Journal La seule chose que Microsoft doit faire - mais ne fera - pour gagner la confiance open-source

Posté par . Licence CC by-sa
30
18
mar.
2016

Steven J. Vaughan-Nichols a écrit un article sur ZDNet intitulé « La seule chose que Microsoft doit faire - mais ne fera - pour gagner la confiance open-source ».

L'article a été relayé par Slashdot, sous le nom de Microsoft fait des efforts pour jouer le jeu de l'open source, mais c'est un éléphant dans une boutique de porcelaine disant que Microsoft a annoncé SQL Server sous Linux ; intégré Eclipse et Visual Studio, lancé une pile de réseau open-source sur Debian Linux; et ajouté Ubuntu Linux à son offre Azure, mais que cela ne suffit pas. Il y a une chose que Microsoft pourrait faire pour gagner vraiment la confiance de l'open-source : c'est d'arrêter de forcer les entreprises à payer pour ses brevets Android bidons. Mais, il y a trop d'argent en jeu pour que cela arrive un jour. Par exemple, pour son dernier trimestre, le volume des licences et des brevets, a représenté environ 9 % du total des revenus de Microsoft.

Voici une traduction libre de quelques passages de l'article de Steven J. Vaughan-Nichols :

Grâce à la Chine, nous connaissons quels sont les 310 brevets que Microsoft utilise contre Android . Selon M-Cam, une institution financière mondiale qui conseille les entreprises et les investisseurs sur le financement des entreprises et la répartition de l'actif en souscrivant la propriété intellectuelle (IP) et des actifs incorporels (IA), la plupart des brevets Android de Microsoft couvrent des idées qui font « déjà parties du domaine public ».

Alors, pourquoi autant de personnes continuent de payer plutôt que de se battre ? Parce que le contentieux des brevets est extrêmement coûteux. Il est revient moins cher de payer 5 à 15 dollars par de droits de licence par appareil que de payer une petite fortune et de prendre la moindre chance d'un échec devant un tribunal.

Et Microsoft ? Allez, retour en 2014, Microsoft a déjà tiré environ 3,4 milliards de dollars de ses brevets Android. Samsung à lui seul a payé à Microsoft un milliard de dollars pour une licence sur ses brevets Android. C'est une grosse somme d'argent même selon les critères du classement Fortune 500.

Dans son dernier trimestre, les licences en volume et les brevets, représentaient environ 9 pour cent du total des revenus de Microsoft .

Et ça, c'est bien sûr, la raison pour laquelle Microsoft ne va jamais cesser de facturer pour ses brevets Android. Tant que les gars de Redmond pourront engranger des milliards de ces brevets chaque année, ils le feront.

Pourquoi devraient-ils pas ? Bien que certains programmeurs open-source soient mécontents de ce que fait Microsoft avec ses patents trolls, les grandes entreprises open-source tels que Canonical et Red Hat travaillent en partenariat avec Microsoft.

Ce qu'il faut retenir de tout ça. Le noyau dur des développeurs de logiciels libres ne feront jamais faire confiance à Microsoft de toute façon. Et alors ? Tant que Microsoft peut tirer profit de brevets Android tout en travaillant avec des entreprises open-source, la société n'a aucune raison de changer sa façon de faire.

  • # Brevets

    Posté par . Évalué à 10.

    Le noyau dur des développeurs de logiciels libres ne feront jamais faire confiance à Microsoft de toute façon.

    Plutôt péremptoire comme affirmation…

    Quant au "patent fight" auquel se livre tous ces dinosaures… C’est marrant de voir que le principe du brevet il partait d’un bon sentiment et a été dévoyé comme il se doit, dans les grandes largeurs.

    • [^] # Re: Brevets

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      C’est marrant de voir que le principe du brevet il partait d’un bon sentiment et a été dévoyé comme il se doit, dans les grandes largeurs.

      Le principe du brevet logiciel ou matériel ?

  • # Linux != Android

    Posté par . Évalué à 5.

    Alors, pourquoi autant de personnes continuent de payer plutôt que de se battre ? Parce que le contentieux des brevets est extrêmement coûteux. Il est revient moins cher de payer 5 à 15 dollars par de droits de licence par appareil que de payer une petite fortune et de prendre la moindre chance d'un échec devant un tribunal.

    Et surtout Microsoft licencie ces brevets sous forme de pack, il en suffit d'un seul de valide…

    Après je constates que beaucoup des brevets listés ne concernent pas Linux (le noyau) ni même le desktop autours, mais ciblent plutôt des méthodes spécifiques au monde du mobile. Bon y'en a quand-même, mais beaucoup mois que le nombre clamé par Microsoft il y a quelques années.

  • # Dépêche ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je me suis permit de transformer ce journal en dépêche :
    https://linuxfr.org/redaction/news/la-seule-chose-que-microsoft-doit-faire-mais-ne-fera-pour-gagner-la-confiance-open-source
    C'est dans l'espace de rédaction collaborative, libre à vous d'y contribuer.

  • # Quelle confiance?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    pour gagner la confiance open-source

    C'est très péremptoire, surtout quand ensuite on lit "Le noyau dur des développeurs de logiciels libres". On a l'impression que l'auteur de journal essaye de manipuler un texte pour arriver à ses fin, le texte n'étant pas assez "sexy".

    Mais qu'est-ce qu'on s'en fout du "noyau dur", qui ne sera jamais satisfait de toutes façons (il y aura toujours un truc pas bien, jamais le même suivant chaque personne du "noyau dur"), l’intérêt est tous les autres développeurs, et c'est par exemple ce qui fait que LLVM est en train de pas mal monter malgré le "noyau mou" associé au vilain amateur de brevets et fermé Apple face à GCC rempli de "noyau dur" (on peut aussi parler de ce salaud d'Ubuntu qui accepte le proprio honni du même "noyau dur" car ils acceptent du proprio et essaye de penser… Aux gens, en fait)

    L'open source n'est pas un ensemble uni, et pas de chance de plus en plus de développeurs open source n'ont pas un tempérament "gentils très gentils et parfaits contre les méchants très méchants" et travaillent pour Apple, Google, Amazon… Et Microsoft. Car il savent que le monde n'est pas juste blanc ou noir, et vont avoir assez confiance pour utiliser et travailler sur du code venant de ces "horribles entreprises".

