Journal Droite et gauche unies pour défendre la FNAC face à Amazon

52
9
oct.
2013

Sommaire

J'expliquais récemment à ma campagne étrangère que le capitalisme français était un peu particulier. Pour le meilleur (la sécurité sociale, moins cher que le système de santé américain mais bien plus efficace sur la plupart des critères objectifs) mais aussi pour le pire. Et parmi les trucs du "pire", il y a le fait que l'élite française, aussi bien politique qu'administrative qu'économique vient du même milieu extrêmement étroit

J'avais parié avec elle notamment que ces gens là feraient payer un jour à Amazon, dont les dirigeants ne font pas partie, et pour cause, de ce petit milieu, son succès insolent face aux difficultés de Virgin (dépôt de bilan) mais surtout de la FNAC, qui est un peu leur poulain.

La proposition de loi de MM. Christian JACOB, Christian KERT, Hervé GAYMARD et Guy GEOFFROY et plusieurs de leurs collègues tendant à ne pas intégrer la prestation de la livraison à domicile dans le prix unique du livre , n° 1189, déposée le 26 juin 2013 me fait dire que je n'étais pas totalement à côté de la plaque.

Je viens de rédiger un petit pamphlet ci-dessous pour dire tout le bien que je pense de cette proposition de loi et de l'accueil enthousiaste que lui ont réservés les députés PS, le ministère de la culture et le gouvernement.

Mais l'expérience Hadopi ayant, après bien d'autres, montré qu'il était très loin de suffire d'avoir raison sur le fond pour peser dans la prise des décisions en France, je vais commencer sans le moindre scrupule ma démonstration par une attaque ad-hominem, m'appuyant perfidement sur un récent éditorial de la non moins Perfide Albion.

Qui sons ces gens là qui prennent les décisions à notre place ?

The French elite: where it went wrong (financial times)

Editorial: The French elite: where it went wrong

Auteur: SIMON KUPER, Financial Times
Date: 10 mai 2013

Source: http://www.ft.com/cms/s/2/d76b5fcc-b83f-11e2-bd62-00144feabdc0.html#axzz2gf60Bc9s

Dans cet éditorial, Simon Kuper reconnait à l'élite française un certain nombre de succès important mais anciens (le minitel, le tgv, concorde puis airbus, imposer l'euro à l'allemagne, sauvegarder ce qui pouvait l'être du prestige de la langue française).

Bravo, mais depuis…

Since then, things have gone horribly wrong. The sociologist Pierre Bourdieu in the 1960s began pointing out the elite’s flaw: the ruling class claimed to be a meritocracy open to bright people from anywhere but had, in fact, become a self-reproducing caste.

Depuis cette époque [où l'élite française a réussi des choses importantes], les choses ont terriblement mal tourné. Le sociologue Pierre Bourdieu a commencé dans les années 1960 à mettre le doigt là où cela fait mal : la classe dominante se croit légitime parce qu'elle se voit comme une méritocratie ouverte aux cerveaux bien faits d'où qu'ils viennent mais dans la réalité elle était devenue une caste, c'est à dire un groupe social hiérarchisé, endogame et héréditaire. ([N.d.T : confère par exemple l'article Reproduction sociale)

This is the tiniest elite of any large country. It lives in a few select arrondissements in Paris. Its children attend the same local schools, starting at age three. By their early twenties, France’s future leaders know each other. They progress from “classmates” to “caste mates”, explain the sociologists Monique Pinçon-Charlot and her husband Michel Pinçon.

Il s'agit de l'élite la plus étroite et homogène de tous les pays importants. Elle vit dans quelques arrondissements 'select' de Paris. Ses enfants sont inscrits dans les mêmes écoles dès l'âge de 3 ans. A vingt ans et quelques, les futures leaders de la France se connaissent les uns les autres. Ils évoluent de camarades de classes à camarades de castes comme l'expliquent les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon

Whereas an American CEO and novelist will never meet, the French political, business and cultural elites have practically fused. They meet at breakfasts, exhibition openings and dinner parties. They become friends or spouses. They give each other jobs, cover up each other’s transgressions, write rave reviews of each other’s books. (Contrast the euphoria that greets Bernard-Henri Lévy’s books in France with his reception abroad.)

Alors que les PDG et romanciers américains ne se rencontrent jamais, les élites de la politique, du business et de la culture ont pratiquement fusionné en France. Ils se rencontrent au petit-déjeuner, font l'ouverture d'expositions ensemble et terminent la soirée par un repas en commun. Ils sont devenus amis et même époux. Ils se placent les uns les autres, étouffent les polémiques des autres en justifiant leurs transgressions, écrivent des critiques enthousiastes sur les livres qu'ils viennent de publier. (Comparer l'euphorie qui accompagne la sortie des livres de Bernard-Henri Lévy en France avec sa réception à l'étranger).

The elite is the only French class that displays class solidarity, says Pinçon-Charlot. It’s tied together by shared secrets: for instance, many elite members knew about Dominique Strauss-Kahn’s peculiar bedroom practices, but they were willing to let him run for president rather than inform the peasants beyond the Parisian ring road. To paraphrase the English writer E.M. Forster, these people would rather betray their country than betray a friend. Elite members justify these mutual favours in the name of friendship. In fact (as noted by the journalist Serge Halimi and others), it’s corruption.

L'élite française est la seule classe qui fait preuve d'une réelle solidarité de classe, note Pinçon-Charlot. Elle est liée entre elle par des secrets communs : par exemple, de nombreux membres de l'élite française connaissaient les pratiques sexuelles particulières de Dominique Strauss-Kahn ; mais mieux valait pour eux le laisser concourrir au poste de Président plutôt que d'en informer les paysans d'au-delà le périphérique. Pour paraphraser l'écrivain anglais E.M. Forster, ces gens là préfèreraient trahir leur pays plutôt que leurs amis. Les membres de l'élite justifient ces renvois d'ascenceurs réciproques au nom de l'amitié. En réalité (comme l'a noté le journaliste Serge Halimi et bien d'autres), c'est de la corruption.

Simon Kuper a encore d'autres reproches bien sentis à l'élite française, n'hésitez pas à aller lire l'article complet pour voir à quel point Albion sait être perfide

Application : Amazon, la FNAC et les petits-libraires

Quant l'américain Amazon fait de l'ombre à l'agitateur français de l'exception culturelle

Comment taper sur Amazon pour protéger la FNAC ?

En se faisant passer pour le défenseur des petits libraires bien entendu !

C'est ce que j'avais parié avec ma compagne il y de cela quelques semaines dans une conversation presque imaginaire que je rapporte ici :

  • tu vas voir, l'élite française va nous pondre un truc stupide pour empêcher Amazon de nuire… en rendant l'accès à la culture plus accessible (accès aisé et bien guidé à des millions de livres depuis chez soi, achat en quelques clics, livraison gratuite chez soi)
  • je ne comprends pas pourquoi ils feraient ça ?
  • parce que la FNAC va mal
  • pourquoi ils vendent leurs livres trop chers ?
  • non, ce sont des mauvais libraires tout simplement. Amazon est un bon libraire. La FNAC n'a aucun avantage compétitif sur Amazon selon moi
  • mais pourquoi protéger la FNAC plutôt qu'Amazon alors ?
  • parce que l'élite de la FNAC, l'élite du monde des livres en france, l'élite politique en France, tout cela est un seul et même monde. Ils ne sont pas content qu'Amazon remette ça en question
  • oui c'est dommage que la FNAC décline, mais si Amazon prend sa place, où est le problème ? Amazon ne crée pas d'emplois en France ?
  • bien sûr que si. Ne serait-ce que le réseau de distribution ultra-efficace d'Amazon. ça m'étonnerait fort qu'il n'y ait pas beaucoup de français qui trouvent du boulot grâce à Amazon. La Poste notamment. C'est un symbôle important en France La Poste.
  • et bien alors ?
  • ben alors Amazon c'est américain. Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, ne fait pas partie de l'élite française.
  • et donc ?
  • Et donc par exemple Aurélie Filipetti, ministre de la culture, n'a aucun scrupule à torpiller Amazon à chacune de ses sorties. Ce qu'elle ne fait jamais (ou alors de manière bien discrète) pour la FNAC alors que ce serait bien davantage nécessaire. Ex: quand la FNAC est fière de se reconvertir comme vendeur de Nespresso alors qu'originalement ce devait être un agitateur culturel.

La multinationale et l'impôt. La faute à qui au juste ?

  • (…) attends j'ai lu ton article et tu exagères. Il y a aussi de cela, mais Aurélie Filippetti parle aussi de problème de fiscalité, d'impôts à payer là où ils doivent être payés.
  • oui, mais attends. Si c'est avant tout un problème de fiscalité (et là oui ce serait justifié), ne fait-elle pas partie du gouvernement ? Qu'attends son gouvernement pour agir ? Ca fait un moment qu'on sait que notre fiscalité est archaïque et que des gens ont réfléchi sérieusement à cette question : Comment faire pour taxer les bénéfices des multinationales. Pourquoi Aurélie Filippetti et son gouvernement ne font ils rien de sérieux en ce sens ?
  • je ne sais pas, c'est pas très logique, c'est vrai. Mais elle dit quelque-chose d'autre d'important. "*Je ne cesserai jamais de m'insurger contre ces pratiques là, parce qu'elles sont destructrices. Destructrices d'emplois, destructrices de culture et destructrices de lien social. Parce que faire mourir les petites librairies dans les centre-ville, c'est une catastrophe*, s'est indignée Aurélie Filippetti."
  • un point également très très important. Mais désolé, là pour moi on est en plein dans le prétexte. Je ne sais pas si tu connais Tartuffe ou l'imposteur de Molière ? Cette pièce de théâtre écrite par en 1664 par Molière est une satire aussi féroce qu'hilarante d'un trait de caractère très français, celui de se parer des plus hautes vertus pour des mobiles un peu moins reluisants.
  • ah oui je connais un peu
  • et bien tout le talent de Molière n'a pas suffit à régler son compte au tartuffisme français
  • explique moi ça

Les petits libraires français sont une richesse. Comment l'exploiter ?

  • et bien en fait, selon moi, c'est un mensonge par omission énorme de dire que les petits libraires ont beaucoup souffert de l'arrivée d'Amazon. Ce dont les petits libraires ont énormément souffert historiquement et encore aujourd'hui, c'est de l'arrivée de grandes surface, entre autres la FNAC, et ce encore aujourd'hui. Cela, oui, ça a fait faire faillite les petits libraires comme des mouches, et encore plus les petits vendeurs de disques indépendants qui n'existent presque plus. Qu'à fait l'élite française à l'époque ? Rien de sérieux puisque l'élite de la FNAC est une part de l'élite française. Et aujourd'hui qu'arrive t'il à la FNAC ? Après avoir remplacé les petits libraires en étant plus efficace qu'eux, elle est remplacée par Amazon, un géant d'internet qui en se focalisant depuis très longtemps sur comment ils peuvent apporter le meilleur service possible à ses clients, est devenu beaucoup plus efficace qu'eux. Et donc remplace la FNAC comme la FNAC avait remplacé auparavant beaucoup de petits libraires
  • ah oui… vu comme ça, je comprends que ça t'énerve. Pour moi c'est à la FNAC de démontrer son utilité, pas à l'état français de le sauver comme ça. Mais pour les petits libraires, il faut faire quelque chose non ?
  • oui tout à fait. mais vois tu, si le but est réellement d'aider les petits libraires (et encore une fois, je pense que c'est utile et nécessaire) il y a beaucoup plus simple que de taper sur Amazon pour aider la FNAC
  • comment ferait t'on ?
  • Premièrement, selon moi, si la FNAC n'a plus d'intérêt réel par rapport à Amazon, ce n'est pas le cas des bons petits libraires. Amazon est un meilleur libraire que la FNAC. Mais c'est un moins bon libraire qu'un bon libraire de quartier, un type passionné de bouquins comme moi et qui connait mes goûts. C'est pourquoi, si j'ai trahi sans le moindre scrupule la FNAC pour Amazon, je continue souvent à acheter des bouquins chez les bons petits libraires.
  • intéressant. et tu as un deuxièmement ?
  • oui. Tout simplement, on subventionne directement les petits libraires (sans passer donc par la case taper sur Amazon pour sauver la FNAC). C'est la proposition inconoclaste que faisait il me semble l'économiste Alexandre Delaigue sur son site classe éco dans un article que malheureusement je ne retrouve plus. Ce serait une solution plus efficace. Et ce serait une solution légitime car les petits libraires ont effectivement une utilité sociale et culturelle qui dépasse leur simple utilité économique (ils donnent le goût de la lecture aux gens, ce qui est très important). Nous sommes ici en la présence de ce que les économistes appellent des externalités - ici positives, il y a défaillance du marché (quand il agit seul) et donc il est légitime que l'état intervienne. Et ce même pour les économistes libéraux (je ne parle pas de ceux qui se disent libéraux ni des libéraux intégristes)
  • comment ça ? en leur faisant un chèque mensuel ?
  • pas seulement. Par exemple, un article du monde indique que les libraires indépendants sont incapables d'arriver à s'unir pour mettre en place leur propre plate-forme efficace. Je serais ravi que mes impôts servent à ça, à condition que ça soit bien fait bien sûr (ce qui n'est pas gagné !). Permettre aux libraires indépendants de concurrencer Amazon me semble bien plus intelligent que d'empêcher Amazon de concurrencer la FNAC

