Richard Stallman en tournée en France

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags :
12
1
jan.
2010
Communauté
Richard Matthew Stallman, bien connu des libristes sous l'acronyme R.M.S. donnera une série de conférences un peu partout en France courant janvier 2010.

Le 12 janvier, il sera à Paris pour parler de sa biographie. L'événement se tiendra - Amphithéatre Eyrolles, Librairie Eyrolles, 5, 57, 61 et 63 boulevard Saint-Germain. de 17h30 à 18h30.

Le 13 janvier, à Lyon, RMS nous expliquera pourquoi le logiciel libre est un maillon essentiel dans une société libre et solidaire. L'événement aura lieu à l'Université Lyon 2, Grand Amphithéâtre, 18 Quai Claude Bernard, Lyon 7e de 19h à 21h. Cette conférence est organisée à l'initiative de l'ALDIL (Association Lyonnaise pour le Développement de l'Informatique Libre) et la licence professionnelle « CoLibre » du département ICOM de l'université Lumière Lyon2 (pour s'y rendre : Tram T1 arrêt « Quai Claude Bernard »).

Le 14 janvier, il se rendra à Grenoble pour nous rappeler l'histoire, le but et la philosophie de ces logiciels libres, qui, mis ensemble, sont utilisés par près de 10 millions de personne dans le monde. Cela se passera dans l'Amphithéatre de l'École de Management de Grenoble, 12, rue Pierre Sémard, à Grenoble de 17h à 19h30

Enfin, le 15 janvier, à Autrans, RMS nous proposera des solutions pour "soutenir les arts sans porter atteinte à nos libertés fondamentales." Rendez-vous donc à L'Escandille, Village Vacances Cap France, Route de la Sure à Autrans de 9h à 9h50 Richard Matthew Stallman, considéré comme l'un des inventeurs du logiciel libre, expliquera pourquoi et comment le logiciel libre est un maillon essentiel d'une société libre et solidaire en contribuant au bien commun numérique, essentiel à l'émancipation des individus dans un monde de plus en plus en plus informatisé. Francophone et francophile, adepte de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », il s'adressera à son auditoire et répondra aux questions en français.
  • # Pour le *Logiciel* Libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Le livre de Richard n'est pas libre, apparemment... dommage.
    Il milite pour les logiciels libres mais il a toujours dit que les œuvres littéraires ne doivent pas forcément l'être.
    Nous ne sommes pas convaincus que les œuvres artistiques ou de divertissement doivent être libres...
    http://www.gnu.org/licenses/licenses.fr.html
    Ce n'est même pas sous licence "verbatim copying only"... too bad.

    GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      > Le livre de Richard n'est pas libre, apparemment... dommage.

      À vérifier. Le site de l'éditeur précise Cet ouvrage s'inscrit dans le projet Framabook du réseau Framasoft
    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

      Posté par . Évalué à 2.

      > Le livre de Richard n'est pas libre, apparemment... dommage.

      Si tu parles de sa biographie qui va sortir ces prochains jours, si, ce livre est bien sous licence libre. Il fait en effet partie de la collection Framabook et est édité chez Eyrolle, ce qui est une première pour le projet Framabook et pour Eyrolle de publier un livre sous licence libre.
      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Pourquoi le site de Framabook n'en parle pas ? C'est pourtant vrai que c'est un événement de taille !

        GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Oui enfin bon ce qui est intéressant c'est la pérennité et la réussite du mouvement des logiciels libres, dans toute sa diversité. Je suis pas sur que la BIO de RMS soit un ouvrage si important que cela.
          D'ailleurs, il s'en contre fiche lui même de sa BIO, il s'en tamponne l'oreille avec une pantoufle ! Preuves...il y a plusieurs erreurs notables sur la page Wikipédia de RMS, et cela depuis très longtemps, et il n'a ni pris la peine de les corriger ni pris la peine de demander des corrections...pourtant c'est lui même qui a relevé ces erreurs lors d'une conférence.
    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

      Posté par . Évalué à 1.

      RMS : 'Nous ne sommes pas convaincus que les œuvres artistiques ou de divertissement doivent être libres,'

      C'est l'application du principe de réalité : bien des auteurs d' œuvres artistiques ou de divertissement ne doivent leur subsistance qu'à leurs droits d'auteur. Si n'importe qui peut percevoir les droits d'auteur ou/et exploiter les oeuvres à la place des véritables auteurs, il est évident que ces auteurs n'ont plus qu'à changer de métier pour survivre. Autant dans le logiciel libre un créateur de logiciel peut bosser à coté dans l'informatique, autant dans le domaine artistique, c'est très difficile d'assurer deux boulots en même temps. L'art, l'écriture vous bouffent la vie entière, vous envahit jour et nuit. C'est un choix si l'on veut avancer, c'est nécessaire, parfois c'est un non-choix, c'est comme cela... D'autant plus que nombre d'artistes 'vivotent' de leurs maigres droits d'auteurs et sont économiquement pauvres.
      Rien n'empêche un auteur de choisir de libérer son oeuvre mais c'est lui qui maîtrise le processus et agit en connaissance de cause.

