Journal Linuxfr+ldap ? Une solution de gestion de communauté efficace ?

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
11
8
juin
2012

Salut tous !

J'essaye tant bien que mal de participer au parti pirate ces derniers temps, mais un des plus gros obstacles, à mon sens, c'est que c'est un sacré capharnaüm au niveau des moyens de comm' internes. J'en appelle aux bonnes volontés qui sont ici et savent organiser des groupes de travail de plusieurs centaines de personnes sur le long terme pour pouvoir m'expliquer comment faire pour rationaliser tout ça. Toutes les suggestions de logiciel sont les bienvenues, ou propositions d'améliorations de ce qui est exposé en dessous. Je vous expose déjà mon point de vue sur la situation, ce qu'il faudrait pouvoir, et ce que j'imagine possible. Je prends déjà exemple sur les pirates allemands, mais tout n'est pas tip-top chez eux non plus, même si c'est déjà mieux que chez nous. À vous de me dire ce que vous en pensez ;)

On utilise en vrac :

  • un forum avec +20 forums et sous-forums, dont l'usage va de la discussion de comptoir ou de travail sur un sujet précis au communiqués des différentes instances, et avec des droits d'accès différents pour les différents forums et sous-forums
  • un serveur de mailing-liste avec 22 listes nationales qui sont autant de groupes de discussion/travail, sans compter les listes pour les groupes régionaux et les adresses de contact. Les jours de cross-post, c'est un vrai plaisir. Bien évidemment, toutes les listes n'ont pas les mêmes règles sur les personnes qui peuvent poster (abonnés ou non) ou les lire.
  • un bug-trackeur redmine, avec rebelote plein de petits groupes de travail et leurs droits d'accès ciblés. C'est un détail mais important, la récupération automatique de mot de passe a l'air de foirer. J'ai perdu trois fois mon mot de passe, les deux premières fois j'ai dû contacter la personne qui s'en occupait, la dernière j'ai laissé tombé.
  • des pads à droite à gauche, sur les serveurs du parti pirate allemand comme français, certains avec des mots de passe, d'autres publics mais dont il faut aller chercher l'adresse au fond d'une mailing-liste, les troisièmes réservés à certains rédacteurs
  • un serveur de discussion à vive voix mumble dont l'accès est restreint aux membres, ce qui m'amène régulièrement à utiliser le serveur de la nrw en allemagne, où je squatte aléatoirement des groupes
  • une plate-forme de démocratie liquide à l'ergonomie plus que douteuse et où beaucoup de membres ont perdu leurs identifiants/ne les ont jamais activés. Elle doit servir à voter et discuter normalement, en fait c'est un outil de sondage amélioré de ce que j'en ai vu.
  • un wiki qui est en train d'être transféré de l'ancienne version vers la nouvelle. Du coup on a une partie des articles d'un côté et les autres de l'autre.
  • Twitter voire pour les plus téméraires identi.ca (où malheureusement il n'y a pas grand monde), où c'est surtout un échange de liens et de courtes infos.
  • un blog où nous publions des articles, mais aussi des faq, des how-to et des listes de candidats, auxquels les membres pourraient participer. Mais bien évidemment tout le monde ne peut pas accéder à l'édition de ce blog, ce qui fait que ces tutoriels ou listes ne sont pas forcément améliorables. D'ailleurs, pour faire simple, nous avons deux blogs, un de campagne, et un standard (moche, c'est d'ailleurs pour ça qu'on en a fait un de campagne).

Il y a aussi, mais ça ne sert pas à travailler, purement à consulter, une revue de presse et un agrégateur de blogs, tous les deux non-exhaustifs bien sûr.

Là dedans, aucune identification n'est jamais centralisée, avec les problèmes corollaires de pertes de mots de passe, d'attente à l'inscription et dans mon cas, pour «simplifier», d'alias mails multiples pour trier le courrier entrant dans mon logiciel de mail.

Vous l'aurez compris, je trouve que c'est un peu le binz. On ne sait pas très bien qui fait quoi, et il est difficile de surveiller tous les médias d'un coup.

Ce qui manque à mon avis serait

  • un annuaire des adhérents avec leurs noms-pseudos plus la possibilité de les contacter, une présentation d'eux s'ils le souhaitent, ainsi que les groupes de travail/discussion auxquels ils appartiennent et les liens pour les joindre dans ces groupes. Les pages utilisateurs de mediawiki font l'affaire normalement. Exemple.
  • la possibilité de visualiser et contacter direct un groupe de travail, en recherchant par mot-clé sur ce groupe, ainsi que de visualiser l'activité récente de ce groupe de travail (sans forcément avoir accès à tout le contenu). Toujours le même wiki.
  • un moyen de communication écrit unifié et facile à naviguer, donc de préférence web. Couplé avec un moteur de recherche interne. Arrêter de faire la navette entre les forums et les mails. Linuxfr ?
  • un moyen de sauvegarder l'activité sur les divers pads et mumble et de chercher dedans. Encore le même wiki où on place les comptes-rendus.

