Journal Mise à disposition progressive du contenu: bonne idée.

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
27
11
fév.
2013

Je viens de lire un gazouilli (un tweet, quoi) très intéressant de laurel, auteur de BD:
https://twitter.com/bloglaurel/status/300985742786695168 avec la discussion associée:

-"Personne n’achète une BD dématérialisée 7 euros alors que le livre en coûte 9. L’avenir n’est pas là-dedans. Lindingre (Octane: je précise que c'est le rédac chef de Fluide Glacial) a été à l’écoute. Les éditeurs reproduisent la même erreur que les producteurs de musique… Ils n’ont rien appris… Pourtant, c’est maintenant que ça se passe. (octane: je grasse) Un bon système, enfin je crois: la BD gratuite, 10 pages dispo, et ensuite 2 pages gratuites par jour. Et pour tout débloquer: 1 euro. Les gens ne sont pas stupides. Ils savent que le prix de distribution en librairie est inouï. Ils ne vont pas payer ça pour une BD sur iPad. Je comprends presque le piratage quand il n’y a pas d’alternative (genre Spotify). Les éditeurs sont sur une pente glissante."

Et là, je me dis qu'elle à tout compris avec ces 2 propales. Un accès gratuit progressif aux contenus est un bon moyen de pousser les gens à acheter sans déception: j'aime les 30 premières pages, j'achète, et si je suis pauvre, bah j'attends. Et au niveau du prix ensuite. C'est du n'importe quoi que de vouloir vendre au même prix une BD papier d'une BD dématérialisée.

  • # Lapin compris

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Un bon système, enfin je crois: la BD gratuite, 10 pages dispo, et ensuite 2 pages gratuites par jour. Et pour tout débloquer: 1 euro.

    Je ne comprends pas, notamment la coordination de :

    la BD gratuite

    et de :

    10 pages dispo, et ensuite 2 pages gratuites par jour. Et pour tout débloquer: 1 euro.

    • [^] # Re: Lapin compris

      Posté par . Évalué à 2.

      Moi je ne comprend pas comment l'auteur va se rémunérer là-dessus.
      Admettons que l'on supprime l'éditeur : auto-édition ;
      que l'on supprime la fabrication : l'auteur numérise lui-même ses dessins et génère ses e-book ;
      que l'on supprime la distribution : il faut au moins payer une plate-forme d"hébergement et un système de paiement en ligne ;

      Donc avec 1 € l'auteur-éditeur-fabricant-diffuseur doit payer : la TVA, ses charges sociales, ses frais de diffusion, ses frais bancaires, etc.

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Comment il va se rémunérer? Ben comme avant…
        Tu crois que sur les 9 euros de BD papier dont parle cet auteur, il touche plus que les 1 euros? Alors qu'on arrête pas de parler constamment du fait que les intermédiaires (éditeurs, distributeurs…) touchent bien plus que les auteurs dans beaucoup métiers artistiques?
        Tiens le premier résultat sur une recherche web "pourcentage que touche un auteur sur une bd": http://blog.marcpautrel.com/post/2008/03/08/Le-pourcentage-de-droits-dauteur-en-2008

        En gros, l'auteur sur ce blog dit qu'il accepte de toucher minimum 10% sur le prix du livre, mais on comprend par son coup de gueule blogué que ces 10% sont loin d'être acquis et que beaucoup d'éditeurs essaient de proposer moins (genre 8% apparemment). Et apparemment en lisant les commentaires, on lit que les auteurs jeunesse peuvent même toucher beaucoup moins (genre 3 ou 6%).
        Sans compter que si tu es auteur littéraire, tu touches seul tes 10%, mais en BD, ils sont souvent deux (scénariste, dessinateur; dans des cas plus rares, j'ai même vu 3, quand on rajoute un coloriste), donc ils se partagent ça.

        Donc maintenant avec l'exemple de ce tweet qui parle d'une BD papier à 9 euros. Supposons que cet auteur bosse seul (il dessine et écrit le scénar), et qu'il sait bien négocier (parce qu'il a déjà un peu de notoriété, d'expérience notamment, et peut-être une plus grande gueule que son timide collègue, c'est pas forcément donné à tous). Il touche donc dans un tel cas idéal… 0,9 euros par bd papier vendu!
        Là avec ses 1 euro en auto-édition, il gagne donc plus. Alors bien sûr, il faut voir qu'il a plus de boulot (se faire sa promotion seul, publier, faire un site web, etc.). Les 0,1 euros de différence sont pas forcément si avantageux sur le coup (je pense que c'est équivalent dans ce cas). Mais je pense que s'il monte dans ce cas à 2 euros (plus du double de ce qu'il toucherait dans un schéma classique!), il peut tout à fait se permettre le surplus de boulot, ou bien utiliser sa rémunération soudainement doublée en payant une plateforme de distribution web, ou bien un développeur pour faire un site web et/ou des "apps" pour appareils mobiles, etc.

        Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Alors qu'on arrête pas de parler constamment du fait que les intermédiaires (éditeurs, distributeurs…) touchent bien plus que les auteurs dans beaucoup métiers artistiques?

          Je ne sais pas si vous avez vu la pub des supermarchés U, ils expliquent sur un achat à 1,80 Euros comment se répartit cette somme (magasin, transporteur…) , et le producteur (d'oeuf, de poireaux, de viande) touche 1/3 en gros.
          Je suppose que si U fait cette pub, c'est que les autres supermarchés laissent moins.

          If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par . Évalué à 1.

            Oui une superbe publicité ! On t'explique fièrement que le supermarché se met autant de fric dans la poche - à quelques centimes de différence - hors coût de transport et de logistique pour mettre en rayon un produit et te le facturer que celui qui a élevé la bête pendant des mois.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est un peu plus compliqué que ça, ce que touche l'auteur de BD.

          Bon, ce qui suit vient de mes cours d'art appliqué, où qu'on nous apprenait à se faire baiser (ou pas, surtout pas) par les éditeurs. Je n'aurais donc pas vraiment de sources à vous fournir, désolé.

          Il y a plusieurs modes de rémunération dans le domaine de la bande dessinée. Le cas où l'auteur touche des droits d'auteur est minoritaire (peu d'éditeurs proposent ça).

          On commence toujours avec une avance sur les droits : l'éditeur prend un risque et nourrit un auteur. Il achète des pages, puis les revend.

          C'est à partir de ces ventes que le mode de rémunération de l'auteur change. Je vais décrire du plus correct au plus salaud.

          • L'éditeur achète les pages, puis l'auteur touche un pourcentage sur chaque vente. En gros, l'avance+le droit d'auteur. C'est le Nirvana.
          • L'éditeur achète les pages. L'auteur ne touche rien immédiatement, mais à partir d'un certain volume de vente, l'avance de l'éditeur a été remboursée, et l'auteur commence enfin à toucher ses droits d'auteur. C'est un modèle plus répandu que le précédent, mais comme il y a beaucoup d'auteurs, beaucoup de BDs, bref, beaucoup de concurrence, les cas où l'avance est remboursée et où l'auteur peut toucher ses droits ne sont pas si courants.
          • L'éditeur achète les pages. Puis il vend, et une fois l'avance remboursée, il garde le surplus. Ça a été le contrat le plus merdique pendant longtemps.
          • L'éditeur achète les pages. Puis il vend. Si il vend pas assez, l'éditeur demande remboursement à l'auteur. Le cas a été évoqué, mais sans source. Je n'affirmerais donc pas que ça se fait, mais je le précise quand même, parce que notre prof nous avais dit que ça se faisait (surtout chez les éditeurs récents). (si cette dernière phrase vous donne l'impression que je suis un benêt, c'est que j'en suis un ;-))

          Il y a énormément de cas où l'avance n'est pas remboursée, pas même à l'éditeur. L'éditeur nourrit ses auteurs grâce au revenus générés par ses « stars », en espérant qu'un de ses petits auteurs sorte du lot.

          Le cas où un auteur s'auto-édite n'est donc pas si « facilement » viable. Parce qu'il n'y a pas l'avance, et que même si l'auteur touche directement le droit d'auteur, ce n'est pas dit qu'il gagne plus au final que s'il avait eu un éditeur.

          Je parle bien sûr ici du modèle de rémunération traditionnel. C'est vrai que dans le schéma de distribution classique, l'éditeur ne touche pas tant que ça, et l'auteur encore moins. En économisant les coûts de production et de distribution, il doit être plus rapide de rembourser la bande dessinée.

          Voici les rémunérations « traditionnelles » qu'on nous avait appris (moins cher, on commence à se faire entuber) : Pour une planche, 80€ le scénario, 160€ le dessin (couleur comprise). Une bande dessinée de 45 planches rapporte donc à l'auteur 10800€ s'il fait le scénario et le dessin. La dite bande dessinée met souvent un an ou plus à sortir (il y a des auteurs plus prolifiques, mais on veut de la qualité ;-)).

          Tout comme l'auteur se fait payer au fur et à mesure qu'il livre les planches à l'éditeur, on peut supposer qu'il trouvera un moyen de se rémunérer en sortant ses planches une par une (ou deux par deux, qu'est ce que j'en sais ⸮). La condition pour survivre est donc de gagner 240€ par planche mise en ligne. Ou moins si on est assez productif. Comme ce montant est celui que l'auteur touche pour une planche dans le schéma traditionnel, il n'y a plus à supprimer le coût d'impression, de distribution, etc. (c'est déjà fait). Par contre, ça ne prend pas en compte les charges sociales et tout ce bazar que je ne maîtrise pas (comme si je « maîtrisais » ce qu'on a juste vu deux-trois fois en cours… :-°).

          Je n'ai pas fait d'étude de marché ou quoi que ce soit d'approchant. Donc, je ne dirais pas « c'est facile » ou « c'est trop dur, n'importe quoi ». Mais quand je lis « l'auteur se fait 0.1€ par BD vendue » ou « il se rémunérera comme avant », ça ne me parle pas. Déjà, parce qu'avec l'avance de l'éditeur, un auteur peu se faire bien plus (cas de la BD qui est tellement nulle qu'elle ne se vend qu'une fois, l'auteur se fait 10000€ sur la BD (par contre il a plus de contrat…)). Et que s'il se coupe de l'éditeur, il va peut être gagner 0.1€ par BD, mais il sera rémunéré au nombre de BD réellement vendues, pas à une estimation ou un espoir de l'éditeur.

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            L'éditeur achète les pages. Puis il vend, et une fois l'avance remboursée, il garde le surplus. Ça a été le contrat le plus merdique pendant longtemps.

            Pourquoi merdique? Il transforme un risque en argent garanti. Lui prend le risque, donc lui prend les bénéfs, normal non?
            Après, c'est à discuter le montant…

            bref, c'est surtout un choix de qui prend le risque (l'auteur ou l'éditeur). Chaque méthode a ses avantages et inconvénient (définition de "qui prend le risque"). Je trouve un peu gros de demander le beurre et l'argent du beurre (le fixe + le variable), après ça peut sembler plus sympa pour certaines personne d'avoir un juste milieu (variable avec minimum, ta 2ème proposition), la première étant pour l'éditeur qui est sûr que tu es "bankable" (normal aussi, ça serait sinon stupide de prendre le risque et de ne pas être rémunéré pour ce risque)

            Donc, je ne dirais pas « c'est facile » ou « c'est trop dur, n'importe quoi ». Mais quand je lis « l'auteur se fait 0.1€ par BD vendue » ou « il se rémunérera comme avant », ça ne me parle pas.

            Ben… Ca ne change rien, si si : si tu as une autre personne qui prend le risque (éditeur, banquier, business angel ou bon samaritain, appelle le comme tu veux), pareil qu'avant tu as l'avance, si tu as personne, pareil qu'avant tu n'as pas d'avance. tes 4 cas sont identiques sont possibles dans tous les cas.

            le X € par album, c'est parler comme si personne ne prenait le risque à ta place, pour simplifier le calcul, mais ne change pas les principes d'avance sur les ventes.

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 4.

              Pourquoi merdique? Il transforme un risque en argent garanti.

              Je pense qu'il voulait dire merdique pour l'auteur qui risque de toucher moins, ce qui ne veut pas dire injuste

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par . Évalué à 6.

                Oui, mais il a raison de réagir. « Merdique » n'est vraiment pas neutre, même du point de vue de l'auteur. Surtout quand on sait que l'éditeur ne rembourse pas toujours (même pas si souvent, au vu de la quantité d'auteurs qu'il supporte) l'avance. Si, une fois que quelqu'un a réagit comme l'a fait Zenitram, on soutient que c'est un contrat « merdique », sans changer de vocabulaire, alors on est pédant : on est persuadé que notre travail va rapporter beaucoup plus que l'avance.

                Zenitram réagit sur tout. Parfois, c'est lourd, mais dans ce cas, je suis content qu'il l'ai fait, parce que ça me fait réfléchir sur ma manière de m'exprimer. (Ceci n'est que mon avis personnel, en tant qu'auteur du message auquel répond Zenitram. Pour le lecteur, qui n'a pas utilisé le mot « merdique », c'est peut-être une intervention totalement inutile. Ça tombe bien, sur LinuxFR, il y a les deux boutons. J'ai cliqué sur pertinent.)

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Il y a tout de même un gros risque pour l'auteur aussi.
                  Un auteur met souvent un an pour faire une BD, c'est pas rien. Et c'est un temps qu'il a passé avec un revenu faible (juste cette avance). C'est pas juste un gars qui a une "idée", un jour où il discute au bistrot du coin avec un pote, et qui est jaloux parce qu'il l'a pas mise en pratique (parce qu'il a pas cru en sa propre idée jusqu'à ce qu'il voit qu'elle aurait en fait marché?) mais qu'un autre le fait et se fait des couilles en or. Non, là le mec il a passé un an de sa vie sur son projet et si ce projet (BD) est génial et devient un énorme succès ou fait un flop, ça change rien pour lui. J'aimerais pas ça. Et je trouverais ça merdique, perso.
                  Et tout cela est indépendant de la qualité de ton travail. Même si ta BD est nulle, t'as quand même pris ce risque d'y passer un an entier (parce que toi, apparemment, t'y croyais quand même).

                  Alors certes l'éditeur prend un risque en mettant de l'argent sur la table de suite, mais l'auteur prend aussi un risque en passant un an de sa vie à dessiner/scénariser/autre. C'est en gros la différence entre être employé et être indépendant. Dans un cas, on bosse pour un fixe, et on s'en fout de faire du bon boulot (on est payé pareil quoi qu'il arrive), dans l'autre on est son propre patron et on veut vraiment réussir (l'éditeur là n'est plus notre patron, mais serait plutôt considéré comme notre client à qui on a sous-traité production/distribution/marketing).
                  Bien sûr le fixe peut être bon ou non. Tout comme ton salaire en tant qu'employé peut être bon ou non. C'est une autre histoire. T'as beau avoir un beau fixe/salaire, tu n'as pas moins pris ton année pour réaliser ton projet sans savoir s'il aurait du succès (temps que tu aurais pu passer autrement).

                  En plus (mais ça c'est personnel), mais pour moi le risque temps est plus contraignant que le risque argent. Bon l'argent voilà, ça se gagne, ça se perd. Surtout si on en a déjà un montant raisonnable (ce qui est en général le cas en tant qu'éditeur), et tant qu'un autre auteur nous en fait gagner, c'est le jeu d'en perdre un peu par ailleurs. Par contre ton temps, tu le re-gagnes jamais. Si t'as "dépensé" un an de ta vie à peaufiner une BD, tu re-gagnes jamais ton année. C'est fini. C'est à réfléchir bien plus, quand il y a un risque de flop (et il y a presque toujours pour une BD, sauf si t'es déjà célèbre). Donc on devrait pas se lancer ds un projet de BD sur un coup de tête probablement, réfléchir sur le meilleur, choisir, et décider.
                  En d'autres termes, il y a bien un risque selon moi.

                  Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                  • [^] # Re: Lapin compris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 13/02/13 à 07:05.

                    Non, là le mec il a passé un an de sa vie sur son projet et si ce projet (BD) est génial et devient un énorme succès ou fait un flop, ça change rien pour lui. J'aimerais pas ça. Et je trouverais ça merdique, perso.

                    Perso, comme tu dis.
                    C'est un choix, c'est tout. Ce n'est pas merdique, c'est un avantage ou pas suivant ce qu'on aime (le risque ou pas).

                    Et tout cela est indépendant de la qualité de ton travail.

                    C'est pour ça que perso, je n'aime pas non plus. Ca n'en fait pas quelque chose de merdique. Ce qu'on n'aime pas n'est pas forcément merdique. Ou est la liberté d'opinion? Pourquoi ce serait merdique si les gens aiment?

                    T'as beau avoir un beau fixe/salaire, tu n'as pas moins pris ton année pour réaliser ton projet sans savoir s'il aurait du succès (temps que tu aurais pu passer autrement).

                    Et tu as un fixe pour ça!
                    Je n'arrive pas à te suivre, tu fais la différence entre éditeur et auteur sur le risque, avec une explication sur le temps. Mais on s'en fout!
                    D'un côté tu as la notion de temps, et de l'autre la notion de risque. Les deux sont indépendants : x passe du temps, on s'en fout de ça, quand on parle de qui prend le risque.

