La liste des options proposées est volontairement limitée : tout l'intérêt (ou son absence) de ce type de sondage réside dans le fait de forcer les participants à faire un choix. Les réponses multiples sont interdites pour les mêmes raisons. Il est donc inutile de se plaindre au sujet du faible nombre de réponses proposées, ou de l'impossibilité de choisir plusieurs réponses. 76,78% des sondés estiment que ces sondages sont ineptes.
  • # Et la marmotte...

    Posté par . Évalué à 1.

    Elle met le chocolat dans l'papier d'alu
    <img src=http://imagesforum.doctissimo.fr/mesimages/4078552/MarmotteM(...)
  • # Anéfé

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    On voit bien d'ailleurs, bien sûr, que les utilisateurs d'OpenOffice, évidemment, moins de virus, anéfé que les autres.
  • # La loi Hadopi va-t-elle permettre de faire augmenter...

    Posté par . Évalué à 9.

    ... l'usage du chiffrement en France ?
  • # s/piratage/contrefaçon/

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le piratage informatique, c'est s'introduire sur un système sans autorisation. La piraterie, ce sont des attaques en haute mer. Et la contrefaçon, c'est la reproduction, l'adaptation ou la représentation d'une œuvre de l'esprit sans l'autorisation de ses ayant-droits.
  • # mouahahah

    Posté par . Évalué à 5.

    je me suis tapé le cul par-terre ce midi en lisant le canard enchainé. Je ne me rendrai pas coupable du délit de contrefaçon (et j'en profite pour vous inviter à acheter le numéro) mais je vous renvoi à :

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/07/quand-l-e(...)

    Au passage, j'aime bien leur site :
    http://www.lecanardenchaine.fr/
    • [^] # Re: mouahahah

      Posté par . Évalué à 2.

      on leur a coupé le minitel 2 ? :P
  • # Suite à un sondage IPSOS, l'avenir d'HADOPI s'assombrit...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Hadopi prend déjà le même chemin que DADVSI comme le montre un sondage IPSOS : http://statosphere.fr/website/index.php?post/2009/09/30/comm(...)
    sondage-IPSOS-donne-tort-HADOPI

    D'autres très bonnes lectures :
    - http://www.laquadrature.net/wiki/Documents
    - http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/medias/multimedia/20(...)
    - http://www.ecrans.fr/Le-francais-ce-petit-pirate-d-eau,8150.(...)
    - http://www.pcinpact.com:80/actu/news/53141-reel-champion-pir(...)
    - https://www.laquadrature.net/fr/pcinpact-quel-est-le-reel-ch(...)

    Et n'oubliez pas la revue de presse https://www.laquadrature.net/fr/revue-de-presse

    HADOPI peut être qualifié de bricolage législatif destiné à retarder une évolution inéluctable. Ce combat d'arrière-garde est aussi ridicule et pitoyable que le Locomotive Act http://fr.wikipedia.org/wiki/Locomotive_Act

    À l'heure des fermetures massives d'entreprises, on peut dire au PDG d'Universal http://www.zdnet.fr/blogs/digital-jukebox/la-face-cachee-de-(...) ou http://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Nègre : Vous être licencié pour cause de délocalisation de votre emploi sur internet.
  • # Ben oui !

    Posté par . Évalué à 10.

    Alors là, je suis très étonné en voyant les résultats, certes provisoires, de ce sondage. Je me suis beaucoup documenté sur HADOPI, notamment grâce au journal de TF1 et il est incontestable que cette loi fera disparaitre le piratage de l'internet.
    • [^] # Re: Ben oui !

      Posté par . Évalué à 2.

      Et aussi les méchants qui disent des fausses nouvelles pas vraies.
    • [^] # Re: Ben oui !

      Posté par . Évalué à 2.

      Elle a déjà fait disparaître les éléments les plus subversifs...
      http://www.ecrans.fr/Denonce-par-Albanel-vire-par-TF1,7137.h(...)
      • [^] # Re: Ben oui !

        Posté par . Évalué à 4.

        Le pauvre journaliste qui s'est fait viré n'avait rien d'un élément subversif... Il avait juste une opinion contraire... Et il s'est fait viré par TF1, après que ceux-ci ait eus accès à un courrier privé (sisi, quand on écrit à son/sa député(e), c'est un courrier privé), et sous prétexte que son opinion était contraire aux objectifs de la chaine... Et alors, la liberté d'expression? Si on commence déjà à cracher sur les droits de l'homme...