      "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        RMS : 'Nous ne sommes pas convaincus que les œuvres artistiques ou de divertissement doivent être libres,'

        Je ne suis pas convaincu qu'un logiciel libre soit facile à fournir, si d'un coté la licence du code est libre, et l'autre coté, les données dites artistiques sont proprio.

        Voilà ton jeux, il est gratuit, maintenant, les sons, les skins, les maps, le scénario tu le paie.


        Je te fournis un framework pour faire des sites webs, maintenants les icones, les effets jquery tu les paies.

        RMS avec sa distinction entre oeuvre utiles (dont informatique) et artistique se met un peu un doigt dans l'oeil. La création informatique n'est pas qualitativement différente.

        Et c'est là où le débat pro-anti HADOPI me pète les couilles : pendant qu'on pleure sur les très subventionnés artistes, qu'en est il des travailleurs intellectuels qui produisent des oeuvres de l'esprit ?

        On a pas de droit d'auteur, on est dépossédé à 100% au profit des employeurs ou clients (code de la propriété intellectuelle).

        Le code n'est pas qualitativement différemment d'une oeuvre d'art, le processus intellectuel est le même il n'y a pas de raison sous prétexte que nous sommes des travailleurs salariés ou indépendants d'être traités différemment.
        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par . Évalué à 4.

          Bon alors son livre, il est libre ou pas ?
          Et les icones de Firefox ?
          Et les dessins de Picasso?
          Moi , ça m'aurait fait chier, du vivant de Picasso, d'avoir été obligé de libérer toutes mes créations. Lui même en a donné certains originaux qui à la ville de Guernica, qui au Mouvement de la Paix , quelle force culturelle ces dons ont représentée !
          Et s'ils avaient été "libérés " ? ben on aurait vu des taureaux partout en oubliant leur signification, on aurait vu des colombes représenter les interventions militaires en Irak ou en Afghanistan !
          Ne libérez jamais les oeuvres de Picasso !

          Par contre, dites moi où on peut trouver les interprétations de Carmen, de l'Arlésienne, la 9ème symphonie de Beethoven, Toccata et Fugue en ré mineur, librement accessibles ?
          Pourtant, plus personne n'a aucun droit sur ces oeuvres.
          C'est passé dans le " domaine public " .
          Mais où on peut les trouver ?
          Et il faut que les oeuvres culturelles nouvelles soient libres ?
          Mais quid de la diffusion des anciennes ?
          C'est un peu un gros troll non, que de demander aux auteurs de libérer leurs oeuvres, aujourd'hui ?

          Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

          • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

            Posté par . Évalué à 2.

            Le droit d'auteur tombe à un moment ou à un autre …

            Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

          • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libree

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            >> Par contre, dites moi où on peut trouver les interprétations de Carmen, de l'Arlésienne, la 9ème symphonie de Beethoven, Toccata et Fugue en ré mineur, librement accessibles ?

            J'ai du me chopper plus de 10 Gio de musique classique gratuitement et légalement moi…
            Va faire un tour sur des sites comme http://www.musopen.com/ ou http://www.classiccat.net/
            • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libree

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              >>> J'ai du me chopper plus de 10 Gio de musique classique gratuitement et légalement moi…

              Télécharger de la musique classique amha ça n'a pas vraiment de sens (à moins de connaître à l'avance quel va être le "niveau" de l'interprète).
              Voir https://linuxfr.org//comments/600641.html#600641
              • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libree

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                >> Télécharger de la musique classique amha ça n'a pas vraiment de sens (à moins de connaître à l'avance quel va être le "niveau" de l'interprète).

                Télécharger de la musique classique, ça a tout à fait du sens pour moi.
                J'aime justement avoir plusieurs interprétations, ça me permet de « redécouvrir » certains morceaux qui étaient figés dans ma mémoire.
                J'ai des versions de morceaux, mal jouées, avec des erreurs, mais que j'affectionne car certains passages correspondent à mon idéal du morceau, n'en déplaise à ceux qui ne jurent que par Horowitz. Pour quelles raisons devrais-je me reprocher d'avoir préféré la version d'un inconnu qui joue dans sa cave ?

                C'est à moi ensuite de décider quelles interprétations de quels auteurs me conviennent.
                Pour reprendre ton exemple de Patrick Sébastien qui chante du U2, j'ai de mon côté des morceaux originaux que j'adore, mais dont je préfère amplement certaines reprises (comme « Mourir pour des idées » de Brassens, jouée par le groupe Subway)

                Si je devais suivre ton autre message au pied à la lettre, alors je n'achèterais plus de CDs de performances « en live, » car bien souvent, on se retrouve avec une qualité bien loin de celle obtenue après 3 mois de post-prod sur une version studio.


                Pour conclure, c'est *justement* parce que la musique classique transmet des émotions différentes selon les interprètes qu'il est important de ne pas se limiter, de ne pas hésiter à sortir des chantiers battus. L'accès libre et gratuit à tout ce réservoir de sensations nouvelles donne selon moi tout son sens au téléchargement de musique classique.
                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libree

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  >>> Télécharger de la musique classique, ça a tout à fait du sens pour moi.
                  J'aime justement avoir plusieurs interprétations, ça me permet de « redécouvrir » certains morceaux qui étaient figés dans ma mémoire.


