Journal [HS] Faites chauffer la planète, notre moteur a froid.

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
14
19
nov.
2015

Sommaire

Bonsoir,

Introduction

Préparez-vous à un peu de racontage de vie et de bordel. C’est complètement hors sujet par rapport aux sujets évoqués ici, sur LinuxFR, mais quelque part, si mon message, ou au moins les informations brutes qu’il transporte çà et là, peuvent atteindre quelques personnes, ça sera déjà pas mal.

Note : ceci n’est pas une plainte (au sens de se plaindre, gémir), ni une bouteille à la mer d’un quelconque déprimé sur le point de se pendre car après tout, quel monde de merde.

Il est question ici de la conséquence du visionnage de ce reportage #DataGueule, d’une heure et demi.

Plus qu’un reportage, il s’agit ici de montrer que l’on peut penser et réfléchir à des problématiques importantes, de nous montrer que notre futur en tant que peuple de la Terre ne peut sans doute pas être tenu dans les seules mains d’une sorte d’élite toute puissante, et en proportion inférieure au « reste ».

Une voix off s’interroge, nous présente des personnes qui font de même au sujet du monde, constatent, se disent qu’il existe des solutions et ce dans divers domaines. Autant de domaines qu’il existe de sciences humaines, économiques et technologiques. En gros.

Il est question ici de semer une graine qui permettrai, à tout un chacun de se poser des questions au sujet de son mode de vie, de son impact sur notre monde et non pas « le » monde et de ce qu’il serait envisageable de faire collectivement à la place de quelques autres intouchables.

Une bonne fois pour toutes, il est question du climat et des conséquences du changement trop rapide de celui-ci, du peu d’efficacité, sinon de la grande inefficacité, de nos dirigeants à prendre des décisions concrètes, sans détours et avec fermeté sur l’avenir du monde tel que nous le connaissons.

Oui bah on le sait ça. C’est quoi ton problème ?

Bah je m’interroge, je m’inquiète même.

Je m’interroge sur quoi faire et je suis inquiet sur la quantité de « quoi faire ».

Où peut-on commencer ?

Pour ma part je tente d’adopter un mode de vie plus sobre, de prendre des décisions non plus impulsives et émotionnelles mais réfléchies.

Exemple con mais parfaitement parlant : il y a quelques jours, un ami m’a présenté un gadget. Un gadget certes utile, terriblement cool, qui fait m’a vraiment fait envie alors que je n’en aurai jamais l’utilité. Je pense sincèrement qu’il y a quelques années, je me serais laissé couler au lieu de prendre le contrôle de cette impulsion : acheter pour le simple plaisir futile de posséder un objet cool. Nan sans déconner, ce briquet à arc électrique, c’est fichtrement cool, je suis désolé !

À force de réfléchir je me suis rendu compte que matériellement, puisque c’est bel est bien un problème de « choses » que nous déplaçons, transformons, déplaçons encore, utilisons puis probablement jetons sans vraiment penser à ce que ce rebut deviendra, j’ai ce qu’il me faut. Voire même plus qu’il ne faudrait alors que très sincèrement, je suis loin du superbe écran LED, de la tour de gamer, du dernier ou presque téléphone à la mode, ou même de la collection de figurines d’un quelconque univers génial.

Du coup, je me dis qu’il y a du progrès, qu’il faut un début à tout. C’est p’t’être pas si mal, comme début, non ?

Où peut-on agir ? A-t-on seulement la force, l’énergie et le courage de le faire ?

« commencer » et « agir » sont, à mon sens et dans ce contexte, deux choses différentes.

Commencer c’est amorcer un nouveau schéma de pensée, c’est amorcer un ou des changements.

Mais en ce qui concerne le fait d’aller plus loin, de faire plus pour changer plus, mais surtout de trouver l’énergie et le courage de continuer ?

Il m’est très difficile d’arrêter les jeux vidéos, par exemple. Pourtant ça bouffe de l’électricité, électricité dont la production n’est pas forcément propre. Cela consomme aussi du matériel. Ah, bon alors, là dessus, je me suis promis de ne plus acheter de matériel informatique, sauf si celui-ci rend l’âme complètement et sans tricher en le passant à la machine à laver, sous tension et avec des paillettes de cuivre dans l’eau !

De la même manière, il m’est toujours difficile de promouvoir les circuits courts et de cuisiner chez moi, de façon anticipée, alors qu’il est tellement plus simple d’aller entre midi et deux, au [nom de grande surface] d’à côté, de prendre mes légumes râpés et servis dans un bol en plastique.

La bouffe tiens, parlons-en. C’est quand même assez compliqué de se séparer totalement des œufs et du lait. Déjà parce que je suis amené à me déplacer souvent pour mon travail et que, raccord à la flemme et à la cuisine maison, trouver des mets vegan, et donc sans émissions CO2 à base de pets de vache, sur le terrain est assez compliqué voire impossible si l’exigence appelle à la diversité.

De même que je ne fais absolument rien de concret politiquement parlant. Déjà écrire ce journal, pour moi c’est déjà pas mal.

Raaaalalaaaaa…

Je (oui, toujours moi, pas vous) viens de me relire. C’est flippant, j’ai l’impression de ne rien faire, et de faire partie de ceux que je stigmatise pour leur passivité.

En gros, d’être un putain d’hypocrite.

Va bouffer des racines à poil dans la forêt

Aïe. Ptêtre pas… ça serait sans doute trop radical. Et malgré tout, il fait quand même froid, dehors, en ce moment ! Et je suis pas du genre très gras, m’voyez ?

Blague à part, doit-on réellement en arriver là ?

Allons bouffer des racines à poil dans la forêt. On fera un grand feu Bio® avec des feuilles d’arbre.

Quels sont les groupes ou groupuscules qui s’y mettent ? Oh j’en vois déjà qui répondront avec les fermes d’avenir, les cités écologiques.

Je connais ça.

Pourtant, bon, devenir paysan très franchement ça m’attire moins que de faire pousser des machines virtuelles et bâtir ou même concevoir des maisons, bien moins que de programmer en Rust.

Et à côté de ça on a des gens (pas que les terroristes, d’ailleurs) qui font sauter d’autres gens.

Vous en dites quoi ?

C’est milieu de semaine, il se passe sans doute encore pleins de choses, il y a encore du travail tout ça tout ça… je me souviens d’ailleurs d’un journal sur LinuxFR parlant de statistiques sur le « taux de succès » que peut avoir un journal, selon le jour et l’heure de publication.

Je me souviens aussi des remarques passées des personnes actives dans les commentaires, appelant à plus de structure dans l’écriture.

J’ai fais ce que j’ai pu, en espérant que ça ne fasse pas gros pavé de conneries que de toute façon c’est pas le dernier troll Lennart-ico-Hurd-esque.

Si ça vous dit de causer, il paraît qu’on peut cramer un peu plus de CO2 dans l’atmosphère pour échanger des idées, ici via les commentaires. Ceci dit je me demande si c’est vraiment différent de se rassembler à un endroit, éventuellement bouffer mais péter, sûrement, pour enfin avoir la bouche vide mais le cerveau plein, et parler.

Aller, on se lance… prévisualiser… poster !

  • # Sur le CO2, un ordre de grandeur

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Émettre moins de CO2, je suis pour.

    Quand l'Indonésie, avec ses feux de forêts, émet en 3 jours autant de CO2 que toute l'industrie allemande en une année, je me dis qu'il y a sans doute pas mal à gagner là.

    On parie que le sujet ne sera pas abordé à la COP21 ?

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

      Posté par . Évalué à -10.

      Il suffit d'éteindre les appareils éléctriques lorsqu'il fait nuit et de dormir. C'est un bon début.

      • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

        Posté par . Évalué à 10.

        En France ça ne change pas grand chose l'énergie vient en très grande majorité du nucléaire et de barrage, ça ne produit pas (ou tes peu de CO2).

        Ça n'empêche pas qu'il est bon de réduire sa consommation d'énergie, mais pour le CO2 (en France) ça ne change pas grand chose. Essaie d'arrêter d'utiliser une voiture, c'est plus efficace.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

          Posté par . Évalué à 3.

          Les barrages produisent peut-être peu de CO2, mais ils n'en sont pas moins polluants sur d'autres critères. Ils ont tendance à détruire la faune et la flore des rivières et bords de rivières qu'ils utilisent pour produire l'électricité, en modulant artificiellement la vitesse et la hauteur des courts d'eau. Ils empêchent également la vie de tous les poissons migrateurs, comme exemple les saumon qui ne peuvent plus remonter les cours d'eau pour se reproduire.

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Ils ont tendance à détruire la faune et la flore des rivières et bords de rivières qu'ils utilisent pour produire l'électricité

            A partir de la, vaut mieux se suicider, car tout ce qu'on fait tue du monde (fourmis dans son jardin etc).
            il y a des compromis à trouver… (et la je sens que je vais rameter les anti-NDDL et anti-Sivens…)

            (…) comme exemple les saumon qui ne peuvent plus remonter les cours d'eau pour se reproduire.

            Ha
            Bref, il est faux (du moins de nos jours) de dire "ils empêchent" vu qu'on sait faire des barrages qui n’empêchent pas (c'est donc un choix).

        • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 19/11/15 à 09:06.

          Voila la une des aberrations de l’écologie actuelle. L'objectif est noble (économie d’énergie), les arguments mauvais(le CO² qui n'est qu’un des marqueurs de notre consommation d'énergie) mais cela reste tout de même très très partielle pour appelé cela de l'écologie. Le CO² est monté aujourd'hui comme marqueur ultime de l'écologie en oubliant tout le reste (coucou les particules fines du diesel).

          Tu parles d’arrêter la voiture (150g/km de CO² x 10000km = 1T5, source) mois je te propose par exemple d’arrêter de te chauffer(5000 kWh/an * 300g/kWh de CO² = 1T5 source, source). Et la on va me sortir qu'on peut plus facilement arrêter la voiture, que s’arrêter de chauffer. Je te propose d'aller dire ça a quelqu'un qui habite en raz campagne et a qui son boulot est à 20 minutes de voiture. Bref pour moi très caractéristique du débat actuel à l'emporte pièce qui est très dogmatique et sans nuance.
          Le meilleur exemple pour moi est la voiture électrique, que même certains caractérisent de voiture "verte". Une batterie au lithium(ressource rare) d'Amérique du sud qu'on doit changer souvent, rechargé à l'uranium Africain, on doit pas avoir la même définition de "verte". Pour moi c'est pas une voiture "verte". C'est juste une voiture qui correspond très bien à l'utilisation urbaine, car elle n'émet pas de polluant localement ce qui est la grosse problématique des villes et à une autonomie limitée. Donc c'est la meilleure alternative aux transports urbains mais ce n'est pas une voiture "verte".

          Il y a d'autres exemples où il y aura plein de chose à redire sur le discours dogmatique actuel, où la nuance est aux abonnés absents. Même si l'objectif est noble et je le partage à 100% cela ne doit pas empêcher d'être un peu pragmatique.