        Au final, espérons que le conseil des prud'hommes se jettera sur cette affaire. Si il ya une action quelconque de tentée, la décision de TF1 sera cassée en justice...

        Au final, TF1 est en train de devenir un vrai centre de propagande du gouvernement...
        'Oui, vous avez des opinions contraires, dégagez, on veut plus de vous...'
        • [^] # Re: Ben oui !

          Posté par . Évalué à 8.

          "Au final, TF1 est en train de devenir un vrai centre de propagande du gouvernement..."


          MOUUUUARF ! En train de devenir ? Ca fait plus de 10 ans que TF1 est le centre de propagande de la droite !
          • [^] # Re: Ben oui !

            Posté par . Évalué à 4.

            Heu oui, mais avant, c'était le centre de propagande de la gauche...

            En fait TF1 à TOUJOURS été le centre de propagande du gouvernement, et ce depuis sa création. A cette époque, d'ailleurs, ils ne s'en cachait pas : il on même diffusé pendant l'occupation allemande...

            http://fr.wikipedia.org/wiki/TF1
            • [^] # Re: Ben oui !

              Posté par . Évalué à 7.

              Ah non, moi je me souviens qu'avant 2002 (et donc avec un gouvernement de gauche), ils étaient le meilleur vecteur de propagande de la droite et ont beaucoup aidé a amener un certain candidat au second tour.
            • [^] # Re: Ben oui !

              Posté par . Évalué à 5.

              Bah justement, j'ai dit centre de propagande de la droite au lieu de dire centre de propagande du gouvernement parce qu'il ne m'a pas semblé que TF1 ait tellement soutenu Jospin...
              Ensuite pour ce qui est plus vieux, je ne m'interessais pas encore au sujet (trop jeune).

              PS : dans le lien wikipedia que tu me donnes, on peut voir que TF1 est ressentie comme une chaine de droite.
  • # Ne se prononce pas

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je reste dubitatif quant à quoi répondre... Personne n'est véritablement en mesure de répondre si oui ou non cette pseudo-loi aura un semblant d'impact sur la "contrefaçon numérique d'oeuvres de l'esprit". Et me risquer à répondre "Cela n'empêchera pas la SACEM & co de continuer le combat législatif" sous-entendrait que je considère HADOPI comme potentiellement "efficace" face aux méchants pirates.

    Donc, non, HADOPI n'apportera rien sinon que des enquiquinements inutiles au plus grand nombre des internautes, par contre oui, la SACEM va continuer d'explorer d'autres filons.
    • [^] # Re: Ne se prononce pas

      Posté par . Évalué à 5.

      Donc, non, HADOPI n'apportera rien sinon que des enquiquinements inutiles au plus grand nombre des internautes, par contre oui, la SACEM va continuer d'explorer d'autres filons.

      A la première lecture je n'avais pas vu le "L" de ton dernier mot ....
  • # Hélas, oui…

    Posté par . Évalué à 1.

    Moi aussi j'ai eu envie de répondre « Non », car comme tout le monde ici je prends un malin plaisir à taper sur Hadopi à la moindre occasion. Mais il faut pas se leurrer…
    Malgré le fait que cette loi soit un fiasco total, la peur du gendarme va faire son petit effet sur la majorité de la population qui ne sait pas (et ne saura jamais) ce qu'est un tunnel VPN.
    • [^] # Re: Hélas, oui…

      Posté par . Évalué à 6.

      Ah! Non, pas sûr, mais reprenons en détail:

      Malgré le fait que cette loi soit un fiasco total, un sondage commandé par l'Elysée (à 400k€) permet de montrer que 92.2% des Français approuvent les mesures prises par le gouvernement et que 78.3% des pirates ont cessé toute activité illégale.
      On peut donc dire que oui, la loi a été efficace, comme toutes celles proposées par nos dirigeants ces dernières années.

      D'autres questions? Je vous préviens: nous avons la réponse!!
    • [^] # Re: Hélas, oui…

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je vois que tu ne connais pas OneSwarm.... Pas besoin de s'y connaître pour contourner Hadopi :)
  • # Hadopi la loi inapplicable :)

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Une loi inapplicable invalide les précédentes, sans pouvoir être appliquée :)

    DADVSI n'a plus cours :) et maintenant tant que les décrets d'applications ne sont pas passés je suis pas bon en droit, mais il me semble que on est dans une belle zone de gris qui nous profite, car une loi abrogée n'a plus cours, et si l'état n'a pas les moyens de mettre en oeuvre la nouvelle loi, selon quelle modalité voulez vous être poursuivi ?