    Bref, au final ce "noyau dur" est de plus en plus petit, et n'est plus représentatif de l'open source.

    • [^] # Re: Quelle confiance?

      Posté par . Évalué à 10.

      Pour résumer tu trouves normal que Microsoft vende des licences, basées sur des brevets logiciels dont la majorité sont tombés dans le domaine public, sur des logiciels comme Android ou Linux sur lesquels Microsoft n'a pas écrit une seule ligne de code ?

      Donc si un jour Microsoft va voir des sociétés en leur vendant des licences sur des logiciels open source sur lesquels tu as contribués, tu garderas le sourire car tu a un tempérament « gentils, très gentils » et que finalement le « monde n'est pas juste ou blanc ou noir » ! :-)

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 23/03/16 à 12:54.

        C'est pas tout à fait ce qu'il a dit, il ne dit pas que c'est bien ou non mais que la plupart des soit disant opposants de Microsoft font en fait ami-ami avec eux et que le "noyau dur" (ceux qui ne sont pas "corrompu") est en fait plus petit que ce qu'on pense.

        Mais je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui, même s'il y a des partenariats faut pas aller jusqu'à penser qu'ils vendent leurs âmes ou qu'ils sont faut jetons, faut pas exagérer. Tu peux être extrémiste du libre et être obligé de collaborer avec une société telle que Microsoft pour un projet qui nécessite la compatibilité avec un format, un logiciel, un protocole ou un OS propriétaire.

    • [^] # Re: Quelle confiance?

      Posté par . Évalué à 10.

      Je ne sais pas bien comment l'exprimer, mais, pour faire simple et court, il me semble que les comportements pleins de principes et rugueux des pionniers font défaut à cette masse qui aujourd'hui forme l'open source.
      Elle me fait penser à cette autre masse de citoyens/consommateurs/salariés qui fait des enfants et achète des voitures.
      Travailler dur pour espérer laisser quelque chose de meilleur, mais en même temps, s'acharner jour après jour à faire augmenter le taux de co2.
      Et à ce titre là, les développeurs open source qui travaillent pour les GAFAM sont dans cette même logique de compromis permanent, en espérant le meilleur in fine, mais en bafouant les bases de leurs idéaux.
      Si l'open source à jamais eu des idéaux sociétaux, genre une initiative pour participer au changement du monde, au delà de ces initiatives techniques première, on peut constater que sa démocratisation culturelle et son institutionnalisation dans les entreprises l'a transformé en rouage du système, faisant changer le décor pour que rien ne change réellement.

      Personnellement, au terme de cette réflexion, je retiens que dans cette réalité aux nuances de gris infinies, les principes blancs ou noirs, sans compromissions, n'ont d'utilité qu'à emmerder la masse consensuelle sans volonté véritable.
      Et à ce titre là, j'espère bien que le noyau dur continuera de manifester son désaccord permanent.

      --
      la dessus il eu fallut faire une distinction plus claire entre open source et libre. A moins que libre soit le noyau dur, et open source, le noyau mou. Il fallut faire un focus sur l'efficience à n'importe quel prix, les logiciels ouverts se sont toujours vendu comme étant plus efficient, étaient ce une bonne décision ou n'était ce pas déjà une manière de se vendre au diable. Il eu fallut rappeler et démontrer aussi que les pionniers étaient des élites de leurs domaines, et que c'est par choix, volonté et opiniâtreté de principe qu'ils ont produit des codes sources ouverts, pour mieux faire le // avec la masse consensuelle décrite plus haut.

      --
      Je me dis que je ne devrait pas poster ceci avec ce compte…….. Mais bon je dois surement être parano pour penser que l'on vit dans une société du conformisme et que cela pourrait se retourner contre moi un jour. Aller, comme le dit mon rédacteur de publication, qu'ils aillent tous se faire …. : )

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par (page perso) . Évalué à -3.

        Elle me fait penser à cette autre masse de citoyens/consommateurs/salariés qui fait des enfants et achète des voitures.

        C'est con, t'on commentaire commençait pas trop mal mais sérieusement j'ai arrêté de lire après ça.

        • [^] # Re: Quelle confiance?

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est con, ton commentaire commençait pas trop mal mais sérieusement j'ai arrêté de lire après "j'ai arrêté de lire".

          Oui sa comparaison n'est pas futée mais je trouve ça con cette mode d'arrêter de lire un texte / commentaire parce qu'on est tombé sur une connerie … Y'avait ptêt du moins con après ? Vous ne lisez que ce qui vous flatte ? Un écrit se doit d'aller dans votre sens du début à la fin et la moindre connerie suppose qu'il faut tout jeter ? Bref, c'est niais. Là je réponds à ton commentaire parce que j'ai du temps mais ça fait un moment que je vois fleurir cette remarque "j'ai arrêté de lire" et ça me fait le même effet à chaque fois donc rien de personnel !

          • [^] # Re: Quelle confiance?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est con, ton commentaire commençait pas trop mal mais sérieusement j'ai arrêté de lire après "j'ai arrêté de lire".

            Aucun problème, tu étais quasiment arrivé à la fin.

            Y'avait ptêt du moins con après ?

            Plus ou moins (ben oui j'ai lu, mon commentaire étant plutôt une figure de style)

            cette mode d'arrêter de lire un texte / commentaire parce qu'on est tombé sur une connerie

            • Je ne vois pas bien en quoi ce serait une mode.
            • Tout dépend de la taille de la connerie

            Vous ne lisez que ce qui vous flatte ? Un écrit se doit d'aller dans votre sens du début à la fin et la moindre connerie suppose qu'il faut tout jeter ?