Du coup, mes questions. Est-il possible de

  • avoir un annuaire ldap commun à tous les outils, pour centraliser l'authentification ?
  • ne pas utiliser les forums pour diffuser l'info ? Un wiki et une liste de d'annonces ou des alertes automatiques devraient suffire. Les pirates allemands comme français ont aussi tendance à utiliser en plus les forums comme lieu pour déposer leurs communiqués. Est-ce bien utile ?
  • centraliser toutes les discussions sur un seul outil, web, parce que c'est , et n'utiliser le mail que pour les annonces ou communiqués «importants» : «ouverture d'un nouveau sujet de discussion» ou «réponse à un sujet». Est-ce que Linuxfr pourrait faire l'affaire ? J'ai toujours apprécié le système de commentaires notés+hiérarchisés avec karma. Est-ce qu'il est imaginable de coupler Linuxfr à du LDAP et de restreindre les accès à des catégories de posts, pour avoir des sortes de forums améliorés ? Peut-on coupler l'arrivée de posts ou de topics dans une catégorie sur Linufr avec l'envoi de mails aux personnes concernées ? Est-ce que le moteur de recherche intégré est efficace ?

Sinon, vous qui devez bien gérer des projets de +100 personnes de temps en temps, comment faites-vous pour retenir et concentrer l'info sans être débordé par les discussions à n'en plus finir ?

Merci à tous !

  • # Le plus simple

    Posté par . Évalué à -4.

    Mettez tout chez Google, vous pouvez y gérer de l'authentification,des groupes et des sous groupes, du réseau social, du blog et même utiliser Google Wave !

    • [^] # Re: Le plus simple

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Si le Parti Pirate se fait héberger chez Google, il va perdre le peu de crédit qu'il a gagné…

  • # Dire non à l'explosion de plateforme

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Personnellement, sur le projet mageia, c'etait simple, la solution tiens en 3 lettres : "non".

    Non à l'explosion de moyen de communication ( ie, il y a pas 2 listes de supports dans chaque langue, avec X forums, et une plateforme style askbot/shapado, non à avoir joomla et drupal et wordpress et etc ). Dire non à l'ouverture de listes sans avoir suffisamment de gens pour l'utiliser, dire non à l'ajout d'outil si personne s'en occupe ( en prenant en compte le bus factor ). Pour ça, faut réussir à déléguer et je recommande l'usage d'outil comme puppet + un vcs et la mise à disposition du code pour pouvoir obtenir le plus haut niveau de delegation ( aka "envoie un patch" ). Mettre à dispo des vms pour les gens, comme ce que fait fedora, ça peut aussi être pas mal.

    Si tu n'arrives pas à mettre les gens d'accord sur les outils, alors ça semble pas compromis pour se mettre d'accord sur le reste.

    Pareil, si tu multiplies les outils, tu va arriver à avoir des comptes de partout, et le bordel. Pareil, la solution, c'est "non". Non si ça rentre pas dans un annuaire ldap partagé. Il faut se battre avec certains outils ( j'ai fiat une conf à ce sujet lors du fosdem, y a peut etre une video ), exemple tantôt le login, tantôt l'email, parfoi avec des limites ( exemple, mediawiki ) et parfois se battre avec les gens ( "bon, ok, on a ldap partout, mais ce truc, c'est trop bien, est ce que juste pour lui, on peut pas faire une exception ?" ). Il y a aussi des gens qui vont raler sur la centralisation, surtout parce que ça implique de plus travailler dans son coin ( ce qui fait que tu va sans doute avoir droit au qualificatif de faciste tôt ou tard, j'ai pas eu le droit personnellement, mais je me dit que j'ai pas du passer trop loin ).

    Ou si quelqu'un fait une réunion, c'est "non", tant que 1) personne n'a posté d'agenda 2) personne n'est volontaire pour faire des minutes.

    La solution, c'est la simplification. Le minimum d'endroit ou chercher l'info, voir 1 et 1 seul place canonique ( exemple, un wiki qu'on peut chercher ). Si personne fait de CR d'une réunion, bah la réunion ne compte pas. Pareil pour toute discussion importante. Et tout le monde doit pouvoir faire un résumé.

    En fait, ce qu'il te faut, c'est un documentaliste.

    • [^] # Re: Dire non à l'explosion de plateforme

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je suis parfaitement d'accord avec toi, il faut effectivement contrôler la tendance à l'entropie dans une organisation un peu importante.

      Dire non pose cependant un problème: qui dit non?

      Je veux dire par ce biais que le parti pirate ne me parait pas très structuré ni centralisé et qu'il constitue encore un agrégat de bonnes volontés issues de "la culture geeks" (sans condescendance).

      Je veux dire que le problème que tu poses sur un plan technique n'est que l'émergence d'un problème de structure que l'on retrouve dans toute organisation, problème qui n'est pas résolu mais amplifié par l'outil informatique. Or ce dernier doit être un moyen et non une fin en soit.

      Un parti politique est une structure qui laisse un certain nombre de choix: parti de masse? parti de notable? adhésion des seuls militants, adhésion d'autres organisation? existence de courants etc….

      Amha on doit retrouver de manière clair dans un parti politique une direction exécutive, une direction politique (programme toussa), une direction élection et des services de soutien (finances et moyens techniques).

      Ce ne sont pas les moyens techniques qui décident de l'organisation ce qui semble être le cas ici et pose le problème que tu décris.