                  Toujours amha si tu télécharges pour _évaluer_ des interprétations et (éventuellement) les ajouter à ta collection de celles que tu connais déjà...alors je n'ai rien à dire car c'est une démarche saine et cohérente.
                  Si tu télécharges pour _découvrir_ une oeuvre que tu ne connais pas du tout...alors je pense que c'est dangereux car tu a de fortes chances (cf Sturgeon's law) de tomber sur des interprétations merdiques par des interprètes ayant peu de talent. Pourquoi prendre le risque d'écouter pour la première fois l'Appassionata jouée par un médiocre ?

                  >>> Pour conclure, c'est *justement* parce que la musique classique transmet des émotions différentes selon les interprètes qu'il est important de ne pas se limiter, de ne pas hésiter à sortir des chantiers battus.

                  Bien entendu ! Je suis parfaitement d'accord avec ça (d'ailleurs un rapide check sur http://patrickguignot.free.fr/divers/musique_classique.html me montre que, toujours pour la sonate Appassionata, j'ai 4 différentes interprétations). Mais là je ne parle que de la découverte d'un morceau. Si on ne connais pas le morceau je pense que cela ne sert pas à grand chose de le télécharger. Il vaut mieux se renseigner (il existe de très bons guides pour savoir quelles sont les interprétations de référence) et écouter une version de grande qualité (pas au point de vue de la qualité sonore mais au point de vue de l'interprétation).
                  Cela sonne un peu élitiste de dire ça mais si tu découvres les nocturnes de Chopin en écoutant la version d'Arrau il y a plus de chances que ta vie en soit bouleversée que si tu les découvre en téléchargeant une version lambda au hasard.
                  • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libree

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    (cf Sturgeon's law)

                    C'est un corollaire de la loi de Poisson?

                    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par . Évalué à -1.

          'pendant qu'on pleure sur les très subventionnés artistes'

          Il n'y a pas 'l'artiste' mais 'des artistes', chaque situation est différente. Il y a des très riches et puis ceux qui crèvent la dalle. On ne voit que les riches, donc on dit, 'c'est ça l'artiste'.

          'Le code n'est pas qualitativement différemment d'une oeuvre d'art, le processus intellectuel est le même'

          Il faut savoir qu'il n'y a pas de séparation entre le travail et la vie personnelle pour un artiste. Les oeuvres artistiques ne sont que des vies privées mises en forme , avec leurs douleurs, leurs cauchemars, leurs joies parfois. L'artiste s'expose nu travers ses oeuvres, montre ses tripes et parfois, cela n'est pas évident à vivre, surtout en ce début de 21° siècle où l'on assiste à un retour en force du puritanisme.

          "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

          • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.


            Il faut savoir qu'il n'y a pas de séparation entre le travail et la vie personnelle pour un artiste. Les oeuvres artistiques ne sont que des vies privées mises en forme , avec leurs douleurs, leurs cauchemars, leurs joies parfois.


            Tu peux éviter les poncifs romantiques ?

            Si je dois éviter de dire un mais des artistes, alors évites de me résumer la vision de l'art à celle d'une meute de néo-goth-dépressifs.

            De plus, il n'y a pas de séparation entre le travail et la vie privée : ton code -si ta charge de travail est élevée- t'y penses tout le temps : quand tu rêves, le week-end, quand tu manges....

            Donc non le codeur lui non plus n'a pas la chance de séparer sa vie privée de son travail.
            • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

              Posté par . Évalué à 0.

              La grosse différence c'est le mode de fonctionnement économique : le code, tu peux l'écrire en tant qu'employé, en tant que prestataire, bref globalement "sur commande".


              C'est pas forcément comme ça que fonctionne la création artistique. Le mécénat est pas vraiment majoritaire de nos jours. Et l'art n'est pas forcément "utilitaire", même si défois ça marche, contrairement à l'immense majorité du code informatique écris (en Cobol parait-il)
              • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                La grosse difference c'est juste que por des raisons d'offre (coolitude de l'artiste vs image de polard du codeur) et de demande le monde de la production artistique est sature. Parmi les artistes nombre sont des rates qui tiennent pas la concurrence et qui au lieu de whiner (couiner en fr) et reclamer une rarete artificielle sous des pretextes pitoyables feraient mieux de changer de metier.

                La loi de l'offre et de la demande : trop de pretendus artistes pas suffisamment de demandes, seuls les meilleurs peuvent survivre, malheur aux vaincus. Nous les citoyens n'avons pas a soutenir les pretentions statutaires de mediocres aux moyens d'hadopi, de subventions.

                Que les artistes mediocres aillent chercher un vrai boulot, et qu'on accorde a tous les creatifs les memes droits.
                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                  Posté par . Évalué à 0.

                  'seuls les meilleurs peuvent survivre'

                  'Meilleur' concernant l'art n'a pas de sens. L'art n'est pas une question de performance, l'art est subjectif. Il y a une logique commerciale qui échappe au grand public mais qui n'échappe pas à ceux qui en profitent. Je parle ici de certains artistes riches et encensés par les média, les états, mais dont la pauvreté des oeuvres ne trompe pas ceux qui vivent l'art de l'intérieur. Ces artistes qui ont pigé le truc pour fabriquer des dollars en sont arrivés au niveau PME. Jeff Koons emploie ainsi plus de 70 assistants pour fabriquer ses sculptures.
                  Question : Koons est il un des 'meilleurs' parce qu'il vend bien ?