            Qu'est-ce que tu racontes ?
            Ce n'est pas une histoire d'avoir un écrit qui flatte ou qui aille dans un sens. Juste qu'un trop plein de généralisations emprunt de condescendance sur un ton si sur ne donne clairement pas envie de poursuivre.

        • [^] # Re: Quelle confiance?

          Posté par . Évalué à 2.

          je ne prétends pas dicter quoi que ce soit à qui que ce soit, encore moins juger, j’essaie juste de mettre la lumière sur un comportement que je crois être complètement aberrant.

          J'aimerais que tu m'expliques pourquoi tu penses que c'est stupide, je changerais peut être d'avis, et puis c'est tout, ou peut être pas, et puis c'est tout.

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à 7.

        Et à ce titre là, j'espère bien que le noyau dur continuera de manifester son désaccord permanent.

        Aussi je sais pas trop ce que veut dire Zenitram par "ce noyau dur est de plus en plus petit". Il y a dix ans on n'aurait pas vu des projets comme Coreboot ou Nouveau.

        splash!

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à 5.

        Et à ce titre là, les développeurs open source qui travaillent pour les GAFAM sont dans cette même logique de compromis permanent, en espérant le meilleur in fine, mais en bafouant les bases de leurs idéaux.

        Et voilà le problème: toujours croire que parce que le Stallman et co. sont les pionniers du Libre, alors tous les gens qui font du Libre partagent le même idéal mais ont vendu leur âme.

        Une position moins extrême dès le départ? Impossible! Le Libre, c'est un ensemble de convictions et d'idéaux universels.

        J'ai l'impression de lire un Catholique qui expliquerait que les Protestants ne sont pas de vrais Chrétiens parce qu'ils font trop de compromis!

        Qui te dit qu'ils en font? Le Libre, ça a une définition basée sur les licences de logiciels. Ça n'est pas un mouvement social ni politique ni religieux. Si tu penses le contraire, trouve un nom approprié pour le "mouvement".

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à 4.

        Je me dis que je ne devrait pas poster ceci avec ce compte

        Bah … c'est plutôt moralement sain, et en plus ça fait du bien aux autres de lire ce point de vue.
        En tout cas, moi, ça me fait du bien :-)

        Donc, merci !

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à -1.

        Je ne sais pas bien comment l'exprimer, mais, pour faire simple et court, il me semble que les comportements pleins de principes et rugueux des pionniers font défaut à cette masse qui aujourd'hui forme l'open source.
        Elle me fait penser à cette autre masse de citoyens/consommateurs/salariés qui fait des enfants et achète des voitures.
        Travailler dur pour espérer laisser quelque chose de meilleur, mais en même temps, s'acharner jour après jour à faire augmenter le taux de co2

        Je ne sais bien comment l'exprimer, mais pour faire simple et court, il me semble que les comportements pleins de pragmatisme et tolérance de la masse font défaut à ces obsédés du libre qui ajourd'hui pourrissent l'open source.
        Elle me fait penser à cette autre masse de citoyens qui se plaignent tout le temps de leurs voisins et que tout le monde dans le voisininage aimerait voir s'en aller.

        S'exciter contre ceux qui pensent de manière tolérante pour espérer laisser une pensée unique, mais en même temps, s'acharner jour après jour à faire fuir les gens qui finalement crèent les softs libres.

        • [^] # Re: Quelle confiance?

          Posté par . Évalué à 10.

          Tu m'excuseras de penser que tout le pragmatisme et la tolérance associée à la notion de shared source inventée par Microsoft a fait plus de mal à l'open source que les principes des pionniers.

          • [^] # Re: Quelle confiance?

            Posté par (page perso) . Évalué à -7. Dernière modification le 20/03/16 à 09:03.

            Moins de mal que CC-ND et CC-NC, et pourtant pas mal de "libristes" (enfin, des gens qui se disent libristes) les adorent (surtout le -NC "contre le méchant capital voleur d'idées", beaucoup ici même les défendent, et même le "Dieu du libre" ne voit de problème du moment où on touche à autre chose que ce qui lui plait, j'avoue ne jamais avoir compris cette chose que d'être "libriste dur" mais bon que quand ça parle d'un truc précis sinon rien à foutre, c'est plutôt du libriste dur de pacotille)

            Alors bon, les licences non libres "qui font du mal à l'open source", c'est un peu quand ça arrange… On peut aussi considérer que comme CC-ND et CC-NC, c'était une étape intermédiaire pour des gens (ici, Microsoft) d'aller vers le libre (comme le fait Microsoft en ce moment en utilisant une licence 100% libre, et pire en donnant plus de droits que les "libristes durs" qui se réservent des droits).

            Perso, je dirai que les "libristes durs" font bien plus de mal au libre (faut voir les réactions "jamais" quand je parle de libre à des gens, on a l'impression de militer pour le diable en personne à leurs yeux, et je comprend vu ce dont ensuite ils me parlent, qui est ce "noyau dur" qui ne veut pas discuter) que le shared source de MS.

            • [^] # Re: Quelle confiance?

              Posté par . Évalué à 3.

              Il ne faut pas oublier que les licences restrictives du monde du libre ont surtout permis de le protéger du pillage du propriétaire.
              Ce dernier peut monétiser ses productions. Il est déjà infiniment avantagé par ce biais. Le monde du libre ne peut pas, aujourd'hui, se monétiser suivant les mêmes ordres de grandeur.
              D'autres modèles monétaires permettront de rétablir l'équilibre, tel que celui développé dans le cadre de https://ucoin.io .
              On est toutefois loin d'avoir un tel système monétaire concurrent de disponible et utilisé massivement. Donc en attendant, il faut bien rééquilibrer la balance autrement.

            • [^] # Re: Quelle confiance?

              Posté par . Évalué à 8.

              et pourtant pas mal de "libristes" (enfin, des gens qui se disent libristes) les adorent

              On veut les noms de ces traîtres à la cause :)

              Personnellement, j'ai jamais vu quelqu'un avoir cette position. La seule chose que j'ai vu, ce sont des gens qui ont dit que ces licences dans le cadre de la musique (par exemple) ne posaient pas les problèmes qui, pour eux, justifient l'usage des licences libres dans le cadre des logiciels (et parmi eux, Stallman, qui n'est qu'un type comme les autres, mais il est dès lors assez gros de prétendre que cela représente une tendance négligeable).

