Journal Légaliser la possession de pédopornographie pour sauver le Net

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
4
18
sept.
2012

Non-non, ce journal ne vise pas bas, Nal !

Rick Falkvinge, personnage influent dans la blogosphère internationale qui s'intéresse à la régulation du Net s'il en est, a publié il y a quelques jours un texte prônant la légalisation de la possession de pédopornographie. Peu consensuel, donc.

L'équation de Rick est simple : Censure de la pédopornographie=censure. Censure => abus de censure. Donc censure de la pédopornographie => Abus de censure.

Comme en plus, ces lois iniques empêchent les ados de se sexter tranquillement…

Pour ceux qui auraient besoin de quelques mots de plus pour saisir la moelle substantielle de ce que Rick raconte, voici le texte traduit en français par mes soins pour les anglophobes. Je ne sais pas si quelqu'un l'a déjà fait. Au pire, tant pis. L'anglais est là.

Il y a eu des réactions diverses et variées. Je vais sûrement traduire dans les jours à venir celle très intéressante d'un juriste allemand.

Toutes les sources supplémentaires, corrections de coquilles et arguments dépassionnés sont les bienvenus ! 

  • # meurtre ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Que pense-t-il de la légalisation du meurtre ?

    Car c'est simple : interdiction du meurtre=interdiction. Interdiction => abus d'interdiction. Donc interdiction du meurtre => abus d'interdiction

    • [^] # Re: meurtre ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Je n'en sais trop rien. Mais je te conseille de ne pas trop rapidement critiquer des résumés comme le mien, tu pourrais tirer à côté de la plaque, surtout si j'ai été léger dans ma restitution de l'argumentation (même malgré moi ;)

      • [^] # Re: meurtre ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        En effet, dans le texte en lien on trouve : « Il n’est pas illégal de posséder le film d’un meutre ».

        • [^] # Re: meurtre ?

          Posté par . Évalué à -10.

          Avec une belle coquille en sus. Est-ce que tu es bien sûr que c'est illégal de posséder le film d'un meurtre ? Genre de la mort d'Hussein ou de l'exécution d'une pauvresse afghane ? Parce que sinon, les JT ont du souci à se faire.

          • [^] # Re: meurtre ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Est-ce que tu es bien sûr que c'est illégal de posséder le film d'un meurtre ?

            Es-tu sûr d'avoir bien lu mon commentaire ?

            • [^] # Re: meurtre ?

              Posté par . Évalué à -4.

              Je suis sûr d'avoir douté de ce que tu voulais dire par «en effet». Car en effet quoi ?

              Du coup, j'ai cru qu'en effet, ma restitution de l'argumentation ou plutôt, vu que dans cette restitution, je ne parle pas de meurtre, l'argumentation de Rick elle-même était légère, cf la citation.

              Maintenant, je comprends que c'est peut-être plutôt «En effet, Ramon tire à côté». C'est ça ?

    • [^] # Re: meurtre ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Je ne sais pas tu as combien de DVD ou de cassettes vidéo avec des films du genre l'arme fatal (je sais plus le numéro, où le héros tue le diplomate gueulant j'ai une immunité diplomatique.) Ou globalement tous ces films ou dessins animés où les personnes se font justice eux même. Tu peux tourner le problème dans tous les sens, ça reste la représentation d'un meurtre ou pire d'assassinats (et assez dangereux vu qu'on incite les gens à se faire justice eux même).

      Alors oui, c'est pour de faux, mais qu'en est il des images ou dessins animés frappés de la même interdiction?

      Faudrait trouver un autre argument.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # Pas d'accord

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 18/09/12 à 17:55.

    Je viens de lire la traduction en français, et je trouve que l'auteur va trop loin (c'est un euphémisme) dans ses conclusions.

    Un exemple : ce n'est pas parce que les lois actuelles criminalisent à tort l'échange de sextos entre adolescents (pour pornographie infantile d'eux-mêmes, ce qui est absurde) qu'il faut autoriser la possession de toute forme de pédopornographie. Un article intéressant à lire sur le sujet : L'échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies

    Quant au troisième point (« La pédopornographie doit être protégée par la liberté d’expression. »), je suis en total désaccord. La liberté d'expression ne doit pas être un prétexte pour l'échange de photos ou vidéos de crimes. Ce n'est pas pour ça qu'il faut filtrer Internet (évidemment), mais ce n'est pas pour ça qu'il faut en autoriser la possession.

