Discourse, plate-forme de discussion atypique

36
20
jan.
2016
Internet

Jeff Atwood, connu entre autres pour Stack Overflow, a annoncé la sortie de la plateforme de discussion Discourse en version 1.0 le 26 août 2014 et en version 1.4 le 22 septembre 2015. La devise du projet est « Civilized Discussion. On the Internet. », soit « Discussion civilisée. Sur Internet. ».

discourse

En résumé, Discourse fonctionne à la fois comme une liste de diffusion, un forum de discussion et un salon de discussion… Il est développé en Ruby on Rails, avec Ember.js, basé sur du PostgreSQL et du Redis. Il est distribué sous la licence GNU GPL v2.

Journal The Ping Pong Theory of Tech World Sexism

3
3
juil.
2014

Moules, moules,

Je partage cette bande dessinée d'Ariel Schrag qui illustre avec force et en bande dessinée le phénomène du sexisme qu'on observe comme ailleurs dans ce monde d'hommes qu'est la high tech, avec pas mal de déni, là aussi comme ailleurs.

Voici une case pour vous donner envie d'aller lire le reste

Le reste est ici
https://medium.com/matter/the-ping-pong-theory-of-tech-world-sexism-c2053c10c06c

Je pense qu'on est tous plus ou moins pris dans le phénomène que décrit la bande dessinnée. En tous cas, je ne (...)

Journal Chaque fois qu'un raccourcisseur d'URLs est utilisé, Dieu tue un châton

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
4
27
mai
2014

Bonjour, un journal bookmark pour signaler un article qui aligne eux-trois vérités essentielles sur ces "racourcisseurs d'URLs" qui sont pénibles pour vos utilisateurs et détruisent le Web

Your Link Shorteners Harm Your Readers and Destroy The Web - Frederic de Villamil (url source)

Préoccupés par ce qu'on ne peut pas vous dire ? Nous aussi (Google Transparency Report)

Posté par . Édité par ZeroHeure, Benoît Sibaud, Nils Ratusznik, Nÿco, Xavier Claude et NeoX. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
28
17
nov.
2013
Justice

Nous sommes tous américains ! s'exclamait à deux reprises le 13 septembre 2001 Jean-Marie Colombani dans un éditorial du Monde dont il était alors le directeur.

En relisant l'éditorial d'alors on aura du mal à crier au génie visionnaire, mais la phrase elle-même est passée à la postériorité.

Mais l'évolution ne s'est faite que dans un sens comme le démontre l'Affaire Snowden :

  • d'un côté, oui, les citoyens du monde entier subissent les effets des lois américaines les plus scélérates. La prise de conscience est particulièrement forte en Allemagne, un pays qui s'est reconstruit sous la protection des Etats-Unis de l'après guerre, alors que l'autre moitié des allemands était soumis à la surveillance dictatoriale de la Stasi. Confer l'article de Guillaume Duval, fin connaisseur de l'Allemagne ;
  • mais dans le même temps l'évolution annoncée ou souhaitée par Jean-Marie Colombani n'a pas eu lieu : les citoyens du monde entier dont les données sont stockés dans des data centers situés aux États-Unis (c'est-à-dire tout le monde) n'ont hélas pas voix au chapitre pour faire changer des lois qui pourtant les concernent. [NdM : les data centers n'ont pas besoin d'être physiquement aux États-Unis pour que leurs données soient accessibles à la NSA et autres grandes oreilles. Google en a hors États-Unis par exemple, et ça ne change rien.]

Est-ce la CNIL (pour la France, ou le G29 pour l'Union Européenne) qui va résoudre ce problème considérable ? Il est permis d'en douter.

Une autre stratégie consiste à faire la pleine lumière sur une loi et les pratiques qu'elle légalise et les soumettre à l'effet Dracula pour voir combien de temps elles résistent à la lumière.

Dans ce cadre le Transparency Report de Google contient une image étonnante :

Concerned that we can't tell you ? So we are (Google Transparency Report)

Profitons-en pour rappeler que le framablog a traduit pour vous un miniguide intitulé "Le chiffrement, maintenant".

Journal Droite et gauche unies pour défendre la FNAC face à Amazon

52
9
oct.
2013

J'expliquais récemment à ma campagne étrangère que le capitalisme français était un peu particulier. Pour le meilleur (la sécurité sociale, moins cher que le système de santé américain mais bien plus efficace sur la plupart des critères objectifs) mais aussi pour le pire. Et parmi les trucs du "pire", il y a le fait que l'élite française, aussi bien politique qu'administrative qu'économique vient du même milieu extrêmement étroit

J'avais parié avec elle notamment que ces gens là feraient payer un (...)