    Ce qui m'ennuie, c'est que l'on nous emmerde avec les artistes (surtout les moins créatifs), et que l'on ignore tous les métiers créatifs... Journalistes, signeurs politiques, rédacteurs, développeur, traducteur, ingénieurs dont plus les lois passent, plus les droits patrimoniaux et moraux sont niés aux profits exclusifs de l'employeur et du client. Ré-utiliser votre code en dehors de l'entreprise pour laquelle vous travaillez et vous êtes par défaut potentiellement en prison pour 3 ans.

    Pourquoi faire deux poids deux mesures en fonction du domaine de créativité :
    - on pleure sur les artistes parce que c'est glamour,
    - on écrase les travailleurs intellectuels qui se voient solliciter de plus en plus en entreprise, et leur part de revenu/reconnaissance décroître. Je vous rappelle que pour tout travailleur intellectuel, même le droit de paternité est nié !

    Quand Barbelivien compose sa merde c'est pas marqué que c'est Sony le compositeur quand même ? Pourtant nos artistes à part pleurer sur leurs revenus vous les avez entendus une seule fois pleurer sur le sort de ses millions de BAC +n qui ont investi (et l'état aussi) dans une éducation poussée pour se faire presser come des citrons, et ensuite se faire jeter comme des kleenex ?

    Le travail intellectuel, i.e. la majeur partie des revenus d'une économie de l'innovation propre à permettre de lutter contre la délocalisation est la grande absente des débats.

    Comment veulent ils avoir une économie innovante si ce n'est pas le créateur qui est crédité, mais celui qui a les moyens de s'approprier le travail des autres en n'ayant comme seul mérite que sa richesse ? Il va falloir qu'ils soient cohérents nos cocos politiques de droite et de gauche. C'est pas nos artistes qui sont le moteur de l'économie aujourd'hui, et il va peut être falloir qu'ils permettent à ceux qui le sont de pouvoir au moins réutiliser leur code source/travail si ils veulent ne pas bloquer l'innovation qu'ils appellent de leurs voeux.

    Donc HADOPI je m'en fous, et contrefout. Ce que je veux c'est que le travail intellectuel soit sous licence BSD like par défaut pour toutes les oeuvres (informatique et hors informatique) faites en entreprise. Le tavailleur garde ce qu'il a fait, l'entreprise aussi, chacun cite l'autre comme auteur, et chacun peut rendre son travail libre ou proprio ensuite comme ils veulent avec obligation de citer les auteurs...

    Mon iphone possède une page info avec des tonnes de (c) issus de code BSD (et GPL?) ça ne l'empêche pas d'être un des produits les plus lucratifs au monde. Si apple est riche avec de la BSD, je vois pas pourquoi les français n'y arriverait pas.

    Au final, Hadopi c'est une tempête dans le pus d'un bouton d'acné.
    • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

      Posté par . Évalué à 2.

      Là je regarde la définition d'innovation chez Wikipédia, qui reprend les définitions de l'OCDE, je tombe sur ce document: http://www.oecd.org/dataoecd/35/56/2367523.pdf et j'y apprends que:

      Une entreprise peut apporter bien des changements à ses méthodes de travail, à l’utilisation qu’elle fait des facteurs de production et aux types de produits, dans le but d’améliorer sa productivité et/ou ses résultats commerciaux

      Ce qui dit d'emblée que c'est l'entreprise qui gère ses méthodes de travail, ses facteurs de production et types de produits. On pourrait imaginer que ça ne pose pas de souci si l'entreprise est dirigée par les employés par exemple, ou que les objectifs de l'entreprise intègrent le bien-être des salariés. Mais juste après il y a marqué que le but de l'entreprise est d'améliorer sa productivité et/ou ses résultats commerciaux. Le but d'une innovation est désigné par le département compta et/ou marketing, mais pas par celui médecine du travail.

      Plus loin: On entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d’un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services objectivement nouveaux ou améliorés. Rebelote: c'est le but commercial qui est premier, et la volonté est d'améliorer le sort du consommateur, pas celui du producteur.