    L'exemple donné me paraît fantaisiste :

    Vous passez un buisson, et voyez une fillette de 12 ans sauvagement violée. BAM. Vous êtes un criminel, et êtes susceptible d’être plus lourdement condamné que le violeur en face de vous.

    Dans ces circonstances, il est évident qu'un juge ne va pas condamner celui qui a malencontreusement assisté à la scène et qui a dénoncé le crime.

    blog.rom1v.com

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      En fait le problème se situe entre liberté d'expression, liberté d'opinion qui doivent être largement défendues et les limites aux actes des individus.

      Un révolutionnaire (Saint Just?) disait que les ennemis de la liberté de tout dire sont ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire…

      La détention et l'affichage d'image pornographique impliquant des enfants n'est pas une idée, ni un discours: c'est un acte et il peut être réprimé comme un délit.

      Autrement dit ce texte n'est pas répréhensible en tant que texte, mais celui qui mettrait ses idées en pratique, et en conscience de leur illégalité serait justement poursuivi.

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      Dans ces circonstances, il est évident qu'un juge ne va pas condamner celui qui a malencontreusement assisté à la scène et qui a dénoncé le crime.

      Et celui qui a appliqué l'article 73 du Code de Procédure Pénal avec un peu de zèle?

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Quel zèle ? C'est un article qui donne un droit.

        Le vrai article c'est Article 223-6 du code pénal :
        « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende. ».

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par . Évalué à 2.

      Et bien moi, au contraire, je trouve que ses arguments sont tout à fait valable :

      ce n'est pas parce que les lois actuelles criminalisent […] à lire sur le sujet

      Le problème est de comment faire simplement la distinction. Et pourquoi uniquement la pédopornographie ? Les meurtres aussi sont atroces ! Et les scènes de torture ? Elles ne marquent pas à vie ceux qui les subissent ? Veut-on protéger les enfants, ou plutôt se protéger de l'insoutenable ?

      Quant au troisième point […]

      Des vidéos de crimes sont tout à fait autorisées (reportages, témoignages, etc.), car elles ne sont pas explicitement interdites. Tu dois confondre avec la production de ces vidéos, qui sont interdites quand la production de la vidéo nécessite le passage à l'acte. Une fois la vidéo produite, de toute façon, le mal est fait…

      L'exemple donné […]

      En France, sans doute. Aux États-Unis, il semblerait que cela ne soit pas le cas, d'après le lien fourni (http://www.reddit.com/r/todayilearned/comments/yyl8n/til_that_in_the_united_states_possession_of_child/)

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Des vidéos de crimes sont tout à fait autorisées (reportages, témoignages, etc.), car elles ne sont pas explicitement interdites. Tu dois confondre avec la production de ces vidéos, qui sont interdites quand la production de la vidéo nécessite le passage à l'acte. Une fois la vidéo produite, de toute façon, le mal est fait…

        Lorsqu'on se sert de la loi comme argumentation il faut un peu vérifier ses sources. L'article 222-33-3 puni la diffusion de vidéos de crimes avec bien entendu une exception pour les journalistes.

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par . Évalué à 6.

      Je pense que c'est vaguement ce que l'auteur reproche à la justice : en France, certains membres d'associations anti-pédophilie ont été mis en garde à vue pour détention de matériel pédopornographique, qu'ils avaient obtenu en cherchant sur le web des sites illégaux pour les signaler à la justice.

      Je pense qu'avec de telles lois, on se retrouve à la frontière entre ce qui est acceptable ou non. À mon avis, ce qui est criminel, c'est de distribuer du matériel pédopornographique. Je n'arrive pas à concevoir que le simple fait de regarder quelque chose puisse être un crime—c'est certainement un signe de déséquilibre mental ou de désordre sexuel, mais un crime, c'est quand on fait quelque chose de mal. Bientôt, on condamnera les pédophiles parce qu'ils ne pensent pas comme il faut?