L'économie sociale et solidaire : le gouvernement est pour, mais pas Bercy

  • en effet, c'est une bonne idée. Mais pourquoi dis-tu pas seulement ?
  • parce que quitte à choquer les "braves gens" (comme disait Brassens), subventionner directement les libraires n'est pas du tout une mauvaise idée. La France tient-elle à ses libraires indépendants oui ou non ? Si oui, c'est que les libraires indépendants ne sont ni un monopole d'état (clairement, ce ne sont pas des fonctionnaires, et heureusement) ni un secteur commercial comme les autres (sinon pourquoi ne pas laisser faire le marché ?). On est typiquement dans un entre-deux important, encore très peu reconnu en France malgré son importance attestée par l'INSEE, qu'on appelle au choix le tiers secteur ou l'économie sociale et solidaire
  • ah oui, intéressant
  • et justement, théoriquement, le tiers secteur intéresse le gouvernement puisqu'il y a un ministre délégué spécifiquement à l'économie sociale et soclidaire qui s'appelle Benoît Hamon et qui est censé faire voter une loi cadre sur le tiers secteur en 2013 (cette année)
  • et bien alors, pourquoi ne va t'il pas voir sa collègue Aurélie Filippetti pour lui dire que c'est bien qu'elle dépense autant d'énergie en faveur de la culture, mais que pour arriver à ce but, il y a des voies beaucoup moins contre-productives que de dénigrer et essayer d'affaiblir (en vain) Amazon ?
  • très bonne question. Je ne connais pas Benoît Hamon donc je ne pourrais pas te le dire. Mais maintenant que tu me poses la question, j'ai une hypothèse intéressante
  • laquelle ?
  • que oui, il est allé voir sa collègue Aurélie Filippetti. Mais que quand il a proposé cela au reste du gouvernement, il s'est heurté au mur des gens sérieux qui tiennent fermement les cordons de la bourse
  • qui ça ?
  • le ministre de l'économie Pierre Moscovici, le ministre délégué au budget Jérôme Cahuzac - ah non pardon, ça a changé, maintenant c'est Bernard Cazeneuve - et surtout plein de gens qui travaillent à "Bercy". Confrontés à une crise similaire à celle des années 30, ces gens très intelligents ont décidé d'imposer, tout en niant qu'ils le font bien sûr, les mêmes politiques qui ont été catastrophiques dans les années 30: une politique déflationniste à la Ramsay McDonald - Herbert Hoover - Pierre Laval
  • effrayant cette idée qu'il faut absolument répéter les erreurs du passé. Mais quel rapport avec les petits libraires ?
  • le rapport c'est que pour ces gens là, subventionner un peu les petits libraires pour qu'ils diffusent plus largement la connaissance, des livres sur l'entreprenariat pour prendre un exemple entre 100 est un coût, seulement un coût, "*pas compatible avec les contraintes budgétaires*" ; alors que pondre une loi qui plombe un peu Amazon et le secteur de la distribution en général ne coûte rien.
  • mais c'est faux. Si le chiffre d'affaire global (Amazon+FNAC+petits libraires) diminue, cela va avoir à un coût pour l'état (moins de TVA, moins de cotisations sociales) ! Et les opportunités économiques facilité par la vente de livres sur entrepreneuriat, pour reprendre ton exemple, vont rapporter de l'argent à l'état !
  • pas pour ces gens là.
  • Ah bon ? Je vois. La logique de l'élite française…

Qu'est-il en train de se passer ?

Pour cause de grosse lassitude de ma part, je me contenterai de donner les URLs ci-dessous sans les commenter

Conclusion : much ado about nothing ?

Nous avons commencé par un emprunt à la perfide Albion, nous finirons de même :

La vie politique française est une histoire racontée par un idiot,
pleine de fureur et de bruit, et qui ne signifie rien

William Shakespeare, Macbeth, 1605

La proposition de loi de MM. Christian JACOB, Christian KERT, Hervé GAYMARD et Guy GEOFFROY et plusieurs de leurs collègues tendant à ne pas intégrer la prestation de la livraison à domicile dans le prix unique du livre , n° 1189, déposée le 26 juin 2013 va sans doute être adoptée, puisqu'elle bénéficie du soutien, à la fois de l'UMP et du PS, à la fois du ministère de la Culture et de du ministère de l'économie et des finances.

Est-ce si grave ? On pourrait se dire que non :

  • Amazon va être un peu emmerdé, mais c'est pas l'interdiction d'accorder une réduction de 5% sur les prix des livres qui va faire diminuer sa part de marché de 70% sur la vente en ligne.
  • Réciproquement, cela va soulager un peu la FNAC mais si peu… les raisons pour lesquelles les gens vont chez pas Amazon et non plus chez l'entreprise qui se positionne comme le concurrent de Darty en plus classe sont bien plus profondes que ce que cette loi pourra jamais régler
  • Les petits libraires verront leurs concurrents obligés d'augmenter leurs prix de 5%. C'est très peu mais toujours bon à prendre.
  • Les français vont avoir un accès plus difficile à la Culture (bien que la loi prétendra évidemment l'inverse), mais pas non plus de manière catastrophique.

D'un point de vue symbolique cependant, les choses sont plus inquiétantes

  • la valeur ajoutée réelle des bons libraires de quartier ne sera absolument pas mise en valeur autant qu'elle devrait
  • les gens qui croient en l'efficacité du capitalisme seront une fois de plus exaspérés par sa variante française qui multiplie les exceptions et les exceptions aux exceptions (un peu comme la langue française ?)
  • pour autant, peu de gens qui n'aiment guère le capitalisme devraient s'en réduire réellement tant les frontières mises au capitalisme en France auront peu à voir avec la prise en compte d'enjeux sociaux, écologiques ou même culturels supérieurs
  • bref une fois de plus, on aura invoqué en vain les grands principes (les mânes de Victor Hugo par exemple)

Au total, toute cette énergie dépensée aurait été, selon moi, largement plus utile ailleurs. Au hasard, nous sommes dans une crise extrêmement sévère et le service national chargé de la riposte à la crise, Pôle Emploi, effectue à peu près toutes les missions qui lui sont imparties de manière lamentable.

Ne vaudrait-il pas mieux consacrer son acharnement à améliorer que Pôle Emploi qu'à chercher noise à Amazon ?

  • # "work hard, have fun, make history"

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Le livre présenté dans cet article est sans doute biaisé, mais si déjà 50 % de ce qui est dit est vrai, ça fait quand même peur pour l'avenir du commerce si ce genre de truc est amené à remplacer les commerces de proximités :

    http://www.20minutes.fr/high-tech/1149643-20130503-ce-plus-impressionne-chez-amazon-conditionnement-psychologique

    (amazon prévoit de vendre des produits frais, sur le même modèle économique que ce qui lui a réussi jusqu'à présent : https://en.wikipedia.org/wiki/AmazonFresh)

    « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

    • [^] # Re: "work hard, have fun, make history"

      Posté par . Évalué à 1.

      Hello, il est tout à fait possible que ce que tu dit soit vrai. Je me rappelle avoir lu Daniel Glazman dire en 2004

      Pourquoi je n'ai pas fait de vieux os chez Amazon.fr… L'ambiance n'a pas changé, à ce que je vois. Je souhaite bien du plaisir à ceux qui migreront à Slough; l'endroit est minable, les conditions de travail y sont bien pires que celles de Guyancourt. J'ai toujours dit qu'Amazon est un service magnifique du point de vue du client mais qu'il ne fallait pas voir comment on y bosse en interne.

      donc
      - oui probablement Amazon France n'est pas l'endroit où on va trouver le job idéal
      - mais les conditions de travail pourries ne sont pas une spécialité d'Amazon France, et cette loi ne va rien faire pour les résoudre non ?
      - Après tout on est les champions du monde de consommation d'antidépresseurs, alors que bon, la nature a été plus douce avec nous qu'avec beaucoup d'autres.
      - Je viens d'acheter (pas à la FNAC évidemment) ce bouquin qui a l'air de dénoncer grave "Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés", Marie Pezé, médecin du travail

      En conclusion, je n'ai pas écrit ce journal pour faire l'apologie d'Amazon. Pour moi le problème est beaucoup moins ce qu'Amazon fait que ce que les autres ne font pas

      • [^] # Re: "work hard, have fun, make history"

        Posté par . Évalué à 6.

        En conclusion, je n'ai pas écrit ce journal pour faire l'apologie d'Amazon. Pour moi le problème est beaucoup moins ce qu'Amazon fait que ce que les autres ne font pas

        C'est vrai. Mais en meme temps, il faut voir que, si Amazon peut faire tout ca, c'est justement parce qu'il traite ses employés comme de la marde. Et encore, meme si les autres se mettent a traiter leurs employés comme ca, ils ne pourront pas lutter, car ils n'ont pas le meme volume de ventes.

    • [^] # Re: "work hard, have fun, make history"

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est vrai que depuis que le pote de Fillon, membre de la nomenklatura s'est installé la FNAC a beaucoup à envier à Amazon.

      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/distribution/20120410trib000692747/fnac-la-fin-du-mythe.html

      En revanche, je ne vois pas en qui s'applique à Amazon comme à la FNAC se ferait au détriment du seul premier.
      Pour moi ce qu'il est important de considérer, c'est que si des bobos aiment à flaner dans les arrière boutiques poussèreuse du 11e ou 9e ou que sais-je, grand bien leur fasse.
      Qu'ils payent leur service au juste prix et qu'ils ne viennent pas me ponctionner mon pouvoir d'achat pour financer leur petits plaisirs.
      Bref, ca va toujours dans le même sens sous prétexte de protéger ces pôvres libraires, ces pôvres pharmaciens de quartier et autres idiots de consommateurs non avertis contre leur gré, … c'est toujours la même classe aisée qu'on protège, celle qui a déjà le temps et les moyens pour tout ça.

      Marre de la régulation à tout va.

      • [^] # Re: "work hard, have fun, make history"

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        ces pôvres pharmaciens de quartier

        ? Je vois pas le rapport avec Amazon et la FNAC. Quand la mamie qui a du mal à marcher doit aller chercher ses médicaments, elle est bien contente de pouvoir aller les chercher à la pharmacie du coin de la rue. Et non, la mamie, elle a pas Internet.

        It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

  • # Et en clair

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 09/10/13 à 13:21.

    Et en moins de 50 mots, tu saurais expliquer pourquoi tu considères que la fnac est un moins bon libraire qu'amazon ? La fnac a un énorme avantage sur amazon pour moi : des magasins (et une librairie en ligne qui n'est ni plus mauvaise ni plus chère que celle d'amazon puisqu'ils faisaient 5% et livraison gratuite sur les livres eux aussi). Malheureusement, si ça en fait à mon goût un libraire nettement plus agréable, ça coûte plus que ça ne rapporte.

    Remarque que ça fait 7 ans que le Syndicat de la Librairie Française se plaint de la gratuité des frais de port chez amazon. Faire croire que c'est pour la fnac que cette loi arrive est une interprétation qui me semble absurde puisque justement la fnac a décidé de suivre l'exemple d'amazon en livrant gratuitement les livres. Tu as un compte à régler avec la fnac ?

    Ta solution pour soutenir les "petits libraires" mais pas les gros (est-ce que le furet du nord, chapitre/france loisirs, cultura sont dans le même sac d'élites à abattre ?) serait de faire payer par le contribuable un remake de "1001 libraires" ! Bravo, ils ont déjà réalisé le flop, allons-y avec de l'argent public, ce ne peut être que plus gros plus fort plus catastrophique.

    Pourquoi Aurélie Filippetti et son gouvernement ne font ils rien de sérieux pour [régler le] problème de fiscalité ?

    Ah bon, elle ne fait rien ? Tu es sur ?

    Ne vaudrait-il pas mieux consacrer son acharnement à améliorer Pôle Emploi qu'à chercher noise à Amazon ?

    Mais non, il faut régler la question rom, c'était la seule chose importante d'après les médias la semaine dernière ? Le gouvernement ne peut faire qu'une chose à la fois, donc laissons tout tomber pour faire ça…

    • [^] # Re: Et en clair

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne crois pas que l'article compare Amazon et la FNAC à l'aune de leurs compétences de libraires. À ce titre, ils se valent : ce n'en sont pas. Ce qu'ils sont, en revanche, c'est des marchands de livres.

      • [^] # Re: Et en clair

        Posté par . Évalué à 4.

        Amazon est un meilleur libraire que la FNAC.

        • [^] # Re: Et en clair

          Posté par . Évalué à 6.

          Oui.

          Pour de nombreuses raisons, mais je ne vais citer que la plus importante.

          Amazon m'a fait découvrir depuis 4 ans une grosse centaines de bouquins que je n'aurais jamais découvert si j'étais resté uniquement avec les caissiers de la FNAC. C'est le rôle d'un bon libraire (informatique ou bipède) de conseiller à ses clients des bouquins qui vont leur plaire, non ? Evidemment, ça l'arrange lui aussi parce que du coup on revient chez lui de plus en plus, mais perso je trouve ça tout à fait naturel.

          • [^] # Re: Et en clair

            Posté par . Évalué à 1.

            Je répondais juste à la personne qui disait "l'article ne compare pas les qualités de libraires d'amazon et de la fnac".

            Mais merci d'avoir répondu ici a la question que je te posais plus bas ^

    • [^] # Re: Et en clair

      Posté par . Évalué à 2.

      Et en moins de 50 mots

      Ben écoute, apparemment moi je ne sais pas faire court, et toi tu n'as pas une capacité d'attention assez longue pour lire un pamphlet.

      Je te propose qu'on fasse chacun un pas vers l'autre, je vais résumer quelques points (certainement pas tout, vu que je n'ai pas écrit ça pour rien) et toi tu vas installer http://getpocket.com (Read It Later) afin d'arriver à lire des trucs au calme plutôt que des twitts de 140 caractères chaud-bouillants sur l'actu.