                    En plus (mais ça c'est personnel), mais pour moi le risque temps est plus contraignant que le risque argent.

                    C'est indépendant : le temps, tu le passe, point. Après, c'est savoir comment c'est rémunéré, c'est à part.

                    Si t'as "dépensé" un an de ta vie à peaufiner une BD, tu re-gagnes jamais ton année. C'est fini.

                    Oui, et?
                    Encore une fois, c'est indépendant : l'argent, c'est à part. Rien ne dit que tout travail mérite salaire, à part les gens ne voulant jamais prendre de risque.
                    La, ce dont tu parles, le temps, c'est valable pour tout le monde, quel que soit le métier et le risque pris dessus, rien de spécial sur un auteur.

                    Bref, sépare bien :
                    - Le temps : c'est du travail, oui, comme partout.
                    - La rémunération : comment financer ça. Et suivant la négo tu as 0 à 100% de fixe et 0 à 100% de variable (par contre, non, avoir 100% de fixe et 100% de variable, ça ne va pas marcher). A choisir suivant qui prend le risque, qui est l'investisseur. C'est de l'argent dans tous les cas.
                    Car la, en mélangeant 2 sujets, ça s'embrouille.


                    Il est bon de se rappeler que ceux qui trouvent ça merdique sont souvent ceux qui veulent le beurre et l'argent du beurre, un bon fixe + un bon variable, bref le risque 100% chez l'autre mais avec une garantie fixe quand même, hum hum… Sachant que tout le monde est libre, plutôt que de se plaindre, de créer une maison d'édition si il pense pouvoir faire mieux que ce qui est proposé. Cracher sur les éditeurs salaud qui payent au lance-pierre est facile, faire mieux qu'eux plus dur. Plus bas, tu dis "si il demande remboursement, c'est salaud". Ben non, si tu as négocié une avance et non du fixe, c'est le contrat. En échange tu as un plus gros variable. Tu as décidé de prendre 100% du risque pour espérer toucher 100% des gains, ben vient pas te plaindre quand le risque est apparu! Que tu ais passé 1 an dessus, on s'en fout! Ce n'est pas de ça dont on parle, mais de qui prend le risque. Perso, j'ai passé 3 ans à préparer mon projet informatique, j'ai avancé le fric, et si j'avais échoué, pas de fric, c'est tout. Rien de différent ici, ce n'est pas parce qu'on est auteur qu'on aurait le droit à des différence comme ça. Ca s'appelle l'investissement + gestion de risques.

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 12/02/13 à 19:48.

                Ou plus (cas où l'éditeur ne rentre pas dans ses frais, et donc l'auteur gagne plus que si il avait lui même pris le risque), il ne faut pas l'oublier.
                C'est donc équilibré (fixe pour sûr contre variable + ou -), et donc pas forcément merdique pour l'auteur qui risque de toucher plus que si il n'avait pas l'éditeur, aussi : faut arrêter de se croire le meilleur et être sûr que sa BD va se vendre à fond, ça peut être un échec total aussi, et la t'es content d'avoir eu la partie fixe!

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 6.

              L'usage du mot merdique est abusé. C'est comme ça qu'on nous l'a présenté, c'est resté. C'est juste que c'était le contrat « bas de gamme », comparé aux autres. Mais ta remarque est tout à fait justifiée.

              Pour la deuxième partie de ta réponse, comme je l'ai dit, je n'en sais rien. Ça ne me parle pas. Quand tu viens et que tu me dis « éditeur, banquier, business angel ou bon samaritain, appelle le comme tu veux », là, ça me parle. En gros, dans le texte de départ, ce n'est pas assez élaboré. J'ai l'impression qu'il manque une partie de l'équation. Donc, j'apporte mon grain de sel pour voir si ça apporte quelque chose. Tu as plus réfléchit au sujet (ou tu es plus vif d'esprit ;-)), et tu me montres que rien ne manque. Mais c'était pas évident ! Merci, donc.

              (j'avoue, je n'ai pas pensé qu'on pouvait essayer de voir avec son banquier pour financer sa bande dessinée !)

              (si on doit retenir quelque chose de cette intervention, c'est que je ne sais pas suivre une discussion d'ordre économique :-°)

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                C'est comme ça qu'on nous l'a présenté,

                C'est un peu le problème : la façon dont on le présente montre la non compréhension des principes (ici : revenu fixe contre variable) par celui qui enseigne, ça craint! Mais c'est l'idée française/européenne sur les risques (=si risque, c'est caca, pas pour rien que les entreprises de nouvelles technologie sont de l'autre côté de l'atlantique), donc rien de surprenant.
                Des éditeurs coulaient, ce n’était pas pour rien (misé trop souvent sur le mauvais cheval, dépenses fixes mais revenus faible, bam), ce ne sont pas forcément des méchants comme on peut les caricaturer. ils ont un rôle.

                Tu as plus réfléchit au sujet (ou tu es plus vif d'esprit ;-)),

                C'est gentil :)

                (j'avoue, je n'ai pas pensé qu'on pouvait essayer de voir avec son banquier pour financer sa bande dessinée !)

                Note bien que j'ai parlé d'hypothèse, je ne garantie pas que ton banquier va y croire et accepter ton projet (ils sont plutôt frileux sur les risques les banquiers), mais en théorie c'est bien son métier de faire des avances sur revenu (bref, un prêt). Comme ça ne marche pas trop chez les banques "classiques", c'est pour ça qu'on se retourne vers des banques spécialisées (les éditeurs, spécialisés et donc plus amenés à croire en toi, et dont une part du métier est d'être banque, note que je ne dis pas que c'est le seul)

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Merci pour le commentaire, c'est super intéressant et avec des chiffres! Probablement une mine d'or pour d'autres dessinateurs qui n'ont jamais eu ce genre de cours et se demandent combien ils pourraient toucher avec la BD.

            On commence toujours avec une avance sur les droits : l'éditeur prend un risque et nourrit un auteur. Il achète des pages, puis les revend.

            C'est vrai que je savais qu'il y avait un fixe aussi. J'y pensais pas parce que le journal et ce blog post que j'avais trouvé n'en parlait pas. Mais bon ça change pas tant que ça ce qui est dit au sujet du pourcentage. :-)

            • L'éditeur achète les pages, puis l'auteur touche un pourcentage sur chaque vente. En gros, l'avance+le droit d'auteur. C'est le Nirvana.
            • L'éditeur achète les pages. L'auteur ne touche rien immédiatement, mais à partir d'un certain volume de vente, l'avance de l'éditeur a été remboursée, et l'auteur commence enfin à toucher ses droits d'auteur. C'est un modèle plus répandu que le précédent, mais comme il y a beaucoup d'auteurs, beaucoup de BDs, bref, beaucoup de concurrence, les cas où l'avance est remboursée et où l'auteur peut toucher ses droits ne sont pas si courants.

            Ça correspond donc au cas où on a la proportionnelle (droits d'auteur) uniquement, mais avec un minimum.

            • L'éditeur achète les pages. Puis il vend, et une fois l'avance remboursée, il garde le surplus. Ça a été le contrat le plus merdique pendant longtemps.
            • L'éditeur achète les pages. Puis il vend. Si il vend pas assez, l'éditeur demande remboursement à l'auteur. Le cas a été évoqué, mais sans source. Je n'affirmerais donc pas que ça se fait, mais je le précise quand même, parce que notre prof nous avais dit que ça se faisait (surtout chez les éditeurs récents). (si cette dernière phrase vous donne l'impression que je suis un benêt, c'est que j'en suis un ;-))

            Oui ça c'est vraiment salaud. Comme je dis dans un autre commentaire, l'auteur aussi a pris un risque. La BD est peut-être pas terrible, mais en plus de presque rien toucher, on nous demande de rembourser, après avoir bossé un an complet et avoir fini le projet?! En plus, c'est pas forcément un problème de qualité de la BD; même si la qualité est bien évidemment une composante du succès, on sait tous que parfois des trucs qu'on va trouver nul ont pourtant un succès fou, et vis-versa. D'ailleurs on pourrait renverser la situation: l'auteur pourrait penser que la BD fait un flop non pour sa qualité, mais parce que l'éditeur n'a pas correctement fait le marketing et publicisé la BD comme il l'aurait dû. En un sens l'auteur donc pourrait accuser l'éditeur d'incompétence et lui demander de lui verser des dommages et intérêts. Ce serait la même chose selon moi, juste dans l'autre sens. Je trouve donc cela profondément malsain. J'espère que ce cas est plus théorique qu'autre chose.

            Je parle bien sûr ici du modèle de rémunération traditionnel. C'est vrai que dans le schéma de distribution classique, l'éditeur ne touche pas tant que ça, et l'auteur encore moins. En économisant les coûts de production et de distribution, il doit être plus rapide de rembourser la bande dessinée.

            Voici les rémunérations « traditionnelles » qu'on nous avait appris (moins cher, on commence à se faire entuber) : Pour une planche, 80€ le scénario, 160€ le dessin (couleur comprise). Une bande dessinée de 45 planches rapporte donc à l'auteur 10800€ s'il fait le scénario et le dessin. La dite bande dessinée met souvent un an ou plus à sortir (il y a des auteurs plus prolifiques, mais on veut de la qualité ;-)).

            Tout comme l'auteur se fait payer au fur et à mesure qu'il livre les planches à l'éditeur, on peut supposer qu'il trouvera un moyen de se rémunérer en sortant ses planches une par une (ou deux par deux, qu'est ce que j'en sais ⸮). La condition pour survivre est donc de gagner 240€ par planche mise en ligne. Ou moins si on est assez productif. Comme ce montant est celui que l'auteur touche pour une planche dans le schéma traditionnel, il n'y a plus à supprimer le coût d'impression, de distribution, etc. (c'est déjà fait). Par contre, ça ne prend pas en compte les charges sociales et tout ce bazar que je ne maîtrise pas (comme si je « maîtrisais » ce qu'on a juste vu deux-trois fois en cours… :-°).

            Ok, tous ces 3 paragraphes là, tu parles d'un schéma avec diffusion internet uniquement, et sans distribution papier? (puisque tu parles de planches mises en ligne)
            En tous cas, 10800 euros par an, surtout si c'est brut, c'est vraiment pas énorme. J'espère que si un auteur fait ce genre de choses, il fait plus d'un projet à la fois. Sinon il mangera pas beaucoup. uhuh
            D'ailleurs oui tiens, les chiffres que tu donnes dans ton commentaire sont bruts (bon ça a l'air brut, puisque tu parles de charges sociales après coup, mais je demande juste pour être sûr) ou nets? Ça change beaucoup de choses.

            Je n'ai pas fait d'étude de marché ou quoi que ce soit d'approchant. Donc, je ne dirais pas « c'est facile » ou « c'est trop dur, n'importe quoi ». Mais quand je lis « l'auteur se fait 0.1€ par BD vendue » ou « il se rémunérera comme avant », ça ne me parle pas. Déjà, parce qu'avec l'avance de l'éditeur, un auteur peu se faire bien plus (cas de la BD qui est tellement nulle qu'elle ne se vend qu'une fois, l'auteur se fait 10000€ sur la BD (par contre il a plus de contrat…)). Et que s'il se coupe de l'éditeur, il va peut être gagner 0.1€ par BD, mais il sera rémunéré au nombre de BD réellement vendues, pas à une estimation ou un espoir de l'éditeur.

            Tiens oui, t'as jamais donné d'idée de prix pour le fixe avant. Quand tu dis 10000€ ici, c'est le genre de somme habituelle? Ou bien c'est juste un chiffre sorti du chapeau pour l'exemple? C'est quoi les tarifs les plus courants pour les fixes dans les 4 cas que tu donnes (j'imagine que selon le cas, ça diffère. Si y a pas ou moins de pourcentage en particulier, j'espèrerai au moins un meilleur fixe)?

            Sinon avant-dernière question: que se passe-t-il quand l'auteur ne finit pas le projet? Rupture de contrat et il rembourse le fixe entier?

            Et dernière: que se passe-t-il si l'auteur est en retard sur le projet (il finit, mais ça prend plus d'un an)? Y a-t-il en général des deadlines à respecter? L'auteur a-t-il dans ce cas un malus sur ce qu'il va toucher? Et s'il est possible d'avoir un malus, peut-il avoir un bonus s'il finit en avance?

            Bon voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Désolé pour toutes ces questions, c'est cool d'avoir quelqu'un qui a des chiffres. :-D
            Aussi t'as un site web avec certains de tes dessins?

            Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 4.

              Je suis désolé, il y a des questions auxquelles je ne pourrais pas répondre. Je n'ai pas eu de contrat avec un éditeur, je ne sais donc pas qui paye les charges, et donc, si ce qu'on touche est brut ou net. J'essayerais de me renseigner chez mes copains.

              Pour les trois paragraphes que tu cites, je ne parle de mise en ligne que dans le dernier. Les prix annoncés sont donc basés sur une distribution papier. Pour l'auteur, ça ne change pas grand chose : il ne s'intéresse pas au coup de production, mais à combien lui rapporte une planche. (Enfin, dans mon texte. Si l'auteur veut s'auto-éditer, même sur le net, il va y réfléchir :-°)

              Pour ce qui est des retards… On est payé à la planche, pas au temps. Si on travaille plus vite, on gagne plus. On a bien des délais, et souvent, ils sont pas respectés (et après c'est les graphistes et les imprimeurs qui doivent compresser leur temps…). Je ne sais pas quelle est la souplesse des éditeurs à ce niveau. Je dirais (au hasard) qu'ils ne demandent pas de remboursement, puisque le travail a été fait (ils ne payent que le travail rendu). En cas de rupture de contrat, là, c'est comme pour tout : ils peuvent demander un remboursement, ça dépend du contrat, des conditions de rupture, etc. (chose la plus importante à retenir de ce paragraphe : j'en sais rien !)

              Les 10000€ sont « sortit du chapeau », mais à partir des prix que j'ai donné plus haut : en comptant 80€ pour le scénario et 160€ pour le dessin+couleur, on a une planche à 240€. Un album de 48 pages va donc rapporter 11520€. Après, j'ai oublié les nombres exacts, mais le format des bandes dessinée est assez bien définit : il y a les 24 pages, 32 pages, 48 pages… Ce qui fait que suivant le format utilisé, la BD va rapporter plus ou moins. (je pense que mes nombres de pages sont exacts, ce sont des multiples de huit, le nombre de pages dans un "livret" (on plie une grosse feuille 3 fois, on coupe les bords, et ça donne un livret de 8 pages))

              Ensuite, le montant de l'avance et le pourcentage de droit d'auteur ne dépend pas du mode de paiement proposé (avance uniquement, avance puis droits, avance et droits). C'est même un peu contre intuitif : l'éditeur qui paye les droits sans même attendre que son avance n'aie été remboursée offre en général (en plus) une meilleure avance. Les éditeurs qui demandent remboursement en cas de flop (s'ils existent encore) vont tirer les prix vers le bas (160€ la planche au lieu de 240€ ? Allez, 100€, et une sucette !). Donc, ça ne dépend pas du mode de paiement choisit, mais plus de la correction de l'éditeur (et des négociations de l'auteur quand il en a fait). Là, je n'ai par contre pas de chiffre à donner, encore moins de vrai chiffres : on nous a dit « Machin a tendance à donner plus » et « prenez pas en dessous de tant » (les 240€ la planche), mais pas de vrai chiffre.

              Vis à vis de l'éditeur qui ne fait pas son boulot… Ça arrive. Enfin, dans la BD, je sais pas, mais mon grand père s'est auto-édité pendant un temps. Il a un jour signé un contrat avec un éditeur intéressé par son bouquin. Ça lui faisait ça de moins à gérer. Le bouquin (qui était un best seller à l'époque) n'a pas été vendu. Mon grand père à appris après coup qu'en fait, l'éditeur avait un autre bouquin sur le même sujet, et que s'il avait négocié pour éditer le bouquin de mon grand père (avec cession des droits qui va avec :-S), c'était pour tuer sa concurrence en plombant les ventes.

              Sinon, puisque tu demandes… J'avais commencé un book pour mon CV, jamais terminé (je me suis lancé dans d'autres projets, plus besoin de ce book).
              Allez, faut pas que ça se perde, voilà l'adresse :
              http://daeldir.ninm.net/book/ (directory listing brut de décoffrage, j'ai pas atteint l'étape « bel aperçu sur page web »)

              C'est pour la plupart des boulots d'étudiant.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 2.