          Comme dit plus haut, l'écologie c'est un peu plus complexe que uniquement le CO²

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par (page perso) . Évalué à -10.

            aller dire ça a quelqu'un qui habite en raz campagne et a qui son boulot est à 20 minutes de voiture.

            "Les gars, je me suis mis volontairement dans une situation de pollueur, vous ne pouvez pas me dire d'arrêter de polluer sans que ça me flingue!"

            Euh… Sérieux, tu arrives à ne pas rigoler en balançant ça?

            Oui, je sais, les gens qui se disent les plus écolos (enfin, les plus dogmatiques) sont souvent en campagne donc le plus polluant (impossible de mutualiser pour réduire la pollution), et sont écolos surtout quand ça les arrange (campagne plus que ville avec transport mutualisés, grande maison plus que'appart plus petit et avec murs mutualisés etc…), mais toi qui parle de dogmes ensuite, te voilà à bien les défendre…

            Bref pour moi très caractéristique du débat actuel à l'emporte pièce qui est très dogmatique et sans nuance.

            tu y participes pas mal aussi (vu la phrase juste avant, excusant comme ça les gens qui se mettent volontairement dans de situations polluantes).

            Donc c'est la meilleure alternative aux transports urbains mais ce n'est pas une voiture "verte".

            "plus verte" si tu préfères.

            Une batterie au lithium(ressource rare)

            Ca, OK, rien à redire hormis qu'il faudra avoir le bilan total entre la batterie et la pollution à base de pétrole avant de critiquer que c'est horrible. Certes je crois "sur parole" les gens disant que c'est mieux en tout et ce n'est pas bien de croire sur parole, mais toi peux-tu me filer un bilan global qui dit que a la voiture plus verte est pas mieux globalement

            rechargé à l'uranium Africain

            Rien à voir avec le sujet, hormis un problème franco-français (écolo, oui, mais les éoliennes pas dans mon jardin, d'autres pays genre un grand voisin fait beaucoup d'éoliennes sur son territoire)

            en oubliant tout le reste (coucou les particules fines du diesel).

            Particules fines limitées depuis Euro5, c'est oublier?
            Certes ça a mis du temps, mais ton exemple est archi faux en 2015.

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 8.

              en campagne donc le plus polluant (impossible de mutualiser pour réduire la pollution),

              C'est assez discutable. Par exemple, la "mutualisation" des déchets des villes (qu'on enterre à la campagne, merci pour nous) me semblant un peu moins vertueuse que celles des campagnards (qui de toutes façons compostent ou réutilisent tout ce qu'ils peuvent, parce que les tournées de ramassage ont généralement été divisées par deux ces dernières années).

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                C'est assez discutable. Par exemple, la "mutualisation" des déchets des villes (qu'on enterre à la campagne, merci pour nous)

                Cela est de moins en moins vrai avec la revalorisation des déchets pour produire de l'électricité ou du chauffage urbain… pour les citadins !

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par . Évalué à 8. Dernière modification le 19/11/15 à 09:53.

            À moins qu'il y'ait de l'autoroute dans l'affaire 20minutes en voiture ça correspond en général à un trajet de 40-50 minutes à vélo. Donc rien d'inenvisageable. C'est plus une question de volonté et de petit confort que de difficulté qu'on range dans les first world problems.

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 19/11/15 à 10:14.

              Effectivement il y a certainement pas mal de cas où il s'agit uniquement du confort, mais il y a certainement aussi pas mal de situations où c'est une nécessité(on a pas forcément tous les mêmes contraintes). Mais bon à part sur les axes à forte influence, vue les normes (si elles sont respectées) ce n'est effectivement pas un first world problem.

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 7.

                Pour en discuter autour de moi, les principales objections à l'utilisation du vélo comme moyen de transport sont :
                1. C'est dangereux de rouler sur la route : Bizarrement, faire du vtt dans des chemins pourris avec des caillous pointus, des descentes bien traitres et des chasseurs alcoolisé sembler poser moins de problèmes que rouler à coté des autos. La nature, ça rassure. Blague à part, une fois correctement équipé, veste rétro-réfléchissante, éclairage, casques, gants et une fois habitué, la cohabitation se passe bien, modulo quelques rares excités.
                2. On ne peut pas faire les courses et/ou déposer les mômes : Sauf utilisation d'un cargo-bike ou d'une remorque à minots, c'est pas évident. Généralement, n'étant pas concerné, je n'objecte rien à ce sujet.
                3. C'est salissant, la pluie, la sueur tout ça : C'est aussi une question d'équipement. Puis on est pas obligé de prendre le vélo tout le temps, on peut ce contenter de le prendre juste quand il fait beau et rouler a la cool, c'est déjà pas mal.
                4. Le vol et le vandalisme : C'est franchement un problème. Perso, j'utilise une consigne véligo/sncf pour le stationnement pour le vélotaf. En utilisation urbaine pour faire les courses etc, je ne le laisse pas longtemps, un antivol basique me suffit et je n'ai pas encore eu de souci.
                5. C'est trop dur ! Évidemment, les gens qui on du relief sur leur trajet, ça peut rebuter. Perso, j'ai une petite cote à 16% sur le retour. Faut y aller pépére, mettre le bon développement et surtout pas tenter de passer en force. Avec mon quintal, je monte a 4/5 km/h, aussi vite qu'à pied, quoi. C'est super bon pour le cœur. Et je pratique depuis 1 ans, la remise en forme est spectaculaire. Sinon, y a le VAE pour les pays de relief et les petites formes.
                6. La distance et le temps de trajet : Faut faire le calcul. Pour moi c'est 8km -> 30 minutes en comptant les phase de départ et d'arrivé. Un peu plus long que le bus, ou la voiture, ou je comptais 20 min de trajet plus ou moins congestionné et en comptant le départ et l'arrivée (trouvé une place de parking, etc).

                Bon, et y a aussi des gens qui te dise carrément qu'ils n'ont pas envie de prendre le vélo, qu'ils sont bien dans leur bagnole avec la radio et le chauffage et pis c'est tout.

                Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

                • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                  Posté par . Évalué à 7.

                  Je peux comprendre que tout le monde ne peux pas prendre de vélo, ça n'oblige pas à avoir sa propre voiture.

                  C'est franchement comique d'en voir certains se peindre des bouchons du matin/soir (tu te rends compte ? On pars tous du même endroit pour aller au même endroit et on prend tous notre voiture individuelle à un prix indécent (achat + entretiens + carburant + assurance)). Ce qui n'ont pas le choix sont plus à peindre qu'autre chose.

                  Pour tes arguments :

                  • je peux bien me faire voler mon vélo tous les ans que ça continuera à me coûter moins cher que la voiture
                  • pour le calcul du temps il faut inclure le temps de sport que ça t'économise à côté (au moins 30 minutes par jour sinon c'est en mois de bonnes santé qu'il faudrait compter)

                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                  • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    On pars tous du même endroit pour aller au même endroit

                    Justement non, et c'est ce qui fait que les transports en commun ne sont pas faciles à mettre en place partout et que pas mal de monde se retrouve quand même avec des trajets 2 à 3x plus courts en voiture qu'en transports en commun même en ville.
                    Tout n'est pas si facile.

                    à peindre

                    En quelle couleur tu les peins? :)

                    • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                      Posté par . Évalué à 6.

                      Tout n'est pas si facile.

                      Bien sûr mais on peut tout de même envisager l'intermodalité. Tu habite un patelin plus ou moins loin de l'agglo qui regroupe toute l'activité ? Ben tu utilise tes pieds, ton vélo, ta trottinette ou ta voiture pour aller jusqu'au centre de ton patelin et tu fais le reste ou en tout cas une très grande partie en covoiturage. Tant qu'il n'y a qu'une seule des modalités qui est commune c'est assez simple à gérer (tu n'a pas de correspondance).

                      Ça demande surtout un peu d'organisation, mais tu gagne en temps et en argent.

                      C'est dommage que les entreprises qui faisaient ça (en affrétant des bus) soient de plus en plus rares (le CEA de Cadarache le fait je crois qu'Eurocoptère aussi).

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                      • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                        mais tu gagne en temps

                        Justement non, et c'est bien pour ça que beaucoup de monde a une voiture.
                        J'avoue ne pas comprendre comment tu peux sortir cette phrase, vu que c'est le principal interêt de la voiture.

                        et en argent.

                        Plus ou moins : le temps c'est de l'argent, donc ça dépend de combien de temps tu gagnes à prendre la voiture (cf ligne plus haut).

                        • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                          Posté par . Évalué à 6.

                          J'avoue ne pas comprendre comment tu peux sortir cette phrase, vu que c'est le principal intérêt de la voiture.

                          Tu économise du temps en évitant de créer des bouchons.
                          Tu économise du temps de cerveau parce que tu ne passe plus la totalité de ton trajet à devoir conduire.
                          Tu économise du temps de vie en bonne santé parce que respire mieux1.


                          1. oui si tu me parle du temps qui vaut de l'argent je ne vais pas me gêner avec ce genre d'argument. 

                          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 1.

                Sans parler du cout d'apprentissage, d'élevage et d'entretiens, je vois rien de plus écolo et rapide que le cheval, et je suis objective (je pense), les chevaux me font peur.
                Je parle pas de supprimmer les longs trajet (voiture, camion…) et transport en commun.

                Aprés si vous êtes du genre, «ah non ! nous on est en train de ce ré inventer une façon de vivre les chevaux ça fais pas neuf comme idée» héhé, ça vas être marrant je pense, comme d'hab quoi.

                Allez tous vous faire spéculer.

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 0.

              Ou 1000 metres de dénivellé sur une route passante sans alternatives, ou de la neige et du verglas en hiver. Ce qui rend le deux roue impraticable et ce d'autant qu'il y a du dénivellé.

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 4.

                Avec les 10 millions d'habitants dans les Pyrénées ça doit effectivement concerner bien 90% des automobilistes.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Juste en France, tu oublies les Vosges, le Jura, les Alpes et le Massif central. La France est un pays assez montagneux.
                  Évidement si tu ne considères que les habitants des 8 plus grandes métropoles françaises…

                  Ce qui, soit dit en passant exclut 75 % de la population du pays !

                  • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                    Posté par . Évalué à 7.

                    Je vis dans la capitale des Alpes, je sais ce que c'est qu'une montagne et qu'il y en a en France :)

                    Je ne crois par contre pas le moins du monde que 75% des habitants sont sujets à des problèmes liés aux reliefs.

                    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 10.

                Forcément, en montagne l'hiver, c'est plus compliqué. Mais, bon, en plaine, en ce qui concerne le verglas, j'ai trouvé la parade. L'année dernière, je me suis retrouvé deux fois par terre et c'était vraiment impraticable et dangereux. Le problème, c'est que cela arrive de façon assez imprévisible. Raisonnablement, il aurait fallu que j'arrête le vélo dés que la température s'approchait de zéro, même si il n'y a pas forcément de verglas car il faut aussi que la route soit humide avant que la température descende. En me renseignant, j'ai trouvé ça :

                schwalbe Marathon Winter

                En vidéo

                Oui, en vélo, tu peux rouler avec des pneus à clous et ça tient bien sur du verglas. Bon, de là à descendre un col de montagne sur une route complètement gelé, peut-être pas. Mais en ce qui me concerne, ça suffit. Gonflé à 5bar, ils ont un rendement correct sur de la route séche. En cas de risque avéré, suffit de les dégonflé un peu (2 à 3b), et ça tient. Et quand ça part en live comme chaque année en île de france, tu te retrouves à passer sans encombre dans le bordel, un léger sourire aux lèvres.

                Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

                • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Bof le col de montagne tu le descendras très bien avec des marathon winter. Le plus dur c'est de ne pas finir complètement gelés.

                  Je les utilises aussi ça marche très bien. C'est d'ailleurs assez rigolo de dépasser en toute sécurité voitures et scooters en perdition sur sol gelés/enneigés.

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par . Évalué à 6.

            Voila la une des aberrations de l’écologie actuelle. L'objectif est noble (économie d’énergie), les arguments mauvais(le CO² qui n'est qu’un des marqueurs de notre consommation d'énergie) mais cela reste tout de même très très partielle pour appelé cela de l'écologie. Le CO² est monté aujourd'hui comme marqueur ultime de l'écologie en oubliant tout le reste (coucou les particules fines du diesel).

            Ben en fait je répond à un fil dont le titre est « Sur le CO2, un ordre de grandeur ». Je ne dis pas que c'est autre chose.

            Tu parles d’arrêter la voiture (150g/km de CO² x 10000km = 1T5, source) mois je te propose par exemple d’arrêter de te chauffer(5000 kWh/an * 300g/kWh de CO² = 1T5 source, source).

            Tu prend des hypothèses. Tout le monde ne se chauffe pas au fioul.
            Mais je suis intéressé par le chiffre de 180 pour l'électricité. Attention je ne dis pas que l'électrique c'est bien, j'aimerais juste savoir pourquoi ça produit tant de CO².

            Bref pour moi très caractéristique du débat actuel à l'emporte pièce qui est très dogmatique et sans nuance.

            Tu te fais ton débat (tu fais les arguments et les réponses) et tu nous explique que c'est caractéristique d'un débat que t'aime pas.

            Comme dit plus haut, l'écologie c'est un peu plus complexe que uniquement le CO²

            Tout à fait et pour avoir une vision plus complète de tout ça, il est intéressant de se renseigner sur la décroissance au moins pour voir.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 2.

              Oui, je suis désolé j'ai élargi le débat. Mea culpa.
              Je prends des hypothèses, mais quelque soit l’énergie de chauffage l'ordre de grandeur est le même.
              Les arguments je les sorts pas de mon chapeau, ce n'est pas forcément ce qui a été défendu sur ce fil mais c'est des arguments qu'on entendu souvent. C'est juste l'argument de la voiture que l'on voit passer souvent sur lequel j'ai rebondi.
              Vu l'ambiance actuelle parler de CO² mais ne pas vouloir parler d'écologie c'est un peu bizarre vue l'énergie qui est mis pour réduire l'écologie à l'unique problème du CO².

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 1.

                vue l'énergie qui est mis pour réduire l'écologie à l'unique problème du CO².

                Par qui ?

              • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

                Posté par . Évalué à 5.

                C'est juste l'argument de la voiture que l'on voit passer souvent sur lequel j'ai rebondi.

                C'est surtout que se battre pour la voiture ne sert à rien, les mentalités changeront moins vites que le prix du carburant.

                Vu l'ambiance actuelle parler de CO² mais ne pas vouloir parler d'écologie c'est un peu bizarre […]

                Non, c'est une manière de parer au plus pressé tout simplement. Éliminer des espèces, on le fait tous les ans sans que ça ne chamboule notre quotidien.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Une batterie au lithium(ressource rare) d'Amérique du sud qu'on doit changer souvent

            Et qu'il faut recycler correctement, sous peine de pollution environnementale et donc d'atteinte à la santé. Et ça doit être "chouette" les accidents de voitures électriques, quand les batteries sont éventrées…

            C'est comme les ampoules basses consommation : on nous bassine que c'est écologique parce que ça consomme moins. Alors que le coût écologique de la fabrication de ces ampoules est sans commune mesure avec celle des ampoules incandescentes. Idem pour le coût écologique de la fin de vie.

            En effet une ampoule basse consommation est bourrée de composants électroniques, de mercure et autres cochonneries alors qu'une ampoule classique ce n'est qu'une simple ampoule de verre + fil de tungstene + culot en ferraille. L'énergie utilisée pour fabriquer ces ampoules "écologiques" doit certainement être bien supérieure à celle que l'on aura "économisé" durant son utilisation (quand elles ne claquent pas prématurément, alors qu'on nous promet des durées de vie plus longues) : le nombre de matières premières à extraire, à produire, à acheminer et à transformer est bien plus élevé que celui des ampoules classiques. (extraction = destruction de la nature, acheminement/production/transformation = co2 + pollution + energie consommée)

            Ensuite je doute que la majorité des ampoules soient recyclées correctement et donc elles finissent dans la nature ou les décharges, ou encore à l’incinérateur dont on respire les émanations tôt ou tard malgré les soi-disant supers filtres. je ne suis pas un spécialiste, mais j'ai comme l'intuition que sur le long terme, tout ceci ne doit pas être super bon pour l'environnement et la santé, malgré les quantités minimes dans les ampoules.

            Et je ne parle pas de l'efficacité toute relative à l'usage…

            Bref, de mon point de vue, les ampoules basse consommation sont la plus grosse arnaque des industriels et politiques en ce début de siècle Un désastre écologique à court terme (fabrication) et à long terme (pollution en fin de vie).

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 3.

              Exactement d’où mon point sur certains dogmes, où une idée au premier abord est écologique mais qui au final ne l'est pas tellement. Rajoutons au faite que les ampoules à filament sont utilisées principalement chez les particulier, par intermittence où on s'éclaire beaucoup plus en hiver qu'en été, époque où on se chauffe globalement le plus (ce qu'on reproche à l'ampoule à incandescence). Donc les pertes théoriques des ampoules ne sont pas égaux aux pertes globales, même si c'est toujours plus que l'utilisation d'autres types d'ampoules.

              Ils y a plusieurs sujets comme ça (éolienne, panneaux solaire, …) où le "résultat" global est beaucoup plus contrasté que ce qu'on essaye de nous vendre. Je ne dis pas que c'est moins bon que les autres alternatives, juste que ce n'est juste pas blanc ou noir.

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par . Évalué à 5.

            Comme dit plus haut, l'écologie c'est un peu plus complexe que uniquement le CO²

            Euh, comment dire ?

            Le CO2, ce n'est pas un simple "marqueur" de notre emprunte écologique, c'est un facteur qui va durablement impacter le climat, et donc l'écologie en tant que système, de la planète. C'est un problème en soi qui doit être attaqué dans le cadre d'une problématique écologique.

            Ça n'empêche évidemment pas de s'attaque à d'autres problématique ou de s'attaquer à celle là en même temps que d'autres, mais c'est complètement fallacieux de relativiser le problème.

      • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

        Posté par . Évalué à 1.

        t'as bien raison mon ptit nono…
        bon sang déjà 4h30 ! ça passe vite le stalking à la mode soviétique !
        alleez courage, tu l'auras mon ptit nono.

    • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      attentnion, ce n'est pas le meme co2. Les feu de foret produisent du co2 qui était deja a la surface de la terre. Ca fait parti du cycle de la photsynthese (les arbre vont repousser, refixant le co2 de l'atmosphere). L'emission de co2 des centrales proviennent de l'energie fossile, extrait de sous la terre, ce co2 ne reviendra pas sous la terre…

    • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Ce que je regrette avec cette histoire, c'est qu'on réduit l'écologie au CO2. C'est très limitatif. A mon sens, les émissions de CO2 sont un problème écologique mineur comparé a :

      • l'érosion des sols
      • les pesticides
      • le nucléaire
      • tous les autres polluants (particules, plastiques, chimiques, …)
      • les infrastructures
      • la pêche
      • la densité trop importante des populations dans les villes (qui est un facteur de tout le reste)

      Si tu cherches juste a limiter le CO2, tu va remplacer ton poêle a bois avec un convecteur électrique ? Il faut tout de même garder un peu de bon sens…

      Donc, si tu cherches a avoir un effet dans tes actions, c'est important de définir ce que tu cherches a accomplir. Choisir les objectifs. Ensuite, seulement, les actions pourront avoir du sens.

      • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Ce que je regrette avec cette histoire, c'est qu'on réduit l'écologie au CO2.

        D'un autre côté le réchauffement climatique est peut être à court/moyen terme le danger le plus grand pour notre espèce et notre mode de vie par rapport aux autres problématiques.
        Sans compter que réduire la production de ces gaz à effet de serre peuvent avoir un impact sur d'autres domaines (comme l'agriculture ou la pollution atmosphérique).

        le nucléaire

        Tu sais, les centrales à charbon tuent plus que le nucléaire civile et causent bien plus de dommage à l'environnement également…

        la densité trop importante des populations dans les villes (qui est un facteur de tout le reste)

        Il vaut mieux une densité de population importante qu'un étalement urbain important. D'ailleurs on le voit, les pays européens polluent moins en transport qu'en Amérique du Nord à cause de cet urbanisme notamment.
        Un citadin est, d'un point de vue réchauffement climatique en tout cas, bien plus "écologique" qu'un campagnard ou un gars de banlieue.

        • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          un gars en banlieue n'est pas un citadin?
          Tu parles de banlieue de manière générale ou de banlieue avec maisons?
          Car des banlieues denses avec transports en commun, c'est assez classique et je ne vois pas la différence écologique avec une ville "centre".

          Bref, je demande la définition de "citadin" et "banlieue".

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Pardon, je pensais aux banlieues pavillonnaires très répandues en Amérique du Nord, qui sont très étalées et rendent l'usage de la voiture presque indispensable.

            • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

              Posté par . Évalué à 3.

              Il s'agit plus d'une absence de volonté politique. Aux USA, tu as globalement AMTRAK et SEPTA comme compagnies de chemin de fer, par exemple. AMTRAK propose l'équivalent de trains Corail en termes de vitesse (mais la 2nde classe est bien plus confortable que l'équivalent Corail, avec sièges larges, des prises électriques, etc. — ceci dit, ils ont p'tet modernisé les Corail, j'ai pas repris ces trains depuis un bail). Par contre, le prix est extrêmement élevé : ~100$ pour un A/R entre Wilmington (Delaware) et New York City, pour une durée de 2h (qui aurait pu être réduite à 45 minutes avec un train de type TGV ou Shinkansen). SEPTA est beaucoup moins cher, mais s'arrête partout. Un ami prenait un train SEPTA pour aller dans le New Jersey, car c'était moins cher. En voiture, ça prenait ~2h/2h30. En train, il mettait facilement 5h ou 6h. Un peu comme lorsqu'on veut aller (par exemple) de Compiègne à Amiens en train : le plus rapide est de prendre un Corail pour Paris (~40 minutes), puis un TGV — mais c'est cher. Ou alors, on prend des Corail, l'un pour aller à Noyon, puis l'autre pour Amiens. C'est beaucoup moins cher, mais prend facilement 5h (dans des trains franchement pas confortables).