      • [^] # Re: Dire non à l'explosion de plateforme

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        En général, le problème, c'est pas tant de la structure qu'un manque de connaissances des gens. Par exemple, chacun a son forum favori, et tout le monde va pousser pour l'avoir, sans être capable d'exprimer le besoin. J'ai constaté qu'en fait, c'est souvent du bikesheding. Surtout quand tu as des gens un peu technique, ce qui dans le libre veux dire "beaucoup de monde". ( mon éxpérience avec les gens non techniques, c'est qu'ils s'en foutent vachement plus )

        • [^] # Re: Dire non à l'explosion de plateforme

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Pour ceux, qui comme moi, se pose la question de la signification de bikesheding

          bikeshed +‎ -ing. The word originates in Berkeley Software Distribution culture and implies technical disputes over minor, marginal issues conducted while more serious ones are being overlooked. The implied image is of people arguing over what color to paint the bicycle shed while the house is not finished. The word has its origins in Parkinson’s Law of Triviality.

          http://en.wiktionary.org/wiki/bikeshedding

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Dire non à l'explosion de plateforme

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      la Do-o-cracy liquide ?

    • [^] # Re: Dire nonà l'explosionde plateforme

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      une plateforme style askbot

      ça a l'air sympa comme plateforme. Quelqu'un a un retour à son sujet ?

      Je cherche un truc pour pouvoir organiser mes recherches / les questions que je me pose.
      Une sorte de base de connaissance.

      • [^] # Re: Dire nonà l'explosionde plateforme

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Moi, de ce que j'ai vu, c'est :
        1) addictif quand tu commences à te prendre aux jeux des points
        2) foireux sans une communauté assez grande pour gérer ça

        Si tu l'utilises tout seul, je suis pas sur que ça soit mieux qu'un wiki. En fait, faut voir ça comme un mix entre un forum et un wiki, mais pour plusieurs.

        Plus tu restes et tu fais des choses positives, plus tu as de points, plus tu deviens de facto un modérateur du systèmes.

  • # Ce sujet prête à réflexion

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Il faut en effet n'avoir qu'un seul outil.

    Lequel ? ça dépend de l'approche que l'on souhaite.

    Je pense qu'il est clair qu'au Parti Pirate il y a pas mal de geeks. Et si ceux-ci sont comme moi, ils sont réfractaires à la solution "forum", qui oblige à consulter un site web pour communiquer : dans ce cas, la mailing-list est idéale. Par contre, les "non-geeks" verront plus de convivialité dans un forum (plus facile de "juste lire", rechercher, relire, naviguer…).

    Dans une association que j'ai cofondée (avec une vingtaine de membres actifs, sur un seul sujet - peut-être cela pourrait-il se comparer à un groupe de travail du PP, à multiplier par le nombre de groupes de travail), nous utilisons Google Groups, cette solution étant un outil mixte forum / liste de diffusion et chacun gérant son authentification auprès de Google.

    Je ne sais pas s'il existe une solution équivalente Open Source (à mon avis ça ferait mal au c*l au PP d'utiliser des outils de Google, me trompé-je ?).

    Sinon, il y a aussi la possibilité d'utiliser un outil de gestion de projets web, de type Redmine : un projet par groupe de travail, chaque projet découpable en tâche, chaque tâche pouvant accueillir des commentaires. Mais je pense que c'est inadapté pour les longues discussions…

    Concernant l'authentification LDAP, cela doit être faisable sur une partie des outils, mais souvent ça ne fonctionne pas sur tous ceux que l'on utilise (j'ai rarement vu des associations/sociétés qui pouvaient migrer tous leurs outils sur une authentification LDAP sans avoir à faire de grosse modification).

    Et pour mettre en place un outil unique pour tout le monde, il va falloir être persuasif et montrer les bon côtés de l'outil qui aura été choisi… en s'assurant que ces bons côtés répondront aux besoins de la plupart des gens. Déjà que dans une entreprise (où on n'a pas le choix, c'est le chef qui décide) il y a pas mal de protestations lorsque l'on change d'outils, je n'ose pas imaginer ce que ça peut donner au Parti Pirate ! :-)

    Je pense adhérer au Parti Pirate, si je peux être utile dans un groupe de travail afin d'identifier les bons outils à utiliser (voire pour participer à la mise en place), je suis prêt à donner un peu de mon temps ; pouvoir être utile me motive encore plus pour l'adhésion.

    https://www.domotego.com/ | https://www.maccagnoni.eu/ | https://www.smm-informatique.fr/

  • # GED

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je pense qu'un outil comme alfresco est exactement ce dont vous avez besoin. Édition collaborative, découpage en projet, publication, lien avec les réseaux sociaux … voir aussi nuxeo, twiki …

    Pour l'autentification, Un ldap ne suffira sans doute pas. Il te faudra sans doute un web-sso (Si vous conservez un milliard d'outils en tout cas) : lemonldap::ng est ton ami

  • # Exemple : Debian

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Un parti politique a des besoins spécifiques, mais je peux, à titre de comparaison, te donner l'exemple de Debian, en ce qui concerne les discussions et la prise de décision. Pour le millier des développeurs Debian dans le monde, nous avons :

    • Des listes de discussion par courrier électronique. C'est le moyen principal pour les discussions pérennes ; il y a des listes générales par sujet (debian-users@, debian-devel@, debian-users-fr@, debian-devel-announces@…) et des listes par projet ou groupe de travail (debian-l10n-fr@, debian-science@…). Ces listes sont ouvertes à tous, même au non-développeurs Debian, et accessibles par ailleurs sous la forme de forums de nouvelles par Gmane.

