fmaz fmaz a écrit 501 commentaires

  • [^] # Re: .

    Posté par . En réponse au journal Parcoursup, le code !. Évalué à 2 (+1/-0).

    Dans mon précédent post, j'ai été maladroit dans mon premier point (sur les manques de recrutement du gouvernement) mais je maintiens.

    Après une petite recherche (cf http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/06/8/25_938068.pdf, page 2), le nombre d'enseignants chercheur tout sections confondues est passé de 47 940 en 2007 à 49 066 en 2017 soit une augmentation de 2.3%

    Parallèlement à ça (cf https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2387291/cond-educ-eleve-etudiant.xls), le nombre d'étudiants dans le supérieur est passé de 2231500 en 2007 à 2609700 en 2016 soit une augmentation de 16.9%

    Il faudrait évidemment voir l'évolution des recrutements ailleurs qu'à la fac mais je maintiens que les derniers gouvernements ont créé une tension dans le supérieur et qu'on arrive dans une situation où il n'y aura pas de place pour tout le monde.

  • # .

    Posté par . En réponse au journal Parcoursup, le code !. Évalué à 3 (+2/-0).

    Pour moi, le réel enfumage n'est pas dans le mode de sélection des étudiants.

    Il y a environ 20 ans, il y a eu un pic de natalité. Donc maintenant, on se retrouve avec beaucoup de personnes qui aimeraient faire des études supérieures. Or, le nombre de place total dans le supérieur (écoles, IUTs, facs) est strictement inférieur au nombre de postulants. Les gouvernements passés auraient pu anticiper ce problèmes en maintenant un recrutement relativement fort mais ils ne l'ont pas fait (la dette, c'est mal, les fonctionnaires, c'est mal…). Donc tout le monde n'aura pas de place. Il faut donc créer des boucs émissaires: APB puis maintenant parcours sup.

    Donc il faut faire une sélection. Par soucis d'équité, il semble raisonnable que regarder le niveau des élèves pour recruter « les bons ». Or pour des raisons pratique, il est préférable que les élèves sachent le plus tôt possible ce qu'ils feront l'année prochaine. Donc parcours sup doit fonder son choix que le contrôle continu. Mais là, on a un gros problème parce qu'un 18 de moyenne dans un établissement peut ne pas valoir un 15 dans un autre. Le seul critère à peu près fiable, c'est le bac mais il arrive trop tard. Donc les établissements compensent en appliquant des pondérations au doigt mouillé de façon totalement opaque. Mais quoi qu'on fasse « shit in, shit out ».

  • # Blop

    Posté par . En réponse au journal Misogynie et discrimination à l'embauche. Évalué à 9.

    Je comprends parfaitement qu'en tant que femme, tu te sentes insultée mais j'aimerais me faire l'avocat du diable en donnant une motivation autre que « faut aider ces pauv' petites ».

    Je suis universitaire en informatique donc mon expérience est issue de ce monde mais j'imagine qu'on peut transposer plus généralement.

    Quand on fait un recrutement de maître de conférence, on doit auditionner plusieurs candidats. Le plus souvent, on a quelques candidats exceptionnellement bons pour qui il n'y a pas de question. Mais comme ces candidats peuvent décider d'aller ailleurs, on doit en choisir d'autre. Et pour les autres, ben c'est plus compliqué. Comme on ne sait pas vraiment comment les départager, on se retrouve à faire une sorte de pile où face. Décider que la pièce est biaisée en faveur des femmes est un critère comme un autre. Ça peut sembler moralement douteux mais en fait, si on regarde de près, il y a un biais en faveur des hommes. Donc biaiser consciemment le recrutement en faveur des femmes est une façon de rééquilibrer les choses.

    Maintenant, il faut bien voir que l'intérêt de l'employé n'est pas nécessairement le même que celui de l'employeur.

