Google Suggest : 50.000 euros de dommages et intérêts pour injure publique

Posté par . Édité par Xavier Claude, Manuel Menal, baud123 et Nÿco. Modéré par Malicia. Licence CC by-sa
16
8
jan.
2012
Justice

Google vient de se faire condamner à 50.000 euros de dommages et intérêts par la Cour d'appel de Paris pour injure publique, et en particulier pour avoir suggéré le terme « escroc » accolé au nom d'une société.

Le moteur de recherche se défendait en avançant le fait que les suggestions étaient issues d'un procédé automatisé et renvoyaient aux requêtes les plus courantes, mais le tribunal a rejeté l'argument essentiellement parce que Google supprimait déjà des mots clés sensibles (incitations à la haine raciale, etc.).

La sanction est sévère puisqu'en outre le tribunal a imposé à Google d'afficher le jugement sur sa propre page d'accueil...

Attention au crowdsourcing dans vos projets libres et à filtrer correctement les mots clés à risque !

  • # Affichage du jugement sur la page d'accueil

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je ne vois pas de mention du jugement sur www.google.fr. Juste un retard ? Ou Google aurait décidé que payer l'amende est moins cher de d'afficher publiquement une condamnation ?

  • # Attention aux avis que tu donnes

    Posté par . Évalué à 1.

    La position à afficher me semble au contraire de ne pas filtrer le crowdsourcing, ce qui reviendrait à en cautionner tout le contenu.

    "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

  • # Cette merveilleuse justice...

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Vers le début de ma vie, je pensais que la justice était équivalente à la Justice (avec une majuscule). Ben non.

    Tout d'abord, notre chère justice ne s'attache pas à protéger les citoyens contre les personnes à problème. Elle s'attache juste à faire respecter certaines règles. Si vous avez un voisin qui vous pourri la vie, la justice ne fera rien. Si l'URSSAF vous envoie un huissier par erreur pour vous faire cracher du fric, la justice ne fera rien pour vous. Si Monsieur Machin est condamné pour la 12ème fois, il ne viendrait pas à l'idée de la justice de faire en sorte qu'il ne puisse pas une nouvelle fois casser une porte pour voler et saccager l'appartement.

    Par contre, lorsqu'il s'agit de fric, là effectivement notre merveilleuse justice agit.

    L'exemple de ce jugement est typique:
    - google fait des efforts pour que certaines choses n'apparaissent pas, donc on lui reproche de ne pas faire tous les efforts dans tous les cas possibles
    - la justice, par son immobilisme, gène considérablement les citoyen en ne condamnant pas par exemple La Lyonnaise de garantie (c'est la société plaignante) alors qu'elle a un passif important (connue depuis longtemps sur certains forums). Donc La Lyonnaise de garantie n'a jamais pu être "officiellement" nommée escroc ; Ou au contraire lavée des soupçons qui pèse sur elle
    Résultat, une entreprise qui n'a rien à voir dans l'histoire se fait condamner à la place d'une autre parce que la justice refuse de faire son job. Ça c'est juste un avis perso.

    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

      Posté par . Évalué à 5.

      Elle s'attache juste à faire respecter certaines règles les lois.

      Bienvenue dans ce qu’on appelle un état de droit.

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Bienvenue dans ce qu’on appelle un état de droit

        Expliques moi pourquoi la justice refuse de condamner une personne qui me menace verbalement de mort devant des policiers ? C'est pourtant la loi de condamner ça.
        C'était un routier stationné sur un rond-point, empêchant tout le monde de passer. Non présent dans son camion. J'ai appelé le commissariat tout proche. Les flics sont arrivés et, magie, le conducteur est apparu. Les flics ont commencé à parler avec lui au lieu de le faire dégager. J'ai alors demandé à faire dégager la voie.
        Insultes, menaces, etc (de la part du chauffeur).
        Plainte déposée. Acceptée par les flic (ben oui, souvent ils se débrouillent pour qu'une plainte ne se fasse pas). Sans suite sur décision du juge.

        Par contre, va menacer un juge et on en reparle.

        Donc oui, la justice fait respecter certaines lois.

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Ah ben nous y voila... Ton cas personnel, pas content de la "justice" (voir plus loin pour ton énorme connerie à ce sujet), et hop "la justice est pourrie". Un très grand classique.

          Donc, pour ton énorme connerie :

          Sans suite sur décision du juge.

          N'importe quoi.
          Le juge va décider si il y a matière à condamner sur ce qu'on lui présente. Il ne peut pas dire "sans suite", il doit statuer, c'est obligatoire : oui ou non, si oui quelle peine.

          Par contre, le Procureur de la République, qui représente l'Etat, peut classer sans suite, et dans ton cas il a décidé que ça ne vallait pas le coup d'enclencher la machine (et d'après ce que tu présentes, il avait raison : tu n'étais pas visé, il était juste pas content et a lâché des mots comme ça, si il faut enclencher la machine pour ça, on ne s'en sort plus, la justice a déjà trop de retard pour s'appitoyer son ton pauvre petit cas à la con). Si tu n'es pas content, tu peux enclencher toi-même la procédure faute de volonté de l'Etat. Mais tu ne l'as pas fait. Dans ton exemple, la justice n'a rien fait car tu ne lui a rien demandé de faire.

          Alors attaquer la justice parce que tu ne lui as rien demandé (oui, il y a des façons de lui demander), c'est un peu du n'importe quoi.

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Dans ton exemple, la justice n'a rien fait car tu ne lui a rien demandé de faire.

            Ben si, j'ai déposé plainte pour menace de mort (puni jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45000 € d'amende actuellement me dit Google) ce qui est un truc interdit. Classée sans suite (pas de jugement, juste poubelle).

            Donc: la justice décide si elle applique ou non la loi. Puis, si elle est ok, un jugement aura lieu.
            Et non pas: la justice applique la loi.

            Sous quel prétexte RECEVABLE un proc peut-il dire "mon bonhomme, ta plainte en bonne et dûe forme je la met à la poubelle" ?

            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Donc: la justice décide si elle applique ou non la loi.

              Alors, relit ce que j'ai écrit, j'ai expliqué, mais tu refuses de comprendre. La justice n'a rien décidé du tout, encore une fois, puisque que personne ne lui a rien demandé (ni l'Etat, ni toi)

              Sous quel prétexte RECEVABLE un proc peut-il dire "mon bonhomme, ta plainte en bonne et dûe forme je la met à la poubelle" ?

              C'est son problème. Pas le tient. C'est à sa discrétion, il peut te dire merde si il a envie.

              Tu as deux choses :
              - L'Etat (représenté par le procureur) qui estime qu'il n'y a pas mort d'homme, donc ne fait rien
              - Toi, qui peut attaquer en justice

              Deux choses différentes, deux procédures différentes. Tu as informé l'Etat que, il a pris note et s'est dit "bof", tu pouvais faire l'autre partie, tu n'as pas fait, c'est ton problème.

              Tu veux un exemple? Pas dur, regarde une certaine Tristane Banon qui a balancé "si le proc' ne veut pas faire, j'irai moi-même". Le seul truc con est que son avocat lui dit que c'est injuste d'attaquer aussi tard et que la justice (ce qui est juste, et le tribunal) sera contre elle, et qu'elle ira au casse-pipe, donc elle n'a pas fait la procédure hors proc', mais c'est faisable, on en a parlé dans les journaux.

              puni jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45000 € d'amende

              Un truc que tu as du louper, c'est le mot "jus'qu'à". 0 est parfaitement valable. Mais encore une fois, tu n'a rien demandé à la juste, l'Etat n'a rien demandé, ton la justice n'a jamais RIEN dit, ne t'en déplaise de vouloir penser autre chose.

              Tu demandes la justice, mais tu n'es même pas capable de lui demander de trancher, c'est que tu n'en avait pas grand chose à faire, tiens... Comme l'Etat.

              Arrête de monter sur tes grands chevaux, c'est pas pour un mot en trop qui ne voulait rien dire d'un mec qui n'a rien à foutre de toi qu'on va dépenser des sous pour le plaisir. Tu parles de menaces de mort, sauf que la, de ce que tu racontes, ça n'a pas grand chose à voir, les menaces étant évidement non sérieuses. Faut arrêter le délire.

              Bref, avant de demander justice, il faudrait que tu te renseigne un minimum sur ce que c'est. Il est évident que ce n'est pas "faire plaisir à Kerro pour un mot en trop un jour", tu te trompes de chose, ton délire n'a absolument rien à voir avec la justice, juste que comme l'Etat n'a pas fait ce que toi tu voulais, ça te chiffonne.


              Tiens, moi je trouve injuste que des mecs viennent embêter avec des petits délires, faudrait les mettre en taule pour une journée pour les calmer. On fait ma justice? Pas de raison qu'on fasse la tienne et pas la mienne...

              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                Posté par . Évalué à 0.

                Tu as deux choses :
                - L'Etat (représenté par le procureur) qui estime qu'il n'y a pas mort d'homme, donc ne fait rien
                - Toi, qui peut attaquer en justice

                Personnellement, j’aurai mis des guillemets autours de « mort d’homme » :)

                Plus sérieusement, on m’a toujours appris que, dans notre démocratie, l’État étaient entité composée par le peuple ou des représentant du peuple (et donc le peuple). En fait, « l’État » et « Toi », c’est la même chose.

                • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Personnellement, j’aurai mis des guillemets autours de « mort d’homme » :)

                  Effectivement! Je n'avais pas vu le mot :).

                  En fait, « l’État » et « Toi », c’est la même chose.