    • Des salons IRC. C'est le moyen principal pour les discussions instantanées à court terme (« Quelqu'un saurait quel les l'outil pour pré-byt-compiler les modules Python d'un paquet déjà ? »). Il y a beaucoup moins de salons que de listes, mais ça suit un peu la même organisation, il y a des salons généraux (#debian, #debian-devel, #debian-fr…) et des salons spécialisés (#debian-python…).

    • Une plate-forme de vote. Les élections et les propositions de modification de textes (typiquement, de la constitution Debian) sont élaborées et discutées en liste publique, puis proposées au vote, et ce sont les développeurs Debian qui votent.

    Outre ces moyens de communication et de décision, il y a un tas d'outils de travail, mais c'est à mon avis un autre sujet. Pour ce qui est de l'infrastructure, tout ce qui nécessite une identification est basé sur LDAP en effet, et c'est d'ailleurs l'usage le plus complet de LDAP que j'ai jamais vu : on y stocke non seulement les noms et mots de passe des gens, mais également leurs clefs publiques SSH et PGP, ainsi que les caractéristiques de chaque machine du projet Debian. Il me semble d'ailleurs que ce LDAP est utilisé pour construire la zone DNS debian.org avec les noms des machines et des services, mais là ça devient vraiment hors sujet. :-)

    Si vous voulez mon avis :

    • forum et listes de discussion : c'est redondant, il faut en éliminer un (je préférerais voir rester les ML, plus standard) ;
    • gestion de bogues, pads : à conserver pour des usages spécifiques ;
    • serveur de discussion audio : à éliminer, c'est un des moyens les plus inefficaces qui soient ça, à remplacer par des salons écrits IRC ou XMPP ;
    • plate-forme de vote : à conserver pour les décisions ;
    • wiki : à conserver pour la documentation ;
    • Twitter et compagnie : à conserver pour leur usage spécialisé, mais surtout pas pour les discussions internes ;
    • blog : à conserver, et monter un Planet avc une vraie adresse (http://planet.partipirate.org/) pour les blogs des sympathisants.
    • [^] # Re: Exemple : Debian

      Posté par . Évalué à 3.

      on y stocke non seulement les noms et mots de passe des gens

      Ça ne devrait pas se faire avec kerberos plutôt ?

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Exemple : Debian

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Aucune idée, j'ai toujours vu Kerberos comme une grosse usine à gaz. Mais tout est centralisé dans un LDAP, si c'est utilisable avec Kerberos tant mieux, sinon tant pis.

        • [^] # Re: Exemple : Debian

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est un peu le rôle de Kerberos de fournir une authentification, il peut utiliser LDAP pour chercher les mots de passes, mais c'est plutôt très bas niveau sécurité. Dans les systèmes à base de Kerberos, on se sert généralement de Kerberos pour l'authentification, et de LDAP pour les autorisations (et l'annuaire). Ça permet de centraliser et sécuriser l'authentification avec les avantages de Kerberos : mot de passe unique, échangé une seule fois pour tous les services, utilisable sous la quasi-totalité des logiciels (même dans les sites web).

          Par contre, c'est pas installé par défaut sous beaucoup d'OS (dont Linux).

    • [^] # Re: Exemple : Debian

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Ah, et pour les ML plutôt que des forums Web, je peux préciser. Des ML utilisent un système standard, le courrier électronique, et sont donc plus faciles à intégrer n'importe où. Gmane est un exemple d'une telle intégration, qui fournit une interface de nouvelles en lecture-écriture pour des ML. Google Groups est un autre exemple, qui fournit une interface Web pour des groupes de nouvelles. Gmane + Google Groups, ça existe peut-être…

    • [^] # Re: Exemple : Debian

      Posté par . Évalué à 2.

      Leur infrastructure est-elle documentée quelque part et accessible publiquement ?

  • # ...

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 08/06/12 à 09:14.

    Là cela ressemble à un bon on fait quoi avec tout ça en lieu et place d'un bon on a besoin de quoi pour faire. J'ajouterai que ça, cela vient ensuite. De votre programme peut découler le mode d'organisation. Il me semble qu'il faut toujours revenir au programme (aux «valeurs») aussi pour construire l'organisation, la communication interne, afin d'éviter une boulette (du moins, ce qui pourrait apparaître comme une boulette vue de dehors). Seul un «pirate» peut répondre à cette question, mais en regardant votre programme on peut dégager quelques pistes.

    Préserver le droit à l’anonymat et au « pseudonymat »
    Empêcher le traçage abusif
    Renoncer au fichage des citoyens honnêtes
    Transparence de la vie politique

    Bref, mieux vaut ne pas se précipiter, et laisser le bazar faire pour le moment.
    Car si au final vous vous retrouvez en position d'avoir un «dictateur bienveillant» qui impose des solutions parceque «c'est les maïlleureuh», vous allez commencer en faisant l'inverse de ce que vous pronez.