                  "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

            • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

              Posté par . Évalué à -1.

              'Tu peux éviter les poncifs romantiques ? '

              Le code ne peut pas être romantique et c'est là une différence entre l'art et le code
              (quoique, il existe une esthétique du code intéressante)
              Quant au romantisme, les gens 'heureux' produisent rarement des oeuvres intéressantes.
              La psychanalyste Julia Kristeva disait 'Le sublime naît dans la mélancolie'

              't'y penses tout le temps : quand tu rêves, le week-end, quand tu manges....Donc non le codeur lui non plus n'a pas la chance de séparer sa vie privée de son travail.'

              Ce n'est pas si simple. Quand on parle de mélanger vie personnelle et travail c'est utiliser ses fantasmes, ses rêves, son vécu, ses traumatismes, ses émerveillements, les digérer et ensuite tenter d'en faire une oeuvre. Rien de logique, rien de prévisible, rien de certain, beaucoup d'aléatoire, beaucoup de ratés.
              Je ne nie pas la difficulté de coder (je suis même admiratif), surtout quand on distribue son code gratuitement mais je ne m'imagine pas qu'un codeur puisse écrire son code à partir de sa vie privée.

              "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

              • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Faire une distinction entre les artistes qui feraient de la création noble et les autres qui feraient de la création utilitaires me fait gerber, mais OSEF, car la loi elle -elle- s'en fout.

                Ce que tu me fais c'est essayer de m'imposer ta vision morale que je ne partage pas.

                En tant que bon républicain, pour moi la loi doit être la même pour tous, et ceci sans discernement de la **douleur** dans la création. Si on fait HADOPI pour les artistes, on devrait aussi protéger les créatifs intellectuels de la même manière et interdire aux entreprises de s'approprier sans contreparties les créations.

                Même les belges sont moins cons que nous : tous les salariés et indépendants sont associés à hauteur de 50% sur les droit patrimoniaux générés à partir de leur oeuvres.

                Si je dis que je mets des lames de rasoir sur mes touches pour souffrir et mettre ma chair et mon sang dans mon code, j'ai le droit à être protégé par HADOPI et toucher du pognon de la SACEM, de free et autres ? J'ai le droit à des suvention de l'état pour faire du code proprio ?
                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                  Posté par . Évalué à 1.

                  et interdire aux entreprises de s'approprier sans contreparties les créations.

                  C'est déja le cas ... t'as un contrat pour le boulot que tu fournis dans le cadre de ton travail, t'es payé pour ça. Pour les autres cas c'est toi qui choisit la licence.

                  Même les belges sont moins cons que nous

                  Alors, si même les Belges ... j'espère que c'est juste de l'humour pas drôle.
                  • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Le travail n'est pas un privilege.

                    Et payer un salaire pour s'approprier les creations c'est du vol, car a moins que l'entreprise accepte que le code soit sous BSD, je deviens un contrefacteur si j'utilise MA creation. Creation pour laquelle ma signature est jetee aux orties. Ce qui est inalienable et incessible pour un artiste disparait pour tous les autres creatifs. Wtf ?

                    S'emmerder avec Hadopi, distinguer code artistique et utilitaire eSt l'orniere dans laquelle les gens du libres se font baiser. C'est pour ca que je ne
                    respecte pas cette opinion de rms.

                    Une meme loi, un meme traitement pour tous.

                    Et marre que les oeuvres artistiques subventionnees soient sous droit d'auteur classique : ce devrait etre en CC by sa a minima ou mieux domaine publique.

                    Les artistes sont des reacs quand il s'agit du droit d'auteur. Le libre devrait arreter de leur faire des oeillades pour paraitre hype.
                    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                      Posté par . Évalué à 2.

                      C'est pas une histoire de classement des oeuvres d'art ou pas, c'est une histoire d'être salarié ou pas. http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_d%27auteur#Titulaire_des_(...)

                      Si tu travallai pour une entreprise avec un contrat autre qu'un contrat de travail, tu conserverai les droits (ou plus exactement tu serais considéré comme l'auteur) ...
                      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        Quand t'es indépendant le droit du commerce implique le même dépucelage anale juridique. Qui n'est la règle qu'en France.

                        Donc le droit de paternité inaliénable, le créatif non artistique il peut le chercher là où le soleil ne brille jamais.
                    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Jul n'a pas tort concernant les disparités entre le traitement des auteurs artistes et développeurs. Il est quand même étrange de constater que les droits d'un créateur de logiciel échappent à son auteur s'il est salarié. Concernant les arts plastiques, domaine que je connais, les artistes salariés sont rarissimes. Quasiment tous les artistes sont donc classés "travailleurs indépendants", cotisent à des caisses indépendantes, etc... Une situation particulière, celle des photographes salariés, dont la signature reste souvent attachée à leurs photos. Leurs images et les droits appartiennent à leurs agences/journaux mais ils gardent quand même certains droits, notamment s'ils quittent leur employeur. Cela tourne parfois à la bagarre judiciaire mais bien souvent, ils restent propriétaires de leurs droits d'auteur après leur départ.
                      Les "oeuvres artistiques subventionnées" devraient effectivement, dans notre logique républicaine, être plus libres de droits que les non subventionnées.