          Ton calcul est complètement faux.
          Tu raisonnes comme si l'auteur vendait ses BD au noir… S'il veut faire les choses dans les règles (cela ne va être simple) il doit avoir un statut quelconque d'entreprise et sera donc taxé sur son chiffre d'affaire ou ses bénéfices suivant son statut. Quoiqu'il en soit entre les charges, sociales, les impôts sur les bénéfices, la contribution foncière des entreprise, etc. il ne va pas lui rester grand chose sur ses 1 € de chiffre d'affaire…

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 11/02/13 à 18:49.

        l'auteur numérise lui-même ses dessins

        Euh… Les tablettes, ce n'est pas nouveau, moin de la. Besoin de numériser du numérique?

        et génère ses e-book ;

        C'est dur? Logiciels libre tout ça… Ou au pire des logiciels pas très chers pour, il y en a plein sur les App Store. C'est assez générique, il y a au mieux dejà des logiciels + site webs tout prêts, au pire c'est un travail commun entre auteurs pour avoir un moteur de site web qui va bien, l'important est le contenu, le ocntenant est assez basique.

        il faut au moins payer une plate-forme d"hébergement

        30€/an, trop dur l'investissement. Si tu as besoin de plus, c'est que c'est bon, tu as le fric aussi en face!

        et un système de paiement en ligne ;

        C'est pour ça que Paypal est génial : 4% de frais, à partir du premier Euro (pas comme les banques qui te balancent des frais fixe). Donc aussi : trop dur.

        la TVA, ses charges sociales,

        Comme avant.

        ses frais de diffusion,

        Soit pas grand chose, cf au dessus.

        ses frais bancaires,

        Pas de charges fixes, si tu payes beaucoup c'est que tu gagnes beaucoup.

        Pour le reste, ben oui ça revient grosso-modo à 0.50 € de "rémunération" par vente, mais l'idée est de compenser a rémunération unitaire par le volume. Rien de neuf, d'autres le font déjà.

        Pose-toi juste une question : la, 0.50€ par vente, avant tu penses que l'uteur gagnait combien? Ben ouo, c'est ça qui est bien avec internet : la réduction des coût de copie.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 2.

          la TVA, ses charges sociales,

          Comme avant.

          Eh non, avant il était rémunéré en droits d'auteur. Là ce n'est plus du tout la même chose.

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Je reformule du coup : en droits d'auteurs, comme avant.
            C'est peut-être uen question stupide, mais pourquoi ça ne pourrait pas être comme avant? Une partie droits d'auteurs, et au pire une partie "classique" très petite (l'important, c'est le rôle d'auteur, le reste ne coûte quasi-rien).

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 1.

              La question n'est pas stupide, loin de là. Si cela était possible (j'en doute à moins de complications administratives énormes) ce serait l'inverse une toute petite partie, autour de 10 % 15 % pourrait être distribuée en droit d'auteur et le reste serait soumis au même charges qu'un entrepreneur individuel.

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Je n'y connais rien certes, mais j'ai du mal à comprendre pourquoi l'auteur n'aurait pas des droits d'auteur identiques si le reste est réduit (si avant il y avait 0.50€ de droits d'auteur et 4.50€ de distribution, et que maintenant c'est 0.50€ de distribution).
                Au pire, je ne vois pas trop pourquoi ne pas garder la structure actuelle pour la partie droits d'auteurs (donc pas de coût supplémentaire ou de paperasse en plus, c'est pareil) + une AE/EI/EURL à côté pour la partie distribution, voir au pire une SARL avec des potes dédiée à la distribution.

                Bref, je ne vois pas trop la différence avec l'actuel, à part que le coût de distribution est drastiquement diminué (plus d'impression/transport/invendus/etc… Juste un site web et de la com')

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 1.

          Euh… Les tablettes, ce n'est pas nouveau, moin de la. Besoin de numériser du numérique?

          Je sais que tu as un avis sur tout, et que comme d'habitude il est très tranché, mais là c'est une preuve flagrante que tu ne connais pas du tout le problème.

          Parfois c'est bien aussi de reconnaître qu'on ne connaît pas quelque chose. Ah mais attends, tu as un ami d'ami qui est dessinateur de BD et qui utilise une tablette, c'est ça ? Du coup on oublie la quantité incroyable de dessinateurs qui commencent toujours par le papier, avant de scanner pour retoucher à la tablette ? Genre quoi, 80% des dessinateurs qui dessinent à destination du numérique ?

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Du coup on oublie la quantité incroyable de dessinateurs qui commencent toujours par le papier, avant de scanner pour retoucher à la tablette ?

            Donc c'est déjà numérisé, et il n'y a pas d'étape de numérisation supplémentaire pour mette ça sur le grand 'ternet : la version numérique est déjà la, puisqu'elle a été utilisée pour finaliser l'oeuvre.
            C'est gentil de confirmer mes dires, même si tu donnes l'impression de vouloir faire l'inverse et me faire dire ce que je n'ai pas dit (je n'ai jamais dit qu'on ne commençait pas par du papier)…

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à -10.

              C'était un piège, merci d'avoir joué :)

              Tu n'y connais donc effectivement rien du tout. Va te renseigner un peu et tu comprendra pourquoi.

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par . Évalué à 3.

                Peut-être qu'il n'y connait rien, mais en attendant tu ne réponds pas à son argument. C'est trop facile de dire "va te renseigner", si c'est pour dire ça on se passerait très bien de ton commentaire !

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par . Évalué à -3.

                  Comme quoi, parfois les notes sont cohérentes avec le contenu :P (et normalement, là, je devrais donc avoir -10 :D )

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                  Généralement, le "va te renseigner", sans aucun indice sur la soit-disante erreur, veut dire que la personne a visé juste et qu'il n'y a rien à dire ;-).
                  Perso, je le prend comme un compliment.

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Combien gagne l'auteur sur chaque ouvrage ? C'est vraiment variable.

        Par exemple un bouquin édité par « l'association » (c'est le nom de la structure) gagne plus par ouvrage qu'une personne éditée par Dargaud.
        Mais celui édité par Dargaud risque d'en vendre bien plus.

        Quant à supprimer les éditeurs, il faut penser à ce qu'ils font.
        Fluide Glacial ou l'association sont de très bons éditeurs (globalement). Ils apportent un réel plus aux auteurs. Ils permettent aux clients de découvrir des choses.
        Comme Métal Hurlant dans les années 70 par exemple. Mais bon, ça pèse combien sur le marché ?
        Quel modèle pour les remplacer ?
        Quel modèle pour remplacer les albums vendus à la FNAC ? Car franchement je préfère une album papier tant que les liseuses ne sont pas à la hauteur.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 11/02/13 à 18:57.

          Car franchement je préfère une album papier tant que les liseuses ne sont pas à la hauteur.

          Les tablettes "HD" (1920*1200) arrivent. Les tablettes "UHD" (3940*2400, soit dans les 250 dpi, amuse-toi pour avoir des problèmes de "détails" dessus), je leur donne 2-3 ans avant de déferler.

          Si tu ne te prépares pas maintnenant (déjà que les BD numérisée, ça fait 10 ans que ça existe et des gens aiment bien), ce n'est pas quand les contrefacteurs auront encore plus de monde que tu pourra inverser la tendance.

          L'offre, c'était hier qu'il fallait la lancer, aujourd'hui ce n'est pas encore trop tard pour les BD, mais demain…

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            Les tablettes "HD" (1920*1200) arrivent. Les tablettes "UHD" (3940*2400, soit dans les 250 dpi, amuse-toi pour avoir des problèmes de "détails" dessus), je leur donne 2-3 ans avant de déferler.

            Franchement ? Pas pour moi. Parce que :
            1. J'aurais pas la satisfaction du contact papier qui est un de mes petits plaisirs
            2. Si je change de tablette, voire pire, de système qui tourne dedans, je vais devoir trouver des ruses de sioux pour les transférer (tu peux parier qu'il y aura des DRM velus). À moins d'avoir un compte dans le cloud. Mais j'aime pas les comptes dans le cloud que je ne fais pas tourner. Et pis je vais pas retélécharger toutes mes bd, c'est chiant, c'est lent (bah oui, avec les résolutions annoncées, t'as intérêt à avoir de la bd HD), et pis c'est pas bon pour mon FAI associatif.
            3. Les résolutions augmentant sans cesse, on finira par avoir des écrans de malade qui liront les vieux trucs en qualité dégradée.
            4. Je fais comment pour mes dédicaces ? L'auteur me fait un truc dans Draw Something ou il grave à la pointe du compas sur le dos de la tablette ?
            5. Et pour prêter ma bd à un pote, je fais comment ?
            6. Et si j'ai plus de PQ, je m'essuie avec quoi ? ;)

            Après, ça a surtout l'avantage de se lire la nuit sans lumière externe (mais ça doit bien tuer les yeux quand même) et de pas peser lourd dans les déménagements. Mais j'en vois pas d'autre.

            It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              1. J'aurais pas la satisfaction du contact papier qui est un de mes petits plaisirs

              Tiens, ça me rappelle… L'audio. Les livres sans images aussi. Même argument. Je parie que les ventes "physiques" suivront leurs prédécesseurs, avec quelques personnes qui "regretteront".

              1. Si je change de tablette,

              Ouais, un truc bizarre encore de gens qui ne changent jamais de matos, euh… même idée que 1 (tu n'es pas obligé de prendre des DRM), et encore, je parie que ça t'arrive de changer de matos, et ta musqiue est pas dessus non plus?

              Et pis je vais pas retélécharger toutes mes bd, c'est chiant, c'est lent (bah oui, avec les résolutions annoncées, t'as intérêt à avoir de la bd HD),

              C'est vrai ça, les gens ont de la vidéo HD et 1000 photos de plus grande résolution, ils vont souffrir avec de la BD… ou pas.

              Je fais comment pour mes dédicaces ?

              La plupart des gens ne sont pas adorateurs d'une dédicasse, ils s'en foutent.

              Après, ça a surtout l'avantage de se lire la nuit sans lumière externe (mais ça doit bien tuer les yeux quand même) et de pas peser lourd dans les déménagements. Mais j'en vois pas d'autre.

              Si tu ne vois pas d'avantage au numérique, tant mieux pour toi. D'autres en voient plein (place, et pas qu'en déménagement, mais chez soit, en voyage… et plein d'autres choses comme le coût)

              Que tu préfères le papier, pourquoi pas, chacun ses gouts, mais nier les avantages du numériques, c'est un peu de mauvaise foi.
              De mo ncôté, je ne m'en fit pas, j'ai déjà entendu ce discours… Et au final le média physque est en létargie. C'est l'évolution, et ce n'est pas pour le pire.

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                Tiens, ça me rappelle… L'audio. Les livres sans images aussi. Même argument. Je parie que les ventes "physiques" suivront leurs prédécesseurs, avec quelques personnes qui "regretteront".

                L'audio ? Avec le plaisir du papier ? Hum. Passons, je vois ce que tu veux dire. J'ai jamais dit que ça marcherait jamais à cause du plaisir du papier. Juste que c'est un truc qui me manquerait. Tout comme je préfère les vinyles qui grattent un peu, je trouve que le son est plus chaleureux. J'ai dit un peu, pas un disque tout pourri qu'on peut plus écouter.

                Ouais, un truc bizarre encore de gens qui ne changent jamais de matos, euh… même idée que 1 (tu n'es pas obligé de prendre des DRM), et encore, je parie que ça t'arrive de changer de matos, et ta musqiue est pas dessus non plus?

                Ma musique, oui, sans DRM car libre ou rippée de mes cds (et des cds des potes). Donc ma musique, c'est juste un transfert de fichier. La bd numérique, c'est autre chose. Je ne peux pas scanner mes bds et avoir ma collection en ultra méga bonne qualité (à moins d'aller piquer le matos de google books)

                tu n'es pas obligé de prendre des DRM

                Ahah. Elle est bien bonne celle-là ! Tu peux me trouver de la bd numérique grand public sans drm toi ? Ou sans besoin d'une connexion internet ? Trouve moi Thorgal, Boule et Bill, Les Tuniques bleues et Tintin en numérique légal sans DRM et sans rester connecté pour lire (pas en streaming quoi). Vas-y.

                Pis dans 20 ans, j'aurais toujours le lecteur qui décode les DRM komilfau ? Tu peux me l'assurer ?

                C'est vrai ça, les gens ont de la vidéo HD et 1000 photos de plus grande résolution, ils vont souffrir avec de la BD… ou pas.

                Je sais pas si tu es un grand consommateur de bd, mais moi oui. Ma collection doit avoisiner 15 mètres de rayonnage (je viens de mesurer), tu imagines le tas de feuilles recto/verso que ça doit représenter… en 10Mo la feuille parce que je veux de la qualité HD… Si je compte, après examen d'une de mes bd, 100 pages du cm, ça me fait 1Go du cm, 15m => 1,5To. Je suis large (ou peut-être pas). Arrondissons à 1To.
                Bon, ma bd, je parcours mon étagère, je la prends. J'attends pas d'avoir retéléchargé mes 3Go (oui, j'ai des bd de 300 pages). J'ai pas encore la fibre, et tout le monde ne l'aura pas avant un bout de temps. Ok, je vais sans doute pouvoir télécharger page par page et pouvoir commencer à lire tout de suite. Mais en voyage, la tablette va être bien pleine, avec les films du gamin en plus.

                La plupart des gens ne sont pas adorateurs d'une dédicasse, ils s'en foutent.

                C'est vrai. Mais comme je l'ai dit plus haut, je parle de moi. Pis pour avoir fait des salons de la bd et des salons du livre, y en a quand même un certain paquet qui sont près à passer des heures pour avoir une dédicace. Et pas que de bd.

                Si tu ne vois pas d'avantage au numérique, tant mieux pour toi.

                C'est bien. Ne prends pas en compte ce que j'ai dit en faveur du numérique. Mauvaise foi, troll, toussa[1].

                Ceci dit, tu as raison, j'ai pas pensé à la place que ça ne prend pas ni au fait que ça peut être cool en voyage.

                et plein d'autres choses comme le coût

                Alors, le coût. OK. C'est quoi les autres que tu n'as pas cités ?

                nier les avantages du numériques, c'est un peu de mauvaise foi.

                Je ne nie pas, je dis qu'ils ne compensent pas suffisamment les inconvénients.

                Ensuite, je rappelle que je ne parle que de la BD => le livre avec que du texte a plus d'avantages : plus léger (epub, xml, toussa), peut passer sur une liseuse eInk (autonomie, légéreté, toussa). Même si je suis pas au taquet pour, le rapport avantage/inconvénient est pour moi meilleur que dans la bd numérique.

                Et au final le média physque est en létargie.

                Je peux avoir une étude là-dessus ou un petit lien [2] ? Pour moi, le pb de la bd, c'est qu'il y a surproduction, ce qui fait que le libraire ne s'y retrouve pas, le lecteur est submergé et on ne sait plus quoi lire. Pas trop le média physique.

                Pour finir, il me semble que les produits culturels non-physiques comme la musique, les livres électroniques, toussa ne sont pas transmissibles lors d'un héritage (voir ici). C'est moche ça.

                Alors oui, si on avait des bd numériques HD sans DRM qu'on peut sauvegarder dans son disque dur à soi perso que les héritiers peuvent récupérer, avec le droit de récupérer la nouvelle version encore plus HD pour pas voir les pixels sur le nouveau matos de la mort qui tue, le tout dans un format interopérable et pour un coût moindre, je hurlerais au génie ! Là, non.

                [1] true story
                [2] je ne veux pas troller, je veux vraiment qq qui étaye tes propos, ça m'intéresse.

                It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à -3.

                  Ahah. Elle est bien bonne celle-là ! Tu peux me trouver de la bd numérique grand public sans drm toi ? Ou sans besoin d'une connexion internet ? Trouve moi Thorgal, Boule et Bill, Les Tuniques bleues et Tintin en numérique légal sans DRM et sans rester connecté pour lire (pas en streaming quoi). Vas-y.

                  Mouais, tu condamnes la technologie à cause de choix qui n'ont rien à voir, hum hum…
                  Donc : ça n'a rien à voir. Si les éditeurs ne s'adaptent pas, ben tu feras comme tout le monde : tu les auras tes BDs (pas forcément légalement, mais ils auront cherché)

                  C'est vrai. Mais comme je l'ai dit plus haut, je parle de moi.

                  Désolé de ne pas parler des exceptions quand je réfléchi à où va aller le domaine dans les prochaines années.

                  Je ne nie pas, je dis qu'ils ne compensent pas suffisamment les inconvénients.

                  Peu d'inconvénients pour énormément d'avantages, oh que si ça compense…

                  Ensuite, je rappelle que je ne parle que de la BD => le livre avec que du texte a plus d'avantages : plus léger (epub, xml, toussa),

                  On est en 2013, époque où une carte microSD de 32 Go ne coûte rien et où on peut lire des vidéos HD, hein…

                  Je peux avoir une étude là-dessus ou un petit lien [2] ?

                  Tu plaisantes la? Tu ne suite pas du tout l'actualité?
                  http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/14/virgin-megastore-place-en-redressement-judiciaire_1816849_3234.html
                  http://www.zdnet.fr/actualites/les-ventes-de-cd-continuent-de-s-effondrer-39601813.htm
                  http://etudiant.lefigaro.fr/le-labeducation/actualite/detail/article/la-lecture-numerique-progresse-chez-les-jeunes-1008/
                  http://www.lettresnumeriques.be/2013/01/25/le-marche-du-livre-numerique-a-lissue-de-lannee-2012/
                  (on parle de livre… "on notera une année 2012 difficile pour le livre imprimé dont on annonce une baisse de 9 %." " Random House, par exemple, a vendu 420 000 livres numériques la semaine précédant les fêtes, ce qui représente une augmentation de 13% par rapport à l’année dernière.")

