Journal Le journal d'Anne Franck et le copyright

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
39
8
oct.
2015

Cher lecteur,

Via ce journal bookmark je voudrais attirer ton attention sur le billet publié par Lionel Maurel sur son blog S.I.Lex :

Nous rendons le Journal d’Anne Frank au domaine public ! Serez-vous des nôtres ?

Les vautours qui gèrent les droits du journal d'Anne Frank font tout ce qu'ils peuvent pour étendre, encore et toujours, la durée de leur exclusivité. Cette situation absurde (en quoi la censure d'un texte constitue-il une nouvelle oeuvre ?) doit être dénoncée et condamnée.
Lionel Maurel va jusqu'à relayer l'appel à la désobéissance civile d'Olivier Ertzscheid et à mettre lui aussi a disposition de tous le texte du journal d'Anne Frank.
La notion de désobéissance civile est fort délicate et le recours à cette solution du non respect de la loi est dangereux. Mais dans certains cas bien spécifiques cela peut s'envisager…

  • # fondation sans avenir?

    Posté par . Évalué à 6.

    L'existence de la fondation ne dépendant - selon eux - que de l'exclusivité sur le journal d'Anne Franck, ils vont essayer pour tous les moyens de prolonger les droits sur l'oeuvre. Il suffit de lire leur FAQ pour remarquer cette rigidité.

  • # Désobéissons !

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    http://www.dotslashplay.it/public/le_journal_danne_frank_frank_anne.epub
    http://www.dotslashplay.it/public/uncensored-le_journal_danne_frank_frank_anne.epub

    Je vous invite à héberger vous aussi vos copies de cette œuvre et à en partager les liens ici.
    Nous verrons bien à combien de personnes en même temps ces vautours sont prêts à s’attaquer ;)

    Promis, si je reçois une injonction de leur part à mettre ces fichiers hors-ligne je la partagerai ici histoire que je ne sois pas le seul à rigoler.

    • [^] # Re: Désobéissons !

      Posté par . Évalué à -5.

      Salut, puisqu'on donne des liens pour obtenir illégalement des œuvres soumises au droit d'auteur, quelqu'un aurait un lien du "Tout Nouveau Testament" avec Poelvoorde ?

      • [^] # Re: Désobéissons !

        Posté par . Évalué à -5.

        Il y rajoute un onzième ?
        À la loi tu désobéiras, quand l'envie t'en prendra !

        Je ne suis pas opposer par principe à la désobéissance civile, mais uniquement si la Loi exige de moi que je commette un acte immoral. Telle est l'interprétation que je fais du principe selon lequel il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.
        Dans le cas présent, je ne vois pas quel acte immoral la Loi des hommes me contraindrait à commettre, même si je ne cautionne pas la démarche des titulaires des droits sur l'œuvre.

        Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

        • [^] # Re: Désobéissons !

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Je cite l’article donné en lien dans ce journal, avec lequel je suis en accord :

          Un tel acte est illégal, mais il arrive un point où l’absurdité de la règle de droit mérite qu’on lui oppose des actes de désobéissance civile.

          L’acte immoral ici est d’essayer d’empêcher une œuvre d’entrer dans le domaine public pour des raisons fallacieuses. Les actions des "ayant droits" en cause sont peut-être en accord avec ta morale, mais elles sont en totale contradiction avec la mienne, donc j’agis et me tiens prêt à en assumer les conséquences.

          • [^] # Re: Désobéissons !

            Posté par . Évalué à 7.

            La question n'est pas de savoir si l'action des ayant droits est morale ou immorale (je la trouve aussi immorale), mais de savoir si la Loi te contraint à commettre un acte immorale : dans ce cas là, oui, il faut désobéir.
            Il y a une procédure de droit qui est engagé, dans le billet de Tristan Nitot l'ancien président de Wikimédia France pense que les arguments avancés par les ayant droits ne sont pas recevables. Espérons que la justice en pense de même : dans un État de Droit, on fait valoir ses positions par voie de droit.

            Par contre, je préférerais encore mieux voir disparaître le mot « morale » que d'admettre que chacun puisse avoir la sienne. Nietzsche défendait un tel point de vue, et sa philosophie est amorale (et non immorale). Je ne partage pas sa philosophie, mais au moins, il est cohérent avec lui même.

            Et au cas où tu te poses la question, je ne fonde pas la morale sur d'obscurs textes sacrés ( Ancien Testament, Nouveau Testament, Coran, Vedas…) mais sur la commune Raison humaine, en vertu du principe : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse valoir comme principe d'une législation universelle ». Voir Fondements de la Métaphysique des mœurs et Critique de la Raison Pratique d'Emmanuel Kant. Il fait du devoir, et de son principe fondamental, la base de la morale.

            Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

            • [^] # Re: Désobéissons !

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              La question n'est pas de savoir si l'action des ayant droits est morale ou immorale (je la trouve aussi immorale), mais de savoir si la Loi te contraint à commettre un acte immorale : dans ce cas là, oui, il faut désobéir.

              Cette vision ne me plaît pas : elle paraît impliquer que je doive rester passif tant que je ne suis pas personnellement impliqué dans ce que je considère comme un bafouement des droits de tous (c’est comme ça que je vois les tentatives des ayant droit d’empêcher cette œuvre d’entrer dans le domaine public).

              Il y a une procédure de droit qui est engagé, dans le billet de Tristan Nitot l'ancien président de Wikimédia France pense que les arguments avancés par les ayant droits ne sont pas recevables. Espérons que la justice en pense de même : dans un État de Droit, on fait valoir ses positions par voie de droit.

              Merci pour le lien vers ce billet que je m’en vais lire de ce pas !
              Qui sait, il pourrait peut-être même me pousser à réviser ma position ;)

              Et au cas où tu te poses la question, je ne fonde pas la morale sur d'obscurs textes sacrés

              Inutile de te mettre sur la défensive ;)
              Je ne me permettrais pas de juger un inconnu sur ses principes, et pour ce que j’en lis nous avons des conceptions similaires de la "morale". (je n’aime pas beaucoup ce terme justement à cause de ses connotations religieuses, généralement je parle plus facilement "d’éthique")

              • [^] # Re: Désobéissons !