              Les compagnies de bus se débrouillent un peu mieux. Grey Hound et Megabus proposent des trajets Wilmington-New York City pour ~10-50 dollars (A/R). Mais si on regarde les « petits » trajets (par exemple pour aller de Wilmington vers Newark, les deux dans le Delaware), on se retrouve avec certes un prix ridiculement bas (1,5$), mais un temps de trajet de 1h30 alors que Wilmington-Newark prend 20 minutes en voiture. Sans compter le fait que les bus « locaux » ont tendance à être très imparfaits en termes de ponctualité.

              Bref : il est parfaitement possible d'avoir des transports en commun potables. Il suffit de monter les impôts locaux, et évidemment c'est pour ça que personne n'acceptera.

        • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

          Posté par . Évalué à 6.

          Tu sais, les centrales à charbon tuent plus que le nucléaire civile et causent bien plus de dommage à l'environnement également…

          Encore mieux, une centrale à charbon rejette plus de radioactivité dans l'atmosphère qu'une centrale nucléaire.

          http://effetsdeterre.fr/2009/04/09/un-voile-leve-sur-la-radioactivite-du-charbon-et-des-engrais/

          • [^] # Re: Sur le CO2, un ordre de grandeur

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Possible, mais la différence fondamentale entre les deux dangers est que, dans le cas du charbon, si on trouve quelque chose de mieux, on peut y passer sans dommages durables (en gros, ça fait des morts maintenant, mais si on arrête ça n'en fera plus au bout d'un temps raisonnable), tandis que dans le cas du nucléaire, si on trouve quelque chose de mieux à côté, ça veut pas dire qu'on peut oublier le nucléaire (il faudra s'occuper de neutraliser le méchant bébé pendant « longtemps », sauf quand il y a des accidents, comme à Fukushima, car alors impossible même d'essayer de neutraliser les dégâts faute de moyens techniques de le faire de nos jours).

  • # œufs !

    Posté par . Évalué à 7.

    Je ne vois pas pourquoi tu mets les œufs à l'index, une poule n'émet pas spécialement du CO2 (ce n'est pas un ruminant). D'un point de vue écologique et diététique, les œufs c'est bien, surtout si tu évites à côté la viande. Bon, ça ne vaut pas les insectes :-)

    • [^] # Re: œufs !

      Posté par . Évalué à 6.

      Je ne vois pas bien pourquoi il faudrait mettre de côté la viande (laquelle d'ailleurs ?). Les protéines animales font partie du régime alimentaire humain et il est bon que la source soit diversifiée.

      A un moment donné il faudrait plutôt se poser la question de la qualité de ce qu'on mange. Manger vegan c'est peut-être cool et la mode, mais si c'est pour pourrir les terres agricoles d'engrais chimiques, de pesticides et de monocultures en tout genre, le tout tuant de grandes quantité d'organismes vivant en tout genre, je ne vois pas bien l'intérêt.

      • [^] # Re: œufs !

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Je ne vois pas bien pourquoi il faudrait mettre de côté la viande

        Parce qu'on ne peut pas être 7 milliards d'êtres humains à manger de la viande deux fois par jour sans que cela ait un impact écologique important ?

        Après il ne faut pas nécessairement ne plus manger du tout de viande, mais réduire beaucoup la consommation ne peut qu'être bénéfique pour l'environnement.

        A un moment donné il faudrait plutôt se poser la question de la qualité de ce qu'on mange. Manger vegan c'est peut-être cool et la mode, mais si c'est pour pourrir les terres agricoles d'engrais chimiques, de pesticides et de monocultures en tout genre, le tout tuant de grandes quantité d'organismes vivant en tout genre, je ne vois pas bien l'intérêt.

        Une grande partie des monocultures utilisant engrais et pesticides servent à nourrir les animaux (et il n'est pas possible de faire autrement si on veut maintenir la quantité de viande ingurgité actuellement).

        • [^] # Re: œufs !

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          "Sauvez la Terre, mangez des humains !" (proverbe alien)

          Plus sérieusement, il y a viande et protéines…

          Et trés personnellement, je regrette qu'en France, pays de la bouffe par excellence, je sois obligé d'aller dans une obscure épicerie africaine, au fond de la cour, pour me procurer des vers de farine revenus au piment. Les insectes, on devrait à manger en donner aux petits dès l'école. Les grillons grillés, c'est excellent !

          • [^] # Re: œufs !

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            "Sauvez la Terre, mangez des humains !" (proverbe alien)

            Dans par exemple Cloud Atlas, pas besoin d'alien, c'est en fait optimisé : on veut vivre, on ne veut pas trop "créer" de viande à manger, donc utilisons la viande qu'on ne veut pas réduire, donc…

            C'est "non éthique" mais écologiquement pas idiot.

      • [^] # Re: œufs !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Les monocultures sont causées par la mécanisation de l'agriculture. Cultiver au tracteur est très rentable en terme de surface cultivé par cultivateur, mais très peu rentable en terme de production au m². La culture a la main est la plus rentable dans ce cas car tu peux mélanger les espèces végétales. et gagner en productivité au m².

    • [^] # Re: œufs !

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Oui mais nourrir l’animal est une donnée à prendre en compte… de même qu’il faut nourrir les humains, les animaux que nous utilisons pour nous nourrir, directement ou indirectement, doivent eux aussi être nourris. Ça ajoute une étape pas forcément utile.

      Bon après, faire des crêpes sans œufs c’est un peu plus chiant et ça fait quand même pas pareil :/

      Love – bépo

  • # Ce livre a 40 ans.

    Posté par . Évalué à 3.

    Mais il n'en demeure pas moins plein de bon sens sur certains points :

    http://savoir-revivre.coerrance.org/

    Tu y trouveras des pistes intéressantes, qui ont bien sûr évolué et qui ne s'adaptent pas forcément aux métiers actuels…mais il y a des idées.

  • # Vous en pensez quoi ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Qu'il manque un abstract…

  • # Décroissance

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Du coup, je me dis qu’il y a du progrès, qu’il faut un début à tout. C’est p’t’être pas si mal, comme début, non ?

    Perso, j'élague pas mal dans mes achats (et non, qu'on ne m'offre rien à Noël, pitié, je m'achète déjà ce dont j'ai besoin et donc les cadeaux sont que du superflu) depuis quelques années, et sans parler d'écologie, ce sont mes finances qui s'en trouvent nettement améliorées (et je peux voir l'avenir sereinement, sans me dire que je vais devoir bosser jusqu'à 65 ou 70 ans, et au niveau santé, par le non stress sur mon avenir, j'y gagne aussi).
    Je n'élague pas tout (j'aime trop passer du temps au resto, donc je garde ça entre autre), mais c'est déjà pas mal comme début que d'éviter Noël et autres dépenses futiles toute l'année tant qu'on peut.

    Mais du coup, à force de ne plus avoir envie d'acheter à tout va, ça me fait un peu sourire, car au final je pollue moins la planète que bon nombre de personnes se disant écologistes alors que je ne suis pas écolo du tout (cherchez l'erreur).

    L'écologie, ça commence donc pas consommer moins. Pas tout s'interdire, pas la peine d'être masochiste, mais se demander si ça vaut le coup de prendre sa voiture pour 10 minutes de trajet quand les transports en commun en mettre 15 (d'une c'est moins cher car la voiture ça coûte bonbon, et de deux écologiquement le transport en commun reste mieux que sa "voiture écolo", et de 3 j'avoue laisser mon esprit flâner dans les transports en commun et pas en voiture donc le "temps perdu" n'est pas si perdu que ça) ou le vélo 15 aussi (en plus, ça évite aussi de payer pour un vélo d'appartement ou le club de sport avec vélo, double gain).

    Allez, pour commencer vers l'écologie, motivez-vous et n'achetez pas de cadeaux de noël et refusez-les quand on vous les offre (surtout vu le nombre de cadeaux qui partent à la poubelle ou se retrouvent sur Ebay, faites-vous à l'idée que vous offrez sans doute autant de cadeaux pourris que vous en recevez), la planète appréciera bien plus qu'un "cadeau, oui mais écologique"!

    • [^] # Re: Décroissance

      Posté par . Évalué à 0.

      Allez, pour commencer vers l'écologie, motivez-vous et n'achetez pas de cadeaux de noël

      Pas de bol, j'aime offrir. Et de toutes façons, je demande à la personne ce qu'elle veut (et vice-versa) donc c'est jamais perdu.

      et refusez-les quand on vous les offre

      Pas de bol, j'aime pas faire de la peine, surtout pour un "gain" écologique si maigre (le produit a déjà été manufacturé et transporté, l'acheter ou non en comparaison ne change pas grand chose à la facture écologique).

      Par contre, tout à fait d'accord sur le fait de moins dépenser dans des bêtises globalement.

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: Décroissance

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        (le produit a déjà été manufacturé et transporté, l'acheter ou non en comparaison ne change pas grand chose à la facture écologique).

        ???
        Si tu ne l'achètes pas, ventes moindres donc production année suivante moindre.
        J'avoue ne pas comprendre comment tu peux sortir ça : tu crois sérieusement que si il y a que 50 ventes les vendeurs vont produire 100?
        Un peu facile la déresponsabilisation… Si, tu as un impact.

        Et de toutes façons, je demande à la personne ce qu'elle veut (et vice-versa) donc c'est jamais perdu.

        Tu auras pris la mauvaise couleur, ou autre détail qui rend le produit moins bien que prévu :-D.
        Après, si rien n'est "perdu", chacun ses plaisirs… il est juste constaté une augmentation des mises en vente sur Ebay à ce moment.

        • [^] # Re: Décroissance

          Posté par . Évalué à 0.

          Si tu ne l'achètes pas, ventes moindres donc production année suivante moindre.

          Je doute influencer à ce point le nombre de ventes avec mon unique (potentiel) achat. ;-)

          Après, si rien n'est "perdu", chacun ses plaisirs… il est juste constaté une augmentation des mises en vente sur Ebay à ce moment.

          Je doute justement que ce soit si grave que ça écologiquement. On se trompe pas un peu de cible ?

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Je doute influencer à ce point le nombre de ventes avec mon unique (potentiel) achat. ;-)

            Argument classique de personnes ne voulant pas voir qu'ils participent.
            Adaptation de "mon vote ne change rien donc je suis parti en balade à la place d'aller voter".
            Bref, tu gardes ton confort en trouvant une bonne excuse pour ne pas prendre ta part de responsabilité.

            Avec ce genre de comportement, rien ne peut changer.

            Je doute justement que ce soit si grave que ça écologiquement. On se trompe pas un peu de cible ?

            Pareil qu'avant, ce qu'on fait soit n'est pas grave, "le monde" par contre devrait changer.
            Mais les changements dans le monde sont fait aussi de petits changement personnels.

            Note : je n'ai rien contre le fait que tu me dises "mais j'en ai rien à foutre de l'écologie et je me fais plaisir comme j'ai envie sans y faire attention", donc pas la peine de me sortir des excuses pour tes actes, je trouve dommage de ne pas nommer un chat un chat.