      La fnac a un énorme avantage sur amazon pour moi : des magasins

      Alors en moins de 50 mots :

      I don't know about you, but most of my exchanges with cashiers are not that meaningful., Jeff Bezos, Amazon's CEO

      une librairie en ligne qui n'est ni plus mauvaise ni plus chère que celle d'amazon puisqu'ils faisaient 5% et livraison gratuite sur les livres eux aussi

      ah ah, la bonne blague. Cette histoire de rabais de 5% n'explique pas 1% de pourquoi les gens préfèrent aller chez Amazon plutôt qu'à la FNAC (magasins ou site en ligne)

      Ta solution pour soutenir les "petits libraires" (…) serait de faire payer par le contribuable un remake de "1001 libraires" !

      J'ai beau chercher, je ne vois pas le début d'une raison qui ferait que le fait qu'un site particulier ait échoué indique en quoi que ce soit qu'un meilleur site va obligatoirement échouer.

      Et surtout, tu sembles avoir totalement manqué le passage sur l'économie sociale et solidaire.
      Mais maintenant, tu as installé Pocket, donc quand tu seras au calme tu pourras relire ce chapitre.

      Pourquoi Aurélie Filippetti et son gouvernement ne font ils rien de sérieux pour [régler le] problème de fiscalité ?

      Ah bon, elle ne fait rien ? Tu es sur ?

      Et bien si tu as plus d'infos que moi, sors les : qu'ont fait Sarkozy et Hollande de substantiel pour faire en sorte que la fiscalité ne soit plus un gruyère dans lequel on serait bien bête de ne pas s'engouffrer en toute légalité ?

      Les réponses du type : Il n'y a plus de paradis fiscaux ne sont pas acceptées

      • [^] # Re: Et en clair

        Posté par . Évalué à -1.

        ah ah, la bonne blague. Cette histoire de rabais de 5% n'explique pas 1% de pourquoi les gens préfèrent aller chez Amazon plutôt qu'à la FNAC (magasins ou site en ligne)

        Alors, puisque tu en sait tant sur le "pourquoi les gens vont ici et pas là", expliques les 99% manquants ?

        • [^] # Re: Et en clair

          Posté par . Évalué à 1.

          J'ai commencé plus haut, mais je ne vais pas faire gratuitement le boulot qu'aurais du faire le marketing (au sens noble du terme) de la FNAC depuis 10 ans.

          • [^] # Re: Et en clair

            Posté par . Évalué à 6.

            J'ajouterai également : plus de choix. Perso, la seule fois où j'ai commandé sur amazon, c'est pour un album que je ne trouvais que chez eux (meme en pirate je trouvais pas).

      • [^] # Re: Et en clair

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Ben écoute, apparemment moi je ne sais pas faire court, et toi tu n'as pas une capacité d'attention assez longue pour lire un pamphlet.

        C'est justement parce que je l'ai lu que j'avais besoin d'une réponse courte !

        magasins → cashiers

        Ah mais non, je ne parlais pas des vendeurs, c'est la possibilité de me balader dans des allées de livres et de pouvoir en feuilleter et prendre certains pour les garder éternellement qui m'intéresse.

        une librairie en ligne qui n'est ni plus mauvaise ni plus chère que celle d'amazon puisqu'ils faisaient 5% et livraison gratuite sur les livres eux aussi

        ah ah, la bonne blague. Cette histoire de rabais de 5% n'explique pas 1% de pourquoi les gens préfèrent aller chez Amazon plutôt qu'à la FNAC (magasins ou site en ligne)

        Je citais les 5% et livraisons gratuite pour appuyer le "ni plus chère". Pour le ni plus mauvaise, c'est un point de vue personnel. Si ce sont les chiffres de vente qui font qu'amazon est un meilleur libraire que la fnac, bah, ça répond à ma question initiale.

        J'ai beau chercher, je ne vois pas le début d'une raison qui ferait que le fait qu'un site particulier ait échoué indique en quoi que ce soit qu'un meilleur site va obligatoirement échouer.

        J'ai beau chercher, je ne vois pas le début d'une raison qui ferait que réappliquer telle quelle une idée qui a échoué conduise à une réussite. Ou alors, il faut me montrer les leçons qui en ont été tirées.

        Et surtout, tu sembles avoir totalement manqué le passage sur l'économie sociale et solidaire.

        Ce n'est pas vraiment que je l'ai raté, mais ça m'est passé au dessus. Par exemple, je ne sais pas ce qu'est un "tiers secteur". Et il ne me semble pas évident qu'augmenter de 5.26% le prix des produits fasse diminuer le chiffre d'affaire. Mon intuition me trompe sans doute en me soufflant que le chiffre d'affaire pourrait rester le même (si les consommateurs consacrent un budget constant aux livres) ou augmenter (si les consommateurs continuent d'acheter autant de livres). Ce serait un taux plus important je ne dis pas, mais là je ne vois pas le budget des consommateurs se reporter sur autre chose pour une augmentation de cet ordre ne touchant que la vente par correspondance.

        Et bien si tu as plus d'infos que moi,

        Je n'ai pas plus d'info, mais il y a des commissions qui étudient ça, y compris au niveau européen. Et naïvement, j'espère qu'il en sortira mieux que le pansement pour jambe de bois qu'est cette proposition de loi.

        • [^] # Re: Et en clair

          Posté par . Évalué à 4.

          (…) c'est la possibilité de me balader dans des allées de livres et de pouvoir en feuilleter et prendre certains pour les garder éternellement qui m'intéresse.

          Pareil sur Amazon : tu peux te balader infiniment dans un site bien foutu et tu peux feuilleter les livres, en mettre certains qu'ont l'air bien dans une WishList, et acheter directement ce que t'as vraiment envie de lire.

          Un truc que tu as chez Amazon et dans tes boutiques de la FNAC, c'est des commentaires de bouquinophiles qui ont acheté le livre qui te fait envie et qui ont pris le temps de rédiger un commentaire pertinent qui t'aide beaucoup à savoir si le livre va te plaire ou non.

          Oui, les commentaires utilisateurs c'est souvent de la merde, mais pas tout le temps : chez linuxfr, c'est souvent intéressant, chez Amazon aussi.

          Si ce sont les chiffres de vente qui font qu'amazon est un meilleur libraire que la fnac, bah, ça répond à ma question initiale.

          Non, je disais juste que cette histoire de rabais de 5% était une pitrerie.
          La vraie raison, tu l'as dans la phrase de Glazman que je cite plus haut : J'ai toujours dit qu'Amazon est un service magnifique du point de vue du client mais qu'il ne fallait pas voir comment on y bosse en interne.
          C'est parce que le service client est nettement meilleur à Amazon que chez les autres que avec le temps Amazon a acquis une telle part de marché.

          Je n'ai pas plus d'info, mais il y a des commissions qui étudient ça, y compris au niveau européen.

          Oui, au niveau européen, il y a tout ce qu'il faut. Mais en pratique ce sont les états qui décident. Donc tant qu'on ne verra que des commissions, mieux vaut se rappeler l'adage de Clémenceau : Quand je veux enterrer un problème, je crée une commission.

          Et surtout, tu sembles avoir totalement manqué le passage sur l'économie sociale et solidaire.

          Ce n'est pas vraiment que je l'ai raté, mais ça m'est passé au dessus.
          Par exemple, je ne sais pas ce qu'est un "tiers secteur".

          On ne t'en veux pas, personne ne parle de ce truc malgré son importance :-D

          Tiers secteur pourquoi ? Et bien, il y a le secteur public, le secteur privé… et tout ce qui n'est ni purement public (ils ont des clients, pas que des usagers) ni purement privé (ils ont une vocation sociétale), qu'on appelle donc le tiers secteur, ou encore l'écologie sociale ou bien encore économie sociale et solidaire.

          L'INSEE dans le lien que j'ai donné le résume ainsi :

          De l’action sociale à l’hospitalisation, de la banque à l’assurance, en passant par l’agriculture et l’agroalimentaire et plus modestement le commerce et le bâtiment, les acteurs de l’économie sociale ont de fortes spécificités : associations et fondations agissent dans les services à la personne, mutuelles et coopératives dans les sphères financière et agricole. Actifs en zone rurale, ils possèdent aussi des entreprises de poids dans les villes.

          Après outre l'INSEE, Wikipédia comme d'habitude est une bonne source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_sociale_et_solidaire

          • [^] # Re: Et en clair

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Pareil sur Amazon : tu peux te balader infiniment

            Si j'ai le cul sur une chaise, je n'appelle pas ça me balader :)

            • [^] # Re: Et en clair

              Posté par . Évalué à -2.

              Si j'ai le cul sur une chaise, je n'appelle pas ça me balader :)

              C'est vrai, il faut penser à prendre l'air entre sessions sur Amazon.

              Mais tu te balades dans le sens où tu (ou en tout cas : je) découvres des bouquins incroyables par sérépendité

            • [^] # Re: Et en clair

              Posté par . Évalué à 1.

              Je peux me faire envoyer un extrait de livre en One Click de l'interface Amazon vers mon Kindle, et le lire quand je veux plus tard dehors. Extrait choisi par L'editeur ou Amazon certe, mais je crois qu'il est possible d'acheter un bouquin, de le feuilleter comme on veut et d'annuler l'achat dans les 24h. Quelqu'un pourrait confirmer ?

          • [^] # Re: Et en clair

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Pareil sur Amazon : tu peux te balader infiniment dans un site bien foutu et tu peux feuilleter les livres, en mettre certains qu'ont l'air bien dans une WishList, et acheter directement ce que t'as vraiment envie de lire.

            Donc d'un coté (Amazon), tu as accès à disons un chapitre (ou cinq si tu veux, ça change pas grand chose) d'un bouquin pour voir s'il te plaît, de l'autre (Fnac) tu peux prendre ce qui te tente, te poser sur un siège mis à disposition, le lire tranquillement et l'acheter si tu en as envie.
            Sans parler des comics, manga, BD's où tu opposes cette fois des photos / scans à l'objet réel dont tu peux juger de la qualité d'impression, du brochage, etc.

            Personnellement, j'ai fait mon choix. Je vais à la Fnac voir ce qui me plait et je cherche ensuite sur le net si je le trouve à un prix intéressant (enfin … en général je cherche d'abord le partage qui va bien (Ce qui est légal en Suisse)).
            Je sais, c'est honteux, je participe à la mort de la Fnac (qui semble plutôt bien fonctionner là où je vis). Pas besoin de me faire la morale.

            Pour les petites librairies, les seules fois où j'en ai visité c'est que je cherchais quelque chose d'assez spécifique, et ils ne l'avaient pas.

    • [^] # Re: Et en clair

      Posté par . Évalué à 3.

      Et en moins de 50 mots, tu saurais expliquer pourquoi tu considères que la fnac est un moins bon libraire qu'amazon ?

      Perso, j'ai acheté quelques bouquins pas très connus que j'ai trouvé chez Amazon et pas à la FNAC. Sans compter les trucs affichés sur le site comme disponibles mais qui finalement ne sont pas en stock, ce que tu n'apprends qu'après avoir commandés.

      Après, c'est vrai que c'était il y a quelques années et que ça a peut-être changé, mais vu qu'à l'époque la FNAC ne me proposait pas ce que je cherchais, j'ai fini par ne plus y aller du tout.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Et en clair

        Posté par . Évalué à 0.

        Oui, c'est vrai, pour des livres étrangers, amazon c'est mieux. La fnac peut être pas mal non plus.

        Je trouve que c'est un peu bizarre quand même ces histoires de loi sur amazon.fr. Ils sont moins cher et plus efficaces que les autres, pourquoi ne pas les laisser tranquilles ?

        • [^] # Re: Et en clair

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Ils sont moins cher et plus efficaces que les autres, pourquoi ne pas les laisser tranquilles ?

          Parce que même si Kering (le groupe qui détient la Fnac) ne doit pas faire moins d'« optimisations » fiscales qu'Amazone, le patron de la Fnac était conseiller de Fillon, c'est toujours pratique pour garder des contacts utiles.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Alexandre Bompard, membre de l'élite française

            Posté par . Évalué à 3.

            Ah ah ah, merci, tu mets un premier nom de choix sur les relations étroites pointées du doigt par l'éditorial du Financial Times de mon article !

            Alexandre Bompard, PDG de la FNAC, donc, un membre de l'élite assez typique… et qui possède un clairement un avantage compétitif sur Jeff Bezos pour que lois telles que celle-ci voient le jour en France

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Bompard

            Alexandre Bompard, né le 4 octobre 1972 à Saint-Étienne1, est un haut fonctionnaire et chef d'entreprise français. Il est président de la Fnac depuis 20112.*

            Origines et débuts dans l'administration

            Fils d'Alain Bompard, chef d'entreprise et président du club de football de Saint-Étienne de 1997 à 2003, il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, puis de l'ENA, promotion Cyrano de Bergerac.

            Sorti inspecteur adjoint en 1999, il devient inspecteur des finances en 2002. En 2001, il participe à l'écriture du rapport L'Entreprise et l'hexagone (Éditions de Bercy).

            En 2003, après un an comme chargé de mission auprès du chef du service de l'Inspection générale des finances, il occupe le poste de conseiller technique auprès de François Fillon, alors ministre des Affaires sociales et du Travail3.

            Dirigeant d'entreprise

            Canal+

            Il entre en 2004 chez Canal+ comme directeur de cabinet du président Bertrand Meheut, et en devient directeur des sports en juin 2005, en remplacement de Michel Denisot4.
            Il redresse la chaîne cryptée en arrêtant l'hémorragie des abonnés, obtenant les droits de la Ligue 1 de football, et négociant le rachat de TPS5.