                  Pour moi, le pb de la bd, c'est qu'il y a surproduction, ce qui fait que le libraire ne s'y retrouve pas, le lecteur est submergé et on ne sait plus quoi lire. Pas trop le média physique.

                  Et l'avantage d'internet, c'est que t upeux retrouver ta petite communauté qui s'adapte plus que ton libraire qui ne peut être par définition que généraliste (un expert pour quelques perdus dans une vielle? Non. Seul itnernet te le permet). Pas de problème de surproduction.

                  Pour finir, il me semble que les produits culturels non-physiques comme la musique, les livres électroniques, toussa ne sont pas transmissibles lors d'un héritage (voir ici). C'est moche ça.

                  Oui et non :
                  - J'ai franchement rien à foutre des bouquins / livres / vidéo de mes parents, ce ne sont pas mes gouts. ben oui, on a le droit d'avoir des gouts différents.
                  - Oui, c'est un problème de droits, j'ai acheté donc j'ai le droit de retrannsmettre, grrr… Il faut se batttre la dessus comme pour les DRM. Maintenant, quand je vois le dernier journal sur steam, je me dis que c'est perdu, on a des libristes qui tombent en extase sur des DRMs à 100% juste parce qu'on leur file la dose de jeux vidéos qui va bien, ça va être de se battre avec si peu de gens contre les DRM (ça me déprime bien)

                  je hurlerais au génie ! Là, non.

                  Tu jettes le bébé avec l'eau du bain : je te parle de numérique, pas d'une implémentation bourrée de DRM. Si ils ne répondent pas au besoin, je ne m'inquiette pas, ça fera comme actuellement (10 ans en fait, je connais la BD numérique depuis début 2000) : ça passera pas d'autres voies que le légal.

                  • [^] # Re: Lapin compris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Mouais, tu condamnes la technologie à cause de choix qui n'ont rien à voir, hum hum…

                    Non, je condamne la technologie à cause de son implémentation actuelle et pour encore un petit paquet d'années (y a qu'à voir combien de temps il a fallu pour avoir des mp3 sans drm)

                    Donc : ça n'a rien à voir. Si les éditeurs ne s'adaptent pas, ben tu feras comme tout le monde : tu les auras tes BDs (pas forcément légalement, mais ils auront cherché)

                    Ça m'emmerde de choper les trucs de façon illégale. Comment demander de faire respecter les licences libres, la loi qui dit qu'il faut pas commander direct chez microsoft mais passer par un marché qui donne sa chance au libre, etc. quand dès que ça m'emmerde, je dis merde à la loi. (ça doit être l'âge je suppose;))

                    Désolé de ne pas parler des exceptions quand je réfléchi à où va aller le domaine dans les prochaines années.

                    Ouais. Mais je suis apparemment pas tout seul : http://www.opalebd.com/ => 202 festivals de bd annoncés pour une année. Et je parle pas des dédicaces organisées dans les librairies. C'est un peu comme si la musique numérique rendait impossible les concerts. (si si, les dédicaces, c'est un peu comme un concert. Mais en mieux, parce que tu peux causer avec l'auteur pendant qu'il œuvre ;))

                    On est en 2013, époque où une carte microSD de 32 Go ne coûte rien et où on peut lire des vidéos HD, hein…

                    10 bd à emporter ! Youhou ! Ou 3 films en HD ! Me trimballer avec plusieurs cartes ? Un peu chiant, non ? On risque de les perdre (j'ai jamais vu qq'un qui se trimballait plusieurs microSD).

                    Tu plaisantes la? Tu ne suite pas du tout l'actualité?

                    Lien 1 => virgin n'est pas QUE de la bd. Ils n'ont pas négocié le virage de la musique, de l'ebook, etc. Mais la bd n'est qu'une partie de leur business. Et rien ne dit que ce soit la bd qui les ait fait plonger.
                    Lien 2 => cd. pas bd.
                    Lien 3 => ebook, pas bd
                    Lien 4 => idem

                    Je répondrai avec une interview d'Aurélie Filipetti au festival d'Angoulème où elle dit de la bd

                    Par rapport à l’ensemble de l’industrie du livre, c’est même un secteur qui se porte bien, il y a encore eu une légère progression l’année dernière.
                    Ça parle aussi de surproduction (5500 bds par an)

                    Et l'avantage d'internet, c'est que t upeux retrouver ta petite communauté qui s'adapte plus que ton libraire qui ne peut être par définition que généraliste (un expert pour quelques perdus dans une vielle? Non. Seul itnernet te le permet). Pas de problème de surproduction.

                    D'accord avec la petite communauté, mais ceci dit, si mon libraire est généraliste, chaque vendeur a sa petite spécialité (comics, enfant, etc), mais même en étant spécialisé chacun, il y a trop de trucs (5500 bds par an, ça fait près de 15 par jour, tous les jours). En plus, il doit choisir les livres à commander en écoutant les représentants, en lisant quelques pages et en lisant la presse spécialisée. Mais il y a trop de trucs.

                    J'ai franchement rien à foutre des bouquins / livres / vidéo de mes parents, ce ne sont pas mes gouts. ben oui, on a le droit d'avoir des gouts différents.

                    Tout à fait, tu peux avoir tes goûts. Mais il vaut mieux en hériter, quitte à faire un rm dessus, que de se dire "Fait chier, y en avait que j'aurais aimé avoir".

                    Oui, c'est un problème de droits, j'ai acheté donc j'ai le droit de retrannsmettre, grrr… Il faut se batttre la dessus comme pour les DRM.

                    Tu as raison. Ou pas, selon le côté duquel on se place (tu n'as pas acheté le fichier, juste un droit de lecture, etc.), mais là je m'égare. Ceci dit, il n'y a pour l'instant rien qui annonce un mieux de ce point de vue là, donc mon argument reste valable.

                    Tu jettes le bébé avec l'eau du bain : je te parle de numérique, pas d'une implémentation bourrée de DRM. Si ils ne répondent pas au besoin, je ne m'inquiette pas, ça fera comme actuellement (10 ans en fait, je connais la BD numérique depuis début 2000) : ça passera pas d'autres voies que le légal.

                    Tu boucles sur tes deux premiers arguments de ton commentaire. Je te renvoie donc à ma première et à ma deuxième réponse. Je ne jette rien, je dis juste qu'en l'état actuel des choses, la révolution numérique de la bd se fera sans moi, et j'ai grand peur qu'elle ne doive se passer de moi encore longtemps.

                    It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                    • [^] # Re: Lapin compris

                      Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 11/02/13 à 22:31.

                      Lien 1 => virgin n'est pas QUE de la bd. Ils n'ont pas négocié le virage de la musique, de l'ebook, etc. Mais la bd n'est qu'une partie de leur business. Et rien ne dit que ce soit la bd qui les ait fait plonger.
                      Lien 2 => cd. pas bd.
                      Lien 3 => ebook, pas bd
                      Lien 4 => idem

                      Ben oui, je t'ai donné des exemples du passé, pour te signaler que vu que rien ne change avec la BD, ce sera pareil. c'est juste décallé du fait de la technologie (pas encore les bons écrans).
                      Si le passé ne t'interesse pas, tu ne risques pas de comprendre le futur.

                      Mouais, tu condamnes la technologie à cause de choix qui n'ont rien à voir, hum hum…

                      Non, je condamne la technologie à cause de son implémentation actuelle

                      ouais, tu condamnes la technologie à cause de choix qui n'ont rien à voir, hum hum…
                      (oui, on peut aller loin comme ça, mais bon, tu te fous un peu de moi, donc…)

                      Mais il y a trop de trucs.

                      Et c'est bien. Ca laisse le choix. Et ce qui est bien avec Internet, c'est que ton spécialiste pour 2 perdus, il peut être encore plus spécialiste d'un domaine avec internet (plus de monde). Mais je me répète… J'avoue ne pas savoir comment faire comprendre que le monde est plus grand qu'une ville, et que par définition ton libraire physique ne peut être spécialiste. Le libraire physique, "spécialiste" ou pas, disparaitra comme les poiçonneurs.

                      je dis juste qu'en l'état actuel des choses, la révolution numérique de la bd se fera sans moi, et j'ai grand peur qu'elle ne doive se passer de moi encore longtemps.

                      Et je dis juste qu'elle se fera, que tu sois la ou pas. "Qu'elle doive se passer de toi"? Mais elle s'en fout de toi! Elle ne doit rien, elle se passera de toi sans souffrir le moins du monde. Par contre, toi, sans doute que tu devras te couper des nouveautés, qui ne seront que sur un truc dont tu te passes.

                      • [^] # Re: Lapin compris

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Ben oui, je t'ai donné des exemples du passé, pour te signaler que vu que rien ne change avec la BD, ce sera pareil. c'est juste décallé du fait de la technologie (pas encore les bons écrans).
                        Si le passé ne t'interesse pas, tu ne risques pas de comprendre le futur.

                        Oh si, le passé m'intéresse. C'est juste que j'estime que le modèle n'est pas parfaitement transposable. Si dans 10 ans la bd numérique aura tout gagné et que tu me dis que les marchands de tableaux sont condamnés car bientôt on passera aux tableaux numériques, je risque de te croire.
                        Mais là j'ai du mal car la transposition de l'ebook et du mp3 n'est pas forcément bonne pour moi.
                        - ebook : transposition sans perte, peu de place, possibilité d'un lecteur très économe
                        - mp3/ogg/flac/etc : les personnes peuvent transformer facilement leur collection existante en numérique.
                        - bd numérique : plus l'écran aura une grande résolution, plus on aura de la perte de qualité, plus ça prendra de la place pour remonter à une bonne qualité, lecteur non économe pour l'instant, pas de eInk kivabien + pas de possibilité de transformer sa collection

                        Peut-être que ça se résoudra, pour l'instant, ce n'est pas la même chose pour moi et le modèle n'est pas transposable.

                        ouais, tu condamnes la technologie à cause de choix qui n'ont rien à voir, hum hum…
                        (oui, on peut aller loin comme ça, mais bon, tu te fous un peu de moi, donc…)

                        Bah t'as l'air de jouer au con, comme d'hab, je voulais pas te laisser tout seul.

                        Et c'est bien. Ca laisse le choix.

                        Et c'est mal, ça fout les auteurs dans la merde. (C'est d'ailleurs là-dessus que Filipetti s'est fait incendier sur le net à cause de son interview).
                        Il faut comprendre : le petit auteur, avec la surproduction, il y a moins de chance qu'il se fasse remarquer et qu'il perce. Avant la surproduction, les auteurs moins bon étaient certes rejetés du circuit par les éditeurs, mais ça permettait d'avoir quand même une plus grande qualité en général (je dis pas que je me fous des petits moins bon, mais ça amène quand même un problème pour tout le monde).

                        Et ce qui est bien avec Internet, c'est que ton spécialiste pour 2 perdus, il peut être encore plus spécialiste d'un domaine avec internet (plus de monde). Mais je me répète… J'avoue ne pas savoir comment faire comprendre que le monde est plus grand qu'une ville, et que par définition ton libraire physique ne peut être spécialiste. Le libraire physique, "spécialiste" ou pas, disparaitra comme les poiçonneurs.

                        Bah mon spécialiste pour deux perdus, il a créé un nouveau magasin il y a quelques années, il a embauché pareil y a quelques années, et maintenant il ouvre le lundi parce qu'il y a une vraie demande pour ça. Donc ça va, même si ses revenus sont pas énormes (librairie indépendante oblige), il répond aux besoins de la population de la ville (Nancy, 400 000 habitants en aire urbaine).

                        Après, c'est vrai que toi tu t'en fous royalement d'avoir un contact humain avec un mec qui connaît son métier (cf un vieux troll qu'on a eu sur les librairies y un certain temps) donc ton point de vue doit être le bon.

                        Et je dis juste qu'elle se fera, que tu sois la ou pas.

                        Et je dis que c'est pas aujourd'hui qu'elle se fera.

                        Elle ne doit rien, elle se passera de toi sans souffrir le moins du monde.

                        C'est bon, je suis un putain de bon client pour la bd, vu tout le pognon que j'y consacre par mois. Mais ! Et si je n'étais pas le seul à penser comme ça ! Si la base ne suit pas ! Ah bah elle risque de se faire plus lentement la révolution.
                        Tu sais, si on ne séduit pas la clientèle, ça marche moins bien hein.

                        It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                        • [^] # Re: Lapin compris

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 11/02/13 à 23:20.

                          Après, c'est vrai que toi tu t'en fous royalement d'avoir un contact humain avec un mec qui connaît son métier

                          Effectivement, je n'ai pas encore changé d'avis sur le sujet. juste un bémol : le mec qui connait son métier n'est juste pas expert dans ce qui m'interesse, sauf très grand hasard. C'est juste mélanger généraliste (un médecin généraliste est expert en médecine, mais reste généraliste) et expert, elui qui apporte plus. ce qui m'interesse en premier est une réponse à mon besoin, je préfère le non hyumain qui répond que l'humain qui ne répond pas, c'est plutôt ça la comparaison.

                          Si la base ne suit pas ! Ah bah elle risque de se faire plus lentement la révolution.

                          Ce n'est pas par les amateurs de musique que la révolution musique numérique s'est faite, au contraire les amateurs de musique étaient réfractaires.
                          Ce n'est pas par les amateurs de photo que la révolution photo numérique s'est faite, au contraire les amateurs de photo étaient réfractaires.
                          Ce n'est pas par les amateurs de films que la révolution films numérique s'est faite, au contraire les amateurs de films étaient réfractaires.
                          Et d'après toi, ce sera par les amateurs de BD que la révolution BD numérique se fera? L'histoire n'est qu'un éternel recommencement…

                          Tu sais, si on ne séduit pas la clientèle, ça marche moins bien hein.

                          Les passionnés sont plutôt conservateurs (faut pas déconner, ils ont l'expérience de ce qui est bien), et n'est pas la clientèle première du numérique. Le numérique s'interesse aux autres, bien plus nombreux (et donc plus rentables). Les passionnés de BD feront comme les autres passionnés dans d'autres domaines, il arriveront après la bataille, le temps de se rendre compte que c'est quand même vachement mieux qu'avant, contrairement à ce qu'ils disaient (et ils feront comme si ils ne l'avaient jamais dit).

                          Bref, rien de neuf.

                          • [^] # Re: Lapin compris

                            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                            Effectivement, je n'ai pas encore changé d'avis sur le sujet. juste un bémol : le mec qui connait son métier n'est juste pas expert dans ce qui m'interesse, sauf très grand hasard. C'est juste mélanger généraliste (un médecin généraliste est expert en médecine, mais reste généraliste) et expert, elui qui apporte plus. ce qui m'interesse en premier est une réponse à mon besoin, je préfère le non hyumain qui répond que l'humain qui ne répond pas, c'est plutôt ça la comparaison.

                            Et tu préfères pas demander à un humain d'abord pour voir s'il peut pas répondre ? Tu veux pas chercher la librairie où le mec est expert dans ce que tu aimes ? Pis je te parle pas de non-humain, juste d'un humain que tu vois en face plutôt que derrière un pseudo de forum.

                            Amateurs, musique, photo, films, toussa

                            Je t'accorde le point.

                            le temps de se rendre compte que c'est quand même vachement mieux qu'avant, contrairement à ce qu'ils disaient (et ils feront comme si ils ne l'avaient jamais dit).

                            Alors là mon cul. Les passionnés d'art sont content de regarder la Joconde sur le net avec une qualité monstrueuse, mais ils préféreront aller voir l'original. Les passionnés d'art seront contents de mater leurs bd dans le train des vacances, mais je pense que tu t'avances beaucoup trop pour dire qu'ils préféreront le numérique.

                            J'apprécie le confort de pouvoir emporter ma musique avec moi, mais les vinyles, c'est quand même plus beau. L'argentique fera toujours de plus belles photos que le numérique (comme pour le vinyle, le grain, le craquement, tout ça, ça rend l'œuvre plus belle).
                            Y a que les films où je préfère le numérique, mais bon, c'est facile : le film au cinéma avait été passé plein de fois et du coup avait des rayures, non pas marques de fabriques comme le craquement du vinyle ou le grain de l'argentique, mais juste de l'usure, et les cassettes vidéos, bon, une fois qu'on avait regardé quelques fois, c'était bien pourri comme qualité.

                            Qu'on se comprenne bien : craquement et grain sont inhérents au support, tout neuf sorti de la pochette, et je trouve que ça apporte un plus ; les rayures et la qualité pourrie sont dus à l'usure plus ou moins rapide du support, et ça c'est relou.

                            Bon, sinon j'arrête là, parce que comme d'hab, tu es encore plus entêté que moi, et sur ce sujet, ce n'est même pas la peine d'essayer de se comprendre/convaincre. Lis plutôt les com de SegFault, ils sont plus nuancés que les tiens et sont beaucoup plus convaincants.

                            It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                    • [^] # Re: Lapin compris

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      «10 bd à emporter ! Youhou ! Ou 3 films en HD ! Me trimballer avec plusieurs cartes ? Un peu chiant, non ? On risque de les perdre (j'ai jamais vu qq'un qui se trimballait plusieurs microSD).»