              Plus sérieusement, de la même façon qu'il est stupide de dire que Libre = Le noyau dur idéologique, il est stupide de dire que Libre = Le noyau mou pragmatique.
              C'est amusant de voir les deux camps tirer la couverture à eux et dire à la fois "non, ceux qui ne sont pas d'accord avec moi se disent libristes mais ne le sont pas", "quoi, t'as eu le culot de dire que les vrais libristes sont comme ça, blasphème !".

              • [^] # Re: Quelle confiance?

                Posté par . Évalué à 1.

                Moi rien que le nom libriste, je ne l'aime pas.
                Certains soit disant "libriste" (heureusement minoritaires) vont tellement loin dans leur soit disant liberté qu'ils en deviennent prisonnier. Moi j'aime et affiche mon arrière plan libre mais je ne crache pas sur certains logiciels payant quand ils sont vraiment bon et innovateurs (c'est vrai qu'il y en a peu).

    • [^] # Re: Quelle confiance?

      Posté par . Évalué à 10.

      Dans le cas de LLVM, ils n'acceptent pas de contribution sujette aux brevets dans la branche principale, et si jamais ils le font par erreur, ils réécrivent le code en question pour passer outre le brevet. En tout cas, c'est ce qui est écrit sur le site web. Je considère ça comme une pratique de « libriste dur » personnellement …

      • [^] # Re: Quelle confiance?

        Posté par . Évalué à 8.

        C'est aussi une pratique d'entreprise dur, surtout quand tu sais a quel point apple est bankable.
        Comme quoi le monde est plus en nuances de gris qu'en noir et blanc.

        Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

        • [^] # Re: Quelle confiance?

          Posté par . Évalué à 2.

          Ce que j'ai dit n'est pas en contradiction avec ce que tu énonces. :-)

    • [^] # Re: Quelle confiance?

      Posté par . Évalué à 10.

      Mais qu'est-ce qu'on s'en fout du "noyau dur", qui ne sera jamais satisfait de toutes façons

      Bah non justement, on ne s'en fout pas : c'est précisément cette insatisfaction permanente qui fait avancer certains aspects du libre. C'est parce que certaines personnes ne font pas que se contenter d'un logiciel propriétaire qu'on peut intégrer sans trop de difficulté (encore que…) dans un écosystème libre qu'on a de nouveau logiciels libres pour répondre aux nouveaux besoins. Si les brevets logiciels n'ont pas bonne presse, c'est aussi parce que ce "noyau dur" les rejette sans compromis au lieu de les voir "pragmatiquement" comme une sorte de mal nécessaire. C'est précisément parce que ce groupe considère que les formats et protocoles devraient être ouverts qu'on a vu la fin du embrace, extend, extinguish qui a marqué les années 80-90.

      Bref, bien sûr qu'il faut des pragmatiques. Une boîte entièrement idéologique ne durerait pas bien longtemps. Mais oui, il faut aussi des idéalistes, des gens qui refusent les arrangements qui compromettent leurs principes.

  • # Surtout que :

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 21/03/16 à 13:22.

    Il est revient moins cher de payer 5 à 15 dollars par de droits de licence

    Surtout que ce coût est répercuté sur le prix de l'appareil donc les constructeurs s'en moquent.
    Par contre le coût d'un procès attaquerait directement leur portefeuille.

    C'est comme nos politiques : quand c'est l'argent des autres (nous en l’occurrence) on peut faire n'importe quoi.

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: Surtout que :

      Posté par . Évalué à 4.

      C'est inexacte de dire que ça n'a pas de répercussion leur leur portefeuille; cela contribue à augmenter de coût de l'appareil, et donc peut potentiellement pousser les gens à aller chercher un autre téléphone.

      Le truc c'est que on a 3 type de téléphone, plus les BB, mais c'est très marginal, et que tous les téléphones android payent a peu près la même surtaxe par téléphone, les pommes doivent payer la même chose, bref les pertes dues à l'augmentation de coût sont inférieurs à ce que coûterai un procès; je ne sais pas si y'a moyen de faire une class action contre ce genre de pratique (et dans ce cas il faut bien choisir l'état ou la juridiction pour le faire), mais même dans le cas où ce serait possible, le résultat ne serait pas connu avant des années, et d'ici là ce seront d'autre brevets qui auront cours…

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: Surtout que :

      Posté par . Évalué à 3.

      Tu te rends compte que ces 5 a 15$, c'est 5 a 15$ de benefice en moins par appareil?
      Et que multiplie par qq millions de telephones, ca en fait des millions?

      Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

  • # Formats ouverts

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Peut-être ai-je une ou plusieurs longueurs de retard, mais il me semble que les mastodontes du logiciel privateur font un grand pas vers plus de confiance de la part des amateurs de logiciels libres quand ils abandonnent leurs pratiques anti-concurrentielles. Et plus particulièrement la fâcheuse manie d'enfermer les données de leurs utilisateurs dans des formats et protocoles non-ouverts. Bien sûre ils ne respectent toujours pas les 4 libertés fondamentales de l'utilisateur. Mais c'est déjà offrir celle d'un choix non aliénant.

  • # Sujet du commentaire

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    J'ai du mal à comprendre, ca se focalise sur les brevets android. L'auteur ne serait-il pas un dev android ?

    Et ce sentiment, une fois l'article lu, que que l'auteur aurait aimé que Microsoft libère tout, tout de suite.

    Il procèdent étapes par étapes, et je pense que pour une entreprise de la taille et du poids de Microsoft, c'est la meilleur manière de procéder.

    Le noyau dur ne sera jamais content. Il trouvera que le noir n'est pas assez noir ou que le blanc n'est pas assez blanc.

    En attendant, du code est libéré, ce qui donne accès au format de données pour certains outils.