            • [^] # Re: Décroissance

              Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 19/11/15 à 10:52.

              Mais les changements dans le monde sont fait aussi de petits changement personnels.

              Certes, mais j'ai vraiment l'impression qu'on se focalise un peu trop là dessus et qu'on oublie tout le reste lors de certains débats comme celui-ci.

              je n'ai rien contre le fait que tu me dises "mais j'en ai rien à foutre de l'écologie et je me fais plaisir comme j'ai envie sans y faire attention"

              Pas vraiment non. Offrir des cadaux à Noël c'est pas polluer les eaux non plus, hein.

              Bref, oui l'écologie c'est important, mais à son extrême la vie humaine la plus écologique c'est d'être mort à la naissance. :p

              Bref, tu gardes ton confort en trouvant une bonne excuse pour ne pas prendre ta part de responsabilité.

              Je l'ai déjà prise ailleurs, figure toi (relis les posts plus haut).

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

    • [^] # Re: Décroissance

      Posté par . Évalué à 2.

      Vu que tu parles de vélo et de finances, je rebondis dessus. Pour le vélo je peux pas dire, mais je fais du roller, et le kilomètre en roller me revient PLUS cher que le kilomètre en métro.

      Déjà, il faut acheter les patins. Pour 50-70€, tu as une daube chez Décathlon, mais si tu veux un truc un minimun sérieux attends-toi à payer le double ou le triple en magasin spécialisé. Perso, les miens m'ont coûté 400€. Je ne regrette pas l'achat, mais il est à prendre en compte.

      Ensuite, il faut entretenir le matos. Les roulements s'encrassent, les roues s'usent. Coût d'une roue : 8-10€, il y en a 8 par paire de patins.

      Je ne suis pas sûr que le budget d'achat et d'entretien d'un vélo soit très inférieur.

      Enfin, il y a des coûts spécifiques au patin : le budget chutes. Tout le monde chute, même les meilleurs. Et une chute sur deux, c'est un jean troué. Mine de rien, c'est devenu mon plus gros poste de dépenses en roller.

      À côté de ça, les transports en commun, c'est 30€/mois à Grenoble, sans nécessiter de regarder la route. Alors attention hein, j'adore le roller et je ne changerais pour rien au monde de mode de transport, mais on ne peut pas dire que ce soit économe, et je ne pense pas que le vélo le soit non plus.

      Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

      • [^] # Re: Décroissance

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        et le kilomètre en roller me revient PLUS cher que le kilomètre en métro

        Je n'ai pas dit le contraire!
        L'avantage du vélo ou roller, c'est que tu ne dépends pas du maillage "bizarre" des transports en commun. Perso, j'ai parfois pour plus rapide de marcher 40 minutes que de prendre les transports en commun, ce que je considère non acceptable pour un réseau de transport (celui-ci doit être en théorie plus rapide que la marche non? OK pour les micro-trajets de 10 minutes du fait que le bus ne peut pas être la toutes les minutes et qu'on ne peut pas faire tous les trajets en direct, mais des fois c'est quand même bien pourri)

        Donc j'ai mis les deux exemples (transports en commun ET vélo).

        Alors attention hein, j'adore le roller et je ne changerais pour rien au monde de mode de transport, mais on ne peut pas dire que ce soit économe, et je ne pense pas que le vélo le soit non plus.

        Je n'ai pas dit le contraire (bis :) ).
        (j'ai comparé à la voiture surtout, ce gouffre financier adoré)

        • [^] # Re: Décroissance

          Posté par . Évalué à 1.

          Et surtout, grosse amélioration des dépenses de santé et par effet de bord, moins d'utilisation de ressources médicales :-)

          Un patineur se maintien en forme et coûte beaucoup moins cher à la société :-)

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par . Évalué à 1.

            Oui et non. Sur le long terme, c'est vrai que ça diminuera ton risque cardio-vasculaire. Par contre, sur le court terme, ça augmente considérablement le risque traumatique (les chutes). Pas sûr que ça se compense.

            Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

            • [^] # Re: Décroissance

              Posté par . Évalué à 2.

              Source ?

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par . Évalué à 2.

                Il faut vraiment sourcer le fait que quand on fait du roller, on tombe, et que le sport diminue le risque cardio-vasculaire ? Pour les chutes, c'est pas dur, tu vas à une rando du vendredi soir (en province, vu qu'elles sont maintenant interdites à Paris). Pour le risque cardio-vasculaire, tu fais une recherche sur www.pubmed.org.

                Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

      • [^] # Re: Décroissance

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Pour du déplacement urbain, un vieux vélo est très largement suffisant. Il y a de nombreux ateliers d'heureux-cyclage qui peuvent aider à remettre en état et entretenir à moindre frais.

        • [^] # Re: Décroissance

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Le principal soucis de vélo est que, quand tu parcours une certaine distance ou qu'il fait un peu chaud, il vaut mieux avoir une douche au travail.
          Le transport en commun au moins règle ce problème. Ou le télétravail où le gain de temps est imbattable. :)

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Ou le télétravail où le gain de temps est imbattable. :)

            Je confirme : que du bonheur que de passer 10 secondes pour le trajet logement-boulot.
            Par contre, ça n'enlève pas le trajet logement-crèche ou école, mais généralement ce sont des endroits beaucoup plus proche que le boulot.

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par . Évalué à 2.

            c'est pas aussi agréable qu'une douche mais il existe des savons sans rinçage, du même type qu'utilisés par les astronautes ou des personnes alitées. Un petit tour express aux toilettes et zou on arrive frais comme un gardon en séance.

            Le plus compliqué du vélo quand on fait une distance importante c'est en fait d'établir une routine et une logistique qui va bien pour ne pas perdre du temps inutile à se préparer le matin (merde où son mes gants, zut j'ai pas encore mis de garde-boue, roh le pneu arrière est un peu dégonflé, etc etc).

            • [^] # Re: Décroissance

              Posté par . Évalué à 3.

              Un petit tour express aux toilettes et zou on arrive frais comme un gardon en séance.

              A mois que j'ai loupé quelque chose, ça ne sert pas à grand chose si on ne change pas ses vêtements. (50 minutes à vélo, je me vois pas y arriver sans devoir me laver ET changer de vêtements à l'arrivée).

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par . Évalué à 4.

                Perso, je fais 25 min (8km) pour aller bosser. Avec un peu d'entrainement, en restant en dessous de 25km/h sur le plat, pour moi, c'est largement supportable, même en été.

                Paradoxalement, je mouille moins le tee-shirt en été, car il doit sécher tout en roulant. Avec les fringues d'hiver, c'est moins évident de rester sec.

                Au pire, si tu veux gagner un peu ça ce niveau, il y a les vélo à assistance électrique.

                Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par . Évalué à 2.

                ben ouais c'est ce que je dis tu te changes dans la cabine des toilettes façon superman. Mais si tu préfères le placard à balais je t'en prie fais comme tu veux, mois j'ai des douches au bureau.

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                J'ai la chance d'avoir un vestiaire. Et c'est (ça devrait être) le cas dans pas mal d'entreprises (surtout > 50 salariés).

                (y'a rien de pire que de rouler le matin dans les fringues que tu vas porter le reste de la journée, bonjour l'odeur et la gêne pour les collègues)

                (et rouler sans cuissard et sans casque, c'est MAL!)

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            on peut juste faire le retour en vélo, et prendre une douche à la maison.

            Cela implique un formule style Vélib, évidemment.

            If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

        • [^] # Re: Décroissance

          Posté par . Évalué à 0.

          C'est tres théorique. Je combine voiture + vélo pour aller travailler et ce depuis 4 ans environ. J'en suis à mon quatrième vélo, les deux premiers sont morts, c'étaient des vélos de récupération assez bas de gamme. Roues voilées, roulements de roues HS, roulement de pédalier HS, emboitement de manivelle ovalisé, support de leviers cassé au freinage, patins HS ou inefficasses
          Bien entendu, aucune pièce n'est standardisée et implique de tout devoir changer à chaque fois, par exemple un jeu dans la roue arrière oblige à changer la roue, le boitier de pedalier implique de devoir changer intégralement le pédalier et parfois les manivelles et aussi le pignon plus le derailleur.
          Le 3e qui n'était pas très très chouette et commençait aussi à se délabrer, on me l'a volé. Donc j'en ai acheté un quatrième un peu plus haut de gamme, par contre je ne peux pas aller en ville avec sous peine de me le faire voler, ce qui est pas très pratique.
          Ah oui, le nouveau vélo a quatre mois et le pneu arrière est bientot HS.

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour éviter de se faire voler son vélo il faut investir dans un bon antivol. Pour ma part j'ai récupéré celui que j'utilisais pour la moto, qui est homologué NF/FFMC. Et il faut toujours attacher le cadre du vélo à du mobilier urbain. Ça coûte entre 75 et 100€, c'est assez lourd, mais c'est vite rentabilisé en économie de vélo volé :)

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par . Évalué à 2.

            Je confirme. Pour un usage intensif, mieux vaux mettre le prix. Perso, j'en suis à ma 3eme roue arrière en 1 an (on va dire que le poid du cycliste + sacoches, ça aide pas). Le vélo est c'est un vtt decat. basique. Bon la roue AR ne coute pas cher (~30€), mais c'est du consommable. Après, avec du matos de qualité, ça tiens mieux, mais il faut être rigoureux sur l'entretien, surtout pour les roues, et faire réviser son vélo régulièrement par un pro. A moins qu'on se sente a la hauteur, pour reprendre le voile d'une roue, c'est loin d'être évident. Perso, c'est le seul truc que je ne sais pas faire moi-même.

            Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

            • [^] # Re: Décroissance

              Posté par . Évalué à 4.

              Franchement je ne sais pas ce que vous faites de vos vélos pour les massacrer aussi facilement

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par . Évalué à 2.

                C'est un problème de religion : sa roue se voile :D, et en ce moment c'est pas bon d'être voilé ;).

                Blague à part je pense qu'il ne fait pas du vélo que sur la route, ou alors il équilibre mal ses sacoches.

                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                • [^] # Re: Décroissance

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Effectivement, a 25€, elle fait pas de miracle. Sur le site Decat, le chef de produit est le premier a le reconnaitre :

                  Cette roue simple paroi est conçue pour un usage loisir pour des pratiquants occasionnels.
                  Vu l'usage que vous décrivez, votre pratique est beaucoup plus soutenue. Je vous confirme l'importance de passer sur un modèle de gamme supérieure, avec une jante double paroi pour plus de résistance.
                  Pour votre information, grâce à votre remontée et celles d'autres clients, nous avons décidé de modifier le moyeu de cette roue pour passer sur un axe plein et non plus un axe creux, trop fragile.

                  En résumé, c'est de la merde.

                  Dans le vélo, t'a tout les prix et toutes les qualités. C'est d'ailleurs un vrai problème pour un novice. Au début, on a tendance a prendre pas cher et a négliger l’entretien, c'est une mauvaise idée. A priori, il vaut mieux monter un peu en gamme et faire réviser régulièrement son vélo, si on ne se sent pas capable de le faire soi-même.