                Posté par . Évalué à 0.

                Inutile de te mettre sur la défensive ;)
                Je ne me permettrais pas de juger un inconnu sur ses principes, et pour ce que j’en lis nous avons des conceptions similaires de la "morale". (je n’aime pas beaucoup ce terme justement à cause de ses connotations religieuses, généralement je parle plus facilement "d’éthique")

                Je ne me mettais pas sur la défensive, mais comme ce terme a souvent des connotations religieuses, que mon premier message avait un lien avec l'Ancien Testament et que j'y parlais de Dieu, j'ai préféré prévenir que guérir. (D'ailleurs Zenitram l'a justement interprété ainsi, mais chez lui c'est une habitude ;-)
                Chez moi les termes « morale » et « éthique » sont synonymes.

                Par contre, je reste toujours sceptique sur le fait que ce soit un devoir éthique strict que de publier Le journal d'Anne Franck alors que c'est illégal.

                Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                • [^] # Re: Désobéissons !

                  Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                  Par contre, je reste toujours sceptique sur le fait que ce soit un devoir éthique strict que de publier Le journal d'Anne Franck alors que c'est illégal.

                  Je suis le sujet avec intérêt, et en lisant cette phrase, je ne peux m'empêcher de penser à Antigone. Était-ce un devoir éthique pour elle que d'aller enterrer son frère ?

                  Je pense que la question n'est pas de savoir à partir de quand il faut agir contre la loi (être contraint de le faire comme tu le dis au dessus), mais également regarder ce qui justifie cette loi : parce que le législateur n'est pas idéal, nous devons porter un regard critique sur la loi elle même.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Je suis le sujet avec intérêt, et en lisant cette phrase, je ne peux m'empêcher de penser à Antigone. Était-ce un devoir éthique pour elle que d'aller enterrer son frère ?

                    Je ne connais pas l'histoire d'Antigone. Du moins j'ai lu, mais il y a trop longtemps, l'adaption de Jean Anouilh, et je ne me souviens plus des éléments de l'histoire.
                    La Loi grecque lui interdisait-elle d'enterrer son frère ? Dans ce cas, elle se retrouvait dans un dilemme morale entre son devoir d'obéissance à la Loi et son devoir envers son défunt frère. Ce genre de situation relève de la casuistique morale, il est impossible de trancher le nœud dogmatiquement.

                    Je pense que la question n'est pas de savoir à partir de quand il faut agir contre la loi (être contraint de le faire comme tu le dis au dessus), mais également regarder ce qui justifie cette loi : parce que le législateur n'est pas idéal, nous devons porter un regard critique sur la loi elle même.

                    Nous devons effectivement porter un regard critique sur la Loi, d'autant qu'en République nous sommes tous co-législateurs. C'est pour cela que Kant ouvrait ainsi sa Doctrine du Droit :

                    Qu'est-ce que le droit ?

                    La question pourrait bien plonger le jurisconsulte dans l'embarras, s'il ne veut pas tomber dans la tautologie ou, au lieu d'indiquer une solution universelle, renvoyer à ce que veulent les lois dans un certain pays et à une certaine époque, — tout comme est embarrassé le logicien lorsque se trouve formulée la question : qu'est-ce que la vérité ? Ce qui est de droit (quid sit juris), c'est à dire ce que les lois disent ou ont dit en un certain lieu et en un certain temps, sans doute peut-il l'indiquer; mais savoir si ce qu'elles voulaient été en outre juste, et quel est le critère universel auquel on peut reconnaître en général aussi bien le juste que l'injuste (justum et injustum), cela lui reste bel et bien dissimulé s'il ne laisse pas de côté pour un temps ces principes empiriques et ne cherche pas la source de ces jugements dans la simple raison (quand bien même ces lois pourraient lui servir de fil conducteur), afin de mettre en place le fondement d'une législation positive possible. Une doctrine uniquement empirique du droit (comme la tête de bois dans la fable de Phèdre) est une tête qui peut être belle, mais dont il est simplement dommage qu'elle ne possède point de cervelle.

                    Il n'en reste pas moins que dans un État de droit, le droit se rend dans une cour de justice. Lorsqu'une loi nous semble injuste, qu'il faille œuvrer pour l'abroger, j'en conviens, mais ce n'est pas pour autant un critère suffisant pour lui désobéir : dans ce cas on se place en position de juge et partie.
                    La désobéissance civile relève des dilemmes moraux entre ce que la Loi de l'État m'ordonne de faire, et ce que ma conscience m'ordonne de faire. Pour le cas présent, j'ai exposé plus en détail ma position dans ce message.

                    Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                    • [^] # Re: Désobéissons !

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                      Tu sembles parler comme si nous étions dans un modèle idéal, or ça n'est pas le cas. La loi n'est pas ce concept détaché universel que le souhaitait Kant.
                      Elle est soumise à des pressions, plus ou moins forte, des différents champs de la sociétés, et si dans l'idéal tout le monde devrait être co-législateur, ça n'est pas le cas aujourd'hui. De part leur relations, leur éducation (reproduction sociale), leur aisance à parler, certaines personnes ont d'avantage de pouvoir que d'autre à faire représenter leurs intérêts.

                      La loi elle même est paradoxale, en voulant être universelle, elle ne peut pas s'adapter à toutes les situations ; puisque tu aimes bien les citations, voici un extrait de la politique de Platon :

                      C’est que la loi ne pourra jamais embrasser exactement ce qui est le meilleur et le plus juste pour tout le monde à la fois, pour y conformer ses prescriptions : car les différences qui sont entre les individus et entre les actions et le fait qu’aucune chose humaine, pour ainsi dire, ne reste jamais en repos interdisent à toute science, quelle qu’elle soit, de promulguer en aucune matière une règle simple qui s’applique à tout et à tous les temps. Accordons-nous cela ?[…]

                      Et cependant, nous le voyons, c’est à cette uniformité même que tend la loi, comme un homme buté et ignorant, qui ne permet à personne de rien faire contre son ordre, ni même de lui poser une question, lors même qu’il viendrait à quelqu’un une idée nouvelle, préférable à ce qu’il a prescrit lui-même.