    Quand j'étais étudiant, il s'est trouvé que ma promo a été 100% masculine (on était une petite vingtaine). Il y avait juste une matheuse qui venait pour certains cours. Tous les profs ont trouvé que notre promo a été exceptionnellement chiante avec des combats de coqs. C'était le cas, sauf quand cette matheuse était là. Les années suivantes, ils se sont arrangés pour avoir au moins une femme dans le groupe. Alors certes, c'était compliqué pour elles. Mais globalement l'ambiance était nettement meilleure juste à cause de la présence de femmes. Maintenant, j'enseigne et sans avoir été confronté à une situation aussi extrême, je sais que l'ambiance d'un groupe de TD est différente suivant la proportion de femmes.

    Donc si embaucher spécifiquement une femme, même si elle moins bonne que certains candidats hommes, permet de pacifier l'ambiance et que les hommes sont tous un peu plus efficaces, alors ça vaut le coup pour l'employeur.

    Oui, c'est insultant pour la femme. Mais pour l'employeur, ça se tient.

  • [^] # Re: Tu ne résous pas le problème.

    Posté par . En réponse au journal L’écriture neutre. Évalué à 1. Dernière modification le 13/12/17 à 15:18.

    .

  • [^] # Re: preuve de travail

    Posté par . En réponse au journal Hardfork du Bitcoin : bienvenue au Bitcoin Cash. Évalué à 1.

    Le commentaire de Firwen (http://linuxfr.org/users/erdnaxeli/journaux/hardfork-du-bitcoin-bienvenue-au-bitcoin-cash#comment-1709270), pointe qu'il semble qu'il y ait des alternatives à la preuve de travail mais elles ont des problèmes spécifiques que la preuve de travail n'a pas.

  • # preuve de travail

    Posté par . En réponse au journal Hardfork du Bitcoin : bienvenue au Bitcoin Cash. Évalué à 8.

    La preuve de travail est quelque chose de nécessaire pour que la base de donnée soit réellement distribuée. Pour rappel (ou pas) la réelle avancée du bitcoin a été cette BDD distribuée.

    L'idée est la suivante. On stocke la BDD dans une liste chaînée de blocks qui décrivent comment la BDD évolue. N'importe qui peut rajouter un nœud et le broadcaster. Le problème immédiat est: comment fait-on pour savoir quelle liste est la bonne ? Si je dois 1000000 bitcoin à Alice, je peux créer un block, l'envoyer à Alice en lui disant « Eh eh, t'as vu, je t'ai payé » mais en ne le broadcastant surtout pas.

    Première chose. Si Alice reçoit 2 blocks différents, elle part du principe que la plus longue chaîne est la bonne et l'autre, poubelle. Oui mais rien ne m'empêche de rajouter plein de blocks pour que la chaîne soit la plus longue. Sauf que là, on s'arrange pour que rajouter un block nécessite du boulot. Et là, me voilà en compétition avec le reste du monde. Si j'arrive à rajouter 2 blocks j'aurais de la chance. Très rapidement, la chaîne produite par le reste du monde sera plus longue que celle que je pourrais produire et Alice se rendra compte que je suis un méchant pas bô.

    Donc avec le bitcoin, les dernières transactions ne sont pas vraiment valide tout de suite. Pour avoir une confiance raisonnable dans le fait qu'une transaction est vraiment passée, il faut attendre plusieurs blocks pour voir si elle apparaît toujours dans la chaîne.

    Après, bien évidemment, on peut ajuster la quantité de travail à produire. Mais toutes les crypto monnaies ont besoin d'une preuve de travail.

    3Blue1Brown a fait une très bonne vidéo sur le bitcoin et les crypto monnaies https://www.youtube.com/watch?v=bBC-nXj3Ng4

  • [^] # Re: 4.11

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie du noyau Linux 4.10. Évalué à 2.

    En l'occurrence, je pense qu'au vu du travail que Martin a fait sur bon nombre de dépêches précédentes sur les noyaux linux ainsi que celui qu'il a accompli et qu'il continue d'accomplir sur le noyau linux en lui-même, « Ce n'est pas parce que tu t'en fous que… » est totalement déplacé.

  • # Fiabilité des tests de dépistage.

    Posté par . En réponse au journal On cherche mes remplaçants.... Évalué à 9.