    Quant aux brevets, ce n'est pas l'apanage de Microsoft. Je ne comprend pas pourquoi tirer à boulets rouges dessus, alors que d'autres comme Apple, Oracle, Samsung font de même.

    Je pense que le Microsoft bashing continuerais même si ils donnaient les clés de la maison.

    • [^] # Re: Sujet du commentaire

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      « Je pense que le Microsoft bashing continuerais même si ils donnaient les clés de la maison. »

      Normal. Les Italiens ont un dicton paraît-il : ladri sunt ladri. Nejuge-t-on pas les personnes morales comme les personnes physiques ? Dans ce monde les condamnations et les crimes collent à la peau ; Pâques ou pas, point de rédemption.

    • [^] # Re: Sujet du commentaire

      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 22/03/16 à 06:29.

      Je ne suis pas au courant d'une rente quelconque mises en place par les compagnies cités sur linux pour des brevets triviaux voir pire (et secret avec des accords nda). Mais je suis prêt à augmenter ma culture sur les espèces parasites.

      • [^] # Re: Sujet du commentaire

        Posté par . Évalué à 5.

        Pour connaître la liste de brevets bidons, il suffit de lire l'article « http://www.nextinpact.com/news/88133-android-310-brevets-utilises-par-microsoft-pour-obtenir-royalties.htm ». Microsoft n'avait jamais voulu divulguer la liste des brevets incriminés, on comprend pourquoi.

        Voici quelques sociétés qui versent de l'argent à Microsoft pour pouvoir utiliser des logiciels open source comme Linux ou Android, vu sur la page IP Agreements :

        • Rakuten Inc (mars 2106) : contrat de licence de brevet comprenant Linux et les périphériques basés sous Android.
        • Wistron Corp. (mars 2016) : contrat de licence de brevet couvrant des périphériques sous Android et Chrome.

        • Star Micronics (novembre 2015) : contrat de licence de brevet couvrant périphériques et imprimantes Android.

        • I-O DATA (septembre 2015) : mise à jour de licence de brevet d'entente de licence Android.

        • Melco Group (mars 2015) : contrat de licence de brevet couvrant sur les licences Android

        • Motorola Solution (avril 2014) : contrats de licence couvrant des périphériques sous Android et Chrome.

        • Hop-on sign (février 2014) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Voxx Electronics (février 2014) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android

        • EVGA (décembre 2013) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • ZTE (avril 2013) : contrat de licence de brevet sur Android.

        • Foxconn (avril 2013) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Nikon (avril 2013) : contrat de licence de brevet sur les appareils photos Android.

        • EINS (décembre 2012) : contrat de licence de brevet sur Android.

        • Hoeft & Wessel (décembre 2012) : contrat de licence de brevet sur Android.

        • Sharp (novembre 2012) : contrat de licence de brevet exFA , les accords couvrent les tablettes, les appareils photo numériques et les caméscopes haut de gamme Android.

        • Sigma (novembre 2012) : contrat de licence de brevet exFAT, les accords couvrent les tablettes, les appareils photo numériques et les caméscopes haut de gamme Android.

        • NextoDi (novembre 2012) : contrat de licence de brevet exFAT, les accords couvrent les tablettes, les appareils photo numériques et les caméscopes haut de gamme Android.

        • Black Magi (novembre 2012) : contrat de licence de brevet exFAT, les accords couvrent les tablettes, les appareils photo numériques et les caméscopes haut de gamme Android.

        • Atomos Global (novembre 2012) : contrat de licence de brevet exFAT, les accords couvrent les tablettes, les appareils photo numériques et les caméscopes haut de gamme Android.

        • Sharp (août 2012) : contrat de licence de brevet exFAT pour une utilisation dans les produits, y compris les téléphones Android.

        • Amdocs Software Systems Limited (juillet 2012) : contrat de licence de brevet sur les serveurs basés sous Linux dans les centre de données.

        • Aluratek Inc. (juillet 2012) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Coby Electronics (juillet 2012) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Pegatron Corp. (avril 2012) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • LG (janvier 2012) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Compal Electronics (octobre 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Quanta Computer (octobre 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les périphériques Android et Chrome.

        • Casio (septembre 2011) : contrat de licence de brevet offrant un protection aux clients de Casio sur certains périphériques utilisant Linux.

        • Acer (septembre 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les smartphones et tablettes Android d'Acer.

        • ViewSonic Sign (septembre 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les smartphones et tablettes Android de ViewSonic.

        • Wistron (juillet 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les liseuses, smartphones et tablettes Android de Wistron.

        • Onkyo Corp (juin 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les tablettes Android.

        • Velocity Micro (juin 2011) : contrat de licence de brevet couvrant les tablettes Android.

        • General Dynamics Itronix : contrat de licence de brevet sur les périphérique de General Dynamics Itronix utilisant la plate-forme Android.

        • HTC (avril 2010) : contrat de licence de brevet pour les téléphones HTC Android.

        • I-O Data (mars 2010) : contrat de licence de brevet sur les logiciels Linux, pour les périphériques fonctionnant sous Linux et les logiciels open source.

        Il en y a sûrement d'autres, j'en ai sûrement oublié, comme Samsung par exemple.

        • [^] # Re: Sujet du commentaire

          Posté par . Évalué à 5.

          Je sais mais je parlais d'autres compagnies que microsoft qui utilisent des brevets idiots (en faisant un NDA) ou qui n'ont pas lieu d'etre (FAT n'est plus sujet a cela par exemple) pour faire du racket sur le dos de linux.

          Vous vous rendez compte que Microsoft touche plus d'argent lie a linux pour des conneries que la Linux fundation? C'est beau ce systeme legal…

          • [^] # Re: Sujet du commentaire

            Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 23/03/16 à 18:13.

            Existe-t-il un pays qui ne reconnaisse PAS les brevets technologiques (le paradis du Dev?)?

            Si oui, si les boites technologiques s'exportent là-bas, sont-elles protégées des attaques juridique en occidents?