                      Dans un monde imparfait, dans lequel les lois sont imparfaites, il ne faut pas que la loi empêche l'intelligence. Il ne faut pas qu'elle nous asservisse au point d'être incapable de la remettre en question.

                      • [^] # Re: Désobéissons !

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Tu sembles parler comme si nous étions dans un modèle idéal, or ça n'est pas le cas. La loi n'est pas ce concept détaché universel que le souhaitait Kant.

                        Il doit y avoir une méprise quelque part, mais là je n'arrive pas à en déterminer la raison. Je n'ai jamais dit une telle chose, et Kant non plus d'ailleurs. Si nous nous placions dans ce soit disant « modèle idéal », ils ne nous viendrez pas à l'esprit d'interroger sur sa légitimité la loi positive et statutaire que l'on trouve dans les codes. Si l'on se place à un telle point de vue, c'est justement pour pouvoir la juger.

                        Effectivement j'aime bien les citations (je les vois comme des liaisons statiques d'une prose étrangère dans la mienne, ça m'évite d'avoir à réinventer la roue ;-), et particulièrement ton choix : Socrate-Platon (on ne sait jamais lequel des deux s'expriment sous les traits de son Socrate) et Kant sont mes deux maîtres en philosophie. Je considère d'ailleurs Kant comme le Socrate de l'ère moderne (les points communs et de comparaison entre les deux philosophies sont innombrables, et ce dernier a donné une preuve rigoureuse de l'allégorie de la caverne exposée dans la République de Platon).

                        Dans un monde imparfait, dans lequel les lois sont imparfaites, il ne faut pas que la loi empêche l'intelligence. Il ne faut pas qu'elle nous asservisse au point d'être incapable de la remettre en question.

                        C'est exactement ce que dit l'introduction de la doctrine du droit que j'ai cité. Je n'arrive donc toujours pas à voir où se trouve le point de mésentente. J'ai juste rajouté en plus que le désaccord avec la loi existante n'est pas pour moi un critère suffisant pour lui désobéir.

                        Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                        • [^] # Re: Désobéissons !

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Ce qui m'a donné cette impression, c'est ton insistance pour dire que dans un état de droit, il faut se soumettre à la loi, y compris quand on souhaite la modifier. Dit autrement, on ne peut agir qu'à l'intérieur de ce cadre, même lorsqu'il nous semble injuste. Je pense que cela ne peut fonctionner que dans un système idéalisé, et n'est pas soutenable au quotidien.

                          Par exemple, Rosa Parks a fait progresser la justice états-uniene en désobéissant. Son action a été le déclenchement d'une modification de la loi, mais c'est une incartade qui en est l'origine. Dans ces combats personnels, « la seule chose dont on puisse être coupable, c'est d'avoir cédé sur son désir » (je te laisse rechercher d'où vient cette situation, mais l'on s'écarte de la philosophie…)

                          Quels seraient pour toi les critères suffisants pour désobéir à la loi ?

                          • [^] # Re: Désobéissons !

                            Posté par . Évalué à 0.

                            Le critère nécessaire et suffisant pour désobéir à la loi est ce que j'ai appelé le principe de moralité : la loi ne peut exiger de moi un acte immoral. Mais je ne dois pas seulement présumer que c'est immoral, il faut que j'en sois entièrement certain et convaincu au plus profond de moi : sinon c'est agir sans conscience.

                            Dans le cas de Rosa Parks, son refus et son veto de laisser sa place à un homme blanc est, à mes yeux, on ne peut plus acceptable et légitime. La loi alors en vigueur faisait des hommes noirs des citoyens de seconde zone, comme tout système fondé sur la discrimination. Cela va à l'encontre de tous les devoirs envers soi-même et envers autrui qui ordonnent, au contraire, que tous les hommes soient traités avec la même dignité.

                            Une telle désobéissance est légitime, et c'est même un devoir éthique que de désobéir comme ce fût le cas pour les résistants, les opposants à l'esclavagisme, les opposants à des processus de colonisation… Tout ce qui porte atteinte à la dignité de l'humanité en chaque homme détruit bien plus l'Idée du droit que ne peut le faire la désobéissance à certaines lois statutaires et positives.

                            Pour terminer sur une référence à Socrate-Platon, je citerai la conclusion du dialogue le Criton. Alors que Socrate fût condamné à mort et à boire la ciguë, injustement et pour des prétextes fallacieux, son ami Criton vint le voir dans sa cellule la veille de son exécution pour lui proposer de s'évader et d'échapper à la sentence. S'engagea alors une discussion entre Socrate et son ami pendant laquelle Socrate fît intervenir un troisième personnage : les Lois. En voici la fin :

                            LOIS :
                            […] Allons, Socrate, écoute-nous, nous qui t’avons nourri, et ne mets pas tes enfants, ni ta vie, ni quoi que ce soit au-dessus de la justice, afin qu’arrivé chez Hadès, tu puisses dire tout cela pour ta défense à ceux qui gouvernent là-bas. Car, si tu fais ce qu’on te propose, il est manifeste que dans ce monde ta conduite ne sera pas meilleure, ni plus juste, ni plus sainte, ni pour toi, ni pour aucun des tiens, et que tu ne t’en trouveras pas mieux, quand tu arriveras là-bas. Si tu pars aujourd’hui pour l’autre monde, tu partiras condamné injustement, non par nous, les Lois, mais par les hommes. Si, au contraire, tu t’évades après avoir si vilainement répondu à l’injustice par l’injustice, au mal par le mal, après avoir violé les accords et les contrats qui te liaient à nous, après avoir fait du mal à ceux à qui tu devais le moins en faire, à toi, à tes amis, à ta patrie et à nous, alors nous serons fâchées contre toi durant ta vie et là-bas, nos sœurs, les lois de l’Hadès, ne t’accueilleront pas favorablement, sachant que tu as tenté de nous détruire, autant qu’il dépendait de toi. Allons, ne te laisse pas gagner aux propositions de Criton ; écoute-nous plutôt.