                  L'Etat, c'est le peuple, pas toi. Le peuple est composé de 60 000 000 "toi".
                  Et du coup, le procureur de la république représente l’intérêt général, et si l’intérêt général considère que c'est bof, il te reste la possibilité d'y aller toi (mais le juge te regardera de mauvaise manière car il aura un "préjugé" si le procureur de la république considère qu'il n'y a pas grand chose à dire, généralement ce sont des gens qui croient que la l'Etat est le grand méchant qui ne veut pas s'occuper d'eux, mais ces gens ont rarement raison - ce qui ne veut pas dire jamais)

                  PS : désolé pour les puristes, je dois faire quelques fautes, mais c'est pour montrer l'idée générale : ça reste qu'il y a un hic à considérer des incidents comme des gros trucs horribles, et si vraiment on croit que le peuple a tord, on peut y aller soit-même.

                  • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Question naïve : à quoi sert d'interdire les menaces de morts si la moindre plainte est classée sans suite, malgré témoins assermentés ?

                    Avec ça, je comprends le jugement de Kerro.

                    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      à quoi sert d'interdire les menaces de morts si la moindre plainte est classée sans suite,

                      Qui a dit "la moindre"? Sa plainte a été classée sans suite, et d'après ce qu'il dit, c'est normal (risque proche de 0 que la "menace" soit mise à exécution).
                      Si la menace est jugée sérieuse (par exemple : coup de fils répétés à une personne identifiée comme étant la cible, et non pas un anonyme dans la rue, une fois), la plainte ne sera pas classée sans suite, certains l'ont appris à leurs dépends.

                      Ce que Kerro refuse d'accepter, c'est que la menace n'en était pas une (encore une fois : suivant sa version des faits), et que donc ça ne changerait à la sécurité de Kerro de condamner.

                      On demande à l'Etat de faire preuve de discernement dans l'application de la justice, et bizarrement, quand elle le fait, ça ne va pas... Étonnant, non?

                      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Ce que Kerro refuse d'accepter, c'est que la menace n'en était pas une (encore une fois : suivant sa version des faits)

                        C'est là qu'on est en désaccord : c'est une menace. On a proféré une menace de mort, devant témoin. Or la loi dit textuellement que c'est interdit : parle-t-elle du contexte ?

                        Si un jour je croise Sarkozy et je le menace de mort juste parce que je suis énervé, tu crois qu'il m'arrivera quoi ?

                        Selon que vous serez, etc, etc. Au passage, ça répond à ton commentaire plus haut :

                        faudrait une bonne vieille dictature

                        On y est déjà. Sauf que c'est trop pernicieux pour qu'on s'en aperçoive.

                        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                          C'est là qu'on est en désaccord : c'est une menace.

                          On restera en désaccord alors. Juste que moi, j'ai un procureur de la république d'accord avec moi ;-).
                          Faut savoir faire la part des choses aussi...

                          faudrait une bonne vieille dictature

                          On y est déjà. Sauf que c'est trop pernicieux pour qu'on s'en aperçoive.

                          A partir de ce genre de phrase complètement débile (oui, je garde le mot : c'est débile de parler de dictature pour la France, va faire un tour dans les dictatures pour voir la différence), quand on mélange démocratie avec dictature juste parce que ce que ce que le peuple a choisi ne te plait pas, il n'est pas possible de discuter, tu as un problème avec la démocratie (qui est différent de "ce que Guillaume veut", ça ce serait une dictature)

                          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Faut savoir faire la part des choses aussi...

                            Ou alors il faut écrire proprement les lois de manière à éviter toute interprétation, et commencer par définir ce que concerne le terme « menace » : verbale, physique ? Voici ce que dit la loi :

                            ART 222-17
                            La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.

                            Rassure-moi, une menace de mort entre bien dans le cadre de « menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende » ?

                            Après, il y a le côté verbal qui n'est pas signifié clairement, mais le terme « ou tout autre objet » laisse la liste ouverte. Encore une approximation de la loi.

                            c'est débile de parler de dictature pour la France, va faire un tour dans les dictatures pour voir la différence

                            La France vend précisément des armes et des mécanismes d'espionnage et d'asservissement à ces dictatures. Je ne crois pas qu'on soit beaucoup mieux qu'elles. C'est une dicature par procuration.

                            De plus, quand on conserve comme ministre une personne condamnée pour injure raciale puis qu'on la remplace par une seconde qui va encore plus loin dans le discours discriminatoire et revois les chiffres à sa convenance sans s'attarder sur les vrais problèmes, ça me renforce dans mon point de vue.

                            Pour aller plus loin : je ne sais pas si tu te souviens du rapport de la cours des comptes au sujet du budget de l'Elysée sur lequel elle s'était montrée très critique : Claude Guéant l'avait ouvertement critiquée, ainsi que ses résultats.

                            Est-ce que tu te rends compte ? Moi, je suis choqué quand les plus hautes instances de l'État se permettent de remettre en cause les organismes chargés de les surveiller. On n'est plus très loin de la dictature.

                            Et je ne compte pas les affaires de locaux de journalistes pillés après révélation d'une affaire particulièrement embarrassante (trois journaux à la suite) ou la demande d'un ministre de bloquer un site hébergé en France parce que ça ne lui plait pas (le cas Wikileaks, heureusement la justice a su cette fois-ci réfréner ses ardeurs). Des exemple comme ça, on en sort à la pelle.

                            on mélange démocratie avec dictature juste parce que ce que ce que le peuple a choisi ne te plait pas

                            Première nouvelle : c'est le peuple qui décide de me fliquer ? De mettre des caméras partout ? Qui fait des demandes d'informations à Google (dont plus de la moitié n'est pas honorée car elle sort du cadre de la loi) ?

                            C'est le peuple qui a décidé que finalement, Liliane Bettencourt n'aurait pas à payer des impôts sur l'argent qu'elle a fait fuir à l'étranger, sous le prétexte qu'elle s'est excusée ?

                            Je n'ai aucun problème avec la démocratie, j'ai un problème avec la République Française. En France, ce n'est plus le peuple qu'elle représente, mais les intérêts des puissants.

                            D'ailleurs, tu me fais la leçon mais connais-tu la réalité de tous les jours en France ? Pour autant qu'il m'en souvienne tu vis en Allemagne, c'est bien ça ?

                            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Ou alors il faut écrirelire proprement les lois de manière à éviter toute interprétation […] Encore une approximation de la loi.

                              En fait c’est juste que tu ne comprends pas la phrase. Je veux bien faire une explication de texte, mais je vais être vexant.

                              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                Posté par . Évalué à 1.

                                C'est sûr que répondre par « tu comprends pas mais j'ai pas envie de t'expliquer pourquoi », ça fait avancer le schmilblick.

                                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                                • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                                  Correction : tu ne comprends pas et tu ne veux pas comprendre, à partir de la on va pas continuer face à l'entêtement.

                                  Si tu veux avancer, analyse les commentaires, tout est déjà expliqué, en quoi il y a des différences entre les "menaces de mort"...

                                • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                  Posté par . Évalué à 5.

                                  La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.

                                  Enlevons tout ce qui correspond à la caractérisation de la peine sans changer le sens de la phrase :

                                  La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie […] lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.

                                  Maintenant regardons les conditions pour que la menace soit illégale, première condition, nécessaire mais non suffisante :

                                  commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable

                                  Ok, tenter de tuer quelqu’un sans y parvenir est condamnable il me semble, à priori le menace de mort rentre dans ce cas de figure. Enlevons ce bout de phrase.

                                  La menace […] lorsqu’elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.

                                  Et quand je disais condition nécessaire et non suffisante, c’est parce qu’il y a une autre condition à remplir, on a alors le choix en vérité entre deux conditions : soit la menace est réitéré, soit elle est matérialisée. Désolé de ne faire que paraphrasé, mais je ne peux pas rendre plus clair ce qui me paraît excessivement clair.

                                  Première condition : c’est ce qui est dit depuis le début, une menace, même de mort n’est pas condamnable sous le coup de la colère, la loi est bien faite et le législateur pas trop con, d’où la condition de réitération. Cette condition est donc hors jeu dans le cas présent.

                                  Seconde condition : la menace est matérialisée, le support de la matérialisation importe peu (c’est pour ça qu’il y a écrit « par un écrit, une image, ou tout autre objet, le ou tout autre objet parle bien du support d’enregistrement et de rien d’autre comme faussement insinué dans le commentaire auquel je répond). L’est-elle ? Il semblerait qu’elle soit orale, et qu’il n’y ait pas de support (puisqu’on fait appel à des témoins).

                                  Aucune des deux conditions n’étant remplie, et comme la liste est exhaustive (« soit […] soit […] »), cette loi était semble-t-il inapplicable au cas exposé.

                                  Ça te convient ?

                                  • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                    Posté par . Évalué à 0.

                                    Merci. Ça c'est du droit, pas de la politique.

                                  • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Merci, c'est déjà plus clair. Mais ça laisse encore la part belle à l'interprétation.

                                    Première condition : c’est ce qui est dit depuis le début, une menace, même de mort n’est pas condamnable sous le coup de la colère, la loi est bien faite et le législateur pas trop con, d’où la condition de réitération. Cette condition est donc hors jeu dans le cas présent.

                                    Ben non, la loi n'est pas encore bien faite puisqu'il n'y a aucune notion de délai pour la réitération.

                                    Donc si je te le dis une fois, ça passe, mais si je le dis deux fois en suivant ça ne passe plus. C'est complètement idiot et l'idée que le la loi tienne compte de l'état de colère vole en éclat. Surtout que sous la colère, on a vite tendance a se répéter.