            Donation Bitcoin : 1N8QGrhJGWdZNQNSspm3rSGjtXaXv9Ngat

            • [^] # Re: Sujet du commentaire

              Posté par . Évalué à 3.

              C'est quoi, un « brevet technologique » ? Par définition, un brevet est là pour protéger l'inventeur d'une invention (donc une technologie) en lui donnant un monopole limité dans le temps et dans l'espace. Il y a beaucoup de pays (dont la France) où les brevets logiciels ne sont pas acceptés. Ça n'en fait pas des « paradis technologiques » pour autant : si tu veux que ton brevet soit reconnu internationalement, il faut le soumettre à une autorité qui va te le permettre. Donc soit tu soumets ton brevet à un bureau d'enregistrement par pays que tu vas cibler, soit tu passes par un bureau qui représente une collectivité de pays et qui va te garantir qu'avec le prix que tu paies, tu as un brevet soumis qui sera valable internationalement (sous réserve d'acceptation).

              • [^] # Re: Sujet du commentaire

                Posté par . Évalué à 0.

                Merci pour ton explication  ;)

                C'est quoi, un « brevet technologique » ? Par définition, un brevet est là pour protéger l'inventeur d'une invention (donc une technologie) en lui donnant un monopole limité dans le temps et dans l'espace. Il y a beaucoup de pays (dont la France) où les brevets logiciels ne sont pas acceptés.

                Mais droits d'auteurs et brevet c'est pas pareil?
                Si les brevets ne sont pas acceptés, alors pourquoi copier windows ou un jeux vidéos est-il illégale (en France)? #jeComprendsPas #suicideLaw
                En passant, c'est pareil en Belgique ou rien a voir? ^ ^

                Donation Bitcoin : 1N8QGrhJGWdZNQNSspm3rSGjtXaXv9Ngat

    • [^] # Re: Sujet du commentaire

      Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 22/03/16 à 10:49.

      L'auteur de l'article Steven J. Vaughan-Nichols est un journaliste. Il faut bien distinguer deux choses, la première est la diffusion de code source par Microsoft sous licence libre et la deuxième chose qui sont les brevets logiciels bidons dont se sert Microsoft pour soutirer de l'argent aux sociétés vendant Linux et Android.

      L'auteur de l'article dit justement qu'il n'y aura pas d'étapes à ce niveau et que Microsoft ne laissera jamais tomber ses brevets logiciels bidons, ça rapporte trop d'argent et que même s'il le faisait cela ne gagnerait pas la confiance de tous les développeurs de logiciels open source. Mais bon est-ce étonnant ? Même Google qui a une forte politique open source n'inspire pas confiance à tous les développeurs open source.

      Microsoft libère du code, c'est bien. Mais bon afficher « Microsoft aime Linux » c'est juste de la communication, il ne faut pas être dupe. Microsoft aime Linux car ça dope la croissance de sa plate-forme Azur. Mais n'espérer pas des logiciels Microsoft pour le poste de travail sous Linux. Pour rappel Sype n'est pas mis à jour sous GNU/Linux depuis trois ans, malgré des bugs qui empêchent une utilisation normale.

      L'apanage des brevets logiciels n'est malheureusement pas l'apanage de Microsoft. Mais bon Oracle, Apple ou Samsung ne vont pas faire payer à des dizaines de sociétés des licences sur des brevets logiciels bidons sur Android ou Linux (projets auquels Microsoft n'a pas écrit une seule ligne de code) ; tout en clamant bien fort que des entreprises payent pour utiliser Android et Linux et que finalement Android et Linux ne sont pas gratuits.

      Ce n'est pas faire du Microsoft bashing pour le plaisir de faire du Microsoft bashing, mais le comportement de Microsoft dans le domaine des brevets logiciels est vraiment très très contestable.

      • [^] # Re: Sujet du commentaire

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Mais bon Oracle ne [va] pas faire payer à des dizaines de sociétés des licences […] bidons

        Faut voir :-D

        • [^] # Re: Sujet du commentaire

          Posté par . Évalué à 2.

          Faut voir :-D

          C'est pas faute d'avoir essayé ! Mais bon faut croire qu'Oracle sont plus mauvais que Microsoft dans ce domaine. Mais bon, Oracle va peut-être pouvoir traire la vache Android tout comme Microsoft, mais pas avec les brevets logiciels mais avec le copyright des API Java.

      • [^] # Re: Sujet du commentaire

        Posté par . Évalué à 6.

        Microsoft aime Linux car ça dope la croissance de sa plate-forme Azur

        Tout comme red hat aime linux car ca dope la croissance de leurs contrats de support.
        Va ptetre falloir un jour comprendre que MS c'est une enorme boite de qq dizaines de milliers de gens, pas une personne physique.

        Ensuite, 2 choses.
        Une boite n'aime pas une technologie parce qu'elle est libre, une boite aime une technologie parce qu'elle resoud un probleme. Ya pas de mal a ca, les gens ne sont pas obliges d'aimer les meme choses que toi pour les memes raisons que toi. Grandit un peu. Et soit un pru coherent, parce qu'aucune boite de taille raisonable n'aime les technos libre parce qu'elles sont libres.
        A commencer par les constructeurs de telephones, spolies qu'ils sont par le mechant ms qui leur imposent de mechant brevets, trop occupe qu'ils sont a tenter de brevete la roadmap de la concurrence qu'ils les ont pas vu venir.
        Ou google, les gentils, qui ont pose 10 milliards sur la table pour le portefeuille de brevets de motorola (ah, motorola a du rigoler jusqu'a la banque), tout ca pour s'asseoir dessus et fiare bien gaffe a ne pas filer un coup de pogne aux oem qui les aident a repandre leur plateforme de pub a travers le monde.