                            SOCRATE :
                            Voilà, sache-le bien, Criton, mon cher camarade, ce que je crois entendre, comme les gens en proie à la fureur des corybantes croient entendre les flûtes, et le son de ces paroles bourdonne en moi et me rend incapable d’entendre autre chose. Dis-toi donc que dans l’état d’esprit où je suis, quoi que tu m’objectes, tu perdras ta peine. Cependant, si tu crois pouvoir réussir, parle.

                            CRITON :
                            Non, Socrate, je n’ai rien à dire.

                            SOCRATE :
                            Alors laissons cela, Criton, et faisons ce que je dis, puisque c’est la voie que le dieu nous indique.

                            Criton

                            Le graissage est de moi.

                            Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                            • [^] # Re: Désobéissons !

                              Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                              Le critère nécessaire et suffisant pour désobéir à la loi est ce que j'ai appelé le principe de moralité : la loi ne peut exiger de moi un acte immoral. Mais je ne dois pas seulement présumer que c'est immoral, il faut que j'en sois entièrement certain et convaincu au plus profond de moi : sinon c'est agir sans conscience.

                              donc pour toi une personne qui refuse de consigner un mariage homo au non de sa morale (elle en est convaincue) alors que c'est son taf est "légitime"?
                              Euh… non, désolé, ça ne passe pas, tu n'as pas à imposer ta morale aux autres, va falloir trouver une autre explication pour convaincre que tu fais une chose "bien".

                              Note : exemple non théorique, source.

                              • [^] # Re: Désobéissons !

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                (Tu chipotes là. Je cite ce que Kantien a dit plus haut :

                                Par contre, je préférerais encore mieux voir disparaître le mot « morale » que d'admettre que chacun puisse avoir la sienne.

                                Il ne s'agit pas de la morale que chacun peut se construire, mais d'une morale qui pourrait s'appliquer de manière universelle.)

                                Là où je ne suis pas d'accord, c'est que les lois ne sont pas toutes là pour réglementer à partir de la morale ; il y a aussi ce que l'on pourrait appeler des traités de magistrature qui ne sont pas là pour réglementer la vie dans la cité, mais juste protéger les intérêts des uns ou des autres. Ce traité n'est pas immoral, et lui désobéir ne nous entraîne pas dans un acte immoral non plus. Si toutes les lois se référaient à une morale universelle, comment expliquer que certaines sont abrogées ?

                                C'est pour ça que je disais que tu parlais d'un modèle idéal : il existe, parmi l'ensemble des lois, certaines qui peuvent se référer à des principes moraux, et sur celles-là je suis d'accord avec toi : on ne doit pas leur désobéir. Mais pour les autres, (et je pense que le droit d'auteur peut en faire partie), le principe de moralité ne s'applique pas.

                                • [^] # Re: Désobéissons !

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Lors de mes pérégrination sur la toile, je suis tombé par hasard sur cet article : Socrate vs Snowden : suffit-il d'obéir aux lois pour être jsute qui rejoint mon avis sur la question de la désobéissance civile.

                                  L'en-tête de l'article : « La justice n’est rien d’autre qu’un combat contre tout ce qui, dans la législation d’un pays, contredit les libertés fondamentales qui constituent la dignité humaine. », repris en conclusion, exprime à sa façon un principe suffisant pour justifier la désobéissance. Un principe auquel aucune loi statutaire ne peut déroger, et, lorsqu'elle le fait, elle se trouve en plus grande contradiction avec l'Idée du droit que la désobéissance elle-même.

                                  Le cas Snowden est peu-être lui aussi trop théorique, je ne le sais. Les exemples de Rosa Parks, de la résistance pendant la seconde guerre ou les opposants à l'esclavagisme n'étant apparemment pas assez réels ou concrets (je ne sais quel mot convient le mieux) pour certain. Peut être Snowden devrait-il se montrer plus convainquant, avant de dire qu'il a fait quelque chose de « bien » ?

                                  Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                              • [^] # Re: Désobéissons !

                                Posté par . Évalué à 2.

                                donc pour toi une personne qui refuse de consigner un mariage homo au non de sa morale (elle en est convaincue) alors que c'est son taf est "légitime"?

                                Il serait légitime qu'elle démissionne, ou qu'elle soit virée pour faute.

                                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                                • [^] # Re: Désobéissons !

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                  elle démissionne

                                  Elle ne veut pas

                                  virée pour faute.

                                  Impossible, elle est élue.

                                  bienvenue aux USA :)

                                  J'ai dit que c'était un exemple non théorique, il y a plein d'articles dessus.
                                  (voir le lien… en pratique, elle est condamnée, en prison en attendant qu'elle se décide soi à appliquer la loi soit à démissionner)

                                  • [^] # Re: Désobéissons !

                                    Posté par . Évalué à 4.

                                    Je suis au courant de l'affaire, elle a même été jugée, et a fait quelques jours de taule, et depuis elle a repris le travail et laisse ses collègues faire le boulot qu'elle ne veut pas faire.

                                    Je crois bien que le pire dans cette histoire, c'est qu'elle même coté religion c'est pas une oie blanche, la religion lui a juste servi de cache sexe à son homophobie.

                                    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                      • [^] # Re: Désobéissons !

                        Posté par . Évalué à 1.

                        et si dans l'idéal tout le monde devrait être co-législateur

                        en passant le prochain qui me dit que je suis co-législateur de la LPM il se prend un ornithorynque dans la gueule :o

                        splash!

                • [^] # Re: Désobéissons !

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 09/10/15 à 16:35.

                  Chez moi les termes « morale » et « éthique » sont synonymes.