                      Oui enfin bon, se trimballer avec 10 BD c'est pas forcément évident non plus, hein. En tout cas, si je pars en vacances quelques jours, entre trimballer 10 BD ou une liseuse avec une carte SD, mon choix sera vite fait.

                      Sinon je suis d'accord que l'offre actuelle est pas encore très satisfaisante pour les bouquins «textes», et sans doute encore moins pour les BD, maintenant je me dis qu'en déménageant un tout petit peu régulièrement et en habitant dans un endroit pas très grand, franchement, si à terme il y avait moyen de remplacer toutes les étagères de bouquins/BD par quelques gros disque durs, ça fait quand même un gros avantage pour le numérique.

                      Après, effectivement, il y a les dédicaces, et pas que ça (par exemple j'aime bien offrir un livre ou une BD en cadeau, et je pense que c'est pas pareil avec une version numérique), mais je me dis que les deux formats peuvent coexister. Perso, à terme, je trouverais pas absurde d'avoir une petite collection de bouquins/BDs dédicacés, et le reste du «stock» en numérique.

                      • [^] # Re: Lapin compris

                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                        Oui enfin bon, se trimballer avec 10 BD c'est pas forcément évident non plus, hein. En tout cas, si je pars en vacances quelques jours, entre trimballer 10 BD ou une liseuse avec une carte SD, mon choix sera vite fait.

                        Non, c'est vrai. Mais je voulais juste montrer que l'argument "j'emmène tout partout" ne tenait pas. Ceci dit, je prendrais plutôt un bouquin pour partir en vacances : pas lourd, et ça dure des heures (alors qu'une bd, bah je la lis beaucoup plus vite).

                        Sinon je suis d'accord que l'offre actuelle est pas encore très satisfaisante pour les bouquins «textes», et sans doute encore moins pour les BD, maintenant je me dis qu'en déménageant un tout petit peu régulièrement et en habitant dans un endroit pas très grand, franchement, si à terme il y avait moyen de remplacer toutes les étagères de bouquins/BD par quelques gros disque durs, ça fait quand même un gros avantage pour le numérique.

                        Vrai.

                        Après, effectivement, il y a les dédicaces, et pas que ça (par exemple j'aime bien offrir un livre ou une BD en cadeau, et je pense que c'est pas pareil avec une version numérique),

                        C'est vrai que l'effet cadeau "tiens, je t'ai crédité d'une bd numérique sur le play store", c'est moins sympa ;)

                        mais je me dis que les deux formats peuvent coexister. Perso, à terme, je trouverais pas absurde d'avoir une petite collection de bouquins/BDs dédicacés, et le reste du «stock» en numérique.

                        Éventuellement. Pas moi, mais je comprends que ça peut séduire et que ça se tient très bien (plutôt que la marche forcée vers le tout numérique de Zenitram :p)

                        It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                        • [^] # Re: Lapin compris

                          Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                          C'est vrai que l'effet cadeau "tiens, je t'ai crédité d'une bd numérique sur le play store", c'est moins sympa ;)

                          Si on arrête les cadeaux (qui par définition, ont 99% de ne pas plaire plus que ça : qui connait les goûts exact de l'autre?), ça ne sera pas plus mal :).

                          Éventuellement. Pas moi, mais je comprends que ça peut séduire et que ça se tient très bien (plutôt que la marche forcée vers le tout numérique de Zenitram :p)

                          Je ne fore personne. Par contre, les autres ne veulent pas être forcé non plus, y compris forcés à subventionner les vieilleries de quelques "passionnés" : tant que tu es prêt à payer le juste prix de l'impression papier et ne pas demander à ce que le numérique subventionne le physique… Par contre, ne pas forcer les autres va te coûter cher.
                          Je fais surtout un constat : le vinyle est mort, le CD suit de pas loin, la VHS aussi, le DVD aussi, le livre commence à faire pareil, donc la suite… Juste un constat : dans quelques années, nous ferons le bilan. Les enfants souriront peut-être de la nostalgie.

                          • [^] # Re: Lapin compris

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Je fais surtout un constat : le vinyle est mort, le CD suit de pas loin, la VHS aussi, le DVD aussi, le livre commence à faire pareil, donc la suite… Juste un constat : dans quelques années, nous ferons le bilan. Les enfants souriront peut-être de la nostalgie.

                            On ne peut pas comparer vinyl et VHS, quand même. D'ailleurs le vinyl n'est pas mort, même s'il concerne peu de monde. Il est évident qu'il y a des différences techniques et esthétiques entre ces supports, et donc certains d'entre eux, qui présentent des avantages, vont perdurer. Par exemple le livre d'art ne va pas disparaître, parce que c'est un bel objet. La photo argentique, qui a une technique et une qualité propre, ne va pas disparaître. Sans compter que les techniques analogiques (surtout si elles sont rudimentaires) sont plus pérennes que celles qui sont numériques.
                            Ce qui me déplaît dans la "dématérialisation" (je pense surtout à la musique), c'est qu'on perd le contexte: on peut très vite écouter une suite de trucs sans savoir de quel album ça fait partie, de quelle année il est, qui est l'ingénieur du son, etc… difficile de se construire une écoute critique.

                            • [^] # Re: Lapin compris

                              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                              D'ailleurs le vinyl n'est pas mort, même s'il concerne peu de monde.

                              La VHS non plus ;-)
                              Ce que je veux dire, c'est qu'à part des exceptions (comme partout, il reste des exceptions qui aiment les vieux trucs), c'est mort pour 99% des gens (oui, encore mon 99%), le vinyl est un marché de niche de chez niche.

                              La photo argentique, qui a une technique et une qualité propre, ne va pas disparaître.

                              Ah? Pareil, exception, marché de niche, y compris chez les pros.

                              Sans compter que les techniques analogiques (surtout si elles sont rudimentaires) sont plus pérennes que celles qui sont numériques.

                              quelle techniques? Celle qui font veillir les photos, dont le backup est hors de prix et donc au moindre incendie bye bye? Niveau périnité, j'ai plus confiance dans le JPEG backupé.

                              c'est qu'on perd le contexte: on peut très vite écouter une suite de trucs sans savoir de quel album ça fait partie, de quelle année il est, qui est l'ingénieur du son, etc… difficile de se construire une écoute critique.

                              C'est un choix de chacun. Perso, j'ai les metadata avec la date + les listes par albums (en ce moment, j'écoute un album). L'avantage est que tu peux choisir (les uns font commes il veulents, ça ne t'enlève rien dans la possibilité de faire comme tu veux même si tu es minoritaire dans la façon de fiare). Un peu comme le mariage homo : plus de liberté n'enlève aucune liberté aux autres ;-). Tu es libre de savoir ede quel album ça fait partie, tu es libre de connaitre la date, comme avant, rien ne change si tu ne change pas ta façon de faire. Le numérique ne t'impose aucun changement à ce niveau.

                              • [^] # Re: Lapin compris

                                Posté par . Évalué à 2.

                                (Ce combat -discuter avec Zenitram- est perdu d'avance, je le sais. )

                                D'ailleurs le vinyl n'est pas mort, même s'il concerne peu de monde.

                                La VHS non plus ;-)

                                Ce n'est pas pareil. Le VHS c'est pourri, pas le vinyl. Un vinyl peut durer 30 ans, pas la VHS (c'est ainsi que je ne peux plus regarder le Grand Détournement, quelle perte.)

                                quelle techniques? Celle qui font veillir les photos, dont le backup est hors de prix et donc au moindre incendie bye bye? Niveau périnité, j'ai plus confiance dans le JPEG backupé…

                                … ou comment comparer des choses incomparables. Je parle d'esthétique. Avec un support analogique tu ne fais pas la même chose qu'avec un support numérique, c'est tout. Il n'y a pas de hiérarchie, mais ce n'est pas la même chose (montage sur bande != montage numérique, sténopé!=photo argentique, etc…) DONC, pas de raison qu'une technique disparaisse si elle présente des qualités esthétiques et/ou artistiques intrinsèques. Et techniquement, un JPEG on le lit aujourd'hui, mais dans quelques dizaines d'années, on ne sait pas.

                                Un peu comme le mariage homo : plus de liberté n'enlève aucune liberté aux autres ;-). Tu es libre de savoir ede quel album ça fait partie, tu es libre de connaitre la date, comme avant, rien ne change si tu ne change pas ta façon de faire. Le numérique ne t'impose aucun changement à ce niveau.

                                Technique Zenitramiesque qui consiste à faire dire ce que l'on n'a pas dit à son adversaire interlocuteur. Je n'empêche personne de faire quoi que ce soit (alors que je devrais, car ainsi le monde serait bien meilleur). Je dis là aussi que le support change le rapport au contenu. C'est plus facile d'ignorer complètement qui sont les musiciens, qui est le producteur, à quelle courant se rattache une musique quand tu as un flux continu et une interface pas explicite. Mais bien sûr pas systématique.

                                • [^] # Re: Lapin compris

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                  Et techniquement, un JPEG on le lit aujourd'hui, mais dans quelques dizaines d'années, on ne sait pas.

                                  Oh bah si, quand même, c'est juste du jpeg. Par contre, on aura une qualité toute pourrite avec nos écrans ultra-méga-giga-HD-delamortkitue. Ou alors une bonne qualité, mais une taille toute petite sur nos écrans de 128 pouces.

                                  It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                                  • [^] # Re: Lapin compris

                                    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                                    Parce que l'impression papir ou les photos argentiques, c'est connu pour être de bonne qualité… Fantasme.

                                  • [^] # Re: Lapin compris

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Par contre, on aura une qualité toute pourrite avec nos écrans ultra-méga-giga-HD-delamortkitue. Ou alors une bonne qualité, mais une taille toute petite sur nos écrans de 128 pouces.

                                    D'un autre côté ta BD papier elle ne va pas grandir non plus par magie… C'est exactement la même chose.

                                    • [^] # Re: Lapin compris

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                      D'un autre côté ta BD papier elle ne va pas grandir non plus par magie… C'est exactement la même chose.

                                      Euh, bah si j'ai une plus grande densité de pixels, un jpg de x pixels de large et y pixels de haut va être réduite en cm par rapport à un écran avec une moins grande densité de pixels. Si je veux le même nombre de cm, je vais voir apparaître les pixels de la photo.

                                      Donc non, c'est pas pareil.

                                      It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                                      • [^] # Re: Lapin compris

                                        Posté par . Évalué à 3.

                                        Si je veux le même nombre de cm, je vais voir apparaître les pixels de la photo.

                                        Non le dpi de ton image reste le même… Ton écran peut faire mieux (à un pixel image correspondent plusieurs pixel écran) mais la qualité de l'objet que tu possèdes reste exactement la même. Tu n'as aucune raison de voir apparaître des pixels.

                                        Avec la version papier la taille de l'objet est fixée. Avec la version numérique tu peux la garder fixe si tu veux (et la tu as un exact équivalent au papier), où jouer sur ses dimensions ce qui à évidemment une incidence sur sa définition. Ca peut donner le meilleur comme le pire mais de toute facon une version imprimée n'en est pas capable.

                              • [^] # Re: Lapin compris

                                Posté par . Évalué à 0.

                                Mais… les marchés de niche, ça fait aussi vivre énormément d'informaticiens.
                                D'ailleurs, les dev qui sont sur les marchés de niche (et qui ont donc réussi à s'y caler, je dis pas que c'est simple), sont probablement ceux qui ont les meilleures payes: rapport offre/demande.

                                • [^] # Re: Lapin compris

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                  Pour les dev, oui, mais sinon, Amazon, Google, Apple, Microsoft, bref les plus riches compagnies qui font vivre ces dev' de niches, ils sont peu connus du public, hein…

                                  C'est fou, j'ai l'impression qu'on ne vit pas dans le même monde…

                                  • [^] # Re: Lapin compris

                                    Posté par . Évalué à 0.

                                    Je ne sais pas, dans le mien, un collègue est autorisé à faire du télé travail et ne viens que le lundi, parce que, justement, il maîtrise une techno de niche. Je ne lui ai pas demandé son salaire, cependant, mais je gage qu'il est assez confortable, vu qu'il à réussi à négocier le télé travail déjà.

                                    Après, je ne connais pas le monde entier, et ma vision des choses est forcément parcellaire, je te l'accorde.

                                    • [^] # Re: Lapin compris

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 0. Dernière modification le 12/02/13 à 15:10.

                                      C'est mon cas aussi (le domaine de niche donc mieux payé).
                                      Mais il n'y a aucun rapport avec ce dont on parle, car les acheteurs potentiels de BD à 10 000 Euros sont assez rares, trop rares pour faire vivre plein de monde.

                                      Mais encore une fois, tant que ce marché de niche ne réclame pas de subvention du numérique pour baisser le coût de leur adoration, qu'ils fassent! Juste que ce sera comme les vynilles : un marché très petit où il y a plus de monde pour vendre que d'acheteurs, soit l'inverse de ton exemple.

                      • [^] # Re: Lapin compris

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Pour les dédicaces ; en plus du papier, une tablette graphique ou ardoise quelconque, de quoi transférer le fichier (bluetouth, carte, ouiphi), l'artiste annote le pdf et peut même le signer numériquement.
                        Et toc : )

                      • [^] # Re: Lapin compris

                        Posté par . Évalué à 1.

                        En tout cas, si je pars en vacances quelques jours, entre trimballer 10 BD ou une liseuse avec une carte SD, mon choix sera vite fait.

                        Pas si sûr que ça, si tu vas à la plage: sable/plein soleil, il y a beaucoup d'électronique/d'écran qui n'aiment pas ça.

                        • [^] # Re: Lapin compris

                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                          Les BD non plus.
                          Ne parlons pas des gamins qui te sautent dessus pendant que tu tourne la page, et une page déchirée!

                          ex-aequo.

                          • [^] # Re: Lapin compris

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Ah? Les livres n'aiment ni le sable ni le soleil?
                            Pourtant j'ai passé beaucoup de temps sur les plage a lire et je ne l'ai pas remarqué..
                            Entre une petite déchirure sur un livre (le scotch ça marche) et devoir remplacer une liseuse a plusieurs centaine d'euros a cause du sable..

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par . Évalué à 6.

                Perso mon probleme principal avec les BD sur support electronique, c'est qu'elles ne l'utilisent que tres rarement (le support). Il existe quelques webcomics qui eux font dans l'originalite (Fans! par exemple, s'amusait a faire scroller le lecteur pour certaines histoires), mais la plupart tentent justement de transposer un style sur un ecran ou une tablette, ce qui contraint le dessinateur a rester un peu trop dans les cases. Les BD US aiment beaucoup jouer sur des illustrations qui tiennent sur deux pages, et vont parfois jusqu'a faire du "multi-pages" (genre une page centrale qui se deplie). Bon ben ca, c'est juste impossible sur support electronique.

                Donc voila: je soutiens a fond les trucs qui sont faits "pour" le support electronique (c'est le cas de pas mal de webcomics), mais je soutiens aussi a fond les BD plus classiques qui tirent reellement parti du support papier (il y en a plethore). Contrairement au CD qui lui aussi peut tenter de justifier son existence par le support materiel, je pense que la BD peut reellement faire la difference si l'auteur depasse le format "9 cases par planche" auquel on nous a habitue avec des BD plus anciennes.

                Scott McCloud a ecrit/dessine 2 tres bons ouvrages au sujet de la BD, de ses origines a son avenir: Understanding Comics: The Invisible Art (traduit par "L'art invisible" en Francais je crois), et "Reinventing Comics: How Imagination and Technology Are Revolutionizing an Art Form" (pas traduit a ma connaissance).

                PS: desole pour l'absence d'accents, une mise a jour recente de mon systeme me prive (pour le moment) de touche compose …

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Juste pour préciser, le second ouvrage est traduit c'est "Réinventer la bande dessinée". La BD numérique y est plus détaillée avec certains mécanismes comme un fil qui permet au lecteur de suivre le sens de lecture pour les BDs sur plusieurs écrans de scrolling.

                  Sinon j'avais aussi vu des comics numériques Marvel qui étaient conçu pour le numérique, avec des effets de progression dans l'image, une l'apparition des bulles dans l'ordre de lecture à certains moment. Les codes utilisées étaient juste une adaptation au numérique des codes de la BD papier du coup c'était très intuitif à aborder même pour une première lecture.

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 9.

              Je comprends que tous les gouts sont dans la nature et que tu veuille rester avec le papier comme certains aiment toujours les disque vinyls.

              Mais bon, je réponds quand même à tes points:

              1. Tu n'as qu'a faire une housse en papier pour ta tablette.
                Si c'est le désagrément de devoir tourner les pages que tu recherche, et de devoir changer de position en fonction de la gauche et la droite, il doit y avoir moyen de faire une app qui oblige à tourner la tablette de 180° pour chaque page (une page à l'endroit, une page à l'envers)

              2. Les DRM c'est mal, il faudrait trouver sans. Mais en général c'est plus facile de transferer tous tes bouquin sur une autre tablette que de déménager toute ta collection d'un appart à l'autre quand on déménage. Peut être que tu ne déménages pas souvent donc ça ne s'applique peut être pas à toi.