      Puis enfin: Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point/adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées. Elle peut faire intervenir des changements affectant – séparément ou simultanément – les matériels, les ressources humaines ou les méthodes de travail. On cherche à améliorer des entités abstraites: la production et la distribution, sans se soucier par exemple d'améliorer les conditions de production, ou le sort des producteurs. Ces domaines sont relégués au rang de variables d'optimisation. À tel point qu'on parle de ressources humaines, ce qui veut dire qu'on a un gisement duquel on essaye d'extraire de la production, de la distribution.

      Bref tu as déjà depuis longtemps compris ce que je voulais dire. Ça serait bien le comble, puisque le but de ton emploi est l'appropriation pour d'autres fins que les tiennes propres de ta productivité, que tu possèdes tes outils de travail (propriété intellectuelle ici).
      • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        C'est pas parce que le but du contrat de travail français est l'appropriation du travail des autres qu'il est une chose intelligente et désirable : les lois ça se changent. Si on peut changer les lois pour créer les revenus des artistes/majors, on peut aussi changer les lois pour avoir améliorer la situation des travailleurs intellectuels.

        2 points :
        - l'innovation ne doit pas rimer avec appropriation des créations ;
        - le salarié n'est pas une personne que l'entreprise s'approprie.

        Je ne nie pas à l'entreprise le droit de s'approprier ton travail, mais je lui nie le droit à t'interdire de le réutiliser.

        Prenons un exemple : internet.

        Qu'est ce qu'une RFC dites Best Practice ? http://www.rfc-editor.org/categories/rfc-best.html
        Ce sont des méthodes de travail que les gens partagent (par exemple comment écrire son fichier DNS, qu'est ce que le SPAM, comment ne pas faire de son MTA un open relay ....). Et bien, c'est une bonne chose que les opérateurs partagent des méthodes de travail, cela leur permet d'être inter-opérable.

        Et rappelons que tous les FAI utilisent ISC DHCPd et BIND parce qu'aucun éditeur n'était prêt / intéressé à prendre le risque d'implémenter les normes IETF. C'est le logiciel libre qui a innové car les entreprises refusait de le faire. Et jamais il n'y aurait eu internet, si la licence ne permettait pas de le diffuser (le code ISC se retrouve dans windows, mac, linux... ce qui permet aux clients et serveurs de marcher). Innovation ne rime pas avec appropriation.

        Faut arrêter de nous seriner que l'innovation se fait en entreprise. L'innovation peut rebattre les cartes de la concurrence, une entreprise peut perdre ces parts de marché. L'entreprise établie, celle qui a les moyens d'embaucher est par définition opposée à l'innovation : les opérateurs français sont contre la voix sur IP sur le réseau GSM parce que cela tuerait leur business model, ils sont contre free en tant qu'opérateur mobile, qui nous ferait probablement un réseau sans fil tout IPv6 où au lieu de payer 30(dsl+fixe) + 30(voix limité) + 30(3G data limité) + 30 (tv/gsm) + 30 (modem 3G par le tél) €/mois tu en paierais 60.


        Enfin, toutes méthodes de travail qui diminuent les accidents de travail est d'utilité publique, pourquoi ne devraient-elles appartenir qu'à une entreprise ?

        Dans le logiciel libre, on partage notre code, nos méthodes, nos innovations, est-ce que cela à affaiblit le logiciel libre par rapport aux logiciels propriétaire ? Non.

        Donc innovation est synonyme de propagation des savoirs, afin de pousser les entreprises à toujours avancer, et non se reposer sur leurs lauriers. Donc l'appropriation des oeuvres de l'esprit par l'entreprise est loin d'aider à innover.

        De plus le but de mon emploi n'est pas l'appropriation définitive par l'entreprise de l'ensemble de ma personne et de mes productions, sinon on appellerait ça de l'esclavage contre rétribution or il se trouve que j'ai le droit de partir. Je ne suis pas la propriété de l'entreprise, je prête ma force de travail et mes outils en échange d'un salaire et de conditions de travail décente.

        En ceci, tout travailleur devrait être vu comme une une entreprise uni-personnelle qui vend sa créativité / sa force de travail. (contrat de travail après la révolution).

        Je maintiens donc que si on peut changer la loi pour faire HADOPI, on peut aussi changer la loi pour le bien être de tous les travailleurs intellectuels. Et, j'en ai aussi ras le cul que dans le libre on sépare les problématiques de droit d'auteur artistique qui serait sacré, des droits d'auteurs issus du travail qui serait utile : c'est le même problème. Et je ne vois pas pourquoi certains seraient privilégiés dans le débat.
        • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

          Posté par . Évalué à 3.