                                    Seconde condition : la menace est matérialisée, le support de la matérialisation importe peu (c’est pour ça qu’il y a écrit « par un écrit, une image, ou tout autre objet, le ou tout autre objet parle bien du support d’enregistrement et de rien d’autre comme faussement insinué dans le commentaire auquel je répond). L’est-elle ? Il semblerait qu’elle soit orale, et qu’il n’y ait pas de support (puisqu’on fait appel à des témoins).

                                    Le tout autre objet est quand même assez vague. Les témoins peuvent-ils être considérés comme supports ? Après tout, en tant que policiers ils sont assermentés et ont un certains poids.

                                    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                                    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Merci de ne pas voir d'agressivité dans ce qui suit.

                                      Le tout autre objet est quand même assez vague. Les témoins peuvent-ils être considérés comme supports ? Après tout, en tant que policiers ils sont assermentés et ont un certains poids.

                                      Selon ton interprétation de la loi, les policiers sont donc des objets au même titre que les écrits et les images.
                                      Bravo. À ce stade-là de la mauvaise foi, je suis admiratif.

                                      Si un chien te mord, porte plainte contre le chien, pas le maître. Après tout, le terme individu est quand même assez vague. Les chiens peuvent-ils être considérés comme individus ? Après tout, en tant que chiens ils sont aimés et ont un certains poids.

                        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                          Posté par . Évalué à 5.

                          On a proféré une menace de mort, devant témoin. Or la loi dit textuellement que c'est interdit : parle-t-elle du contexte ?

                          • J’ai glissé dans un Mc Do parce que la personne devant moi a renverser sont verre et que la personne qui devait nettoyer a mis 1 min et 25 secondes pour arriver : je porte plainte !
                          • J’ai mis mon chat dans le micro-onde alors que la notice d’utilisation ne prévenait pas, explicitement, de ne pas le faire, mon chat est mort : je porte plainte.
                          • Un homme dans la rue, que je ne verrai qu’une et une seule fois dans ma vie, qui n’a aucun moyen de me retrouver, me menace de mort sous la colère : je porte plainte.

                          C’est bien comme système ça, ça s’appelle les États-Unies d’Amérique.

                          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Entre glisser dans un MacDo et menacer quelqu'un de mort, il y a une marge.

                            qui n’a aucun moyen de me retrouver

                            Ben si, il était en voiture. Surprise, toutes les voitures ont une plaque d'immatriculation.

                            me menace de mort sous la colère : je porte plainte.

                            Sous la colère, je te colle une droite. Bien sûr tu ne vas pas porter plainte ? Après tout c'était sans aucune mauvaise intention.

                            Dans un tribunal, si le prévenu menace de mort le juge, tu crois que ça ne va pas alourdir sa peine ?

                            Qu'il le pense ou pas, c'est à lui de maitriser ses actes et ses paroles. C'est aussi ça, vivre en société.

                            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Ben si, il était en voiture. Surprise, toutes les voitures ont une plaque d'immatriculation.

                              Et bien sur, la plaque d’immatriculation est composée par le nom, le prénom et l’adresse de la personne conduisant la voiture !

                              Sous la colère, je te colle une droite. Bien sûr tu ne vas pas porter plainte ? Après tout c'était sans aucune mauvaise intention.

                              Si, l’intention de me faire mal. D’ailleurs tu l’a fait.

                              Dans un tribunal, si le prévenu menace de mort le juge, tu crois que ça ne va pas alourdir sa peine ?

                              Entre menacer un juge en raison de sont jugement (« tu dis que je suis coupable, je te tuerai ») et me menacer moi, dans la rue, sous la colère, il y a une grande différence. La première différence, c’est que je suis anonyme, le juge pas. La seconde, c’est que faire ça c’est « empêcher » le juge de faire son travail de juge.

                              Bizarrement, si une des partie menace la partie adverse devant le juge, ça va aussi alourdir ça peine. C’est une question de contexte.

                              C'est aussi ça, vivre en société.

                              Le fait de ne pas se plaindre pour tout et n’importe quoi, c’est aussi ça vivre en société.

                              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                Posté par . Évalué à 3.

                                Et bien sur, la plaque d’immatriculation est composée par le nom, le prénom et l’adresse de la personne conduisant la voiture !

                                Presque : l'immatriculation détermine justement le propriétaire. Après il suffit de connaître un garagiste, vu que les fichiers d'immatriculation sont en vente libre. Et vu que c'est un routier, ça m'etonnerait qu'il n'en connaisse pas…

                                Si, l’intention de me faire mal. D’ailleurs tu l’a fait.

                                Donc si je le fais, j'en ai l'intention, mais je le dis, je ne l'ai pas ?

                                Entre menacer un juge en raison de sont jugement (« tu dis que je suis coupable, je te tuerai ») et me menacer moi, dans la rue, sous la colère, il y a une grande différence. La première différence, c’est que je suis anonyme, le juge pas.

                                Personne n'est anonyme. Il ne faut pas grand chose : la plaque d'immatriculation, suivre dans la rue, etc.

                                La seconde, c’est que faire ça c’est « empêcher » le juge de faire son travail de juge.

                                Et alors ? Dans tous les cas, il s'agit de menacer quelqu'un parce que ce qu'il fait ne nous plait pas.

                                Le fait de ne pas se plaindre pour tout et n’importe quoi, c’est aussi ça vivre en société.

                                Je retiens : se faire menacer de mort, c'est à ranger dans « tout et n'importe quoi ». Chacun sa conception de la vie en société.

                                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                                • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                  Je retiens : se faire menacer de mort, c'est à ranger dans « tout et n'importe quoi ».

                                  Quand on refuse de lire les explications, forcément ça pose problème... Juste : n'importe quoi. Une menace de mort (une vraie), ce n'est pas n'importe quoi. Mais on ne parle pas de ça, on parle du n'importe quoi de Kerro.

                                  • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Une menace de mort (une vraie)

                                    Comment tu fais la différence entre une vraie et une fausse ?

                                    D'après le dictionnaire de l'académie française :

                                    menace : Parole ou geste dont on se sert pour marquer à quelqu'un sa colère, son ressentiment et pour lui faire craindre le mal qu'on lui prépare

                                    Donc quand un mec te dit « je vais te tuer », c'est une menace, point.

                                    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                Le fait de ne pas se plaindre pour tout et n’importe quoi, c’est aussi ça vivre en société.

                                Surtout, si la police applique la loi quand ils voient une bouteille de vin prise pour aller faire un pique-nique dans le parc de la ville (ivresse sur voie publique interdite) ou pour une barrette de shit (allez, au poste, interdit), la on dira que c'est horrible que la police soit tatillonne comme ça...

                                Bizarrement, on demande d'appliquer la loi à la lettre quand ça plait, mais de ne pas le faire quand ça ne plait pas. Mais chut, faudrait pas que ce qu'ils demandent se fasse non plus, c'est juste pour le plaisir d'être contre!

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par . Évalué à 1.

        Rectification : un État de droite.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Rectification : un gouvernement de droite. L'Etat est bien de droit, et n'a rien à voir avec la droite, n'en déplaise aux gens incapables de convaincre leur voisin que la droite ce n'est pas bien (et incapable de se mettre d'accord sur un autre gouvernement à proposer).

          Dur dur la démocratie... Elle est chiante, faudrait une bonne vieille dictature.

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par . Évalué à 3.

            Rectification : un gouvernement de droite. L'Etat est bien de droit, et n'a rien à voir avec la droite [...]

            En théorie, oui. Mais en pratique c'est plus discutable.

            Par exemple, les procureurs sont subordonnés au ministère de la justice. Et ces dernières années, plusieurs proches du pouvoir ont été nommés, souvent contre l'avis des commissions techniques. Quelques exemples : le nouveau procureur général de Paris était, il y a encore un mois, directeur de cabinet du ministre UMP. Le parquet de Paris a d'ailleurs toujours demandé la relaxe des responsables RPR dans le procès des emplois fictifs. Autre exemple : le procureur Courroye, à Nanterre, se vantait de ses liens amicaux avec le chef de l'État, mais depuis l'affaire Bettencourt il se fait plus discret (extrait d'un enregistrement de P. De Maistre à L. Bettencourt : « En première instance, l'Elysée ne peut rien faire de plus mais en cour d'appel, si vous perdez, on connaît très très bien ce procureur. »).

            Si on remonte plus loin de le temps, l'exemple emblématique de cette confusion entre l'Etat, la Justice et le pouvoir exécutif, c'est quand le gouvernement avait envoyé un hélicoptère dans l'Himalaya. Pour ceux qui ne connaîtrait pas l'affaire, c'est vraiment savoureux. En 1986, sous le gouvernement Chirac, le procureur d'Évry est un proche du RPR (voiture de fonction et bureau payés par le conseil général). L. Davenas étouffe doucement les poursuites contre Xavière Tibéri avec une enquête préliminaire interminable. A l'automne, il part en congé faire du trekking. Son substitut en profite pour demander l'ouverture d'une enquête judiciaire dirigée par un juge d'instruction indépendant du pouvoir. Le gouvernement apprend la nouvelle, s'affole, et envoie un hélicoptère militaire dans l'Himalaya pour retrouver le procureur docile, et arrêter la procédure judiciaire. Le Canard Enchaîné en fait ses gorges chaudes, suivi par toute la presse. Au final, X. Tibéri bénéficiera 4 ans plus tard d'un non-lieu pour vice de forme.