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par . Évalué à 7.

        Bah, en France on peut être mis en garde à vue pour avoir regardé son voisin de travers non? En tout cas, l'Europe tape régulièrement sur la France pour l'abus de garde à vue.

        Ça ne veut pas dire pour autant donc qu'un juge ne va pas savoir faire la distinction..

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour l'instant, les pédophiles sont surtout condamnés s'ils passent à l'acte et pas "parce qu'ils pensent pas comme il faut".
        On condamne aussi effectivement la possession de matériel pédoporno. Illogique? Faut voir: si tu paies pour l'obtenir, tu cautionnes et encourages les producteurs à continuer leur "œuvre".

        Cela dit, ce serait peut-être pas plus mal de les inciter fortement à se faire suivre par un psy AVANT qu'ils passent à l'acte…
        Là-dessus, je suis d'accord: la condamnation pour possession de matériel, ça n'incite à pas grand chose, et certainement pas à se dénoncer, ne serait-ce que devant un psy.

        Je suis assez d'accord sur le principe que regarder un film est moins grave que le produire/réaliser (dans le dernier cas, il a fallu des acteurs et… de l'action!!).

        Maintenant, va falloir qu'on m'explique comment on fait les films sans les mineurs (nan parce que mon autorisation écrite pour que ma gamine participe au tournage d'un film pédopornographique, même bien payé, elle est trèèèèèès loin d'être acquise…)

        Mais on peut imaginer d'autres cas de figure: deux ados qui se filment pour s'amuser sont-ils des criminels (tant que rien n'est diffusé au moins)? Ou qui pourrait porter la responsabilité de diffuser les images/vidéos sachant que ça peut les suivre le reste de leur vie?

        • [^] # Re: Pas d'accord

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Aller on peut pousser le raisonnement plus loin :

          • deux ados qui se filment eux-même en plein ébat ont-ils le droit de le faire ?
          • ont-ils le droit de s'échanger le film ?
          • ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont mineurs ?
          • ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont devenus majeurs ?
          • ont-ils le droit de garder le film ?!

          Par exemple (inventé évidemment) : ma copine de quand j'étais au lycée m'a envoyé des photos, où elle fait des choses pas cathodiques (le CSA est une filiale du Vatican il paraît), on a tous les deux été d'accords, ces photos elle les a pas faites sous la contrainte, c'était y'a des années, on en a reparlé, on en rigole, bref voilà. Ces photos, même si je ne les diffuse pas, je suis coupable de leur possession, alors qu'à la base j'ai jamais eu l'impression de faire quelque chose de mal, mais si un jour ma nouvelle copine les découvre, ou un inspecteur des impôts, peu importe, il peut m'envoyer en justice pour possession d'images pédo-pornographiques, non ?

          Et même pire, est-ce que moi je peux garder des photos/vidéos de moi tout seul ado ? Je crois même pas que ça soit possible.

          Donc oui tout ça enchaîne plein de questions, car autoriser un de ces cas pourrait ouvrir la porte à des abus. Mais il y a une vraie question de société qui est d'actualité, c'est pas rare que ça resorte dans les médias genre là : http://www.hodiho.fr/2008/01/maud-pascal-le-grand-frere-de-tf1.html

          « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

          • [^] # Re: Pas d'accord

            Posté par . Évalué à 3.

            On a déjà eu le débat avec ploum ailleurs (par qui j'ai eu vent de cet article), mais pour te répondre :

            deux ados qui se filment eux-même en plein ébat ont-ils le droit de le faire ?

            Oui, car il n'y a nulle pédophilie dans ce cas. Il n'y a aucun problème car l'atteinte sexuelle sur mineur implique forcement au moins un adulte et un mineur de moins de 15 ans.

            ont-ils le droit de s'échanger le film ?

            Idem.

            ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont mineurs ?

            Ca par contre je n'en sais rien. Même si les deux sont consentants, je pense (mais IANAL/JNSPJ, tout ca) que les parents restent responsables.

            ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont devenus majeurs ?

            Je pense que la mise a disposition/diffusion de vidéos a caractère sexuel mettant en scène des mineurs est interdite en France en règle générale, mais je n'ai aucune preuve.

            ont-ils le droit de garder le film ?!

            Oui. Usage prive, tout ca.

            PS : pardon pour l'absence d'accents. Pour une fois, j'ai vraiment beaucoup la flemme.

            • [^] # Re: Pas d'accord

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Et bien non, la bonne réponse était non à toutes les questions. Cf. Art. 227-23 du code pénal qui punit la mise à disposition, la diffusion mais aussi la détention de telles images.

              Sans compter que : « Les dispositions du présent article sont également applicables aux images pornographiques d'une personne dont l'aspect physique est celui d'un mineur, sauf s'il est établi que cette personne était âgée de dix-huit ans au jour de la fixation ou de l'enregistrement de son image. »

              Ce qui permet d'interdire les mangas pornos japonais à base de "teens".

              D'autre part il n'existe aucune exception permettant de garder un film porno de soi-même étant mineur, donc cet "usage privé" dont tu parle n'existe pas.

              Risque : 2 ans de prison et 30.000 € d'amende.

              Donc oui ces questions se posent car aujourd'hui c'est interdit.

              « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

              • [^] # Re: Pas d'accord

                Posté par . Évalué à 0.

                Merci merci d'aider à clarifier le débat ;)

              • [^] # Re: Pas d'accord

                Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 19/09/12 à 21:10.

                Les dispositions du présent article sont également applicables aux images pornographiques d'une personne dont l'aspect physique est celui d'un mineur, sauf s'il est établi que cette personne était âgée de dix-huit ans au jour de la fixation ou de l'enregistrement de son image.

                Je comprends pas.

                personne dont l'aspect physique est celui d'un mineur, sauf s'il est établi que cette personne était âgée de dix-huit ans

                Alors un film (de boules) mettant en scène un majeur ayant l'aspect physique d'un mineur (?!) c'est interdit ou pas ?

                • [^] # Re: Pas d'accord

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Oui, sauf à établir que la personne était âgée de 18 ans (avec son certificat de naissance et un constat d'huissier de la date du tournage ?!)…

                  « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

          • [^] # Re: Pas d'accord

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            deux ados qui se filment eux-même en plein ébat ont-ils le droit de le faire ?

            oui ils ont le droit. Ce qui est interdit c'est de filmer dans le but de le diffuser.

            ont-ils le droit de s'échanger le film ?

            Ça c'est interdit pour eux car la transmission d'images de mineurs à caractère pornographique est interdit. Après je doute qu'un procureur poursuive cela voudrait dire qu'il est au courant :
            - plainte
            - un tiers voie l'image ce qui veut dire qu'il y a diffusion

            ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont mineurs ?

            Non. Et je peux très facilement comprendre qu'un mineur ne soit pas assez responsable pour diffuser, même faiblement, un film de lui même à caractère pornographique.

            ont-ils le droit de diffuser le film alors qu'ils sont devenus majeurs ?

            Non, mais est-ce utile de légiférer sur un cas qui n'existe pas ? Y a-t-il un quelconque intérêt à autoriser la diffusion de ces images une fois que les adolescents de plus de 15 ans (majorité sexuel) sont devenue majeurs ?

            ont-ils le droit de garder le film ?!

            Oui, c'est le fait de filmer dans le but de diffuser, le fait de diffuser et le fait de consulter habituellement des sites pédopornographique qui sont interdits.
            Par contre le fait de posseder et de regarder sont autorisés.

            • [^] # Re: Pas d'accord

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Non non et non il est interdit de détenir toute image à caractère pédopornographique.

              Donc tous les cas que j'ai cité exposent à un risque de 2 ans de prison et 30.000 € d'amende. Posséder est interdit. Même quand le film est de soi-même. On voit donc ici que ce n'est pas forcément évident pour tout le monde de voir que la logique ne rejoint pas forcément la loi…

              « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

        • [^] # Re: Pas d'accord

          Posté par . Évalué à 3.