        Deuxieme point, comme dit plus haut, microsoft est une enorme boite avec une certaine culture, etablie par des dizaines de milliers de personnes au fil de 40 annees (oui, ms est probablement plus vieille que toi, et lpus grande que la plupart des villes francaises, laisse ca s'ancrer et remet les choses en perspective).
        L'ancienne garde est visiblement soit deja viree, soit en train de partir/se faire virer (la preuve, pbpg est chez amazon maintenant). Satya nadella est visiblement parti pour changer en profondeur la culture de la boite (la preuve, pbpg est parti), mais ca prend du temps ce genre de choses. Genre des annees — dizaines de milliers de personnes, dont certains sont la depuis des decennies (genre pbpg. Bon, ok j'arrete avec pbpg). Tu vas pas changer leur culture du jour au lendemain, ca prend du temps ce genre de choses.

        Regarde les fait en face, ms a fait en juste qq mois des choses qui etaient tout simplement impossible ya ne serait ce que 2-3 ans, quand ballmer etait encore aux commandes.
        Office sur ios, mise en avant de linux + non mise en avant systematique de technos ms, liberation en cours de leur dev tools, ils sortent meme des viewers visual studio sous mac et linux, partenariat avec apple sans etre contraint par le DoJ, ou ils admettent meme implicitement que leur plateforme de dev et leur hardware craignent du boudin et que celle d'apple et vachement mieux. Bordel, ils lachent meme 30% de leur vache a lait sous ios.

        C'est pas 100% libre avec stallmna qui dirige la boite, mais venant d'eux et connaissant leur culture, c'est un enorme pas en avant dans la direction du libre. Ya pas de raisons de penser que satya va s'arreter la.
        Tu peux faire 2 choses a ce niveau: faire le connard aigri et gueuler que c'est pas assez, le cul visse dans ta chaise confortable, ou apprecier l'effort de leur part et les encourager a faire plus.

        Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

        • [^] # Re: Sujet du commentaire

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 23/03/16 à 13:44.

          L'ancienne garde est visiblement soit deja viree, soit en train de partir/se faire virer

          Euh, c'est pas totalement mon impression. Raymond Chen (il a connu le développement de Windows 95 et Windows 3.x) est toujours bel et bien chez Microsoft (et heureusement !).

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

        • [^] # Re: Sujet du commentaire

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est toujours agréable de se faire traiter de gamin et de connard aigri. Surtout venant d'une personne ayant du mal à écrire (d'ailleurs certaines parties de ta prose me sont restées totalement obscures, mais le fait de te faire comprendre n'a pas l'air d'une priorité pour toi) et confondant open source et logiciel libre. À mon humble avis, les sociétés ne font pas du logiciel libre mais du logiciel open source (même si les licences sont identiques, l'objectif est différent). Une société utilise une technologie car elle résout éventuellement un problème, mais surtout car elle peut lui rapporter de l'argent.

          Et oui, malgré le fait que je sois un gamin, je sais fort bien que toutes les sociétés capitalistes sont là pour faire de l'argent, que ce soit Red Hat, Google ou Microsoft, mais c'est gentil de me le rappeler. Il est évident que si Red Hat ou Google utilisent l'open source, c'est que ces deux sociétés pensent que cela est bon pour leur business et non pas pour faire plaisir aux idées de Richard Stallman. Mais bon, Red Hat ou Google n'ont pas encore poussé l’hypocrisie à afficher des pancartes du genre « Microsoft aime Linux » avec un gros cœur à la place de du verbe aimer tout en rançonnant des sociétés qui utilisent ce même Linux en les menaçant avec des brevets logiciels bidons. Ça c'est du grand, art.

          La société Microsoft comportait 117 354 employés en juillet 2015, certains employés apprécient certainement le logiciel open source, d'autres non. Un employé de Microsoft, comme Miguel de Icaza, pourrait effectivement dire qu'il aime ou non Linux, cela reste crédible. Mais qu'une société, donc une personne morale, dise aimer ou non quelque chose me semble improbable. À mon humble avis, dans notre modèle capitaliste, les sociétés sont juste là pour maximiser les profits et la croissance et satisfaire leurs actionnaires. Toute autre discours, éthique ou sur l'écologie par exemple ou encore des phrases creuses comme « Don't be evil » ou « Microsoft aime Linux » sont juste de la communication pour redorer l'image de la société dans l'espoir d'attirer plus de consommateurs.

          • [^] # Re: Sujet du commentaire

            Posté par . Évalué à 1.

            Mais bon, Red Hat ou Google n'ont pas encore poussé l’hypocrisie à afficher des pancartes du genre « Microsoft aime Linux » avec un gros cœur à la place de du verbe aimer tout en rançonnant des sociétés qui utilisent ce même Linux en les menaçant avec des brevets logiciels bidons. Ça c'est du grand, art.

            Effectivement, google ne se sert pas des brevets pour extorquer les OEMs.
            Ils se servent de la marque android comme d'une matraque pour leur taper sur la tete (je cite un exécutif google, hein).
            C'est vachement mieux comme pratique, hein?
            "C'est open source, allez y, forkez. mais si vous avez le malheur de toucher a android, on va vous faire rentrer dans le rang, et pas qu'un peu. Ah, et essayez surtout pas de faire concurrence a nos service, skyhook a essaye, ils ont eu des problèmes".
            Pas hypocrite du tout.

            Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

            • [^] # Re: Sujet du commentaire

              Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 23/03/16 à 22:19.

              On rigole bien la. Si mes souvenirs sont bons et ils le sont quand Google ne disait rien sur les fork Android et que chaque boite avait son fork et que ca rendait impossible les mises a jour, qui etait en train de cracher sur Google et sur le libre en disant des trucs du style:

              "C'est ca le probleme du libre, chacun fait ce qu'il veut et n'importe quoi. Au moins Apple ils update ky compris leur vieux modele iphone"

              c'etait Monsieur Groumly.

              Aujourd'hui que comme l'on demande les groumly and co, ils ont ressere leur controle sur Android, ils utilisent la critique inverse.

              Coherence quand tu ne nous tiens pas… et absolument pas hypocrite…

              • [^] # Re: Sujet du commentaire

                Posté par . Évalué à 2.

                si ya quelqu'un qui crache dans ce thread, c'est bien toi.

                Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

            • [^] # Re: Sujet du commentaire

              Posté par . Évalué à 1.