            Personnellement, ce qui m'a le plus choqué ces derniers mois, c'est la nomination à la Cour des comptes d'une collaboratrice de l'Élysée. La commission avait donné un avis négatif à l'unanimité, non pas sur sa personnalité très partisane mais sur sa méconnaissance du domaine, bref, son incompétence. Le gouvernement est passé outre cet avis négatif, pour la première fois dans l'histoire de cette institution indépendante. Avec ce genre de recrutement, bien que l'Etat reste généralement de droit, il devient parfois de droite, ou plus précisément inféodé au pouvoir exécutif.

            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Tout ça est bien joli, mais est-ce que la loi a été violée? Il me semble que non. A partir de la, nous somme dans un Etat de droit, même si ce qu'a fait le gouvernement déplaît (commission avait donné un avis, avis != "tu dois obéir", si tu n'es pas content tu demandes à changer la loi, en attend cette façon de faire est juste tel que décidé par le peuple français).

              Ici, on a bien le peuple qui est d'accord, il reste alors au peuple de virer ceux qui on nommé contre un avis car ça ne convient pas. Mais à mon avis, le peuple s'en fout, il ne tient pas rigueur à leurs élus pour ça, et la, ce n'est pas les politiciens qu'il faut critiquer, mais le peuple...

              Encore une fois, ce n'est pas l'Etat, mais son gouvernement, ses élus, qui sont de droite. Il ne tient qu'à nous de changer ça (mais ça demande de pouvoir faire des compromis pour proposer d'autres élus avec les règles mise dans un Etat de droit pour choisir ses élus, et la on re-va vers les trolls des autres journaux sur l'incapacité totale des anti-Sarko de proposer une alternative commune capable de le renverser démocratiquement)

              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                Posté par . Évalué à 1.

                Tu écris « L'Etat est bien de droit, et n'a rien à voir avec la droite » et j'essaie, sans nier qu'il soit de droit, de te prouver que l'Etat est parfois aussi de droite, en ce sens que des personnes de droite sont nommées aux postes sensibles pour prendre des décisions partisanes. Autrement dit, une partie de l'État est au service prioritaire de l'UMP et de ses proches (parce que ce parti est au pouvoir, je ne compare pas la droite et la gauche sur ce sujet). Je pourrais ajouter que l'orientation politique de certaines directives de l'État accentue sa coloration, par exemple avec la circulaire Guéant qui ne change pas le droit, mais en fait une interprétation de droite (extrême).

                Je ne nie pas que globalement nous soyons dans un État de droit, mais je ne vois pas pourquoi cela impliquerait qu'il ne serait pas aussi de droite. Les procureurs respectent globalement le droit, mais sont-ils pour autant neutres ? Le parquet de Paris a le droit de plaider la relaxe pour les emplois fictifs de la mairie de Paris, mais est-ce équilibré ? Le procureur de Nanterre a le droit de demander à l'Élysée quelles décisions il doit prendre dans les affaires sensibles, mais est-ce juste ? On pourrait en dire de même des préfets. Dans la marge de liberté et d'interprétation laissée par la loi, l'État n'est aujourd'hui pas équilibré, et souvent il penche clairement à droite, quitte à tordre l'esprit des lois.

    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Elle s'attache juste à faire respecter certaines règles.

      Elle s'attache à faire respecter la loi. C'est son boulot.

      Si vous avez un voisin qui vous pourri la vie, la justice ne fera rien.

      Oui, oui... Ca serait pas plutôt tu as la haine d'une justice qui ne fait pas ce que tu voudrais? En fait, comme pas mal de monde qui se prend une décision de justice qui ne lui est pas favorable, et balance alors "c'est un déni de justice" (comprendre "ma justice que j'aurai voulu")

      Si Monsieur Machin est condamné pour la 12ème fois, il ne viendrait pas à l'idée de la justice de faire en sorte qu'il ne puisse pas une nouvelle fois casser une porte pour voler et saccager l'appartement.

      Ce n'est pas son boulot d’empêcher. Tu mélanges.

      • la justice, par son immobilisme, gène considérablement les citoyen en ne condamnant pas par exemple La Lyonnaise de garantie

      C'est ton point de vue. La justice se fout de ton point de vue, elle regarde le droit. Oui, c'est ça l'état de droit.

      Donc La Lyonnaise de garantie n'a jamais pu être "officiellement" nommée escroc

      Et c'est très bien. Si il y a un problème, tu demandes un procès à la place de diffamer. Tu aimerai qu'on te diffames alors que tu n'es pas coupable? Ce qui les protège te protège. Ah oui : ben oui, c'est la justice, la vraie, pas la tienne.

      Oui, je sais, la justice, c'est très difficile, car ça déplaît toujours à ne pas décider ce que chacun (avec des avis opposés) voudrait qu'elle décide.

      Et sinon, le peuple peut aussi décider de dépenser plus pour la justice, la France étant un des pays qui dépense le moins en justice par rapport à son PIB (dans quelques mois, il y a les législatives... Demandez aux candidats leur point de vue, et demandez aussi à vos voisin si ils acceptent de dépenser plus).

      Résultat, une entreprise qui n'a rien à voir dans l'histoire se fait condamner à la place d'une autre

      Non, elle se fait condamner pour avoir diffamer.

      Note : je ne cautionne pas la décision, je la trouve dangereuse car on attaque un processus automatique. Mais ça ne signifie pas qu'elle n'a pas diffamé et/ou qu'elle 'a rien à voir.

      parce que la justice refuse de faire son job

      Une preuve? Ou c'est juste parce que la justice refuse de décider comme toi tu voudrais?

      dur dur cette justice qui n'est pas à tes ordres...

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par . Évalué à 6.

        +1

        la justice juge en fonction des lois et non pas en fonction de ce qui est juste, et c'est sans doute très bien ainsi.

        Plutôt que de taper sur la justice, il vaudrait sans doute mieux améliorer la création des lois et de donner des moyens au fonctionnement de la justice, qui devraient être des points absolument critique pour les citoyens.

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Et non pas en fonction de ce qui est juste. <- ah wé c'est bien le truc qui pue.
          Pour moi les lois ne devraient s'appliquer que quand il y a une justice à rendre.
          Je suis bien conscient que ce serait bien plus compliqué de faire ce qui est juste plutot que d'appliquer une loi à la lettre, je ne pense pas pour autent que les lois soient mal faîtes, je serais bien incapable de juger ce fait, mais dire qu'il faut juger par rapport aux lois et non par ce qui est juste démontre bien un non sens.

          Allez tous vous faire spéculer.

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            En même temps, Lyonnaise de garantie se trouve diffamée et pense sans doute que c'est très injuste...

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 08/01/12 à 19:30.

            Pour moi les lois ne devraient s'appliquer que quand il y a une justice à rendre.

            Ca tombe bien, c'est la cas. Ah ben oui, c'est pas ta justice, c'est celle du peuple : la loi.

            mais dire qu'il faut juger par rapport aux lois et non par ce qui est juste démontre bien un non sens.

            Ben non : ce serait justement injuste qu'on te juge suivant un truc que tu ne connaissais pas avant (pas de loi).
            Et puis, qu'est-ce qui est juste? Parce que la, on parle surtout de "juste" très très subjectif, jamais le même...

            Ce que tu aimerais, c'est que quand Elie écrase un moucheron, une personne le voit et attire suffisamment l'attention pour que le peuple trouve ça trop injuste, et demande qu'on te condamne à mort pour ça, et que le juge le fasse. Injuste? Non, c'est ce que tu demandes.

            Regarde juste où irait une justice qui n'applique pas la loi...

            d'appliquer une loi à la lettre

            Juste pour info, les juges ont une marge de manoeuvre, par exemple l'euthanasie est illégale, mais un médecin pris peut être condamné à sursis plutôt que de la prison, etc... Il y a beaucoup de choses de faites par les juges, mais comme personne n'est content du jugement, ils disent tous "bouh la justice est pourrie", il faut bien voir que ce sera TOUJOURS le cas car il y a conflit entre deux parties dans tous les cas. Par définition, la justice ne peut pas faire plaisir aux deux parties en même temps, et les deux parties trouveront la décision injuste (de leur point de vue).

            La justice rend la justice (celle du peuple, qui a écrit des lois pour dire ce qu'il pense), pas la justice (celle de Kerro ou Elie). Ici, le peuple a décidé que l'injure était injuste, et c'est ce que Google a fait, donc il est condamné, c'est une chose juste. Comment peux-tu trouver injuste ce qui est considéré comme juste? C'est bien la le problème... Qui décide que c'est juste? Désolé, mais je refuse que ce soit toi ou Kerro.

            PS : c'est dans les même genre que ceux qui se plaignent que quelqu'un ne contribue pas upstream (la "justice") alors qu'ils ont dit que c'était bien (le licence = la loi) : il y a des loi, c'est écrit, c'est ce qui est juste, le juge n'a pas à dire que la loi n'est pas bien (ce n'est pas son boulot), il applique. Cette justice ne te plait pas? Tu peux changer de licence, et dans quelque mois tu peux choisir tes représentants, ça tombe bien. Le seul hic est que le voisin le peut aussi, vous êtes à égalité.

            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

              Posté par (page perso) . Évalué à -6.

              Mais arrete avec ton délire, toute personne sensée sait par nature faire la différence entre ce qui condamnable et ce qui ne l'est pas.
              Ce dont je parle c'est le fait d'utiliser une loi en dépit du bon sens et en dépit du sens moral parceque la loi et la loi.
              Signé juge dread

              PS: surtout que bon, t'as loi bien des hommes sont au dessus hein

              Allez tous vous faire spéculer.