          On condamne aussi effectivement la possession de matériel pédoporno. Illogique? Faut voir: si tu paies pour l'obtenir, tu cautionnes et encourages les producteurs à continuer leur "œuvre".

          Hum, il y a condamnation aussi même si ceux qui ont obtenu les photos n'ont pas payés pour les obtenir..
          Et aux Etats-Unis, je me souviens d'un procès ou le gars avait écopé d'un an de prison par photos téléchargée.

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par . Évalué à 5.

      Je viens de lire la traduction en français, et je trouve que l'auteur va trop loin (c'est un euphémisme) dans ses conclusions.

      Moi je trouve que c'est tellement tordu comme raisonnement que c'en est presque nauséabond.

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par . Évalué à 0.

      Dans ces circonstances, il est évident qu'un juge ne va pas condamner celui qui a malencontreusement assisté à la scène et qui a dénoncé le crime.

      Probablement ; mais le problème et que si c'est effectivement illégal dans ces circonstances, ça ouvre la voie à l'arbitraire. En matière de justice, je ne kiffe pas l'arbitraire plus que ça. Après il existe probablement des solutions autres que de tout légaliser. En tout cas le texte original mérite d'être lu en entier, certains arguments portent plus que d'autres.

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Probablement ; mais le problème et que si c'est effectivement illégal dans ces circonstances

        c'est tout de même un des grands principes de la justice pénale : « Il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre ».

        C'est pour cela que les irresponsables ne sont pas jugés (vus qu'ils n'ont pas d'intention) et que les tentatives sont punies des mêmes peines que les actes effectivement commis.

    • [^] # Re: Pas d'accord

      Posté par . Évalué à 2.

      L'exemple donné me paraît fantaisiste :

      Vous passez un buisson, et voyez une fillette de 12 ans sauvagement violée. BAM. Vous êtes un criminel, et êtes susceptible d’être plus lourdement condamné que le violeur en face de vous.

      Dans ces circonstances, il est évident qu'un juge ne va pas condamner celui qui a malencontreusement assisté à la scène et qui a dénoncé le crime.

      Peut-être que l'auteur préfèrerait que le juge ne condamne pas l'individu qui, dans ces circonstances, pose son trépied, sa caméra, et fasse son film?
      Parce que effectivement, je crois que le quidam moyen qui assiste à un truc comme ça ne continue pas son chemin sans rien dire…

      • [^] # Re: Pas d'accord

        Posté par . Évalué à 3.

        Je ne sais pas, je ne connais pas assez le système pénal américain pour me prononcer sur l'absurdité de la chose. Si on m'avait dit il y a cinq ans qu'une fille de 16 ans à fait de la taule est est inscrite au fichier des délinquants sexuels à vie pour avoir fait une pipe à son copain de 15 ans, je l'aurais pas cru.

        Bon son exemple est tiré par les cheveux, je doute que quelqu'un qui se ballade dans un parc puisse tomber sur ce genre de spectacle, même dans dix ans (enfin je l'espère).

        Enfin sans pousser le raisonnement à l'absurde, imagine que tu trouves une montre caméra (comme on en trouve sur thinkgeek), ou un téléphone comportant de tels images jeté par la victime espérant que l'objet soit retrouvé, si comme l'auteur semble le dire il y a une peine automatique ou un risque non négligeable, tu peux être amené à réfléchir si tu remets le film aux autorités, l'idée de faire de la taule pour pédophile aux US doit en refroidir plus d'un. Peut être que pour éviter les risque tu vas essuyer l'objet avec un mouchoir, le mettre dans une enveloppe et l'envoyer par la poste pour ne pas être inquiété, laissant le minimum d'indice permettant de savoir comment l'objet a été découvert.

        Je ne pense pas qu'en France tu cours un tel risque, au pire quelques heures de garde à vue et une perqui si tu tombes mal. Aux US, je ne pense pas que tu risques la taule, mais si la loi dit que c'est automatique, tu veux vraiment courir le risque?