          Je suis d'accord avec toi, je rappelais juste qu'il y a une cohérence dans les définitions de l'OCDE, et que si on applique cette cohérence, les effets pervers sont immédiatement visibles. Les premiers effets pervers que je vois, c'est pour ceux qui produisent réellement l'innovation, car dans les buts de leur travail on les élimine. C'est une vieille distinction qui date des grecs, et que tu as peut-être vu au lycée en philo, chez Aristote entre poesis et praxis. [1] Les deux désignent l'activité de production, mais dans l'une, le but de la production est compris dans l'activité (exemple: travailler à être en bonne santé pour l'être), dans l'autre le but est externe à la production (exemple: travailler à tailler des cailloux pour faire plaisir au contremaître). Et j'insistais sur le fait que dans les définitions des organisations de production (=entreprises) de l'OCDE, il était explicite que c'était la poésis qui était demandée à l'employé, et non pas la praxis. Et qu'en poussant la logique jusqu'au bout, en empêchant toute praxis, il est clair que c'est aliénant, parce que la dominante aujourd'hui est plutôt d'aimer décider de ce qu'on fait que le contraire. Bien sûr je draine là-dedans tout un cadre conceptuel que je ne maîtrise pas, mais bon, la distinction était éclairante je trouve.

          Les effets pervers que tu pointes, c'est que en fait dans les domaines intellectuels définir les buts de l'innovation comme étant marketing ou comptables tout en gardant les mêmes outils de mesure que dans la production matérielle (même conception de la propriété) aboutit justement à directement empêcher l'innovation. Par exemple pour Internet. Et qu'en plus pour travailler il y a toujours besoin de connaissances intellectuelles (par exemple médecine), et que donc une telle définition de l'innovation appliquée au bout est clairement stupide car elle empêche de bien travailler. Comme si en fait la coopération était plus efficace pour travailler plutôt que la concurrence ^^. Car si toutes les entreprises en voulant conquérir, s'approprier des parts de marché gardent jalousement pour elles toute leur méthode de fabrication de A à Z, et ben elles innoveront moins et travailleront moins bien que si elles mettaient tout en commun et s'entraidaient. Comme si en fait l'économie était mal foutue aujourd'hui, même d'un point de vue efficacité, puisqu'elle repose normalement sur la concurrence.

          Pour le premier point, ça m'a l'air clair. Pour le deuxième, je dirais: ne devrait pas être. Car des gens qui sont obligés d'être employés pour gagner leur vie, ils ont peut-être en définitive, s'ils veulent devenir clodo, le choix de résilier leur contrat. Mais souvent les employés ont mari-femme-enfant-maison-famille, et là quitter son taf veut clairement dire qu'ils laissent le reste du monde être clodo avec eux. Bref, le contrat peut être un choix plus imaginaire que réel.

          Quand au travailleur uni-personnel, je défend souvent l'idée qu'il faudrait remettre les aides sociales à plat pour ne plus créer que quelques niches particulières en plus d'un salaire d'état universel. L'idée peut paraître folle, je ne pense pas qu'elle le soit tant que ça. Les arguments sont là. [2] Les artistes d'ailleurs avec une telle mesure ne pourraient plus se plaindre qu'ils n'ont même pas de quoi bouffer.

          Quand au rapport artistes/travailleurs intellectuels, ça me paraît être dans l'ordre du monde actuel que de tout mettre sous le même régime de production immatérielle. D'ailleurs tout est placé sous le même signe de l'industrie (musicale, du logiciel) où des producteurs (musiciens, ingénieurs) louent leurs talents à des entrepreneurs qui les rétribuent parce qu'ils leur permettent de vendre des produits finaux. Mais je me demande bien comment ça se justifie, le fait qu'on puisse tout mettre ensemble. Je me demande si l'étiquette immatériel suffit.

          1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Aristote#Science_pratique_.28.C(...)
          2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle
          • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je suis d'accord avec ce que tu dit, sauf sur les artistes : même loués, leur droit de paternité (droit 0 du droit d'auteur) est respecté. C'est une différence fondamentale : ils ont au moins la reconnaissance.

            Et, je suis content que tu parles d'Aristote ou de Platon.

            La conception moderne de notre société est un peu héritée de cette vision basée sur les choses nobles et harmonieuses d'une pensée abstraite, et les choses triviales, moches concrètes.