                      'Les artistes sont des reacs quand il s'agit du droit d'auteur.'

                      Faut pas généraliser ...

                      "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

                      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                        Va sur la maison des artistes, et regarde les belles exceptions : selon que tu es créatifs «artistes» ou «manant» (pardon dans la création non-noble) alors tes droits sociaux et d'auteurs ne sont pas les mêmes.

                        Dans un cas tu émarges en tant qu'intermittent, tu factures sans TVA, dans l'autre cas pas.

                        Pourquoi moi indépendant codeur, je dois combler le trou de la caisse des artistes et le manque à gagner en TVA, et eux en retour passent leur temps à dire : mon travail peut pas être libre ?

                        Franchement notre métier est basé sur un truc aléatoire : la créativité. Et nous ne pouvons pas capitaliser sur nos créations passées, puisqu'elles nous sont généralement aliénées.

                        Pourquoi les artistes passent-ils leur temps à se désolidariser des autres créateurs ? On pue la sueur et le peuple et ça pourrait tacher les plumes immaculées de Dieu qu'ils ont dans le cul ?


                        C'est aberrant, je trouve cette exception choquante surtout au vu de leurs discours qui suent l'égoïsme et le corporatisme. Regarde les trucs de culture libre : c'est le libre c'est bien (pour son succès) mais c'est mieux si on partage pas trop (nc et/ou nd). La culture libre c'est du libre light avec une bonne pâte proprio.

                        HADOPI, les malheurs des artistes c'est un truc de bobos, et qu'ils aillent pleurer ailleurs. Si il y a un droit d'auteur, j'aimerais aussi qu'il y ait un droit des lecteurs/spectateurs d'accès à la culture dans des conditions correctes.

                        Les artistes ne sont pas des aristos de la créations, ceux qui pensent l'être je me ferais un plaisir de mettre leur tête sur une pique.
                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                  Posté par . Évalué à 1.

                  'Ce que tu me fais c'est essayer de m'imposer ta vision morale que je ne partage pas'

                  Je ne vois pas en quoi mes commentaires établissent une échelle de valeur entre l'art et le code. Ces deux mondes sont très différents et d'après nos commentaires ici, ils semblent malheureusement avoir du mal à communiquer.

                  'Si on fait HADOPI pour les artistes'

                  Ils ne font pas du tout hadopi pour les artistes puisque ces derniers, si ils sont musiciens par ex, continueront à être exploités par les majors. Hadopi est fait pour les industriels, les lobbies qui sont copains comme cochon avec le pouvoir en place. Ce n'est pas parce que certains artistes attardés et fortunés soutiennent hadopi que l'ensemble des autres est d'accord. Personne n'est dupe de la (vaine) manoeuvre des hadopistes.

                  "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par . Évalué à 2.

          Voilà ton jeux, il est gratuit, maintenant, les sons, les skins, les maps, le scénario tu le paie.

          Oui mais non, les données, en tant qu'oeuvres de l'esprit devraient elles aussi être libres non ? Donc certe, tu les paies genre une fois, après les autres les récupèrent en toute légalité sur les réseaux P2P ou ailleurs sans déverser un centime.
      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Si n'importe qui peut percevoir les droits d'auteur ou/et exploiter les oeuvres à la place des véritables auteurs, il est évident que ces auteurs n'ont plus qu'à changer de métier pour survivre.

        Tiens, je voulais changer un mot ou deux pour faire le rapprochement avec le logiciel libre, mais même pas besoin : c'est exactement, mot pour mot, ce que j'entends à propos du logiciel libre.

        Un développeur libre peut vivre des développements annexes, un artiste libre peut vivre de concerts.
        Un développeur libre ne peut pas vivre de tout type de logiciel (jeux...), une artiste libre ne peut pas vivre de tout type de musique (instrumental...)
        Un développeur libre peut voir ses oeuvres exploitées (vendues) par d'autres, un artiste libre aussi.

        Mais bizarrement, on est plus tolérant envers les "pauvres" artistes qu'envers les développeurs (les deux sont des auteurs), même ici (à voir les conscessions la musique "libre" alors qu'on n'aurait pas le droit de la modifier ou de la vendre) alors que les problématiques sont très très proches...

        Si on accepte que les artistes n'ont pas forcement un modèle économique viable, il faut aussi accepter que certains développeurs ne peuvent pas faire de libre sur certains logiciels! Bizarrement on accepte le principe pour l'un mais pas pour l'autre.

        (sans compter le problème du logiciel libre, qui a souvent besoin d'oeuvres artistiques... Libres si on veut que le logiciels sont complètement libre. Tout se mélange)
        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par . Évalué à 2.

          En même temps, si tu regardes les commentaires de cette news ( http://linuxfr.org/2009/11/27/26209.html#1085816 ) il y a pas mal de gens ici qui acceptent l'idée.
        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

          Posté par . Évalué à 1.

          'Un développeur libre peut vivre des développements annexes, un artiste libre peut vivre de concerts.