    En ce qui concerne les questions sur les prises de risque. il faut bien comprendre qu'un test de dépistage du VIH (ou de n'importe quel autre maladie) n'est pas fiable à 100%. Il semble qu'un test ELISA de 4e génération aient un taux de sensibilité de 99.9% (http://www.lecrips-idf.net/informer/dossier-thematique/dossier-depistage-VIH/VIH-techniques-depistage.htm). Donc si on prend quelqu'un au hasard, dans 1 cas sur mille, le test se plantera. Et ce n'est pas négligeable. Dans ces conditions il est normal qu'on cherche d'autre moyen de limiter encore la prise de risque. L'une des solutions est d'attendre après une prise de risque. Un test ELISA fonctionne 6 semaine après la dernière prise de risque. Mais bien évidemment, en cas d'infection, avec le temps, les marqueurs augmentent et la fiabilité aussi. D'où la question sur l'activité sexuelle.

  • # Autre exemple de redondance qui foire

    Posté par . En réponse au journal De l'importance (des tests réguliers) des sauvegardes. Évalué à 2.

    Imaginons un bâtiment en train d'être construit. Ce bâtiment il y a une salle machine avec une climatisation. Pour contrôler que la clim est bien opérationnelle, deux techniciens doivent indépendamment la vérifier.

    Quelques temps plus tard, la clim est mise en route et tombe en panne. Paf, tous les serveurs grillés. Le problème ? Ben le technicien i (i=1, 2) s'est dit que comme le technicien 3-i bosserait bien, il pouvait faire son boulot un peu moins consciencieusement.

  • [^] # Re: Donc pour résumer…

    Posté par . En réponse à la dépêche C++17, Genèse d’une version mineure. Évalué à 0.

    Je n'ai jamais écris une ligne de C++. Donc mon impression n'est qu'issus de lectures mais j'ai l'impression que le C++ est très vaste et permet d'écrire avec des styles très différents.

    La question est donc de savoir qu'est-ce qui est le plus simple: C++ en entier ou l'union de 3 langages nettement plus simple et des bindings correspondant ?

  • [^] # Re: Privé ou privé ?

    Posté par . En réponse au journal Quand on délègue sa liberté d'expression à twitter. Évalué à 1.

    Effectivement, j'ai sans doute répondu un peu vite.

    Il semble que le tweet n'ai fait que donner un lien vers la BdD qui contient légitimement ce données personnelles.

    En revanche, le site reflet.info qui contient une capture d'écran de https://who.is est très vraisemblablement dans l'illégalité.

  • # Privé ou privé ?

    Posté par . En réponse au journal Quand on délègue sa liberté d'expression à twitter. Évalué à 6.

    Dans les commentaires, vous prenez une définition de privé particulière: quelque chose est privé si ce n'est pas public. Dans ce sens, à partir du moment où on accepte que des informations apparaissent dans une base de données publique, c'est qu'elles ne sont pas privées. Mais je pense que ce n'est pas le bon point de vue.

    Si on se réfère à la loi informatique et libertés, on loit.
    « CHAPITRE II - CONDITIONS DE LICÉITÉ DES TRAITEMENTS DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

    Article 7
    Un traitement de données à caractère personnel doit avoir reçu le consentement de la personne concernée ou satisfaire à l’une des conditions suivantes : [Trucs qui ne concernent pas tweeter] »

    L'adresse et les coordonnées téléphoniques sont clairement des données à caractère personnel. Le fait qu'un utilisateur ait accepté qu'elles apparaissent dans une base de données ouverte n'implique pas qu'il accepte qu'elles se retrouvent dans une autre base de données.

    Ces données se retrouvent donc de façon illégales sur tweeter. Et c'est donc absolument normal que tweeter ait agit en conséquence. Et je trouve aussi totalement normal que tweeter tape sur les doigts des utilisateurs qui ne respectent pas la loi.

  • [^] # Re: Non à l'obscurantisme

    Posté par . En réponse au journal Retour sur le « No poo ». Évalué à 1.

    Bien évidemment que je sais qu'on peut mourir en buvant trop d'eau.