              3. Le Smooth scaling ça ne se dégrades pas tellement. Par contre, un livre ça se dégrade facilement avec le temps. Pliures, taches, déchirures, ….

              4. Et le programmeur il fait comment pour dédicacer ses programmes ?

              5. Tu envoi le fichier ? Tu prête ta tablette ?

              6. Avec les mains.

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Tu n'as qu'a faire une housse en papier pour ta tablette.

                Lol, bien joué.

                Les DRM c'est mal, il faudrait trouver sans

                Tu l'as dit : il faudrait

                Le Smooth scaling ça ne se dégrades pas tellement. Par contre, un livre ça se dégrade facilement avec le temps. Pliures, taches, déchirures, ….

                Tu reviendras me voir dans 20 ans avec ta tablette actuelle qu'a plus de batterie. Ou avec tes fichiers drmisés que tu pourras plus lire. J'ai beau être libriste, j'ai du mal à croire que des noobs comme les éditeurs se ruent en masse sur l'intéropérable et le non-drmisé quand on leur farcit la tête avec les méchants pirates du net.

                Et le programmeur il fait comment pour dédicacer ses programmes ?

                Il dit qu'il voit pas le rapport. Il n'a qu'à intégrer un générateur aléatoire d'art ascii en easter egg de son programme :D

                Tu envoi le fichier ? Tu prête ta tablette ?

                Envoi de fichier => tu crois encore au "pas de drm" ?
                Prêt de tablette => s'il me l'emprunte pendant trois semaines comme mes potes le font, ou même deux jours, ça risque de m'emmerder profondément, je ne pourrais plus lire mes bds, même celle que j'ai pas prêtées :(

                Avec les mains.

                Caramba ! J'y avais pas pensé. Ça veut dire que j'aurais pas du attraper le chat ? :p

                It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par (page perso) . Évalué à -3. Dernière modification le 11/02/13 à 21:54.

                  J'ai beau être libriste, j'ai du mal à croire que des noobs comme les éditeurs se ruent en masse sur l'intéropérable et le non-drmisé quand on leur farcit la tête avec les méchants pirates du net.

                  Clair. C'est la musique, ces salauds de pirates faisaient qu'on devait mettre des DRMs, et ça a été accepté. euh… Attends, on ne doit pas vivre dans le même monde!

                  Depuis 10 ans, la BD numérique était que sur écran de PC, donc quelques "fous" pour les lire sur écran, mais avec l'avènemement des tablettes de bonne qualité, il va y avoir une demande. Cette demande sera comme pour la musique, les DRMs feront chier, donc soit les DRMs dégageront, soit ce sera comme pour le musique… Jusqu'à ce qu'ils dégagent.

                  Tu reviendras me voir dans 20 ans avec ta tablette actuelle qu'a plus de batterie.

                  Perso, j'essaye de toujours prendre des tablettes avec cartes SD. Et puis, on s'en fout : les backups, c'est pas fait pour rien, et ça coûte quasi-rien. Faux argument qui ne convainc que ceux qui n'aiment pas les backups (ils sont rares, Dropbox et compagnie font plein de backups)

                  Ton cas particulier ne fait pas la généralité, on parle de la généralité plutôt pour savoir où ça va aller.

                  • [^] # Re: Lapin compris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Clair. C'est la musique, ces salauds de pirates faisaient qu'on devait mettre des DRMs, et ça a été accepté. euh… Attends, on ne doit pas vivre dans le même monde!
                    Depuis 10 ans, la BD numérique était que sur écran de PC, donc quelques "fous" pour les lire sur écran, mais avec l'avènemement des tablettes de bonne qualité, il va y avoir une demande. Cette demande sera comme pour la musique, les DRMs feront chier, donc soit les DRMs dégageront, soit ce sera comme pour le musique… Jusqu'à ce qu'ils dégagent.

                    Ouais, mais en attendant qu'ils s'en rendent compte, on va se faire chier avec des DRMs ou du streaming en flash (www.izneo.com)

                    Perso, j'essaye de toujours prendre des tablettes avec cartes SD. Et puis, on s'en fout : les backups, c'est pas fait pour rien, et ça coûte quasi-rien. Faux argument qui ne convainc que ceux qui n'aiment pas les backups (ils sont rares, Dropbox et compagnie font plein de backups)

                    C'est toujours amusant de voir comme tu ne prends que les morceaux de phrase qui t'intéressent pour répondre.

                    Je disais donc aussi :

                    Ou avec tes fichiers drmisés que tu pourras plus lire.

                    Là tu vas me dire "ils vont vite s'en rendre compte, ils vont dégager les drm".
                    Et le blu-ray avec leur cryptage à la con qui empèche de les lire sur GNU/Linux ? Ils ont enlevé leur cryptage à la con ? Non ? Pourtant il ne sert à rien puisqu'on trouve partout sur le net des rip de blu-ray. Par contre, ça m'emmerde grave sur mon lecteur dvd blu-ray de salon parce que je peux pas passer leurs cinématiques/pubs/propagandes anti piratage.
                    Donc non, c'est pas parce que ça fait chier qu'ils enlèvent leur trucs anti-piratage (drm ou chiffrement blu-ray, c'est bien la même chose).

                    Ton cas particulier ne fait pas la généralité, on parle de la généralité plutôt pour savoir où ça va aller.

                    Ta croyance dans un futur tout-numérique à marche forcée n'est pas une généralité non plus, tu n'as pas plus la science infuse que moi.

                    It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Moi je ne comprend pas comment l'auteur va se rémunérer là-dessus.

        Et bah il fait comme toute personne physique/morale qui veut gagner de l'argent dans un système capitaliste : il vend quelque chose que les gens veulent bien acheter.

        Le "droit a vivre de son art" n'existe pas. Il ne faut pas oublier que vivre de sa passion est un luxe. S'il arrive a arrondir ses fins de mois c'est déjà pas mal.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 3.

          Et s'il gagne assez par ailleurs pour manger des lasagnes à l'équidé, i'ferme sa gueule. Putains d'artistes, nan mais oh.

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 12/02/13 à 08:29.

          En fait, je ne sais pas si tu es sérieux ou pas.
          Donc :

          Le "droit a vivre de son art" n'existe pas.

          Personne n'a écrit ça dans ce thread.

          Il ne faut pas oublier que vivre de sa passion est un luxe.

          Tu confonds travail et passion, et ce n'est en aucun cas un luxe. Une société qui fait totalement fi de ses artistes est une société qui meurt (parfois ce n'est pas un mal, mais c'est souvent largement accompagné par les artistes).

          S'il arrive a arrondir ses fins de mois c'est déjà pas mal.

          Ce vieux sophisme d'animal blasé… Je reformule à nouveau : écoute, ma petite gazelle, je ne mange aujourd'hui qu'un seul de tes faons, alors ne te plains pas, ok.
          Tu milites au Medef ?

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par . Évalué à 6.

          Évalué à 8.

          Impressionnant, pour un commentaire qui balance qu'en gros, l'art dans une société c'est limite inutile, voire ça peut avoir sa place si on respecte les lois capitalistes.

          Hors la valeur marchande, point de salut braves moules< !

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à -4.

            l'art dans une société c'est limite inutile, voire ça peut avoir sa place si on respecte les lois capitalistes.

            Mouais, c'est surtout oublier qu'il y a plein de merdeux qui se disent artistes mais qui n'apportent rien du tout à la société, mais ils voudraient qu'on travaille pour que eux puissent se faire plaisir.
            Non merci : ça ne t'es jamais venu à l'idée que des gens n'ont peut-être simplement pas envie de travailler pour que d'autres se fassent plaisir sous couvert d'art?

            Si ton art plait, je ne m’inquiète pas, tu pourras en vivre. Si c'est juste une n-ième repompe, je ne vois pas pourquoi je te filerai à toi plus de fric qu'au voisin, juste parce que tu t'es inscris avec la ligne "artiste" pour te la péter devant les copains.

            "ant-capitaliste" dès qu'on n'est pas d'accord avec toi sur la dépense financière, bof, c'est le degré zéro de l'argumentation, faute de réels arguments?

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 5.

              Ah le fameux argument des profiteurs, plaie de la société. Pratique dans tous les cas de figure. Que certains "profitent", grand bien leur en fasse.
              Reste qu'aujourd'hui, la plupart des artistes que je connais tirent le diable par la queue et qu'on ne fait pas grand chose pour les aider, alors qu'à mon avis ça ne ferait pas de mal à notre société de leur laisser plus d'espace.

              "ant-capitaliste" dès qu'on n'est pas d'accord avec toi sur la dépense financière, bof, c'est le degré zéro de l'argumentation, faute de réels arguments?

              En fait c'était surtout une réaction à sa remarque sur le "système capitaliste", m'enfin j'imagine que si les gens en parlent, c'est à cause de mon manque d'arguments… Et sinon, tu lis les autres posts que les tiens, parfois ?

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                la plupart des artistes que je connais

                Voila, tout es dit : tu es subjectif, rien ne dit qu'ils soient plus artiste que moi.
                Qu'est-ce qui te fait dire qu'ils sont plsu artistes que moi? Parce qu'ils se définissent comme artiste? Je peux le faire aussi, ça ne fait pas de moi un artiste.

                et qu'on ne fait pas grand chose pour les aider,

                Si on les aide, je demande qu'on m'aide aussi alors. Pas de raison que eux soient plus aidés que moi.

                alors qu'à mon avis ça ne ferait pas de mal à notre société de leur laisser plus d'espace.

                Comme pour moi aussi.
                Ca manque d'arguments… Tu es d'ailleurs libre de leur laisser autant de palce que tu veux, ça ne t'empèche rien au niveau individuel.
                Mais je ne vois pas pourquoi je les aiderais plus que d'autres.

                En fait c'était surtout une réaction à sa remarque sur le "système capitaliste",

                Certes, je suis allé un peu vite, mais ça ne change pas grand chose : on ne demande pas de "si on respecte les lois capitalistes.", mais on demande à ne pas être obligé de payer : tu es libre de ne pas respecter, on est libre de ne pas de subventionner ton palisir perso, après tu fais comme tu veux. Ca a sa place dans d'autres façon de faire (à côté du travail etc)

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par . Évalué à 5.

                  C'est marrant parce qu'à part ça, tu es pour un revenu universel, qui permettrait notamment de ne pas se poser toutes ces questions sur le financement de base des "artistes" ou "ceux qui osent s'appeler artistes alors qu'ils n'en font pas plus que toi".

                  Mais là, par principe, tu grognes. Très bien. Je te laisse grogner.

                  • [^] # Re: Lapin compris

                    Posté par (page perso) . Évalué à -3. Dernière modification le 12/02/13 à 10:36.

                    C'est rigolo, tu as manqué la partie "Pas de raison que eux soient plus aidés que moi." dans mon message.
                    Oui, je suis pour le revenu univerl, pour que les pseudo-artistes puissent tenter d'être artiste.

                    Voila le problème : toi, tu voudrais que les "artistes" (noter les guillemets) aient plus de de fric, parce que (on ne sait pas pourquoi, juste parce que). Non, ils n'ont pas à avoir plus de fric juste parce qu'ils se la pètent.

                    Si tu ne comprends pas le principe du revenu universel, je n'y peux rien, il y a plein de documentation dessus, qui partent tous du principe de ne pas priviégier un domaine plus que l'autre, le contraire de ce que tu aimerais. Je suis pour donner du fric à des gens, qu'ils se désignent artiste ou pas, qu'ils soient nuls ou pas, pas u ntruc sélectif à la tête du client comme ce que tu aimerais. Oui, je suis pour l'égalité des droits.

                    • [^] # Re: Lapin compris

                      Posté par . Évalué à 3.

                      juste parce qu'ils se la pètent.

                      C'est quoi ce vilain complexe d'infériorité ?
                      Moi je trouve juste qu'ils sont utiles à la société. Et que donc la société devrait se permettre de les aider à essayer d'être des artistes.

                      Privilégier un domaine plus que l'autre, ou imaginer ce que j'ai compris ou pas du revenu universel, comment dire… Je te laisse divaguer.

                      • [^] # Re: Lapin compris

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        Peux tu faire une liste des qualificatif (artiste est un plus un qualificatif qu'un metier) utiles et de ceux inutiles pour la société stp ?

                        • [^] # Re: Lapin compris

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Je n'ai pas ma liste sous la main là, désolé !
                          Mais j'imagine que ça doit pouvoir se discuter, dans une société intelligente…

                          • [^] # Re: Lapin compris

                            Posté par (page perso) . Évalué à -4.

                            Oh je peux aider, c'est facile : ce qui te plait est "utile", le reste ne l'est pas.
                            sort un autre critère, et moi ainsi que tous les gamins de 2 ans les rempliront.

                            Ca s'appelle du clientélisme, et le plus rigolo est que les personnes qui voudraint ça sont aussi à se plaindre que les politiques appliquent leurs idées (Exactement les mêmes : les pôtes)

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Voila, tout es dit : tu es subjectif, rien ne dit qu'ils soient plus artiste que moi.
                  Qu'est-ce qui te fait dire qu'ils sont plsu artistes que moi? Parce qu'ils se définissent comme artiste? Je peux le faire aussi, ça ne fait pas de moi un artiste.

                  Oui enfin c'est facile de vérifier hein. Si la personne en question a produit un contenu artistique (performance d'acteur, interprétation musicale, peinture, écriture, etc.), alors c'est un artiste. Peut-être un mauvais artiste, mais un artiste quand même. Si le mec se dit artiste et qu'il ne peut pas te montrer ce qu'il fait ou ce sur quoi il travaille, c'est juste un poseur.

                  Ensuite, je connais des gens qui sont ingénieurs le jour, et artistes le soir (chanteur-compositeur par exemple). Ils se produisent dans les bars, vendent leurs CD auto-produits, et touchent presque que dalle du bar lui-même. Note qu'ils se plaignent pas, ils ont bien conscience que pour pouvoir toucher des sous dans ce genre de métier, l'important c'est de se faire connaître d'abord. Certains finissent même par quitter leur boulot et devenir chanteurs des Fatals Picards (Ivan, si tu me vois…) et chantent à l'EuroVision (oui je sais, quelle référence ;-)).

                  Il y a aussi les clochards (anciens) alcolos qui se font découvrir et afficher sur YouTube tels Daniel Mustard, pour au final se faire financer leur dernier EP via kickstarter (j'ai reçu mes CD et vinyles il y a une semaine, j'en suis très content ;-)).

                  Enfin, il y a les artistes maudits (Van Gogh, anyone?) qui n'arrivent à rien vendre, mais qui seront reconnus comme des génies un siècle plus tard.

                  Et puis, accuser quelqu'un de subjectivité lorsqu'il parle d'art, je trouve ça assez cocasse, soit dit en passant. :-)

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            J'ai du mal m'exprimer : dans le système capitaliste dans lequel on vit (croire autre chose serait a mon avis une erreur), si tu veux gagner de l'argent, il faut vendre quelque chose que quelqu'un d'autre veut bien acheter. Et le problème c'est qu'il faut de l'argent (disons un minimum, en tout cas) pour au moins survivre.

            C'est en opposition totale avec la notion d'art ou, plus généralement (j'ai du mal a déterminer qu'est-ce qui est de l'art et qu'est-ce qui n'en est pas) avec l'ensemble des activités qui ne sont pas strictement nécessaire a la survie : ce sont des activités que je pense (comme toi !) être importantes pour l’humanité, mais comme personne ne va payer pour que tu en fasses, alors tu ne peux pas en vivre. Reformulé : l'art est nécessaire aux êtres humains dans l'absolu, mais les conditions actuelles de la société ne favorisent pas son épanouissement.

            Aujourd'hui le minimum garanti par le gouvernement (et donc sur lequel tu peux compter) est faible. J’espère que demain, quelque chose comme le revenu universel sera mis en place, pour qu'on ne passe pas notre temps a gagner de l'argent pour survivre mais pour que, justement, on puisse faire autre chose et en profiter. De l'art, par exemple.

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par . Évalué à 2.

              Ah oui c'est complètement différent de ce que j'avais compris…

              Présenté comme ça, je suis bien d'accord.

              (Paye ton commentaire ultra pertinent, je sais)

              • [^] # Re: Lapin compris

                Posté par (page perso) . Évalué à -4.

                Lui parle de revenu universel, pas à la tête du client.
                Tu viens de dire au dessus que tu voulais plus pour les artistes", c'est en contradiction… Faudrait te décider.

                • [^] # Re: Lapin compris

                  Posté par . Évalué à 6.

                  C'est peine perdue, mais je remets une pièce.

                  Je suis pour le revenu universel, c'est écrit un peu partout sur linuxfr et sur la tribune, depuis un moment.

                  Maintenant là, on parlait du statut des artistes aujourd'hui, dans notre monde de maintenant. Et je dis "c'est moche que les artistes soient si mal considérés".

                  En gros, si je dis "dans l'absolu, je suis pour le revenu universel", on me traite de bisounours.
                  Et si je dis "là tout de suite maintenant, il y a un problème avec le statut des artistes", on me reproche du clientélisme ou une quelconque contradiction (comme si une contradiction c'était la fin du monde, soit dit entre nous).