          Donc tous les artistes seraient des musiciens ? Il y un quiproquo ...
          Les artistes musiciens ne représentent qu'une infime minorité dans le monde artistique. Mes commentaires concernent ce que je connais, les arts plastiques : peinture, gravure, sculpture, photographie, vidéo, landart, .... Et dans ce domaine là, on vit soit des droits (de représentation par ex) soit des ventes. Certaines oeuvres sont difficilement vendables et bien heureusement les artistes peuvent vivre et continuer à produire en percevant des droits. Tout cela pour dire qu'avant de taper sur les artistes (plasticiens), il faut se renseigner un minimum.

          "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

          • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Mes commentaires concernent ce que je connais, les arts plastiques : peinture, gravure, sculpture, photographie, vidéo, landart, ...

            Remplace "concert" par "peinture", "gravure", "sculpture", "photographie", "vidéo", "landart" etc...

            Dans aucun de tes exemples il n'y a un problèmes pour faire autre chose que percevoir des droits : un peintre vend sa peinture (il vent son savoir faire, sur une commande passée par un autre), pareil pour la gravure etc...

            "Protéger" des artistes qui n'arrivent pas à s'adapter à l'évolution, c'est exactement la mentalité d'HADOPI, et ça marche tout autant pour la peinture, gravure, sculpture, photographie, vidéo, landart, ... Tout ce que tu dis est exactement ce que j'entend de la part de gens qui font du développement non-libre : "on ne peut pas faire autrement, sinon on ne vit pas", d'un grand classique.

            Je ne vois pas pourquoi on protégerai plus ces artistes que les auteurs de logiciels, qui ont exactement le même problème pour vendre une fois le travail accompli : c'est exactement le même problème.
            • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

              Posté par . Évalué à 1.

              1) L'artiste que je suis milite contre hadopi, avec ses moyens, y compris politiques.
              2) Les artistes n'ont pas à être protégés'
              3) d'un point de vue libertaire, qui est le mien, les citoyens sont libres de travailler gratuitement ou non. Je ne vois pas où est le problème.
              3) entre nous, rien n'est gratuit, pas même le fait de distribuer son travail à la terre entière comme l'a fait Linus T. Il en attendait des retombées, comme tant d'autres maintenant ( ex Rasterman dont j'admire le travail) et cela marche, parfois non.
              3) les productions estampillées 'art libre' proviennent de gens qui n'en vivent pas
              4) un artiste plasticien a un statut de travailleur indépendant et en accepte les avantages et inconvénients

              'Dans aucun de tes exemples il n'y a un problèmes pour faire autre chose que percevoir des droits'

              Quand on est artiste plasticien et que l'on ne vend pas, on cesse son activité pour exercer un autre métier. On enterre alors son activité artiste ou l'on végète faute de temps pour produire. Un artiste qui peut obtenir des revenus d'auteur échappe à cette destinée.

              "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

              • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Bon, pour une fois, il va falloir que j'adapte un peu (la première phrase sortie n'avait pas besoin d'adaptation!)

                "Quand on est développeur et que l'on ne vend pas, on cesse son activité pour exercer un autre métier. On enterre alors son activité de développeur ou l'on végète faute de temps pour produire. Un développeur qui peut obtenir des revenus d'auteur échappe à cette destinée."

                Note que j'ai remplacé juste "artiste plasticien" par "développeur", et que c'est exactement la phrase que sortent les gens qui ne font pas de l'open source et qui ne pensent pas qu'un autre modèle économique peut sortir (mais qui pourrait penser qu'on pourrait vivre de logiciel libre? Personne... En quoi un artiste plasticien ne pourrait pas vivre de commandes comme le fait un développeur? le modèle économique est aussi peu viable dans la réputation dans l'un ou l'autre)

                Si tu acceptes qu'un artiste plasticien ne peut pas vivre si il fait du libre, il faut accepter aussi qu'un développeur ne peut pas forcément vivre si il fait du libre (retour à ma première réaction).
                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                  Posté par . Évalué à 1.

                  'Quand on est développeur et que l'on ne vend pas'

                  Les développeurs sont ils des travailleurs indépendants, comme les artistes ?

                  'En quoi un artiste plasticien ne pourrait pas vivre de commandes comme le fait un développeur? '

                  Parce que l'artiste n'a pas à être commandé. Tu confonds artiste et artisan, peut être ?
                  Certains acceptent des commandes, c'est bien quand cela marche et c'est exceptionnel.
                  L'art contemporain est libertaire par nature. Ni dieu ni maître.
                  Certains exemples peuvent contredire ce principe mais ils renvoient à des démarches commerciales.

                  'Si tu acceptes qu'un artiste plasticien ne peut pas vivre si il fait du libre, il faut accepter aussi qu'un développeur ne peut pas forcément vivre si il fait du libre'

                  Erreur, amigo. Je n'ai jamais écrit qu'un développeur vit en faisant du libre !
                  D'ailleurs, je me demande comment il peut concilier le développement libre et la survie.

                  "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

                  • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Les développeurs sont ils des travailleurs indépendants, comme les artistes ?

                    C'est possible, il y a différents modèles de développement (par exemple je suis développeur, et je suis indépendant)

                    Parce que l'artiste n'a pas à être commandé. Tu confonds artiste et artisan, peut être ?