    Mon point de vue sur l'utilisation du mot chimique vs. chimique, c'est une question de proportion et de contexte.

    Un même mot peut avoir plusieurs sens selon le milieu dans lequel il est utilisé. Quand quelqu'un parle d'un groupe, je ne vais immédiatement lui demander s'il est commutatif ou pas. Alors certes, cet exemple est extrême mais reprocher à quelqu'un d'utiliser le mot chimique alors que chimique serait plus précis, c'est exactement la même chose.

    Donc je pars du principe qu'à moins d'être dans un milieu spécifique identifié, il faut toujours choisir l'utilisation la plus commune d'un mot. Et en ce qui concerne la chimie, l'utilisation commune de considère pas que faire cuire un steak, c'est fait de la chimie et pourtant le chimiste dira qu'il y a une réaction de Maillard.

    Au fait, à ton avis, quel est le rapport du nombre de mort par noyade sur le nombre de morts par overdose d'eau ?

  • [^] # Re: Non à l'obscurantisme

    Posté par . En réponse au journal Retour sur le « No poo ». Évalué à 4.

    Ton exemple de l'eau distillée est encore une fois mauvais et il me semble malhonnête. Tout d'abord, je ne parle que d'éviter d'ajouter des composés. Avec de l'eau distillée, on en retire.

    Si on prend l'exemple très intéressant de l'analyse d'une bouteille de shampoing.

    Les propriétés attendues d'un shampoing devraient être:
    - lave les cheveux sans tout bousiller autour.

    En pratique, on nous a habitué à
    - lave les cheveux sans tout bousiller autour.
    - se conserve bien.
    - liquide.
    - aspect agréable.
    - odeur agréable.

    La recette du journal (i.e. bicarbonate de sodium + jus de citron) fonctionne très bien si on ne veut QUE quelque chose qui lave les cheveux.

    Dès qu'on veut obtenir quelque chose de liquide et de stable, on se retrouve à devoir ajouter beaucoup de choses. Là, j'ai repris rapidement les composés de l'analyse de la bouteille.

    • un autre tensioactif appelé émulsifiant […] Le rôle de celui-ci est de solubiliser ces additifs dans l'eau du pot.
    • Donne un aspect blanc et opaque au gel.
    • un agent tensioactif stabilisant de mousse et émulsifiant.
    • un conservateur.
    • permet de contrôler la rhéologie de la solution (viscosité, anti agglomération, etc)
    • contrôle de la viscosité
    • un additif alimentaire (agent conservateur)
    • additif alimentaire également: gélifiant ou épaississant

    Tous ces additifs ne sont là que pour des raisons annexes et n'ajoutent rien à la fonction principale du shampoing.

  • [^] # Re: Non à l'obscurantisme

    Posté par . En réponse au journal Retour sur le « No poo ». Évalué à -1.

    Et encore une fois, c'est un joli détournement de ce que j'ai dit.

    Quand on parle d'eau, l'immense majorité des gens, et je suis sûr que tu en fais parti aussi fait référence à l'eau dans sa phase liquide. Sinon, on n'aurait pas un autre mot (glace) pour l'eau dans sa phase solide.

    Maintenant, essaye de respirer de l'eau liquide et revient me dire ce que tu en as pensé.

  • [^] # Re: Non à l'obscurantisme

    Posté par . En réponse au journal Retour sur le « No poo ». Évalué à 4.

    On entend ce genre de commentaire aussi pour ce qui est des additifs alimentaires. Et je les trouve totalement con.

    C'est comme les personnes qui font mine de ne pas comprendre quand je veux acheter un pain au chocolat. Et oui, j'habite dans le sud-ouest où les gens utilisent l'appellation chocolatine. Ils essayent de me faire croire qu'un pain au chocolat, c'est un pain avec du chocolat et pourtant, ils parlent de pain aux raisins.

    Quand la plupart des gens parlent de produit chimique, ils ne font pas référence à ce qu'un scientifique appelle produit chimique. Et faire semblant de ne pas le comprendre, c'est simplement du foutage de gueule.