            Europe 1

            Il prend la tête d'Europe 1 en qualité de président-directeur général de la radio, et de sa filiale « sport », en remplacement de Jean-Pierre Elkabbach en juin 20086. Il remanie rapidement en profondeur la grille des programmes pour la rentrée 2008, avec le recrutement de plusieurs personnalités de la télévision (Michel Drucker, Marc-Olivier Fogiel, Marie Drucker, Alexandre Ruiz), mais aussi en évinçant d'autres présentateurs (Michel Cymes, Karen Cheryl…)

            (…)

            En du format « news and talk » vers une programmation généraliste, à travers l'arrivée de Nagui et le retour du Top 509, tout en réaffirmant sa stratégie à long-terme de diversifier les revenus de l'entreprise à travers le partage d'intérêts économiques avec l'industrie culturelle (coédition et coproduction, notamment)10.

            (…)

            Au printemps 2010, son nom est régulièrement cité dans les médias comme possible successeur de Patrick de Carolis à la tête de France Télévisions. La présidence de l'audiovisuel public, dont le mode de désignation est alors largement débattu suite à la réforme initiée par Nicolas Sarkozy, revient finalement à Rémy Pflimlin, ancien directeur de France 3.

            EUROPE 1

            Il prend la tête d'Europe 1 en qualité de président-directeur général de la radio, et de sa filiale « sport », en remplacement de Jean-Pierre Elkabbach en juin 20086. Il remanie rapidement en profondeur la grille des programmes pour la rentrée 2008, avec le recrutement de plusieurs personnalités de la télévision (Michel Drucker, Marc-Olivier Fogiel, Marie Drucker, Alexandre Ruiz), mais aussi en évinçant d'autres présentateurs (Michel Cymes, Karen Cheryl…)

            FNAC

            Le 23 novembre 2010 est annoncé son départ pour la présidence de la Fnac, filiale du groupe PPR (rebaptisé depuis Kering) spécialisée dans la distribution de biens culturels et technologiques. Il succède ainsi à Christophe Cuvillier au début de l'année 2011 et est remplacé par Denis Olivennes à la tête d'Europe 113.

            Toutes les sources sont dans Wikipédia, disponibles au format Creative Commons By SA 3, voyez voir la liste des auteurs dans l'onglet "Historique". S'il y a des erreurs dans l'article de Wikipédia, je m'en excuse platement par avance auprès d'Alexandre Bompard

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Bompard

        • [^] # Re: Et en clair

          Posté par . Évalué à 2.

          Oui, c'est vrai, pour des livres étrangers, amazon c'est mieux. La fnac peut être pas mal non plus.

          Sauf qu'il s'agissait aussi de livres en français (notamment Sylvie et Bruno de Lewis Carroll).

          Mais je vois qu'il est maintenant disponible sur la FNAC, ça semble s'être amélioré (sûrement poussé au cul par Amazon, donc).

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # Le Financial Times cite Bourdieu et Halimi

    Posté par . Évalué à 2.

    Comme quoi, tout n'est pas perdu.

    Sinon, l'excellent Olivier Berruyer a entamé une série d'articles sur cette « loi anti-Amazon ».

  • # Pas super d'accord

    Posté par . Évalué à 10.

    Tout simplement, on subventionne directement les petits libraires (…). Et ce serait une solution légitime car les petits libraires ont effectivement une utilité sociale et culturelle qui dépasse leur simple utilité économique (ils donnent le goût de la lecture aux gens, ce qui est très important).

    Euh… Pour qu'un libraire donne le goùt de la lecture à des gens, ils faut que ces gens entrent chez le libraire. Et qui entre dans les librairies ? Les gens qui ont le goùt de la lecture !

    Non, désolé, mais pour moi, c'est plus l'ecole (les rares fois où je suis tombé sur de bons profs) et surtout l'entourage qui donne envie de lire. Certainement pas le dealer de bouquins.

    La France tient-elle à ses libraires indépendants oui ou non ? Si oui, c'est que les libraires indépendants ne sont ni un monopole d'état (clairement, ce ne sont pas des fonctionnaires, et heureusement) ni un secteur commercial comme les autres (sinon pourquoi ne pas laisser faire le marché ?)

    Bah oui, pourquoi ? Si, comme tu le dis, les bons libraires de quartiers sont de meilleurs libraires qu'Amazone, ils survivront.

    On est typiquement dans un entre-deux important, encore très peu reconnu en France malgré son importance attestée par l'INSEE, qu'on appelle au choix le tiers secteur ou l'économie sociale et solidaire

    Euh.. Non.

    Tiré de wikipedia : "C'est par analogie avec le Tiers état ou le Tiers monde, que ce secteur est désigné comme le tiers secteur, le premier secteur étant ici le commercial, et le deuxième le secteur public et para-public"

    Désolé, mais le libraire, il relève bien du secteur privé commercial. Et meme dans le cas où il serait subventionné par l'etat (le pauvre !), ca ne collerait pas avec le reste de la définition : "L'économie sociale ou économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de coopératives, mutuelles, associations, syndicats et fondations, fonctionnant sur des principes d'égalité des personnes (1 personne 1 voix), de solidarité entre membres et d'indépendance économique." : Il n'y a rien a voir avec une coopérative ou une mutuelle, et surtout, il n'y a plus d'indépendance economique.

    Bref, subventionner les librairies, perso je suis contre, mais ca me dérange pas plus que ca. Les classer dans l'economie solidaire, c'est juste un mensonge et ca c'est inacceptable.

    • [^] # Re: Pas super d'accord

      Posté par . Évalué à 3.

      Petit bémol sur :

      Pour qu'un libraire donne le goùt de la lecture à des gens, ils faut que ces gens entrent chez le libraire.

      Il peut aussi aider l'entourage a bien choisir le cadeau qui donnera le goût de la lecture.
      Même si je crois me souvenir qu'il y a une stats du genre "un bouquin est le cadeau qu'on aime le plus faire et le moins recevoir (à l'inverse de l'argent)"

      • [^] # Re: Pas super d'accord

        Posté par . Évalué à 0.

        Il peut aussi aider l'entourage a bien choisir le cadeau qui donnera le goût de la lecture.

        Bien vu !

      • [^] # Re: Pas super d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        un bouquin est le cadeau qu'on aime le plus faire et le moins recevoir (à l'inverse de l'argent)

        Arf ! Je suis vraiment pas comme tout le monde. J'offre plein de bouquins, je préfère quand c'est des bouquins qu'on m'offre plutôt qu'autre chose. Le plus dur, c'est quand j'ai un bouquin que j'adore, que j'ai envie de l'offrir, et que du coup je sois obligé de me le racheter jusqu'à la prochaine fois où je vais l'offrir (oui, c'est vrai, je pourrais en avoir un d'avance).

        It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

    • [^] # Re: Pas super d'accord

      Posté par . Évalué à 10.

      Désolé, mais le libraire, il relève bien du secteur privé commercial. Et meme dans le cas où il serait subventionné par l'etat (le pauvre !), […] Bref, subventionner les librairies, perso je suis contre, mais ca me dérange pas plus que ca.

      Ça tombe bien que ça ne te dérange pas plus que ça, puisque les librairies ont déjà accès, et depuis belle lurette, à des dispositifs d'aides (subventions ou prêts à taux 0).

      Le point central est là :
      http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/libraire/aide_aux_librairies/

      C'est pas mirobolant, mais ça a permis pas mal de choses tout de même.

      Et je crois bien que le « secteur privé commercial », sous-entendu exclusivement privé et exclusivement commercial, n'a jamais été empêché d'accéder à un tout un tas d'aides, que ce soit pour la culture intellectuelle ou artistique, l'éducation, la sylviculture, la biochimie, le diamant, l'acier, le béton, l'or noir, l'espace, le petit ou le grand soin, l'informatique, les volaillers, les avions renifleurs, les bergers en haute montagne, la gastronomie et tout un tas d'autres choses plus ou moins grotesques, belles ou essentielles.
      Bien au contraire, le volume d'aide vers le privé ne cesse pas d'augmenter.

      Si toi aussi, entreprise lectrice, tu as besoin d'un dispositif comme un 'tit crédit d'impôt, une 'tite subv, un consultant gratos, une 'tite exonération de charges ou autre, tu peux chercher ici : http://www.semaphore.cci.fr/ tu trouveras très certainement ton bonheur !

      Pour un sextumvirat ! Zenitram, Tanguy Ortolo, Maclag, xaccrocheur, arnaudus et alenvers présidents !

  • # Infos complémentaires

    Posté par . Évalué à -1.

    citation les libraires indépendants sont incapables d'arriver à s'unir pour mettre en place leur propre plate-forme efficace. Je serais ravi que mes impôts servent à ça, à condition que ça soit bien fait bien sûr (ce qui n'est pas gagné !)

    Tu parles que c'est pas gagné ! Tes impôts ont déjà servi cette noble entreprise, menée avec ce french flair que le monde nous envie et qui s'illustre dans les retentissants succès du portail france.fr ou du "cloud à la française".
    http://www.contrepoints.org/2012/06/01/85311-1001libraires-ou-les-1001-facons-de-se-planter

    Pour apporter encore un peu plus d'eau à ton moulin : non seulement Amazon ne nuit pas aux libraires indépendants (en tout cas, les chiffres qui le prouverait n'existent pas), mais en les débarrassant de la concurrence des supermarchés de la culture, il aurait même tendance à leur faciliter la vie.
    http://www.slate.com/blogs/moneybox/2013/09/24/independent_bookstores_are_growing_in_the_amazon_age.html

    • [^] # Sites français

      Posté par . Évalué à 3.

      Il y a aussi de bons sites français de vente en ligne de ligne, comme Chapitre.com.

      La dernière fois, j’y ai notamment trouvé un ou deux livres qu’Amazon n’avait pas dans son propre stock (ils ne les proposaient que comme intermédiaire ; avec ce système, on se retrouve avec un frais de port pour chaque livre). Pas mieux pour la Fnac.
      Il y avait aussi Alapage qui était au moins mieux que la Fnac. Quand leur activité est passée sur Rue du Commerce, j’ai eu l’impression d’un moins bien, mais il faut peut-être leur laisser un peu de temps.

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Pôle emploi

    Posté par . Évalué à 4.

    Au hasard, nous sommes dans une crise extrêmement sévère et le service national chargé de la riposte à la crise, Pôle Emploi, effectue à peu près toutes les missions qui lui sont imparties de manière lamentable.

    Oui, mais là tu parles des missions affichées.
    Depuis au moins la fusion des Assedic et de l’ANPE en Pôle emploi, tout ce qu’en attendent les gouvernements de la droite décomplexée ou de la droite complexée (dite « Parti Socialiste ») qui se succèdent, c’est la radiation d’un maximum de chômeurs, et il mettent la pression dans ce sens. Non, parce que ça fait quand même chier l’élite de payer pour tous ces pauvres qui ne foutent rien.
    Même si en vrai, la plupart des gens de notre caste dominante ne payent pas beaucoup d’impôts grâce aux niches fiscales que leur ont préparées leurs amis.

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: Pôle emploi

      Posté par . Évalué à 3.

      Depuis au moins la fusion des Assedic et de l’ANPE en Pôle emploi, tout ce qu’en attendent les gouvernements de la droite décomplexée ou de la droite complexée (dite « Parti Socialiste ») qui se succèdent, c’est la radiation d’un maximum de chômeurs, et il mettent la pression dans ce sens.

      C'est une hypothèse qui se tient tout à fait.

      Mais depuis que je me suis fait radié fin juillet sans la moindre sommation (pas de courrier postal, pas de courrier électronique, pas de SMS, rien, c'est moi qui ait du appelé une semaine plus tard leur numéro à la con pour savoir ce qu'il s'était passé, et évidemment tout était soit-disant de ma faute), je me fierais plus à cette phrase de Napoléon : N'attribuez jamais à la malice ce qui s'explique très bien par l'incompétence.

      • [^] # Re: Pôle emploi

        Posté par . Évalué à 5.

        Mais depuis que je me suis fait radié fin juillet sans la moindre sommation

        Désolé.

        N'attribuez jamais à la malice ce qui s'explique très bien par l'incompétence.

        Oui, enfin une bonne organisation aide beaucoup :
        – prévoir tout un tas de procédures complexes pour le maintien des droits,
        – automatiser leur suppression (dans le cas où l’une des procédures en question n’aurait pas été suivie),
        – surcharger les personnels…

        Il ne faut pas sous-estimer l’impact de la volonté politique sur les services publics, dans le bon sens (quand VGE avait décidé que la majorité des foyers français devait être équipée du téléphone, ça s’était fait très vite, alors qu’auparavant ça patinait sérieusement) comme dans le mauvais, plus habituel de nos jours…

        Lorsqu’il était ministre, Éric Woerth a déclaré « Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. »
        À partir du moment où nos dirigeants estiment problématique que les services publics soient satisfaisants, il ne faut pas s’étonner qu’ils fassent en sorte qu’ils fonctionnent de plus en plus mal…

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Re: Pôle emploi

          Posté par . Évalué à 2.

          "qu’auparavant ça patinait sérieusement)"

          C'est une question de moyen. Les montants de l'époque ne semble pas énorme, mais on oublie l'inflation.

          J'ai bossé sur Pleïade, le satellite qui remplace Spot. En tenant compte de l'inflation, le premier spot (86)a couté 2.5G€, Pleïade 150M€.

          Le premier Spot a créé la filière d'observation de la terre en France.

          L'état vient de lancer 35 projets http://www.redressement-productif.gouv.fr/chefs-de-projet-des-34-plans-industriels mais avec combien de budget pour chaque secteur ?

          "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Pôle emploi

        Posté par . Évalué à 5.

        "radié"

        Comme quoi le taux de chomage ne sert à rien seul le taux d'emplois devrait être utilisé. Par exemple le taux d'emplois des 18-65 ans. Un plein temps compte pour 1.0, un mi-temps pour 0.5, une journée travaillé compte pour 1/31, etc… 100% serait un travail rémunérateur temps plein pour toutes les personnes de 18-65 ans.

        Il faut faut bien sur exclure toute formation non rémunéré et les retraités du comptage !