                  Chez moi aussi, mais il y a une différence en fait : même en les utilisant pour désigner exactement la même chose, la morale donne des boutons à des gens qui supportent très bien l'éthique. Donc, si tu veux appeler au troll, il faut utiliser le terme de morale. Si tu veux passer le même message, mais sans que les gens s'imaginent que tu es un vieux réac parce que tu parle de morale, il faut utiliser le terme d'éthique.

                  C'est comme libre et open source en quelque sorte : techniquement, ça désigne la même réalité¹ mais ces termes synonymes ont ce que j'appellerais une différence contextuelle d'utilisation, faut d'une meilleure façon d'exprimer cette différence.

                  Notes :
                  ¹ Les définitions du libre et de l'open source utilisent des critères éventuellement différents, mais le concept est fondamentalement le même, surtout considérant le fait que la définition de l'open source est une reprise des critères du logiciel libre de Debian.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 09/10/15 à 16:40.

                    Pour faire plus fort, c'est comme nègre, puis noir (parce que nègre évoque l'esclavage), puis black (parce que noir évoque le fait que la personne dont on parle a la peau noire, ce qui pourrait passer pour raciste aux yeux de crétins finis).

                    Personnellement, j'utilise systématiquement le terme de morale, parce que je trouve parfaitement stupide de changer un mot pour un synonyme à cause des préjugés d'autrui, et refuse de me plier cela.

                    • [^] # Re: Désobéissons !

                      Posté par . Évalué à 5.

                      J'ai un pote c'est pareil, il utilise souvent le terme pute à la place de femme. Il trouve idiot qu'on le prenne pour un misogyne machiste (parce que pute évoquerai dieu sait quoi) lorsqu'il parle à la gente féminine.

                      Comme toi, il utilise systématiquement le terme de pute, car il trouve parfaitement stupide de changer un mot pour un synonyme à cause des préjugés d'autrui, et il refuse de se plier à cela.

                      Je vais te le présenter et vous pourriez aller boire un café : "Hé la pute j'aimerai un café nègre"

                    • [^] # Re: Désobéissons !

                      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 09/10/15 à 19:32.

                      je trouve parfaitement stupide de changer un mot pour un synonyme à cause des préjugés d'autrui

                      Il me semble pourtant, si mes souvenirs sont bons, que tu n'aimes pas qu'on dise que tu es homophobe et préfère qu'on dise que tu n'as rien contre les homos mais que tu leur refuses le même droit qu'aux hétéros juste à cause de leur orientation sexuelle et sans aucun fondement physiologique réel (oui, c'est un synonyme long), qui est pile dans l'idée de ne pas utiliser le mot exact à cause des préjuges (cette fois, venant de soit-même, mais l'idée de ne pas utiliser un mot négatif reste), ou est-ce que je me trompe?

                      PS : l'analogie de passant, je regrette de ne pas en avoir eu l'idée, je suis jaloux, je luis donne un +1000 tellement elle est bonne. Et je vais m'acheter une tête de nègre maintenant, et hors de question que j'appelle ça boule choco, j'y tiens aux souvenirs négriers.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    même en les utilisant pour désigner exactement la même chose, la morale donne des boutons à des gens qui supportent très bien l'éthique.

                    C'est étrange comme procédé, j'ai toujours fait mien le principe pascalien : « je ne dispute jamais du nom, pourvu qu'on m'avertisse du sens qu'on lui donne ». À quoi bon disputer des mots ? On peut certes en discuter, mais en disputer, quel est l'intérêt ?

                    Je viens d'écrire un autre message où j'emploie le terme de « morale » au lieu de celui « d'éthique », j'espère ne pas être encore mal compris. :/

                    Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 9.

                    Pour un mec qui a abusé de tant de mouches concernant le web et Internet je te trouve un peu léger sur cette thématique.

                • [^] # Re: Désobéissons !

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Chez moi les termes « morale » et « éthique » sont synonymes.

                  Ainsi pleurât Nietzsche, qui annonçât la fin de la morale permettant ainsi l'ouverture du champ nouveau de l'éthique…

                  Yth.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    De qui parles-tu ? De ce dernier disciple de Dionysos ? De l'un des derniers grands psychologues de l'âme humaine ? De ce dernier aristocrate : non de cette aristocratie héréditaire qui engendra la décadence de l'Europe, mais de celle de charge qui sait porter les valeurs de l'homme supérieur ? De ce philosophe qui rejetait la morale, car toute morale n'est que l'arme des esclaves pour se soustraire à la domination de ces hommes supérieurs ?

                    J'ai du mal à voir dans l'éthique nietzchéenne autre chose que ce principe : « c'est le privilège que la nature a donné au plus fort que de se faire obéir des plus faibles ».

                    Comme tu dois le savoir, on ne peut effectivement pas faire une opposition plus radicale que celle entre un kantien (admirateur de Socrate) et Nietzche. Je le sais bien, et l'ai déjà signalé dans le fil de discussion. Lui qui mena une lutte acharnée, jusqu'à la mort, contre le christianisme qu'il qualifiait de « platonisme pour la plèbe ». Quel amour de l'humanité et des hommes ! quel éthique ! que de se placer avec suffisance au-dessus d'une partie d'entre eux en les qualifiant de « plèbe ».

                    « Ainsi pleurât Nietzche » dis-tu, et bien qu'il pleure !

                    Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

            • [^] # Re: Désobéissons !

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              La question n'est pas de savoir si l'action des ayant droits est morale ou immorale (je la trouve aussi immorale), mais de savoir si la Loi te contraint à commettre un acte immorale : dans ce cas là, oui, il faut désobéir.

              Il y a plus retord que de contraindre explicitement à un acte. Bien en amont de la désobéissance aux lois, il faut déjà commencer par poser les questions suivantes :

              • d’où viennent les lois ?
              • qui souhaite que qui y obéisse ?
              • quelles motivations prétendues et supposables engendrent ces lois ?
              • si ces lois ont déjà été appliquées, ont-elles engendrés l’effet qu’elles escomptent engendrer ?

              sur la commune Raison humaine

              La raison commune peut, comme l’aptitude commune à quantifier, peut tout autant servir des intérêt d’asservissement de la plupart au profit de quelques uns que permettre l’organisation d’une société qui veille à l’épanouissement de chacun. La différence ne vient pas d’une motivation raisonnable mais empathique.

              Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse valoir comme principe d'une législation universelle

              Ça suppose une capacité à évaluer les conséquences effectives d’une application universelle du dit principe, ce qui au vu des connaissances sur les capacités cognitives des humains peut difficilement correspondre à une assertion raisonnable. De plus rien ne permet de croire ''a priori'' qu’il existe une maxime qui appliqué universellement conduise à des résultats qui paraitrait satisfaisant à celui qui l’émet, s’en même parler de l’évaluation qu’en ferait chacun de ceux à qui elle s’appliquerait.

              Du reste, quoi de plus risible (ou triste) qu’une personne qui conspue ceux qui prennent un livre donné comme source et arbitre de la vertu de leurs actes, tout en faisant de même avec un autre livre ? Surtout que Kant, c’est quand même super réputé comme laïcisation de la morale chrétienne.

              • [^] # Re: Désobéissons !

                Posté par . Évalué à 5.

                La différence ne vient pas d’une motivation raisonnable mais empathique.

                Ouais enfin ça peut engendrer de la violence aussi par exemple moi si je suis allé péter la gueule au type qui a écrasé mon frère ça s'explique par l'empathie en partie et la société en pâtit :/

                splash!

                • [^] # Re: Désobéissons !

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Dans ce cas il y donc manque d’empathie pour la personne que agressée. Et ce n’est certainement pas la raison qui pourrait prévenir, tout au moins à elle seule, ce genre d’emportement. La raison c’est l’outil nécessaire à la logistique de nos projets. Qu’il s’agisse de résoudre le problème de la faim dans le monde ou de déporter des populations dans des camps d’extermination, la raison permet de dégager des moyens d’action pour tenter de les réaliser.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 5.

                    Ben la raison ça sert aussi à se demander à quoi ça sert d aller péter la gueule au gars

                    splash!

        • [^] # Re: Désobéissons !

          Posté par (page perso) . Évalué à -6.

          un acte immoral

          Pitié, ne pas mettre de morale dans cette histoire…
          La morale, c'est ce qui sert généralement pour tuer, être homophobe, être raciste, et j'en passe.
          La morale ne doit jamais intervenir dans un Etat de droit, l'Etat de droit a justement pour raison d'être de laisser la morale dans la sphère privée.

          Parler de morale ici, c'est donner des arguments aux détenteurs des droits pour dire "voyez, ils ne sont pas d'accord avec le principe de justice en fait, ne les écoutez donc pas".

          Telle est l'interprétation que je fais du principe selon lequel il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

          Justement ce qu'il ne faut pas faire : il faut obéir à la démocratie avant d’obéir à quelques personnes qui ont fait un bouquin il y a 2000 ans (que rien ne permet de te dire que c'est Dieu qui l'a commandé).

          • [^] # Re: Désobéissons !

            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 08/10/15 à 17:35.

            Telle est l'interprétation que je fais du principe selon lequel il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

            Justement ce qu'il ne faut pas faire : il faut obéir à la démocratie avant d’obéir à quelques personnes qui ont fait un bouquin il y a 2000 ans (que rien ne permet de te dire que c'est Dieu qui l'a commandé).

            Et toi, tu as bien entendu lu mon deuxième message où j'explique que je fonde la morale non sur des textes sacrés mais sur la Raison. Ou peut être ne sais-tu pas faire la différence entre une morale théologique (morale qui prend Dieu pour fondement, et des textes sacrés) et un théologie morale (une théologie qui prend la morale pour fondement, elle même fondée sur la Raison) ? Ou peut être n'as-tu jamais lu Kant, ce que Nietzche avait fait et il l'a critiqué. Je ne partage pas son point de vue, son principe étant : « c'est un privilège que la nature a accordé au plus fort que se faire obéir des plus faibles ». Ou peut être as-tu déjà tranché, du haut de ta Grandeur, toute ces questions philosophiques sur le Droit, la Morale, ce qui les distingue, ce qui les réunie, ce qui les oppose ? Dans ce cas, peut être pourrais tu nous faire partager tes Lumières ?

            Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

            • [^] # Re: Désobéissons !

              Posté par . Évalué à 2.

              j'explique que je fonde la morale non sur des textes sacrés mais sur la Raison

              Du coup, tu aurais pu éviter cette discussion idiote en oubliant cette citation idiote. L'intérêt de la morale républicaine est qu'elle peut être invoquée pour justfier un acte de désobéissance civile, alors que l'invocation de la morale religieuse n'est pas pertinente.

              • [^] # Re: Désobéissons !

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                L'intérêt de la morale républicaine est qu'elle peut être invoquée pour justfier un acte de désobéissance civile

                D'une morale laïque si tu veux, mais de la morale républicaine, j'en doute, parce que :

                1. qu'est-ce que c'est que ce truc-là, la morale républicaine ?
                2. si ça existe, et que c'est lié à la République française, ça doit être un truc défini par la loi, donc ça ne risque pas de justifier de la violer.

                Accessoirement, parler de morale républicaine, de sursaut républicain face à la barbarie islamiste, et ce genre de trucs, ça donne l'impression qu'on croit que la république, et l'esprit républicains, sont la solution à ces problèmes, ce qui est très insultant pour pas mal de nations et les peuples qui nous entourent, qui sont des États de droit démocratiques mais pas des républiques.

                • [^] # Re: Désobéissons !

                  Posté par . Évalué à 1.

