell alors qu'ils sont etonnament silencieux et arrangeant sur d'autres produits suivant strictement le meme schema.
                Que tu le veuilles ou non, VLC et FFMpeg violent ouvertemment des brevets, et donc le meme article 7 qui est invoque ici meme s'applique exactement de la meme facon sur ses produits.
                Linux est potentiellement dans le meme cas, mais le flou subsiste encore sur les brevets eventuellement en cause. VLC et FFMpeg, par contre c'est clair et net.

                Alors, deux poids, deux mesures?
                Chez les apotre de l'intransigeance et du philosophique, tu m'excuseras, mais ca fait tache.
            • [^] # Re: la GPL section 7 marche mais ne s'applique pas à .NET

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je te ferais remarquer que les 2 sont des standards ISO, donc quelque part ton argument "c'est un standard iso, donc on peut l'implementer" ne tient pas vraiment la route.
              Je dis pas qu'on peut l'implémenter 'librement' du fait qu'il soit ISO ou ECMA, je dis simplement que l'objectif d'un standard/norme est quand même d'être implémenter, donc bon MS qui a "normalisé" sa techno serait mal venu d'attaquer pour "plagiat" auprès d'un tribunal. D'autant plus que Novell fait parti du comité de normalisation.
  • # Plongeons dans cette connerie.

    Posté par . Évalué à 3.

    De quelle manière cet accord est-il compatible avec les obligations de Novell concernant la section 7 de la GPL ?
    Notre accord avec Microsoft concerne nos clients
    [...]
    Les clients de Novell recoivent un engagement de non-poursuite directement de Microsoft.

    Tout est dit. Ça ne concerne que les clients Novell.
    Les programmes seront diffusables sous GPL pour les client Novell et que par Novell. Pour les autres ? Ben s'il y a un brevet, la section 7 de la GPL s'applique et le programme n'est plus diffusable.

    "Bien sur" la FAQ oublie de le préciser.

    > et l'inclu pas de licence de brevets

    Ce contrat peut-être. Mais tout est fait pour qu'à l'avenir Novell achete des licences à MS. Lorsque ça arrivera, les clients Novell seront obligé de rester sous Novell.
    De tout manière, MS a été très claire, pour eux il n'y a que Novell qui est "clean". Les autres distributions peuvent subir des poursuites de MS. MS joue la menace et Novell a plié. Et novell ne va manquer une occasion de tirer les marrons du feu par rapport au autres distributions.

    > ou d'engagement de non-poursuite de Novell par Microsoft (et dans ce cas précis de Microsoft par Novell).

    Ce qui n'empêchera nullement MS de poursuivre Red Hat ou Mandrake ou Debian s'il diffuse un Mono (celui sur le site de Novell par exemple) avec un brevet de MS. Ou Red Hat, Mandriva, etc... devront payer MS pour diffuser le programme.

    Pensez au brevet mp3. Le brevet mp3 est "compatible" avec la GPL. Sauf que dans les pays où le brevet mp3 est reconnu, il est interdit de diffuser le programme. La GPL l'exige mais même si la GPL ne l'exigait pas, le détenteur du brevet l'exigerait de bon droit.
    Sinon il faut payer le brevet pour diffuser le logiciel.

    > aucune condition qui aurait pu contredire la GPL, avec laquelle nous sommes en pleine conformité.

    C'est vrai.
    Mais s'il y a un brevet MS dans Mono, le Mono de Novell ne peut être diffusé par Novell à des non clients de Novell. C'est-à-dire qu'il peut être diffusé qu'à des clients Novell qui ont un accord de support avec Novell. NB : Un utilisateur d'OpenSuse n'est pas un client Novell !

    Pourquoi Microsoft a fait cet échange avec Microsoft ? Microsoft aurait-il menacé de poursuites ?
    Novell a entâmer des discussions avec Microsoft dans l'objectif de résoudre des problèmes pour nos clients en améliorant l'interopérabilité Linux/Windows, dans des domaines comme la virtualisation, la gestion de serveurs hétérogènes, et la compatibilité de documents bureautique.

    Belle intention. Mais la conséquence est de verrouillé les utilisateurs à utiliser SuSE/Novell et rien d'autre. A moins que les autres payent aussi MS. MS a fait une "offre" à Red Hat, Red Hat a envoyé MS se faire foutre.

    > Novell ne fait aucun aveu comme quoi Linux et les produits Open Source violeraient un quelconque brevet tiers.

    Pas d'aveu, c'est tout. Cette phrase n'engage en rien Novell.

    Avec cet accord, Novell va-t-il inclure du code breveté par Microsoft dans ses contributions à la communauté open source ?
    Non. Novell ne va pas changer ses pratiques de développement du fait de cet accord. Cela a toujours été notre politique dans tous les développents, open-source et propriétaires, de rester à l'écart de code qui viole des brevets, et nous allons continuer à développer des logiciels utilisant ces pratiques. Si un bout de notre code se trouve dans une situation de violer le brevet de quelqu'un d'autre, nous essaierons de trouver une technologie plus ancienne pour invalider le brevet, retravailler le code pour contourner l'infraction, ou en dernier ressort enlever la fonctionnalité.