              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                en dépit du sens moral

                Quel sens moral? Le tient ou le miens?

                Ce dont je parle c'est le fait d'utiliser une loi en dépit du bon sens et en dépit du sens moral

                Le bon sens et le sens moral n'ont absolument rien à faire en justice. Ca, c'est utilisé quand on fait la loi, lors des débats. Ah oui, c'est con, mais le bon sens et le sens moral étant différents suivant les gens, pas facile de l'appliquer...

                Sinon, juste pour info, le juge a largement la possibilité de te dire que tu déconnes si tu va contre le sens de la loi, l'idée que les parlementaires avaient quand ils ont fait la loi. Les juges ne sont pas des idiots finis, contrairement à ce qu'on se plait à fantasmer quand ils ne vont pas dans notre sens, ils savent relire les débats parlementaires quand il le faut, quand ils voient que tu essaye d'entuber l'Etat. Par contre, ce n'est ni ton bon sens, ni ton sens moral qu'on regarde.

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par . Évalué à 3.

            Et non pas en fonction de ce qui est juste. <- ah wé c'est bien le truc qui pue.

            Qui et comment est définit ce qui est juste ?

            mais dire qu'il faut juger par rapport aux lois et non par ce qui est juste démontre bien un non sens.

            Au contraire : « ce qui est juste » dépend totalement des individus. Comment avoir une justice dans ces conditions ? Et que voudrait dire « justice » dans ces conditions ?

            L'idée trouvée est d'établir des règles : les lois. Ensuite on jugera si les gens ont respectés ou enfrein ces règles. Si les lois sont dictées par les citoyens, alors tu peux tout à fait demander à changer certaines lois si elles ne te semble par conforme à ton idée de justice. Ainsi si les citoyens ont le contrôle, on devrait arriver assez proche d'une Loi juste pour tout le monde…

            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je critique nullement la justice, j'ai eu à comparaitre en tribunal, et j'ai kiffé mais vraiment, j'ai rien eu à dire en deux seconde la juge a vue le bug et m'a dédouané à la vitesse de l'éclaire. Alors que j'était venue avec un sentiment d'être dans la ....

              Je voulais juste pointer du doigt qu'appliquer la loi n'implique pas toujours un résultat qui soit juste.

              Sur ce, je laisse ce thread içi et bonne soirée.

              Allez tous vous faire spéculer.

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu habites encore chez les Bisounours toi.
        Dans mon pays qui est la France la justice traine un tel paquet de casseroles que tu pourrais équiper tous les foyer avec.

        Elle est tellement bien la justice que tu défends qu'une femme battue doit partir de chez elle, pas son mari. Ca c'est de la justice ! Ce n'est pas un exemple isolé car ce sont toutes les femmes battues qui subissent ça. Au point que plus de la moitié des plaintes de femmes battues sont retirées par elles-même. Si si tu as raison, c'est une vraie justice.

        Je ne connais pas d'autres exemples car je ne suis pas accro à la justice. Je suis sûr que d'autres en ont des brouettes.

        La justice doit faire respecter la loi or elle ne le fait que dans certains cas. Et ça c'est dégeulasse.
        Si tu t'appèles Chirac tu est condamné plus cool que si tu t'appèles Tartampion et tu vas dire le contraire.
        Il disait comment La Fontaine déjà ? Selon que vous serez puissant ou misérable...

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ce n'est pas un exemple isolé car ce sont toutes les femmes battues qui subissent ça.

          C'est faux (j'en suis sûr, car j'ai quelques exemple qui au moins te casse le "toutes les femmes"), mais chut, faudrait pas casser tes idées. Et ça n'a absolument rien à voir avec la justice.

          Elle est tellement bien la justice que tu défends qu'une femme battue doit partir de chez elle, pas son mari.

          Tu mélanges justice et loi. La justice applique la loi, elle ne fait pas la loi.

          Encore une fois, certains ne sont pas contents parce que ça ne fait pas ce qu'ils veulent, grand classique, justes qu'ils ne comprennent pas ce qu'est la justice, en fait.

          Tu habites encore chez les Bisounours toi.

          Non. Mais je sais faire la différence entre les divers branches de l'Etat. Tout n'est pas parfait, loin de la (il y a des juges condamnés aussi, il y a des cas non jugés, des pressions etc...), mais de la à cracher sur la justice française comme ça, c'est juste de la connerie. Encore une fois, des élections approchent... Demandez à votre voisin si le changement de lois (on ne parle pas de justice dans les exemples) les intéressent (= prêts à dépenser du fric pour aussi). Vous allez être déçus.

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par . Évalué à 10.

          Je lis des âneries sur un sujet que je connais un peu parce que des proches travaillent dans ce domaine.

          Elle est tellement bien la justice que tu défends qu'une femme battue doit partir de chez elle, pas son mari. Ca c'est de la justice !

          Article 220-1 du Code Civil :
          « Lorsque les violences exercées par l'un des époux mettent en danger son conjoint, un ou plusieurs enfants, le juge peut statuer sur la résidence séparée des époux en précisant lequel des deux continuera à résider dans le logement conjugal. Sauf circonstances particulières, la jouissance de ce logement est attribuée au conjoint qui n'est pas l'auteur des violences. »

          Au point que plus de la moitié des plaintes de femmes battues sont retirées par elles-même. Si si tu as raison, c'est une vraie justice.

          De ce côté, le problème est surtout culturel. En moyenne, une femme qui se sépare de son conjoint pour violences conjugales a déjà fait 6 essais de séparations. Ce n'est donc que la septième tentative qui est définitive, statistiquement. On trouve assez facilement une documentation fournie sur le sujet, y compris des études sociologiques. Grosso modo, si une femme retire sa plainte pour violences conjugales, c'est peu dû à l'institution judiciaire ou policière, mais plutôt à la peur d'être seule, à ses sentiments pour son conjoint, à la honte d'être battue, et à ses préoccupations pour l'avenir des enfants.

          L'Etat n'est certes pas exempt de tout reproche, en particulier avec une politique d'action sociale qui vise avant tout à l'affichage au détriment de l'efficacité. Par exemple, l'action sociale est maintenant souvent soumise à appel d'offres sur critère financier à 70 %, sans requérir de diplômes spécialisés des prestataires, ni évaluation à posteriori de l'efficacité. Autre illustration, l'Etat a versé les allocations des CHRS de début 2011, y compris les centres spécialisés dans l'accueil des femmes battues, avec plusieurs mois de retard : certaines structures n'ont pas résisté.

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par . Évalué à 3.

        Oui, oui... Ca serait pas plutôt tu as la haine d'une justice qui ne fait pas ce que tu voudrais? En fait, comme pas mal de monde qui se prend une décision de justice qui ne lui est pas favorable, et balance alors "c'est un déni de justice" (comprendre "ma justice que j'aurai voulu")

        Le déni de justice c'est le fait pour un juge de refuser de trancher (une affaire arrive entre ses mains et il dit ben non je dis rien - ) l' art 6 du code judiciaire interdit précisément ce cas de figure. Bien entendu elle n'oblige pas le juge à trancher dans ta faveur (sinon a quoi sert toutes les garanties donné au magistrat pour qu'il puisse exercer en toute impartialité et indépendance. Qualités premières et sine qua non qu'on attend de ceux-ci )

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 08/01/12 à 17:10.

        "C'est ton point de vue. La justice se fout de ton point de vue, elle regarde le droit. Oui, c'est ça l'état de droit."

        c'est surtout que si tu considères etre lesé , c'est à toi de te constituer partie.

        " Si Monsieur Machin est condamné pour la 12ème fois, il ne viendrait pas à l'idée de la justice de faire en sorte qu'il ne puisse pas une nouvelle fois casser une porte pour voler et saccager l'appartement. "

        Il y a des amendes qui vont croissante pour les récidivistes. Il y a une echelle qui ajuste la peine au dommage. Ensuite on est au civil, pas au pénal. Tu voudrais que la justice mette le monsieur en prison ? Un des principes est justement d'adapter la peine en fonction du dommage subit. La privation de liberté est la mesure ultime. La plus grande injustice c'est justement la disproportionnalité des peines. A ce rythme la on pourrait très bien donne la peine capital pour les atteintes à la propriété intellectuelle .

        Finalement je l'idée d'une "Justice préventive" , c'est une idée très totalitaire (on condamne à l'avance quelqu'un parce qu'il va potentiellement commettre un jour une infraction, meme s'il ne l'a pas commis ) . Enfin revoir minority report. Et surtout toute les lois sécuritaire qui ont pour but de "prévenir" à l'avance (comme s'il était des oracles qui auraient prédit la course de la destiné de quelqu'un). Et bien entendu poussé à l'extreme cette idée , on arrive aux concepts de criminelles par nature (c'est inscrit dans les gènes c'est la nature de cette personne). Bon on voit bien venir la pente eugéniste et totalitaire. Et bien entendu ce qui est le plus inquiétant c'est qu'un certain nombre de personne adhère a ce discour sans meme comprendre les implications philosophique , politique et éthique .

    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Puisque l'on parle de "La Lyonnaise de garantie" et de sa plainte pour voir son nom associé à "escroc", les moteurs vont se régaler avec cet article et vont encore plus faire le rapprochement.

      Je pense que le fond du problème est que le juge manque de culture. Comme beaucoup, il doit associer le mot culture aux arts et aux lettres en oubliant totalement celle qui façonne actuellement notre civilisation : les sciences et les techniques.