                  Cela dit, j'ai aussi le problème avec des Mavic à 100€ sur mon autre VTT, avec lequel je fais vraiment du tout-terrain, mais bon, c'est un rigide et vu ce que je lui met dans la gueule dans les descentes, c'est pas étonnant. La aussi, faudrait que je monte en gamme. Si y a des geeks du vélo qui trainent, vous conseillerez quoi a un cycliste de 100kg comme roues de VTT 29" en enduro rigide ?

                  Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

                  • [^] # Re: Décroissance

                    Posté par . Évalué à 1.

                    vous conseillerez quoi a un cycliste de 100kg comme roues de VTT 29" en enduro rigide ?

                    Globalement, pas grand chose. Si tu mets des roues rigides, c'est ton cadre qui va prendre cher (haubans arrières, wishbone…).

                    Je me rappelle avoir lu que la charge maximale « typique » d'un vélo est aux alentours de 120 kg.

                    The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

                  • [^] # Re: Décroissance

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    A priori, il vaut mieux monter un peu en gamme et faire réviser régulièrement son vélo, si on ne se sent pas capable de le faire soi-même.

                    Ouais enfin dès que tu montes en gamme ça tape dans les 1000€+ à l'achat et ne parlons donc pas de l'entretien. Alors mon btwin à 300€, certes j'ai eu 150€ de frais dessus, mais j'ai encore de la marge.

              • [^] # Re: Décroissance

                Posté par . Évalué à 0.

                Pour compléter les propos forts pertinants de Big Pete, les chemins de roulements sont moulés dans l'alu du moyeu ! Il ne s'agit pas de vrais roulements a billes type SKF. Donc des billes acier dans un chemin de roulement alu, ça morfle vite.

                Comme je le précisais dans mon premier message, j'aurais pu acheter une roue de gamme supérieure, mais la fixation de la cassette aurait été différente et je ne trouvais pas de cassettes 5 vitesses compatible avec ces jantes. Donc il aurait fallu changer le dérailleur, le boitier, et evidemment les manivelles. Bref beaucoup de frais inutiles sur un vélo bas de gamme de récup qui n'en valait pas la peine

      • [^] # Re: Décroissance

        Posté par . Évalué à 5.

        Le vélo est bien moins cher à entretenir, lors de mes 2 ans d'iut, c'était mon moyen de transport principal (j'avais même des sacoches pour les courses), et mise à part un phare et le demontevite de la selle qui ont été volés, l'entretient s'est borné au remplacement du pneu arrière.

        Chute néant - je roulais principalement sur des zone piétonne, ou une route qui ne permet pas de tourner à droite.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: Décroissance

          Posté par . Évalué à 0.

          Yehuda Moon - 2008-02-04

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Le cycliste reste cohérent car il ne dit pas qu'il a gagné en entretien. Et encore l'entretien d'un vélo coûte tout de même moins que l'entretien d'une voiture, et je ne parle même pas de l'achat.

          • [^] # Re: Décroissance

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Bon sang! tu as oublié de prendre en compte l'assurance et l'entretien de la bagnole.

            C'est sur que si la voiture reste au garage, l'assurance est quand même due.

            Enfin, dans la BD, les équipements achetés le sont une fois… et pour les roues, ce sera de temps en temps, et c'est bien plus cher pour les voitures.

            • [^] # Re: Décroissance

              Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 20/11/15 à 00:17.

              Hey c'est une comics. Et réalisé par des pro-vélos.

              Ce strip mettait surtout l'accent sur le fait qu'un certain nombre de gens commencent à prendre le vélo par économie/démarche écologique et deviennent ensuite des bike nerds. Clairement, même si certains d'entre nous claquent un fric fou dans les vélos, ça reste un budget bien moins énorme que, par exemple, un amateur de tuning auto ou sans aller jusque là celui qui veut rouler dans une auto luxueuse full option.

              Bref ce n'était en rien une argumentation contre le fait qu'un budget transport en vélo est bien moins élevé qu'avec d'autres modes.

    • [^] # Re: Décroissance

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Bon sang je t'ai plussé ça me fait bizarre :)

    • [^] # Re: Décroissance

      Posté par . Évalué à 5.

      Et la croissance, t'en fais quoi du coup ? :)

      Sinon, se priver de cadeaux de Noël, c'est réussir à faire preuve d'un manque d'imagination terrible. Pas besoin d'acheter "le dernier truc à la mode qui a été fabriqué dans des mines d'Afrique avant d'être manufacturé dans des usines chinoises qui coulent 3 pétroliers par an" pour faire plaisir. Bien au contraire.

      Consommer moins mais aussi consommer mieux.

      Perso, je ne mange pas de viande, je ne prends pas la voiture, j'éteins mon PC dès que je ne m'en sers pas, mon serveur profite d'un wake-on-lan en plus d'être un PC qui a 10 ans, je n'ai pas de télé, que du matériel solide (qui coûte plus cher à l'achat) et une maison faite main qui m'a coûté 5 ans de vie pour ne pas avoir à consommer trop d'énergie. Je récupère l'eau, je fais pousser mes légumes, j'utilise des panneaux solaires.

      Mais bon, malgré tout ça, je coûte cher à la planète.

      Bref, c'est du pâté.

  • # Vivre durant l'Anthropocène

    Posté par . Évalué à 5.

    Je m’interroge sur quoi faire et je suis inquiet sur la quantité de « quoi faire ».

    A l'échelle du monde le changement de comportement d'un individu compte peu, d'autant plus que le coût pour cet individu est plus élevé que le résultat de son action sur l'environnement.
    C'est le mode d'organisation de nos sociétés qui rend ce changement trop coûteux.

    Notre "style" de vie actuel reporte ce coût sur l'équilibre de la planète.
    Pour minimiser l'impact global de l'être humain sur la planète c'est bien l'organisation de notre système de production qu'il faut changer, l'individu suivra.

    Discours très convenu, non ?

  • # Écologie politique

    Posté par . Évalué à 3.

    Un livre m'a beaucoup fait réfléchir, c'est l'Événement Anthropocène, de JB Fressoz et C. Bonneuil (Ed. Seuil).
    C'est un ouvrage d'historiens qui remet en perspective tous les choix qui ont été faits pour qu'on en arrive à la situation présente. Il est intéressant de constater que l'industrialisation, l'exploitation à outrance, les pillages et pollutions, les choix urbanistiques ne se sont pas imposés d'eux-même, et que les mouvements de résistances et d'alternatives citoyennes ont toujours existé.

    Par ailleurs, l'observation très juste qui est faite est que les pays occidentaux sont les principaux responsables mais refusent de le voir et d'en admettre les conséquences, faisant porter la responsabilité à toute la planète. Bien sûr, les pays pauvres seront bien moins à même de faire face.

    Pour conclure, on a tendance à chercher la réponse dans des actions individuelles alors que le problème est global. Ce n'est pas en roulant en jetant une quantité toujours plus grande d'emballages (fruit d'un marketing envahissant) que l'on "sauvera la planète".
    À ce propos, un point de vue intéressant:
    http://www.acrimed.org/Le-Parisien-et-l-ecologie-les-tartuffes-sont-de-retour

    • [^] # Re: Écologie politique

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 19/11/15 à 12:45.

      Pour conclure, on a tendance à chercher la réponse dans des actions individuelles alors que le problème est global.

      J'ai même envie de dire que l'assertion "ça commence toujours avec des changements individuels" lu plus haut est à prouver.

      Par ce que bon "change toi et le monde changera", ça fait un peu discours new age / bobo / hippie.

      |troll|
      On ne réagit pas du tout à la disparition de l'eau des nappes phréatiques ou aux conséquences très lourdes de l'industrie du charbon, mais on offre pas de cadeau à Noël alors tout va bien. :p
      |/troll|

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: Écologie politique

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Par ce que bon "change toi et le monde changera", ça fait un peu discours new age / bobo / hippie.

        Oui, et c'est bien connu qu'on ne faisant rien le monde changera, pardi.
        "Les petits ruisseaux font les grandes rivières", c'est tout ce qui est dit.
        Mais bon, clair que individuellement c'est plus confortable de se dire "c'est la faute des autres" et de polluer soit-même confortablement.

        |troll|

        Qui a dit que c'est exclusif?
        Mais voila, l'un est commun donc on ne peut pas changer individuellement, mais l'autre est individuel donc son changement d'attitude a une impact immédiat (petit mais immédiat).
        On peut penser court terme et long terme en même temps, pression collective et pression individuelle en même temps.

        • [^] # Re: Écologie politique

          Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 19/11/15 à 13:42.

          Qui a dit que c'est exclusif?

          Personne, mais le green-washing à niveau individuel, alors que ces actions ont forcément un impact très limité (et très difficile à mesurer) est tellement répété que j'en ai ma claque !

          Bien avant de vernir culpabiliser / persuader 7 milliards d'être humains qu'ils sont pas assez bien écologiquement, faudrait surtout combattre les actions à portée globale et à l'impact bien plus mesurable sur l'environnement des multinationales.

          L'un n'empêche pas l'autre, mais ce qui prime avant tout c'est une vision globale (et Suez/EDF/autre qui prétendent être écolos, ça me fait tristement sourire), pas une vision au niveau individuel !

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

          • [^] # Re: Écologie politique

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            (et Suez/EDF/autre qui prétendent être écolos, ça me fait tristement sourire)

            Bah… Par contre, 1 Millions de gens à la campagne qui se "prétendent être écolos", tu as l'air de les excuser, alors que l'impact est le même (petit impact individuel, mais grand nombre! La base des études d'impact).

            Je ne vois donc pas de différence, mais toi tu en fais, et "étonnamment" tu n'accuses pas les voisins, mais ce qui est loin.

            Et cette manie de viser loin pour ne pas avoir à faire quelque chose de son côté, j'en ai ma claque (pour paraphraser quelqu'un).

            mais ce qui prime avant tout c'est une vision globale

            Secret : répéter à tout le monde de changer ses habitudes, c'est justement une vision globale (les gens étant "globaux").
            Je te laisse conclure.

            • [^] # Re: Écologie politique

              Posté par . Évalué à 4.

              Par contre, 1 Millions de gens à la campagne qui se "prétendent être écolos", tu as l'air de les excuser, alors que l'impact est le même

              Non.

              Je ne vois donc pas de différence, mais toi tu en fais, et "étonnamment" tu n'accuses pas les voisins, mais ce qui est loin.

              La différence est d'agir sur les acteurs clés, pas au niveau individuel. Parce que convaincre même "quelques" milliers de personne d'arrêter d'utiliser des emballages plastiques (par exemple) à toi tout seul est voué à l'échec ou du moins à prendre beaucoup de trop de temps.