    J'dirais que l'essentiel aujourd'hui, c'est de mettre à disposition immédiatement après les élections cela :

    Clarifier les notes de frais des élus
    Publier nos revenus et dépenses liées à notre mandat

    Et la plateforme qui réponde à cela :

    Tenir nos électeurs informés de nos votes et de notre travail parlementaire

    Sur le national et pour le local.

    Le reste viendra ensuite, une fois le PP posé en tant qu'acteur cohérent. En n'oubliant pas que certains objectifs, valeurs, éliminent naturellement des outils et des manières de faire. (une mailing list par exemple semble plus en accord qu'un forum)

    retenir et concentrer l'info sans être débordé par les discussions

    Avec des deadlines. Pas seulement "on se donne 8 jours pour arrêter une ligne sur ce point", mais aussi "arrêter ce point demande de passer par ces étapes, deadline à chaque". Cela permet d'avancer de manière sûre. Sans totalement fermer la porte, d'une part, certains personnes ayant besoin de lire les avis de tout le monde avant d'affiner le sien. Et d'autre part sans stigmatiser ceux ne suivant pas le rythme, le but étant le participatif, ici, ceux décrochant d'un sujet doivent tjs pouvoir accrocher sur un autre. Il me semble que sur ce point là, l'émergence de votre programme est déjà en soi une réussite.

    c'est un peu le binz

    Je crois qu'il faut l'accepter. Non comme mode de fonctionnement bien sûr, mais comme chaudron à idées et volontés. Se passer de cela reviendrait à renier une part des valeurs sur la démocratie participative. Tout le monde ne marchant pas au même rythme, il y aura toujours une petite part de binz. La difficulté étant que ce binz reste productif et ne devienne pas sclérosant. Pour cela les deadlines sont l'outil principal. Et, surtout, la distinction entre discussions informelles et celles de travail! La première pouvant se faire par forhum, mais la seconde par couple ML/dcvs, tandisque que la com' se fera par des canaux "à sens unique".

    hacker la politique

    hackons! Bon vote à toutes & tous.

    En résumé :
    0/ Fonctionner sur un mode décentralisé ne suffit pas, il faut aussi que le fonctionnement soit transverse. Là seuls certains outils répondent à ça.
    1/ Distinguer les discussions de travail des discussions informelles et philosophiques, savoir que les deux sont indispensables.
    2/ La com' externe sur canaux à sens unique (tout en laissant accessible le 1/)
    3/ Une fois ce tri fait (entre travail, philo et com') alors se dégagera des outils, par élimination au moins, pour chaque besoin. Le +important en filigranne dans ton journal étant le manque de distinction entre "travail" et "philo", qui ne doivent pas être imperméables, mais doivent avoir des rythmes différents! (à mon avis, pour le "travail", des deadlines précises pour arrêter des décisions, fonctionnant sur les outils décrit par misc plus haut, sont idéals)

    Enfin, pour ce qui est des "ouhain il faut s'authentifier de manière unique et centralisé pour tout les outils" perso j'appelle ça du parasitage. Désolé… Aujourd'hui, si on ne comprends pas qu'il s'agit d'une émergence d'une part, et qu'on ne sait pas faire "cliq retenir le mot de passe dans firefox" d'autre part je me demande ce qu'on viens foutre au PP.

    mes deux cents.

    • [^] # Re: ...

      Posté par . Évalué à 2.

      En même temps, pour discuter, il faut avoir des outils qui fonctionnent. Tu es gentil et as raison en disant qu'il faut discuter pour savoir quels outils utiliser pour discuter, mais avec ton raisonnement poussé à l'extrême, on obtient qu'on ne commence jamais (puisqu'il faut choisir les outils pour discuter avant de discuter mais qu'il faut discuter pour choisir ces outils)

      Donc c'est assez normal qu'on arrive à un état : bon, voilà qu'est-ce qu'on a, qu'est-ce qu'on peut faire de mieux ?

  • # Solution qui fait tout.

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai entendu parler d'une solution qui permettait d'avoir le même contenu sur une mailing-list, un forum, et un serveur de news. Je ne sais plus qui m'avait parlé de ce truc, mais ça me paraît être une bonne piste : ainsi, les gens peuvent y accéder avec leur méthode préférée, et tout le monde y a accès.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Solution qui fait tout.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'ai entendu parler d'une solution qui permettait d'avoir le même contenu sur une mailing-list, un forum, et un serveur de news

      Pour ce qui est d'intégrer des ML et un serveur de nouvelles, c'est assez facile, à faire soi-même ou en utilisant les services de Gmane par exemple. Pour ce qui est d'un forum Web, ce qu'il faut c'est une interface Web pour les nouvelles. Google Groups fait ça, mais ça ne doit pas être le seul.

    • [^] # Re: Solution qui fait tout.

      Posté par . Évalué à 4.

      Citadel peut être ? Les moins graphiques peuvent aussi y accéder par BBS.

  • # clone linuxfr

    Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 08/06/12 à 11:51.