      L'inculture est aussi gravement présente chez nos politiciens. Comment pourraient-ils nous guider vers le futur alors qu'ils n'ont pas compris le présent ?

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Pour moi, je ne vois pas en quoi le juge manque de culture dans ce cas. La société demande à Google de retirer cette suggestion car elle est contraire à la loi, Google dit que ce n'est pas possible or ils le font déjà pour d'autres mots, c'est donc que c'est possible et ils doivent donc le faire.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Le juge fait ce que la loi lui dit de faire, donc je ne crois pas qu'on puisse jeter la pierre au juge.

          La question plus globale est celle de la responsabilité du créateur d'un algo vis-à-vis des résultats de l'algo. Le problème qu'on va avoir si ça fait jurisprudence, c'est que Google (et tout les autres moteurs de recherche, qu'ils soit libres ou pas, envahissant sur la vie privée ou pas) vont avoir une sacré pression pour faire gaffe de ne surtout pas suggérer un résultat négatif associé à une entreprise/personne. Ca va devenir un peu le monde des bisounours...

          Il est vrai que Google censure déjà certains résultats (pédophilie, sites nazis/haineux, etc...) et qu'ils peuvent donc techniquement en censurer d'autres. On devrait donc choisir entre un Google qui ne censure rien (j'imagine pas le scandale quand la suggestion automatique proposera de la pédophilie) ou un Google qui va devoir censurer énormément de contenu "injurieux" pour telle ou telle personne/entreprise.

          • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Non, ce n'est pas le sujet de ce jugement. Google suggest suggéraient des résultats associant escroc au nom de l'entreprise, cette dernière se plaint auprès de Google et c'est seulement après l'inaction de Google suite à la plainte qu'il y a plainte auprès en justice. Si Google avait réagit à la première plainte de la société, ce ne serait jamais arrivé là.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Oui, donc maintenant, Google va devoir enlever de Google suggest tous les mots potentiellement injurieux apparaissant à côté de noms de personnes/entreprises qui en ont fait la demande.

              • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                en étant mesquin google pourrait déréférencer ces sociétés qui se sentent diffamées, mais ça ferait certainement l'objet d'une nouvelle plainte

                il serait plus simple de ne faire aucune suggestion avec les société en question, ni négative, ni positive : neutralité respectée, en ce qui concerne les suggestions, les résultats de recherche eux ne devant pas être filtrés (à mon avis)

                Envoyé depuis mon Archlinux

                • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

                  Posté par . Évalué à 5.

                  en étant mesquin google pourrait déréférencer ces sociétés qui se sentent diffamées, mais ça ferait certainement l'objet d'une nouvelle plainte

                  Intéressant en soi: est-ce que Google doit quoi que ce soit à ces entreprises/personnes?
                  Facebook peut supprimer un profil du jour au lendemain sans craindre les foudres de la justice. Les journalistes qui testent des produits n'ont pas (officiellement) de comptes à rendre aux fabricants de ces produits.
                  Pourquoi Google aurait des devoirs vis-à-vis de cette entreprise?

    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

      Posté par . Évalué à 5.

      Tout d'abord, notre chère justice ne s'attache pas à protéger les citoyens contre les personnes à problème.

      J’ai appuyé sur inutile ici.

      Ce n’est pas le rôle de la justice que de protéger les gens : c’est le rôle de la police.

    • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

      Posté par . Évalué à 1.

      J'estime personnellement que c'est de la connerie cette condamnation.

      Ceci est le fonctionnement de leur algorithme point.

      Il m'arrive souvent de taper "truc shit", "truc merde" "truc hoax" et autre pour trouver des textes de personnes mécontentes à propos de quelque chose, pour vérifier, me faire mon propre avis ou confirmer mes soupçons.

      J'espère bien que nous n'allons pas aller vers une censure de la critique, comme par exemple le patron d'un magasin d'info de Belgique qui menace un forum parce que les acheteurs y critiquent à juste titre son magasin...

      • [^] # Re: Cette merveilleuse justice...

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        J'estime personnellement que c'est de la connerie cette condamnation.

        Ce n'est pas de la connerie, ça s'appelle l'état de droit (l'application de la loi). A moins que tu trouves que l'Etat de droit c'est naze? Dit-le moi vite, que je vienne voler tout chez toi et tu diras au juge que c'est de la connerie l'Etat de droit et que tu ne veut pas qu'il applique la loi.

        Après si la loi sur loi sur l'injure est pour toi de la connerie, convainc tes voisin et fait changer la loi. Ce que tu penses, on s'en fout complet tant que ton objectif est juste cette condamnation, et que tu ne présentes rien de général.

        Oui, je sais, c'est dur que la justice fasse son boulot (regarder la loi, et condamner si Google a violé la loi)

        comme par exemple le patron d'un magasin d'info de Belgique qui menace un forum parce que les acheteurs y critiquent à juste titre son magasin...

        Il peut menacer, les gens sur le forum peuvent porter plainte pour menace. SI les gens sur le forum font de l'injure ou de la diffamation à la place de la critique, c'est tout à fait juste que le patron dise qu'il y a un danger et qu'ils risuqe une condamnation.

        La justice, ce n'est pas appliquer la "juste" de deasy (comme pour Kerro, Elie... Tu pourrais lire les autres commentaires avant de sortir la même haine de la justice juste parce qu'elle n'applique pas ta justice). Si tu ne comprend pas la différence entre critique et injure/diffamation (je te rassure : comme beaucoup de monde, qui mettent dans les forums "le magasin X, se sont des escrocs", qui n'est pas une critique, mais... Je te laisse deviner)

        La justice, l'Etat de droit, pas mal de monde la critique, et si on creuse, en fait on se rend compte qu'ils ne veulent pas la justice, juste qu'on fasse comme chacun veut (différent du voisin, évidement), pauvre justice...

  • # En gros...

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    ...des types ont conçu une machine qui répète ce que la population dit. On ne peut pas condamner la population parce qu'elle est trop nombreuse (et que démocratiquement, elle a raison...), on ne peut pas condamner la machine parce qu'elle n'est pas capable de comprendre (ni de payer), donc on condamne les concepteurs de la machine.

    J'ai bon ?

    • [^] # Re: En gros...

      Posté par . Évalué à 1.

      Ben ouai, tout comme le propriétaire d’un animal est responsable de son animal, tout comme le conducteur d’une voiture est responsable de sa voiture, etc. Google est responsable devant la justice si ses algo. foirent au point d’être dans l’illégalité.

    • [^] # Re: En gros... C'est consternant de stupidité

      Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 08/01/12 à 13:26.

      "On" rends responsable un moteur de recherche. En faisant cela, on pose une pierre de plus pour l'éclatement de la neutralité des réseaux : en condamnant Google pour ça : on exige de lui, argument sous jacent, qu'il soit en mesure de censurer les résultats des recherches.

      Et d'un autre côté, l'inverse : on le condamne pour un éventuel favoristime de telle ou telle entreprise dans le référencement, ou à contrario de la disparation de telle ou telle autre, dans ce même référencement. Donc là, on le condamne pour absence de neutralité.

      C'est vraiment n'importe quoi. Honte à ce juge là.

      • [^] # Re: En gros... C'est consternant de stupidité

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        n exige de lui, argument sous jacent, qu'il soit en mesure de censurer les résultats des recherches.

        On l'exige de lui parce qu'il le fait déjà et qu'on lui a demandé de faire plus mais il a dit que c'était pas possible. Tout ça vient du fait qu'il censure déjà une partie des résultats, alors pourquoi n'a-t-il pas suivi la demande de la société ?

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: En gros...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Autrefois je vendais des sachets de composants électroniques. Ainsi que du matériel pour fabriquer des montages électroniques.
      Il se trouve que ces composants étaient pile ceux nécessaires à la fabrication d'un décodeur Canal+. Ils pouvaient servir à autre mais franchement la destination première du truc est forcément de fabriquer le décodeur. D'autant plus que je fournissais la masque d'insolation.
      Alors dans mon cas, aurais-je été condamnable ? Oui puisque j'incitais directement. Je disais aux clients que ça sert à fabriquer le truc interdit.

      Ensuite j'ai travaillé dans une boutique d'électronique. Cette boutique, comme beaucoup d'autres, vendait elle aussi les composants en question. Mais séparés. Des résistances, des microcontroleurs, etc. Pas un sachet tout cuit. Elle vendait également le matériel de fabrication (fer à souder, insoleuse, produits, etc). Mais jamais nulle part il n'était écrit ou dit que ça sert à fabriquer un décodeur. Donc le client qui achète ça n'a pas été incité par la boutique.
      Dans ce cas, la boutique est-elle condamnable ? Nous faisions plus de 25% du chiffre d'affaire avec ces ventes. En toute connaissance de cause.

      Analogie pour l'affaire Google: le fabricant de couteaux fait en sorte que ses outils pénètrent moins bien la chair humaine. Donc le juge déclare qu'il sait parfaitement que les couteaux sont utilisés pour tuer. Donc condamnation.
      Le fabricant de fusil de chasse est plus malin: il n'a rien fait pour limiter la dangerosité de ses armes

    • [^] # Re: En gros...

      Posté par . Évalué à 0.

      Non là t'aurais 50.000 euros de dommages et intérêts !

    • [^] # Re: En gros...

      Posté par . Évalué à 0.

      Non tu condamnne le type qui a programmé la machine...