              Tu prends le problème par le petit bout de la lorgnette, même si tu prétends t'adresser à l'ensemble de la population (ce qui est factuellement faux : tu t'adresses au plus à un humain à la fois, acteur mineur et limité, sur linuxfr)

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Écologie politique

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Parce que convaincre même "quelques" milliers de personne d'arrêter d'utiliser des emballages plastiques (par exemple) à toi tout seul est voué à l'échec ou du moins à prendre beaucoup de trop de temps.

                pas plus voué à l'échec que convaincre un grand groupe tout seul.
                Bref, merci de l'évidence, tu évites le sujet. Passons donc…

                • [^] # Re: Écologie politique

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Le problème est qu'à force de répéter un discours culpabilisant les individus et qui n'aura aucun impact au final, on risque de faire l'impasse sur la culpabilité des grands groupes dans l'état de l’environnent global actuel. Et ce problème là, tu le mets de côté sans le moindre argument.

                  "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                  • [^] # Re: Écologie politique

                    Posté par . Évalué à 2.

                    C'est clair, il faut réfléchir ensemble et proposer, c'est la seule manière d'avancer. Culpabiliser, surtout sans vraiment donner d'alternative réaliste, c'est le meilleur moyen de braquer les uns et les autres et de faire pire que du sur place.

                • [^] # Re: Écologie politique

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Une anecdote personnelle à ce sujet.
                  Un jour, un collègue vient me voir, bouleversé. Il me montre une vidéo où l'on voit une île sauvage perdue au milieu d'un océan: on y trouve une quantité impressionnante de cadavres d'oiseaux dont les intestins contiennent toutes sortes de plastique.
                  Je l'informe qu'il existerait désormais un véritable continent de plastique.
                  Nous parlons des responsabilités: comment des oiseaux se retrouvent à manger du plastique? Il pointe du doigt les gens qui jettent leur emballage par terre. Je lui réponds que ça embête surtout le personnel de nettoyage.
                  Le même jour à midi nous allons nous acheter un repas, et là, débauche d'emballage en tous genre pour mon collègue. Lorsque je lui fais remarquer, il me répond qu'il utilise tous les emballages.

                  Admettons qu'il le fasse et qu'il recycle toutes ses boîtes de conserve, tous ses emballages plastiques et tout le verre: combien ça coûte à recycler? Et ceux qui ne le font pas? On les punit en leur disant que c'est pour leur bien?

                  En Allemagne, le verre n'est pas recyclé mais consigné. On a su faire ça en France, aussi…

            • [^] # Re: Écologie politique

              Posté par . Évalué à 2.

              Il te dit qu'il faut pas culpabiliser les gens et tu l'accuses de les "excuser" …

        • [^] # Re: Écologie politique

          Posté par . Évalué à 6.

          C'est sûr que quand on te voit réagir et te jeter sur le moindre détail pour transformer le sens de la phrase comme ça t'arrange, rien ne changera jamais. Tu es d'un remarquable constance.

          Oui, et c'est bien connu qu'on ne faisant rien le monde changera, pardi.
          "Les petits ruisseaux font les grandes rivières", c'est tout ce qui est dit.
          Mais bon, clair que individuellement c'est plus confortable de se dire "c'est la faute des autres" et de polluer soit-même >confortablement.

          Allez, relis calmement et en entier la phrase qui est à l'origine de ce commentaire: se contenter de dire "il faut jeter ses emballages dans la poubelle jaune" quand on produit toujours plus d'emballage ou bien "j'éteins la lumière quand je sors de la pièce" quand en même temps on installe des écrans vidéos pour diffuser des pubs dans les gares; quand on continue de faire des plans d'urbanisme absurdes qui favorisent le ruissellement et entraînent des inondations parce que ça arrange les promoteurs… Bref, quand on persiste à croire que chacun n'a qu'à faire un petit geste sans voir que le problème se situe dans l'organisation toute entière de notre société, alors on est… Zenitram!

          les paris sont ouverts sur le petit morceau de phrase qui va subir ton impitoyable sagacité et devenir une terrible atteinte à la liberté d'expression de Zenitram

  • # Sans CO2, pas de vie

    Posté par . Évalué à -10.

    Parler du dioxyde de carbone comme d'un polluant révèle une méconnaissance de la biologie ou un aveuglement volontaire. En effet, le CO2 est la molécule à la base de la construction de toutes les molécules organiques qui composent les êtres vivants. La réduction du CO2 lors de la photosynthèse est le processus vital par excellence puisque c'est de lui dont dépend le monde vivant.
    Tous les atomes de carbone qui nous constituent sont issus de CO2 atmosphérique réduit par photosynthèse. La peur et la chasse au CO2 est donc un comportement irrationnel.

    La peur du "réchauffement" climatique est également irrationnelle car les périodes prospères de l'histoire humaine ont plutôt coïncidé avec les périodes chaudes qu'avec les périodes froides. Ce serait plutôt le refroidissement climatique qu'il faudrait craindre car il poserait des problèmes d'approvisionnement en nourriture (agriculture) et de chauffage.

    • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Tous les atomes de carbone qui nous constituent sont issus de CO2 atmosphérique réduit par photosynthèse. La peur et la chasse au CO2 est donc un comportement irrationnel.

      Il y a largement assez de CO2 atmosphérique pour que la vie se développe de manière stable. En rajouter artificiellement dans cet atmosphère ne sert à rien, si ce n'est accélérer un réchauffement constaté.

      La peur du "réchauffement" climatique est également irrationnelle car les périodes prospères de l'histoire humaine ont plutôt coïncidé avec les périodes chaudes qu'avec les périodes froides. Ce serait plutôt le refroidissement climatique qu'il faudrait craindre car il poserait des problèmes d'approvisionnement en nourriture (agriculture) et de chauffage.

      Sauf qu'entre la période glaciaire et la période actuelle, c'est seulement 5°C de différence moyenne à la surface du globe. Je te laisse imaginer ce que représenterait les 2-5°C moyennes supplémentaires que prédisent les scientifiques.
      Globalement il fait assez chaud aujourd'hui pour que l'Homme ne soit pas menacé à cause du froid. Mais s'il fait trop chaud, ce n'est pas bon non plus (tu travailles / vis moins bien quand il fait 30°C dehors qu'à 20°C), sans compter que de nombreuses plantes et donc nourritures ne tiendront pas une telle augmentation.

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        sans compter que de nombreuses plantes et donc nourritures ne tiendront pas une telle augmentation.

        Cette partie est à mettre au conditionnel étant donné que la vie s'adapte souvent.

        • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Je ne dis pas que les espèces vont s'éteindre, juste que cela pourrait provoquer des famines à causes de difficulté à produire assez de nourriture.

        • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          La vie oui mais laquelle ? Celle à laquelle on est adapté ? Pas vraiment. Par exemple avec le réchauffement et l'acidification des océans, des conditions plus habituelles il y a 3 milliards d'années que maintenant, ce sont les organismes de l'époque qui s'épanouissent : les algues vertes toxiques et les méduses. Alors c'est de "la vie" mais c'est pas avec ça qu'on fera des makis.

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par . Évalué à -10.

        Il y a largement assez de CO2 atmosphérique pour que la vie se développe de manière stable. En rajouter artificiellement dans cet atmosphère ne sert à rien, si ce n'est accélérer un réchauffement constaté.

        1. Il n'y a que 0,04 % de CO2 dans l'atmosphère.
        2. L'effet de serre est nécessaire à la vie sur Terre.
        3. Les températures sont en baisse depuis 2002.
        4. Le taux de CO2 atmosphérique est naturellement régulé. Il n'a augmenté que de 0,01 % en un siècle.
        5. L'augmentation du CO2 atmosphérique, qui est la nourriture des plantes, augmente les rendements agricoles et forestiers.
        • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

          Posté par . Évalué à 3.

          1. Il n'y a que 0,04 % de CO2 dans l'atmosphère.

          2. Le taux de CO2 atmosphérique est naturellement régulé. Il n'a augmenté que de 0,01 % en un siècle.

          Il est passé 0.03% de l'atmosphère à 0.04%, soit une augmentation de 33%. Pour un truc naturellement régulé, c'est pas mal comme augmentation.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

          • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

            Posté par . Évalué à -10.

            Il est passé 0.03% de l'atmosphère à 0.04%, soit une augmentation de 33%. Pour un truc naturellement régulé, c'est pas mal comme augmentation.

            La régulation se fait toujours autour d'une valeur moyenne, ce n'est pas une constante. De plus, on voit que 33 % d'augmentation de CO2 n'a strictement aucune conséquence sur le climat.
            En réalité, c'est l'inverse qui est vrai, puisqu'on sait que l'augmentation de CO2 suit et non précède l'augmentation de température. La variation de concentration de CO2 atmosphérique n'est par conséquent pas la cause mais la conséquence de la variation de température.

            • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              De toute façon, réchauffement climatique ou pas, les ressources énergétiques disponibles ont des limites. Et si tu ne veux pas subir une augmentation très forte du coût de la vie partout dans le monde, faute de pétrole disponibles, autant amorcer la transition le plus tôt possible.

              D'autant que l'indépendance énergétique, ce n'est pas vraiment un luxe.

              • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

                Posté par . Évalué à -10.

                De toute façon, réchauffement climatique ou pas, les ressources énergétiques disponibles ont des limites. Et si tu ne veux pas subir une augmentation très forte du coût de la vie partout dans le monde, faute de pétrole disponibles, autant amorcer la transition le plus tôt possible.
                D'autant que l'indépendance énergétique, ce n'est pas vraiment un luxe.

                Oui ça c'est vrai, mais cela ne doit pas passer par le mensonge, la tromperie et le racket.

    • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

      Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 19/11/15 à 13:00.

      car les périodes prospères de l'histoire humaine ont plutôt coïncidé avec les périodes chaudes

      Sources !
      Tu aurais dis les périodes prospères de l'histoire de la vie sur terre j'aurais compris mais l'humain avec ses petites 10⁶ années n'a pas vu beaucoup d'aires chaudes.
      Titre de l'image

      Glaciation

      kentoc'h mervel eget bezan saotred

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Il fait probablement référence à des petites périodes chaudes (comme l'optimum médiéval avec des températures semblables à aujourd'hui, et qui a vu la population augmenter significativement), comparée à des petites périodes plus froides (comme par exemple la petite période plus froide après l'optimum médiéval qui, accompagnée de la peste, a fait des ravages, ou encore la période plus froide du XVII et débordant sur le siècle suivant). Je pense pas qu'il faisait référence à des périodes vraiment chaudes ou des glaciations (que l'homme n'a pas vécu les derniers milliers d'années).

    • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

      Posté par . Évalué à 9.

      Sans eau, pas de vie. Peut-tu nous montrer comment tu ferais pour vivre sous l'eau pendant 2 heures ?

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par . Évalué à -10.

        Sans eau, pas de vie. Peut-tu nous montrer comment tu ferais pour vivre sous l'eau pendant 2 heures ?

        La question que tu poses est absurde et n'a aucun rapport rationnel avec l'énoncé qui le précède.

        • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

          Posté par . Évalué à 4.

          Si elle est absurde, ça lui fait pourtant un gros point commun avec l'énoncé qui la précède. Et c'est loin d'être le seul. Je t'invite à relire, avec le doigt s'il le faut.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

          • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

            Posté par . Évalué à -10.