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: Pas d'accord

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne sais pas, je ne connais pas assez le système pénal américain pour me prononcer sur l'absurdité de la chose. Si on m'avait dit il y a cinq ans qu'une fille de 16 ans à fait de la taule est est inscrite au fichier des délinquants sexuels à vie pour avoir fait une pipe à son copain de 15 ans, je l'aurais pas cru.

          Euh tu fais référence à quelque chose de réel ou c'est une hypothèse?
          J'espère que c'est le second cas, mais bon les USA sont quand même le pays où on peut t'envoyer en prison pour 15 ans parce que ta troisième peine est d'avoir volé une pizza..

          • [^] # Re: Pas d'accord

            Posté par . Évalué à 3.

            c'est malheureusement un cas réel et la personne avait 17 ans, ça s'est passé en 1996 et elle a été condamné 5 ans de taule…

            Faut aussi savoir qu'être fiché comme délinquant sexuel aux US, c'est un peu la peine perpétuelle, pas de logement a moins de 300m ou les enfants sont présent en grand nombre, et il me semble qu'il est possible d'avoir la liste des délinquants sexuels. M'enfin c'était aussi en Georgie, il me semble que la loi à un peu évolué depuis, mais le fichage reste, et on ne lui rendra pas le temps passé en prison…

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # Encore un qui a trop fumé la moquette

    Posté par . Évalué à 1.

    Et qui va recevoir bientôt la visite d'un policier lui demandant de bien vouloir leur permettre d’accéder à ses disques dur pour vérifier qu'il n'y a pas de pédopornographie dessus..

    Vouloir modifier la loi pour autoriser le "sexting" entre mineurs c'est une chose (que je soutiens d'ailleurs pourvu que ce soit volontaire et pas "je rediffuse a toute la classe les photos de mon ex") mais autoriser la pédopornographie, ça c'est autre chose (même si les peines de prison pour ça sont totalement délirantes aux USA).

    • [^] # Re: Encore un qui a trop fumé la moquette

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      (que je soutiens d'ailleurs pourvu que ce soit volontaire et pas "je rediffuse a toute la classe les photos de mon ex")

      Diffuser le contenu d'une correspondance peut-être puni par la loi, même si on est le destinataire de la correpondance en question (ici un sexto).

      (même si les peines de prison pour ça sont totalement délirantes aux USA)

      Attend man, c'est des enfants quand-même!

    • [^] # Re: Encore un qui a trop fumé la moquette

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      mais autoriser la pédopornographie, ça c'est autre chose

      Il ne s'agit pas de ça mais d'autoriser la possession de contenu pédopornographique.

  • # Assez trollesque comme journal pour un mardi

    Posté par . Évalué à 2.

    Comme en plus, ces lois iniques empêchent les ados de se sexter tranquillement…

    Sexter c'est s'envoyer des SMS parlant de cul ou bien se masturber ?

    Si c'est s'envoyer des SMS graveleux, en quoi c'est interdit ? Je veux dire, en quoi cette loi empêcherait un enfant ou un adolescent de le faire ?

    Parce que c'est clair qu'un adolescent de 15 ans qui matent une vidéo pornographique mettant en scène d'autres adolescents de 15 ans ça me choque pas plus que ça.

    Il me parait effectivement complètement con de condamner le possesseur de vidéo pédo-pornographique alors que le vrai coupable c'est celui qui l'a réalisée. Même chose pour la vidéo d'un meurtre ou pour la vidéo d'une séance de torture.

    On en arrive à des sociétés où montrer une paire de seins, un sexe ou une relation sexuelle est considéré comme un crime alors que montrer du sang qui coule, des gens s'entretuant, est considéré comme une chose normale.

    Par exemple, la loi japonaise qui interdit strictement de montrer un sexe (des poils pubiens) alors que la représentation du pire sadisme est autorisée. Ou bien les USA qui s'offusquent d'une paire de seins alors qu'elles permettent à un adolescent de posséder des armes à feu.

    La pédo-pornographie c'est mal. On considère qu'en dessous d'un certain âge on ne peut pas être consentant, je suis d'accord avec ça. L'innocence de l'enfance est quelque chose de sacré qui doit être préservé.

    • [^] # Re: Assez trollesque comme journal pour un mardi

      Posté par . Évalué à 4.