            Une élite de sage (la République) qui sait ce qui est bien (le bien/le beau étant immanent et n'étant pas discutable), et de l'autre une plèbe qui laissée à elle même se comporte comme des animaux et qu'il faut encadrer comme des animaux (la République évoque déjà les croisements des individus les plus forts entre eux selon les souhaits des élites).

            Je préfère les pré-socratiques (Zénon, Démocrite, Épicure, les stoïciens ...) ceux que les socratiques ont discrédités sous le terme sophistes car ils pensaient que la vérité n'était pas immanentes mais naissait de la discussion sincère.

            Par contre ce que la révolution a apporté c'est la première philosophie politique qui dit expressément que l'homme n'est ni bon ni mauvais, et que donné une société bien organisée on tire le meilleur partie de l'interaction des uns avec les autres. Et ce que j'aime dans les philosophies modernes (libéralismes, communismes, socialisme) c'est que l'on a le même point de départ. Donc je suis un .....iste convaincu (n'importe lequel fait l'affaire). En ceci, le logiciel libre est une preuve concrète que l'homme n'est pas un loup pour l'homme, et que donner, partager, améliorer nos quotidiens est une sur laquelle on peut compter chez l'homme.

            La loi n'est pas là pour nous dire comment vivre, elle est sensée reflêter nos usages. Si nous qui faisons du logiciel libre sommes présents dans des millions de foyer (iphone, XXXXbox, routeurs, windows, linux, FAI, serveurs de mails), et que notre contribution est non nulle à la vie de la nation, il serait bien que la nation reconnaisse nos usages et les inscrivent dans la loi, surtout si cela profite à l'intérêt général (par opposition à l'intérêt particuliers de quelques entrerprises / lobbies) .


            À se demander si les députés sont encore là pour faire valoir la primauté de l'intérêt général sur l'intérêt particulier, de la Nation et de ses citoyens sur quelques groupes de pressions ?

            Nous sommes contraints de manière systémique à choisir nos députés dans des milieux sociaux homogènes (ce qui est un faux choix), je préférerais certains jours qu'ils soient tirés aux hasard sur les listes électorales ... comme on le faisait à Athènes.
            • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

              Posté par . Évalué à 1.

              Attention sur Platon, le premier des philosophes. Il propose des trucs qui parfois sont incohérents. Ses dialogues mettent souvent en scène des gens qui se contredisent, et une bonne partie de ses dialogues terminent sur une conclusion du style: On a certes éclairci des idées, mais on ne sait toujours pas trancher. Il faudra remettre ça à plus tard. Dans la bouche de Ménon, il propose même que la recherche de la connaissance est impossible. [1]

              Quand au fait général que la philosophie a tendance à s'arc-bouter sur des idées qui ont leur consistance en elle-même, et à vouloir que ces idées dirigent le monde, sans demander à ceux qui vivent dedans ce qu'ils en pensent, ça j'en suis à peu près conscient. Le pire étant comme d'habitude quand au nom d'idées supra-humaines on détruit ce que les hommes étaient sans savoir si on les améliore, voir en négligeant les effets pervers. La philo peut pour ça juste être un discours de pouvoir qui au nom d'entités abstraites sert à asseoir une maîtrise de l'autre.

              Que notre société hérite de ce prestige de l'intellectualité, c'est sûr. Que ce prestige soit utilisé à tort et à raison, c'est encore sûr. Mais je ne pense pas que les pré-socratiques soient convaincus que la vérité naissait de la discussion sincère sans immanence des idées. Après tout ce que le Socrate de Platon montre souvent aux-dits sophistes, c'est que s'ils avaient l'impression de connaître quelque chose par eux-même, ils étaient incapables de le prouver, se contredisaient, et que leurs discours avaient des effets pervers (manipulation de la foule par exemple) par rapport à justement leurs propres critères. Et les doctrines pré-socratiques laissent sans doute plus de liberté à l'interprétation personnelle que les discours des philosophes, mais ce n'en sont pas moins des doctrines.

              Et j'ai peur qu'on ait toujours le même problème de l'incohérence et des effets pervers négligés avec les philosophies modernes.