    Maintenant, mon raisonnement est le suivant. Chaque composé a ou non des effets sur notre corps. Certains sont bien connus (H2O, c'est plutôt cool sans quand on essaye de le respirer) et pour d'autres, c'est plus flou.

    De façon générale, limiter le nombre de composés, c'est limiter les risques de problèmes directs et ceux dus aux interactions chimiques entre les composés. Donc dans l'alimentaire, préférer des aliments qui n'ont pas une liste de 40 additifs, c'est sans doute mieux. Et pour ce qui est des cosmétiques, virer tous les parfums et se contenter de trucs basiques (et là, je ne parle pas de pH), c'est une démarche qui me semble aussi très raisonnable.

    Ce journal relate l'expérience de quelqu'un qui a remplacé les shampoings classique par du NaHCO3 et il trouve que c'est moins cher et que le résultat est meilleur que ce qu'il obtenait avec des shampoing classique. Très bien.

  • # Rapport de bug

    Posté par . En réponse au journal Cinq ans de projets libres: bilan et retour d'expérience sur la contribution. Évalué à 2.

    La section « Recevoir une fonctionnalité » n'est pas typographiée correctement.

    Sinon merci pour ces articles forts intéressants.

  • [^] # Re: Mécontent de PA

    Posté par . En réponse à la dépêche PulseAudio 6.0 et 7.0. Évalué à 0.

    Tu dis que PA ne sert à rien et juste après, tu dis qu'il est nécessaire pour faire fonctionner le son sur un de tes PC.

    C'est moi où il y a comme une incohérence dans tes propos ?

  • # « Sujet du commentaire »

    Posté par . En réponse au journal Sexisme ordinaire sur Linuxfr. Évalué à 10.

    J'ai plusieurs remarques à faire.

    Tout d'abord, je pense qu'on n'est pas con. Personne n'est intégralement con. Con ne permet pas de définir quelqu'un. En revanche, on peut se comporter en con. Ça arrive à tout le monde. Merde, j'ai dit une connerie ! Et certaines personnes peuvent se comporter connement plus régulièrement que d'autres.

    C'est la même chose pour le racisme, le sexisme et beaucoup de mots en isme. Il est donc probable que l'auteur du journal dont il est question ici ne soit pas sexiste. Mais en l'occurrence, il s'est montré sexiste dans ce journal.

    La raison pour laquelle je fais cette différence est qu'il est beaucoup plus facile d'admettre qu'on s'est montré localement biduliste que d'admettre qu'on est biduliste. La réaction normal de quelqu'un qu'on accuse de bidulisme, c'est de se mettre sur la défensive, de nier. Non, ce n'est pas posssiiiible, je ne suis pas biduliste. Les bidulistes sont l'incarnation du mal™. Si le but est de lutter contre le bidulisme ordinaire, dit de quelqu'un qu'il est biduliste est totalement contre productif.

    Être conscient qu'on peut se montrer sexiste ou raciste sans l'être, c'est ce qui permet d'avancer. En ce qui me concerne, je travaille dans un milieu essentiellement masculin. Et quand une nouvelle collègue arrive, au début, je sais que je ne me comporte pas de la même façon que si c'était un nouveau collègue. Mais comme je n'aime pas cette tendance, j'agis en conséquence.

    J'en arrive à mon second point. La forme est importante. La façon dont dont dit les choses est extrêmement importante. C'est d'autant plus vrai qu'on ne s'en rend pas forcément compte. Dire « faut quand même admettre : c'est plutôt une boisson d'homme » ou « va t'faire enculer », ça ne porte pas directement préjudice aux femmes ou aux homosexuels. Mais ça entretient un climat sexiste ou homophobe. Encore une fois, dire ce genre de chose ne fait pas de soit un macho ou un homophobe (j'adore cette scène des tontons flingueurs) mais ça participe à un climat et il est bon d'en être conscient.