    Il me semble que tu as la solution sous les yeux: un super forum avec mise en avant du post principal, publication de dépêche pour l'officiel, journaux pour les discussions internes, gestion de la pertinence, du karma pour éviter les pénibles, un wiki, une tribune pour les discussions en temps réel, de l'édition collaborative…

    http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: clone linuxfr

      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 08/06/12 à 12:35.

      Le moteur DLFP est en effet une très bonne idée, j'y avais pensé pour un projet perso, mais voici les points qui ne me convenaient pas :

      1/ Je voulais des espaces privés, et le moteur DLFP est un moteur de publication ou quasi tout est public.

      2/ C'est un moteur de publication de news, et le forum est pensé de cette manière là, ça convient tout à fait à DLFP, mais ça ne convient pas forcément à d'autres usages.

      Le système de commentaire de DLFP ressemble à un forum, sauf que c'est un système basé sur l'obsolescence du contenu. Un "sujet" disparait automatiquement dans le profondeurs, c'est impeccable pour gérer des nouvelles: les sujets meurent d'eux mêmes.
      C'est pas fait pour lancer des débats de fond !

      Suite aux commentaires, je me suis tourné vers un Redmine, que j'ai castré de la partie gestion de code source.

      Il y a déjà :
      * Un forum
      * Un wiki
      * Un bug Tracker, on peut affecter des travaux à faire au gens et suivre tout ça, par défaut les titres sont "Chef de projet, développeur", mais tu peux renommer cela en fonction de ton secteur d'activité (ici le parti pirate).

      La FAQ et les how-to vont dans le Wiki !

      À cela tu peux ajouter un plugin de smiley pour rendre ça plus convi (oupa)
      (Note: tous les plugins que j'ai trouvé pour modifier la syntaxe de description ne marchaient qu'avec la syntaxe par défaut, textile, tu peux installer markdown mais alors adieu les nouveaux mots clés par extension)

      Il y a un plugin pour intégrer un pad dans une page de wiki (pas encore essayé).

      Redmine gère LDAP, donc tu pourras relier l'authentification à d'autres outils (mail ? chat ?)
      Il y a aussi un plugin OpenID pour relier les applis web tierces (le blog ?)

      Donc en gros
      Redmine + un logiciel de maillist + un logiciel de blog avec authentification unifiée par OpenID et/ou LDAP tu as déjà l'essentiel !

      Il ne te reste plus que le vote et le chat/voix (tu as déjà mumble, ça fait texte et voix).

      Note : pour la voix je cherche aussi, pour mon cas personnel, à connecter mumble et Redmine à une même base d'utilisateur (ou alors une autre solution de voix). Je n'ai pas encore eu le temps de vraiment chercher.

      J'ai envie de te dire : cherche si les différents outils que tu listes ne peuvent pas être simplement des difféents usages d'un même outil !
      Il y a un exemple extrême, wikipedia : tout est wiki, même les discussions. Sans aller jusque là, tu trouvera peut-être que certains usages que tu distingues peuvent être servis par ton wiki (l'exemple de la FAQ et du Howto sont les meilleurs pertinents).

      Redmine peut gérer plusieurs projets, certains publics, d'autres nons, les utilisateurs peuvent avoir accès à certains projets d'autres non, avoir des rôles différents selon les projets…

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: clone linuxfr

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        J'utilise Redmine au boulot, c'est pas mal, mais je n'ai pas trouvé une fonction essentielle: voir toutes les demandes où j'ai été impliqué.

        http://devnewton.bci.im

  • # Solutions moins traditionnelles

    Posté par . Évalué à 5.

    (Google|Apache) Wave. Je l'ai utilisé pour un projet bien plus petit, et c'était vraiment parfait pour cela. C'est un "moyen de communication écrit unifié", vraiment plus unifié que les outils traditionnels tels que les ML, forums ou chats, grâce aux plugins et au caractère synchrone. Le plus gros risque est pour moi la vitalité du projet, il faut vérifier si la fondation apache est un cimetière pour Wave ou non.

    Un autre solution plus hype est les pseudo-facebook ou pseudo-twitter. A voir si cela convient à un projet comme cela.

  • # RETROSHARE

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 08/06/12 à 13:20.

    RETROSHARE est la solution.

    Forum, mailing-list, authentification forte, discrétion et décentralisé.

    Je ne vois pas pour quoi le partie pirate utiliserait autre chose !

    Et je suis sérieux

    • [^] # Re: RETROSHARE

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Parce que ce logiciel n'est pas correctement diffusé ? Exemple au hasard : pas dispo pour Debian. Cette distribution, est loin d'être une distribution mineure ; avec ses dérivées comme Ubuntu ou Mint, elle serait même largement la plus répandue, probablement utilisée par une majorité absolue de linuxiens. Alors un logiciel sans paquet Debian, voilà, ça n'inspire pas confiance.

      • [^] # Re: RETROSHARE

        Posté par . Évalué à 1.

        Surtout, on cherche à être ouvert, et retroshare vise à créer des communautés privées. J'ai bien aimé le citadel plus haut, je connais pas wave ni d'autres plateformes, l'accessibilité et le multi-plateforme -> l'existence d'une interface web seront déterminants à mon avis. Mettre les mails sur des «forums» comme des google groups automatiquement est une très bonne idée.