              Le problème pour moi est donc qu'on a une multiplicité de discours qui prétendent être vrais, que si on en applique un seul à la fois le problème du discours-pouvoir-imposition revient de suite, qu'il est impossible de les appliquer en même temps du fait de leur incohérence. Que le problème racine est donc sans doute que chaque philosophie est incomplète, et que pour être complète et ne pas détruire le réel, les discours enracinés dans les hommes, un savoir complet doit en partir. Il sera donc forcément en principe, dans le domaine de l'idée. Mais comme pour moi le but de ce savoir n'est pas lui-même, mais est de savoir améliorer les choses, peu importe quelle est la théorisation et la justification.

              Pour faire court, comme toi, je prendrai n'importe quel discours, à partir du moment où l'essentiel dans ce discours n'est pas la véracité du discours mais que ce discours améliore réellement le vivre-ensemble. Et vu la diversité du vivre-ensemble, je ne pense pas que la véracité d'un discours univoque soit possible sans détruire cette diversité. Donc que chaque doctrine isolée est condamnée à être fausse et mauvaise.

              Vu qu'une loi est toujours doctrinale, je pense donc qu'il est nécessaire que la loi se contredise elle-même. Et que cela ne devrait pas revenir au législateur de juger de ce qui est bien ou pas, mais que cette responsabilité devrait s'exercer en bout de chaîne, dans la salle où les différents discours s'affrontent et où l'on juge lequel est le plus apte à dans ce cas entraîner des conséquences heureuses. Comme toujours, ça suppose que le bout de la chaîne soit plus compétent qu'il ne l'est lorsque l'intelligence est en haut de l'État.

              Donc les députés peuvent voter ce qu'ils veulent, tant que la souveraineté des décisions est en bout de chaîne, il ne servent pas en fait à grand chose.

              Quand à la reproduction sociale de l'élite du pays, ben oui, les plus forts, les plus intelligents et les plus costauds sont tous au même endroit, c'est bien connu....
              • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

                Posté par . Évalué à 2.

                Re: Oubli: Si tous les discours globalisants se cassent systématiquement la gueule quand il doivent être confrontés aux discours et justifications et manières de vivre réelles des hommes, c'est probablement que ces discours privilégient la cohérence en principe et sont logiques au lieu de rendre compte des contradictions. Donc qu'un savoir complet est un savoir qui se contredit lui-même, dans le domaine de l'idée, en principe.
              • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Okay pour la contradiction nécessaire à la vie, mais il y a des jours où l'on peut affirmer des idées (genre tout le monde nait libre et égal en droit) c'est certes doctrinale, mais moi j'aime bien, ça donne un peu d'espoir.

                Vu la tendance au consensus mou et la peur des idées conflictuelles je pense pas que c'est demain la veille que piratebay, la quadarature, ou les mouvements associatifs du libre en parleront :) On parle grosso merdo de lutte des classes, bref, de se battre pour un truc pas consensuel qui parle du monde réel (ouhlala), on parle de vie de la cité, de politique (quel gros mot).

                ^_^

                En conclusion, j'ai pas fini d'être énervé que certains trouvent des idées à la noix plus importantes que les vrais humains qui taffent pour crouter. Le logiciel libre me rappelle l'écologie : un truc de bobo.

                S'exprimer pour ou contre Hadopi, c'est de l'enfumage, du bruit qui empêche de débattre sur le fond : la place de la création et de son partage dans la société et pas que pour les artistes snobinards. Tout le monde est d'accord pour dire que partager c'est bien, mais personne ne parle de le faire concrètement sous prétexte que c'est trop compliqué..

                Même si c'est peut être faux, un jour faut avoir des couilles quand même et parler haut et fort de ce qui nous semble pas correct. Donc non à la relativité, oui à un peu de posage d'argument sur la table avec de la testostérone. La recherche de la connaissance est peut être pas possible, la recherche du respect oui. Et pour cela il faut s'affirmer. C'est pas en espérant poliment que ça arrive, que cela arrivera.
                • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

                  Posté par . Évalué à 1.

                  J'ai pas dit que la recherche de la connaissance est impossible, j'ai dit que si la connaissance a la prétention à la globalité, elle a l'obligation d'être contradictoire. Il est impossible si on est cohérent avec soi-même de tout savoir pour tout le monde, ou même pour soi (on n'est pas seul). Mais l'incomplétude d'un savoir n'empêche pas sa maximisation. Si on ne sait pas comment bien agir, au moins on peut essayer de savoir comment agir au mieux. Cette connaissance, savoir comment agir au mieux, je la considère possible. De considérer qu'il y ait une connaissance, certes incomplète, mais une connaissance quand même qu'on puisse avoir, ce n'est pas relativiste.