                  La morale républicaine, c'est ce qui a été invoqué pour punir les collabos. C'est à rapprocher du devoir d'insurrection, qui est énoncé dans la déclaration des droits de l'Homme et qui a donc valeur constitutionnelle. Contrairement à ce que tu prétends, la constitution justifie donc clairement qu'on puisse violer la loi :

                  Art 35: Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

                  Note bien que c'est non seulement un droit, mais en plus c'est un devoir. Ils savaient écrire des trucs intelligents il y a 220 ans. J'aurais du mal à imaginer nos députés actuels proposer des textes avec une telle portée et une telle puissance.

                  ça donne l'impression qu'on croit que la république, et l'esprit républicains, sont la solution à ces problèmes

                  Sont UNE des solutions, les autres pays font ce qu'ils veulent. Après, on met ce qu'on veut derrière, et c'est assez étonnant que beaucoup de conservateurs (qui se font appeler Républicains maintenant) ne comprennent pas la même chose que moi : la morale républicaine, c'est justement de ne pas tomber dans le piège des islamistes, de ne pas surveiller la population, de ne pas contrôler les arabes dans la rue, de ne pas truffer le pays de flics.

                  qui sont des États de droit démocratiques mais pas des républiques

                  et qui ont donc le droit d'invoquer des arguments (comme les "valeurs chrétiennes") qui sont inconstitutionnels en France.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    La morale républicaine, c'est ce qui a été invoqué pour punir les collabos.

                    Eh bien ils auraient mieux fait d'appeler ça morale tout court, ou morale nationale, puisqu'on peut voir la collaboration avec l'ennemi comme une traîtrise à la Nation.

                    La morale républicaine, c'est ce qui a été invoqué pour punir les collabos. C'est à rapprocher du devoir d'insurrection, qui est énoncé dans la déclaration des droits de l'Homme et qui a donc valeur constitutionnelle.

                    Ah non. Il est énoncé dans la DDHC de 1793, mais pas dans celle de 1789 qui est d'usage plus courante et seule référencée par la Constitution de 1958.

                    Je maintiens ma position : quoi que puisse être cette morale républicaine, elle semble liée à la République, et je doute qu'elle puisse justifier de violer sa loi.

                    • [^] # Re: Désobéissons !

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Il me semble que tu te mets à faire ce que tu reproches à certain au sujet des termes « morale » et « éthique » : tu disputes des mots au lieu d'en discuter.
                      Serait-ce parce que ce sujet te touche particulièrement en tant que chrétien ? Je ne suis pas chrétien, bien qu'étant croyant mais ne me rattachant à aucune religion établie, et je ne vois pas l'intérêt d'une telle querelle de mots.

                      Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

                  • [^] # Re: Désobéissons !

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Note bien que c'est non seulement un droit, mais en plus c'est un devoir. Ils savaient écrire des trucs intelligents il y a 220 ans. J'aurais du mal à imaginer nos députés actuels proposer des textes avec une telle portée et une telle puissance.

                    Note aussi que ca ne s'applique qu'au gouvernement, et pas aux ayant droits d'anne frank, hein.
                    Et faut que le gouvernement viole effectivement les droits, dit autrement ca te justifie pas d'aller foutre le feu au quartier parce qu'une loi ne te plait pas.

                    Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

              • [^] # Re: Désobéissons !

                Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 09/10/15 à 16:39.

                Du coup, tu aurais pu éviter cette discussion idiote en oubliant cette citation idiote.

                De quelle citation idiote parles-tu ? Celle où j'ai dit qu'il fallait obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. Si c'est celle-là, effectivement j'aurais peut être du m'abstenir. Elle semble avoir suscité méprise et malentendu sur mon propos, du moins si j'en juge à la différence de note entre mon message qui la cite et celui auquel je fais référence dans ma réponse à Zenitram. Comme j'avais commencé le message sur un ton humoristique en référence aux dix commandements, je suis resté sur ma lancé, je n'ai pas été compris. J'en suis responsable, je fais mon mea culpa.

                Il n'en reste pas moins que nous sommes d'accord sur ce principe :

                L'intérêt de la morale républicaine est qu'elle peut être invoquée pour justfier un acte de désobéissance civile

                mais je suis, à l'heure actuelle, toujours sceptique sur le fait de faire usage de la morale républicaine dans le cas présent pour enfreindre la loi en diffusant Le journal d'Anne Franck, et ainsi faire acte de désobéissance civile (ce que nous encourage à faire le journal). En l'état actuel des choses, le sort de la question est entre les mains de l'autorité judiciaire; et il me semble déplacer de vouloir faire valoir ses droits en niant les droits d'autrui : on se place dans une situation où l'on est à la fois juge et partie, ce qui ne se laisse pas bien concilié avec le concept d'État de droit.

                La question est d'autant plus importante qu'il s'agit ici d'une œuvre qui est le journal intime d'une adolescente juive qui du vivre cachée au Pays-Bas pour se protéger du régime nazi, qui fut déportée avec sa famille après délation et mourut dans un camp de concentration. Il était, à l'époque, du devoir de chacun de désobéir au régime en place et de protéger une population dont le sort tort était d'être juif.
                C'est, à n'en pas douter, la nature particulière de cette œuvre qui suscite l'indignation dans l'affaire présente. Et justement, pour cette raison, il me semble que nous devons faire, aussi, preuve d'un sens moral exemplaire en cette affaire.

                Pour prendre un exemple historique, qui en l'occurrence me sert personnellement de modèle, je relaterai une affaire qui opposa Kant (oui, désolé, encore lui ;-) à la censure de son gouvernement. À la fin du dix-huitième siècle, la censure s'était abattue sur les États soumis à Frédéric le Grand, dont la Prusse où résidait Kant. Les livres devaient obtenir ce qui s'appelait l'Imprimatur afin d'avoir le droit d'être publié. Lorsque celui-ci voulut écrire un traité sur la religion, La Religion dans les limites de la simple raison, l'Imprimatur lui fut refusée, le contenu étant jugé hérétique. Il aurait alors pu publié ses vues dans la revue de son ami Biester qui avait pris soin de déplacé le siège de celle-ci à Iéna afin d'éviter la censure. Il n'en fît rien ! Il considérait qu'il était parfaitement dans son droit de publier cet écrit, il s'adressa alors à une faculté de théologie et une faculté de philosophie pour avoir leur approbation, et il obtint finalement son Imprimatur. Il a fait valoir ses droits par voie de droit, en fonction des procédures en vigueur à l'époque. Dans la préface à la première édition, il le justifie ainsi :

                Cependant, comme le commandement : Obéis à l'autorité, est lui aussi moral et que son observation, comme celle de tous les autres devoirs, peut être rapporté à la religion, il convient à un traité consacré au concept déterminé de celle-ci, de donner lui même un exemple de cette obéissance, qui toutefois ne peut être prouvé seulement simplement par l'attention respectueuse de la loi portant sur une seule ordonnance de l'État, en demeurant aveugle pour toutes les autres, mais par un respect général pour toutes les ordonnances ensemble.