        • [^] # Re: RETROSHARE

          Posté par . Évalué à 3.

          Dans ton journal, tu as marqué "c'est un sacré capharnaüm au niveau des moyens de comm' internes. " et retroshare vise à créer des communautés privées comme tu le dis si joliment

          Je ne vois donc pas le problème mais bon, c'est toi qui choisit :)

          • [^] # Re: RETROSHARE

            Posté par . Évalué à 1.

            Oui mais il y a des moyens de com' «internes» = utilisés par les gens à l'intérieur du parti, qui sont dispos au public. Interne ne veut pas dire privé tout le temps, en tout cas chez nous. De parfaits inconnus fouillent nos archives ou lisent nos pads parfois.

      • [^] # Re: RETROSHARE

        Posté par . Évalué à 0.

        C'est sûr, un logiciel qui a l'outrecuidance de ne proposer qu'un paquet Debian non-officiel ne mérite pas la considération.

        • [^] # Re: RETROSHARE

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          Ça témoigne en tout cas d'un problème. En effet, pourquoi ce paquet n'est-il pas dans Debian, s'il est déjà préparé ? Plusieurs réponses possibles :

          • ils ne connaissent pas Debian, ou s'en moquent ;
          • Leur paquet est sale, ils le savent et ne le proposent donc pas pour intégration ;
          • leur paquet est sale, ils ne le savaient pas, l'ont proposé à l'intégration et ont été refusés.

          Dans tous les cas, c'est mauvais signe. Bon, ceci étant, il y a une demande d'empaquetage de Retroshare. Une demande, mais pas de proposition pour le moment…

          • [^] # Re: RETROSHARE

            Posté par . Évalué à 2.

            C'est un logiciel social. Ça veut juste dire qu'il n'a pas encore trop percé dans la communauté Debian, voila tout, et personne ne s'est vraiment motivé.

            Sinon sourceforge donne 2000 téléchargements cette semaine, dont probabement peu de Debianistes parce que peu de Debianistes l'utilisent, cercle vicieux.

            http://sourceforge.net/projects/retroshare/

            • [^] # Re: RETROSHARE

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Donc c'est la première réponse, ce qui est inquiétant parce qu'ils ont peu de chance de percer chez les linuxiens en ignorant la distribution la plus importante en nombre d'utilisateurs directs ou dérivés.

              • [^] # Re: RETROSHARE

                Posté par . Évalué à 6.

                Soit pas sectaire, il y a une vie en dehors de Debian.

              • [^] # Re: RETROSHARE

                Posté par . Évalué à 4.

                J'adore ce genre de réponse péremptoire sans connaitre le sujet, pleine de sous-entendus, d'attaques basses et de préjugés.

                Retroshare s'installe très facilement sur ubuntu, debian, freebsd et windows

                ils fournissent même des .deb
                cf http://www.linuxtrack.com/t666-tuto-Installer-et-configurer-RetroShare-Debian-Ubuntu.htm

                Des tas de logiciel libre de qualité ne sont pas dans Debian, faut arrêter les conneries. Et l'inverse est vrai, il y a dans debian des tas de softs de merde ou non à jour.

                C'est du logiciel libre, si des gens veulent sous retroshare sous debian, all is open.

                • [^] # Re: RETROSHARE

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Retroshare s'installe très facilement sur ubuntu, debian, freebsd et windows

                  Sur PC 32 bits uniquement. Et personne ne connaissant pas Retroshare ne le trouvera directement en cherchant dans les paquets disponibles.

                  ils fournissent même des .deb

                  Pour i386 uniquement !

                  Des tas de logiciel libre de qualité ne sont pas dans Debian, faut arrêter les conneries. Et l'inverse est vrai, il y a dans debian des tas de softs de merde ou non à jour.

                  Exact. La question ici c'est : puisqu'ils ont fait un paquet Debian, et qu'en plus des gens demandent Retroshare dans Debian, pourquoi ne l'ont-il pas proposé ?

                  C'est du logiciel libre, si des gens veulent sous retroshare sous debian, all is open.

                  Exact. Et visiblement les gens de Retroshare ne s'en préoccupent pas.

                  • [^] # Re: RETROSHARE

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Autant que je sois précis tant qu'à faire. Quand on a un logiciel, et qu'on veut le fournir aux utilisateurs de Debian et dérivés, la bonne façon de faire, surtout si des utilisateurs le demandent ce qui est le cas ici, c'est : empaqueter, puis faire intégrer le paquet dans Debian.

                    Faire son propre paquet, voire faire son propre dépôt, c'est bon pour commencer, ou s'il y a une vraie raison qui s'oppose à l'entrée du paquet dans Debian (genre : des bouts non libres). À terme, c'est une très mauvaise solution, qui ne convient pas pour les utilisateurs d'une autre architecture que celle du développeur par exemple.

                    • [^] # Re: RETROSHARE

                      Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 08/06/12 à 17:31.

                      je suis d'accord, t'es volontaire ? :)

                      • [^] # Re: RETROSHARE

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Non. Ça c'est typiquement le genre de logiciel que j'essaie s'il est déjà disponible. Si j'y avais un réel intérêt, oui, je m'occuperais de le maintenir dans Debian.