      "Text", chez les anglophones, concernent aussi bien les textes que les images, quand on parle de communication mobile. En l'occurence, le sexting désigne l'échange, entre adolescent, de photos d'eux-même à caractère érotique voire pornographique. Chez les américains, ça tombe sous le coup de la "child pornography", et plusieurs jeunes ont eu des problèmes avec ça (aussi bien les envoyeurs, considérés comme producteur de pédopornographie, que les receveurs, considérés comme consommateurs de pédopornographie).

      A noter que pédophilie et pédopornographie n'ont pas de sens juridique en France, et désigne plutôt des enfants pré-pubères. Ça me dérange un peu de galvauder ce terme en l'utilisant dans le cas d'adolescents, certes mineurs, mais néanmoins pubères et pour la plupart actifs sexuellement.

    • [^] # Re: Assez trollesque comme journal pour un mardi

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Sexter c'est s'envoyer des SMS parlant de cul ou bien se masturber ?

      Coller un appareil photo sur le téléphone permet de remplacer le texte par des iamges. Je te laisse faire travailler ton imagination pour découvrir les possibilités infinies ouvertes par cette technologie…

  • # Pédopornographie ça veut rien dire

    Posté par . Évalué à 2.

    Et oui, « Enculer un poupon » est une phrase pédo-porn qui n'a rien d'illégal.

    Il y a clairement deux choses très différente derrière la pédopornographie, d'une part la pure fiction, qui ne fait de mal à personne et qui relève de la liberté d'expression. Et d'autre part celle qui met en scène de vrais enfants (et là c'est la production qu'il faudrait combattre).

    Please do not feed the trolls

    • [^] # Re: Pédopornographie ça veut rien dire

      Posté par . Évalué à 7.

      « Mais en quoi est-ce drôle ?
      - Baaahhh. Il 'cule un poupon, humour tout ça. »

      Ça me fait penser au sketch des Guignols avec Alain de Greef qui s'explique devant le CSA pour l'enculage de mouton :)

  • # paradoxe?

    Posté par . Évalué à -3.

    Lorsque l'auteur sous entend qu'il faudra punir les producteurs de ce genre d'images ne fait-il pas l'apologie d'une société de surveillance globalisée où tout ce qu'une personne créerait serait indexé, audité et validé pour la diffusion…

    Dans une telle société, c'est clair qu'il ne serait plus nécessaire de punir les personnes recevant de telles images, vu que les producteurs seraient immédiatement punis.

    • [^] # Re: paradoxe?

      Posté par . Évalué à 6.

      Sachant que les producteurs sont des violeurs d'enfants, la police est déjà supposée s'en occuper.

      Please do not feed the trolls

  • # in the morning

    Posté par . Évalué à 0.

    TROLLING IN THE EVENING §§!
    TROLLING IN THE NIGHT §§!!!
    TROLLING AT MIDNIGHT §§
    TRO TRO TRO LILILING

    tagadala< you are spotted

  • # Americano-centré

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 19/09/12 à 04:08.

    Cet article est à remettre dans le contexte américain où la lutte contre la pédopornographie est issue avant tout du mouvement puritaniste et réalisé sans aucun discernement, allant véritablement à l'encontre de la liberté des individus (le cas des adolescents qui deviennent des délinquants sexuels pour s'être envoyé des images d'eux-même est un exemple tout à fait frappant et choquant en dehors des états-unies).

    Quand je parle de puritanisme, il ne s'agit pas de parler d'un stéréotype qu'on s'imagine sur les américains "puritains", mais d'un véritable courant philosophique définit ayant un poids politique très conséquent là-bas.

    Donc beaucoup de cas explicités dans cet article ne s'appliquerait pas en dehors de ce pays, et il est alors sans doute bien plus difficile pour un œil européen de considérer cet article qu'il faudra véritablement remettre dans le contexte de la mentalité puritaine et libérale américaine. C'est pour cela par exemple qu'il n'est absolument pas interdit de posséder ni de s'échanger des images d'enfants morts, éventrés, ou torturés, car on ne considère pas que ce type de contenu puisse être associé à une quelconque sexualité, alors qu'en réalité, il est tout à fait aussi, voir d'autant plus malsain de regarder ou s'échanger ce type de contenu avec plaisir que du contenu pédopornographique.