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Pôle emploi

          Posté par . Évalué à 5.

          Comme quoi le taux de chomage ne sert à rien seul le taux d'emplois devrait être utilisé.

          Le problème est surtout que le gouvernement ne communique que sur les chômeurs de catégorie A (pas d'emploi du tout). Ça fait l'impasse sur les chômeurs catégorie B et C (occupés à temps partiel, mais cherchant un emploi) et D et E (ne cherchant pas d'emplois), ainsi que les chomeurs non inscrits à pôle emploi (pas de catégorie vu que pas inscrit).

          Compter A+B+C+D+E (éventuellement en ajoutant une estimation des non-inscrits) permettrait se s'approcher sensiblement de ce que tu suggères.

          Après reste la question de la pertinence de compter ensemble des personnes cherchant un emploi et des personnes n'en cherchant pas (ça peut aller de découragement à année sabbatique en passant par femme au foyer, c'est assez dur de trouver un profil englobant tout ça).

          Le FN est un parti d'extrême droite

          • [^] # Re: Pôle emploi

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            en passant par femme au foyer

            Ou homme au foyer.

            Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # bénéf

    Posté par . Évalué à 10.

    Le pire, c'est qu'Amazon va en profiter pour augmenter leur marge. Puisque les frais d'envoi (qu'ils payent déjà eux, maintenant, ca sera le client)

    Ca tombe bien pour Amazon, ils ont beaucoup de difficulté à être rentable (marge opérationnelle faible)

    Quant à l'effet sur les librairies, ca sera quasi nul. Renonceriez-vous aux facilités d'amazon (acheter depuis son canapé, large choix…) pour 1 ou 2 € supplémentaire pour une commande ?

    Je ne crois pas que la majorité le fasse.

    • [^] # Re: bénéf

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ca tombe bien pour Amazon, ils ont beaucoup de difficulté à être rentable (marge opérationnelle faible)

      Amazon voit à moyen/long terme. Petit à petit, ils se rendent indispensables, après ils imposeront leurs prix aux éditeurs qui n'auront plus le choix.

      • [^] # Re: bénéf

        Posté par . Évalué à 2.

        amazon vise sur le dématérialisé (kindle) le principe même d'éditeur est remis en cause.

        D'ailleurs, amazon propose aux gens de s'autoéditer sur leur plateforme

        PS: le prix du livre est fixe en France et commun.

        PS2: Amazon est une société dangereuse pour le consommateur, pour les écrivains et le survie d'un milieu de l'édition. Bref, je boycotte.

    • [^] # Re: bénéf

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Quant à l'effet sur les librairies, ca sera quasi nul. Renonceriez-vous aux facilités d'amazon (acheter depuis son canapé, large choix…) pour 1 ou 2 € supplémentaire pour une commande ?

      Non.
      On assiste à la bataille des marchands de bougies qui plutôt uqe de faire une offre répondant au besoin vont pleurer auprès du législateur (et le pire est qu'ils les écoute, perso je ne comprend pas pourquoi le loyer que le magasin paye mais est "offert" au client n'est pas pris en compte comme l'est les frais de port pour Amazon… Va comprendre la logique)

      Quand on va pleurer auprès du législateur pour que le concurrent ait des bâtons dans les roues, c'est qu'on avoue qu'on est mauvais et devenu inutile.

      Et perso, je vais me faire un point d'honneur à ne jamais plus aller chez un libraire "physique", par principe de ne pas filer de tune à des gens qui vont pleurnicher auprès du législateur plutôt que de faire un effort à chercher à répondre à la demande client.
      Je sais que ça ne fera pas une masse suffisante qui réagit comme moi, mais petite pierre par petite pierre…

      • [^] # Re: bénéf

        Posté par . Évalué à 6.

        Quand on va pleurer auprès du législateur pour que le concurrent ait des bâtons dans les roues, c'est qu'on avoue qu'on est mauvais et devenu inutile.

        Ou alors c'est qu'on fait une démarche citoyenne de dénoncer une concurrence injuste car quasi-illégale.
        Amazon fait son beurre sur un service impeccable certes mais en se permettant de piétiner allègrement tout un tas de lois de certains pays où elle livre en utilisant un service juridique et financier de premier ordre, j'imagine.

        Et perso, je vais me faire un point d'honneur à continuer à aller chez un libraire "physique", par principe de filer de la tune à des gens qui participent à la vie dans ma société, y compris en allant pleurnicher auprès du législateur, tout en faisant un effort à chercher à répondre à la demande client.
        Je sais que ça ne fera pas une masse suffisante qui réagit comme moi, mais petite pierre par petite pierre…

        • [^] # Re: bénéf

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          en se permettant de piétiner allègrement tout un tas de lois de certains pays où elle livre en utilisant un service juridique et financier de premier ordre, j'imagine.

          Tu balances tout et son contraire en une phrase, bravo!
          Si la loi est piétinée, aucune service juridique ne peut se défendre face à un juge.
          Tu veux dire "si la loi est utilisée"?
          Ca me fait vachement penser aux gens qui font du libre mais qui se plaignent que les gens utilisent du libre suivant ce qui est autorisé et pas suivant ce que celui qui a codé "voulait".
          Bref, si la loi est piétinée, vu que les Etats dans lequel Amazo nest sont dans l'UE avec de bons système juridiques (oui, même en France), reste à faire un procés. encore faut il que la loi soit piétinée et non pas utilisée.

          Et perso, je vais me faire un point d'honneur à continuer à aller chez un libraire "physique", par principe de filer de la tune à des gens qui participent à la vie dans ma société, y compris en allant pleurnicher auprès du législateur,

          On va dire chacun ses principes, j'ai donné les miens, tu donnes les tiens. Après pleurnicher est peut-être un truc "bien", certes.

          tout en faisant un effort à chercher à répondre à la demande client.

          Ah… Mais alors, pourquoi ce besoin de pleurnicher? Incohérant.

          Je sais que ça ne fera pas une masse suffisante qui réagit comme moi, mais petite pierre par petite pierre…

          Pour le moment, vu les pleurs, il y a l'air d'avoir encore moins de monde que moi :).

          • [^] # Re: bénéf

            Posté par . Évalué à 5.

            Si la loi est piétinée, aucune service juridique ne peut se défendre face à un juge.
            […]
            Bref, si la loi est piétinée, vu que les Etats dans lequel Amazo nest sont dans l'UE avec de bons système juridiques (oui, même en France), reste à faire un procés. encore faut il que la loi soit piétinée et non pas utilisée.

            Ce qui est dénoncé ici, ce n'est pas de piétiner la lettre de la loi, mais l'esprit de la loi.

            S'installer dans un pays et s'abstraire de la législation (par "optimisation fiscale") est malhonnête et non éthique.

            C'est anti-concurrentiel : Les petits ne peuvent pas se payer l'arsenal juridique pour étudier en détail et combiner les sous articles des centaines d'articles qui t'intéressent dans chacun des 50 états les plus intéressants afin de ne pas payer ce que tu dois.

            C'est immoral : Tu profites d'un ensemble de consommateur qui ont élu des gens qui ont voté des lois qui définissent ce que tu dois payer. Et tu refuse de payer ça parce que des parasites ont un système bancaire opaque. (mieux vaut payer peu à des parasites que beaucoup à des gens légitimes bien sûr).

            Bref, ils ne piétinent tellement pas la loi, que tout le monde est pour les paradis fiscaux, personne ne s'en plait, on en parle jamais aux JT, dans les discours politiques ou avec les collègues au café.

            Le FN est un parti d'extrême droite

            • [^] # Re: bénéf

              Posté par . Évalué à 2.

              C'est surtout que lorsque la loi est change pour emmerder un des acteurs du marche ca devient un peu bizarre un peu comme le droit d'auteur qui augment aux USA de tel sorte a faire plaisir a picsou compagnie.

      • [^] # Re: bénéf

        Posté par . Évalué à 3.

        On assiste à la bataille des marchands de bougies qui plutôt uqe de faire une offre répondant au besoin vont pleurer auprès du législateur

        Restons ta comparaison hasardeuse de l'archaïque vendeur de bougie/libraire du coin qui est contre le progrès de l'ampoule électrique/amazon.

        Tout le monde s'éclaire à la bougie.

        Les marchands d'ampoule vont révolutionner nos vies.

        Par contre ils s'arrogent arbitrairement le droit d'allumer ou d'éteindre toute ampoule que tu as achetée chez lui à toute heure du jour ou de la nuit, ou simplement de la reprendre (contre remboursement) en te laissant t'éclairer… à la bougie.

        Dans ce contexte, je ne suis pas contre une loi qui favorise les vendeurs de bougie.

        Le FN est un parti d'extrême droite

        • [^] # Re: bénéf

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Tu confonds pour le plaisir : ici on parle de livres papiers, et amazon ne peut pas faire ce dont tu parles sur le livre papier.
          Les DRM, je connais merci, c'est une autre histoire qui n'a rien à voir avec le sujet (la FNAC en ayant aussi utilisé…)

          • [^] # Re: bénéf

            Posté par . Évalué à 4.

            Tu confonds pour le plaisir

            Non, je ne "confond" pas par plaisir, mais par nécessité.

            Si Amazon nuit à ma liberté je n'achète pas chez Amazon.

            Si je considère que Carrefour est mauvais pour la notre société, je ne vais pas chez carrefour. Même si Carrefour vend des produits Bio, commerce équitable, green washé, etc.

            Les DRM, je connais merci, c'est une autre histoire qui n'a rien à voir avec le sujet (la FNAC en ayant aussi utilisé…)

            La FNAC, je m'en contrefous, c'est pas mieux. Par contre les petits libraires ne risquent pas d'utiliser des DRM.

            Le FN est un parti d'extrême droite

            • [^] # Re: bénéf

              Posté par . Évalué à 2.

              Par contre les petits libraires ne risquent pas d'utiliser des DRM.

              Super, ben contre tu devrais être vents debout contre cette proposition de loi, et la future loi qui va en découler (cf la force de ses soutiens).

              Car elle est pire qu'inutile, elle fait croire qu'on va agir pour que cette richesse que constituent les petits libraires soit sauvegardé et s'épanouisse… alors qu'en fait bernique.

  • # Pole emploi

    Posté par . Évalué à 3.

    Au hasard, nous sommes dans une crise extrêmement sévère et le service national chargé de la riposte à la crise, Pôle Emploi, effectue à peu près toutes les missions qui lui sont imparties de manière lamentable.

    Où as tu vu que pole emploi était sensé être la riposte à la crise ?

    Pole emploi a deux roles :
    - Mettre en relation les chercheurs d'emplois avec les recruteurs (ex role de l'anpe). Certes ils le font très mal (je ne connais PERSONNE qui ait trouvé son boulot grace a pole emploi ou l'anpe), mais de toute facon, ca ne peut pas être une riposte à la crise : ils n'y peuvent rien s'il y a de moins en moins d'offres.
    - Recenser et indémniser les chomeurs (ex role de l'assedic). Il parait qu'ils le font mal (d'après les echos que j'ai eu de ceux de mes proches qui ont eu besoin de leurs services à un moment), mais je peux pas juger, j'ai jamais eu besoin d'eux.

    • [^] # Re: Pole emploi

      Posté par . Évalué à 2.

      Pourquoi je pense que Pôle Emploi a une grande responsabilité dans l'enlisement dans la crise

      Mettre en relation les chercheurs d'emplois avec les recruteurs (ex role de l'anpe). Certes ils le font très mal (je ne connais PERSONNE qui ait trouvé son boulot grace a pole emploi ou l'anpe), mais de toute facon, ca ne peut pas être une riposte à la crise : ils n'y peuvent rien s'il y a de moins en moins d'offres.

      Non, car un truc que les gens savent peu, c'est qu'il y a beaucoup d'offres d'emploi en temps de crise… mais à peu près autant de destruction d'emplois. (tout est à plus court terme quand tu as moins de visibilité)

      Emploi : Les emplois sont fréquemment détruits et créés. Des emplois sont détruits lorsqu'une entité diminue ses effectifs ; un emploi est créé lorsqu'une entité augmente ses effectifs. Par exemple, en France en 2005, on estime à 10 000 le nombre d'emplois créés et le nombre d'emplois détruits chaque jour (Source: ↑ Pierre Cahuc, André Zylberberg, Le Chômage, Fatalité ou nécessité ?, 2005, Flammarion, p. 17). La notion de création (ou de destruction) d'emplois est à distinguer de la création de postes.

      En plus, quand il y a moins d'offres, tu es d'accord qu'il est d'autant plus nécessaire que quelqu'un pôle emploi mettre le plus efficacement possible l'offre qui existe avec les gens qui ont les compétences ?

      Bon et bien moi j'ai été au chômage trois fois 4 mois en gros depuis janvier 2012. Mais dans un secteur (développement d'applications mobiles) où plein de gens n'arrivent pas à faire grandir leur petite boite parce qu'ils n'arrivent pas à trouver les gens comme moi qui ont les compétences dont ils ont besoin. Depuis janvier 2012, je n'ai eu via Pôle Emploi pas une offre qui correspondait un minimum à ce que je sais faire. Quand j'ai décidé (mieux vaut tard que jamais) de me passer d'eux (en contactant directement les entreprises via LinkedIn), j'en ai trouvé plein.

      Désolé, les gens qui ont conçu Pôle Emploi sont des gros nuls. Le système est tellement pourri que les salariés à la base qui ne demanderaient qu'à aider (il y en a) ne peuvent rien faire pour vous.

      Recenser et indémniser les chomeurs (ex role de l'assedic). Il parait qu'ils le font mal (d'après les echos que j'ai eu de ceux de mes proches qui ont eu besoin de leurs services à un moment), mais je peux pas juger, j'ai jamais eu besoin d'eux.