    Je pense que l'auteur du journal initial capitule, ce qui n'est pas satisfaisant, c'est qu'il pense ne pas être sexiste mais que certaines personnes pensent qu'employer le terme WAF fait de lui quelqu'un de sexiste (ce qui n'est pas le cas et il a raison). Il n'a pas compris (on le lui a peut-être mal expliqué) qu'il n'est sans doute pas sexiste mais qu'il s'est comporte de façon sexiste en employant ce terme et que c'est dommage parce que ça participe à quelque chose qu'il ne cautionne pas forcément et que ça brouille son message.

  • [^] # Re: Pourquoi sont-ils en gréve ?

    Posté par . En réponse au journal Redevance Radio France. Évalué à 5.

    • L'état baisse le financement de 10%.
    • Le président dit OK, je vais proposer des trucs mais c'est à l'état de valider car on remplit une mission d'état.
    • Les syndicats sont inquiets.

    Rajouter à ça le fait que le président a fait refaire son bureau et que la note est de 100 k€ et boum.

  • [^] # Re: Asimov

    Posté par . En réponse au journal Bill Gates est « préoccupé par la superintelligence » artificielle . Évalué à 1.

    Effectivement, plus tard, il réalise qu'en voyant l'influence qu'a pu avoir le mulet, seul Galaxia pourrait résister à une « attaque » d'une autre forme d'organisme, en précisant qu'on n'en a jamais vu.

    Et c'est d'ailleurs une incohérence dans l'œuvre d'Asimov parce qu'il y en a un dans Némésis.

  • [^] # Re: Idris

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de Coq 8.5 bêta, un assistant de preuve formelle. Évalué à 5.

    Pour moi, il y a un intérêt clair à savoir utiliser ce genre d'outils.

    On ne programme pas de la même façon selon qu'on doit ou non prouver son code. Exemple tout con: quand tu écris une boucle while, as-tu toujours en tête un variant qui va décroître et t'assurer que tu vas sortir de cette boucle ? Chaque fonction a une spécification bien définie ?

    Si tu programmes comme si tu devais prouver, tu structureras sans doute ton code différemment et le résultat sera vraisemblablement moins bugué.

  • [^] # Re: Les conteneurs

    Posté par . En réponse au journal Systemd contrôlera bientôt tout votre réseau. Évalué à 6.

    C'est vrai, ça serait super cool ça.

    Si on résume, on aurait un système ultra minimal qui se chargerait de lancer des hôtes pour les diverses applications. Poussé au max, on aurait un hôte pour le système de fichier (les autres hôtes y accédant par le réseau) et plus généralement, on en aurait un pour chaque périphérique. On pourrait imaginer un hôte dont le boulot serait de géré les droits d'accès. On pourrait imaginer qu'un hôte puisse lancer un hôte sans avoir de droits privilégiés. Avec ça, on pourrait retirer plein de trucs inutiles du noyau. Bien évidemment, on n'utiliserait pas le vrai réseau mais un système d'IPC super optimisé. Je propose qu'on appelle ce nouveau noyau « micro linux ». Mais certains esprits chagrins risqueraient de dire que c'était mieux avant quand ça ne s'appelait encore que le Hurd.

  • [^] # Re: Et si on prenait ça comme un retour?

    Posté par . En réponse au journal Word vs TeX. Évalué à 3.

    Une partie de ce que tu voudrais est le but de LaTeX 3. Mais comme il n'y a que \pi personnes au monde qui bossent dessus, ça n'avance pas vraiment.

  • [^] # Re: Personne pour lancer le troll?

    Posté par . En réponse à la dépêche Joker, un logiciel pour doubler des films sous licence GPL. Évalué à 3.

    Dans un autre genre, depuis 2 mois, je suis en Allemagne. J'ai appris l'allemand à l'école au millénaire dernier. J'essaye autant que possible de parler et effectivement, j'ai beaucoup progressé mais je me sens terriblement limité par mon vocabulaire. Je ne me vois pas passer en anglais pour demander comment on dit tel ou tel mot en allemand. Je trouve que la télé (ou le cinéma je n'y suis pas allé) en VO non sous-titré m'aide pour enrichir mon vocabulaire. Pour progresser, parler ET la VO non ST aident mais différemment.