    Cet article est intéressant car il permet justement de se poser la question de la liberté sexuelle des individus (la liberté de disposer de son corps avant l'âge de 18 ans par exemple), et surtout de la raison pour laquelle la pédopornographie est quelque chose d'illégal, si on considère que la majorité du contenu pédopornographique produit aujourd'hui sur internet l'est par les jeunes eux-même sans violence ni contrainte.

    Personnellement, je pense que l'interdiction de la pédopornographie est plus un outils d'épuration sociale que de protection des individus, car aucun enfant n'est jamais violé pour les besoins d'un film, il y a toujours, et cela sans exception, des relations sexuelles bien avant que celui qui réalisera le film (si ce n'est pas un autre jeune lui-même) s'empare d'une caméra.

    Bien plus au états-unies qu'en Europe, on se sert indéniablement de la pédopornographie comme prétexte pour identifier les individus que nous souhaitons mettre au ban de la société, on ne cherche absolument pas à protéger les jeunes, car si cela était le cas, on pourrait trouver un tas de prétexte pour légaliser les échanges pédopornographiques, comme se dire que la pédopornographie peut agir comme une catharsis, empêchant certain d'atteindre à l'intégrité d'enfants, ou bien qu'elle permettrait d'identifier de véritables agresseurs sexuels sur les contenu vidéos (comme on pourrait identifier un assassin filmant ses meurtres en vidéo), mais on a trop besoin de cet outils pour identifier et exclure de la société tout ces misérables qu'on imagine avec la pire forme des sexualités, ceux qu'on ne veut pas avoir pour voisin, qui doivent sans doute jouir de la souffrance des autres et peut-être s'attaquer à nos enfants dans une ruelle sombre sur le chemin de l'école, faut dire qu'on fantasme beaucoup sur le pédophile moyen, il faut bien justifier nos craintes.

    Historiquement, on était en Europe bien moins dérangé par cette question de la sexualité, il suffit de lire l'introduction de l'histoire de la sexualité de Michel Foucault pour s'en convaincre, ou encore la popularité d'expressions artistiques dans les années 60 et 70 que l'on qualifierait aujourd'hui sans peine de pédopornographie. Alors on pourrait se réjouir de constater de l'on considère plus l'enfant aujourd'hui qu'hier, mais met avis qu'on se sert bien plus aujourd'hui des enfants pour justifier une lutte contre ses propres craintes, sur la peur que l'on a de ses semblables et d'un moyen très pratique pour identifier ceux dont on ne veut justement pas être les semblables.

    • [^] # Re: Americano-centré

      Posté par . Évalué à 0.

      Je me permets de repomper ton commentaire très pertinent pour le sauvegarder en dessous de l'article de Rick ;) Merci pour le com' !

  • # Autre idée

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Moi, j'aurais plutôt écrit "Supprimer la propriété intellectuelle pour sauver le net", ça me semble plus ça le problème…

  • # Sauf que...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Les victimes ne souhaitent probablement pas que leur viol soit vu par des milliers de gens ajoutant à sa peine. Dans la cadre d'un meurtre, la personne ne peut plus en souffrir.

    Et si on suit ce raisonnement nauséabond, bientôt y'aura youngporn et la moitié des détraqués pourront s'y donner à coeur joie et passer à l'acte en se disant que finalement c'est pas si grave ?

    Soyons sérieux ! Ce débat n'a pas lieu d'être. A la limite, le débat de l'interdiction de possession de photos/vidéos de meurtre est une bonne question.

    while(coding) alert('smile');

    • [^] # Re: Sauf que...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Et si on suit ce raisonnement nauséabond, bientôt y'aura youngporn et la moitié des détraqués pourront s'y donner à coeur joie et passer à l'acte en se disant que finalement c'est pas si grave ?

      Je ne suis pas psychiatre, mais je ne pense pas que l'existence de ce genre du site puisse augmenter le nombre de passages à l'acte.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.