    Intéressant. Mais en contradiction avec les propos de MS sur l'accord MS/Novell. S'il n'y a pas de brevets MS dans les produits Novell, alors pourquoi cette parti : "Les clients de Novell recoivent un engagement de non-poursuite directement de Microsoft".
    On nage dans les contradictions.
    J'ai plutot envie de penser que ce paragraphe est du vent.

    L'implication de Novell dans l'Open Invention Network (OIN) est-elle changée suite à cet accord avec Microsoft ?
    Non.


    Ça me fait rire. Pourquoi alors cet accord entre Microsoft et Novell ? Pourquoi c'est uniquement au bénéfice des clients Novell ?
    Pourquoi "Les clients de Novell recoivent un engagement de non-poursuite directement de Microsoft" alors que Novell prétant vouloir défendre tous les utilisateurs Linux ?
    Ça n'a pas de sens.

    Qu'est ce que cela signifie pour Mono et son inclusion dans des distributions autres que SuSE ? Mono viole-t-il des brevets de Microsoft ?
    Cet accord n'impact pas les droits et possibilités offertes aux autres distributions de fournir et vendre Mono.

    C'est vrai pour cet accord. Mais lorsqu'il y aura un brevet MS dans Mono ?
    Ben ça devient faux. Certes dans ce cas Novell ne peut fournir sous GPL Mono qu'aux clients Novell. Mais c'est un demi problème car Novell a tous les copyright de Mono. Donc Novell peut très bien faire une version de Mono sous une licence totalement différente de la GPL. C'est-à-dire une licence propriétaire.



    Si Novell est blindé de bonnes intentions pour le libre, comme veut le laisser croire cette FAQ, son accord avec MS n'a aucun sens.
    • [^] # Re: Plongeons dans cette connerie.

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      "Bien sur" la FAQ oublie de le préciser.
      Ben forcement c'est faux, comme tu le précise juste après, il n'y a aucun accord de brevet.

      Ce qui n'empêchera nullement MS de poursuivre Red Hat ou Mandrake ou Debian s'il diffuse un Mono (celui sur le site de Novell par exemple) avec un brevet de MS.
      Ou même Novell. C'est les clients de Novell qui sont protégés, pas Novell. Ensuite que Mono viole un brevet de MS, ca reste à prouver. Et MS peut très bien attaquer n'importe quel logiciel libre pour les mêmes raisons.

      Mais s'il y a un brevet MS dans Mono, le Mono de Novell ne peut être diffusé par Novell à des non clients de Novell.
      Mais s'il y a un brevet MS dans GTK (je prend n'importe quoi comme exemple)... Pourquoi toujours prendre Mono comme exemple ? Novell participe à de nombreux projets libres, à commencer par le kernel ou OpenOffice.org.

      Mais la conséquence est de verrouillé les utilisateurs à utiliser SuSE/Novell et rien d'autre.
      La conséquence est que les utlisateurs de SuSE/Novell sont protégés d'éventuelles attaques de Microsoft. Point barre. Pour le reste, c'est comme avant. Il n'y a pas de "verrour", les clients peuvent aller voir ailleur, avec les mêmes risques juridiques qu'avant.

      On nage dans les contradictions.
      Je crois que c'est surtout : le système des brevets est abruti au possible, c'est impossible d'énumérer toutes les éventuelles infractions, ca fait peur à nos clients, on passe un accord de non-agression.

      Pourquoi c'est uniquement au bénéfice des clients Novell ?
      Peut être parcque Novell ne pouvait pas dire "Ah si si monsieur MS, protégez tous les clients d'utilisateurs de distributions Linux, je vous garantie que tous les fournisseurs de distributions n'attaquerons jamais vos clients en échange !" Non, c'est évident que Novell ne peut parler au nom de Canonical, de MandrivaSoft, de RedHat & Co. Et faut aussi bien voir que d'un point de vue commercial c'est bien joué : SuSE offre une "protection" supplémentaire juridique, même si elle est loin d'être suffisante et parfaite. Sun en a fait de même il y a quelques années, et ca m'étonnerait pas qu'on assite à d'autre accord de ce genre avec d'autres éditeurs/distributeurs de logiciels.

      C'est vrai pour cet accord. Mais lorsqu'il y aura un brevet MS dans Mono ?
      Ben ça devient faux.

      Oué, bah comme pour tous softs sous GPL qui violerait un éventuel brevet. Déjà faut bien voir que Mono a une politique visant à ne pas violer de brevet : si un brevet est violé, tout sera fait pour que ce ne soit plus le cas. Ensuite dans Mono y'a pas non plus tout en GPL, loin de là.

      son accord avec MS n'a aucun sens.
      Bah si c'est juste un intérêt purement commercial : on veut bien bosser avec vous MS pour faire des produits interopérables, mais on en profite pour passer un accord qui va rassurer nos clients parcque y'en a beaucoup parmi eux qui flip quand on leur parle de Linux, notamment à cause de vos FUD (SCO toussa). On se donne bonne conscience vis ) vis des autres aussi : on vous demande aussi de ne pas attaquer les hackeurs individuels (ca mange pas de pain, ca ne protège pas plus le concurrent commercial).
      Donc si, d'un point de vu commercial ca change quelque chose pour Novell.
      On est d'accord pour le libre, l'accord n'a d'intérêt que dans les améliorations qui seront apporter aux produits considérés dans le cadre de cette collaboration. D'un point de vu juridique, c'est très "comme avant".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.