                Derrière, il règle ses comptes avec ses censeurs qui en prennent pour leur grade, et à bon droit. :-)
                Le même ouvrage s'ouvre d'ailleurs sur ce très joli texte :

                La morale qui est fondée sur le concept de l'homme, en tant qu'être libre s'obligeant pour cela même, par sa raison, à des lois inconditionnées, n'a pas besoin de l'Idée d'un Être différent, supérieur à lui pour qu'il connaisse son devoir, ni d'un autre mobile que la loi pour qu'il l'observe. Tout au moins c'est la propre faute de l'homme s'il se rencontre en lui semblable besoin auquel dès lors il ne peut être remédié par rien d'autre; car ce qui n'a pas sa source en lui-même et en sa liberté, ne saurait compenser sa déficience morale.

                Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

          • [^] # Re: Désobéissons !

            Posté par . Évalué à 3.

            l'Etat de droit a justement pour raison d'être de laisser la morale dans la sphère privée.

            En France les écoles républicaines donnaient à une époque des leçons de morale aux enfants, pourtant c'était aussi ce qu'on appelle un État de droit…

            • [^] # Re: Désobéissons !

              Posté par (page perso) . Évalué à -4.

              à une époque

              Et maintenant?
              Parce que "à l'époque", les homos et les protestants étaient chassés, les femmes n'avaient pas le droit de vote, et on appelait "à l'époque" aussi "écoles républicaines"…
              Tout ne s'est pas fait en un jour, et si tu regardes l'évolution la seule solution pour réussir à vivre ensemble est de laisser la morale dans la sphère privée, ce qu'on fait de plus en plus.

    • [^] # Re: Désobéissons !

      Posté par . Évalué à 3.

    • [^] # Re: Désobéissons !

      Posté par . Évalué à 4.

      Le problème c'est que c'est Linuxfr qui aura des ennuis, pas toi.
      Il vaudrait mieux seeder ça sur les réseaux torrent non ?

      • [^] # Re: Désobéissons !

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        L’équipe de modération peut parfaitement supprimer mon commentaire s’ils reçoivent une plainte. Ou même dès maintenant s’ils veulent éviter d’en recevoir.
        Je ne viendrai sûrement pas le leur reprocher.

        Au passage, je ne pense pas que le protocole utilisé pour la distribution influe sur la légalité du partage ;)

        • [^] # Re: Désobéissons !

          Posté par . Évalué à 1.

          Non mais en P2P c'est ton IP qui apparaît, pas celle de linuxfr.
          Tu prend donc la responsabilité.

          • [^] # Re: Désobéissons !

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Je comprends pas bien, si je clique sur le lien HTTP c’est pareil, c’est mon IP qui apparaît (et elle discute avec celle de vv222), je vais pas faire télécharger le fichier aux serveurs de linuxfr magiquement.

  • # Domaine public en janvier ou pas ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    A noter ce billet de Tristan Nitot qui relaye le point de vue de Rémi Mathis, ancien président de Wikimedia France. Selon ce dernier le journal d'Anne Frank rentrera bien dans le domaine public au premier janvier 2016 et les revendications des ayants droits sont abusives et infondées.

  • # Il est trop tôt

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    L'oeuvre n'étant pas dans le domaine public (théoriquement parlant), faire cela aujourd'hui est inutile et sera vite expédié en cas de jugement, car il y aura violation manifeste des droits.

    Le faire à partir du 1er janvier aura une tout autre portée, puisque là les ayants droits devront se justifier pour mener toute action…


    Je réagis uniquement sur l'action, qui appelle à la désobéissance civile pour s'opposer à cette "prolongation" des droits. Il est trop tôt pour le faire. Le faire dès maintenant serait une remise en cause non pas de cette prolongation, mais des droits actuels des ayants droits. (Même si on pourrait le faire, car personnellement je trouve ça absurde ce principe que les héritiers puissent bénéficier du travail de leur aïeule une fois ce dernier décédé. Mais c'est un avis personnel)

  • # nouvelle œuvre ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Et faire une erreur modifier le titre en fait-il une nouvelle œuvre ?

  • # Et les héritiers de BIC ?

    Posté par . Évalué à -10.

    Vont-ils réclamer des droits sur le manuscrit dont une large partie est écrite au stylo BIC (sorti après la guerre) eux aussi ?

    • [^] # Re: Et les héritiers de BIC ?

      Posté par . Évalué à 10.

      « Tout ressemble à un clou pour qui ne possède qu'un marteau »

      Je serais bien en peine d'établir moi-même l'authenticité du journal mais quand tu dis "une large partie", moi je lis exactement le contraire :

      « Le seul passage au stylo à bille fut découvert sur deux morceaux de papier inclus parmi les feuilles volantes. Les figures VI-I-I et 3 montrent la manière dont ces morceaux de papier avaient été insérés dans le dossier plastique concerné. En tout état de cause, ces écrits au stylo à bille n'ont aucune influence sur le contenu factuel du journal. De plus, l'écriture observée sur ces morceaux de papier diffère de façon saisissante de celle du journal. »

      Je me demandais combien de temps ça allait prendre pour que les marteleurs révisionnistes ne viennent enfoncer leur clou … ça n'a pas tardé !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.