            « Sans CO2 (ou sans eau), pas de vie » est un énoncé absurde selon toi ? On apprend pourtant cela très tôt à l'école.

            • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

              Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 01/12/15 à 19:34.

              « Sans CO2 (ou sans eau), pas de vie » est un énoncé absurde selon toi ?

              Oui, car ce n'est vrai que pour le carbone tout court, et que pour la Terre (le seul cas qu'on connaisse).

              On apprend pourtant cela très tôt à l'école.

              Ce qu'on apprend très tôt à l'école, c'est lire, écrire, et compter. C'est un poil plus important.

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

                Posté par . Évalué à -10.

                Oui, car ce n'est vrai que pour le carbone tout court, et que pour la Terre (le seul cas qu'on connaisse).

                Non, c'est vrai pour le CO2 et pas du tout pour le carbone tout court, car le carbone tout court est solide (graphite) et ne peut pas être transformé en matière organique par photosynthèse !

    • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

      Posté par . Évalué à -2.

      «Rien ne ser perd tout se transforme»

      Moi non plus je ne sais pas quoi faire mais à prioris google lui a des idées :

      http://www.silicon.fr/google-installer-datacenter-flottant-baie-san-francisco-90419.html?PageSpeed=noscript

      Je me demande où ils en sont.

      On se sent vraiment tout petit quand on voit ça.

      Vont ils en plus de refroidir leurs machines avec de l'eau de mer désaléniser l'eau ainsi qu'utiliser la force motrice des maraies pour atteindre l'auto suffisence energétique ?

    • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 25/11/15 à 14:31.

      Désolé, j'ai moinssé car commentaire à côté de la plaque AMHA.

      Ce n'est pas l'effet chimique du CO2 qui est craint mais son effet de serre, qui engendre un réchauffement climatique, qui engenre des perturbations écologiques de type disparition d'espèces.

      Cela n'a rien d'irrationnel. C'est juste complétement insuffisant comme indicateur écologique. Cela ne représente pas : la pollution chimique des sols et de l'eau, la réduction des écosystèmes sauvages, le plastique dans les océans, etc.

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par . Évalué à 3.

        Pour information, le CO_2 a aussi un impact chimique avec l'acidification des océans, ce qui commence à poser de gros problèmes pour les bivalves et surtout pour les coraux (qui n'apprécient déjà pas le réchauffement des océans).

      • [^] # Re: Sans CO2, pas de vie

        Posté par . Évalué à -10.

        Ce n'est pas l'effet chimique du CO2 qui est craint mais son effet de serre

        L'effet de serre dû au CO2 est saturé : il ne peut pas augmenter, même si l'on doublait ou quadruplait la quantité de CO2 dans l'atmosphère, comme l'explique le physicien François Gervais : https://www.youtube.com/watch?v=6XDdfCLY3TI

  • # Briquet à arc

    Posté par . Évalué à 0.

    Un gadget certes utile, terriblement cool, qui fait m’a vraiment fait envie alors que je n’en aurai jamais l’utilité.

    Je ne sais pas comment tu as fais pour résister, c'est vraiment trop cool un briquet à arc :-D

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: Briquet à arc

      Posté par . Évalué à 1.

      J'ai du mal à saisir l'intérêt par rapport à un briquet classique (à part l'effet "wow" qui durera 30 secondes), d'autant plus que j'ai plus que rarment le besoin de mettre le feu.

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: Briquet à arc

        Posté par . Évalué à -4.

        Bah le briquet classique c'est plus que générationnel c'est entré dans les meurs et ca traverse les ages comme le «yoyo musical».

    • [^] # Re: Briquet à arc

      Posté par . Évalué à 1.

      Bah. Une pierre à feu et un taille crayon suffisent pour ne pas se retrouver à court de feu et pour survivre dans tout les milieux.

      Puis si c'est pour allumer des cigarettes, puisque les fumeurs sont déjà dehors, ils leur suffit de démarrer un mini-feu de camp. Moment conviviale et chansons paillardes sont assuré, fini les personnes grelottantes, recroquevillées dans leur coin et s'accrochant à leur clope.

      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

  • # Manicore : bonne ressource pour des données et des idées de changements collectifs et individuels

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Salut,

    Je voudrais fortement te conseiller le site web Manicore qui est une bonne mine d'information sur le problème climatique et du CO_2, avec pas mal d'actualités récentes (comme l'effet de la décision de l'Allemagne de diminuer son parc nucléaire).

    Il existe un article qui essais d'esquisser à quoi pourrait ressembler un monde plus vertueux énergétiquement, et même un article détaillant des actions à entreprendre en fonction de leur efficacité, de leur facilité et du coût ou gain économique pour l'individu (c'est par là).

    Tout est en lien avec les chiffres issus du GIEC, et l'auteur met les graphiques et la valeurs à jours au fil du temps, ce qui fait que les articles restent bien d'actualité.

    • [^] # Re: Manicore : ressource pour des données et des idées de changements collectifs et individuels

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Manicore c'est bien mais c'est très pro-nucléaire quand même.

    • [^] # Site Pensée Unique : autre bonne ressource

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Tout est en lien avec les chiffres issus du GIEC, et l'auteur met les graphiques et la valeurs à jours au fil du temps, ce qui fait que les articles restent bien d'actualité.

      Un autre site, tenu par un ancien du CNRS, qui présente aussi beaucoup d'analyses à partir de données issues du GIEC, qui met des liens vers beaucoup d'articles de recherche, et est régulièrement mis à jour, est celui de pensee-unique. Les conclusions sont par contre souvent sensiblement différentes.

      • [^] # Re: Site Pensée Unique : autre bonne ressource

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Merci du site (qui n'est pas super pratique) qui est bien rempli :)

      • [^] # Re: Site Pensée Unique : autre bonne ressource

        Posté par . Évalué à 2.

        Oui, super site, en plus l'auteur a vraiment l'air sérieux, comme toujours avec les climatosceptiques : http://info-resistance.org/ecologie/rechauffement-climatique/jacques-duran-fake/

        • [^] # Re: Site Pensée Unique : autre bonne ressource

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Si je comprends bien, on reproche que certaines données sont issues d'études partielles (par exemple étudier que quelques dizaines de glaciers, mais pas tous [faute de moyens peut-être ?]), d'utiliser parfois des graphiques incomplets (au sens, sur un intervalle de temps pas assez long, choisi exprès pour tromper selon l'article), et d'essayer de rechercher des corrélations absurdes (dont il ne dit jamais qu'elles représentent des vérités).

          Eh bien, étudier 58 glaciers c'est peut-être pas idéal, j'en conviens, mais c'est quand même mieux que nos médias, qui souvent se contentent de nous en montrer 1 (dans les Pyrénées par exemple, choix ridicule vu que ça s'est surtout formé à la dernière petite période froide d'il y a trois cent ans), et de conclure à la catastrophe. Il ne dit d'ailleurs à aucun moment « Les glaciers ne fondent pas, donc pas de réchauffement » (comme reproche ton article).

          Faire commencer à l'année 98 pour montrer le plateau actuel de températures me semble logique, vu que 98 est le début du plateau, et qu'avant la température augmentait évidemment (ce qui est visible sur bien d'autres graphiques du site déjà, c'est pas comme s'il ne contenait qu'une demi douzaine de graphiques…). Je n'ai vu nulle part qu'il essaye d'expliquer que le climat se refroidit… juste qu'il ne se réchauffe pas en accord avec les modèles actuels.

          Je vois que l'article n'ose quand même pas lui reprocher de parler de l'accroissement (non mesurable) des évènements climatiques extrêmes (cyclones, etc.) ces dernières années.

          Bref, je trouve qu'au final, ils ne lui reprochent pas grand chose, et se contentent de choisir quelques graphiques parmi des centaines pour dire qu'il ne dit que ce qui va dans son sens (en oubliant le reste). Ceci dit je trouve quand même très bien qu'ils essayent de remettre en cause tout ce qu'il écrit (souvent c'est juste des traductions d'articles faits par d'autres personnes, d'ailleurs, donc c'est loin d'être une seule personne). Puissent-ils seulement en faire autant vis-à-vis de leurs propres convictions.

          Faire des sciences, c'est émettre des hypothèses, chercher des corrélations, modéliser puis attendre que les observations valident ou non avant de conclure, et savoir reconnaître quand les modèles sont à retravailler car insuffisants (comme c'est le cas actuellement). Le site en question est peut-être clairement biaisé contre les médias officiels, mais il ne prétend au moins pas connaître la vérité sur le climat, et se contente de faire des observations, pas de prédire le climat du siècle à venir à l'aide d'une moyenne sur des modèles qui n'est clairement, d'après les données officielles, pas suivie par les observations depuis quinze ans… Ça veut pas dire que le CO2 n'est pas un paramètre intéressant, juste qu'il a été surestimé.

    • [^] # Janvovici vs Gervais

      Posté par . Évalué à -10. Dernière modification le 01/12/15 à 18:30.

      François Gervais est plus sérieux que Mancovici quand il s'agit de parler d'effet de serre : https://www.youtube.com/watch?v=6XDdfCLY3TI

  • # Insèctes ?

    Posté par . Évalué à 0.

    La bouffe tiens, parlons-en. C’est quand même assez compliqué de se séparer totalement des œufs et du lait. Déjà parce que je suis amené à me déplacer souvent pour mon travail et que, raccord à la flemme et à la cuisine maison, trouver des mets vegan, et donc sans émissions CO2 à base de pets de vache, sur le terrain est assez compliqué voire impossible si l’exigence appelle à la diversité.

    J'ai récemment commencé à cultiver des insectes (vers et grillons). Peut-être que tu pourrais essayer si ça ne te rebute pas trop. C'est facile, ça coûte pas cher et c'est bon ! Évidemment pour tes déplacements faudra les cuisiner, mais là encore c'est assez simple.

    • [^] # Re: Insèctes ?

      Posté par . Évalué à -3.

      Effectivement c'est délicieux lorsque c'est confit.
      Mais c'est très difficile à réussire.

  • # Le resto c’est écolo

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Coucou,

    Je suis assez étonné par cette remarque :

    De la même manière, il m’est toujours difficile de promouvoir les circuits courts et de cuisiner chez moi, de façon anticipée, alors qu’il est tellement plus simple d’aller entre midi et deux, au [nom de grande surface] d’à côté, de prendre mes légumes râpés et servis dans un bol en plastique.

    En quoi manger dehors et circuit court serait incompatible ?
    Mutualiser les équipements de cuisine et leur utilisation est bien écologique, et il y a plein de restos qui se fournissent en local. Je suis à fond pour que tout le monde mange au resto, qu’on laisse la cuisine à ceux qui savent faire (et qui aiment ça, c’est souvent les même), plutôt que chacun fasse chauffer son four ou plaques pour cuire un truc sans intérêt parce qu’il est pressé. (à ce compte là, vaut ptet mieux passer à la bouffe en poudre : https://ploum.net/est-il-encore-necessaire-de-manger/ )
    J’ai la chance d’habiter actuellement en Thaïlande où l’on peut financièrement se permettre de manger au resto tous les repas, et ça me convient vraiment mieux.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.