      Je te confirme qu'ils le font mal. Comme je le dis plus haut, "*je me suis fait radié fin juillet sans la moindre sommation (pas de courrier postal, pas de courrier électronique, pas de SMS, rien, c'est moi qui ait du appelé une semaine plus tard leur numéro à la con pour savoir ce qu'il s'était passé, et évidemment tout était soit-disant de ma faute),* C'était ma faute alors que si leur site était un minimum mieux foutu, j'aurais eu largement à temps l'information qui m'aurait invité de ne pas être payé, de m'énerver, d'apprendre que j'étais radier, de me faire chier à me résincrire, d'attendre qu'ils me payent ce qu'ils devaient me payer d'après la loi.

      • [^] # Re: Pole emploi

        Posté par . Évalué à 6.

        Ah mais on est d'accord, pole emploi fait mal son boulot, et ca serait bien pour tout le monde qu'ils le fassent mieux. Mais c'est pas eux qui vont créer de l'emploi non plus.

        Bon et bien moi j'ai été au chômage trois fois 4 mois en gros depuis janvier 2012. Mais dans un secteur (développement d'applications mobiles) où plein de gens n'arrivent pas à faire grandir leur petite boite parce qu'ils n'arrivent pas à trouver les gens comme moi qui ont les compétences dont ils ont besoin. Depuis janvier 2012, je n'ai eu via Pôle Emploi pas une offre qui correspondait un minimum à ce que je sais faire. Quand j'ai décidé (mieux vaut tard que jamais) de me passer d'eux (en contactant directement les entreprises via LinkedIn), j'en ai trouvé plein.

        Tu as apparement un profil qualifié et recherché. J'ai un ami qui est a peu près pareil, bah quand il est allé chez paul (emploi), ils lui ont dit direct : vous venez ici pour la partie assedic, mais pour trouver du boulot, adressez vous plutot a l'APEC ou publiez votre CV sur internet

        PS : mieux vaut tard que jamais, mais quand meme… Un an avant de se dire qu'on peut trouver du boulot par soi-meme sans attendre que ca tombe tout cuit via pole-emploi… t'as surtout voulu profiter de ton droit au chomage pour glander quelques mois au début, non ?

        • [^] # Re: Pole emploi

          Posté par . Évalué à 1.

          Non, ça aurait été mieux si j'avais glandé, mais c'était surtout que je ciblais mal ce que je voulais et en sus des problèmes de santé.

      • [^] # Re: Pôle emploi

        Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 10/10/13 à 00:37.

        Désolé, les gens qui ont conçu Pôle Emploi sont des gros nuls.

        Je te rappelle que Pôle Emploi a été restructuré sous un gouvernement qui n’aimait pas les chômeurs, sauf comme boucs émissaires.

        Le système est tellement pourri que les salariés à la base qui ne demanderaient qu'à aider (il y en a) ne peuvent rien faire pour vous.

        Moi, je pense que c’est une réussite par rapport aux buts poursuivis.
        Il reste malheureusement des péquins de base qui ne rentrent pas dans le moule et voudraient aider les chômeurs plutôt que de les faire chier, mais l’excellence de l’organisation fait qu’ils n’y arrivent pas.

        Bon, il faut se dire que ça aurait pu être plus grave, le gouvernement de l’époque aurait pu s’attaquer aussi au système de santé.
        Ah m… !

        Heureusement, tout rentrera dans l’ordre grâce à l’alternance.
        Ah m… !

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Dire aussi cruellement que possible la vérité sur la nullité structurelle de Pôle Emploi

          Posté par . Évalué à -1.

          Hello, tu es désabusé et je le comprends tout à fait.

          Mais à mon avis ça ne devrait pas nous empêcher de mettre une lumière autant cruelle que possible sur la nullité de la structure Pôle Emploi, même si dans un premier temps ça paraitra futile.

          En voici la raison :

          The most dangerous man, to any government, is the man who is able to think things out for himself, without regard to the prevailing superstitions and taboos. Almost invariably he comes to the conclusion that the government he lives under is dishonest, insane and intolerable, and so, if he is romantic, he tries to change it. And if he is not romantic personally, he is apt to spread discontent among those who are - Smart Set (December 1919) ― HL Mencken

          J'avais commencé un projet en ce sens, mais je suis passé à autre chose. Shame on me.

      • [^] # Re: Pole emploi

        Posté par . Évalué à 3.

        Quand j'ai décidé (mieux vaut tard que jamais) de me passer d'eux (en contactant directement les entreprises via LinkedIn), j'en ai trouvé plein.

        Désolé, les gens qui ont conçu Pôle Emploi sont des gros nuls. Le système est tellement pourri que les salariés à la base qui ne demanderaient qu'à aider (il y en a) ne peuvent rien faire pour vous.

        Un mec capable de pondre des tartines d'analyses de très très haute volée comme tu veux le faire a mis 3x4 mois de chomage pour comprendre que:

        • Aucune agence au monde ne peut comprendre les métiers et les besoins de tout les secteurs d'activité/métiers. Si tu veux des offres et des candidats pertinants, il faut se tourner des vers des gens qui comprennent ton domaine. Vouloir donner ce job de mise en relation à PE est forcément un échec. Même les SSII n'arrivent pas à comprendre 1/4 de leurs métiers, tu penses bien que si tu généralises à toutes les branches…
        • Les boites qui cherchent des gens qualifiés n'ont aucune raison rationelle de publier les annonces sur de tels supports. Beaucoup de trop de bruit par rapport à une campagne plus ciblée (même chose pour monster & co). Surtout que tu ne veux surement pas viser uniquement les chomeurs pour ton poste… Donc pourquoi utiliser PE pour trouver une offre ?
        • Tu es dans un secteur d'activité où si tu restes 15 jours au chomage involontairement, t'as vraiment un problème. Comment on peut être compétent et ne pas le savoir ?

        C'est long, très long…

        TL;DR: Pole Emploi est un non sens à la base. Ils devraient se limiter à coacher les gens qui ont besoin d'être guidé avec du simple bon sens. Le seul truc utile qu'ils auraient pu faire c'est te dire de te sortir les doigts en allant chercher les offres qui grouillent plutôt d'attendre gentilement que quelqu'un publie sur PE…

        • [^] # Re: Pole emploi

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Pour avoir connu des gens allant à PE, ils ne sont pas efficaces pour décrocher un job mais ils permettent d'accéder à des formations et des cours utiles pour accéder à un emploi (notamment bien rédiger un CV ou lettre de motivation, ce qui est rarement bien fait en fait)…

          Après c'est sûr, il ne faut pas patienter chez eux si tu veux une offre, surtout une offre un minimum intéressante. Mais les services proposés peuvent t'aider.

        • [^] # Re: Pole emploi

          Posté par . Évalué à 0.

          Un mec capable de pondre des tartines d'analyses de très très haute volée comme tu veux le faire a mis 3x4 mois de chomage pour comprendre [choses qu'un bébé de 3 mois aurait compris tout de suite]

          Je te remercie de m'asperger de ton mépris.

          Mais disons que si je suis peu intelligent, ce que je suis prêt à le reconnaître, je le suis quand même suffisamment pour m'apercevoir qu'il y a un problème énorme. En effet, je ne suis pas tout seul dans le grand bateau qui s'appelle la France, et au-delà, l'Europe voire le monde tant nos économies sont intriquées aujourd'hui. L'économie grecque ne pèse littéralement rien, mais suffisamment pour générer une crise de nerf permanente dans les économies de 500 000 000 de personnes. Faisant peur du coup à Obama et au parti communiste chinois. Puis donc au monde entier.

          Donc je ne réfléchis pas seulement par le petit bout de la lorgnette, c'est à dire sur mon petit cas individuel et qu'en faire pour le mieux.

          Bref, étant moins intelligent que toi, je préfère que ce soit toi qui réponde à la question suivante :

          Pôle Emploi est-il oui ou non une catastrophe collective ?

  • # Députés à côté de la plaque

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le vrai problème des petits libraires, ceux qui réalisent une vraie fonction de conseil, ce n'est pas les frais de ports, c'est que souvent les distributeurs ne font pas d'effort pour leur livrer les commandes dans des délais raisonnables. C'est ça que les députés devraient regarder, parce que ça crée une sérieuse distorsion de concurrence. Quant aux grands magasins qui vendent des livres, je ne vois pas où est le problème si ils sont remplacés par une activité qui correspond d'avantage aux besoins des gens.

  • # Répète après moi

    Posté par . Évalué à -9.

    Pour le meilleur (la sécurité sociale, moins cher que le système de santé américain mais bien plus efficace sur la plupart des critères objectifs)

    Ou encore "J'ai raison et tout ceux qui ne sont pas d'accord avec moi sont des imbéciles selon la plupart des critères objectifs".

    A crédit, avec l'argent des autres, forcement, ca ne peut être que "plus efficace selon la plupart des critères objectifs". Et malheur au premier qui s'arrêtera d'applaudir…

    • [^] # Re: Répète après moi

      Posté par . Évalué à 0.

      Je suis sans doute allé un peu vite, mais tu remarqueras que la comparaison des systèmes de santé n'était pas le sujet primordial de mon article.

      Pour expliciter, je pensais à des critères tels que :

      1. coût par habitant du système de santé. (y'a bien moyen de savoir combien tout cela coûte en additionant tous les trucs publics et tous les trucs privé non ?)
      2. pourcentage (pour-millage ?) de bébés qui meurent à la naissance ou dans les 6 mois.
      3. nombre de millions d'américains qui refusent de ce soigner versus nombre de français qui ne sont pas couverts ni par la sécu ni par la CMU (il en existe, ok, j'en connais. Mais comparons les chiffres s'il vous plait)
      4. pourcentage de gens qui ne sont pas assurés aux USA et en France (important car l'assurance ça ne marche bien que si tout le monde est obligé de s'assurer. Sinon un cercle vicieux inarrêtable s'enclenche)
      5. espérance de vie des populations, et en particulier pas des blancs chrétiens et riches, mais des minorités. Aux USA, native americans, latinos, black. Chez nous maghrébins et autres ressortissants d'ex pays colonisés.

      Sur ce genre de critères, mon educated guess selon une jolie expression américaine que je n'arrive pas à traduire était que le système de santé français était plus efficace. Nettement.

      D'ailleurs le fait que Obama, tout libéral qu'il soit sur le fond, prendre le risque énorme vu à quel point il se fait caricaturer de faire un pas timide mais important nez en moins en direction d'un système collectiviste est un indice intéressant en ce sens non ?

      Maintenant si tu peux me démontrer le contraire, je serais ravi de t'écouter.

      (oui, on pourrait dire que je renverserai la charge de la preuve si la comparaison des sytèmes de santé était un sujet central de mon article. mais ce n'est pas le cas. c'est toi qui veut aborder ce sujet là en particulier, ce qui est sans doute une bonne idée).

      • [^] # Re: Répète après moi

        Posté par . Évalué à 2.

        « L’efficacité du système de santé » ça veut rien dire dans l’absolu. On ne prend pas en charge de la même manière un cancéreux, un mec lambda qui fait un AVC, un SDF qui fait un coma éthylique, un vieux veuf qui se casse une hanche seul chez lui, ou la bobologie de tous les jours chez le médecin de famille. Un système de santé peut être extrêmement efficace sur un des axes d’analyse et merdique sur un autre (en france on est réputé pour être très bon sur les urgences avec un SAMU très bien organisé par exemple, par contre sur les actes chirurgicaux non urgents le tourisme médical c’est pas une légende urbaine, pour avoir plusieurs médecins roumains dans mon cercle de connaissances)

        C’est d’ailleurs selon moi le gros problème du débat politique français dans ce domaine, cette incapacité de voir le problème du système de santé comme un ensemble de sous-problèmes qui peuvent avoir des solutions totalement différentes.

        J’ajouterai par rapport à ton message que l’espérance de vie est un indicateur totalement merdique parce qu’il prend en compte un tas de facteur n’ayant aucun rapport avec le système de santé, par exemple le style de vie (sédentarité, malbouffe, stress…). L’incidence du diabète aux USA (dont les causes sont principalement environnementales/comportementales) baisse mécaniquement l’espérance de vie, ça signifie pas automatiquement que la prise en charge du diabète est merdique là-bas (j’en sais rien), juste que leur style de vie est bien plus favorable à l’apparition de cette maladie.

        • [^] # Re: Répète après moi

          Posté par . Évalué à 1.

          « L’efficacité du système de santé » ça veut rien dire dans l’absolu. On ne prend pas en charge de la même manière un cancéreux, un mec lambda qui fait un AVC, un SDF qui fait un coma éthylique, un vieux veuf qui se casse une hanche seul chez lui, ou la bobologie de tous les jours chez le médecin de famille.

          Ok, sur le principe on est d'accord, ma formulation initiale était très rapide, trop rapide

          Mais j'ai l'impression que toutes les précisions que j'ai essayé d'apporter dans mon commentaire précédent n'ont servis à rien. Ou alors il faut m'expliquer.

          • le coût total on a pas le droit de comparer ?
          • le fait que un peu ou beaucoup de bébés meurent à la naissance ou dans les 6 mois n'est pas quelque chose d'important ? on peut pas comparer ?
          • le pourcentage de gens qui ne se soignent pas, on peut pas comparer ?
          • le pourcentage de gens qui refusent de s'assurer, très important voir ici http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/05/20/angelina-jolie-et-la-fin-de-lassurance.html , on peut pas comparer ?
          • le fait qu'il y ait un écart d'espérance de vie dramatique ou non entre les couches favorisées on peut pas comparer ?

          C'est quand même bizarre que les tenant du capitalisme, dont le principal voir le seul argument pour légitimer le capitalisme est de mettre en avant son efficacité supposée, ces gens là disais-je (excepté Obama puisque bien que libéral il agit dans ce domaine) refusent de regarder en face un secteur dans lequel il dysfonctionne clairement, et comment dans ce cas il peut se réformer.