              Le code source d'Android est open source, mais Android n'est pas développé de façon open source, puisque Google développe les nouvelles versions d'Android en catimini est diffuse le code source après coup sous le projet AOSP. Après je dirais que Google fasse de l'argent avec Android, pourquoi pas, Google contribue à activement à Android ou à Linux, contrairement à Microsoft qui se permet de d’exhorter des royalties conséquents d'Andoid et Linux sans avoir pisser une seule ligne de code. Après j'imagine bien que les pratiques de Google n'ont certainement rien à envier à l'Ogre de Redmond.

              Cependant il est tout à fait possible de forker Android et de sortir du rang, si tu te renseignais un peu tu verrais que Fire_OS d'Amazon, CyanogenMod, MIUI ou encore Replicant_(système_d'exploitation). Donc la preuve en est qu'on peut créer un fork d'Android sans Google.

              Ton commentaire aurait pu être intéressant, s'il était mieux rédigé et avec plus de références et surtout s'il ne changeait pas de sujet.

              • [^] # Re: Sujet du commentaire

                Posté par . Évalué à 2.

                Microsoft qui se permet de d’exhorter des royalties conséquents d'Andoid et Linux sans avoir pisser une seule ligne de code.

                Euh, rien que la prise en charge de Hyper-V dans Linux, c'est une contribution Microsoft.

                http://arstechnica.com/business/2012/04/linux-kernel-in-2011-15-million-total-lines-of-code-and-microsoft-is-a-top-contributor/

                "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                • [^] # Re: Sujet du commentaire

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Oui mais c'est bien la seule et unique contribution de MS sur le kernel et c'etait parceque ils en avaient besoin.

                  Comme dit auparavant ceci n'est pas un probleme, c'est comme ca que Linux a grandit mais cela ne justifie pas les milliards qu'ils se font sur des choses qui ne concerne absolument pas ces lignes de codes.

              • [^] # Re: Sujet du commentaire

                Posté par . Évalué à 3.

                Cependant il est tout à fait possible de forker Android et de sortir du rang, si tu te renseignais un peu tu verrais que Fire_OS d'Amazon, CyanogenMod, MIUI ou encore Replicant_(système_d'exploitation). Donc la preuve en est qu'on peut créer un fork d'Android sans Google.

                C'est pas exactement vrai.
                Tu peux forker android si tu a 100% certain que tu ne vas jamais livrer un produit different qui utilise android.
                Des la minute ou tu forkes android, google refusera de certifier ton telephone: http://www.pcworld.com/article/262272/google_threat_blamed_as_acer_cancels_china_smartphone_launch.html

                Affaire skyhook: https://www.bostonglobe.com/business/2015/05/19/skyhook-got-million-from-google-settlement/0q54ppSx2NqLrpyisw9ZZK/story.html
                En gros, google a retire la certification android a un gros oem (oublie lequel), parce qu'ils voulaient utiliser les services de localisation de skyhook plutôt que google. Une fois skyhook supprime, comme par magie la certif est revenue.
                Pour la matraque, la citation exacte est "it's obvious to the OEMs that we are using compatibility as a club to make them do what we want." Tu trouveras plus de details ici: http://www.theverge.com/2011/05/12/google-android-skyhook-lawsuit-motorola-samsung.

                Le sujet ne change pas tant que ca: pratique douteuses pour asseoir une position dominante/taper sur la concurrence.

                Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                • [^] # Re: Sujet du commentaire

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Le code Android est open source, donc tu peux faire un fork. FireOS CyanogenMod, MIUI et Replicant en sont la preuve vivante. Ensuite tu ne pourras peut-être pas l'appeler Android, car c'est une marque déposée par Google. Un peu comme tu peux faire un fork de Mozilla Firefox, mais tu ne pourras pas l'appeler Mozilla Firefox. La marque est également protégée.

                  Google se sert de la marque Android comme un moyen de pression vers les constructeurs, je te dirais oui et alors ? La marque Android leur appartient, la majeure partie du code d'Android a été écrit par Google, donc ça ne me choque pas plus que ça. Contrairement à Microsoft qui se sert de brevets logiciels bidons pour racketter les constructeurs qui utilisent Android ou Linux, alors que l'Orgre de Redmond n'a pas écrit une seule ligne de code sur ces projets, (à part le support d'Hyper-V dont tout le monde se fout, et les brevets en question de portent pas sur la virtualisation) c'est une attitude qui me choque déjà beaucoup plus.

                  On peut toujours rêver le jour ou Microsoft proposera le code source de Windows avec pour la seule restriction de ne pas utiliser le nom Windows.

                  Enfin Le sujet n'a rien à voir, tu parles d'un possible abus de position dominante de Google qui fait pression sur les constructeurs pour promouvoir ses applications. Ce qui n'empêche pas Samsung de proposer des applications Microsoft sous Android. Bien que Microsoft n'a rien à prouver en matière d'abus de position dominante (il a déjà été condamné par la justice américaine et européenne) cet article parle juste de l'abus des brevets logiciels et du racket légal exercé par Microsoft envers les sociétés utilisant Android et Linux.

                  • [^] # Re: Sujet du commentaire

                    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 24/03/16 à 14:25.

                    Google se sert de la marque Android comme un moyen de pression vers les constructeurs

                    Alors que jamais au grand jamais Apple ne ferait quelque chose comme cela. Ils n'obligeraient pas une compagnie de production de disque a changer de nom et de logo pour une vague histoire de marque non pas du tout leur style. Et ils ne feraient pas ca non plus pour tout les mots pouvant commencer par iXXX non absolument pas leur style.

                    Mais quelle hypocrisie!

      • [^] # Re: Sujet du commentaire

        Posté par . Évalué à 2.

        projets auquels Microsoft n'a pas écrit une seule ligne de code

        Ah si si ils ont ecrit un code relatif a la virtualisation dont ils avaient besoin (avant que l'on m'insulte encore ceci n'est pas une critique c'est 100% dans l'idee de linux).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.