EyesOfNetwork 4.2 est sorti

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Xavier Claude, Nils Ratusznik, Nÿco et palm123. Modéré par tankey. Licence CC by-sa
17
13
oct.
2015
Supervision

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore EyesOfNetwork (« EON »), il s'agit d'une solution de supervision Open Source réunissant de manière pragmatique les processus ITIL. Elle est basée sur plusieurs produits libres tels que Nagios, Nagvis, GLPI…

EON, EyesOfNetwork

EON est accessible via une interface web permettant à chaque acteur d'un Système d’Information de disposer des informations pertinentes pour son métier ; elle comprend une interface graphique de définition des processus métiers et des modules de génération de rapports de statistiques sur les incidents et de génération de graphiques de performances.

La version 4.2 renforce encore ce positionnement en offrant un nouveau module de simulation utilisateur. Ce module permet de définir, sur un poste de travail, des scénarios applicatifs, de les jouer à place de l'utilisateur afin d'obtenir une disponibilité encore plus précise des applications métiers, et donner au DSI une vision encore plus fine de son Système d'Information.

Extrait des notes de publication de la version 4.2

Nouveautés

  • Eon4apps 2.0
  • Recherche Eonweb basée sur thruk (tous les objets & multi backend livestatus )
  • Dépôts yum locaux pré configurés (base, updates & extras)
  • Mysqli dans eonweb

Mises à jour

  • Nagios-plugins 2.1.1
  • Nagvis 1.8.5
  • Thruk 1.88-4

Greffons

  • Check_mssql_health
  • Check_mysql_health
  • Check_emc_clariion
  • Check_ilo_health
  • Check_oracle_health
  • Check_vmware_esx
  • Windows : check_backupexec.vbs, tina_catalog_status.bat …

Correctifs

  • Check_snmp_storage.pl >2T
  • Check_snmp_uptime.pl non basé exclusivement sur le service SNMP
  • Eonweb meta IE10
  • Lilac xml importer avec dépendances de contacts/contactgroup
  • # Mise à jour

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Du peu que j'ai utilisé dans les anciennes versions, l'intégration est plutôt bien faite. Par contre, de mon point de vue, il y a un énorme point noir à cette solution : les mises à jour.
    En effet, il semble toujours nécessaire, pour mettre à jour, de faire une sauvegarde, de réinstaller de zéro et de restaurer. Dans un environnement de production avec des contraintes de sécurité, cette méthode est inadaptée et risquée.

    Si je dois installer un environnement de supervision, je reste pour le moment sur du debian ou ubuntu avec config à la main. Au moins on peut mettre à jour les composants.

    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 14/10/15 à 09:42.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

      • [^] # Re: Mise à jour

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Baignant dans ce contexte, ton commentaire m'a bien fait rire. :D

      • [^] # Re: Mise à jour

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ce que tu dis est parfaitement compris par les gens du métier (je suppose), mais j'ai du mal à faire passer ce type de message auprès d'une direction d'entreprise.
        Je suis preneur d'une analogie ou autre, qui permette de faire comprendre rapidement ce qu'impliquent et donnent ITIL et les méthodes similaires.

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 14/10/15 à 20:19.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Mise à jour

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            La première catégorie, je la fréquente peu car j'interviens dans des PME de province. Il y a moins ce genre de personnes, car elles se font moins embaucher (d'ailleurs, lorsqu'elles existent au sein d'une entreprise, c'est un problème de direction avant tout).

            Et la troisième catégorie, je la rencontre de temps en temps. J'ai 2 clients comme cela.

            Il manque probablement une catégorie (au moins) : j'ai souvent à faire à des patrons de PME qui ne sont étonnament réceptifs au blabla des entreprises « en qui on peut avoir confiance » alors que tous les indices montrent qu'elles ne balancent que vent.

            Je suppose qu'une grosse majorité des visiteurs de Linuxfr sont témoin du même genre de choses.

            Je suis même appelé pour réparer les idioties de confrères/concurrents totalement incompétents, mais rien à faire, la direction persiste à faire appel à eux. Dernier cas en date, une boîte qui fait de l'intégration SalesForce et totalement incapable de faire le job de base. Par contre ils sont champions pour vendre.
            Je ne prétend pas être le meilleur, mais je reste sec devant les comportements de ce genre. Ça me fait bien suer car je vois des sommes délirantes partir dans des projets mal foutus, je préfèrerais que ce soit dans la mienne :-)

            • [^] # Re: Mise à jour

              Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 16/10/15 à 11:29.

              Les PME sont rarement contraintes au respect des recommandations ITIL.
              En revanche dans les grands groupes que je côtoie, le commentaire d'Alenvers est criant de vérité, surtout la 1ère catégorie !
              Il s'agit de politique plus que de gouvernance à ce niveau…

          • [^] # Re: Mise à jour

            Posté par . Évalué à 0.

            Je trouve personnellement qu'il y a une 4ème catégorie que je ne retrouve pas complètement dans les vôtres : ceux qui ne sont pas forcément mal intentionnés vis à vis de l'entreprise sans toutefois être suffisamment "experts" pour se sentir à l'aise avec ce genre de problématique…

            En gros, il n'est pas mal intentionné, il n'est pas mauvais, il n'est "juste" pas à un poste qui lui convient (il est peut-être un peut trop sûr de lui… Il aurait peut-être dû refuser le poste/la promotion…).

            Dans ce cas là, on peut bien sûr démissionner, se tourner vers ceux qui savent, mais il est alors également possible (et rassurant) de se tourner vers une méthode reconnue/renommée/labellisée/normée*, qui :
            - si elle fonctionne pas trop mal, permettra de mettre en œuvre à peu près ce qu'il faut ;
            - si elle ne fonctionne pas ou mal, permettra de sortir le parapluie. Du genre, "nos méthodes sont conformes à l'état de l'art"… Y compris en cas d'audit externe suite à une "catastrophe"…

            Je connais au moins une personne à qui c'est arrivé, et qui s'en est très bien sortie ainsi (donc, 100 % de réussite en suivant cette stratégie sur un panel représentatif de… une personne). Par "très bien sortie", j'entends qu'au final, les conclusions de l'audit lui ont été très favorables, et elle n'a pas été inquiétée alors que la méthode appliquée n'était clairement pas adaptée (d'où l'échec).

            * rayer la ou les mentions inutiles.

  • # dommage que ce genre de produit soit toujours packagé dans une iso

    Posté par . Évalué à 2.

    beau produit, mais dommage qu'il soit toujours distribué sur un Os et non sur des dépôts sous forme de méta-paquets permettant de mettre à jour notre Os sans un formatage à chaque coup…

    Pensez vous qu'il sera possible dans un futur proche que cela soit dispo dans un dépôt dédié par exemple des meta paquets permettant l'installation de la totalité avec la configuration automatique ?

    • [^] # Re: dommage que ce genre de produit soit toujours packagé dans une iso

      Posté par . Évalué à 0.

      Il est tout a fait possible de prendre seulement les rpm depuis l'ISO, de les positionner sur un dépôt ensuite un simple "yum install eonweb" suffit a installer la solution sur un socle RHEL/Centos.
      Je réfléchis à la mise en place d'un dépôt public mais cela a un coup d'hébergement…

  • # OCS ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Mais pourquoi utiliser OCS avec GLPI alors que quasiment tout le monde le laisse tomber au profit de FusionInventory ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.