                    Ah... Voila! En fait, c'est refuser des modèles de développement différents "par principe" (quel principe?)

                    Certains acceptent des commandes, c'est bien quand cela marche et c'est exceptionnel.

                    Exactement ce qu'on me répond quand je parle de développement libre.

                    D'ailleurs, je me demande comment il peut concilier le développement libre et la survie.

                    En cherchant des modèles de développement différents de ce que la masse fait, en refusant de se limiter "par principe"?

                    Globalement, tout ce que tu me réponds est exactement ce que j'entends quand je dis que je suis un indépendant développeur de logiciel libre.

                    Sinon, je conçois personnelement qu'on puisse ne pas vivre de certain type d'oeuvres, et c'est pour cela que j'accepte les logiciels proprios.
                    Ma critique concerne principalement les gens qui acceptent du non libre (-NC, -ND y compris) dans la musique mais pas dans le logiciel, alors que la problématique de recherche d'un modèle économique viable est exactement pareille.
                    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                      Posté par . Évalué à 0.

                      'Parce que l'artiste n'a pas à être commandé. Tu confonds artiste et artisan, peut être ?'

                      Ah... Voila! En fait, c'est refuser des modèles de développement différents "par principe" (quel principe?)'

                      L'absence de frontières est la base et la condition sine qua non de la création artistique contemporaine. Un aspect important de la création artistique : au milieu des contraintes, suivre sa voie seul, décider seul de ce qui est bon ou mauvais pour son travail.
                      Un codeur qui crée un programme peut adopter la même démarche, j'imagine.

                      "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

                • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Comme il est mentionné dans cette nouvelle :
                  "Enfin, le 15 janvier, à Autrans, RMS nous proposera des solutions pour "soutenir les arts sans porter atteinte à nos libertés fondamentales." Rendez-vous donc à L'Escandille, Village Vacances Cap France, Route de la Sure à Autrans de 9h à 9h50"

                  J'aurais beaucoup aimé pouvoir me rendre dans le Vercors pour discuter avec RMS.
                  900 km, c'est trop. En souhaitant qu'un compte rendu ou une vidéo soit mise en ligne.
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Autrans

                  "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

                  • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Comme il est mentionné dans cette nouvelle :

                    Justement, ma critique est que Stallman accepte bien les limitations du libre dans les arts, mais pas dans les logiciels : j'attend déjà une conférence sur "comment soutenir certains logiciels qui n'ont pas de modèle économique viable en libre sans porter atteinte à nos libertés fondamentales?".
                    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                      Posté par . Évalué à 0.

                      'comment soutenir certains logiciels qui n'ont pas de modèle économique viable en libre sans porter atteinte à nos libertés fondamentales'

                      Au nom de l'interventionnisme étatique que je défends : par des subventions ciblées, financées par une redistribution. Exemple :
                      L'Europe subventionne abusivement les 'industriculteurs', indirectement, les industries chimico-agro-alimentaires, lobbies qui non contents de produire de la m..., détruisent notre environnement, ponctionnent les deniers publics au détriment des causes urgentes et utiles.

                      "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

                    • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                      Posté par . Évalué à 2.

                      en même temps, au risque de m'attirer les foudres de quelques un :
                      1°) essaye de reproduire une sculpture pour un coup dérisoire
                      2°) Tu peux très bien partir d'une sculpture physique (que tu as acheté ou reproduit toi même dans ton garage) et la modifier.
                      Aucun artiste ne t'interdira de modifier une de ses sculptures (tant que tu ne touche pas à l'original bien entendu (à moins que tu ais acheté l'original)).

                      C'est pas forcément la panacée, mais dans "l'art" en général il y a une idée de "matériel".
                      (sauf pour la musique et la peinture à la rigueur, si les effets sur le tableau peuvent etre reproduit).

                      Bref, "art" et "code" ce n'est pas forcément une équivalence strict au niveau mathématique.
                      • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                        Posté par . Évalué à 2.

                        1°) essaye de reproduire une sculpture pour un coup dérisoire

                        Certes tu peux pas reproduire trivialement un object physique, mais ca c'est pas franchement nouveau (doh!). Par contre, du texte, de l'image, du son ou de la video, ca c'est possible et on reste toujours dans le domaine de l'art. Pas d'equivalence, mais une grosse partie se recoupe.

                        Il fait le choix de pas distinguer le materiel de l'immateriel des qu'on sort du domaine du logiciel, mais c'est un choix conscient de sa part. Et sa logique peut se discuter.

                        Aucun artiste ne t'interdira de modifier une de ses sculptures (tant que tu ne touche pas à l'original bien entendu (à moins que tu ais acheté l'original)).