                  Face tu perds, pile tu ne gagnes pas, un bon moyen d'avoir toujours raison, n'est-ce pas zenitram< ?

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Donc avec 1 € l'auteur-éditeur-fabricant-diffuseur doit payer : la TVA, ses charges sociales, ses frais de diffusion, ses frais bancaires, etc.

        Avec le statut d'autoentrepreneur si c'est sérieux ou juste avec des dons pour un simple à côté, on doit pouvoir réduire les frais et procédure.

        http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/02/13 à 10:07.

        Je t'invite a rechercher sur google ou duck duck go, bing, yahoo, baidu, enfin bref sur ton moteur de recherche favori (ou pas)… castle heterodyne, et gunnerkrigg court

        qui sont des webcomics au au format BD, qui non content de toucher un public plus large en traversant les frontières se payent le luxe de fournir des version papier (couverture cartonnée) de leurs ouvrages.

        Oh et puis non en fait je peux bien leur faire de la pub ;)

        http://www.girlgeniusonline.com/
        et
        http://www.gunnerkrigg.com/

        Sinon dans les webcomic qui sont impossible a mettre sur papier tu as homestuck, mais là c'est plus spécial, et je recommande un bloqueur de pub si vous êtes au travail :D

        Bref tu peux souhaiter le temps ou les maréchaux ferrant s'opposaient à l'automobile, l'époque où les tenant du minitel voulaient garder leur modèle (hé oui il y'avait encore des pages payante via le service minitel d'orange), ou décider que le temps d'évoluer est venu, et que sans forcément revoir complètement le modèle, ce dernier peut bien avoir quelques adaptations.

        Edit: Ha zut j'allais oublier, boulet que je suis, le magnifique blog de boulet (http://www.bouletcorp.com/) qui imprime et édite ses 'notes' (version imprimé de ce qu'il dessine pour son blog, parfois on y perd un peu.)

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: Lapin compris

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          le magnifique blog de boulet (http://www.bouletcorp.com/) qui imprime et édite ses 'notes'

          Bah tu vois, je lis son blog, mais je suis quand même bien content de récupérer la version papier : quand je veux relire Boulet, je prends ma bd, je vais pas sur son blog. Sans compter que la bd physique, qui a un beau papier, rend vachement mieux les dessins que la version ordi.

          Xkcd vend aussi du physique, de même que Saturday morning breakfast cereal ou phd comics. Si des gars qui ont débuté sur le net vendent encore du physique, y a peut-être une raison. Oui, le numérique leur fait traverser les frontières et leur donne accès à un plus large public, oui, ils se passent du coup de la case éditeur, mais il semble qu'ils ont du mal à se passer du physique.

          It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

          • [^] # Re: Lapin compris

            Posté par . Évalué à 2.

            oui, ils se passent du coup de la case éditeur, mais il semble qu'ils ont du mal à se passer du physique.

            Mais rien n'empêche de cumuler les deux supports; (ce que font les deux premiers que j'ai donné, tout comme Boulet).

            Avec le système webcomic, tu peux même prendre les commandes des internautes, et passé un certain seuil lancer l'impression chez un imprimeur.

            Il y a des BDs, quand je passe à la fnac, ils me disent qu'ils les ont pas en stock, et qu'ils ne savent pas quand la prochaine impression aura lieu. On perd un grand nombre d'ouvrage par manque de disponibilité. Alors oui pour les Lanfeust, Tintin, Achille Talon, Thorgal, aucun soucis pour les retrouver, mais les Héritiers (abandonné puis récemment repris sous le nom de bloodline, mais avec deux trois changements pas top, dont un rythme plus lent) ne sont plus disponible en magasin.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Lapin compris

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Mais rien n'empêche de cumuler les deux supports; (ce que font les deux premiers que j'ai donné, tout comme Boulet).

              Ah mais oui, je suis tout à fait d'accord ! Désolé si j'ai semblé dire le contraire !

              Je pense que les deux peuvent être complémentaires et je ne veux surtout pas que l'un domine l'autre au point de l'éliminer presque complètement. Je veux lire Boulet au coup par coup sur son blog (tiens, je serais même prêt à payer une somme modique pour ça) mais je veux aussi pouvoir acheter ses notes en livre physique. Je ne veux pas non plus revenir au tout-physique car on y perdrait beaucoup : xkcd, les notes de Boulet qui n'auraient pas vu le jour, etc.

              Pour le coup, les bds pas réimprimées devraient avoir droit à une nouvelle vie en numérique parce que ça ne coûte quasiment rien. Ou proposer un système de souscription (dès qu'on a 1000 demandes de réimpression payées, on lance l'impression). Perso, je préfère la deuxième solution, mais bon.

              Un autre truc intéressant serait l'accès à tout le catalogue plus imprimé en numérique pour une somme modique, ça ferait une putain de pub pour l'éditeur qui ferait ça. Mais ils ne le feront sans doute pas : s'il y a des gens qui le demandent, ça veut dire qu'il peut encore être rentable de les vendre. Mais comme y a pas assez de personnes pour chaque bd, la réimpression ne se fait pas.

              Une autre solution serait que les éditeurs perdent les droits sur les bd/livres plus imprimés depuis un certain temps (15-20 ans, histoire d'être large), les auteurs pourraient alors en faire ce qu'ils voudraient : les réimprimer à compte d'auteur, se tourner vers un éditeur moins frileux sur la réimpression, les sortir en numérique…

              It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

    • [^] # Re: Lapin compris

      Posté par . Évalué à 9.

      Ca me parait simple:

      les 10 premières pages de BD te plaisent: soit tu payes 1 euro et tu la lis d'un traite, soit tu attends (48-10)*2 jours = 76 jours pour la lire gratuitement petit à petit. Et ça n'est pas 76 jours à date de parution, c'est 76 jours à date de lecture des 10 pages. Ca me parait très malin.

      • [^] # Re: Lapin compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Surtout que ça reprend le principe des BDs en feuilleton de la grande époque Pilote. Rien que pour ça, c'est indispensable !

  • # Féminisation \o/

    Posté par . Évalué à -2.

    laurel, auteur de BD

    Ou alors "Laurel, autrice de BD" (mon préféré !).
    Mais plus généralement, hélas : "Laurel auteure de BD".

    Cordialement,

    • [^] # Re: Féminisation \o/

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Elle est auteur. C'et quoi le problème? tu as du mal à différencier le sexe de la personne du déterminant devant le nom de son métier? L’homme devrait être un sentinel plutôt qu'une sentinelle?
      Ah, que de maltraitance de la langue au nom d'un pseudo-féminisme… Elle est auteur, et ça ne lui enlève rien de sa féminité ni de son égalité avec un homme.

      • [^] # Re: Féminisation \o/

        Posté par . Évalué à -3.

        Aucun problème avec le "sentinel", sempiternel contre-exemple.
        La féminisation je trouve ça pratique alors j'en parle.

        Et je ne vais pas attendre après toi pour savoir ce qu'est le "Vrai Féminisme", merci bien.

        • [^] # Re: Féminisation \o/

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Aucun problème avec le "sentinel", sempiternel contre-exemple.

          Chauve-souris te plaira plus?

        • [^] # Re: Féminisation \o/

          Posté par . Évalué à 3.

          Aucun problème avec le "sentinel", sempiternel contre-exemple.

          Le français n'ayant pas de neutre, le masculin comme le féminin ont été utilisés pour nommer des rôles, des fonctions, des métiers, des animaux,…
          Si on commence à féminiser ceux au masculin, pourquoi ne pas masculiniser les féminins ?
          Après le sentinel ou pourrait avoir l'estafet (on réservera estafette aux "porteuses" de courriers), le person (un être humain, la "personne" étant une être humaine), le chouet (chouette mâle),…

          • [^] # Re: Féminisation \o/

            Posté par . Évalué à 0.

            Si on commence à féminiser ceux au masculin, pourquoi ne pas masculiniser les féminins ?

            Aucun problème avec ça, pourquoi est-ce que les gens vous répondent toujours "oui mais et les hommes hein ?!" quand on parle de féminiser les noms de fonction ?…

            Je sais que les hommes c'est très très important, mais je ne parlais pas de ça, là, c'est tout.

            • [^] # Re: Féminisation \o/

              Posté par . Évalué à 3.

              Parce que la langue française à une histoire, que cette histoire laisse des trace dans la syntaxe et le vocabulaire, et que quelqu'un qui à une maîtrise suffisante sais exploiter cette histoire afin de connaître instinctivement le sens et l'orthographe d'un mot.

              Parce que cette histoire, ça rend un texte beau, et agréable à lire, et même à réciter, pour ceux qui aiment les lettres.
              Oui, la forme d'un texte, ça a aussi une beauté. Certains textes n'existent même que pour ça (notamment dans la poésie). Je veux pas de ces délires féministes qui massacrent en deux décennies l'esthétisme d'une langue séculaire… que dis-je, séculaire, millénaire! (Pardonnes-moi cette emphase assez moyenne, d'ailleurs)

              Et parce que masculiniser ou féminiser les mots sous un prétexte aussi stupide et biologiquement erroné tel que l'égalité homme/femme fait perdre tous ces points.

              Entends-moi bien: je suis pour que la loi ne fasse aucune distinction. Mais je ne suis pas pour que la culture n'en fasse aucune.
              Tiens, d'ailleurs, es-tu bisexuel? Si ce n'est pas le cas, alors tu es sexiste: tu favorises un sexe pour tes rapports amoureux.

              Les féministes sont l'exact opposé des machistes, les deux sont des plaies pour les gens normaux quand ils commencent à imposer des choses.
              Je n'aime ni les féministes, ni les machistes, ni, de façon générale, tout ceux qui veulent limiter mes libertés au nom de leur sacro-sainte éthique. En tant qu'anarchiste, j'ai pas la même éthique que mon voisin du FN (j'invente complètement), mais je respecte la sienne et lui respecte la mienne, et c'est comme ça qu'on peut aller boire un coup au bistrot sans se foutre sur la gueule.
              Si moi, ou mon voisin, voulait imposer sa vision des choses, nul doute que ça ne se passerait pas aussi bien.

              Pour une situation plus réaliste, en tant qu'athée, j'ai eu des discussions extrêmement intéressantes avec des religieux qui pratiquent. Jamais avec les intégristes. Toi, tu ressembles à un intégristes, à chasser ce qui te semble être des fautes sur un site internet, alors que ce n'en sont pas.

              • [^] # Re: Féminisation \o/

                Posté par . Évalué à 0.

                Quel post magnifique et bien écrit.

                Bourré d'incohérences, d'inexactitudes et d'invectives inutiles, mais bon, ce sont des détails. Merci d'avoir pris le temps de l'écrire !

                Toi qui est si féru de langue française, d'histoire et de vocabulaire, penche toi sur l'histoire du neutre masculin, apparu au 19ème siècle, la forme précédente étant "le genre du groupe le plus proche l'emporte" comme par exemple "les hommes et les femmes sont belles" vs. "les femmes et les hommes sont beaux".
                Demande toi si cette merveilleuse langue française, héritage d'années de sexisme et de violence envers les femmes mérite qu'on n'ose jamais y toucher sous peine de renier notre glorieux passé !

                Et puis pour la fine bouche, je te propose d'aller relire les définitions de "féministes" dans nos merveilleux dictionnaires de cette formidable langue que nous aimons tous, et parcours donc l'histoire pour retrouver toutes ces horreurs que le féminisme a su imposer à travers les siècles.

                Tu parles, tu t'emportes, tu t'exclames, cher camarade linuxfrien, mais au final… Tu racontes n'importe quoi.

                Et surtout, juge moi. Traite moi d'intégriste chasseur de fautes qui n'existent pas tant tu peux. Si ça peut t'aider, ça me fait plaisir.

                • [^] # Re: Féminisation \o/

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Bourré d'incohérences, d'inexactitudes et d'invectives inutiles, mais bon, ce sont des détails. Merci d'avoir pris le temps de l'écrire !

                  Ma foi, je suis curieux de les voir citées.

                  Demande toi si cette merveilleuse langue française, […] mérite qu'on n'ose jamais y toucher sous peine de renier notre glorieux passé !

                  Là, indiques-moi ou j'ai écrit qu'il ne faut pas y toucher? J'ai dis que cette langue est vivante, qu'elle évolue depuis longtemps, et je n'ai jamais dis qu'il fallait que ça cesse.
                  Juste, je ne veux pas qu'un groupe, sous couvert d'éthique, impose des changements qui sont, pour beaucoup, hideux.

                  Quant au "horreurs" imposées par le féminisme, si tu penses aux évolutions du siècle dernier telles que le droit de vote, le droit au travail, etc, etc… alors, je te prie de relire mon message, bien que tu le considères bourré d'incohérences.
                  Il y est dit que je considère que la loi ne devrait pas faire de différence sur le sexe.
                  Propos qui est d'ailleurs trop extrémiste, car il est important qu'il y ait des adaptations, par exemple par rapport au fait que ce soit la femme qui est l'hôte de l'enfant lors de la gestation. La loi dois donc les protéger contre le risque de se faire licencier pour cette raison. Entres autres.

                  Je constate que, comme le mien, ton propos est bourré d'incohérences et d'inexactitudes. Ah, qu'il est bon de ne pas se sentir seul :)

                  • [^] # Re: Féminisation \o/

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Tu parles d'horreurs, de changements hideux imposées par l'éthique féministe (??).

                    Alors que si on en revient à nos chères "autrices", je te renvoie à http://fr.wiktionary.org/wiki/autrice par exemple.
                    Au final, cette langue séculaire dont tu parles (millénaire même !), elle a déjà usée de ces formes féminines bien avant qu'une société machiste ne les fasse disparaître au nom d'un "neutre" masculin.

                    Donc le français, revenons-y, et avec plaisir !

                    (Je ne reviens pas sur ton paragraphe à propos de ma sexualité, il est hors de propos)

              • [^] # Re: Féminisation \o/

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Les féministes sont l'exact opposé des machistes,

                Bémol : la plupart des personnes aujourd'hui qui se réclament du fémnisme ne sont pas féministes, juste l'opposé du machisme effectivement, mais les féministes, celles de la première heure, ne demandaient bien qu'une chose : l'égalité de droits. Dommage que cette idée se soit perdue en route, et que la misandrie (sans doute le mot que tu cherchais) ai complètement enfermé le mouvement, à en devenir ridicule au point que la plupart des femmes ne supportent pas ces "féministes"!

                Pour une situation plus réaliste, en tant qu'athée, j'ai eu des discussions extrêmement intéressantes avec des religieux qui pratiquent.

                Pareil. Etonnament, les personnes interressantes sur ces sujets sont des personnes qui n'essayent pas de "vendre" aux autre leurs idées, mais pratiquent pour des raisons à elles, perso, sans vouloir "éduquer" les autres, et quoiqu'on leur dise elles ne s'en offusquent pas du tout, bizarre… ;-)

                PS : sinon, pas mal de mélanger féminisme et religion, ça suit bien l'actualité :).

                • [^] # Re: Féminisation \o/

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Merci pour le mot, j'ignorais son existence.

                  J'adore ton actualité, merci pour ce lien distrayant :D et mea culpa pour le mélange douteux. Juste, je trouvais le parallèle assez éloquent.

              • [^] # Re: Féminisation \o/

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Si tu pouvais éviter d'écrire à au lieu de a, ça rendrait ton texte plus crédible.
                (Rappel, remplacer à/a par "avait" pour vérifier la cohérence de la phrase toussa toussa…)

                Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

                • [^] # Re: Féminisation \o/

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Je sais, ça, et les là/la ou/où font partie de mes fautes les plus communes (mais ne sont pas les seules) acquise lors de mes premières années de bidouille informatique, quand mon IDE ne supportait pas les caractères accentués. Depuis, je tente de me corriger, mais ce n'est pas évident (depuis j'ai fait pas mal de progrès, l'air de rien :D ).

                  Et dire qu'à une époque j'excellais dans les dictées :) (mais je n'étais alors pas foutu d'utiliser un ordinateur correctement. Progrès ou pas, je sais pas…)

      • [^] # Re: Féminisation \o/

        Posté par . Évalué à 1.

        Ah, que de maltraitance de la langue au nom d…

        En même temps, quand on voit l'utilisation qui en est faite par ses défenseurs…
        L'hôpital qui se fout de la charité ?

        • [^] # Re: Féminisation \o/

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est le mot maltraitance qui te choque ? Pourtant il est entré officiellement dans la langue qu'on cause officiellement en France en 1987.

          • [^] # Re: Féminisation \o/

            Posté par . Évalué à -2.

            Tu as pensé à regarde sa définition aussi, en plus de son année d'entrée officielle dans la langue qu'on cause officiellement en France ? :)

            • [^] # Re: Féminisation \o/

              Posté par . Évalué à 2.