                  • [^] # Re: RETROSHARE

                    Posté par . Évalué à 3.

                    visiblement les gens de Retroshare ne s'en préoccupent pas.

                    L'upstream de retroshare a fait son boulot. Tout comme Linus n'est pas le packageur de Linux sur debian. Ned et wmcoincoin.

                    Si debian veut retroshare, qu'ils l'incorporent. Ca ne présage RIEN de la qualité ou pas du logiciel ou de je ne sais quelle pseudo allégeance avec "la distrib-la-plus-répandue-du-monde-si-on-compte-tout-les-forks"

                    • [^] # Re: RETROSHARE

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Exact, sauf qu'ils ont préparé des paquets Debian. Le gros du boulot est fait, s'arrêter là c'est idiot. Ou alors c'est qu'ils ne veulent pas s'engager à maintenir ces paquets à long terme, ce qui est tout aussi inquiétant.

                      • [^] # Re: RETROSHARE

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Non, non, non, ca n'a rien d'inquiétant.

                        • Les développeurs développent
                        • Les testeurs testent
                        • Les graphistes graphent
                        • Les packageurs packagent
                        • Les utilisateurs utilisent
                        • Les trolleurs trollent
                        • [^] # Re: RETROSHARE

                          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                          Dans ce cas, pourquoi ont-ils préparé eux-même des paquets Debian ?

                          • [^] # Re: RETROSHARE

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Tout le monde n'est pas docteur ès packaging et relations communautaires. C'est une chose de faire un paquet qui marche à peu prêt, c'en est une autre de contacter toutes les distributions pour le faire inclure en suivant les procédures, ça prend du temps et tout, ça demande de connaître un peu les distributions …

                            • [^] # Re: RETROSHARE

                              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                              ça demande de connaître un peu les distributions

                              Ça demande de connaître un peu les distributions pour faire un paquet qui marchotte mais pour faire un beau paquet il faut connaître la distribution et le logiciel, et souvent, il faut avoir de l'expérience en packaging parce que ce n'est pas un paquet simple. D'ailleurs, la documentation Debian recommande de commencer avec des logiciels simple (c'est pour ça que je n'ai jamais fait de paquet, je suis toujours tomber sur des logiciels pas simple à packager quand l'envie me prenais de créer un paquet) et retroshare n'est pas un paquet simple, il y a déjà 3 paquets à créer (il y a deux bibliothèque qui viennent avec le logiciel principal).

                              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                              • [^] # Re: RETROSHARE

                                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                retroshare n'est pas un paquet simple, il y a déjà 3 paquets à créer

                                Ça pourrait être le cas, mais non, contrairement à des logiciels qui ont une seule source à séparer en morceaux après l'avoir compilée, celui-ci est bien séparé en trois sources distinctes. De ce point de vue-là, ce sont trois paquets simple.

                            • [^] # Re: RETROSHARE

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 08/06/12 à 21:14.

                              c'en est une autre de contacter toutes les distributions pour le faire inclure en suivant les procédures

                              D'où l'intérêt de Debian : il suffit de faire le travail une seule fois, et le paquet devient automatiquement disponible pour les utilisateurs de Debian, d'Ubuntu et de Mint, trois des onze distributions du top de Distrowatch (et pour onze architectures matérielles d'un coup).

                          • [^] # Re: RETROSHARE

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Chez nous on dirait: "Reference design"?

                    • [^] # Re: RETROSHARE

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      ou de je ne sais quelle pseudo allégeance avec "la distrib-la-plus-répandue-du-monde-si-on-compte-tout-les-forks"

                      Ça du sens, cette comptabilisation des dérivées. Parce que, maintenir Retroshare dans Debian, ça l'apporterait automatiquement aux utilisateurs de toutes les dérivées. Du point de vue des paquets disponibles, les dérivées sont évidemment à considérer.

    • [^] # Re: RETROSHARE

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      L'idee est vraiment pas mal. Seulement, si j'ai bien compris, il y a une notion de groupe dans Retroshare, qui demande donc de faire partie d'un groupe pour acceder a son contenu.

      Du coup, ca risque de decourager les passants si on leur dit "pour voir notre contenu, il faut qu'on vous accepte dans notre groupe" (sans parler d'installer le logiciel, de le configurer, de se faire ses cles …)

  • # Ta question a plus sa place dans un forum...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    celui du parti pirate :)

    Je ne critique pas le journal, c'est intéressant d'avoir un retour d'utilisation de l'informatique dans un parti politique, mais ce sont les utilisateurs qui connaissent le mieux leur besoin pour répondre à tes questions, surtout celui-ci, il doit y avoir pas mal de gens compétent.

    • [^] # Re: Ta question a plus sa place dans un forum...

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne dis pas le contraire, de toute façon je n'ai pas l'intention d'imposer quoique ce soit, mais de récolter des idées pour les faire circuler en interne après. Parce qu'on arrive à un point où il devient essentiel d'avancer sans devoir faire 5 médias de suite pour trouver l'info ou la réponse à notre question. C'est aussi clairement dû au manque de main d'œuvre interne parfois, mais c'est un cercle vicieux aussi quelque part.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.