                        Euh non seulement c'est possible, mais c'est deja arrive de nombreuses fois (ex: http://www.wipo.int/wipo_magazine/fr/2007/02/article_0001.ht(...) )

                        Et si c'est pas l'auteur, ca peut etre l'etat qui decide de proteger certaines "oeuvres" (entre guillements parce que ca designe autant tableaux, sculptures que batiments et lieux) en t'interdisant leur modification/destruction.
                        • [^] # Re: Pour le *Logiciel* Libre

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Euh non seulement c'est possible, mais c'est deja arrive de nombreuses fois (ex: http://www.wipo.int/wipo_magazine/fr/2007/02/article_0001.ht(...) )
                          Désolé j'avoue ne pas etre assez bon en droit pour connaitre
                          1°) le droit indien
                          2°) voir comment c'est "tellement évident" vu qu'il a fallu 13 ans de combat juridique pour obtenir plus ou moins cette reconnaissance
                          3°) la on parle de la destruction, pas de la modification. Certes la destruction est une forme de modification, mais c'est encore un cas extreme (d'ailleurs il le dit lui même "réduisant la structure à l'état de déchet, bidule truc muche).
                          4°) la décision du tribunal était "euh ouais je n'aime pas ce que vous avez fait : donc vous devez donner la sculpture que vous avez payez, et en plus lui donner des sous".
                          L'état achète un truc, le gars était d'accord pour le vendre.
                          Puis quand ca le convient plus "ah eu mais non, je reveud le beurre".
                          Plutôt bizarre comme affaire quand même.



                          Bref, tu as raison, mais c'est de mon point de vue bien moins évident (et pour les juristes aussi parce que si c'était si simple, en référé ca aurait été clos) que ce que tu semble le sous entendre.
                          D'ailleurs le commentaire de l'article dis bien
                          Au départ, on n’aurait guère donné de chance de succès à l’artiste. Non seulement il avait été mandaté pour créer cette œuvre, mais il avait aussi expressément cédé son droit d’auteur –donc tous ses droits patrimoniaux –
                          et
                          Amar Nath Sehgal a gagné son procès au civil grâce à l’unique disposition législative relative aux "droits particuliers de l’auteur", qui figure à l’article 57 de la loi indienne sur le droit d’auteur (1957).

                          et enfin, pour montrer que j'ai pas forcément tort
                          Le fait que le défendeur était le gouvernement a également compté. Un argument notamment a porté auprès du tribunal : à la différence du propriétaire privé d’une œuvre d’art, le Gouvernement indien avait l’obligation de protéger, préserver et respecter les droits culturels et le patrimoine artistique et culturel du pays.

                          Bref on est quand même loin de la situation que j'énoncais.
  • # Framabook Eyrolliens et Conf à Lyon

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La sortie se fait le 21 janvier chez Eyrolles. L'idée est certainement de ne pas multiplier les "buzz".

    Sinon pour ce qui est de l'actualité du contenu. D'après ce que j'ai lu notamment sur le site de Framasoft, c'est une version réactualisée qui reprend les textes classiques de RMS avec des petits nouveaux (qui ont pour certains déjà été traduit sur framalang), le tout avec une relecture et des ajouts en français de RMS himself.
    Voir ce fil de discussion sur Framagora http://forum.framasoft.org/viewtopic.php?f=12&t=33242


    Sinon pour Lyon: attention ouverture des portes à 18h30 et 19h début de la conf... idéalement on évite de faire couiner les vieilles portes de l'amphi une fois que la conf a débuté.
  • # Précisions importantes

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bonjour à tous,

    Je crois qu'il faut que j'apporte dans ce fil quelques précisions rapides avant l'emballement général :)

    Avant tout, il y aura très bientôt une annonce officielle sur le site Framasoft. D'une manière ou d'une autre, elle sera certainement relayée sur Linuxfr.

    - le livre sera sous GNU FDL. Sa sortie est prévue le 21 janvier en librairie. RMS fera une conférence le 12 janvier à Paris pour l'avant première.

    - Oui, on pourra télécharger le PDF et le source .tex. Acheter le livre est mieux : les royalties iront à la FSF et à Framasoft. Et puis 300 pages à l'écran, ca fait mal aux yeux :)

    - non RMS ne se fiche pas de sa bio, loin de là ! D'ailleurs ce n'est pas qu'une biographie : les précisions, détails historiques, et autres informations présentent un intérêt de taille pour comprendre le mouvement pour le logiciel libre et surtout son histoire qui est passionnante.

    - oui, il s'agit du remaniement de la bio parue en 2002 sous la plume de Sam Williams. A l'initiative de Framasoft (Alexis Kaufmann), sous ma coordination et contribution, et avec Richard qui a récrit en anglais une très grande partie du texte. D'ailleurs le texte anglais sera aussi disponible sous les mêmes conditions que le livre français.

    - Merci à tous de patienter encore un tout petit peu pour en faire un buzz : comme l'un d'entre vous le dit, ne multiplions pas ces buzz, souvent source de confusion :)

    - Pour l'instant, la seule page qui recense correctement le livre est celle-ci : http://www.eyrolles.com/Accueil/Livre/9782212126099
    Mais connectez vous prochainement sur http://www.framasoft.net/ pour de plus amples détails.

    Merci à tous et meilleurs voeux
  • # Stallman casse son bouquin ou quoi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Ça me fait marrer : je viens de lire les bonnes feuilles de cette bio de Stallman. Il passe presque toute la préface à casser le travail du mec qui l’a fait ! :-)

    Pour le reste, ça va, mais ça manque cruellement de dates. Quelques tournures un peu maladroite par-ci par-là, mais rien de bien méchant. Pour le reste, je sais pas encore, j’ai pas fini.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.