          • [^] # Re: Répète après moi

            Posté par . Évalué à 2.

            le coût total on a pas le droit de comparer ?

            Le coût seul sans regarder les prestations derrières on s’en fiche, et le problème c’est bien au final de comparer les prestations, une fois que tu es capable de comparer objectivement les prestations les coûts c'est un point d’optimisation, et comme on dit en informatique « optimisation prématurée est mère de tous les maux ».

            le fait que un peu ou beaucoup de bébés meurent à la naissance ou dans les 6 mois n'est pas quelque chose d'important ? on peut pas comparer ?

            Le taux de mortalité infantile est négligeable dans tous les pays développés, c’est aussi intéressant que de comparer le nombre de morts du paludisme entre la France et l’Allemagne.

            le pourcentage de gens qui ne se soignent pas, on peut pas comparer ?

            Qui ne soignent pas quoi et pourquoi ?

            Par exemple moi quand j’ai une angine je rentre chez moi et je dors pendant 18h. Je suis comptabilisé comment ? Est-ce mal dans un tel cas d’être comptabilisé non soigné ? Sachant que ce n’est absolument pas une question de coût, qu’est-ce qu’une telle information apporte de pertinent relativement au système de santé ?

            le pourcentage de gens qui refusent de s'assurer, très important voir ici http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/05/20/angelina-jolie-et-la-fin-de-lassurance.html , on peut pas comparer ?

            Tu peux comparer en profondeur les tenants et les aboutissants du système assurantiel entre deux pays, dans lequel la couverture sera un des nombreux paramètres (ne serait-ce que parce tu sembles confondre allègrement assurance et solidarité, au vu de ton précédent message). Tu ne peux pas donner deux chiffres bruts et dire « le plus haut est le meilleur ».

            Pour caricaturer, une assurance à 1€/mois qui couvre juste la bobologie (visite chez le médecine de famille, aspirine, prescritions) aura une couverture bien plus grande qu’une assurance à 200€ par mois qui couvre tous les actes médicaux, c’est pas pour autant que la première est nécessairement meilleure en tant qu’assusance.

            le fait qu'il y ait un écart d'espérance de vie dramatique ou non entre les couches favorisées on peut pas comparer ?

            C’est complètement inintéressant si tu ne contrôles pas les facteurs qui ne relèvent pas directement du système de santé (allez au pif : plus de criminalité dans les couches défavorisées, métiers plus dangereux, environnement plus dangereux avec par exemple des installations électriques/gaz vétustes, hygiène alimentaire différent… on pourrait continuer à l’infini). Je doute même fortement de la possibilité de TOUT contrôler sauf le système de santé.

            Si tu veux des chiffres plus intéressants ce serait :
            - comparaison du taux de survie à t+2ans après diagnostic d’un cancer du poumon (prise en charge d’une maladie lourde)
            - comparaison du taux de survie après un AVC (prise en charge d’une urgence vitale). À regarder en détail aussi : temps avant alerte, temps d’intervention des premiers secours, temps de prise en charge dans un hôpital. Se poser la question du « pourquoi » si c’est différent (si temps d’alerte différent par exemple, il y a peu de chance que ça vienne du système de santé en lui-même)
            - taux de dossiers de transplantations acceptés (où la on risque fort de voir une vraie inégalité vis-à-vis de la situation économique)

            Et non, je ne les ai pas.

            • [^] # Mortalité infantile : 5.90 vs 3.34 / 1000 en 2013 (source CIA)

              Posté par . Évalué à 0.

              écoute, apparemment on n'a pas du tout les mêmes critères, donc je retire tout à fait le mot "objectif"

              Voici donc ma vérité subjective sur un seul critère

              La mortalité infantile est une statistique calculée en faisant le rapport entre le nombre d'enfants morts avant l'âge d’un an2 sur le nombre total d’enfants nés vivants. Cette statistique est exprimée pour 1 000 naissances (‰). Elle sert essentiellement à juger de la qualité des soins obstétriques et pédiatriques d'un pays.

              La réduction du taux de mortalité infantile fait partie des Objectifs du millénaire pour le développement de l'Organisation des Nations unies3.

              ensuite, je file voir le World FactBook de la CIA (une source proto-communiste bien connue)

              https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2091rank.html

              Ok, donc ils ont fait ça à qui perd-gagne.
              Le numéro un est l'afghanistan et c'est en fait le perdant puisque c'est le délire et la boucherie totale. Oublions le. Ni la France ni les USA ne devraient se comparer au pire, mais au meilleur (Monaco, numéro 224).

              174 United States 5.90 deaths / 1000 2013 estimates
              (…)
              215 France 3.34 deaths / 1000 2013 estimates
              (…)
              224 Monaco

              Ben putain, multiplie (5.90 -3.34) / 1000 * nombre de naissances par an aux USA
              Prends en compte le fait que les USA dépense beaucoup beaucoup plus par tête que n'importe qui d'autre, français compris qui pourtant dépensent beaucoup
              Attends toi à avoir les inévitables pénibles qui vont te dire que il y a des disparités statistiques dans tout ça

              Il n'en reste pas moins que ceci est un incroyable gâchis, l'argent, qui coule à flot je le répête, mais qui ne va pas là où il faut absolument qu'il aille pour éviter une véritable tragédie humaine qui se répête jour après jour aux USA

              • [^] # Re: Mortalité infantile : 5.90 vs 3.34 / 1000 en 2013 (source CIA)

                Posté par . Évalué à 5.

                http://xkcd.com/1252/

                Dans les pays développés, le nombre de morts infantiles c’est du même ordre de grandeur que le nombre de morts causés par la grippe. Je n’entend personne parler de « véritable tragédie humaine » pour la grippe, étrangement.

                La mortalité infantile est un problème de pays en voie de développement, ça se voit très bien dans ton document. Dans les pays développés, le problème est pour ainsi dire résolu. Ça ne signifie pas bien entendu disparu (faire disparaître une maladie c’est très compliqué, même la tuberculose n’a pas été éradiquée malgré l’obligation de vaccination pendant un demi-siècle, le seul vrai succès dont on puisse parler c’est la rage), mais que c'est largement maîtrisé. Tout comme la grippe.

                Ça c’était pour la forme. Le fond maintenant.

                Le système de santé d’un pays entre en jeu dans des situations aussi variées qu’un AVC dans la rue, un cancéreux, un vieux qui a une fracture de la chance, les traumatismes suite à un accident de voiture, la grippe qui touche des millions de personnes chaque hiver, l’accouchement, une opération de la cornée, une transplation d’organe, un poignet cassé pendant un accident du travail…

                Même à supposer (supposition osée) que la mortalité infantile ne dépendait que de l’efficacité du sytème de santé, ce n’est représentatif de rien d’autre que ce cas particulier. Un système efficace pour prévenir la mortalité infantile n’est pas forcément efficace pour assurer l’égalité devant le besoin de transplantation, ou pour intervenir rapidement sur une urgence vitale suite à un accident de la route. Même à supposer que ces chiffres signifient que les USA sont à la ramasse au niveau de la gestion des risques de mortalité infantile (ce qui reste à prouver), ça ne signifie pas qu’ils sont également nuls dans tous les autres domaines. C’est une chose que tu ne peux vérifier que domaine par domaine.

                Tu compares d’un côté le coût total du système de santé (en incluant donc les blocs opératoires, l’ophtalmologie, les prothèses dentaires, la bobologie, la gestion des stocks de vaccins pour la grippe saisonnière, le suivi d’un cancer, le fonctionnement des urgences médicales type SAMU… liste très loin d’être exhaustive) en regard d’un service (pédiatrie et accouchement) qui est une partie ultra-minoritaire du système total. Si ce n’est pas de la mauvaise foi, je ne sais pas ce que c’est.

                Quant à ces chiffres, parlons-en. Les USA savent très bien qu’ils sont très mal classés à niveau, il est impossible qu’ils ne se soient pas posé la question de « pourquoi ». On a des réponses assez intéressantes ici ou ici. Ce qu’il en ressort rapidement, c’est que le grand nombre de mortalité infantile aux USA est majoritairement explicable par un nombre bien plus élevé de naissances prématurées. Ce taux élevé est lui-même lié à un nombre plus important de grossesses précoces (facteur de risque important). Et pour ce dernier point, doit-on rappeler le tabou de l'avortement là bas ?

                Note bien, je cherche pas à particulièrement à défendre un système ou l’autre, j’invite simplememnt à la prudence dans les analyses, la médecine d’un pays entier est loin d’être résumable en deux chiffres clés et une analyse au doigt mouillé.

                • [^] # Martin Luther King + Orwell (Was: Mortalité infantile : 5.90 vs 3.34 / 1000 en 2013 (source CIA))

                  Posté par . Évalué à -1.

                  Ecoute, je trouve notre discussion très étonnante (donc intéressante) parce que à la fois tu apportes pas mal de faits importants… et en même temps, non, je les trouve décidément à côté de la plaque.

                  En général, j'ai l'impression que quand je disais "efficacité", tu as vu par là que je dénigrais la compétence des techniciens. Euh ben non, pas forcément. Je voyais le résultat global et étais prêt à ce qu'on m'éclaire sur les causes fondamentales. En progressant dans la discussion, il semble que ce soit surtout une question de valeurs. Ok, et ben dans ce cas c'est le système de valeurs ou plutôt l'interprétation qu'en ont actuellement une part des états-uniens qui est en cause. Donc oui, je persiste à dire que le système d'américain marche sur la tête et est à revoir, mais cela ne nécessitera pas avant tout de former encore plus de techniciens compétents, mais aussi une bataille idéologique.

                  Dans les pays développés, le nombre de morts infantiles c’est du même ordre de grandeur que le nombre de morts causés par la grippe. Je n’entend personne parler de « véritable tragédie humaine » pour la grippe, étrangement.

                  Ecoute, ce critère des maladies infantiles fait quand même partie des peu nombreux mais ultra prioritaires objectifs du millénaire de l'ONU. Certes l'ONU n'ayant malheureusement pas 5% du pouvoir qu'elle devrait avoir, elle ne peut pas faire grand chose pour contribuer à que cet objectif soit atteint une fois qu'elle l'a posé. Certes elle l'a posé surtout pour les pays du "tiers monde".

                  Mais est-ce un objectif seulement pour le tiers monde ? Je n'arrive pas à admettre ça. Par exemple, Cuba c'est le tiers monde, c'est un ennemi favori des USA et ils sont derrière les USA à ce jeu de qui perd gagne. Il faut s'appuyer sur la fierté des états-uniens pour leur faire comprendre que si Cuba massacre moins sa jeunesse que, c'est qu'il y a beaucoup de choses à revoir.

                  Plus de morts par la grippe que à la naissance et dans la première année ? Maintenant que tu me le dis, j'en suis parfaitement convaincu. Mais mon intuition c'est que la victime typique de la grippe, c'est un vieillard qui a bien vécu, dont les proches s'étaient un peu préparé à la disparation possible, et qui disparait quelques mois voire deux ou trois ans avant son terme naturel. C'est important ok.

                  Mais je suis désolé, il m'est impossible de mettre ça sur le même plan que la détresse d'une famille et surtout d'une femme qui a eséré, porté un enfant pendant 9 mois, avait fait le travail de se réinventer en tant que mère, et qui soit à la naissance soit dans la première année voit que son enfant lui est volé ! Je suis une peut-être une anomalie statistique, mais je connais pas mal de femmes comme ça qui ont du avoir un deuil extrêmement douloureux et qui aurait pu être évité !

                  Je les ai vu, moi, ces femmes qui ne lisaient jamais de livres, se mettre pourtant à lire ce genre de livres tellement la peine était profonde : Surmonter la mort de l'enfant attendu : Dialogue autour du deuil périnatal  ; Elisabeth Martineau et Bernard Martino

                  Même à supposer que ces chiffres signifient que les USA sont à la ramasse au niveau de la gestion des risques de mortalité infantile (ce qui reste à prouver), ça ne signifie pas qu’ils sont également nuls dans tous les autres domaines

                  Les prolégomènes précédents posés, il m'est facile de répondre à ton objection qu'effectivement il y a plein plein de critères et de choses à faire (y compris évidemment en France).

                  Mais tout de même… First Things First donc comme disait avec bonheur un écrivain américain. On doit s'acharner en priorité à empêcher le massacre des bébés et la détresse des mères.

                  Tu compares d’un côté le coût total du système de santé (…) [de l'autre côté] une partie ultra-minoritaire du système total. Si ce n’est pas de la mauvaise foi, je ne sais pas ce que c’est.

                  Idem que dans le paragraphe précédent, ce n'est pas de la mauvaise foi, c'est une question de savoir quelles sont les vrais priorités !

                  Cuba fait mieux que les Etats-Unis sur ce critère là essentiel (et sans doute sur d'autres). Donc oui, le système de santé américain doit être remis sur les pattes.

                  Quant à ces chiffres, parlons-en. Les USA savent très bien qu’ils sont très mal classés à niveau, il est impossible qu’ils ne se soient pas posé la question de « pourquoi ». On a des réponses assez intéressantes ici ou ici. Ce qu’il en ressort rapidement, c’est que le grand nombre de mortalité infantile aux USA est majoritairement explicable par un nombre bien plus élevé de naissances prématurées. Ce taux élevé est lui-même lié à un nombre plus important de grossesses précoces (facteur de risque important). Et pour ce dernier point, doit-on rappeler le tabou de l'avortement là bas ?