  • # Est-ce la fin des outils de suggestion automatique ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Ce jugement me semble très dangereux... Escroc n'est pas un mot directement insultant et en suivant cette logique, beaucoup de mots neutres en général ou ayant plusieurs sens pourraient se trouver exclus des suggestions (exemple bête : chienne... mot parfaitement légitime mais apposé au nom d'une célébrité, il devient une insulte). Le jugement me semble absurde, s'il y a des coupables d'injure c'est l'énorme quantité d'internaute qui ont publié des documents accolant le terme "escroc" au nom de cette société, pas Google.

    Non que j'apprécie particulièrement Google, mais cette décision me semble abusive et met en danger la notion même de suggestion automatisée de toute sorte (qui n'est pas forcément lié, rappelons-le, à une violation de la vie privée).

    • [^] # Re: Est-ce la fin des outils de suggestion automatique ?

      Posté par . Évalué à 5.

      C’est la publication à grande échelle de lien entre le nom de la société et « escroc » qui est insultant.

      coupables d'injure c'est l'énorme quantité d'internaute qui ont publié des documents accolant le terme "escroc" au nom de cette société, pas Google.

      La suggestion de recherche repose sur les statistiques de recherches faites par les internautes à ma connaissance. Ceux-ci n’ont rien publié, ils ont juste fait une recherches et sont de ce fait parfaitement dans la légalité…

    • [^] # Re: Est-ce la fin des outils de suggestion automatique ?

      Posté par . Évalué à 4.

      d'un autre côté ces suggestions automatiques m'énervent tellement (même si parfois c'est marrant ) que ça m'a encouragé à utiliser un autre moteur de recherche...

      Ça + les résultats non pertinents liés au fait qu'auparavant les recherches ne renvoyaient qu'à des résultats comprenant tous les mots tapés, ensuite il fallait taper un + devant les mots qu'on voulait impérativement, maintenant il faut utiliser des guillemets autour des mots, ce n'est pas pratique du tout.

      Mais j'utilise quand même toujours google pour jouer à des petits jeux idiots sur google plus...

      Quand aux esc assureurs, on dirait qu'ils n'ont jamais entendu parler de l'effet Streisand...

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Le con se surpasse...

    Posté par . Évalué à 8.

    A l'aurore de l'humanité, l'homme préhistorique découvrit par surprise qu'il pouvait avoir mal sans qu'aucun de ses congénères y soit pour quelque chose. La première fois qu'il eut mal aux dents, il ne comprit pas tout de suite. Ce jour-là, il était en présence de son beau-frère, il lui fracassa la tête de sa massue parce que, jusqu'à présent, il fallait qu'on lui tape dessus pour qu'il souffre. Or là, il avait mal et son beau-frère était présent; c'était forcément sa faute.

    Mais un beau jour il eut de nouveau mal alors qu'il était tout seul, ses congénères (les quelques survivants) étaient tous resté dans la caverne familiale de peur qu'il pleuve encore des coups de massue, sans raison d'ailleurs car ils n'y comprenaient pas grand chose, aux gesticulations de ce camarade autrefois paisible. Donc notre gaillard chercha un responsable à son mal de dent, entretemps devenu une sacrée rage de dents vu que les dentistes n'avaient pas encore été inventés, et donna des coups de massue dans le vide, il ne rencontra personne.

    Il s'épuisa jusqu'à ce qu'il comprenne que personne ne lui avait fait mal, même s'il pensa tout de même à son cousin le sorcier, doué pour jeter des sorts mais ça ne se pouvait pas car il l'avait fendu en deux la veille, alors que le mal l'avait repris de plus belle pendant que le cousin lui tournait le dos, trop occupé à draguer la sœur de notre pauvre gaillard. Faute de coupable, la vérité apparut finalement dans les embryons de neurones du cerveau tout juste naissant de notre homme des cavernes. Il alla donc trouver le sorcier du village d'à côté, qu'il avait, fort heureusement, épargné de sa furie vengeresse et se retrouva avec une décoction pas très agréable à avaler deux fois par jour, une gorgée le matin, une le soir (les dragées sont apparues un peu plus tard), après que sa dent maléfique fut retirée de sa mâchoire, pour sa plus grande satisfaction.

    Enfin, cette histoire avait quand-même fait plusieurs dizaines de victimes. Mais les procès ne sont apparus que bien des millénaires plus tard.


    C'est une petite variation d'une histoire bien plus joliment contée par François Cavanna dans sa série "L'aube de l'humanité: et le singe devint con" et "[...]: le con se surpasse". Elle est toujours d'actualité. Enfin je trouve.

    Référence: Le con se surpasse, F. Cavanna

    • [^] # Re: Le con se surpasse...

      Posté par . Évalué à 9.

      Ce que je veux illustrer ici, bien sûr, est qu'attaquer un moteur de recherche pour insulte ou outrage (et même considérer une telle plainte comme recevable devant la justice) est comparable à la situation où l'homme des cavernes abat sa massue sur la tête de son voisin pour se venger de son mal de dent: c'est s'attaquer au mauvais coupable. La justice devrait faire preuve de discernement. Je pense que Google a été mal défendu. Enfin, justice et sagesse ne font pas toujours un mais c'est juste mon opinion.

      --> []

      • [^] # Re: Le con se surpasse...

        Posté par . Évalué à 0.

        Bien sûr je suis d'accord, google paie pour la pensée collective des citoyens, c'est juste n'importe quoi.

        J'espère que ça censure juste le mot escroc à coté...et pas les résultats...

        • [^] # Re: Le con se surpasse...

          Posté par . Évalué à 4.

          Hmm... oui et non.
          C'est là que le sujet devient délicat.

          Si j'écris en gros sur un site perso "Mort aux Arabes!" en première page, en gras, gros, police 100, avec petite mention "C'est ce que les manifestants néo-nazis ont scandé tout le long de leur flash mob le jour de [blablabla]", puis-je dire que ben non c'est pas ma faute hein, c'est eux qui l'ont dit?
          Probablement pas, parce qu'on me dira que je l'ai bien mis sur ma page d'accueil, et pas eux. Et on aura bien raison, non?

          Et pourtant, qu'est-ce qui est puni, que je l'ai écrit activement sur ma page d'accueil, ou que ça y soit? La dernière déclenche la plainte, la première confirme la culpabilité, dirait-on.

          Si j'avais dit "c'est pas moi! c'est des pirates qui l'ont mis! pas réussi à retirer ça avant la plainte!" (sait-on jamais, on parle d'un cas hypothétique).
          Alors la justice se serait sans doute faite plus clémente, et peut-être aurais-je été considéré moi aussi comme une victime.

          Alors où est la frontière? Et bien c'est là que les "justices par le bon sens" ne vont plus s'accorder:
          * C'est le résultat d'un algorithme combiné avec les agissements d'un grand nombre: pas de ma faute!
          * J'ai la maitrise du site, j'aurais pu enlever cette mention manuellement il y a bien longtemps: c'est de ma faute!

          Ici, je pense que le juge a tranché pour la deuxième option. Et Google n'a pas réussi à se réfugier derrière le premier argument, pour une raison simple: ils font déjà du filtrage et de la censure de résultats. Et j'ose espérer que quand un juge prend une telle décision, elle a du sens pour lui au moment où il la prend. Ce n'est donc pas un problème de pensée absurde.

          • [^] # Re: Le con se surpasse...

            Posté par . Évalué à 3.

            Il n'en demeure pas moins que le véritable coupable n'est pas et ne sera pas sanctionné.

            Une justice un peu plus technocrate aurait pu exiger de Google qu'«ils» fournissent suffisamment de renseignements afin d'identifier les auteurs de ces déclarations. Mais non. On pourra donc tirer sur le facteur pour avoir transporté des lettres de menace ou des insultes ou bien intenter des procès à la poste pour ne pas avoir filtré le courrier...

            • [^] # Re: Le con se surpasse...

              Posté par (page perso) . Évalué à -4.

              Il n'en demeure pas moins que le véritable coupable n'est pas et ne sera pas sanctionné.

              Un véritable coupable est sanctionné. Ca ne te plait pas, mais c'est le cas.

              On pourra donc tirer sur le facteur

              Il n'est pas le facteur, il est le fournisseur d'un service qui a fait une injure.
              Le pourquoi du comment, on s'en fout.

              intenter des procès à la poste pour ne pas avoir filtré le courrier...

              La poste analyse-t-elle le courrier et affiche-t-elle les mots quelques part? C'est n'importe quoi comme comparaison!
              Google n'est pas condamné pour mettre une injure de quelqu'un d'autre dans sa page de résultat qui serait un extrait des site, Google est condamné pour avoir créé le contenu injurieux. Que ça te plaise ou non.

              Une justice un peu plus technocrate aurait pu exiger de Google qu'«ils» fournissent suffisamment de renseignements afin d'identifier les auteurs de ces déclarations.

              L'entreprise a-t-elle demandé aux flics de se renseigner? Non. Donc Google et les flics ne peuvent pas faire grand chose.
              Ce que tu oublies dans ta tirade est la visibilité de Google. A grande visibilité, grande responsabilité.

              • [^] # Re: Le con se surpasse...

                Posté par . Évalué à 2.

                Je ne commenterai que cette phrase:

                L'entreprise a-t-elle demandé aux flics de se renseigner?

                Suggères-tu que Google, société commerciale et privée, non gouvernementale se charge de faire respecter la loi en demandant à une autorité étatique ou gouvernementale de s'occuper d'un délit dont elle n'est pas la victime? Si c'est le cas, j'ai du mal à accepter ce concept et je ne dois probablement pas être le seul.