              C'est vrai que faire subir des sévices à une langue, quand bien même elle serait celle qu'on cause officiellement en France semble un peu exagéré.
              Mais vu l'emploi du mot aujourd'hui, je ne vois pas trop de souci : ce n'est pas un non-sens, on comprend bien ce que ça veut dire et ça ne peut pas dire autre chose que ce que ça dit.
              Il y a tout de même une intention vicelarde dans ce terme, donc la personne qui l'a employé sous-entendait que des individus se lèvent chaque matin avec la ferme intention de lui en foutre encore plein la gueule à la langue (qu'on cause …).
              C'est vrai que c'est un peu bizarre, mais peut-être certaines personnes en sont convaincues. Donc, chez les théoriciens du complot, l'emploi semble justifié : )

      • [^] # Re: Féminisation \o/

        Posté par . Évalué à 6.

        Je pense que ça a un impact sur la société.
        Les mots qui sont dans un usage courant utilisés au masculin sont en général des status de classe sociale élevée.
        Pour un enfant qui apprend la langue, le mot sera alors inconsciemment associé avec le genre, et ça peut avoir des impacts sur le comportement global inconscient.
        (inversement, masculaniser les mots féminins n'a pas d'intérêt, car le fait que le masculin de ces mots n'existe pas n'a pas d'impact sur la vision sociale inconsciente qu'on a des hommes)

        Beaucoup de personnes qui se revendiquent féministes ne le sont pas réellement (ou ne comprennent pas réellement ce que ça signifie). Par contre, systématiquement dire "non, c'est stupide, parce que c'est un truc de féministes et que bcp de féministe se trompent" est également stupide, sans doute même plus.
        Au final, j'ai l'impression qu'on dit:
        les "mauvais féministes" causent du tort au féminisme car ils permettent aux idiots de rejeter le féminisme.
        Mais dans ce scenario, les premiers coupables, ça reste avant tout les idiots.

        • [^] # Re: Féminisation \o/

          Posté par . Évalué à 2.

          (inversement, masculaniser les mots féminins n'a pas d'intérêt, car le fait que le masculin de ces mots n'existe pas n'a pas d'impact sur la vision sociale inconsciente qu'on a des hommes)

          … Tu contredis (ou pas ? macho va !) ton argumentation précédente :

          Pour un enfant qui apprend la langue, le mot sera alors inconsciemment associé avec le genre, et ça peut avoir des impacts sur le comportement global inconscient.

          Ben oui, une femme de ménage, bien sûr que ça n'a pas d'intérêt de masculiniser ça… Ça ne risque pas de porter préjudice à l'homme ;-)

          • [^] # Re: Féminisation \o/

            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

            … Tu contredis (ou pas ? macho va !) ton argumentation précédente :

            Ah toi aussi ça tu as remarqué ;-)
            C'est ce que j'appelle le mauvais féminisme : l'égalité n'est pas recherchée, juste la supériorité d'une communauté par rapport à l'autre, l'argument n'allant que dans un sens (et donc ensuite, que va-t-il arriver si les sexes des mots ont un impact? he he…).

            Ben oui, une femme de ménage, bien sûr que ça n'a pas d'intérêt de masculiniser ça…

            ttt… Tu es T.E.U.S! Technicien(e) d'Entretien des Unité de Surface.
            Ca a peut-être changé depuis que je ne fais plus ça, mais moi je disais que j'étais femme de ménage, point barre.

          • [^] # Re: Féminisation \o/

            Posté par . Évalué à 3.

            Ce n'était pas clair, j'aurais du dire: "masculaniser les mots comme 'sentinelle'", même si j'avais supposé à tort qu'on comprendrait vu que dans le message auquel je répondais, c'était de ça qu'il était question quand on parlait de masculaniser les mots.

            Masculaniser "femme de ménage" est totalement équivalent à féminiser "auteur": dans les deux cas, c'est associer au genre féminin des activités de bas échellon social.
            Connais tu qlq'un qui soit pour la féminisation de "auteur" et pas la masculanisation de "femme de ménage" ?

            Par contre, ce que je voulais dire, c'est qu'il y a une différence entre éviter une tendance qui a un impact social et faire de l'égalité pour l'égalité sans aucune réflexion derrière.
            Par exemple, c'est stupide de vouloir masculaniser "sentinelle": le fait que sentinelle soit féminin n'a aucun impact sur la vision social qu'on a des hommes.
            (Le seul avantage, c'est de calmer les gens qui pensent que si on ajoute 5 grammes sur le plateau de droite dans une balance qui contient 20 grammes à gauche et 10 grammes à droite, cela signifie que l'égalité n'est pas recherchée et que 15 grammes est plus lourd que 20 grammes parce que on n'ajoute du poids que dans un seul sens)

            Si on veut vraiment comprendre le féminisme, il faut aller plus loin de l'approche simpliste "le problème des femmes, c'est uniquement les machos qui leur mattent les fesses". Le problème, c'est la position inconsciente de la femme dans la société, qui affecte aussi bien les hommes que les femmes.
            Une fois qu'on identifie un élément qui joue dans cette vision inconsciente, on fait en sorte qu'il disparaisse: la discussion sur le genre des mots n'a de sens uniquement pour ça.

            Ensuite, oui, il y a des imbéciles qui se disent féministes et qui pleurent juste parce que "c'est pas juste qu'il n'y ait pas un équivalent féminin à tout les mots", de la même manière qu'il y a des imbéciles qui disent "il y a des féministes imbéciles qui sont imbéciles, donc, la chose intelligente à faire est de faire systématiquement le contraire de tout ce qu'ils disent".

            • [^] # Re: Féminisation \o/

              Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 12/02/13 à 19:19.

              le fait que sentinelle soit féminin n'a aucun impact sur la vision social qu'on a des hommes.

              Mais tu dis toi-même l'inverse juste avant!

              Je te cite :

              Pour un enfant qui apprend la langue, le mot sera alors inconsciemment associé avec le genre, et ça peut avoir des impacts sur le comportement global inconscient.

              Faudrait savoir : inconsciemment, on associe ou pas? Si on associe, il faut virer les deux côtés, sinon à terme il y aura une association mauvaise de l'autre côté (à quoi ça sert de "corriger" le présent si tu créés un futur identique au passé?)

              (Le seul avantage, c'est de calmer les gens qui pensent que si on ajoute 5 grammes sur le plateau de droite dans une balance qui contient 20 grammes à gauche et 10 grammes à droite, cela signifie que l'égalité n'est pas recherchée et que 15 grammes est plus lourd que 20 grammes parce que on n'ajoute du poids que dans un seul sens)

              Oui, bon donc, on ne recherche pas la même chose que les féministes de la première heure, qui réclamaient l'égalité, pas un avantage. Ici, tu proposes de passer de 10 à 25 grammes contre 20 grammes en face, plutôt que de mettre tout le monde à 25 grammes, sous couvert qu'il y aura 5 gramme de différence plutôt que 10 comme avant. Ca donne exactement la même chose qu'aujourd'hui au final (soit une inégalité), qu'elle soit plus petite ne change pas le problème.

              Triste féminisme, où en son nom on essaye de faire son opposé…

              Le problème, c'est la position inconsciente de la femme dans la société, qui affecte aussi bien les hommes que les femmes.

              Et féminiser des métiers ne change pas ça du tout. Une femme médecin reste un médecin, au même niveau qu'un homme. Médecin = neutre! Homme ou femme.
              Et comme tu dis : ça peut affecter les hommes, alors pourquoi ne pas travailler dessus en même temps? Bizarre l'argument sélectif avec une excuse… Quitte à trouver des excuses, on peut en trouver de tous les côtés tu sais. On peut aussi essayer de réclamer l'égalité.

              • [^] # Re: Féminisation \o/

                Posté par . Évalué à 1.

                Désolé (sincèrement), mais j'ai pas envie de perdre mon temps avec toi (juste un point: lorsque je relis mon histoire de balance, le résultat final est "15 gr vs 20 gr" et pas "25 gr vs 20 gr").
                On a déjà eu des discussions, et ça n'a jamais mené à rien.
                Je te laisse donc gagner cette discussion-ci, tu pourras dormir heureux en sachant que t'es un type génial.

  • # Pas besoin de découpe

    Posté par . Évalué à 3.

    Il n'a pas besoin de découper un album comme cela.

    Il peut tout à fait faire un premier épisode gratuit (~30 pages) et le reste payant (mais au vrai prix !! autour de 3€/50 pages).

    Le début gratuit a le rôle de bande annonce et si la distribution est libre, la publicité se fait à cout nul.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Pas besoin de découpe

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      C'est vrai, mais ça fait un peu salaud (selon moi) et donc une mauvaise pub.

      Oui, les jeux vidéos font déjà ça avec les démos jouables, mais tu peux pas tester ton jeu vidéo chez le vendeur (ou alors qq titres) et l'investissement est plus lourd (75€ le nouveau jeu) donc faut pas se louper.

      Mais bah, la méthode de découpage, on s'en souciera vraiment quand ils commenceront à découper.

      It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

      • [^] # Re: Pas besoin de découpe

        Posté par . Évalué à 2.

        Une bande annonce peut être meilleur que le film, mais pas le 1er album d'une BD, donc, je n'ai pas l'impression que tu arnaques le publique.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Pas besoin de découpe

      Posté par . Évalué à 2.

      Ca n'empêchera pas le piratage: pourquoi avoir un morceau d'album légal alors que le piratage t'en donnes un complet?
      La diffusion complète et lente est plus intéressante à mon avis.

      • [^] # Re: Pas besoin de découpe

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Ca n'empêchera pas le piratage: pourquoi avoir un morceau d'album légal alors que le piratage t'en donnes un complet?

        1/ Ca te permet de tester sans pirater. Donc pour tester, tu commences pas par chercher comment récupérer le tout (qui supprimerait 2/, car une fois commencé, pourquoi s'arrêter?)
        2/ 1 €, c'est correct (3 €, je commencerai perso à trouver ça gros), donc une fois que tu sais que ça te plait, tu ne vas pas forcément avoir envie de pirater pour si peu.

        Donc si, ça peut empêcher le piratage.

        La diffusion complète et lente est plus intéressante à mon avis.

        Ca peut autant gonfler, et tu vas pirater si tu veux pirater.
        Les deux approches sont respectables : dans les deux cas, il y a un test possible, et un prix correct, après la différence d'approche est à mon avis du détail.

    • [^] # Re: Pas besoin de découpe

      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 12/02/13 à 17:53.

      Dans tous les cas, pour éviter le piratage massif et l'impasse dans laquelle est fourrée l'industrie de la musique, les éditeurs de livres devront retenir les leçons du mp3.

      1. proposer un format numérique facilement accessible, peu gourmand en ressources, universel (disponible sur 99% des plateformes techniques)
      2. proposer un format qui n'impose pas plus de limites au lecteur qu'un livre physique. C'est à dire doit être accessible offline, le lecteur doit en avoir la pleine et entière propriété (et pas un droit d'usage), doit être facile d'usage (ne nécessite pas de lecteur logiciel vérolé ou obèse)
      3. proposer un moyen d'achat simple, aussi simple que de télécharger, et des prix plus bas que de la vente physique. Ex: s'inscrire sur un site, ajouter des livres à un panier, payer, télécharger, point.
      4. proposer des goodies. exemple des rencontres avec tes auteurs préférés (un lecteur pourrait s'abonner pour recevoir de telles propositions par mail), des séances de dédicaces, du cross selling, télécharger des œuvres non disponibles au grand public (pas éditée au format papier)…

      Si une des 3 premières conditions n'est pas respectée, le livre numérique sera massivement piraté. La 4e est un bonus.

      Et pour éviter la diffusion d'ouvrages légalement achetés, pourquoi ne pas watermarquer les livres numériques avec le nom de l'acheteur en bas de page/page de garde/4e de couv… ?

      • [^] # Re: Pas besoin de découpe

        Posté par . Évalué à 2.

        Le 2 est assez cocasse car les DRM sont fait justement pour faire ressembler les copies numériques à des objets que l'on ne peut plus dupliquer à l'infini. C'est tellement vrai que des sites de revente de musique sous DRM se sont créer.

        Maintenant, les majors ont envie d'utiliser les DRM pour empêcher tout ce qui n'était pas possible de faire avec un objet : interdire la revente, interdire le prêt, interdire l'occasion.

        "La première sécurité est la liberté"

  • # d'accord mais

    Posté par . Évalué à 5.

    Les éditeurs sont sur une pente glissante.

    Je dirai plutôt que les éditeurs, comme les majors de musique, se rattrapent aux branches car leur modèle est voué à disparaître.

    Quelle est leur plus-value aujourd'hui ? Pas grand chose maintenant que le support physique n'est plus un passage obligé.
    Découvrir des talents ? Bof, en général, ils misent sur les blockbusters ou les talents émergeant par d'autres filières.
    Assurer la promotion ? Bof, un artiste peut le faire ou choisir de déléguer cette tâche.
    Produire le support physique ? Bof, le support physique est plutôt restrictif dans ses possibilités créatives. Il peut y avoir de belles éditions mais si l’œuvre a des fans, un peu de crowdfunding et ils feront paraître une belle édition sur support physique.
    Prendre une grosse part de l'argent généré pour bien vivre ? Ah bah oui.

    Donc je suis plutôt d'accord : Mise à disposition progressive du contenu: bonne idée.

    • [^] # Re: d'accord mais

      Posté par . Évalué à 1.

      Moi, je vois un avantage à l'éditeur, c'est le partage des ressources.

      Je l'évoque dans un commentaire plus haut, un éditeur a souvent quelques « stars » qui génèrent un revenu (et donc un bénéfice) important, bénéfice qui est réinvesti dans des auteurs moins célèbres, parfois (ou souvent ?) à perte. Tu dis qu'ils misent sur les blockbusters. Certes, mais quand je vais dans une librairie, je vois beaucoup de BDs qui ne sont pas des blockbusters et qui sont portées par des éditeurs. Il y a une offre immense. Beaucoup de ces bandes dessinées ne remboursent jamais l'investissement de l'éditeur. S'il n'y avait pas les éditeurs et les blockbusters, il y aurait sûrement moins de bandes dessinées « marginales ». (Est-ce qu'elles seraient de meilleur qualité ? Ou plutôt, lesquelles survivraient ? Les mauvaises sans surprises ou les bizarres et géniales ?)

      Je ne pense donc pas que les éditeurs sont voués à disparaître. Les éditeurs actuels, ceux qui n'évoluent pas, peut-être. Mais finalement, si une association d'auteurs se monte, qu'ils mettent en communs des ressources pour rémunérer leurs membres les plus démunis, et qu'ils s'occupent de la promotion… Ben, même si on est sur une distribution uniquement sur Internet, même s'il distribuent petit à petit leurs bandes dessinées gratuitement, est-ce que cette association n'est pas « un éditeur » ?

    • [^] # Re: d'accord mais

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Assurer la promotion ? Bof, un artiste peut le faire ou choisir de déléguer cette tâche.

      tu te contredis : si il délègues, c'est à qui d'après-toi?
      Un éditeur peut être utile, il ne faut pas forcément les tuer. Par contre ils doivent d'adapter.

    • [^] # Re: d'accord mais

      Posté par . Évalué à 1.

      Assurer la promotion ? Bof, un artiste peut le faire ou choisir de déléguer cette tâche.

      C'est pas le boulot d'un artiste. Peu savent le faire et encore moins aiment.

      Produire le support physique ? Bof, le support physique est plutôt restrictif dans ses possibilités créatives. Il peut y avoir de belles éditions mais si l’œuvre a des fans, un peu de crowdfunding et ils feront paraître une belle édition sur support physique.

      C'est pas non plus le boulot d'un artiste. Des gens savent très bien faire ça, pourquoi ne pas leur laisser?

      Il y a moins d'argent dans la culture et/ou il est mal réparti, alors les artistes et les techniciens et ingénieurs doivent faire plusieurs boulots en même temps. C'est possible jusqu'à un certain point… au prix de moins bonnes conditions de travail. Et de la diminution de gens qui peuvent en vivre.

  • # Barrière mobile

    Posté par . Évalué à 1.

    En fait, ce que propose ce BDiste est le concept de barrière mobile, qui est utilisé dans certains modèles des revues scientifiques en Open Access.
    On fixe une période pendant laquelle on va inciter l'achat de la version papier ou l'accès payant électronique, et au bout de cette période tout passe en accès libre. C'est un modèle qui a bien fonctionne sur les revues hébergées par http://www.revues.org/
    Maintenant, le modèle économique évolue dans l'accès libre, on fait payer les services supplémentaires, comme les formats dits détachables (PDF, ePub, etc…) et d'autres services qui peuvent/pourraient être utiles aux lecteurs, mais en forçant les revues à ne plus avoir cette barrière mobile: tous les articles sont disponibles dès leur publication en HTML, les formats détachables étant réservés aux personnes ayant payé.

    • [^] # Re: Barrière mobile

      Posté par . Évalué à 2.

      En fait, ce que propose ce BDiste

      Désolé pour le HS, mais c'est juste un bel exemple, par rapport à mes commentaires du dessus. Laurel est une femme.
      C'est pas important mais ça montre bien que par défaut, le masculine neutre, hein…

      • [^] # Re: Barrière mobile

        Posté par . Évalué à 2.

        Laurel est une femme.

        Tu crois que Hardy est au courant ?

        cd /pub && more beer

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.