                  Et bien merci pour cela, car maintenant je crois qu'on a bien avancé sur le diagnostic et donc qu'on sait agir. Donc en gros, tu me dis si je me trompe, les raisons principales (sur lesquelles on peut agir avec le plus d'efficacité donc) du massacre des enfants et de la détresse des mères sont :

                  • premièrement il y a un tabou américain sur l'éducation sexuelle : on ne dit pas aux enfants qu'il est trop tôt pour eux d'avoir des enfants
                  • deuxièmement, une fois que le mal de l'absence d'éducation sexuelle est fait, il y a le tabou américain de l'avortement qui font que les adolescentes qu'on n'a pas éduquées, soient voient leur enfant mourir, soient meurent elles-mêmes

                  Tout ceci donc n'est plus une affaire de techniciens.

                  Car tout cela revient au fait que les partisans du "droit à la vie" en réalité

                  • empêchent leurs adolescentes de ne pas tomber enceinte en prenant la pillule
                  • font mourir leurs filles et leurs futurs petits enfants
                  • en sus, généralement des partisans farouches de la peine de mort, donc immanquablement des assassins d'innocents

                  Arrivés à cette conclusion donc, ce dont on a besoin pour prendre le relais des techniciens et traiter ce problème gravissime c'est

                  • d'un nouveau Martin Luther King, version féministe, parce qu'il faut s'appuyer sur ce qu'il y a de plus noble dans la mentalité américaine pour y changer ce qu'il y a de pire dans la mentalité américaine.
                  • d'un nouveau Orwell qui énoncerait brutalement que "Le droit à la vie, c'est la mort !"
                  • [^] # Re: Martin Luther King + Orwell

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Je crois qu’on est globalement d’accord au final, sauf sur le fait d’appeler ça « système de santé », les questions d’avortement et d’éducation sexuelle se placent dans un débat bien plus large de droit, moralité, politique et religion, ce n’est pas le rôle du médecin de dire « avorter n’est pas immoral », son rôle c’est de dire « vous êtes dans une catégorie de population à fort risque, et vous avez toujours la possibilité d’avorter » ; et l’éducation sexuelle, c’est pas les hôpitaux, mais l’école et la famille.

                    • [^] # Re: Martin Luther King + Orwell

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Oui, ta remarque qu'il faudrait un mot plus précis est juste - ou en fait un mot plus vaste parce que effectivement cela inclut (et j'y pensais dès le début même si ce n'était pas clair) les habitudes et croyances qui contribuent puissemment à ce que la population est ou non dans un état de santé plus ou moins bon.

                      Tiens par exemple, ne cassons pas du sucre que sur les américains. En France la croyance collective est qu'un très bon médecin, c'est celui qui a réussi à guérir un maladie très compliqué. Celui qui qui a réussi une greffe qu'on pensait impossible est l'archétype du bon médecin.
                      Mais en Asie, que je connais très peu certes, il me semble qu'un généraliste dont les patients tombent nettement moins malade que les autres est le meilleur médecin qui existe. Sur le coup, c'est la croyance française qui me semble à revoir entièrement. Quelqu'un comme Christophe André qui part sa pratique de petit artisan de psychologie, ses articles, ses livres magnifiques contribue à améliorer par le bas mais puissemment le bien-être psychologique général de la population française (qui en a bien besoin) devrait être beaucoup plus souvent présenté comme un exemple à suivre.

                      Ceci dit, pour le mot lui-même (pas le plus fondamental), je n'ai pas trouvé sur internet. Système de santé sur Wikipédia par exemple nous recommande d'élargir le concept au lieu de trouver le mot qui va faire qu'on se comprend enfin.

  • # la FNAC un belle entreprise bien francaise

    Posté par . Évalué à 3.

    qui a compris le service a la francaise, c'est a dire j'emmerde mes clients pour les faire fuir de chez moi.

    La derniere fois que je suis alle a la FNAC, on m'a refuse l'entree parceque j'avais un cadie (vide). Le magasin en question se trouve dans une galerie marchande avec un gros supermarche donc je soupconne que je suis tres loin d'etre le seul a m'etre fait refuser l'entree.
    Je voulais juste acheter 3 BDs pour un anniversaire. Consequence je ne remettrai pas les pieds dans cette chaine. Je sais tres bien que je ne suis rien mais bon les petits rien et la pub que les petits riens font ne doivent surement pas aider le chiffre d'affaire.

    De tout de facon la FNAC, comme les editeurs francais, sont encore au 20eme siecle. Ils ont rate et rate encore toujours le virage du numerique.

  • # Amazon fera un peu comme free

    Posté par . Évalué à 2.

    Et mettra des frais de port à 1 centime.

    Sinon, pour connaître un petit revendeur (il y passe ses soirées & week-ends et n'en vit pas encore) de bouquins d'occasion sur des sites de vente en ligne (amazon, mais pas seulement loin de là), l'offre de base sur les frais de livraison, hors de toute négociation, par la poste est 50% de rabais sur le prix public (vendu dans une poste).

    Il y a certainement encore largement de quoi gratter quand on a les volumes d'amazon.

    • [^] # Re: Amazon fera un peu comme free

      Posté par . Évalué à 4.

      Et mettra des frais de port à 1 centime.

      Non, ils devront vendre les livres plus chers dans tous les cas. Le contenu de la loi a été très mal expliqué par les médias (je passe les mensonges balancée par les tenants de cette loi), la modification de la loi Lang ne fait pourtant que 2 lignes. Mais bon les journalistes étant spécialistes du copié-collé de dépêche AFP…

      L'idée initiale était : Soit la réduction de 5% soit les frais de port gratuit. Il faut choisir.
      L'assemblée nationale a durci le texte. Au final, les e-commerçants (le texte parle de vente avec livraison par un service postal ou assimilé mais on sait qui est visé) pourront appliquer une réduction de 5% sur les frais de port facturés uniquement (rien n'empêche de facturer 0, cela dit).

      Bilan, pour un livre à 20 € prix éditeur, un libraire physique peut le vendre 19 € mais les e-commerçants ne peuvent pas le vendre en dessous de 20 €. Ils peuvent juste offrir 1 € sur les frais de port (s'ils en facturent). La loi oblige donc Amazon à vendre plus cher ses livres, et donc à augmenter ses marges (puisqu'ils ne vont pas reverser cet € supplémentaire à qui que ce soit). Chapeau, Aurélie, tu obliges Amazon à faire plus de bénef… Ce n'était pas une loi anti-Amazon à la base ?

      Et les libraires, à côté de ça vont continuer de crever. Comme le montrent bien les articles d'Olivier Berruyer, ce n'est pas la vente en ligne qui fait du tort aux libraires.

      • Une grande part des titres vendus en ligne sont des titres de fond de catalogue (faible tirage, titre anciens et/ou en voie d'épuisement). Ces titres se vendent peu et aucun libraire ne peut les garder en magasin. Par contre, Amazon peut se permettre d'en avoir quelques exemplaires dans ses entrepôts au cas où pour ceux que ça intéresse. Et ça marche.

      • Les gens qui achètent en ligne n'habitent pas forcément en centre ville à proximité d'un librairie ou ont des horaires qui ne collent pas avec ceux des libraires. Du coup ils achètent peinard de chez eux. Même en augmentant les prix, ils ne vont pas prendre les transport (cohue, long trajet)/la voiture (essence, parking), le tout au pas de course pour arriver à temps avant la fermeture d'une librairie et avoir l'immense privilège de toucher le précieux des mains d'un gentil libraire (qui au passage a fait du bon gros lobbying pour pourrir la vie de notre lecteur et arriver à ce résultat). Non, il ruminera et achètera encore sur Amazon.

      Non, la concurrence des libraires ce sont les grandes surfaces spécialisée (FNAC, Cultura) (large choix, implantation stratégique) et les grandes surfaces généralistes (supermarchés) pour les best sellers (on fait ses courses et on met dans le caddie le dernier bouquin dont tout le monde parle). Dans tous les cas, c'est mort pour les libraires.

      • [^] # Ce qui plombe vraiment les libraires, et pourquoi ils ont une carte à jouer

        Posté par . Évalué à 3.

        Et les libraires, à côté de ça vont continuer de crever. Comme le montrent bien les articles d'Olivier Berruyer, ce n'est pas la vente en ligne qui fait du tort aux libraires.

        1. Une grande part des titres vendus en ligne sont des titres de fond de catalogue (faible tirage, titre anciens et/ou en voie d'épuisement). Ces titres se vendent peu et aucun libraire ne peut les garder en magasin. Par contre, Amazon peut se permettre d'en avoir quelques exemplaires dans ses entrepôts au cas où pour ceux que ça intéresse. Et ça marche.
        2. Les gens qui achètent en ligne n'habitent pas forcément en centre ville à proximité d'un librairie ou ont des horaires qui ne collent pas avec ceux des libraires. Du coup ils achètent peinard de chez eux. Même en augmentant les prix, ils ne vont pas prendre les transport (cohue, long trajet)/la voiture (essence, parking), le tout au pas de course pour arriver à temps avant la fermeture d'une librairie et avoir l'immense privilège de toucher le précieux des mains d'un gentil libraire (qui au passage a fait du bon gros lobbying pour pourrir la vie de notre lecteur et arriver à ce résultat). Non, il ruminera et achètera encore sur Amazon.

        Non, la concurrence des libraires ce sont les grandes surfaces spécialisée (FNAC, Cultura) (large choix, implantation stratégique) et les grandes surfaces généralistes (supermarchés) pour les best sellers (on fait ses courses et on met dans le caddie le dernier bouquin dont tout le monde parle).

        Merci à Olivier Berruyer pour ses articles et à toi pour le résumé, vous mettez des arguments sur mes intuitions.

        Le vrai concurrent des petits libraires que la loi française prétend préserver, ce n'est pas la boite américaine que la loi frnaçaise vise à brider sans le dire (et en vain), c'est les boites françaises que la loi vise à favoriser sans le dire (et sans doute en vain).

        Peut-on faire plus bête ?

        Dans tous les cas, c'est mort pour les libraires.

        Pas d'accord là-dessus, on peut faire beaucoup de choses pour que les petites librairies cessent de dépérir, voire se développent.

        Je rejoins sur ce point Seb Musset qui lui est pour l'instant très favorable à la loi :
        http://sebmusset.blogspot.fr/2013/10/lamazon-anti-loi.html

        Le métier [de petit libraire] est en danger et s'adapte. Il y a une carte à jouer en proposant au client tout ce qu’Amazon n'offrira jamais : du conseil, de la relation humaine, une sélection avec un point de vue, des spécialisations, des rencontres avec les auteurs et la commande par internet aussi. Après tout, les libraires ont accès à un catalogue aussi varié : à vous de demander

        Mais évidemment rien ne se fera avec cette loi-ci, ce qui peut se faire le sera malgré cette loi.

        Il faudra bien plus de créativité que le petit milieu endogène de l'élite française seul peut en développer.

      • [^] # Re: Amazon fera un peu comme free

        Posté par . Évalué à 2.

        Au final, les e-commerçants (…) pourront appliquer une réduction de 5% sur les frais de port facturés uniquement
        Hé bien, je n'avais pas remarqué. Félicitations à tous ceux qui ont voté ce texte, en effet.
        Reste plus qu'à vérifier la compatibilité du texte avec le droit européen, voire la constitution. Il y a une inégalité flagrante entre les commerçants, du coup.

        Sinon, il y a toujours des vendeurs basés au Royaume-Uni, qui vendent sur amazon avec des frais de port vers la France (faibles, mais non nuls, et d'un ordre de grandeur cohérent avec des volumes importants). Ces vendeurs ne sont pas soumis à la loi sur le prix unique du livre vendu en France (vu qu'ils vendent depuis l'étranger), ça peut revenir largement moins cher au final.

  • # Amazon, c'est le Mal

    Posté par . Évalué à 4.

    Dans le Diplo de novembre, il y a un article édifiant sur Amazon. L'article n'est pas disponible gratuitement, juste un extrait.

    Je ne vais pas paraphraser, ceux que ça intéresse sauront se le procurer (et soutenir la presse indépendante) mais, en une phrase, Amazon est un employeur voyou (désolé pour la mise en demeure à venir…).

    Emplois sous-payés (inférieurs au minima légaux), conditions indignes, harcèlement syndical, évasion fiscale (malgré de grasses subventions à l'installation).

    Le consommateur regarde le délai de livraison et le prix. Le citoyen et le salarié essaient de voir plus large.

    • [^] # Re: Amazon, c'est le Mal

      Posté par . Évalué à 2.

      Ah, on me dit dans mon oreillette que je me suis fait une fausse idée d'Amazon, qui œuvre pour la liberté en donnant des sous à Amnesty International…

      C'est Qt qui le dit :

      Buying these Books from Amazon.com

      These books are made available in association with Amazon.com, our favorite online bookstore. Here is more information about Amazon.com's shipping options and its customer service. When you buy a book by following one of these links, Amazon.com gives about 15% of the purchase price to Amnesty International.

  • # Libraires indépendants et vente en ligne

    Posté par . Évalué à 2.

    Des libraires indépendants qui se regroupent pour créer une plate-forme de vente en ligne, ça serait pas le but de leslibraires (sous l'impulsion de Dialogues à Brest) ? et en passant par les sites de dialogues, ils font aussi disquaires…

    Après, je ne sais pas pourquoi ils ne font aucune pub (pas de liens sponsorisés, de partenariats au minimum), pourquoi non plus ils n'impliquent pas plus les employés pour ajouter des commentaires et autres coups de cœur, hashtagger les livres, avoir un système de notation et de recommandation qui mette en avant le fait qu'ils sont des libraires et qu'ils ont une valeur ajoutée à apporter ?

    Peut-être parce que le site a été si bien pensé qu'il est aussi attractif et pratique qu'une paire de Crocs sans semelles…

    Malgré tout, si j'ai besoin d'acheter en ligne, je l'utilise quand c'est possible. Militantisme sans efforts…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.