                Ceci dit je trouve ton raisonnement... intéressant.

                • [^] # Re: Le con se surpasse...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Eux... On recommence : entreprise = celle qui est injuriée. Je n'ai pas envie de la nommer, par principe (ici, c'est la victime - plus présumée car le jugement est la - même si certains veulent la mettre sur le banc des accusés).

                  Donc est-ce que la victime a porté plainte contre X (charge à la Police de se renseigner) ou a-t-elle porté plainte contre une entité précise (=Google)?

                  Il me semble que c'est contre Google. Donc pour les autres (les gens qui on tapé ces mots), la police n'a rien à faire, on lui a rien demandé, et elle ne pense pas de voir se saisir elle-même de la chose. Et en plus, comme ce n'est pas public, ça m'étonnerai que ce que font les internautes soit condamnable (à vérifier).

                  Bref, le coupable dans cette affaire est bien Google, c'est lui qui a fait l'injure, pas les autres.

                  • [^] # Re: Le con se surpasse...

                    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 09/01/12 à 11:41.

                    Je pense que le sentiment d'injustice vient:

                    • des difficultés à agir en justice face aux manoeuvres parfois douteuses de certaines entreprises: nécessité de monter un dossier, de payer des frais parfois importants (procédure, avocat), risque de perdre face à des boîtes dont le service juridique est certainement surdimensionné..

                    Le fait qu'une entreprise se fasse traiter d' "escroc" via les suggestions Google donne aux gens l'impression d'une justice populaire, que c'est "bien fait pour eux", faute d'autre moyen d'action. Mais la réponse à ce type de problème est de faciliter l'action en justice par les particuliers, de proposer des contrepoids efficaces à des entreprises qui savent que le rapport bénéfice/risque de certaines entorses à la loi est positif.. Les class actions seraient une bonne idée par exemple.

                    En aucun cas on ne peut se réjouir d'un "lynchage public via Google Suggest". Je ne suis pas certains que ceux qui applaudissent quand une entreprise se fait ainsi plomber trouvent aussi "justes" les suggestions pour, par exemple, "les noirs sont" ou "les noirs ont". Il faut garder à l'esprit que Google remonte des recherches effectuées souvent, point final. Ce n'est pas un processus valable de justice. Et ce n'est même pas démocratique: les suggestions racistes ou sexistes ne signifient pas, et heureusement, que les idées proposées soient acceptées par la majorité de la population. Les gens tolérants ont autre chose à faire que chercher dans Google "les noirs sont des français à part entière, c'est certain".

                    • de l'impression générale que la justice, l'État, les législateurs sont totalement incompétents en matière de technologies. C'est hélas très souvent vrai (et c'est réellement problématique quand, par exemple, un juge ne comprend pas en quoi un PC et une licence d'utilisation Windows sont deux choses différentes). Mais là, le juge voit que Google peut retirer des suggestions, il voit qu'une suggestion est objectivement insultante, il voit que l'entreprise visée a demandé le retrait de cette suggestion, et ça lui suffit. Ça me suffit aussi.

                    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                • [^] # Re: Le con se surpasse...

                  Posté par . Évalué à 3.

                  L'entreprise a-t-elle demandé aux flics de se renseigner?

                  Suggères-tu que Google, société commerciale et privée, non gouvernementale se charge de faire respecter la loi en demandant à une autorité étatique ou gouvernementale de s'occuper d'un délit dont elle n'est pas la victime?

                  Je crois que tu as compris de travers. Ce que voulait dire le premier message était : l'entreprise qui a porté plainte a-t-elle demandé aux flics de se renseigner sur les sources de Google, c'est à dire les utilisateurs qui ont fait des recherches ?

                  Autrement dit, cette banque n'a pas cherché noise aux internautes qui faisaient des recherches privées en accolant "escroc" à son nom. C'est logique. Une recherche privée est très différente d'une suggestion publique de complétion. Pour la victime peu importe la méthode que Google utilise pour produire la diffamation. Pour la justice, il me semble que la méthode importe, mais comme circonstance aggravante ou atténuante.

                  • [^] # Re: Le con se surpasse...

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je crois que tu as compris de travers. Ce que voulait dire le premier message était : l'entreprise qui a porté plainte a-t-elle demandé aux flics de se renseigner sur les sources de Google, c'est à dire les utilisateurs qui ont fait des recherches ?

                    J'avais effectivement mal compris, merci pour tes lumières.

                    Toutefois, sans vouloir essayer de me justifier, il me semble malgré tout que [la suggestion de] ce travail de renseignement n'est pas du ressort du plaignant ni de quelqu'autorité que ce soit à l'exclusion de la justice. Je veux dire qu'un devoir d'enquête inclut nécessairement une recherche de ce type afin de déterminer l'auteur des outrages sans qu'il soit nécessaire, de la part du plaignant, de le demander, exact? (À condition qu'une telle enquête soit ordonnée, bien sûr.)

                    Et c'est justement des termes «produire la diffamation» qu'il est question. Tout technocrate a vite fait de comprendre qu'un système automatisé ne peut que rassembler des information au lieu de les produire, de les créer ou de les modifier. Et de plus, quid de l'intention de nuire de la part... d'un moteur de recherche? Bon, je pense que ce débat a longuement été discuté et je vais éviter d'y revenir.

            • [^] # Re: Le con se surpasse...

              Posté par . Évalué à 5.

              Il n'en demeure pas moins que le véritable coupable n'est pas et ne sera pas sanctionné.

              Il n'y a pas de "coupable d'avoir publiquement traité une entreprise d'escrocs", car personne n'a fait ça.

              On reproche juste à Google d'être "coupable de ne pas avoir retiré un contenu insultant". Ce n'est pas pareil.

              On peut considérer que le contenu est apparu "par magie". Qu'il soit le résultat de requêtes privées de millions d'internautes, ou généré aléatoirement ne change finalement pas grand chose.

              Google se retrouve comme le propriétaire d'un bâtiment sur lequel est taggué quelque chose qui déplaît. (genre "machin = escroc"). Ce n'est pas lui qui a taggué, le tag ne le dérange pas, mais vu que c'est son mur c'est à lui de nettoyer. D'autant plus qu'ils ont déjà nettoyé d'autres trucs.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

              • [^] # Re: Le con se surpasse...

                Posté par . Évalué à 2.

                Il n'y a pas de "coupable d'avoir publiquement traité une entreprise d'escrocs", car personne n'a fait ça.

                Je suis plutôt d'accord avec ça. Par contre, le vrai coupable (individu ou groupe) existe bel et bien dans la mesure où l'association a probablement été voulue:

                1. parce que cette association n'est pas naturelle
                2. parce que Google n'altère pas les données qu'il collecte
                3. parce que le fonctionnement même de Google permet aux internautes d'influencer le résultat des recherches, comme tu l'expliques, par la fréquence des termes utilisés.

                Donc le ou les auteurs de ce... hiatus existent bel et bien. Et comme Google possède plus que probablement (c'est ma conviction perso, bien sûr) des logs pouvant mettre en évidence des preuves d'une telle «cyber-attaque» ou «cyber-exploit».

                Bien sûr il s'agit ici de masquer des termes ou des associations [de termes] offensantes. Mais ceci pose un problème de viabilité: si on exige un filtrage de la part de Google, il convient de le généraliser. On y perd d'office en neutralité. De plus, contrairement au filtrage d'images, qui ne souffre pas de traduction, l'application de tels filtrages devrait se faire dans toutes les langues, y compris celles que Google ne gère pas!

                Mais la question principale est: le filtrage est-il bien ou pas? On l'a vu, Google a dû faire marche arrière en Chine or c'est sur ce principe-là que les défenseurs de ce jugement se basent, exact?

  • # J'aurai été un très mauvais juge

    Posté par . Évalué à 3.

    J'aurai demandé à google comment se fait-il que le terme "escroc" est suggéré pour le nom de la société.
    Il m'auraient dit que c'était calculé à partir de ce que les utilisateurs tapent (pas d'intervention de google).
    J'aurai dit au plaignant mais pourquoi les gens pensent que vous êtes des escrocs, que faîtes vous pour que les gens ne le pensent plus ?
    Je les aurai débouté et demandé à un collègue juge d'instruction (pas procureur qui bossent pour le gouvernement) d'enquêter une peu sur cette société.
    Dans le système actuel, je suis recalé.
    Tout va bien...

    • [^] # Re: J'aurai été un très mauvais juge

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Dans le système actuel, je suis recalé.
      Tout va bien...

      Évidemment, un juge est là pour appliquer la loi. Si on trouve qu'un jugement n'est pas correct parce qu'il applique la loi, c'est la loi qui doit changer pas le juge.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: J'aurai été un très mauvais juge

      Posté par . Évalué à 4.

      Regarde un peu les suggestions racistes dans Google (ils font le ménage mais y'en a qui restent). Ta méthode est mauvaise, car dans ce cas précis, tu aurais envoyé balader l'association anti-raciste qui a porté plainte, et tu aurais demandé à un juge d'instruction de vérifier que les préjugés racistes des gens sont fondés ou pas.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: J'aurai été un très mauvais juge

        Posté par . Évalué à 2.

        tu aurais envoyé balader l'association anti-raciste qui a porté plainte

        surement

        tu aurais demandé à un juge d'instruction de vérifier que les préjugés racistes des gens sont fondés ou pas

        non

        un juge est là pour juger chaque affaire un regard de la loi. il tient compte du contexte.

        et puis je fais ce que je veux, c'est mon imagination :)

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 11/01/12 à 08:32.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.