                  Après comme d'office je pose que cette connaissance est par nature incomplète et que je vais me heurter à d'autres qui penseront autrement, que je sais que je ne peux pas savoir à leur place ce qui est le mieux pour eux, la seule manière de le savoir est de leur demander. Ce qui suppose un terrain de discussion commun, donc de me battre en brèche moi-même dans le cas où je reconnais une altérité radicale. Les termes négocier et discuter semblent pacifiques, c'est oublier que la violence, le fait de forcer à ouvrir un espace commun (rares sont les apathiques totaux) existe dans la discussion des corps comme dans les paroles. De plus si on considère qu'il y a des violences destructrices comme constructrices, que seule la première est mauvaise, la violence dans l'échange n'est pas forcément un souci en soi.

                  Vu comme ça la politique est le fait d'essayer en permanence de tisser/négocier les liens qu'on pense/sache être les meilleurs avec les autres. Qu'il faille avoir des couilles pour oser se mesurer aux autres, pour oser essayer d'agir en fonction de ce que l'on pense être mieux, je suis d'accord. Mais avec la testostérone et les amphétamines, ou la mise en danger de soi-même, on risque de tomber tout seul dans les pièges qu'on se tient toujours soi-même. Sans doute les premiers endroits où te mèneront les malintentionnés.

                  Donc en ce qui concerne Hadopi, le logiciel libre, sans l'univers ni le reste, je suis d'accord qu'il faut parler/négocier, à vrai dire autant que tu te sens concerné, que tu as l'impression que de telles mesures visent à te détruire, à t'empêcher de faire ce que tu penses être le mieux à faire. Avec le gros problème que la société est aujourd'hui organisée de telle manière que seule une minorité a la parole, le pouvoir, les moyens pour les imposer. Tu peux voir ça comme une incitation à être d'autant plus vindicatif.

                  Mais après tout si tout le monde est d'accord sur le fait que le partage, c'est bien, je pense qu'un pouvoir qui impose y compris physiquement que le partage c'est mal ne va pas durer longtemps. D'autant moins d'ailleurs que tu auras conquis le monde entier à un argumentaire complet sur les avantages du partage. Ceux qui en vivent comme les bobos

                  Ce que je fais déjà aussi moi-même d'ailleurs, mais peut-être pas pour les mêmes raisons ^_-
            • [^] # Re: Hadopi la loi inapplicable :)

              Posté par . Évalué à 1.

  • # and now, ladies and gentlemen !

    Posté par . Évalué à 3.

    La question n'est pas de savoir si Miterrand va se planter sur le sujet, mais de savoir quand et comment.

    Ayons une pensée émue pour RDDV et l'article 1 qui disparaît et qui ré apparait sous forme d'amendement de heu ... l'article 1 (ouais !), pour Albanel et les socialistes ninjas cachés dans les rideaux, ... on a pas fini de rigoler :D

    Le seul truc triste dans tout ça, c'est que pendant ce temps, les auteurs ne sont pas rémunérés comme il faudrait et la culture n'est pas financée comme elle le devrait.

    Sinon, si j'en crois les résultats actuels, Pascal Nègre a quelques multis (20 pour l'instant)
    on m'indique la direction de => []
  • # une taxe de plus?

    Posté par . Évalué à 1.

    tout ce foin se résumerait-il à une taxe de plus?
    ou à un marché juteux pour les sociétés qui auront reçu l'agrément (sceau royal)?
    http://www.pcinpact.com/actu/news/49218-hadopi-interoperabil(...)
    X€ par voyons, combien de PC en France?... -> $!
  • # Oui

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    J'ai pris la question au pied de la lettre et j'ai voté oui car je pense qu'HADOPI va faire peur dans un premier temps et les gens vont moins télécharger.
    Puis pour de nombreuses raisons, ça va recommencer comme avant.
    • [^] # Re: Oui

      Posté par . Évalué à -1.

      Exactement.
      C'est la peur de la répression qui va faire que les gens vont arrêter de télécharger, puisque techniquement, il est trivial de passer outre cette loi.
  • # Nous votons pour la réponse

    Posté par . Évalué à 2.

    qui nous semble la plus originale. Et comme il n'y a rien de plus commun que de vouloir sembler original, le vote est biaisé.
  • # Oui mais non

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    La contre-façon va évidemment baisser dans un premier temps, mais suivra le même chemin que les radars automatiques.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.